AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: La Tête de Sanglier
Page 12 sur 15
Au Comptoir
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15  Suivant
Azénor P. Benbow
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Au Comptoir

Message par : Azénor P. Benbow, Mer 27 Juin 2018 - 0:35


Arty


Une fleur dans un cerveau? Mais enfin c'est insensé, oui madame, c'est exactement la raison pour laquelle je suis douce comme l'eau. Mais enfin je comprends pas. Vous attendez vous à comprendre absolument tout. Pauvre fou, pauvre con. Tam dam tadam. Alors comment comprendre ce que l'(ex) détesté peut vivre, enfin je veux dire sans aller dans sa tête? Mais pourtant moi qui croyait qu'on avait rien à faire d'autre que d'être heureux. Ah, le chagrin d'amour balayé d'un sourire qui voudrait presque dire que je serai là pour toi Artemis. Mais je ne serai pas vraiment là hein, que ferais-tu donc de moi, de ma carasse que tu n'as jamais pu pifrer, que tu as emmerdé des heures et des heures. Bordel tu m'as fais me planter les ongles dans la paume. Et m*rde enfin comment on écrit pifrer. Est-ce-que ça aussi ça existe vraiment?
Un tic tout de même au prénom Elius. Le danseur, le Askin. Puis de la guitare? Quoi? De la guitare? What's in my head? Mais enfin vous suivez rien, une fleur dans le cerveau. Anyway. Soupir désabusé, pensait-elle que le monde la comprenne. Elius donc. Information complètement inutile certes, for now babe. Rangée dans le petit coin de mon cerveau, parce qu'on ne sait jamais.
Oh vois-tu les yeux qui roulent jusqu'au plafond, transperce le bois rongé, s'envolent jusqu'aux étoiles, petit clin d'oeil à la lune, puis qui reviennent dans un un poc dans les globes oculaires de la belle Azénor. Hey c'est moi Azénor, amusée de toi, qui a obéit a quelque chose. Un soufflement de nez, Mieux vaut tard que jamais, j'imagine.


Holé changment de décor, gros méchants loups garous et histoire de forêt. DEMAIN? J'vais pas chercher le pourquoi du comment, ma tête qui se penche un peu plus vers la gauche est bien déjà trop descriptive de mon incompréhension incomprise et terriblement incompréhensible. Artemis loup garou, duh. Voilà une vraie raison d'avoir peur du morpion? Not really.
Incapable de dire mot, je le ressers, puis pour accuser réception je bois au goulot. Erk, degueu les microbes, tout ça. S'il ne le remarque pas tranquille. Sinon je ferai genre de mettre la bouteille autre part m'enfin je me débrouille, il est loup garou, pas agent de sécurité d'entretien ou d'je sais pas bien comment ça s'appelle. C'est dingue c'thistoire. Puis je ferme ma bouche à clé d'un geste de doigt, et je jette la clé par dessus mon épaule. Elle a du atterrir dans l'évider derrière moi, je la récupérerai au moment voulu, hein. Sait-on jamais. J'connais un loup garou. Il s'appelle Momo. Super sympa le mec. Tu veux son contacte pour euh, je sais pas des conseils? Je sais pas comment ça marche moi cette m*rde. Une gorgée de plus, m'enfin je me suis servie un verre cette fois, ça va roh. Peut-être est-ce-la tête qui commence à osciller mais les yeux dans le vide, demander tu viendras pas manger mon bar, hein?



j'sais pas où j'ai foutu mon code de commande:
 
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Au Comptoir

Message par : Arty Wildsmith, Lun 2 Juil 2018 - 10:04


Azé


Mieux vaut tard que jamais avait-elle dit. C’était bien des paroles d’adulte ça. D’adulte ennuyeux qui n’a que ça à faire de sa vie que d’obéir aux règles stupides. Mais qui dès que possible boit à la bouteille. Le gamin mime un gnagnagna. Il aurait préféré obéir à autre chose ou à quelqu’un d’autre – n’importe qui en réalité - plutôt qu’à De Lanxorre. Rien que de penser à cette carogne, il a envie de vomir. Ou c’était le fait qu’il venait de finir rapidement son troisième verre, et que son bien faible estomac du moment avait vivement ronchonné, allez savoir. Lui voulait des solutions, il voulait un plan de justicier pour sa future vengeance, et plus encore, il voulait voir son amoureux. C’était surtout pour cette raison que son ventre se tordait, ce n’était pas de l’alcool qu’il souhaitait recevoir, mais autre chose, bien autre chose. Puis Philaester s’exclame, surprise, l’air brutalement intéressée par ce jour funeste qu’allait être le lendemain. Arty, lui, hausse les épaules. Ça devait bien arriver un jour, de toute façon. Et non, ce n’était pas forcément dingue, c’était comme ça. Il avait été incroyablement stupide, il le payait, question de karma. Pourtant il la regarde faire cette fameuse singerie enfantine comme quoi elle garderait le secret. Il le savait. Elle avait beau représenter l’autorité qu’il détestait, il avait pleinement conscience qu’il pouvait lui faire confiance. Sa tête sûrement, son visage angélique, ses joues qui attendaient qu’on les prenne pour faire des gouzigouzis. Il y a des gens comme ça.

