AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 2 sur 3
Soirée chez les sorciers
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Elhiya Ellis
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard

Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Elhiya Ellis, Mer 4 Juil 2018 - 16:05



En venant de
Pv Ethan
LA sign
Mise en page si je croise un PC

Crack

Ça sonnait bien dans tes oreilles, t’avais même pas entendu si ton passager avait raler ou s’il était en train de gerber tout votre concours de boisson dans le néant qui te retournait dans tous les sens. Alors même ivre, l’idée fixe sur la bouffe à la maison tu la lâchais pas, car t’avais faim. Ou du moins jusqu’à ce que la nausée ne surgisse à son tour et vous vomisse sur la porte d’entrée de la maison de ville de tes parents. T’avais du brouiller le bras d’Ethan mais c’était le dernier de tes souci alors que tu le lachait et courrait vers la jardinière de géranium de ta mère pour les arroser d’un mélange peu ragoutant de bonbon et spiritueux qui avait mal tourné. Y’en aura une qui sera ravie au réveille, à moins que le bouquant ne réveille tes parents.

Fallait dire que si toi t’étais en vrac alors que tu avais décidé de transplaner, t’osais plus tourner la tête pour vérifier le brun que t’avais abandonné par terre, sur les pavés. Enfin, plus car tes neurones faisaient du pogo dans ta boite crannienne que par remord d’avoir embarquer le capitaine sans rien dire.

–C’était qu’y’avai d’la houle Cap’taine James, et des viscères de poiscailles !

En soit ça se tenait, ton ivresse était parfaitement logique le nez dans les plantes roses et blanches souillées de pépites multicolores Et i l’odeur ne collait au palais, t’arrivais quand même à papillonner des yeux pour voir toujours aussi flou mais surtout, pousser délicatement le pot de fleur qui s’écrasait bruyamment au sol pour récupérer ton double de clés.  Maison moldu contenant des sorcier, il fallait donc un sesame-ouvre-toi de ferraille que tu levais au ciel, le regrettant aussitôt.

– Trouvéééééé

A brailler comme ça, en plus de ton mal de tête offert par le mouvement trop vif, t’avais l’impression d’avoir les tympans qui demandait grâce, t’arrachant une nouvelle grimace douloureuse. C’était qu’elle parlait très fort dans ta tête la baguette de métal qui permettait d’aller finir ta vie dans un canapé moelleux, elle et disait qu’il fallait la mettre dans la serrure. Une clé intelligente ! Tes parents avaient du l’ensorceller pour les soirs comme ça. Pourtant les yeux plissés en simple fente, tu ne voyais pas d’orifice pouvant faire office de bouche sur ce machin que tu tournais dans tous les sens.

- Hey matlot ! t’as déjà vu des breloques bavardes ?

Si tu avais été un peu plus en état, les pensées capables de s’assembler t’aurais surement vu qu’en fait ton interlocuteur était le passager de tes voyages du jours
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Turner
Ethan Turner
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Ethan Turner, Jeu 5 Juil 2018 - 8:33


Pv Elhiya
L.A Sign

T'avais gagné! Enfin tu l'avais trouvé, la petite sirène qui détallait aussitôt comme un lapin cherchant son terrier, à la seule différence qu'un lapin ne devait probablement pas s'exclamer de cette manière. Ton esprit embrumé avait mis quelques secondes pour comprendre que le but du jeu venait de changer. C'était accommodant pour la petite lapine; lorsqu'elle perdait, les règles changeaient. T'avais compris que vous aviez passé d'un jeu de cache-cache à un autre où tu devais être le méchant de l'histoire. Celui qui devait capturer la princesse du royaume, cette dernière cherchant son prince charmant. Tu aurais bien voulu occuper ce dernier rôle, ne serait-ce que l'instant d'une soirée, mais tu n'étais pas trop en état de négocier ta position avec le scénariste de l'histoire, si scénariste il y avait. Tu espérais que "méchant londonien" était un rôle payant au bout de la ligne, alors que tu commençais à courir vers la tigresse étrangement devenue lapine.

Décidant de te laisser aller au jeu, tu avais commencé à émettre des grognements de brigand assoiffé d'innocence et de richesses, glissant occasionnellement une réplique de ton nouveau script du genre ;

-Arrhaa! Vvvou nne m'é-ccchappe répaa!

Tes mouvements étaient disgracieux, trébuchant quelque peu maladroitement sur les divers obstacles qui te barraient la route, sans pour autant t'envoyer valser au sol. Elle avait de l'avance, la demoiselle, se permettant même de se retourner au milieu de sa course, afin d'observer tes vaines tentatives de la rattraper. Tes mains blessées étaient de moins en moins douloureuses, alors que ton esprit était incapable de se concentrer sur plus d'une chose en même temps. La surprise avait par contre animé ton visage alors que tu voyais la lapine quitter la verdure du parc pour arrêter sa course ne pleine rue, tel un animal effrayé par les phares d'une voiture menaçante. Il n'y avait pourtant personne sur le pavé, hormis toi et ton gibier, qui semblait maintenant sagement t'attendre. Les règles de ce nouveau jeu n'ayant pas été établis, tu avais préféré ne prendre aucune chance lorsque tu l'avais finalement rattrapé, et t'était saisi de la main de la petite bête duveteuse avant que celle-ci ne puisse se... CRACK

Ça tournait, dans tous les sens, l'obscurité, le ciel, la lumière des réverbères, le pavé, la brique... Le sol avait changé sous tes pieds, et les décors également. Tu ne te sentais pas bien, vraiment pas bien, alors que ton dernier repas était désireux de ressortir par l'orifice d'où il était entré. Trouver un endroit, et vite, un endroit qui n'était pas le sol sous vos pieds. Retournant près du bitume de la rue, tu avais ouvert le couvercle d'une poubelle avoisinante et avais laissé ce qui restait de votre précédent passage au cereal killer café se déverser dans les ordures. L'odeur provenant du bac à déchets n'aidant en aucun cas ta cause, tu avais finalement passé plusieurs dizaines de secondes là, à te vider de toute matière ingurgité ces dernières heures. D'abord, le bol de toilette, puis maintenant, la poubelle; à choisir, tu préférais encore la première option, bien plus propre que la seconde, en plus d'offrir une certaine fraicheur.

Tu t'étais finalement relevé de ta position ridicule, en entendant le commentaire du lapin redevenu moussaillon. Retournant lentement auprès de la verte demoiselle, tu réalisais bien assez vite que ses entrailles n'avaient pas non plus apprécié se transplannage.

-Auccun maelsss...mmaaaelss- trrom nne ppeut v'nir àbou d'nouus... mma joliiie!

En réalité, si quelqu'un aurait distribué les points, vous auriez très certainement été les perdants de cette bataille, même si vos navires semblaient toujours à flot. Pas comme ce pot de fleurs, qui rejoignait durement le pavé, pour révéler une petite pièce de métal denté.

-Oooh! Jjje ssai sse que cè!

Oui, tu avais deviné qu'il s'agissait d'une bonne vieille clé, qui devait servir à ouvrir la porte se trouvant devant vous. D'ailleurs, vous étiez où, là? Un léger regard autour de toi t'indiquait que la mer semblait un peu plus calme désormais, mais surtout, que vous deviez être de retour devant la maison des parents d'Elhi. C'était logique après tout, que la blondinette sache où se trouve la clé de l'endroit, si on était bel et bien chez elle. Par contre, tu te rendais bien compte que, si la verte avait trouvé votre ticket d'entrée, elle ne semblait pas se souvenir de son fonctionnement. Cette fois, au moins, vous n'aviez pas à chercher quel était la bonne porte à déverrouiller. La tâche à accomplir devait donc forcément être à votre hauteur. Histoire de donner un petit coup de pouce à la jeune femme, tu lui avais glissé la réponse à son questionnement, ne te rendant pas compte qu'il aurait été un peu plus intelligent de baisser la voix en premier lieu.

-Dans lla serr- uure. Met lla dddans.

La retournant de tous les côtés, l'illustre corsaire ne semblait pas saisir tes paroles; peut-être devais-tu essayer dans un autre language? Le language des alcooliques! Oui, tu avais trop bien parler pour qu'elle te comprenne, ça ne pouvait être que ça.

Tu réfléchissais à une façon plus adéquate de communiquer avec l'ivre demoiselle, perdant assez rapidement de vue le sujet en cours de route, quand soudainement tu l'entendais t'interpeler, te sortant par la même occasion de tes pensées. Une breloque bavarde? Quoi? Où ça?

-Laisssss mmoi vvoir!


Te rapprochant de la demi-trigresse demi-lapine, tu t'étais penché au niveau du bout de métal qu'elle tenait, prenant le bras de la jeune femme pour qu'elle porte l'objet à ton oreille. Tu écoutais la clé te parler, mais elle devait être trop timide en ta présence, puisque rien ne sortait de son absence de bouche. Histoire de briser la glace, tu t'étais retourné vers la baguette de métal en question, avant de te lancer :

-Soiiiit ppas timiiiiide, ddi mmoa qulqquel choz.

Un nouveau détournement de tête, afin de t'assurer que les plus fins mumures arrivaient à tes oreilles, mais tu n'entendais que le vent, et la coquine à tes côtés. Déçu, tu t'étais relevé avant d'ajouter, à l'intention de la blonde jeune femme.

-Jj'crois qu'elle m'aimme ppas. Peeut-être qque dan lla serrr – uure, elle vva plus baavarder.

