AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 2 sur 2
Au pied d'un escalier
Aller à la page : Précédent  1, 2
Jude Hopkins
Serpentard
Serpentard

Au pied d'un escalier - Page 2 Empty
Re: Au pied d'un escalier
Jude Hopkins, le  Lun 26 Nov 2018 - 0:31

Montant quelques escaliers, la tête dans les nuages, se retraçant continuellement la discussion qu'il avait pu avoir avec la fidèle à l'Ordre Noir, il n'avait même pas eu l'opportunité d'éviter la personne qui lui avait foncé dedans. Faut dire que c'était sa faute à elle et non à lui, alors il n'avait aucune justification à présenter. Il se retourna alors qu'il entendit une voix féminine qui semblait désolée de la situation et remarqua Miss Wildsmith, la professeure de Sortilèges et Enchantements. Elle fut tout aussi étonnée que lui, le démontrant oralement tandis qu'Eliott, lui, arborait sur son visage un sentiment de surprise, puis un sourire ensuite. Elle le faisait toujours sourire par sa ravissante douceur. Elle se reprit ensuite, adressant à nouveau des excuses au concerné.

Il n'y aucun problème, Miss Wildsmith, répliqua le concierge, c'est de ma faute également. Je ne regardais pas où j'allais.

Elle tendit ensuite sa main, qu'Eliott réceptionna très chaleureusement pour la serrer. Pas trop tout de même, il ne fallait pas la briser, une main si agréable à regarder. Mais qui pouvait savoir ce qu'elle avait pu vivre cette main ? Une centaine de combats, si ça se trouve, du sang dessus. Ou bien des fleurs, à force de les cueillir. Le serpent ne connaissait pas suffisamment la brune – que depuis sa promotion à Poudlard – pour savoir ce qu'elle pouvait bien faire durant son temps libre. Il se sentait si différent d'elle et pourtant si ressemblant… Un paradoxe absolu. L'empêchant d'y réfléchir, elle lui rappela l'heure tardive qu'il semblait être pour une balade. Il avait prévu à ce genre de réflexion et savait très bien quoi lui mentir.

Je me sens dans l'obligation de faire des rondes quelques fois dans la nuit, pour vérifier que tout se passe bien dans le château et aux alentours. Nous ne sommes jamais assez à l'abri, surtout avec les temps qui courent, vous n'êtes pas d'accord ?

Une complète ironie. Il était rare qu'il prenne le temps de faire son devoir en pleine nuit, le seul moment où il pouvait enfin souffler de sa journée compliquée. Seulement quand il avait l'occasion d'attraper quelques élèves insolents en train de faire leur micro-rébellion face aux règles que Poudlard pouvait imposer. Il avait hâte de voir l'évolution de ceux-là et les surveillait de très près, puisque selon lui quand ils en auront terminé avec Poudlard, ils allaient probablement se mettre à défier quelqu'un ou quelque chose d'autre. Et derrière tout ça, peut-être que ça allait devenir des futurs partisans de l'Ordre Noir ?
Invité
Anonymous
Invité

Au pied d'un escalier - Page 2 Empty
Re: Au pied d'un escalier
Invité, le  Lun 26 Nov 2018 - 9:55


L’appréhension de la surprise est passée, la jeune femme reprend ses esprits en douceur. Une sorte de plénitude que de se rendre compte que la silhouette renversée n’était autre que Jenkins, et l’amusement de la situation qui demeure. Qui pare les lèvres de l’ancienne auror d’un sourire en coin. Sa main est saisie par celle du concierge, serrée poliment comme deux collègues qui se croisent simplement … au bout milieu de la nuit. Et c’est sans doute ceci qui fait sourire la jeune femme.

L’excuse sortie par le concierge, les supposées rondes qu’il effectue au cœur de la nuit, dans le château. Elle n’y croit pas, bien entendu. Ce serait trop facile. Mais elle hoche la tête, murmure un simple « Oh, je comprends » qui sonne sans doute un peu faux mais qu’importe. Elle continue, d’une voix toujours douce, comme si elle ne voulait pas que leur échange soit surpris par quiconque « Vous avez bien raison en effet. Les élèves ont tendances à outrepasser leurs droits dans ce château. Il est toujours bon d’avoir des âmes comme vous pour leur dire qu’ils doivent retourner dans leurs dortoirs ».

