AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Heurtoir
Page 1 sur 3
Salle Alice Londubat
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Ian Benbow
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Salle Alice Londubat

Message par : Ian Benbow, Ven 11 Mai - 12:01



La salle Alice Londubat


Jusqu'ici inexploité, l'espace sous terrain appartenant au Heurtoir est maintenant prêt à recevoir les clients du centre d'entraînement. Pour accéder au sous-sol, il suffit d'emprunter une porte, fermée à clé, se situant dans le hall d'entrée. Après une volée de marche, vous vous retrouverez dans un long couloir au murs de brique. La déco y est inexistante, vous ne trouverez que quatre portes dans le couloir. La troisième porte donne accès à la Salle Alice Londubat. Cette salle est utilisé en priorité par les abonnés faisant partie de la catégorie B, soit les clients possédant un niveau se situant dans la moyenne. Le design de cette pièces et assez particulier. Épuré, elle ne laisse pas réellement de place à l'utilisation de l'environnement. La pièce est loin d'être énorme, elle vous force à rester à proximité de votre adversaire tout en réduisant drastiquement vos possibilités de mouvement. Les murs sont gris, la pièce est froide. En son centre, vous trouverez une table en bois, très fragile, au dessus de laquelle pend une vieille lampe produisant une lumière aveuglante. Bien entendu, à ne pas louper, le miroir sans tain ! En gros, cette pièce n'est autre que la reconstitution d'une Salle d'interrogatoire du ministère, fidèlement retranscrite par l'ancienne cheffe des Aurors, Elly Wildsmith.

La salle est nommée en l'honneur d'Alice Londubat, Auror au ministère il y a plus de cent ans. Cette sorcière est connue pour avoir activement combattu Lord Voldemort il y a plus de cent ans. Malheureusement, Madame Londubat fut capturé par les mangemorts et torturés au point d'en perdre la raison.

By Temp & Lïn
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Salle Alice Londubat

Message par : Arty Wildsmith, Lun 21 Mai - 18:17


Avec Elly & son autorisation

Rentrera. Rentrera pas. Rentrera. Ou pas.
On l’a compris, c’est un Arty particulièrement hésitant qui se trouve devant le heurtoir aujourd’hui. C’est qu’il n’avait jamais vraiment pris beaucoup de plaisir à se faire rouspéter. Il n’était pas forcément prêt à affronter la colère d’Elly, mais le serait-il un jour ? Ça fait remonter des souvenirs qui lui secouent les poumons, cette fois où elle les avait pratiquement torturés mentalement, Aza et lui, pour leur prouver qu’ils étaient faibles, et qu’ils ne parvenaient pas à se protéger l’un l’autre. A cette idée, il déglutit. Se retrouver avec sa sœur dans une salle où elle pourrait utiliser la magie comme elle l’entendait sur lui, non, il n’était pas prêt. Il tente de respirer le plus calmement possible. Inspirer à fond, expirer. Pourtant ce n’était pas son genre de se débiner, mais Elly avait quelque chose qui le terrifiait intérieurement. Peut-être parce que c’était une des seules à avoir cette capacité à le gérer, un peu, presque. Surtout, une des seules en qui il avait pleinement confiance, si on excluait Zaza. Une personne qu’il n’a incroyablement pas la moindre envie de décevoir. C’était ça. Il ne voulait pas lire la déception sur les traits de l’ancienne Auror, ça lui tordrait le cœur.
D’un autre côté, il se devait d’assumer ses bêtises. Ou plutôt, ses parties de rigolades.

Alors il pousse la porte d’une main incertaine. Pas grand monde, si ce n’est personne, mais il n’ose pas vraiment lever les yeux, il se prépare à entendre dans une terrible remontrance la voix d’Elly qui le gronde. Mais rien. Le gamin s’avance timidement, mesure chacun de ses pas dans le hall d’accueil du fameux établissement d’entraînement, talon-pointe, talon-pointe, délicatement. Est-ce qu’il devait sonner une petite cloche ? Ou juste, il y a quelqu’un ? Elly ? D’une voix qu’il aurait voulue plus affirmée et virile, mais que voulez-vous, l’angoisse ça se loge parfois dans la gorge – souvent. Il tourne la tête, tente de faufiler ses yeux à droite et à gauche à la recherche de la silhouette de sa future entraîneuse. C’est qu’il y avait ça aussi, elle ferait de lui un brillant sorcier redoutable. Aucun doute là-dessus, ainsi, peut-être qu’il s’inquiétait pour rien. Et puis, pourquoi n’y avait-il pas une hôtesse d’accueil ici ? Il virevolte, les mains dans les poches, illuminant de sa démarche nonchalante-impatiente cette pièce. Il se met même à tapoter du pied. Elle lui avait pourtant dit qu’il aurait à l’attendre si elle n’était pas là. Alors le voici, aussi patient que son hyperactivité le lui permettait.
Tiens, et s’il mesurait la pièce en faisait des grands pas ? Ça le fait gigoter tout en restant sage, brillante activité qui lui donnait un air idiot, mais aucune importance.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Salle Alice Londubat