Accompagnant les paroles au geste, tu avais déposé une main sur la porte d'entrée de l'immeuble, histoire de la désignée. Toutefois, ton équilibre étant ce qu'il était, c'est plutôt tout ton corps qui s'était affaissé sur la porte en question, te cognant la tête contre cette dernière, t'arrachant un "aïyeuuh" de douleur, avant de te redresser péniblement.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Elhiya Ellis, Ven 6 Juil 2018 - 20:29


Mais si elle causait la clé, t'en étais persuadée. T'avais voulu lui reprendre le sésame des mains pour le secouer et intimer violement a l'objet de parler et plus vite que ca, mais le pirate d'eau douce avait deja décidé d'embrasser passionnément la porte de tes parents, appuyant par la sonnette par la meme occasion. Un son strident te fit sursauter. Où, quand, comment? Dans quel monde cette sonnette moldue avait été remplacée? Et aue fouttait Crumble ici? Car c'était bien crumble sur la tête du garcon non?

-Gniiiii casse toi l'piaf!

Mouvements désordonnés des mains, tentatives vaines de faire partir le supposé oiseau de la chevelure toute douce de ton corsaire. Tu voulais pas qu'il soit coiffé de fiante, si tu en venait à l'ebourrifer dans un malentendu.

-Allééeuh!

Volées de mimines en direction de la bouille du capitaine licorne -qui disait bosses disait cornes- le claquant involontairement d'une baigne incontrôlée et bruyante. Comme si voys n'aviez pas assez trahi votre présence jusqu'à  présent.. surtout que dans la manoeuvre, la bestiole au séant bien posé sur Ethan n'avait pas bougée. Anormal situation Crumble s'envolait au moindre geste en sa direction usuellement.. et là, eclair de génie : ce-n'était-pas-crumble !

Effarée, les mirettes ouvertes à leur maximum -mais qui n'y voyaient quasi rien quand même- tu te penchais à l'oreille du brun, discrètement -supposement-, le gratifiant d'une rencontre de ton fron et quelques boucles d or, pour chuchoter.

-Bouge pas! Jvais vous sauver princesse James!"

Gryffondor dans l'ivresse. No fear, no shame, tu aggrippais soudainement et d'un coup sec l'intrus bouffeur de neurones ! Car ce ne pouvait être que ca! Un vampire à cerveau! Manque de bol le tien fonctionnait ou du moins tu le pensais- ! Et sans procédure tu etrippait l'animal en faisant des confettis -enfin dans ta tete- avant de lr balancer par terre sans le reste de géranium et de gerbe. Victorieuse tu sautais en l'air bras vers le ciel hurlant un "huhu" avant de partir contre le mur de la maison, transformant le hu en "humph" et le second hu en "aieeeuuuuh". No pain no glory/victory! T'avais oublié cherie! Du coup tu maugreais, t'appuyant sur le vantail de ton habitation, te massant la tempe jusqu'à ce que tu sentes l'attraction terrestre te rappeller soudainement.

-Gniiiii

Et douleur fracassante au fessier faisant boudonner les oreilles alors que l'incomprehesion la plus totale mirroitait dansdes opales d'azurs endormies.

-Et bien les enfants, ca va? Elhi cherie, que fais tu par terre?

-Stoi qui lévite moman!

Et a l'envers en plus, tu voyais ses mollets dénudés sous sa robe de chambre en flanelle. Par contre, le regard reprobateur, tu ne le voyais pas lui. Tu te contentais d'un sourire en coin ivre d'amusement pendant que tu t'asseyais pour reculer en glissant sur ta robe.

-sbon! On scouche! T'inquiète! Jveux de la chantilly avec.. non.. avant!

Sourire béat passant de ta maman, complètement désabusée au jeune homme qu'elle faisait rentrer pour fermer derrière vous, non sans regarder dans la ruelle si vous n'aviez pas réveillé tout le quartier.

- Mes fleurs! Notre petite couronne d'accueil ! Vous avez fait quoi!! Mademoiselle demain vous me devrait des explications!

Non vraiment? Car vous sembliez sobre à ses yeux là ? Tu battais des cils te retenant de rire, en vain.. un éclat cristallin s'éleva dans le sallon. Tu tombais en arrière sur un oreiller sans arriver à t'arrêter. Pliée sur le côté, les larmes aux yeux tu tentais de lui réponde.

- ou... i..

Comme si votre état n'etait pas assez comprehensible... irritée, ta génitrice croisait les bras et soupirais avant d'aller dans la cuisine vous preparer ta commande gourmande. C'était qu'elle plait à toustrs caprices alors tu t inquietais pas trop et ca te laissait le temps de récupérer un peu et reprendre ton souffle. T'installant au prix d'un effort incommensurable  tes prunelles embuées cherchaient ton compagnon du soi.

-Mon capitaine? Après vous pour les escaliers!

Nouvelle quête épique qui t'avais fait oublier ta mère qui revenait
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Turner
Ethan Turner
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Ethan Turner, Sam 7 Juil 2018 - 15:04


Pv Elhiya
L.A. Sign

Un bruit, ta chute avait causé un drôle de bruit. Pas le genre attendu, enfin si mais il y avait du bruit en bonus. Le genre de bruit assez aigu et puissant qu'on ne veut pas faire en rentrant chez les parents d'une pirate. Parce que si les pirates ça fou la trouille aux enfants, vous imaginez les parents des pirates? De vrais monstres des océans, un truc du genre Cthulhu très certainement. Enfin, tes parents à toi étaient plutôt du genre dauphins et épaulards, mais c'était très certainement pour ça que c'était ta concurrente qui menait le bal, et que toi tu suivais, hypnotisé.

Par contre, là, maintenant, il n'y avait rien d'hypnotique dans les gestes de la descendante du dieu de l'ancien monde. En effet, la blondinette semblait s'être mis en tête que le truc qui te servait de chapeau n'était nul autre qu'un oiseau de proie vicieux et mortel. Le truc qui te servait de... chapeau!? Mais... il y avait aucun chapeau dans ton habit de pirate, quoique tu aurais bien aimé avoir un tricorne, c'est classe quand même les tricornes. Mais là, qu'est-ce que ça pouvait bien être!? Était-ce ton fidèle perroquet qui avait enfin retrouvé son chemin jusqu'à son maître? Mais non, un perroquet n'a absolument rien de dangereux, à moins qu'on lui cherche des noises.

Ta réflexion sur l'origine de la bête avait bien vite cessé, lorsque tu avais été forcé de constaté que la blondinette voulait prendre ta défense. Ta tête se retrouvait criblée de petits coups d'une demoiselle qui devait forcément avoir de la parenté avec le raton laveur du parc. T'arrachant un "aaaaaarrrgh" bien audible, tu avais été forcé de relever les mains devant toi afin de protéger ton visage des agressions multiple qu'il recevait. Tu ne savais pas encore par quel miracle, mais l'oiseau de proie semblait toujours tenir bon sur ta tête. En fait, c'était probablement dû au fait que la demi-déesse visait comme un pied.

Tu n'osais pas encore rouvrir les yeux, alors que tu sentais la jeune femme s'approcher de toi pour te dire qu'elle allait te sauver, et te donner le titre de princesse par la même occasion!? Ah ça non, monsieur! Elle était d'une insolence, peu importe l'état d'esprit, elle allait subir ta punition divine!

Manque de bol, tu n'avais eu que le temps d'ouvrir les yeux pour constater que ton assaillante s'était finalement saisi de ce fameux oiseau de malheur – qui avait plutôt une drôle de tête pour un oiseau en fait - . La... couronne de... fleurs!? S'était retrouvé au sol, après avoir été malmené par ta nouvelle bienfaitrice. Bon, elle ne méritait peut-être pas tant que ça une punition en fin de compte, le temps te le dirait très certainement. Ça où tu oublierais très rapidement tout ce qui venait de se passer. C'était d'ailleurs un peu ce qui rarrivait, alors que ta compagne de soirée, dans un excès d'excitation, c'était cogné contre le mur de sa propre maison, pour finir sa course au sol. Tu t'étais penché à son niveau, pour voir si elle allait bien, quand soudainement, dans un bruit de coulissement, la lumière au bout du tunnel apparaissait sous vos yeux. Devais-tu rejoindre l'autre côté? N'étais-tu pas trop jeune pour mour... Ah bah Nan, c'était maman Ellis qui avait ouvert la porte d'entrée pour vous.

-Ooooooohh rreggar – de elhiiiiii, lla ccclé a app elé eau ssecour. Bbon – jjjour maddamme eelliiis.

Tu affichais un large sourire à la contrôleuse des tickets d'entrées. Avec beaucoup de chance, elle ne se rendrait pas compte de votre état d'ivresse apparent. Enfin, cette probabilité s'amenuisait au fur et à mesure que l'un de vous ouvrait la bouche, particulièrement pour faire constater à Ylana qu'elle était en train de léviter...

Le dévoilement de l'heure fatidique où vous devriez mettre un terme à cette soirée ne sembla pas avoir un effet particulièrement bénéfique sur l'humeur de la blonde mère. Il faut dire que de trouver sa couronne de fleurs en piètre état, et sa jardinière arrosée d'une substance dégoutante ne devait pas avoir aidé. Par contre, le semblant de réprimande émis par Ylana ne sembla pas choquer outre mesure la verte et argent, qui commença même à se marrer, jusqu'à finir plier en deux. Toi, qui suivais la blondinette, tu avais énormément de mal à te retenir de rire également. Quelques pouffements t'avaient finalement échappés, même si au fond de toi tu n'arrivais pas à savoir qu'est-ce que tu trouvais drôle. La vérité était que tu étais d'humeur à rigoler, et que de simplement être le témoin du fou rire d'elhi était suffisant pour t'en refiler un également.

Installé à l'extrémité du canapé, tu avais regardé, l'air ébahi, la maitresse de maison s'enfuir dans la cuisine afin d'exécuter les moindres caprices gourmands de sa fille. Cette femme était bien trop bonne pour un homme comme Edwinn, et tu avais essayé de lui redonner le sourire en étant devenant le plus courtois des deux adolescents.