Puis il réfléchit, les doigts enfoncés dans les paupières inquiètes. Il pense à Elly & Aza qui se sont occupés de lui et qui seront de garde demain soir, à la peur qui doit aussi les tirailler, et s’il arrivait quelque chose ? Il se concentre alors sur son verre vide, le fait tourner entre ses doigts malades, puis sans la regarder, z’avez pas à vous inquiéter, j’suis bien entouré. Aucun doute là-dessus, ils étaient sa véritable famille, loyaux jusqu’à risquer leur vie pour lui, et c’était le gamin qui allait les mettre en danger demain. Avec ses crocs maudits faramineux. Il soupire. Oui, j’veux bien son adresse pourquoi pas, j’lui enverrai une lettre, à ce Momo qu’il ne connaissait pas – pensait-il. Ce serait peut-être pas une mauvaise idée que de pouvoir échanger avec un loup-garou, un vieux, un grand, un qui maîtrise, un qui sait, un qui contrôle et un qui n’a plus peur. Merci. Avec toute la gratitude dont il était capable envers la Directrice Adjointe. Tout de même, l’ivresse le rendait, ce soir, presque docile.
Bon, on fait quoi pour mon amoureux là ?
Revenir en haut Aller en bas
Jackson Hartman
Jackson Hartman
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au Comptoir

Message par : Jackson Hartman, Mar 3 Juil 2018 - 18:32


PV Carter Cook





La peur, ainsi que le stress tiraille mes entrailles. Voilà quelques jours à peine que ma convalescence c'est enfin achevée, et me voilà déjà engager dans deux événements très importants pour moi, la première je ne sais pas si elle sera accepter, après le départ du Professeur de DCFM, l'Ecole de Poudlard cherche un remplacent. Je n'ai pas cherché à réfléchir, j'ai sauter sur l'occasion pour envoyer ma candidature, dans tous les cas je serais tout de même heureux, soit je vais à Poudlard soit je reste à la TS en compagnie de formidable collègues ! Le deuxième évènement est ma demande en mariage à Ariana, j'ai trouver la bague parfaite ! C'est celle de ma mère, celle que lui as offert mon père peu de temps après leurs rencontre, bien sûr Aria aura le droit à une vraie bague de mariage plus tard, mais faire ma demande sur le lieu de mon enfance et avec cette bague qui m'est chère, j'espère qu'elle verra que je tiens énormément à elle. Me voilà pris entre ces deux événements, entendant que les réponses parviennent à mes oreilles.

Pour m'occuper et attendre le jour J pour la demande et la réponse à ma candidature, je passe mes journées à la Tête de Sanglier, m'occupant des clients, discutant avec eux, prenant des nouvelles de leurs familles, cela les rend toujours joyeux de voir que quelqu'un s'intéresse à eux. Mes yeux parcourent la salle, les clients sont installés et servis, je peux retourner derrière mon comptoir, ce que je fait aussitôt. Je sors mon téléphone afin de l'éteindre et de ne point épuiser la batterie, dans le monde Sorcier il est impossible de charger les appareils moldus, ni de les utiliser, mais je le garde toujours sur moi. Dès que je passe du côté non-magique, je le rallume, voulant toujours avoir un contact distant avec ma meilleure amie Carla, qui se trouve au USA, s'occupant de mes affaires. Je le pose sur le côté du bar puis tourne le dos afin de nettoyer les verres.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
Ian Benbow
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Re: Au Comptoir

Message par : Ian Benbow, Ven 20 Juil 2018 - 13:49


Avec Elina et Azénor.
RP flash-back, époque Kholov.