Message par : Elly Wildsmith, Mar 29 Mai - 23:31


La colère, implacable. Contre celui que tu avais formé au Ministère, que tu avais pris sous ton aile, pour qui tu avais changé des dossiers, des noms. A qui tu avais offert tout ce que tu avais pu pour le protéger : nouveau nom, nouvelle famille, nouvelle identité complète. Tu lui avais tout offert et lui, pour te « remercier » ou par pure bêtise, prenait des risques inconsidérés, multipliait les exactions pour se faire remarquer. Et plus ça allait, plus tu en entendais parlé, et plus ça hérissait tes cheveux à la naissance de ta nuque.

Tu avais toujours longé les murs, agissant comme une ombre, comme une silhouette que l’on ne voit pas mais dont on sait qu’elle veille. Et désormais, même si tu avais changé de vie, même si ton allégeance se prêtait désormais à d’autres ombres, à d’autres causes, tu ne tenais pas à faire de vague. Et pire, tu n’avais pas l’intention que ton nom soit bafoué.

Au-delà de ses constatations tout à fait sommaires, il y avait aussi la peur. L’angoisse qu’il arrive quelque chose au gamin, et que tu ne sois pas en mesure de le protéger. La peur, comme pour Kalén, ce déni qui t’avais couté si cher, tu ne comptais pas le réitérer, tu ne comptais pas perdre un autre être cher. Cela, tu te l’interdisais. Toi, vivante, tu t’assurerais qu’il n’arrive rien au gamin, mais tu savais aussi que tu n’étais pas infaillible, et que le gamin avait le chic pour se foutre dans des affaires toutes plus louches les unes que les autres.

Alors quand tu entends sa voix fébrile dans le hall, que tu pressens les pas d’impatience alors qu’il trépigne, tu ouvres la porte du couloir à la volée « Wildsmith, on y va ». Pas d’effusion d’affection. Non que tu n’en aies pas envie, mais il devait comprendre que tu n’étais pas décidée à réparer chacune de ses erreurs. Tu entres dans ta salle, avant de lui dire « Alors, c’est quoi ce bordel ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Salle Alice Londubat

Message par : Arty Wildsmith, Sam 9 Juin - 11:11


C’était pire qu’une consultation médicale délicate et indésirable. Son nouveau nom de famille résonne dans le hall d’entrée, ayant le même effet qu’une ribambelle de glaçons jetés dans sa face d’adolescent, tellement qu’il sursaute. Il ne s’attendait pas à un ton si froid, pourtant, devait-il être vraiment tant surpris ? Pas vraiment.
Immédiatement il baisse les yeux, honteux, non sans avoir marmonné un embarrassé Bonjour Elly. Il a tout de suite compris qu’il allait se faire manger, dévorer, qu’il ne resterait plus rien de lui, si ce n’est ses ossements de fripon désolés. Ses mèches de cheveux s’affolent légèrement devant le décor désormais connu de la salle d’entraînement dans laquelle ils pénètrent. C’était au sein d’une pareille pièce qu’il avait été mis à pied par le chef Lhow, il déglutit alors que les festivités commencent déjà. Pas de répit. Il regarde sa sœur, balbutie quelques je, heu, bah, en fait, comment dire, je. Qui ne mènent à rien. Il tente de reprendre un peu de contenance, fait le tour de la table, tapote le bois et revêt sa tête d’innocent presque repenti.

Non mais je sais qu’j’ai fait n’importe quoi. Lhow m’a déjà fait la morale, j’suis désolé de t’avoir déçue, Elly. C’était vrai, sincère, il ne présentait pas tellement ses excuses pour les bêtises qu’il avait faites, et dont il n’était pas peu fier, mais de tourmenter celle qui l’avait aidé et accueilli, oui. Bref, il était pas content, même si en soi, j’ai fait de mal à personne ! il m’a puni, voilà, c’est tout. Ils n’allaient pas en discuter pendant des heures. Il voulait changer de conversation, passer à autre chose, détestant cette sensation d’être un enfant, cette position de faiblesse où il n’avait rien d’autre que des coups à se prendre à la figure. Alors il bondit et s’assoit sur la table qui trônait juste là. On fait quoi ? On commence quand ? J’suis prêt ! Avant d’offrir son plus beau sourire à son entraîneuse attitrée. Au moins, on ne pouvait pas nier sa motivation au gamin, avide d’apprendre à se défendre correctement face aux méchants. Odette se met alors à tournicoter entre les doigts du gamin, pensive. C’est-à-dire que la dernière fois qu’il s’était retrouvé dans une pièce confinée avec Elly, ce fut particulièrement éprouvant, traumatisant, au point qu’ils avaient décidé avec Aza, à l’époque, de devenir meilleur pour ne pas à avoir à être spectateur de la souffrance de l’autre. Ainsi, qui de mieux que l’ancienne Auror pour l’entraîner.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Salle Alice Londubat