Même si elle sait la vérité, même si elle n’ignore pas qu’il ne faisait pas une ronde pour veiller sur les étudiants sorciers. Elle sourit, toujours. Un sourire à demi-gêné, à demi-taquin, le genre de sourire qu’on ne sait pas comment juger. Elle s’interroge, voir jusqu’où il est capable d’aller dans son mensonge, dans l’ironie relative de leur rencontre au sein du château. « Vous m’accompagnez ? », regard en coin, proposition simpliste, juste pour qu’ils fassent un bout de chemin ensemble au travers des dédales de Poudlard. Pour continuer la conversation. Juste un peu. Juste assez.

Ils se mettent en marche, lentement. Elle serrant toujours son sac contre elle. Elle l’interroge « Cela vous arrive souvent Mister Jenkins ? Je veux dire, de faire des rondes la nuit ? ». Le sourire demeure toujours présent, elle joue au même jeu que lui-même s’il ignore une partie des règles. Et cela l’amuse, elle doit bien se l’avouer. Elle jubilerait presque de l’ironie de la situation, même si elle ne devait rien lui montrer, se contentant d’un échange cordial entre collègues. Son regard parcourt les tableaux, les pierres de l’école de sorcellerie, avant de revenir sur Jenkins, il se révélait bien surprenant.

Jude Hopkins
Jude Hopkins
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Au pied d'un escalier - Page 2 Empty
Re: Au pied d'un escalier
Jude Hopkins, le  Lun 26 Nov 2018 - 14:24

Depuis leur rencontre qui remontait à quelques minutes, elle embrasait son visage grâce à un sourire. Elle en avait de l'amabilité et ce, à n'importe quelle heure. Eliott se sentait obligé de lui rendre la même, amusé à chaque fois qu'il observait ses lèvres.  Pas qu'il se moquait, loin de là, la présence de Wildsmith était loin d'être dérangeante. Il était uniquement charmé par ses traits illuminant sa figure. Il se faisait tard, ses émotions avaient tendance à être dupliqué.

Elle lui répondit, qu'elle comprenait mais également qu'il avait raison de se préoccuper de cela. Elle lui raconta que les élèves avaient tendance à essayer de sortir des dortoirs, ce dont il n'en savait pas grand chose puisque c'était bien la première fois qu'il se trouvait dans les couloirs aussi tard. Et puis, lorsqu'il avait sorti cette phrase, il avait surtout pensé aux menaces extérieures du château. Celui-ci était protégé mais personne ne savait de quoi l'avenir était fait. Puis, en tant que bon concierge qu'il n'était pas vraiment, il se devait de se préoccuper de la sécurité des élèves. Faire croire aux autres que les Mangemorts formaient un danger constant. Alors qu'au fond, il en pensait tout le contraire…

Elle lui proposa ensuite de l'accompagner, ce qu'il acquiesça d'un signe de la tête. Ensemble, ils montèrent lentement les marches qui menaient à leur chambre respective. La professeure se montra curieuse, le questionnant sur ses habitudes, notamment sur celle de faire des rondes la nuit. Cela semblait vraiment la préoccuper et le serpent se montra méfiant. Elle aussi, faisait-elle des tours la nuit ? Peut-être qu'elle savait qu'il mentait, parce qu'elle n'avait pas encore eu l'occasion de le rencontrer ? À ce moment même, il se concentra mentalement à ne pas rougir. Puisqu'il avait l'habitude de rougir lorsqu'il mentait et c'était comme ça qu'on pouvait discerner le vrai du faux chez lui.

Occasionnellement. Cela dépend de mon humeur et de ma fatigue aussi. Si mon corps se laisse bien tenter par le sommeil… Et vous, qu'est-ce que vous pouviez bien faire à cette heure-ci ?