-Vvvou eeen faitt pas m'damme elliiiiis. On est reentré ssain et sauuf. Rrrien dde bizz...bizzz – art, nnou èè arrrivé.


Tu étais persuadé que c'était suffisant non? Si vous auriez transplanné en direction de poudlard, vous auriez bien terminé à Beauxbâtons! Quoique la perspective te semblât soudainement alléchante, tu n'étais pas certain que vos familles auraient été contentes de ce transfert illégal d'établissements. T'aurais pu revoir Karver par contre!

-Eeellhii, t'crrois qque Bbbôbbâtttons s'troop lloin?

Cette dernière phrase avait été dite juste après la mention des escaliers, et ton esprit embrumé se demandait si les deux n'étaient pas intimement liés.

-Bbb – eaubâtttons c'en hô ddè essssc...essscallier? On vva vvoiiir!

Mais voilà que la plus âgé des deux blondes revenait avec vos collations sucrées du soir, une gâterie pour récompenser deux gamins qui n'avaient en aucun cas été des modèles de sagesse. Tu n'avais pas de temps à perdre, tu devais vérifier si beauxbâtons étaient bel et bien à l'autre extrémité de ces fameuses marches qui menait à l'étage supérieur. Tout le monde savait que, sur une carte mondiale, la France se situait un étage au-dessus de l'Angleterre. Bon, comme vous deviez aller jusqu'aux Pyrénées, il vous faudrait peut-être bien monter deux étages, mais rien n'était impossible lorsqu'on avait la force de nos convictions!

Tu avais donc saisi la montagne de chantilly à l'arc-en-ciel de couleur qu'on t'avais tendu, remerciant ivrement au passage la maitresse des lieux, avant de te relever pour retomber aussitôt sur ton siège.

-lle vven... iiil ppoussse ppa ffort. SSSortté lla ggran vvoil! Avais-tu dit, avant de dévorer une grande quantité de chantilly d'une seule bouchée.

C'était sucré, très sucré, mais tes papilles gustatives aussi ivres que toi dansaient de joie face à tant de bonheur en crème. Fort de ton nouvel apport en énergie, tu t'étais relevé, gardant cette fois ton équilibre tant bien que mal, attendant que la mer se calme pour poursuivre sur ta lancée.

En titubant légèrement, tu t'étais rendu jusqu'au pied des fameuses marches, qui semblaient s'étirer vers l'infini. Tu devais bien admettre qu'il s'agissait là d'un obstacle trop dangereux pour que tu n'utilises pas toute l'agilité de tes deux mains. Tu t'étais donc affairé à terminer ton bol de crème chantilly, là, devant l'escalier, avant de déposer le récipient sur le côté de la première marche, de sorte à ce qu'il ne gêne pas ton ascension.

-Miss elhi au rapport! Nous nous apprêtons à traverser la manche!

Puis, attendant de voir la petite bouille mignonne de ta nemesis navale apparaître dans ton champ de vision, tu avais finalement entamer cette nouvelle quête qui t'avait été confié.

-Vers l'infini et p insérer le bruit d'Ethan qui se brise la figureaïe

Le choc avait été violent, particulièrement parce que tu t'étais pris un coin de marche sur la tempe, mais surtout parce que tu ne t'y attendais pas. Ta montée triomphal s'était retrouvé en attente après seulement trois malheureuses marches, et tu sentais déjà le besoin de terminer les autres sur tes quatre pattes. En attendant de te remettre sur pied, tu regardais les étoiles apparaître autour de toi, puis autour de la blondinette. Elle avait droit à toute une constellation celle-là; la constellation du boursouflet! Bah quoi, c'était toi qui la découvrais, alors à toi de la nommer.

-Bboursssoufffflet. Avais-tu dit, encore bien sonné, le doigt pointé vers la constellation, et par le fait même, la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Elhiya Ellis, Lun 9 Juil 2018 - 11:48


Si le James semblait ravi de voir Ylana, et prenait soin de lui assurer que rien d’étrange ne vous était arrivé, ta maman s’était contenté d’un soupire en l’entendant déblatérer. Toi, par contre, t’avais figé un instant, essayant de comprendre pourquoi il parlait de l’école de sorcellerie française. Les sourcils froncés, la moue boudeuse tu claquais de la langue en le fusillant du regard.

–Bah, pourquoi ? C’rempli de blondasse en tutu bleu, j’vois pas s’que tu veux y trouver !

Bah ouai, des blondes y’en avait partout, ici même d’ailleurs, devant lui, au cas où il l’avait pas vu ! C’était vexant comme tout, pas besoin d’aller en France pour en trouver. Et puis la France la seule chose que t’avais trouvé intéressante là-bas c’était un anglais blond qui buvait au biberon. Alors Beauxbaton pouvait aller se rhabiller, ils ne faisaient pas le poids face à des bulles de mousse au marshmallow.

– Marshmallowwww

Oui voila… rien ne faisait le poids face à un esprit embrumé d’où seul émergeait quelques bride d’idées et souvenir qui te faisait saliver d’envie, tant par les petits carrés cotonneux plongés dans un chocolat chaud que par le parfum délectable de la peau douce du blond qui courrait sous te lèvres ; Un sourire béat s’était affiché sur tes lèvres, pendant que Ethan, parti au combat annonçait vouloir traverser la manche, ou sa manche, ou la tienne. Quoi que non, t’avais pas de manche toi tu portais un corset… Mais lui il en avait des manches en fait, noires, douce et assez jolie qui pendouillait sous son poignet pendant qu’il te pointait du doigt après avoir lamentablement chuté.

Le sourire figé sur la bouche, le sourcil relevé, tu te demandais de quoi il parlait, cherchant de gauche puis de droite, dans des mouvements rapides, si Myrtille vous avez rejoint.

-Myrtille ? Myyyyyrrrrtiiiiiilllllleeeeuh ?

Pas de réponse, ou du moins pas celle que t’attendais, t’avais mal aux cheveux à bouger la tête comme ca et devait prendre appuis sur la rambarde, estimant que le pirate était le seul et unique coupable de cet affront fait à tes neurones.

– Nannnnnn elle est pas lààààà ! Tu dis n’importe quoiiii d’abord

– Ca va aller les enfants ? Je vous monte ça à l’étage, ou je vous laisse tout ca en bas. Je préfèrerai que vous montiez au lieu de brailler dans le couloir, vous allez finir réveiller ton père.. Aller, ouste montez à ma suite, je vous sert au grenier.

Grenier ? Elle avait dit grenier ? T’avais papillonné des yeux, t’accrochant à la main courante pour enjamber plus ou moins correctement le brun, grimpant lentement, et de facon peu stable les marches. Une à une, pas trop vite, sans jamais la chercher la glissière.

–Venez James ! Un butin se trouve tout en haut ! un vraiiiiii cette fois

Enfin pour toi c’était un vrai trésor : de quoi s’affaler sur un matelas moelleux, pas dit que le garçon avec toi pensait à ça, mais t’en savait rien et n’était plus en état de penser. Arrivé sur le palier du premier étage, ta mère vous lançait deux bloclang, agacée de vos palabres d’ivrogne. Chose que tu n’avais pas compris, car tu continuais à parler alors qu’aucun son ne sortait de ta bouche. Niveau de complexité de la communication élevé au maximum. Irrité par votre lenteur, elle usa une nouvelle fois de sa baguette pour faire léviter Ethan –qui trainait- jusqu’au grenier aménagé. Tu voulais hurler à la triche mais tes lèvres s’agitaient seule sans rien faire de plus.

Mère ingrate qui te forçait à continuer ton ascension, alors que l’autre princesse des mers se retrouvait tranquillement abandonnée sur le tapis doucereux de TON appartement privé. Elle te laissait galéré, punition maternelle très certainement, sauf que tu y voyais de l’injuste et rien de plus. Mécontente et les genoux et tibias cognés plusieurs contre les marches, tu te laisser tomber violement sur le sofa, bras croisés, à bouder. Ta mère rigolait, et posait le plateau de coupe chantilly et chocolat chaud sur la table basse.

- Pensez à insoniriser cette pièce… Quoi que.. je vais vous chercher des cookies et je le fais…  essayez de pas vous couper en faisant tomber les coupelles..

T’avais tiré la langue pour simple réponse et levais le menton de manière altière en attendant qu’elle parte
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Turner
Ethan Turner
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Ethan Turner, Mar 10 Juil 2018 - 15:20


Pv Elhiya
L.A. Sign


Myrtille? Mais non, c'était boursoufflet! Est-ce qu'elle tentait de renommer ta constellation? La blondinette avait beau se trouver en plein dedans, ça ne lui donnait pourtant pas autorité sur le nom du regroupement stellaire! Ce privilège te revenait encore de droit.

-Noooooon, bbbour sssoufff -

Mais la voila qui s'agitait et te faisait comprendre que Myrtille n'était pas là. Bien sûr qu'elle n'était pas là, c'était le boursoufflet qui était... parti!? Les étoiles s'étaient tous dissipés, pareil que quand le soleil se levait. C'était l'effet de la petite tête blonde d'Elhi peut-être? Elle avait chassé le ciel, et ses étoiles! Tu restais bouche bée devant autant de puissance venant d'une seule personne, sans pour autant lui pardonner d'avoir tenté de voler ta découverte.

Voilà maman elhi qui tentait de s'en mêler, elle osait même te dépasser dans ta course en direction des terres françaises, non mais elle avait du culot celle-là! D'abbord, la plus belle qui renomme le fruit de tes recherches, et maintenant l'ainée qui désire planter son drapeau en terres sauvages avant toi. Ce devait être de famille en fait ce trait de caractère, vouloir s'approprier les exploits d'autres sorciers. Ça te rappelait vaguement un illustre écrivain qui avait jadis réussi à faire croire à toutes ses lectrices qu'il avait vraiment vécu les aventures qu'il décrivait dans ses bouquins. Un certain... gilder... Oh mais! Comme sa génitrice, le serpent des mers se faufilait devant toi en t'invitant à partir à la chasse au trésor, dans les hauteurs de la France.