Message par : Elly Wildsmith, Lun 11 Juin - 14:08


LA d'Arty

Il balbutie, nul doute que le ton employé par tes soins lui fout la frousse. En même temps il faudrait qu’il comprenne que, quand bien même tu étais sa sœur il lui appartenait de faire les choses dans le bon sens. Et de ne pas partir à tort et à travers comme il avait la fâcheuse tendance à faire. Tu soupires. Parce qu’en plus il ne trouve pas les bons mots, les bonnes phrases qui te permettraient de te dire que s’en était fini, que là, il avait compris. Mais non. Il te dit juste que Lhow lui a déjà fait la leçon de morale – le contraire aurait été étonnant – et qu’il est désolé de t’avoir déçue. Nouveau soupir qui s’extirpe de tes lèvres.

En gros, le gamin – car ce n’était toujours qu’un gamin – pensait avoir été puni et que cela suffisait. Comme si tu pouvais te contenter de ça. C’était un peu trop te demandé. Et il devait bien s’en douter, après tout. La dernière fois que tu avais croisé le binôme infernal, tu n’avais pas été tendre et tu ne comptais toujours pas l’être avec celui supposé être ton frère.

Tu le regarde qui s’assoit sur la table et qui, d’une simple parole, balaye ton éventuelle remise en cause, en question ou éventuellement dispute au sujet de ses trop-nombreuses frasques. Non, il veut juste passer à autre chose. Tu fulmines intérieurement mais tu décides de ne rien lui montrer, qu’il pense être tranquille, subir un simple entraînement avec une simple entraîneuse. Tu le contournes, te retrouvant derrière lui.

Et puis là, sans crier gare tu lui attrape l’oreille. La tire, un peu violemment – histoire qu’il comprenne que tu n’étais absolument pas là pour plaisanter. Tu retiens un sifflement entre tes dents. Le gamin, aussitôt, il se relève, et, de ton emprise sur son oreille, doublé d’un « Assieds-toi sur la chaise », il ne se fait pas prier et se laisse tomber sur l’assise. « Va falloir que je t’apprenne le respect Wildsmith parce qu’il semble que ce soit une notion qui te dépasse ». T’en avais assez, il fallait qu’il comprenne les choses.

« Tu vas m’expliquer les choses de manière concise, et après on s’entraînera oui, parce que va falloir que tu sois un peu mieux armé face aux évènements extérieurs ». Histoire qu’il lui n’arrive rien de terrible quoi. Parce que même si t’avais grande confiance en ta capacité à lui passer un savon, t’avais aussi l’impression qu’il n’en ferait toujours qu’à sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Salle Alice Londubat

Message par : Arty Wildsmith, Mer 13 Juin - 18:39


Un vrombissant hiiiii s’échappe de ses lèvres compatissantes d’endolorissement pour l’oreille si brutalement attaquée. Coup en traître. Il ne l’avait pas vu venir celui-là. Fourbe était une Elly en colère. Mais il ravale sa susceptibilité d’être traité comme un gamin ayant fauté, c’eût été quelqu’un d’autre, n’importe qui en face de lui il se serait rebiffé, il se serait dégagé violemment pour mettre en joue celui qui avait osé. Pourtant, non. Il se frotte l’oreille meurtrie en grimaçant, ronchonnant un pauvre quand même ça s’fait pas, mais accepte sa vulnérabilité en s’asseyant. Ce n’est pas comme s’il avait le choix de toute façon, à la merci des griffes de sa sœur adoptante – qui l’avait adopté. Fin masque du gamin adolescent insolent qu’il enfile sur son visage embarrassé, il lève les yeux au ciel. Le respect, c’est dépassé. Il veut lui dire qu’il n’avait pas vraiment manqué de respect, enfin, pas à elle du moins. Les autres, bon, il s’en contrefichait. Mais Elly semblait convaincue qu’il avait un vif besoin d’être recadré, plus brutalement, plus sèchement, à cette idée, son oreille épargnée tremblait, c’est qu’elle ne souhaitait pas connaître le même traitement que sa partenaire. Puis elle lui demande, de tout lui dire, récapituler, expliquer ce qu’il s’était passé. Quelques instants durant lesquels il chemine parmi ses neurones agités d’inquiétude, c’est qu’il ne fallait pas trop fâcher l’ancienne Auror.