Une journée de cours qui se termine, il n'y a rien de plus excitant. La promesse d'une soirée loin des morveux ne pouvait que me réjouir. Malheureusement, il y avait comme un petit goût de trop peu. Impossible pour moi de m'envoyer en l'air ce soir. Azénor comptait travailler tard, dans son bar, et comme j'avais fait la grotesque promesse de lui rester fidèle, j'étais bien obligé de faire une pause pour ce soir. Confortablement installé sur mon canapé, dans mes appartements à Poudlard, je réfléchissais à mon programme de ce soir, c'était sans compter sur Azénor, toujours pleine de surprise.

Ma réflexion ne dura guère longtemps, interrompue par la voix d'Azénor sortant d'un animal fait de fumée. Son patronus. Sourire aux lèvres, j'écoute l'animal me proposer de la rejoindre dans son bar. La coquine ! Sans attendre, je sautais du canapé, enfilant rapidement une veste de costume par dessus ma chemise blanche. Un peu de parfum, et j'étais prêt à filer vers la tête de sanglier. Un petit coup dans l'arrière boutique, ça ne se refusait pas. Avant de partir, je consommerai tout de même un ou deux whisky, histoire de justifier le trajet aux yeux des habitués. Il ne fallait surtout pas oublier que cette relation était censée rester secrète.

Ce même sourire toujours accroché aux lèvres, je poussais la porte en bois du bar et avançait dans celui-ci comme s'il s'agissait de ma maison. Sans porter attention aux alentours, et aux nombreuses personnes entrain de boire et discuter, je me faufile jusqu'au comptoir, endroit où était censé se trouver ma chère et tendre. De par sa beauté, j'arrivais à la repérer de loin. Ainsi qu'une deuxième personne, face à elle. Je fronçais les sourcils, essayant de déterminer qui pouvait bien être cette femme qui discutait avec Azénor.

- Ho, shit murmurais-je.

Ce n'était pas une femme, mais une demoiselle. Et pas n'importe laquelle, l'une des rares étudiantes qui avait eu l'honneur de coucher avec moi. Pas de quoi faire disparaître le sourire sur mon visage, pour autant, il était facile de prendre congé pour s'isoler quelques dizaines de minutes.

- Peterson.. Un geste de la tête, rien de plus. Miss Philaester, vous m'avez demandé ? Peut-être devrions-nous discuter en privé ?

D'un geste de la main, je pointe vers une porte menant à une réserve. Je me mordillais la lèvre inférieure, et bien voilà qu'une soirée qui s'annonçait ennuyante se transformait en quelque chose de beaucoup plus intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Elina Peterson
Elina Peterson
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Au Comptoir

Message par : Elina Peterson, Ven 20 Juil 2018 - 18:48


avec Ma Aze♥ et Benbow

Pour rappel Elina a 19 ans et est à l’aube de sa relation avec Mr Lhow ♥

Ce que j’aime avec toi c’est que les confidences vont dans les deux sens. Tu sais écouter les miennes mais ne me cache pas grand chose des tiennes. D’ailleurs je suis ravie que tu me parles enfin de toi et de ce « lui » alors je me penche en avant d’un air de conspirationniste et j’écoute avec attention les révélations que tu me fais un grand sourire sur les lèvres. Ravie de savoir que tu as trouver quelqu’un qui te rends heureuse. Sauf que bien sûre, plus tes confidences avances et plus je perds mon sourire.

Et bien pour tout te dire, oui. Et je suis très heureuse avec lui, bon ça a vraiment pas été facile au début. Et bon... C'est un prof de l'école alors tu le connais. Je le connais? Ma mémoire se mets en marche visualisant les profs masculins de l’école de magie. C'est un peu tendu d'ailleurs à l'école à cause de ça, tu sais on a pas vraiment le droit. Roh bah tien, je vais lui dire de venir passer, que tu le "rencontres" pas en mode prof élève quoi! Parce que je compte vous garder tous les deux, alors il va bien falloir que vous vous voyez! L’angoisse monte. Les seuls Prof homme dont je me souviens se sont Evan et Benbow et lorsque tu te tournes pour l’appeler une sueur froide me roule le long du dos.

J’ai vue Lival avec Miss Wildsmith et ils étaient ensemble il y a encore peux de temps alors soit il mène une double vie, soit c’est Benbow. Et la je suis mal, vraiment mal. Tu te retournes et me regarde. Fière de me présenter celui qui fait battre ton coeur et moi je flippe à mort parce que si je me retrouve face à « lui  »… Je tente de garder la maitrise de mes émotions. La c’est pas gagné.  Je tente tant bien que mal de dissimuler ma détresse en buvant une gorger de chocolat chaud.