C'était ton idée, de traverser la manche, et voilà que tout le monde te dépassait. Il y avait un trou béant dans ta grande voile ou quoi? C'est sûr que, depuis le sol, ça ne pouvait pas avancer très rapidement. Retrouvant une position d'équilibre incertaine, tu avais tenté de rattraper le duo de demoiselles à la rapidité ahurissante. N'empêche, l'appel des trésors était tout de même plus alléchant que celui de découvrir la France. Avec l'or des coffres que vous trouveriez, vous n'auriez très certainement plus besoin de vous limiter à la France, toute l'Europe s'ouvrirait à vous!

-...!!! !? ...!!

Pourquoi aucun son ne sortait de ta bouche, lorsque tu désirais parler? Ylana semblait pourtant toujours douée de paroles, elle! Enfin, il quelques secondes plus tôt c'était encore le cas, même si tu n'avais pas saisi un traitre mot de ce qu'elle avait dit, trop concentré à maintenir ton fabuleux rythme d'une marche à la fois. Peut-être étais-ce une malédiction, qui t'empêchait de parler si ce que tu avais à dire n'était pas intelligent. Dans ce cas, est-ce que tu ne devrais pas plutôt considérer ça comme une bénédiction? Ton toi sobre aurait probablement été en accord avec cette dernière affirmation, mais là, sur le moment, tu trouvais ça plutôt embêtant. Comment allais-tu pouvoir naviguer, si tu n'arrivais pas à communiquer avec ton équipage?

Bon et bien, tes prières semblaient avoir été entendu par un être supérieur. Ça ou tu avais développé de nouveaux pouvoirs que tu ne contrôlais pas. Un tapis volant, on t'avait changé en tapis volant. C'était une drôle de sensation, et tu étais presque certain que la maîtresse des lieux avait un quelconque rapport avec l'entité divine qui s'occupait d'exaucer tes voeux. Tu n'avais maintenant plus qu'À... attendre d'arriver à destination, en silence. Limite, tu te sentais un peu comme un objet, dans cette situation, mais tu commençais un peu à avoir l'habitude, avec la verte et argent, qui te trainait un peu partout comme une poupée de chiffon.

Vous aviez atteint assez aisément – enfin surtout pour toi – la fameuse région de Pas-de-calais, qui n'était nulle autre que le grenier de chez les Ellis. L'éclairage de la pièce était particulièrement agréable aux yeux, alors que le mobilier restait simple et accueillant. Tu sentais que cet endroit était fait pour le marin que tu étais, simple mais accueillant toi aussi. N'est-ce pas, tendre blonde qui tire la gueule alors que miss Ellis vous quittait afin d'insonoriser l'endroit, et vous emmenez des cookies. Puis, comme ça, vous sembliez retrouver l'usage de vos langues, pratique lorsqu'on a du chocolat chaud nappé de chantilly à proximité.

-El...hi? Ssssè-te endd roi hè mmaaa gniifik. Rrrem merrcion pppozé iiidon ppourr sse ppasssa – j.

L'émeraude dorée refusait de t'accorder le moindre regard, têtue comme une mule dans son agacement qui ne trouvais source nulle partipart dans ton esprit. Comment diable amadouer une féline demoiselle qui n'a d'yeux que pour... l'alcool et...les bisous et... le sucre? Bah avec du sucre, pardi! Oui parce que bisouiller quelqu'un qui nous veulent veux, c'est un carton rouge hein, à moins que ce soit déjà gagné d'avance, et tu n'estimais pas que c'était ton cas, aussi séduisant pouvais-tu être, vêtue de la sorte. Pour ce qui était de l'alcool, bah t'étais pas Jésus hein, pour transformer le chocolat chaud en vodka. Par contre, le sucre, ça t'avait à ta disposition, et en bonne quantité quand même.

Tu avais donc pris peu de crème chantilly sur ton index droit, et l'avais passé sous le nez de la demoiselle de façon joueuse, te permettant même un "oooOOoooH mmmaiis qqque vvoici" faussement surpris. Avant de descendre plus bas, au niveau de sa bouche. Tu t'étais bien sûr assuré de piger ladite crème dans la coupelle qui semblait te revenir de droit, ne voulant pas t'attirer plus davantage de colère de la jeune demoiselle.

-Un sssour irr é tttu as ppeut avvoir ttou mma chhh an ttilly.

Tu lui avais adressé le sourire le plus franc et niais qu'il t'était donné de faire, une expression teintée très visiblement d'un breuvage aux origines russes.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Elhiya Ellis, Mar 10 Juil 2018 - 20:47


Poséidon? Mais se quoi il parlait le simple mortel qui n avait meme pas le prénom d'un dieu ou d'un demi dieu grec? T'avais pas compris et puis tu voulais pas de toute façon, t'étais vexée et outrée d'être ainsi clôitree dans ton propre grenier alors que c'était ta destination initiale. N importe qui aurait remercié  maman mais c'était l'ingratitude de la jeunesse qui croisait les bras et avait décidé de ne plus écouter ce que le pirate des bocaux à poisson rouge avait à raconter. De toute façon tu comprenais rien à ses palabres depuis que ta capacité de reflexion c'était faite la malle dans un verre de vidka coloré.

Alors  cette agression soudaine, de ton bout de nez avait nourri le reflexe primaire de survie : un coussin agrippé avait volé. Cible toute choisie : l'hérétique à la chantilly. Sauf que la force de l'enthousiasme avait envoyé balader l'oreiller dans la tete de ta mere qui fulminait silencieusement. Un bruit étouffé d'une chute d'un contenant de plus t'avais soudainement interpellée.

- Elhiya... je ne vais rien chercher de plus si tu renverses quemque chose. Maintenant, vu que vous ne semblez pas disposé à vous coucher, essayez de ne pas faire de bêtises! Elhi retire cette chantilly de ton nez, et Ethan... non rien. Je suppose que tu ne peux rien à ce sourire niais sur ton visage

Coup d'oeil rapide a la cause du depit de ta maman, tu apercevais la bouille trop lumineuse du matelot des escaliers, t'arrachant un pouffement.

-Nan smieux comme ça maman

Interdite une seconde, la blonde maternelle soupirait et tournait les talons, fermant la porte et jettant un sortilège dessus dans l'espoir de ne pas être embêtée par vos gaminerie. Toi, tu t'etais juste contenté de glisser decant la table basse pour prendre ta coupelle de chantilly en tirant la langue au brun


-J'suis chez moaaa, jbouffe ta chantilly si jveuuuux! Mais z'ai la mienne de toute !

Une lampee après c'était une moustache blanche et cremeuse que tu possedais. Preuve de ton crime sur la sucrerie clapee en trois cuillèree.  C'était que c'était bon au final et que tu lorgnais sur celle d'Ethan desormais.

-Donneuh moa caaa. Quand on veut manger comme à bobaton on mange po caaaa!

T'en savais rien poir être honnête, mais tu troucais ça cohérent dans un coin de ta tete. Le comment du pourquoi t'avais échappé et ne caressait même pas ton esprit bien trop engulé dans un arc en ciel liquide ingéré trop vite.

-Les pirates sont privés de chantilly de toute facon!

Fait indéniable !
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Turner
Ethan Turner
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Ethan Turner, Mer 11 Juil 2018 - 13:04


Pv Elhiya
L.A. Sign

Elhi avait eu de la chantilly sur le nez, oops! Tu tentais d'afficher un air faussement désolé, mais ton énorme sourire niais ne voulait pas se décrocher. Ce n'était pas volontaire, ce petit nez sucré, mais tu trouvais le visage de ta canonnière préféré d'autant plus mignon. Il ne lui manquait que de petites moustaches fines le long de ses pommettes, afin de compléter cet aspect félin presque trop angélique pour elle.

Ta consoeur scolaire ne semblait en aucun cas amusée par ta maladresse, faisant voler un projectile d'une mollesse dont tu ne serais finalement pas témoins, puisque ce dernier allait finalement rejoindre la tête de l'autre blonde, celle qui revenait d'une mission cookies, à en croire ses dires. Une main avait rejoint ta bouche maintenant grande ouverte, dans une expression d'outrage, dirigée vers la maitresse des lieux. Tout ceci n'était qu'un cique, l'oeuvre d'un acteur digne des plus grands hommages. Tu ne craignais aucunement la colère de madame Ellis; si elle aurait réellement voulu vous gronder pour votre comportement inadéquat, vous auriez déjà passé une salle quart d'heure. Maman Elhi était beaucoup trop gentille avec vous, peut-être qu'elle t'aimait bien? La première de toute la famille, très certainement. Quelques secondes, et la femme te donnait raison, en vous réprimandant de la façon la plus faible qui soit; c'en devenait presque un appel à tester ses limites.

La blondinette avait toutefois retourné ton attention vers elle, alors que sa mère quittait de nouveau la pièce, vous laissant finalement seul, vous et votre état d'esprit de gamins à qui on avait donné une rare permission de dépasser le couvre-feu. Elle avait même eu l'amabilité de lancer un sortilège sur la porte; lequel? T'en savais rien hein, probablement quelque chose de drôle afin de vous jouer un tour si vous quittiez le grenier.

Une révélation sur les règles de la maison était ensuite parvenu à tes oreilles. Comme ça, elle pensait pouvoir voler ta chantilly parce qu'elle avait terminé la sienne? NON MAIS!? Tu t'étais saisi du récipient encore bien rempli, et l'avais éloigné de la fourbe verte et argent, tendant les bras portant les trésors bien loin de la criminelle des mers. Une nouvelle expression hollywoodienne était apparu sur ton visage, celle de la méfiance. Tu n'avais pas tenu ainsi plus que quelques secondes, avant de lui tirer la langue à ton tour, et de commenter :

-Sssssi ttuv veu, fffau vennirr lla chh chherché, é piiis té ppa une ppirattt toa?