Ses mains se nouent alors sur la table, s’emmêlent, cherchant les mots les plus doux pour justifier ses bêtises. Mais en même temps, peut-être qu’il se devait d’être tout simplement honnête. Bon, déjà, Artemis a appris que j’avais jamais passé mes ASPICs, il était pas content. Ensuite, j’ai envoyé des lettres de convocation pour une réunion, et j’ai fait des petites blagues à l’intérieur. Histoire que ce soit plus fun tu vois. Il respire, un temps, que ses paroles ne soient pas jetées trop férocement à en faire sauter les ampoules restantes de patience de la jeune femme. J’ai fait une commande chez Waddiwasi avec le compte des Aurors aussi, c’est pas passé. Mais, la bonne nouvelle ! Ses dents blanches resplendissent alors, pétillantes d'impétuosité, tout fier qu’il était, c’est qu’il est pas au courant qu’Aza et moi on a fait disparaître le Magicobus après l’avoir encastré dans un bâtiment. Il pouffe de rire, avant de se rendre compte. Non, il ne devait pas. Mais il n’y arrive pas. Un peu de tenue. Il sent déjà venir le coup de fouet. Non mais on a pas fait exprès hein. Absolument vrai, encore une fois, il s'agissait juste de s'éclater au volant d'un bus magique, une curiosité scientifique, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Salle Alice Londubat

Message par : Elly Wildsmith, Ven 22 Juin - 17:26


Le gamin s’assoie, bon gré, mal gré, et ronchonne un peu. Il finit par lever les yeux au ciel et t’en fais autant. C’est étrange cette mimique de famille quand on sait que vous n’avez aucun lien de sang, quel qu’il soit. Tu soupires alors que tu prends place sur la table, et que tu le regarde, plantant ton regard dans le sien, et attendant ses explications.

Comme une horloge qui égrène les secondes au rythme des tic-tacs incessants, Arty se décide à déverser la vérité. Et à chaque nouvelle phrase, à chaque nouveau mot, ton sang se refroidit, tes yeux se durcissent, ton regard, à présent, n’exprime rien, si ce n’est une profonde envie de lui faire manger absolument tous les objets qui se trouvent sous ta main.

Mais tu restes stoïque. Encore. T’écoute. Toujours. Tu entends ce qu’il te dit, et ton esprit fait la traduction. Il traîne le bureau des Aurors dans la boue. Tu fermes les yeux, inspire. Tente de garder ton contrôle. De pas lui éclater la tête contre la table, le mur, la porte, le sol. De pas faire l’exploser à coup de Bombarda non plus. Ca ferait des tâches, Ian t’en voudrais. C’était sur. Quoique, s’il s’agissait d’Arty il ferait p’tet une exception ? « Oh coucou Ian, ça ? C’est le sang d’Arty, tout va bien t’inquiète pas ». Non, vraiment, ça n’était pas tolérable.

Alors que tu cherchais à tenir un minimum de contrôle en toi, il te parle du magicobus, il pouffe de rire. Puis il te dit qu’il n’a pas fait exprès. Comme toujours accompagné de son accolyte Azaël, qui te semblait pourtant avoir pris du plomb dans l’aile. C’était, visiblement, qu’une simple façade qui tombait aussi vite qu’on grattait un peu la surface avec l’ongle. Grognement étouffé dans ta gorge, comme si tu voulais reclure la colère au plus profond de ton être. T’aurais pas assez de mot pour le gronder, alors tu fais l’option de facilité «BLOCLANG ». C’est violent, ça crie, ça hurle.

Comme ton sang qui bat la cadence à tes tempes. T’as plus envie de l’entendre, ni lui, ni aucun autre. Faut que tu reprennes ton souffle pour pas le faire exploser en de multiples morceaux dispersibles. Ce serait dommage de perdre un frère si bêtement. La famille était déjà un peu éclatée, fallait pas en rajouter. « T’es en train de me dire … » regards d’ébène qui s’entrechoquent « que malgré toute mes mises en garde, tu continues ? Rien ne te fais peur, ni les Mangemorts ni les Phénix, ni ton supérieur hiérarchique ? ». Les phrases sont hachurées, comme si t’étais un peu énervée. Un peu, seulement.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Salle Alice Londubat

Message par : Arty Wildsmith, Sam 23 Juin - 10:32


Non mais là c’est le pompon. Qu’avaient les gens à vouloir absolument qu’il se taise ? En plus, ça coulait tellement d’injustice. L’ancienne cheffe des Aurors lui avait demandé des explications, ce qu’il avait fait, sagement, de façon innocente et obéissante, pour ensuite se prendre un bloclang dans sa figure. Awesome. Elle lui avait hurlé dessus, comme un enfant, et si jusqu’ici il avait accepté, érigeant ce besoin nécessairement essentiel ne pas décevoir sa sœur, là, non. Alors il la fixe, front baissé, énervé de ne pas pouvoir parler pour se défendre. Comme s’il était dans le droit de se défendre, mais tête brûlée qu’il était, il ne voulait plus céder. Il mord l’intérieur de ses joues pour ne pas exploser immédiatement. Vous parlez d’une rencontre familiale vous, ça allait faire des étincelles. Alors pour le moment il se contente de croiser les bras sur sa poitrine, le dos bien calé sur sa chaise, moue boudeuse. Voilà. Le gamin était vexé, après tout, elle lui avait empalée la langue, elle ne devait pas s’attendre à une quelconque réponse de sa part. Il laisse courir les secondes, la mine toujours renfrognée. Parce que non, les Mangemorts ne lui faisaient pas peur, les Phénix encore moins. Bon, Artemis c’était autre chose, non pas qu’il le craignait, mais il l’aimait bien, puis le chef l’avait protégé, alors ce n’était pas rien.