Retourner la discussion à son avantage. Il avait hâte de voir ce qu'elle pouvait bien lui sortir. Mais peut-être qu'au contraire de lui, elle n'avait rien à cacher.
Invité
Anonymous
Invité

Au pied d'un escalier - Page 2 Empty
Re: Au pied d'un escalier
Invité, le  Lun 26 Nov 2018 - 17:37

Les pas sont lents, comme si aucun d’eux n’avaient envie de mettre un terme à la rencontre. Ou peut-être était-ce leur précédente rencontre qui les laissait ainsi patients ? Dans l’attente du temps qui passe, à contempler les minutes qui défilent, qui s’égrènent une à une. Les regards en coin échangés laissaient présager l’ironie de la situation. Mais si elle en avait conscience, qu’en était-il pour lui ? Nouveau sourire alors que seuls le bruit de leurs pas résonnent dans l’atmosphère étrange sèment silencieuse de Poudlard. Se pouvait-il que les pierres contemplent elles-aussi le sarcasme de la situation ?

Le silence ne dure qu’un temps, bien vite il est coupé par la voix de Jenkins, qui interroge, retourne la question, provoquant chez l’ancienne auror une hilarité incontrôlable. Comme s’il venait de surprendre une élève un peu amourachée hors de son dortoir. Elle se reprend, serre toujours son petit sac contre elle. C’est qu’il renferme un grand secret qu’elle n’est pas d’humeur à laisser voyager ailleurs que chez elle. « Des insomnies nocturnes, un besoin de courir pour oublier, sans doute ». Enigmatique, la voix s’éteint presque à la fin de sa phrase alors que son regard parcourt les tableaux au mur. Comme si elle souhaitait éviter son regard. Non parce qu’elle lui mentait, mais davantage parce qu’elle n’avait pas envie qu’il voit la faille en elle. Elle ne voulait pas que quiconque ici soit au courant de ses plaies béantes et sanguinolentes sur son âme.

Alors elle ne laisse pas le silence reprendre ses droits entre eux, bien loin d’elle la silhouette féline, on pourrait presque avoir l’impression d’une fragilité permanente dans ses traits tirés par la fatigue, dans ses yeux cernés des nuits sans sommeil. « Et vous Mister Jenkins, des insomnies peut-être ? J’imagine qu’il vous en faut pas mal pour pouvoir faire des rondes nocturnes ». Nouvelle pique alors que le sourire est revenu sur son visage, esquisse délicate au coin des lèvres, œil qui pétille d’une lueur nouvelle. Il ne comprendrait pas les sous-entendus et il fallait dire que la brune aimait beaucoup cette situation, c’était amusant, différent des relations qu’elle avait actuellement. Si on exception le point d’interrogation que représentait Ethan … elle chassait cette idée d’un mouvement de tête, qui fit onduler ses cheveux quelque peu … humides. Pas très agréable en somme.
Jude Hopkins
Jude Hopkins
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Au pied d'un escalier - Page 2 Empty
Re: Au pied d'un escalier
Jude Hopkins, le  Dim 9 Déc 2018 - 19:55

Wildsmith lui raconta qu'elle était sujette à des insomnies nocturnes. Qu'elle ressentait un besoin d'aller courir pour oublier. Excuses qui traversèrent l'oreille du concierge pour ressortir de l'autre, elles semblaient sincères. Il n'y portait donc pas plus d'attention qu'elles le méritaient. Néanmoins, alors que lui se permettait de la regarder droit dans les yeux depuis le début, il remarqua qu'elle avait baissé sa tête. Il considérait ceci comme une honte. Peut-être qu'elle avait également besoin de parler, de discuter comme lui avait pu le faire plus tôt dans la soirée ? Mais la professeure ne lui laissa pas le temps d'y réfléchir, de se consacrer puisqu'elle reprit directement la parole. Elle lui demanda s'il avait également déjà fait des insomnies pour pouvoir faire ces nombreuses rondes nocturnes. Détournement de situation, sa voix était beaucoup moins sûre qu'auparavant. Elle semblait instable. Cela rejoignait son comportement, bien qu'elle avait retrouvé le sourire.