Oui et bien, la dernière affirmation de la tigresse éveillait quelques interrogations en toi. Si elle naviguait encore mieux que toi sur les mers déchaînées, arrivait à pécher de plus grands monstres marins que toi, et volait la sagesse de ses victimes, qu'est-ce qu'elle pouvait être d'autre qu'une pirate? Une sirène c'était bien beau pour les métaphores, mais au bout de la ligne, ça n'arrivait pas à mettre le pied sur un bateau, une sirène, et pour cause, ça n'avait tout simplement pas d'appendices inférieurs!

-Ttt'a mêêêêmme la bbarr b'. Avais-tu ajouté, le sourire niais de retour sur ton minois, alors que tu désignais la bouche de la jeune femme de la pointe de ton menton. Dans le but de t'assurer que la blondinette te comprendre, tu t'étais léché la lèvre supérieure, avant de retrouver ton air joueur. Ça restait plus simple que d'essayer de parler, parce que tu étais forcé d'admettre que tu avais du mal là, mais jouer de ta langue, ça tu savais encore faire.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Elhiya Ellis, Mer 11 Juil 2018 - 15:09


Nan, mais, chantage à la chantilly ? Il croyait quoi le pirate d’eaux usées ? Qu’il arriverait à te soutirer quoi que ce soit sur ton propre terrain ? Chez toi de surcroît, dans tes propres appartements privés ? IL avait de l’espoir le petit là. Tu l’avais regardé le rictus aux lèvres, genre à le défier alors que vu sa capacité de communication, il devait strictement ne rien voir, alors jouer les divas offusqué ne devait absolument pas fonctionner. Mais qu’importait, dans ton élan, tu le fusillais d’un regard même pas noir, les bras croisés, le menton relevé feignant désormais d’etre vexée à cette histoire de barbe. En vrai tu ne saisissais absolument pas de quoi il parlait et haussais les épaules avec dédain.

– Et alors ? Toi non plus !

Pas que ce fusse un problème, surtout que si on regardait le premier nom de ta liste de relation masculine, métisse asiatique qui de par ses origines était exempté de pilosité irritante.  Enfin, avant de partir sur un débat concernant la possibilité virilité ed l’aiglon soudainement mis en cause, tu cherchais ta baguette en tâtonnant sur ta robe à la recherche d’une poche. On t’avais détroussé de ta veste comportant le précieux bois de frêne, te relayant au rang de moldue totalement dépourvu de pouvoir magique face à une coup de sucrerie à voler à un autre sorcier bien incapable de faire quoi que ce soit de la magie qui l’habitait. Alors t’avais avancé vers le brun, à quatre pattes –question de stabilité avec le plancher qui dansait-  juste pour coller ton nez au sien en te redressant. Car même si ca ne se voyait pas, tu avais fais attention à ne pas lui mettre un coup de boule en plus. Car une corne ça faisait licorne, mais deux ça faisait bouquetin, et niveau ridicule il en aurait pour plusieurs jour le piaf acculé contre le bas du canapé. Du coup, le sourire goguenard totalement stupide vissé aux lèvres, tu jouais avec les bouton de la surchemise sans arriver à rien, mais comme lui non plus n’était pas en état de voir que tu étais totalement inoffensive, tu passais dans l’intimidation puérile.

– S’pas un souris qui me dira quoi faire, sauf si elle veut se faire croquer

Pas sure que la menace, prononcée en étant levée sur tes genoux, a demi affalée sur la supposée proie faisait grand effet, mais toi t’estimais que oui, alors, le sourire désormais en coin, tu te penchais pour attraper la coupe de trésor qu’il avait gardé dans une main, perdant ton fragile point d’équilibre, t’étalant au final sur le pirate sans pour autant atteindre le butin sucre.

– Mais dooonneuuuuh où jte ramène auch’teau !

Encore une menace sans grand poids vu ton incapacité à montrer de toi-même les escaliers, mais a part les narrateurs personne ne le savait, enfin si, ta mère, surement pour ça qu’elle avait fermé la porte de la piece, si ca se trouvait elle vous avez même enfermé ! Un smirk dans  les mirettes à cette idée, tu changeais de stratégie, restant affalée sur le nouvel oreiller à la chemise décolleté pour partir en chatouillis des deux mains sur ses flans.

– Mutinerie mon capitaine ! la vie ou la chantilly ! choissisez !

Enfin, t’avais pas laissé le choix au pauvre garcon que tu chatouillais sans plus de procédure. Dire qu’il y’avait un sort pour ça et que là tu devais gigoter les doigts tels des petits poulpes en train de frétiller…
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Turner
Ethan Turner
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Ethan Turner, Ven 13 Juil 2018 - 12:55


Pv Elhiya
L.A. Sign

♬♬

Elle se rapprochait, la tigresse des mers à la moustache alléchante. Ce n'était pas pour ton joli minois, mais plutôt pour ce que tu gardais du butin que la mère de la blondinette vous avait donné, tel un dragon qui était sans le sou. Elle t'avait dépouillé de tous tes autres biens, la jeune femme, lorsqu'elle avait gagné son pari, en abusant de sa proie, dans les toilettes. Tu étais le seul qui n'avait rien gagné au change, en dehors de quelques baisers qui commençaient à fort te manquer. Tu y tenais donc, à cette coupe de chantilly, qui gagnait en importance plus le temps passait.

En effet, si la sucrerie n'était qu'un remontant pour toi, elle semblait devenir plutôt l'objet d'un nouveau jeu pour ta complice, et tu n'oserais jamais abandonner une nouvelle compétition contre la navigatrice des océans chocolatés, pas sans y gagner quelque chose au change. Il était par contre particulièrement difficile de rester concentrer sur la fameuse crème, alors que le mot "croquer" résonnais à tes oreilles. Tes opales observaient l'avancée de l'émeraude océanique, te forçant à te reculer quelque peu, tentant tant bien que mal de garder une distance raisonnable entre l'objet de tes désirs, et le sien.

Tes mouvements étaient bien futiles, puisque la joueuse avait terminé son rapprochement le nez collé au tien, ton regard dévorant les pétales de roses qui se dressaient maintenant si près de toi. Elle avait ensuite, assez étrangement, commencé à tenter de te dévêtir; ce n'était pas le moment de flancher, tu devais à tout prix gagner ce nouveau duel, sans quoi la blondinette allait te rappeler ce double échec pendant des mois durant. Ton défi ne faisait qu'augmenter en difficulté alors que des petites mains maladroites tentaient vainement d'enlever ta chemise. Pourquoi donc cette soudaine envie de te déshabiller, si son but était l'obtention de la coupe que tu tenais toujours à bout de bras? La méthode employée était des plus étranges, mais ne te laissait aucunement indifférent, peinant de plus en plus à contrôler tes envies de savourer, toi aussi, une sucrerie à saveur d'interdit.

Dans une vaine tentative d'atteindre la source de vos désirs sucrés, le corps d'elhi avait rejoint le tien sur toute sa longueur, créant une proximité qui avait de quoi élever de quelques degrés l'état de tes pensées. Tu sentais son faible poids tenter de t'écraser, et tu n'avais envie qu'une chose désormais, te mettre à table. Ta partenaire de crime n'entendait par contre toujours pas complètement à jouer, à moins qu'il ne s'agît là d'une quelconque forme de déni, puisqu'elle osait même te balancer une menace de rapatriement express au château.

-Ttt'y trrouvv erra ppa dde chh chhhanti lly, ô chhhat tt'eau

Une expression de défi était apparu sur ton visage, rapidement effacé par le regard malicieux du trésor que tu n'avais toujours pas pillé complètement. Tu avais du mal à suivre ce qui se passait dans l'esprit de ta comparse, mais une chose était sûre : si la jeune femme était trop éméché pour commencer à te dévêtir, tu trouverais bien une façon de lui faire disparaître sa robe, lorsque l'occasion s'y prêterait, t'étais prêt à utiliser les dents si nécessaire. Le nouvel assaut sur ta personne ne tarda pas, mais il était bien diffèrent cette fois.

Des chatouillis, elle s'était mis à te chatouiller! Non! Par Merlin, au secours!

-Ahahaahaha, elhiiii arr êêêttt'.

Tu rigolais comme l'idiot que tu étais en cette fin de soirée à la sobriété absente, c'était plus fort que toi. Tu avais profité de toute la concentration qu'il te restait pour déposer le Saint Graal par terre, pendant que l'attention de la féline demoiselle était sur ta personne. Puis, utilisant la force que tes entrainements de Quidditch t'avais imposée, tu t'étais relevé, des larmes d'hilarité perlant sur tes joues, et tu avais inversé les rôles, t'installant par-dessus la jeune femme, que tu avais gentiment plaquée contre le sol de ton corps. Tes mains avaient maintenant tout le loisir d'immobiliser les siennes, tâche qui s'était avérer plus complexe que prévu, la tigresse ayant visiblement encore de l'énergie à revendre.

-Ttttssss, ssst'u vveu, jjje ttt'é chang' ma chhanti ttilly cconttr un bbaizé. Pppour lla llibertté c'va êtttre pplus chhh ère, pppar contr'.