Mais plus les secondes de silence – boudage oblige – se faufilaient entre ses cheveux, plus ces derniers commençaient à s’énerver. S’agiter. Il sentait monter en lui la boule piquante de colère entre ses deux poumons, décidément, c’est qu’au bout d’un moment on allait devoir la baptiser. Maintenant qu’Arty & elle étaient proches colocataires. Brunehilde. Voilà, adjugé. C’est que Brunehilde tressaute dans la poitrine, gonfle et amplifie, enfonçant ses piques noires rageuses dans un cœur qui bat de plus en plus vite. Jusqu’à ce qu’il frappe du poing sur la table désormais vibrante. Il en avait marre. Assez d’être contrôlé, pantin d’une De Lanxorre et de son foutu chantage, soumis au Bureau des Aurors ainsi qu’au Ministère, maudit par une malédiction lunaire qui allait le transformer en gros chat poilu et dangereux, et maintenant victimiser par Elly. Forcément, il n’allait pas tenir longtemps sans éclater. Alors, non. Il se lève, fait tomber la chaise de colère. Ras-le-bol de tous ces adultes ennuyeux qui tentaient de lui attacher des fils pour le faire bouger à leur guise. Il serre les poings, bien trop conscient de ne pas pouvoir lancer quoi que ce soit, Odette muette, elle aussi. Il pourrait éventuellement tenter un bombarda, sortilège qu’il maîtrisait même informulé mais non. Trop fulminant, ses chaussures contrôlées par Brunehilde font demi-tour. Faire mine de quitter la pièce d’entraînement.
Il allait partir élever des chèvres en Mongolie si on continuait à tant l’embêter. Vous verrez.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Salle Alice Londubat

Message par : Elly Wildsmith, Lun 25 Juin - 0:15


Sorry c'est court !

Il n’est pas content, tu le sais, tu le sens. Il fait mine de bouder, de s’en aller. Tu soupires, espère-t-il vraiment s’en sortir de la sorte ? Tu lui indiques, d’ailleurs. « T’espère t’en sortir en faisant l’enfant Artemis O’Toole ? Tu espères vraiment qu’une simple petite bouderie pourra faire changer les choses ? ». Tu lèves les yeux au ciel. Oui, tu l’as appelé O’Toole, pour bien appuyer sur cette différence qui était votre. Tu l’avais pris comme frère, tu ne ferais pas marche-arrière, mais il devait bien comprendre que cela l’engageait aussi.

Tu lèves le maléfice d’un simple mouvement de baguette. Cela serait difficile pour lui de te répondre sans avoir sa voix pour le faire. Quand bien même tu étais certaine qu’il allait te sortir un discours baratineur, absolument pas convaincant du tout mais par lequel tu te laisserais tout de même convaincre – par bêtise ou par ennui, t’en savais trop rien.

Ta main passe sur ton visage fatigué par toutes ses conneries d’adolescent, il n’avait pas grandi, pas encore. Et t’avais cruellement peur qu’il grandisse trop tard, en perdant, par exemple, quelqu’un qu’il aimait beaucoup, quelqu’un qui lui était proche. Comme Azaël. Un frisson te saisit l’échine. Alors tu balances, d’une voix blanche « Tu crois franchement que j’ai oublietté tes parents pour ça Arty ? Tu crois vraiment que je t’ai pris avec moi pour ça ? Je suis tellement déçue ». Et tu t’effondres sur la chaise, lasse de ce comportement enfantin qu’il n’arrivait pas à contrôler.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Salle Alice Londubat

Message par : Arty Wildsmith, Dim 1 Juil - 17:49


Rhââââââ. C’est tout ce qu’il a envie de lancer, il veut taper du pied, foutre son poing dans le mur, claquer la porte, jeter la chaise, retourner la table, tout. Parce que c’était la pique de trop, Elly venait de lui balancer à la figure son comportement de gamin capricieux qu’il n’assumait absolument pas. Il le savait, en jouait, mais c’était douloureux que ça sœur l’insulte de la sorte. Il se retourne, piqué au vif, regardant la jeune femme ayant l’air épuisée sur sa chaise. On the other hand, les disputes familiales avaient la réputation de rapprocher les membres, c’était peut-être même une activité saine entre frères et sœurs. Oui, c'était parfaitement le moment pour eux deux de resserrer les liens. Alors son poing rageur frappe le vide, quoi ? qu’il hurle, désespéré. Qu’est-ce que j’suis censé faire ? Il s’approche de la table, s’appuie dessus à l’aide de ses mains tremblantes. T’sais quoi Elly ? J’en ai marre. Il était peut-être grand temps de mettre des mots sur cette présente explosion. J’en ai marre d’être contrôlé là, par tout le monde. Par Artemis et ses règles abrutissantes ! Par cette foutue malédiction ! Par De Lanxorre et son chantage pourri ! Et maintenant toi, qui me fais la morale ! Ses doigts n’avaient pas réussi à rester en place, à serrer le bois de la table, ils s’étaient agités, ponctuant son discours de gestes hystériques. Il devenait incontrôlable.