Je sens sa présence bien avant d’entendre sa voix. Un frisson parcours mon dos Et lorsqu’il me salut d’un froid Peterson Je n’ose plus bouger. Il échange avec Azé. Et ses mots me confirme que non ce n’est pas une coïncidence. IL est bien LE prétendant en question. Mes mains se mette à trembler aux souvenirs de ce soir là. La « violence » dont il avait fait preuve me renvoie à tout ce que j’ai pu vivre par la suite sans le vouloir vraiment. Je préfère largement me faire toute petite parce que là je ne suis pas en état de répondre quoi que ce soit à qui que ce soit.

Revenir en haut Aller en bas
Azénor P. Benbow
Azénor P. Benbow
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Re: Au Comptoir

Message par : Azénor P. Benbow, Mar 24 Juil 2018 - 18:33


Arty


Reprenons où nous en étions voulez-vous? Voyez Artemis, à la limite de la position latérale de sécurité, à moitié accoudé, à moitié avachi sur mon comptoir; et voyez mes yeux ronds. Loup garou je vous dis, loup garou. C'est à s'en arracher la tignasse, ça dépasse l'entendement, c'est complètement fou, complètement fou je vous dis.
Le bonhomme enfonce ses doigts dans ses orbites pour en ressortir sous son ongle une espèce d'idée; le voilà qu'il m'indique qu'il est bien entouré. Qui donc a bien pu prendre le bougre sous son aile. M'enfin on dit bien souvent que le fou ce n'est pas le fou lui-même mais celui qui le suit. Mais qui suit qui? Ah j'en sais rien moi, faut pas venir me demander. J'suis trop occupée à garder ma bouche entrouverte. Manquerait plus que le petit filet de bave qui viendrait donner à scène un côté indélébile.
J'attrape la bouteille de whisky; sers O'Toole. This one's on me. Je dirais presque que c'est la moindre des choses. Le mec est loup garou demain, le mec a perdu son mec. Ah l'amour c'est si beau, ça transporte, ça guérit, ça fait sourire dans le vide, alors que les passants regardent bizarrement y'a qu'à penser à l'être particulier pour se sentir mieux, moins seul, simplement vivant.
Moi j'ai un amoureux. Roh c'qu'il est beau. Puis il est intelligent, il a de la culture, de la conversation. Oh et puis si drôle aussi. Il me fait me tordre le ventre, rire aux éclats. Et tous les jours qui passent, eh bien je porte le sourire qu'il me donne. Parce qu'il a ce don, il est particulier, il est génial, il est tout ce dont j'ai besoin. Il me connaît, par coeur, me conseille, m'écoute, et puis il m'aime. Et il n'y a rien que j'aime plus que la façon dont il m'aime. Et la meilleure chose que j'ai pu faire dans ma vie, c'est tomber amoureuse de lui. Regardez-moi, sourire béat quand l'image de Ian Benbow danse devant mes yeux qui regardent dans le vide.

Alors parce que le perdre ça serait me perdre aussi, j'imagine la douleur du jeune auror. Je lui sourie, reprends mes esprits. J'enfile une gorgée de whisky pure, grimace et prétend ne rien ressentir alors que ça me brûle totalement à l'intérieur, et pose le verre violemment sur la table. Je pose ma main sur le comptoir et fait cliquer mes ongles les uns après les autres, un sourcil relevé;
Il nous faut un plan. Qui t'empêche de voir Elius?


_____________________

Elina et Ian mes amours
fb many years ago


Quelques sourires échangés alors que j'aperçois enfin mon bel amour tentant de se hisser une place vers nous. Il arrive et dès qu'il reconnaît l'ancienne élève, prend un air sérieux, et reste poli. - Peterson.. Miss Philaester, vous m'avez demandé ? Peut-être devrions-nous discuter en privé ? Je ricane, alors qu'il pointe de la main une porte pour que l'on ait une discussion privée. Ce que je ne comprends pas vraiment pour le coup, c'est la réaction d'Elina; qui préfère se faire toute petite à la situation. Bon je veux bien que Ian soit son ancien professeur, m'enfin c'est pas une si mauvaise nouvelle? J'sais pas à sa place, j'aurais souri, j'aurais dis bonjour au moins, n'importe quoi. Quoi qu'il en soit, j'attrape la main de Benbow, puis mes lèvres s'étirent automatiquement comme chaque fois que je suis en sa présence; Ian, elle sait, je lui ai dis. Je voulais juste que vous vous rencontriez hors contexte Poudlard. Parce que Elina est une grande amie. Donc Ian, Elina, Elina, Ian.
Je désigne chacun d'entre eux à l'autre, heureuse de pouvoir les faire se rencontrer, enfin, et dans de concrètes situations. Puisque je connais bien Ian et son penchant pour un bon p'tit sky de temps en temps; j'attrape une bouteille et un verre de l'autre côté du comptoir et sers un coup à Benbow. Puis d'une pierre deux coups, je verse un peu d'alcool dans mon chocolat, puis en propose à Elina.
Je lève mon verre; A la nôtre?