Tu avais approché ton visage du sien, collant tes pupilles dans les siennes. C'était ton tour d'afficher un sourire mesquin, dévoilant le peu d'intérêt que tu portais réellement à la friandise qui t'avait été généreusement offerte. Tu ne le réalisais pas encore totalement, mais tu tenais probablement plus du serpent que ton hôte piaf, ce qui ne te décevait en rien, au final.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Elhiya Ellis, Mer 18 Juil 2018 - 12:04


TW I guess

Regard de défi ? Ouai, si t’étais en état de l’interpréter tel quel. Soyons franc, t’avais rien vu, rien entendu, rien compris. Enfin, entendu, si avec du mal, car il bégayer le capitaine de soirée abandonné de sa verve trop sérieuse et des neurones apte à esquiver l’attaque de chatouille. Dans le rire enfantin, t’avais vu du coin de l’œil le précieux butin s’envoler dans les cieux, a moins que ce ne fut car ton point d’équilibre avait changé soudainement. « Maiiis euh » Offuscation extrême, et même pas de réponse à ton chantage, c’était donc d’une mutinerie qu’il était question. Tu n’étais pas moussaillon, mais pouvais bien prendre le sabre entre les dents et sauter par-dessus le pont pour faire valoir tes droits de conduite du navire. Car c’était à toi de naviguer là où tu voulais et pas à un piaf ébouriffé de le faire.

Sauf que le pirate avait plus d’un tour dans son sac. Vil et mesquin il avait emprisonné tes poignets, te faisant pouffer de rire. La crédibilité était en jeu, et il ne l’avait pas gagnée. Un marchandage éhonté comme si tu allais plier à ce genre de bassesse. Tu gigotais dans tous les sens. La tête de gauche, de doite, les bouclettes dorées volant de part et autre du minois qui rigolait « Nan, nan, nan ». Les paillettes de l’étourdissement dans les mirettes, tu t’arrêtais quelques secondes pour voir le monde, et les opales azurées du dit James valser étrangement. « Mooooh t’as plein d’zieux ! » Mais lui, c’était pas vraiment ce qu’il intéressait, il semblait avoir trouvé des diamants au fond de tes prunelles lumineuses d’ivresse. T’avais figé, un instant, affichant un sourire en coin mesquin absorbant la demande du brun avec le peu de présence d’esprit encore en éveil. «  Nan, nan, nan, j’crois qu’t’as pas compris ! » Le sourire carnassier s’élevait, t’étais pas une souris pas un lave-ponton, et puis celle qui devait porter le tricorne c’était toi et pas lui.

De tournoiement de poignets, et vol de LA, t’avais libéré tes main, avec une douleur que tu ne ressentirais que plus tard pour glisser les doigts dans la tignasse et briser la finie limite qui vous séparait. Il avait pas tout compris le James, s'il s’ pensait en position de force, il ne le serait jamais, sauf si tu le lui concédais. Et d’un baiser humide manquant de douceur, tu t’abreuvais du rhum de nuit, emmêlant ses mèches de cheveux avec appétit. Une morsure volontaire avant de le lâcher, tu humidifiais ta lèvre d’un coup de langue rapide, gardant les opales dans les siennes. « Et si j’veux pas être libérée ?  Pis… c’moi la prisonnière là ? on dirait po »» Malice et bêtise au bout des doigts t’étais parti glisser ceux de la main droite au-dessus de la ceinture de pantalon. Titillant les sens, continuant à mettre la feu au poudre du marin qui cherchait le soulagement du combattant alors qu’il n’avait même pas mené de guerre.

Si t'étais femme de droit, de foi ou de lois, tu aurais menotté James et serais parti tricoter dans un coin en lui disant qu'il n'était qu'un petit malotru. Mais de femme t'étais encore une ado qui jouait. De droit tu ne voyais que la forme de son col où tu allais y déposer quelques baisers mouillés et une aspiration legere de la chair. Et de lois, t'avais la vague idée qui murmurait qu'il était pas majeur, mais toi non plus aux yeux des moldus. Alors pour tricoter t'avais surtout le sens du T9 buggé qui chatouillait ton esprit et réchauffait les gestes. Pas que t'avais froid, Non, au contraire, t'avais même un peu trop chaud aux joues ou au cerveau.  Aussi en bonne hôte tu te devais prendre son de ton invité, crochet er larcin aux mains ou non. Les doigts venaient donc à son aide avant qu'il ne suffoque du manque d'air et la ceinture glissait sur les anses de cuir avant d'apprendre à voler jusqu au canapé "Oups, à plus de quoi me faire prisonnière quel dommage" tout autant qu estimer que détacher le bouton de pantalon permettait d'aider à respirer. Souci d'anatomie humaine de toute évidence. Les poumons c'était plus haut. .

Maintenant tu le narguais le capitaine sans navire. Tu restais bien contre le sol, en innocente proie, minaudant timidement. Il se prenait pour geôlier après tout et le rôle de fausse victime te plaisait. "comment tu fais maintenant?"
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Turner
Ethan Turner
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Ethan Turner, Mar 24 Juil 2018 - 15:01


T.W.
♬♬

Q-Q-Quoi? Si tu avais partagé allègrement les esclaffements de cette traitresse de canonnière, tu n'avais pas été en mesure de voir venir la suite des choses. Des menottes de pirate, il n'y avait rien de plus solide! Et pourtant, l'émeraude s'était débattue avant que la torture ne puisse commencer, et n'avait fait que d'un bouché des liens qui l'entravaient. Qu'allait-elle bien pouvoir faire maintenant? Copier tes gestes pour renverser la vapeur, et ainsi débuter un éternel jeu de roulade qui finirait probablement aux pieds de l'escalier? Non... de ses mains habiles elle avait saisi les filets de ton navire, pour que tu hisses les voiles en sa direction. Le pont s'était mouillé d'un tentacule se rapprochant à un monstre marin gigantesque mais miniature, et ton petit monde de bois et d'eau de mer s'effondrait ainsi violemment.

Comment être victime d'une addiction sans en être le moindrement conscient? Une phrase que tu devrais te demander, une fois que tes esprits te seraient rendus. Pour le moment, tu n'avais que le désir de lui rendre son abordage, et renchérir sur la passion de ce dernier. La serpillère avait longuement été passé sur le pont avant que l'envahisseur se retire en haute mer, non sans laisser une trace de morsure dans ton navire, une façon de signer son agression que tu ne connaissais maintenant que trop bien. Puis, l'esprit malin avait senti bon te décontenancer encore davantage, d'un commentaire tantôt aguicheur, tantôt provocateur.

Un nouveau défi? Était-elle réellement de celles qui aimaient sentir les barreaux d'une cage contre sa peau? Le sourcil relevé, tes yeux ronds s'étaient fait malicieux alors que la jeune demoiselle retirait un morceau de ton habillement. Jouant de ses doigts dans des mers qui étaient jusque-là très calmes, le vent se relevait maintenant rapidement, forçant l'équipage fantôme à hisser les voiles du navire sur un grand mât qui manquait de place pour les accueillir. Le morceau de cuir avait rejoint un endroit qui t'était complètement égal, avant que tu n'aies droit à un nouvel appel de la tentation de la chair. L'écoutille venait de sauter, et la voilure se gonflait soudainement autant que l'espace restreint le lui permettait.

Un rôle était joué, la tigresse s'était volontairement métamorphosé en félin totalement inoffensif, avant de poser une dernière question, testant ta réaction. Tu voyais clair dans son jeu, enfin, aussi clair qu'il était possible de voir avec autant de verres dans le nez. D'un doigté agile, tu t'étais à demi dressé, basculant ton corps pour qu'il soit en équilibre, avant de saisir la baguette cachée dans ta poche. Retrouvant ta position initiale, penché par-dessus l'ancienne tigresse, tu avais déposé tes mains de chaque côté du buste de ta prisonnière, baguette pointée en son sein. Une drôle d'idée t'avait parcouru l'esprit, alors que tu observais l'endroit où la brindille de bois se terminait. Un sortilège...un seul, est-ce qu'il marcherait? Si oui, la situation serait des plus comiques, mais tu avais assez rigolé, ton corps t'appelait à de plus intenses sensations.

Tes divagations t'avaient presque fait perdre de vu la raison initiale de cette soudaine sortie de ton arme première de son fourreau – ta baguette magique bien sûr, celle en bois de citronnier -. Le défi qui t'avait été lancé refaisait brièvement surface de tes pensées, sufisamment longtemps pour que tu t'exclames :

-Pppa dprrro'blèm, jjjé ppplu d'un tttour d ddans mmonsss-acc. #Incc ccarc rm! Mmiin sse. #Iiin ccarrr c'rm! Mais rien ne se produisait. Qui l'eût cru, l'incapacité à prononcer plus d'un mot correctement s'avérait être un ennemi mortel en situation de combat, même si le cas présent n'en était pas une. Rrrhaa é ppui mmm erd.

Abandonnant la tige magique à un destin qui t'était bien égal, tu t'étais finalement abandonné complètement à l'appel du désir, et avait retrouvé les pétales de roses de la féline demoiselle, le bas de ton corps sur le sien, alors que vous échangent se faisait de plus en plus langoureux. Tes yeux s'étaient aventuré à cesser tout enregistrement l'espace d'un instant, avant de finalement reprendre conscience, animé par ton insatisfaction. Tu t'étais légèrement redressé à partir de la taille, afin d'avoir une meilleure vue de ta proie. Te tenant en équilibre précaire d'une seule main, tu glissais de l'autre sur la clavicule de la briseuse de liens, te mordant la lèvre inférieure au contact de la douce peu de la jeune femme. D'une douce balade, les doigts avaient rejoint les quelques sanglettes de cuir aidant le maintient du corset de la blondinette. Détachant une à une les attaches du cuir, tu avais réussi à étendre ainsi ta surface de jeu, passant ta main dans le cou de cette douce sirène repêché en haute mer. De la pulpe de tes doigts, tu passais à une caresse du bout des ongles, que tu n'avais qu'en très faible quantité, rappelant ainsi le sort qui était réservé aux instigateurs de mutineries.

-Jeee vvou cccon ddamne à lla ppllus ssév vère ddè pppeinne, madd demoiz el.