Il ramasse alors la chaise qu’il avait fait tomber précédemment, s’y installe de nouveau. Juste, souffler, respirer, après tout, ce n'était pas tout à fait de la faute de sa sœur.  Alors soit tu m’dis c’que tu attends de moi, soit on s’fout sur la gueule, parce que là, j’peux plus tout retenir. Le Heurtoir était en réalité une belle enseigne thérapeutique pour les hyperactifs souffrant de trouble explosif intermittent. Se débarrasser de tous les mauvais sentiments en brandissant la baguette. Parfait pour le Arty, finalement. Puis j’ai besoin d’être plus fort, tu l’sais. Plus concentré aussi, mais il ne le précise pas. La plupart du temps il laissait la colère prendre le dessus, le guider dans le choix de ses sortilèges en combat, mais ça ne serait bientôt plus possible, il en est conscient. D’ici quelques jours, après la pleine lune, à chaque excès de colère et de violence, il prendrait le risque de se transformer subitement, de devenir inopinément créature poilue et dangereuse. Et c'était peut-être ce qui le terrifiait le plus intérieurement.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Salle Alice Londubat

Message par : Elly Wildsmith, Dim 8 Juil - 1:03


LA Arty

Il est en colère, tu le comprends même si tu ne tolères pas ses écarts de comportement. Il balance la chaise, il dit en avoir marre, de tout cela, il dit des mots qui te dépasse – qui était De Lanxorre par exemple ? Il ramasse la chaise qu’il avait fait tomber, s’y pose à nouveau. Il semble vouloir se calmer, essaye de retrouver un semblant de respiration, et puis finalement, se remet à parler – plus calmement, mais tu sentais poindre sous ses mots l’amertume et l’envie de … revanche ? De se défouler ?

Tu laisses passer un long silence, très long silence. Comme si cette absence de mot pouvait répondre à ta place, comme si tout ce que tu n’étais pas capable de dire, le silence le faisait passer. Finalement, tu soupires, lentement, chassant l’air qui se trouvait dans tes poumons. Puis tu murmures « Très bien, être plus fort hein … ET TU NE PENSES PAS QU’ETRE PLUS FORT PASSE AUSSI PAR CONTRÔLER TES EMOTIONS ? ». Hurlement à ses oreilles alors que ta baguette glisse dans ta main « Repulso Maxima » et voir le gamin qui se fait violemment éjecté contre le mur face à toi. Il voulait se défendre, devenir plus fort ? Sortir sa colère ? Alors tu allais lui en donner l’occasion – le heurtoir était l’occasion idéale pour cela. Tu le savais que trop bien.

Alors tu allais lui donner ce qu’il voulait, tu allais lui permettre de sortir les sentiments qu’il pouvait contenir, tu allais lui donner la possibilité de s’entraîner, encore. Et t’espérais qu’ainsi il comprenne, que savoir se contrôler, savoir faire face, tenir un rôle face aux autres, c’était parfois pour notre propre survie, pour permettre une fuite, avoir une sureté au cas où tout devait déparer. Et ce n’était pas en faisant n’importe quoi qu’il allait s’en sortir. Même si t’espérais bien revenir sur cette histoire de chantage.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Salle Alice Londubat

Message par : Arty Wildsmith, Dim 15 Juil - 17:16


Hii. Ça fait crisser ses tympans tellement fragiles. Même sa maman ne lui avait jamais hurlé dessus de la sorte. Le cœur du gamin bondit de peur, et il est obligé de le remettre maladroitement dans sa poitrine, maintenant, il bat de travers. Il ne s’attendait pas à ça. Le féroce sermon aurait dû attiser sa colère, le faire exploser davantage, mais pas du tout. Au contraire, Arty blémit, d’un coup, entrouvre la bouche et c’est à retardement qu’il se rend compte qu’il est sur le point de se prendre un mur dans le dos. Il rentre la tête dans les épaules, mouvement tortuesque afin de se protéger du mieux qu’il le peut sous l’effet de la surprise. Le dossier de la chaise claque alors violemment contre la pierre, le faisant sursauter de douleur. Quelques secondes pour réaliser que sa propre sœur avait manqué de le tuer, c’est qu’il ne fait pas dans la nuance le petit. Il secoue alors ses mèches folles, se réveiller. Non mais ! Comme quoi, la colère sait revenir rapidement, jaillir comme si elle n’était jamais partie. J’aurais pu m’ouvrir le crâne là ! Qu’il crie à l’adresse de son entraîneuse du jour. Puis j’étais pas prêt, c’est de la triche ! La position de victime aussi, rugit rapidement de la bouche du Blaireautin. Puis il ne voyait pas bien l’intérêt de contrôler ses émotions, au contraire, il laisse Brunehilde prendre le dessus, il sait ce dont il est capable sous l’effet de la rage, et ça pouvait être magiquement spectaculaire.