« Quelques unes oui. Je suis également quelqu'un qui n'a pas besoin de dormir des heures pour se sentir bien la prochaine journée. Je considère même que c'est une perte de temps, de dormir. »

Perplexe face à ce qu'il venait de dire, il ne laissait aucune chance à son interlocutrice de démasquer ses mensonges. Il était plutôt confiant, il avait l'habitude de mentir. Il avait même tendance à le faire toutes les secondes de sa vie. Que ce soit par rapport à son intérêt pour l'Ordre Noir, son amour envers les hommes, ce qu'il savait qu'il ne pourrait pas cacher éternellement s'il désirait être heureux, sa famille également. Il n'en parlait pas, si ce n'est lorsqu'on lui demandait et qu'il avait une totale confiance envers la personne en face de lui, envers ses intentions. Il rendait de moins en moins visite à sa mère et à son père, il n'avait pas besoin d'eux pour évoluer et ne souhaitait pas qu'ils interviennent dans son avenir.

La montée avait beau être lente, il y avait toujours une fin et voilà que les deux se trouvèrent face aux appartements du personnel. Se trouvaient donc celui de la professeur et celui du concierge. Mais Eliott n'avait pas envie que la discussion s'échoue ici, en vain. Il avait la vive impression que son instinct lui disait de rester avec elle.

« Nous arrivons devant nos appartements. Je ne sais pas pour vous mais de mon côté, la fatigue n'arrive toujours pas. Alors si vous le souhaitez, vous pouvez venir avec moi dans mon appartement qu'on puisse terminer notre discussion. »

Et il ne fallait pas qu'elle voit une seule once d'ambiguïté puisqu'elle serait très vite déçue, ce n'était rien de plus qu'une soudaine envie de poursuivre les propos échangés.
Invité
Anonymous
Invité

Au pied d'un escalier - Page 2 Empty
Re: Au pied d'un escalier
Invité, le  Dim 9 Déc 2018 - 22:45

Elle sourit lorsqu’il lui indique qu’il n’a pas besoin de dormir beaucoup. Quelques fugaces images passent derrière ses paupières mais elle n’en dira pas un mot, elle éloignera aussi rapidement qu’ils étaient venus ses flashs de nuit emplies d’éventuelles passions. Ses nuits, bien au-delà des passions charnelles, sont remplies d’insomnies bienfaitrice, non pour elle mais davantage pour une cause à laquelle elle s’est enjointe corps et âme.  Aucune réponse ne s’extirpe de ses lèvres scellées, elle se contente simplement d’hocher la tête, acquiesçant ainsi au propos du concierge. Parfois, le silence se devait d’être roi, lorsqu’aucune parole, lorsqu’aucun propos, n’était utile pour se faire comprendre.

Les escaliers sont montés lentement mais la destination finale apparait toutefois rapidement, l’entrevue s’en retrouvera probablement écourtée. La douche serait rapidement prise, le corps et les chairs réchauffées par l’eau bouillante ruisselant sur un corps lassé d’une vie trop rapidement menée. Elle ne prenait jamais le temps de rien, tout allait si vite, si brutalement. Mais alors qu’elle s’apprêtait à souhaiter une bonne soirée à Jenkins, le voilà qui propose de continuer la conversation dans son appartement.

Elle le regarde, le toise un peu. L’étincelle dans les yeux n’avait pas disparu, bien au contraire. Elle luisait d’une allure nouvelle. Non pas charnelle, loin de là. Juste qu’il était intéressant qu’il propose cela alors qu’ils venaient justement de … passer la soirée ensemble ? Sourire en coin, lui ne le sait pas, elle si. Mais la soirée, ils l’avaient bien entamé ensemble, sur un jeu des plus séducteurs, sans trop savoir pourquoi, d’ailleurs.

Elle vacille sa tête sur le côté, semble peser le pour et le contre. D’un côté, la perspective de reculer sa précieuse douche la laisse pantoise, parce qu’elle en a réellement besoin, elle est transie de froid, les cheveux totalement détrempés par la bruine des docks londoniens. De l’autre, l’offre est alléchante. Poursuivre la discussion pouvait permettre d’en savoir davantage sur ce mystérieux concierge qui ne se confiait que trop rarement. Sauf aux balafres d’une vie autre, alternative masquée. Alors elle tente le coup, du bluff, comme si elle jouait au poker alors qu’elle ne connait aucune des règles de ce jeu.