D'un mouvement de tête, tu avais collé tes lèvres sur la joue de la jeune femme, poussant sur la tête de cette dernière dans un bisou brusque, révélant à toi le lobe d'une oreille que tu allais de ce pas mordiller avant de parcourir d'un chemin de bisous le cou de la condamnée. Ta main de nouveau libre s'était, dans un même temps, aventuré sur les arabesques d'un vert impérial qui recouvraient le corps la victime de tes lèvres. Un passage s'était dessiné de l'épaule aux côtes, empruntant un détour par les doux monts vallonneux où une attention aux détails avait été apportée. Une arrivée en règle s'était faite sur des cuisses dénuées d'un amas de tissus. Le terminus avait été atteint en harmonie avec celui des lèvres, qui n'osaient s'aventurer plus loin sur le territoire où le tissus régnait en maître.

De ta main aventureuse tu avais relevé le bout d'étoffe dépassant de la taille de la jeune femme, révélant de nouvelles couleurs cachées à ta vision, pour ensuite te redresser quelque peu, mordant toujours ta lèvre inférieure à la découverte de la demoiselle se cachant sous toi. Tu t'étais reculé afin de bien caler tes genoux entre les cuisses de l'étudiante, la ramenant par la suite vers toi, pour que vos corps soient de nouveaux en contact, une ceinture inexistante appelant un bout de tissu plus tôt relevé. Tu t'étais replongé en avant, entre les lèvres de la jeune femme, tous tes sens en alerte, un prisonnier quémandant une porte de sortie, que tu ne lui offrais toujours pas. Ce baiser s'était fait plus chaud et humide, alors que vos corps atteignaient le point d'ébullition, et que tes mains se glissaient lentement derrière ta prise, la relevant en ta direction petit à petit. Tu avais bien réalisé qu'aucune pièce de vêtement ne quitterait le corps de la tigresse sans que cette dernière ne te tourne le dos un instant. Elle avait après-tout requis ton aide pour l'enfiler correctement, il était donc normal que le chemin du retour ne soit pas aussi aisé que celui qu'avait emprunté ta ceinture.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Elhiya Ellis, Lun 6 Aoû 2018 - 15:41


C’était ça non ?

Tw – ca se bisoute-

Une baguette posée sur une zone peu propice à accueillir ce genre de chose, tu n’avais pas bougé pour autant haussant juste un sourcil provocateur et souriant, terriblement amusée. Tu t’étais même permise de te tortiller doucement, innocement, en petite fille sage qui attendait une sentence tout en te mordant la lèvre inférieure sans jamais le lâcher des yeux. L’alcool était le meilleur des poisons pour ce genre de comédie, et tu t’en délectais t’autant plus qu’en fasse les dégâts semblaient bien pire. Incapable de jeter un sort, t’avais pouffé doucement, avant qu’on t’empêchait la moindre répartie alcoolisée. Alors qu’en fait t’allais même pas être méchante, tu te serais proposé de lui montrer comment faire. Pas le temps, c’était d’un baiser empressé que le capitaine de navire partait à l’abordage d’un monstre des mers même pas combattant. Butin gratuit. Pour toi ou pour lui, dur de savoir qui en fait s’en amusait le plus.

Les doigts courraient dans sa nuque, remontant dans la tignasse, pour le garder à toi, un peu plus près, avant qu’il ne s’évadait de nouveau pour jauger si sa prise était à sa convenance. Vilain garçon qui se permettait ce genre de pause agrémentant de pointe de frustration tes caprices. V’la qu’il décidait de jouer avec les lanières de ta tenue, s’insinuant dans ton dos pour manquer de faire fuir une première voile d’ombre que tu prenais soin de maintenir avec les mains pour éviter de tout perdre. T’avais esquissé une moue boudeuse, faisant non de la tête, faisant claquer plusieurs fois ta langue en petit bruit réprobateur. Bouderie vite perdue suite aux frissons qu’il s’afférait à faire naitre sur un chemin de chaire molle un peu trop sensible.

T’aurais bien dit que c’était pas juste, ou pas sympa, mais pour ça, il aurait fallu être sobre. Or, tu savais parfaitement que si le sang restait pur ce genre de situation ne verrait jamais le jour. Alors la réflexion ne dépassa jamais la barrière de très lèvre contrairement à un souffle lascif non contrôlé à mesure que la ballade se poursuivait sur les courbes de ta féminité. En poupée docile pour une fois, tu le laisser mener la danse, juste un peu. Lui qui voulait prendre son envol, zapper sa blondasse pendant que tu en oubliais ce que ton cœur te disait. S’il s’emballait c’était grâce aux sens en ébullition par trop de boisson, trop de toucher, trop d’oubli. Tu l’avais laissé faire de toi sa marionnette jusqu’à te retrouver cambrée sur ses genoux pendant qu’il se battait avec les lanières de cuir coincées entre tes ailes inexistantes.

Un nœud défait, le tissu qui se desserrait, une main pour le contenir alors que tu le regardais avec espièglerie, tu voulais bien lui donner l’impression qu’il obtenait ce qu’il voulait, mais jusqu’à une certaine limite. Comme toujours. Il l’avait surement oublié…. Dommage, la realité aux contours de spiritueux seraient encore plus violente à saisir. De quelques ondulations d’épaule pour lui rendre la tache plus complexe, c’était de l’effleurement de lèvres que tu le gratifiais d’un rappel de règle. [color] « LA plus sévère des peines c’est pas trop ca mon capitaine…. Faudrait monter un cran au dessus pour cela »[/color]Et de petites canines plantées sur sa lèvre tu avais tiré ce petit bout de peau humide. Les mains avaient lâché ton corset, pour le faire tenir par votre proximité des plus proches et tu te dandinais de droite, de gauche, doucement, lentement passant un coup de langue sur tes lèvres avant de te détacher de lui et te redresser, laissant le bout de tissus glisser en même temps. Dans le mouvement t’avais lâché un clin d’œil et lui tournait le dos –désormais nu- l’abandonnant sur le sol.

Dos tourné, sans voir sa réaction, t’en profitais pour faire glisser la jupe verte bouteille le long de tes cuisses pour la laisser choir sur le parquet, idem pour les résilles qui tenaient chaud. Plus légère, le sourire mesquin toujours aux lèvres, tu te retournais, lui adressant un coup d’œil empli de défi tout en nouant tes cheveux en queue de cheval. « Qui est prisonnier du coup ? ». Les mirettes trouvaient le divertissement appréciable, et ne comptaient s’arrêter de suite. Tu prenais le temps pour contourner le canapé et rejoindre le meuble de la table de chevet qui contenait tes pyjamas attitrés à ce grenier. Une chemise blanche de satin enfilée, tu ne gardais qu’un seul bouton, reprenant place sur le sofa, jambe croisée, le bout du pied glissant du haut du torse du jeune homme vers le bas et pouffant. « j’crois que la mutinerie est passée, mon captain’ rendez-moi vos gallons, baissez le pavillon, que le mien flotte haut sur le grand mat». D’un coup de baguette qui était en fait sur le canapé, tu lui lançais la jupe de velours sur le nez en te marrant. Là où il pouvait y avoir des allusions plus que douteuse sur toute cette tirade, il n’était réellement question de d’un étendard de tissus. Quoi que…. A la libre interprétation de l’aiglon au final.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Turner
Ethan Turner
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Ethan Turner, Mar 21 Aoû 2018 - 12:16


♬♬

T.W. - Suite du bisoutage

Ton combat contre le Kraken de cuir avait finalement porté ses fruits. Arrivant à peine à assimiler ta victoire sur le monstre marin, tu regardais les yeux écarquillés la jeune femme laissait choir ses vêtements sur le sol, les uns après les autres. La vue qui s'offrait à toi en était une qui ramenait d'ardents souvenirs à la surface de ton esprit, des souvenirs que tu croyais jusqu'alors dissous par l'alcool et le temps. Même de dos, la canonnière avait tout d'une figure angélique ayant récemment perdu ses ailes, et la douceur de sa peau, que tu connaissais pour aimer la caresser, ne faisait que renforcer cette image lumineuse que la demoiselle renvoyait.

Abruti par le spectacle qui se déroulait devant toi, tu n'avais pas réagi à l'éloignement de la blondinette, observant béat le coup d'œil défieur qu'elle te lançait, accompagnée de paroles complémentaires à son humeur joueuse du moment. Ta capacité de réflexion, déjà bien amoindrie par les effets de l'alcool, s'était retrouvée anéantie, jusqu'à ce que la déesse de tes désirs charnels se revêtît d'une chemise de satin blanche, trouvant place sur le canapé, avant de jouer de son pied sur ton torse.

Qu'est-ce qu'elle te chantait maintenant, la sirène de hauts récifs ? Que tu baisses ton pavillon pour qu'elle hisse le sien sur ton mat ? Mais tu n'avais pas le temps de réfléchir davantage que la réponse à tes futurs questionnements venait obscurcir ta vue : la jupe de la jeune femme, qui semblait plus que jamais désirer marquer son territoire sur ta personne. D'un lent mouvement de pince, tu avais retiré l'étoffe pourtant l'odeur de la jeune femme de sur ton visage, révélant ainsi le sourire plus qu'amusé qui ornait désormais ton visage. Ton regard n'était pas en reste, désireux de communiquer silencieusement à la serpentine jeune femme qu'elle ne faisait qu'éveiller ton attirante à son égard en agissant de la sorte.

Fort peu désireux de rester dans cette position de soumission alors que pareille beauté se tenait à tes côtés, tu t'étais redressé quelque peu au pied de la jeune femme, avant de commencer ton ascension sur le sofa et son occupante. Lentement, telle une anguille, tu glissais, toujours un peu plus haut, te tortillant de gauche à droite sur le chemin de ton ascension, frôlant les diverses parties exposées de son corps de tes lèvres, jusqu'à ce que tu te retrouves bien au-dessus d'elle, la dévorant du regard alors que ta langue humidifiait de nouveau tes pétales de rose.