Alors il bondit de sa chaise en fin de vie, à force d’être bousculée dans tous les sens, la pauvre. Odette se dresse brutalement et c’est en pinçant les lèvres le plus fort possible que le Louveteau gronde dans sa tête un #Bombarda informulé qu'il maîtrise si bien, en direction de la table sur laquelle se trouvait Elly. Se venger. Le bruit d’explosion tellement rassurant qui vint fredonner à ses oreilles lui fit gonfler la poitrine, beaucoup plus confiant que quelques secondes auparavant. Dans la poussière, il ne distingue plus vraiment le visage de sa sœur, une petite pincée d’inquiétude pointe soudainement son nez, c’est qu’il ne voulait pas lui faire de mal non plus. On fait moins la maligne hein ? C’est qu’il adorait toujours autant provoquer lors de ses duels, ça le perdra, à tous les coups.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Salle Alice Londubat

Message par : Elly Wildsmith, Sam 28 Juil - 23:49


Il était énervé et tu le comprenais aisément. D’ailleurs tu partageais son énervement. Tu étais lasse du comportement qu’il avait, qu’il arborait, comme s’il refusait de comprendre que c’était sa vie qu’il mettait en jeu à chaque fois qu’il faisait des actions de ce type. Puis, que dire d’Azaël ? Tu connaissais le garçon pour ses frasques, et même si t’avais espoir que le duo se calme un peu, ça te semblait bien mal engagé.

Tu t’apprêtais à répondre quelque chose à ton semi-frère (oui, semi, pas demi, ni frère entier) mais il ne t’en laissa pas le temps, te balançant un Bombarda que t’avais pas eu le temps de voir venir. L’explosion retentit sévèrement, te propulsant à l’opposé de la pièce, et tu chutes lourdement au sol, pestant contre ce maudit gamin qui était incapable de se tenir tranquille.

Une énième provocation alors que tu te relèves difficilement, le corps endolori par le choc subi. Sans doute que tu avais quelques traumatismes, que tu perdrais même du sang par endroit – comme à l’arcade où tu sentais une douleur lancinante. Mais tu te contentais de murmurer une litanie « O’Toole, O’Toole … » hochant la tête de droite à gauche. Ton sang bouillait d’une rage certaine, t’avais besoin d’expulser tout cela mais tu ne voulais pas que ça lui retombe dessus. Alors tu fixes l’arrogance même, et tu lui lances un « Ca suffit O’Toole, j’en ai marre de vous, je n’aurais jamais du vous aider ». Ça sentait la rage à plein nez, ce n’était pas la vérité, mais qu’importe, c’était dit.

Et sur la brutalité de tes mots, tu quittais la pièce sans l’ombre d’un regard pour le gamin, t’espérait que ton discours lui fasse l’effet d’un électrochoc, qu’il prenne conscience qu’il se mettait en danger et que, par la même occasion, il vous mettait tous en danger, Azaël y compris. Dans un soupir d’exaspération, ta silhouette passa la porte.

- Départ d’Elly -
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Salle Alice Londubat

Message par : Arty Wildsmith, Dim 29 Juil - 18:36


Relevé, il se tenait prêt, Odette à l’affût d’une nouvelle attaque, muscles tendus, heureux aussi, peut-être, d’avoir l’occasion de s’entraîner. Mais soudainement, l’ensemble devint mou. Son bras retombe, comme épuisé, le long de son corps et Odette, contrariée,  soupire. Quant à sa bouille d’adolescent, alors hurluberluesque, elle fixe Elly. Le vouvoiement qu’elle avait employé, son ancien nom de famille, et la déception qu’il lisait sur son visage, le tout lui serra le coeur, de retour dans sa machine à laver émotionnelle.
Elle en avait marre de lui.
Il déglutit difficilement, enterrant complètement la dernière once de colère, plus rien. Alors qu’elle représentait pour le gamin son seul espoir, son seul modèle adulte d’une badassité à toute épreuve, alors qu’il avait placé en elle une confiance absolue, qu’elle était devenue sa famille. Il l’avait repoussée.
Le jeune Auror se frotte les yeux, tente de se mettre en mouvement pour empêcher sa sœur de partir, la retenir du bout de ses doigts chaleureux. Lui dire qu’il est désolé, qu’il fera mieux, promis, mais qu’elle ne l’abandonne pas, par pitié. Mais il trouve au fond de sa gorge une boule, qui lui fait monter les larmes aux yeux, au lieu des paroles qu’il devrait prononcer. Il était une déception à lui tout seul, Elly qui avait risqué beaucoup pour lui, se retrouvait avec un gamin colérique, turbulent et capricieux sur les bras. Vraiment, les mots que prononceraient plus tard son futur collègue résonnaient déjà dans les oreilles blessées du Blaireautin, il était pour l’ancienne Auror un boulet, rien de plus. Une charge qu’elle devait se coltiner et qui ne lui apportait que de l’inquiétude. Et tandis que le soupir qu’elle lâche avant de sortir vient le percuter de plein fouet, éclatant son petit coeur endommagé, tout ce qu’il murmure c’est un Elly... de désespoir.