« Eh bien, je suis d’accord avec vous sur la fatigue et poursuivre cette conversation me parait une perspective agréable … ». Sourire d’excuse qui passe sur le visage, elle montre de ses doigts frêles et tremblant sa chevelure humide et toujours ruisselante. Moins que depuis son arrivée dans le château mais encore bien mouillés, pas forcément agréable pour la poursuite d’une discussion, donc elle poursuit « … ceci dit … comme vous le constatez, je ne suis pas forcément en état pour une conversation … ». On va dire que claquer des dents à chaque mot n’aidait pas vraiment à avoir un échange intéressant. « A moins que vous ne me prêtiez votre douche l’espace de quelques minutes ? ». Dernière carte abattue, rentrerait-il dans son jeu sans avoir accès à la totalité des cartes qu’elle disposait à sa main ? Sourire d’attente sur le visage, prunelles vissées sur le visage du concierge, attendant sa réponse, ajoutant au passage « En tout bien tout honneur, bien évidemment »
Jude Hopkins
Jude Hopkins
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Au pied d'un escalier - Page 2 Empty
Re: Au pied d'un escalier
Jude Hopkins, le  Jeu 13 Déc 2018 - 21:08

Le sourire de la professeure, bien présent depuis leur rencontre, restait continuellement gravé sur ses lèvres. Elle semblait très aimable. Il ne savait pas vraiment d'où pouvait provenir cette bonté. Peut-être faisait-elle partie des gens qui pensaient que la joie pouvait être une puissance ? Ou bien tout le contraire. Elle pouvait également cacher ses réels sentiments, montrant qu'elle était heureuse alors qu'au fond elle était triste. Eliott ne pouvait pas le savoir et ne désirait pas commencer à dévier dans ce sujet. Il ne désirait pas que les deux commencent à discuter des problèmes qu'ils pouvaient rencontrer autour d'un verre. Ce n'était pas vraiment le but de la soirée – quoiqu'il n'y avait aucun but précis.

Elle prit quelques secondes avant de répondre, probablement en train de se demander si ça pouvait être une bonne idée ou non. Cette proposition avait été plus qu'amicale et il espérait vraiment qu'elle n'allait pas refuser par peur des intentions du Concierge. Il n'y en avait aucune, si ce n'était de discuter cette discussion plutôt agréable en cette fin de soirée, voire début de nuit. Après avoir eu son temps de réflexion, elle lui raconta qu'elle était d'accord avec lui sur les deux points mais qui lui fallait prendre une douche puisqu'elle n'était pas vraiment en état pour pouvoir poursuivre cet échange. Elle rajouta à la fin que cette demande d'emprunter la douche de l'ancien serpent était en tout bien tout honneur.

Plutôt surpris au début de la requête, il montra ensuite son plus grand sourire d'amusement avant de lui répondre, d'un ton plutôt ironique.

« J'accepte que vous empruntiez ma douche si vous acceptez d'arrêter de me vouvoyer mais également de m'appeler Eliott. Nous allons passer de bonnes minutes, si ce n'est des heures, ensemble, autant que ce soit dans de bonnes conditions, non ? »

Et cette fois-ci, il venait de laisser un sous-entendu intentionnel. Libre à elle de l'interpréter comme elle le souhaitait, il pouvait toujours mentir s'il le fallait mais il faut dire qu'elle lui laissait beaucoup d'opportunités.
Invité
Anonymous
Invité

Au pied d'un escalier - Page 2 Empty
Re: Au pied d'un escalier
Invité, le  Jeu 13 Déc 2018 - 21:34

C’est un jeu dangereux qui se noue dans les regards d’Elly et du concierge, elle le pressent. Continuer la soirée chez l’un d’eux n’était peut-être pas une bonne idée. Peut-être qu’elle aurait dû rentrer dans son propre logement, prendre sa douche tant désirée et tenter de dormir, sans se poser plus de questions. Mais le jeu de séduction mis en place quelques heures plus tôt à laisser ses traces, une marque de son passage. Elle a envie de jouer, elle devait bien l’admettre. Au-delà des balafres, au-delà des cicatrices qui jonchent sa peau, au-delà de ses cheveux humides qui dégoulinent d’une pluie nocturne, il y a un jeu, latent, dangereux, qui les enchainent, elle le pressent, là, du bout des doigts.