-Si tu veux mes gallions, tu vas devoir aller les chercher, avais-tu dis, dans un dialecte qui reflétait pleinement la quantité d'alcool présente dans ton sang.

Puis, te relevant complètement, tu avais tapoté ta poche de pantalon, afin de t'assurer que celui-ci contenait toujours quelques pièces, et que tu n'étais pas en train de signaler à la féline demoiselle un quelconque désir d'aller rendre visite aux gobelins à pareille heure tardive. Tu t'étais ensuite mis en devoir de retirer ta propre chemise, libérant enfin un torrent d'air frais sur ton corps depuis longtemps empreint d'une puissante fièvre, symptôme d'une pathologie que seul la blondinette semblait être capable de te transmettre aussi facilement. Ta chemise s'était rapidement transformée en une boule de tissus informe que tu avais laissé tomber sur le visage de l'instigatrice de tout tes désirs, se rapprochant habilement d'elle avant qu'elle ne se libère la vue à son tour, pour lui offrir un baiser surprise alors que le tissu quittait finalement son visage. Tu t'étais penché sur elle, et t'approchais davantage alors que vos lèvres se réunissaient pour une énième fois, posant tes genoux de chaque côté de ses cuisses, trouvant enfin un point d'appui libérant tes mains, qui allèrent se balader du côté de la nouvelle chemise de la verte et argent.

Le contact du satin sur la pulpe de tes doigts avait quelque chose de plus excitant encore que celui de vos langues s'enroulant l'une contre l'autre. La sensualité de la danseuse se retrouvait décuplée, à tes yeux, de ce vêtement révélateur, qui venait une fois de plus jouer sur cet aspect angélique qui se dégageait d'elle. Un ange déchu très certainement, qui avait été banni des cieux pour avoir goûté aux plaisirs de la chair. En attendant, c'était maintenant plutôt toi qui voulais lui offrir de nouveaux plaisirs, et c'est ainsi que tes doigts avaient cessé leurs caresses, l'espace de quelques secondes, pour s'attarder sur l'unique bouton maintenant cette douce chemise en place, le détachant ainsi pour révéler à tes doigts ce nouvel étendu soyeux, qui semblait t'appeler à le faire frissonner.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Elhiya Ellis, Mar 21 Aoû 2018 - 16:24




Ta proie qui se redressait alors que tu l’avais invitée à rester au sol, un vrai manque de discipline dans les rangs qui te faisait pouffer. Il n’avait pas compris. Ce n’était pas lui qui choisissait, ni avant, ni maintenant. Il pouvait bien s’initier chasseur de trésor, gouteur de parfum, tout ce qu’il faisait été t’offrir un peu de divertissement dans une fin de soirée appelant cruellement au sommeil. Tu souriais, rien de plus. Le regardant de mirettes espiègle, le laissant croire qu’il pouvait mener le jeu tranquillement, se perdant dans un parcourt de baiser frissonnant. Reflexe primaire du corps alcoolisé. Mais pourtant, quelque chose n’allait pas : le fait qu’il parle. Tu avais plissé un œil, tenté de comprendre avec du mal ce qu’il racontait avant de comprendre qu’il parlait des gallions de monnaie dans sa poche. T’avais haussé des sourcils dubitatifs, le sourire perplexe figé sur les lèvres en observant l’emplacement du butin avant de faire non de la tête. « Il faut me les donner, directement, vous avez perdu cher capitaine ». La requête ne trouva offrande que dans une chemise balancée au visage, pas vraiment ce à quoi tu pensais. En cas de mutinerie le pirate d’avait pas vraiment à offrir autre chose que son tricorne, mais soit.

Tu enlevais l’étoffe de tissus de tes opales, le trouvant peu approprié à la situation : tu portais déjà une chemise de pyjamas pas besoin d’une seconde empli de chaleur et phéromones adolescentes. Vision recouvrée une fraction de seconde pour te retrouver en proie à un mauvais perdant qui capturais ta bouche pour t’empêcher d’épiloguer. Choix stratégique bien entendu, l’ivresse et l’insouciance recouverte te faisant y répondre, oubliant presque la disparition soudaine de l’unique bouton de ta chemise. T’avais recouvert les yeux, esquissé un sourire en coin, pouffant légèrement en secouant doucement la tête de gauche à droite, tes mains parties bloquer les poignets du jeune homme. « J’crois pas que ce soit intelligent ». Un léger coup de tête en arrière, vers la porte du grenier aménagé. Si la pièce avait été insonorisé, rien ne garantissait une non-intrusion n’importe quand pour récupérer les tasses de chocolat.

Amusée, t’avais poussé ses mains, le forçant à les laisser ballantes sur le côté, car dans un haussement de sourcils victorieux tu reboutonnais ton haut de tenue de nuit. « Point de butin du genre ici » Question de respect, ou juste de sécurité. Le brun voulait un tête à tête avec Edwin pour lui expliquer comment il avait fait disparaitre une attache de chemise de sa fille. Si la situation t’aurait faite beaucoup rire, tu doutais que ce soit le cas d’Ethan. Et tu préférais éviter les tentatives de meurtre en ce lieux autant que possible. Trop de bons souvenirs ici pour te permettre d’en loger un qui soit d’une catégorie différente.

T’avais donc glissé vers le haut pour te remettre droite, collé un bisou sur le nez du marin d’eau douce et réajustais ta chemise, le sourire moqueur aux lèvres. « Plus de mutinerie m’sieur, vous n’êtes plus qu’un simple mat’lot congédié au fond d’calle » Enfin de grenier plus précisément, mais les détails à cette heure avancée de la nuit n’avaient plus d’importance. T’avais mis une main sur le torse du petit mousse désabusé, le poussant en arrière pour qu’il s’affale au choix sur le sofa ou sur le matelat au sol. Un clin d’œil abandonné, tu te redressais, étonnement rapidement vu le nombre de verres que tu avais enfilé, l’effet commençait à retomber… les pensées se repointeraient, l’enthousiasme coquin perdrait sens, il était de profiter des effluves restants pour partir dans le monde des songes.

Un très faible dodelinement de tête, pas assez étourdissant confirmait la décision à prendre. Tu jouais des doigts sur le poitrail découvert en face de toi, te contentant de mettre la soirée en pause qu’il le veuille ou non. « j’serai l’étage en dessous, mais pour ta survie… reste là » Un nouveau pouffement, un sourire radieux et malicieux, tu tournais les talons, sortais du grenier et allais t’affaler dans ton propre lit, laissant Ethan choisir qui du canapé ou du sol aura sa préférence de marin bafoué.

[Fin du Rp pour Elhi – Merci Ethan amour ]
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
Malicia Evans
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Malicia Evans, Mer 10 Oct 2018 - 23:24


RP avec Aza
LA accordé
contenu sensible

J’en ai marre de fuir. J’aimerais pouvoir dire les choses clairement mais c’est comme si les mots restaient bloqués dans ma gorge, avec une peur de perdre ce qu’il me reste, la peur de blesser. Je n’ai pas conscience de l’ampleur des mots qui peuvent être dit. Parfois les mots blessent mais les silences sont tout autant destructeurs. Quoique je fasse, je détruis ce qu’il y a autour de moi.
La tête remplie de questions, je me laisse glisser contre le mur de ma chambre en tremblant. Mes mains viennent se joindre dans mes cheveux, j’aimerais pouvoir faire taire le vacarme à l’intérieur de mon crâne mais rien y fait.

Désespérée, je récupère mes affaires et quitte l’appartement. La nuit est déjà bien entamée et les rues sont quasiment désertes. Je les traverse sans vraiment faire attention, je sais déjà où je veux aller, je connais le chemin par cœur. C’est comme un automatisme. Au loin, je vois la maison délabrée et mon rythme cardiaque s’accélère. Avant d’entrer, je m’arrête subitement et regarde la bague à mon majeur. Je la tourne deux fois autour de mon doigt avant de la retirer et de la fourrer dans ma poche. Lorsque je passe la porte, tout est aussi dégueulasse que dans mes souvenirs. Je regarde les différentes personnes affalées sur les matelas posés par terre et je suis partagée entre l’envie de les rejoindre et de fuir très loin de tout ça. Malgré tout, je continue d’avancer pour rejoindre une ancienne connaissance, installée à l’étage. Lorsque j’arrive à sa hauteur, il me regarde pendant de longues minutes comme s’il avait du mal à me remettre.

« Sarah ! C’est bien toi ? Je ne pensais pas te revoir un jour. »

« Oui. Je suis revenue. Tu as ce qu’il me faut ? »

Je n’avais pas envie de tourner autour du pot. Il me fallait une chose en particulier, je voulais juste le prendre et m’évader. Lorsqu’il le sort de sa poche et qu’il me tend, mon cœur s’emballe. J’ai tenu pendant près d’un an et c’est maintenant que je craque. Je me sens stupide mais le besoin occulte tous sentiments que je pourrais ressentir. Je le récupère et le glisse dans la poche de ma veste.

« Ce n’est pas gratuit, tu le sais ça. »

Je hoche la tête doucement, souris et me penche vers lui jusqu’à ce que je ne sois plus qu’à quelques centimètres de sa bouche. Je le regarde dans les yeux, ma main remontant de son cou jusqu’à sa joue et je lui murmure

« #Oubliettes »

Son regard s’assombrit et il se laisse retomber en arrière, l’air complètement ailleurs. Je me relève et quitte la maison avec le trésor en main. En l’espace d’une dizaine de minutes, je suis déjà partie très loin. Désormais, je marche sans but dans les rues de Londres jusqu’à ce qu’une voix m’interpelle.

« Evans ! »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Soirée chez les sorciers - Page 2 Empty
Re: Soirée chez les sorciers

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3

 Soirée chez les sorciers

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.