Elly partie.
Alors il explose. Bombarda intérieur qui fait vriller ses organes dans tous les sens. Ses mains tremblantes comme jamais s’emparent d’une chaise qui n’avait pas été victime de l’altercation avec sa sœur, elle heurte le mur pour se répandre en plusieurs morceaux sur les dalles froides de la salle. Il hurle et crache tout ce qu’il enferme depuis des jours dans sa poitrine. Pas de mots distincts ne s’échappent de ses lèvres furieuses contre lui-même. Il s’agit d’expulser toute la peur et la colère qu’il a enfermées, à coups de pieds dans les débris de bois de la table précédemment explosée. Avant que, dans son aveugle crise, il ne se rue sur le mur. Frappe de ses poings d’enfant les souvenirs qui débarquent derrière son front agité, ses parents, une De Lanxorre, une morsure maudite, un Élius rejeté, et maintenant une Elly qui lui tournait le dos. Encore plus fort plus fort plus fort et c’est une Jackson Pollock qui prend forme sur le mur gris de la salle de Heurtoir, peinture à base de sang et de larmes du gamin.
Avant qu’il ne s’affaisse, dos au mur, épuisé des élans de rage, le souffle saccadé. L’arrière de son crâne continue de percuter à répétitions, doucement le mur alors qu’il se trouve stupide, stupide de s’être comporté ainsi, d’avoir été si vulnérable et surtout, surtout d’avoir tant chagriné Elly par son comportement. Ses mains ensanglantées viennent balayer les joues ruisselantes. Sang séché sur le visage, il se rend compte : il a besoin d’un câlin.
Quelques minutes pour reprendre son souffle, et c’est les boucles en bataille, sans un regard pour le décor de sa violetant flambée, qu’il quitte le heurtoir, tête baissée. Louveteau fatigué.


Fin du RP, merci !
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Salle Alice Londubat

Message par : Azaël Peverell, Lun 30 Juil - 18:55


Elly


T'es rentré depuis une bonne semaine. Enfin, tu es parvenu à ton objectif depuis un peu plus longtemps, mais t'as pris le temps de te familiariser un peu avec ce nouveau toi avant de revenir. Histoire d'être sûr de pouvoir gérer totalement ta transformation sans aucun soucis, pour ne pas faire de faux espoir à Arty. Là, t'es bien certain que tu seras là lors de la prochaine pleine lune. A ses côtés, transformé, et prêt à en profiter, et à l'aider. Sauf que t'as d'autres obligations. Elly t'a accordé ces congés exceptionnels, mais t'as promis de revenir dès que possible. Alors il est grand temps de retrouver le chemin du travail.

Tu entres au Heurtoir. Aussi tôt, seule Elly devrait avoir investi les lieux. Un coup d'oeil au bureau du staff pour voir qu'elle n'y est pas, et tu fais le tour des autres salles. Jusqu'à tomber sur la silhouette recherchée. Tu avances avec un léger sourire. T'es content de la revoir. Elle t'a peut être bien manqué.

- Salut, j'te cherchais justement.

Tu sais pas trop ce que t'es censé lui dire. Tu viens sans doute juste pour qu'elle sache que t'es de retour, et que tu peux donc reprendre ton poste d'entraîneur sans soucis, que tu ne seras plus absent maintenant que tu as atteint un de tes objectifs - enfin. La remercier aussi sûrement. Parce qu'elle a quand même accepté que tu disparaisses comme ça, sans te prendre la tête. Elle a compris que c'était important pour toi. Et t'avais besoin de cet éloignement pour y parvenir. Sinon, tu n'aurais jamais pu atteindre un niveau de concentration suffisant.

Et ça t'as fait du bien. Beaucoup de bien. T'as dû reprendre contact avec toi même et la réalité. T'as dû apprendre à accepter ton passé. A l'assumer. Pour pouvoir vivre avec. Pour enfin cesser de te cacher. Et ça change quand même pas mal de choses. Disons que t'es peut être un peu moins à cran. Même si tu restes prêt à exploser à tout moment, y'a comme du mieux.

- Merci pour les congés. J'suis prêt à reprendre dès que possible.

Tu sais pas trop si tu dois lui dire maintenant que c'est bon, t'y es arrivé. Enfin, est-ce que ça l'intéresse déjà ? Si ça se trouve, elle s'en fout. Alors tu préfères garder le silence que de voir que tu l'ennuies.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Salle Alice Londubat

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3

 Salle Alice Londubat

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Heurtoir-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.