Un sourire s’empare du visage de Jenkins, l’illumine d’une lumière nouvelle. L’avait-elle seulement regardé durant leurs échanges précédents ? Ou c’était-elle contentée d’un rapide regard vide et sans intérêt ? Elle ne sait pas trop, elle est supposée tout ignorer de lui, alors qu’elle en sait davantage que quiconque ici dans le château, elle en est certaine. Il répond après, de manière très ironique, elle en est certain mais elle feint la carte de l’ignorance, trouvant qu’il était sans doute plus agréable, pour elle en tout cas, d’être une parfaite petite idiote qui ignore tout de lui. Et devenir surprenante si la rencontre valait la peine.

En tout cas, il accepte qu’elle emprunte sa douche, et cela fait pétiller ses yeux. C’était faire entrer le diable dans ses appartements, en avait-il seulement conscience ? Elle n’avait plus d’attache, aucune retenue. Si ce n’est un fer chaud qu’elle battait lorsqu’il était nécessaire d’user la force. Ce qui ne semblait pas être le cas. Mais comme dans tous jeux, il y a des règles, et c’est lui qui expose les premières limites d’un jeu aux contours encore bien flous. « Très bien Eliott. Je vais donc tenter de ne plus vous … de ne plus te … vouvoyer ». Sourire furtif qui passe sur son visage alors que ses yeux luisent toujours d’une étrange lueur. Il y avait bien longtemps qu’elle ne s’était pas sentie aussi vivante que ce soir. Comme si la présence de l’homme, ou juste son ignorance des faits, pouvait raccrocher l’enseignante à autre chose que l’immense vide qui avait pris part dans son âme, son esprit et son cœur.

C’est ainsi que, presque comme deux vieux amis, ils s’étaient mis en marche vers l’appartement du concierge. La brune se demandait si lui, à l’inverse d’elle, il avait procédé à une quelconque décoration des lieux. Elle se demandait ce qui composait l’homme, au-delà des idéaux qu’ils avaient en commun. Parfois, alors qu'ils marchaient côte à côte, elle se risquait à quelques oeillades pour mieux saisir ce qu'il était.

- Fin du RP -

:kiss:
Haiko Kanakis
Haiko Kanakis
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Au pied d'un escalier - Page 2 Empty
Re: Au pied d'un escalier
Haiko Kanakis, le  Dim 20 Jan 2019 - 14:47

Le retour de l'oisillon
pv. Jennifer Wilson

Je suis un peu perdu depuis que je suis revenu, il y a tant de nouveaux visages d'un coup, j'ai l'impression d'être revenu en première année. Les élèves de ma classe me regarde bizarrement, ils ne comprennent pas comment je peux avoir doubler alors que je suis aussi consciencieux. Ça ne doit pas les rassurer pour la suite mais je trouve ça amusant.

Je m'ennuie un peu durant mon temps libre, c'est sans doute pour ça que je passe autant de temps plongé dans mes manuels scolaires, je n'ai pas grand chose à faire d'autres, c'est dommage mais tant pis. Au moins, plus personne ne m'ennuie depuis que je suis revenu, c'est plutôt une bonne chose. Comme quoi, avoir gagné une bonne dizaine de centimètre pendant ces années n'a pas servi à rien.

L'autre bon côté c'est que les élèves qui m'ont ennuyés semblent être passé à autre chose ou m'avoir totalement oublié. Ça fait tout de même du bien de ne plus marcher avec cette angoisse perpétuelle comme un nœud dans l'estomac qui rappelle à tout instant que l'on est menacé.

J'avance dans les couloirs un peu perdu dans mes pensées quand un visage que je connais bien apparaît au loin. J’hésite à l'interpeller, me demande si elle me reconnaîtra ou même voudra simplement bien me parler. Puis, je ne sais pas si j'ai envie qu'elle se rappelle de moi, de mes yeux qui pleurent et de mon nez cassé. Je me tord les mains en même temps que le cerveau alors que l'hésitation prend part de tous mon corps.

Finalement, je me lance : Jennifer ?! Tentant d'attirer son attention avant qu'elle ne disparaisse pour de bon. Je presse le pas et m'avance dans sa direction. Elle a grandit depuis la dernière fois, pourtant, elle est toujours aussi jolie. J'ai le cœur qui bat un peu vite sans savoir si c'est à cause de ma marche rapide ou de sa proximité. Je la regarde l'air de la supplier de me reconnaître, de ne pas déjà m'avoir oublié. Je ne sais décidément pas ce que je veux...
Jennifer Wilson
Jennifer Wilson
Référent·e en formationSerdaigle
Référent·e en formation
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Fourchelang


Au pied d'un escalier - Page 2 Empty
Re: Au pied d'un escalier
Jennifer Wilson, le  Dim 20 Jan 2019 - 22:18

La journée de cours avait été particulièrement éreintante. Pour une fois, j'étais bien contente de me rendre dans au dortoir. Marchant d'un pas léger pour déposer mes affaires et souffler un peu avant le repas du soir, une voix masculine bien qu'encore un peu jeune me fait sortir de mes pensées en m'interpellant, que je reconnaîtrais pourtant entre mille soit disant passant, me demandant si durant une seconde je n'ai pas rêvé avant de me faire me retourner vers elle.

« Hai... Haiko ?  »

Directement, un sourire s'étire alors sur mes lèvres jusqu'aux oreilles en voyant le beau jeune homme qu'il est devenu devant moi. Il ne peut en être autrement. Quelle surprise...si je m'attendais à celle-ci. Cette dernière semble apaiser la journée que je viens de passer et me fait sentir aussi légère qu'une plume... Si lui semble être dans le même état d'esprit en me voyant, je dois dire qu'il en est de même pour moi et agréablement. Je ne me souvenais pas qu'il parlait à l'époque même prononcé un mot ne lui était pas facile. Je suis contente de voir qu'il s'est ouvert, heureuse de voir qu'il a pris de l'assurance et, je ne saurais dire vraiment pourquoi, mais le fait de le voir prononcer juste mon prénom me fait quelque chose. Je déglutis. Ce quelque chose que vous ressentez au ventre comme un nœud qui se tord pour se mêler à diverses émotions qui vous traverse en un instant... ce n'est pas normal mais pourtant, c'est tout à fait ce que je ressens en ce moment même.

« Je... Comment vas-tu ?  »

Manière maladroite de lui demander sans aucun doute ce qu'il était devenu depuis tout ce temps. Car, oui, il avait habité mes pensées plusieurs fois. Mon regard ne peut s'empêcher de le fixer ancrant mon regard presque profondément au sien n'améliorant pas au passage mon cœur qui semble s'emballer à nouveau. Je grimace me sentant idiote sur l'instant. Bon sang, je fais vraiment tarte face à lui. Reprends-toi, Jennifer !

« Je suis heureuse de te voir ici. »

Simple et concis. Je ne pouvais être plus claire. Des tas de questions se bousculaient dans ma tête et je les forçais à ne pas franchir mes lèvres. Je me surpris à prier pour que cet instant dur encore un peu... qu'il ne parte pas aussi vite qu'il m'était apparu...
Haiko Kanakis
Haiko Kanakis
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Au pied d'un escalier - Page 2 Empty
Re: Au pied d'un escalier
Haiko Kanakis, le  Sam 26 Jan 2019 - 22:56

J'avoue que j'aurais voulu plus encore apprendre à la connaître avant de partir comme ça j'aurais pu lui voler un câlin en toute innocence et elle n'y aurait vu que l'attachement d'un petit frère. Dommage, dommage. Je ne sais pas trop ce que je dois dire alors je continue à lui faire un grand sourire comme pour lui signifier la joie constante qu'elle m'offre. C'est vraiment bizarre, j'ai l'impression que rien n'a changé et en même temps, tout semble différent. Le constat en est presque effrayant. C'est ça grandir ? S'éloigner des gens pour s'en rapprocher encore plus ? J'ai des papillons dans le ventre, littéralement, comme si un truc remuait dans tous les sens et d'un autre côté, j'espère vraiment que ce ne sont pas des papillons parce que… Les pauvres !

Oh heu.. ç-ça va ! Dans la famille éloquence, je demande Haiko ! Je me maudis intérieurement. De quoi j'ai l'air maintenant hein ? Il serait temps de disparaître dans le premier trou que je trouve, un sortilège pour rapetissir ça existe pas ? En tout cas, je ne le connais pas. On devrait nous apprendre ce genre de truc en cour, ça serait bien plus utile dans le cas où une jolie fille nous pose des questions basique auxquelles ont arrive pas à répondre. Mes mots m'abandonnent au pire moment, je trouve ça super lâche mais d'un autre côté il ont bien raison de disparaître, courir c'est peut-être tout ce qu'il reste à faire pour le coup.

Oh heu oui, toi aussi ! Beaucoup ! C'est bon la crédibilité était définitivement dans son cercueil. Mais bon sang, que se passe t-il ? Et pourquoi j'ai les mains qui tremblent soudainement ? Je déglutis - pas à l'aise pour un sou - avant de jeter un rapide coup d'œil à ma montre. Fichtre, je vais être en retard en botanique, il faut encore que je traverse tout le parc ! Comment expliquer ça, elle va vraiment croire que je la fuis mais tant pis, pas le choix, je suis vraiment un trop bon élève pour sécher - même pour les beaux yeux de la blonde. Je suis désolé, je suis vraiment en retard ! Je… Heu… Je t'oublie pas promis ! On se revoit bientôt ! Je lui fais un rapide signe de la main avant de m'éloigner prestement tout rouge de honte. Quelques secondes plus tard, un immense sourire prend possession de mon visage. Je sautille en sortant du château, la tête légère et le cœur battant à tout rompre.

Fin du RP, pour moi ? Merci ! À vite !
Jennifer Wilson
Jennifer Wilson
Référent·e en formationSerdaigle
Référent·e en formation
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Fourchelang


Au pied d'un escalier - Page 2 Empty
Re: Au pied d'un escalier
Jennifer Wilson, le  Mar 29 Jan 2019 - 20:18

Je crois qu'il y a pas plus mignon qu'un jeune et beau garçon qui rougit sous votre regard regard vous donnant en même temps la même sensation comme si vous vous regardiez dans votre propre miroir ne sachant même pas comment nommer cette dernière ce qui est d'autant plus frustrant.

Je suis heureuse de la réponse en tout cas qu'il me donne même si j'avais voulue, je me mentirais en disant le contraire, un peu plus de détails. Où était-il durant tout ce temps, avec qui a-t-il passé ses dernières années ? Je ne peux m'empêcher de me poser tout un tas de questions silencieuses mais son regard fini par m'hypnotiser presque toute entière et à vrai dire je pourrais oublier tout ce qui se trouve autour de nous quand sa voix me ramène finalement à la réalité. Je hoche maladroitement la tête me demandant même si c'est possible d'avoir une telle réaction.

« Je.. Oui bien sûr..Vas y. »

C'est dans un murmure que j'ai prononcé ces mots ne m'ayant qu'à moitié entendu parler moi-même tout en le voyant s'éloigner dans un sentiment de déception presque total. Pourtant, c'est un sourire aux lèvres qui ne me quitte pas lorsque je retourne vaquer à mes occupations tout en essayant de ne pas avoir la tête dans les nuages. Quelque chose me dit que sa promesse de se revoir bientôt sera totalement respectée. J'ai confiance en lui.  

Fin du Rp. Merciii à toi, des :kiss:
Contenu sponsorisé

Au pied d'un escalier - Page 2 Empty
Re: Au pied d'un escalier
Contenu sponsorisé, le  

Page 2 sur 2

 Au pied d'un escalier

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.