Azénor première du nom

Azénor Philaester: 3 whisky pur feu: 2 x 5 morilles = 15 mornilles
chère moi-même, tu peux compter un gallion
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Au Comptoir

Message par : Arty Wildsmith, Ven 27 Juil 2018 - 14:58


Azé


Ses petits yeux commençaient à se fermer, son estomac à se fatiguer d’être si dérangé et gigoté par la boisson et la malédiction. Face contre le comptoir, il pourrait s’écrabouiller la joue et qu’il demeure une marque à tout jamais. Souvenir intéressant de cette veille de première transformation. Il avise le verre déposé tout près de lui accompagné d’une effusion de voix de la Directrice Adjointe. Il savait bien qu’elle avait en elle une gentillesse exceptionnelle, du genre à aider un ancien élève un peu beaucoup perturbant à se saouler en ces moments de terreur intérieure. Il n’a même pas la volonté de se relever pour s’emparer du verre et le boire. Ce sont ses doigts tremblotants qui font tout le travail, essaient d’amener le mieux possible le contenu du verre sur les lèvres pâles du gamin, mais ça ne fonctionne pas très bien, renversement à côté, et il manque de boire la tasse. Il se relève brusquement, essuie le whisky coulant d’un revers saccadé de la main, même pas sûr d’avoir tout enlevé.
Au moins, ainsi redressé il peut voir le sourire de Philaester, et sa détermination à trouver un plan. Il faut dire qu’il en avait déjà un, simple, efficace, tuer De Lanxorre. Parce qu’elle était un nuisible à la communauté magique et clairement, ne méritait pas de respirer. Au moins lui arracher sa langue de vipère, ça, ce serait la vengeance minimale.

Il soupire tant les souvenirs lui sont désagréables. Il aurait dû gérer ça autrement. Aller immédiatement tout avouer à Artemis, lui dire qu’il avait attaqué une professeure sous sa provocation, et garder Élius. Le chef l’aurait forcément couvert, il ne l’ose l’avouer mais avait pour Arty une affection curieuse peu commune. Comme beaucoup d’ailleurs, peut-être. Mais il n’y aurait pas eu d’histoire. Les yeux dans le vide il cherche un moyen de raconter tout ça le plus simplement possible, avec des mots clairs, sans équivoque. Et surtout, essayer de faire passer le schmilblick comme si ce n’était pas tout à fait entièrement de sa faute. J’ai agressé De Lanxorre. Jusque là, ça va. Elle m’avait provoqué, elle m’a cherché, j’ai explosé. Logique qu’on se dit, tout à fait naturel quand on connait l'énergumène. Elle me fait chanter. Soit elle balançait tout à Lhow et c’en était fini de ma carrière, soit j’arrêtais de voir Élius. Une grimace gênée plus tard. J’ai mal choisi j’crois. Euphémisme de l’année, il n’a pas la force de développer, son nez retrouve directement le bois du comptoir, de nouveau affalé. Il n’a pas le courage de lui dire que ça le dévorait de l’intérieur, qu’il n’y avait pas que le fléau lunaire qui lui grignotait les organes, mais elle devait le savoir, elle, puisqu’elle avait dit être amoureuse.
Revenir en haut Aller en bas
Alexeï Dragoslav
Alexeï Dragoslav
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Au Comptoir

Message par : Alexeï Dragoslav, Ven 27 Juil 2018 - 19:21


With Elly

Qui pouvait croire ça, qu’un gamin comme toi qui détestait au plus haut point le boulot de tes parents avait finir par devenir … comme eux. Fils d’un barman et d’une barmaid, tu venais de rejoindre la Tête de Sanglier pour occuper le même post qu’eux, à quelques exceptions près. Tu devenais ce que tu détestais, sombre destin pour un étudiant qui rêvait de devenir Auror … Quoique, peut-être vas-tu démasquer des mages noirs quand ils commanderont des boissons un peu trop alcoolisée et qu’ils seront trop dark, mais tu en doutais pas mal.

Enfin bref, tu commençais aujourd’hui et mine de rien, t’étais quand même un peu stressé. A bosser chaque été dans le bar familial, tu avais rapidement appris à manier le shaker comme personne et les Sex on the beach n’avaient plus aucun secrets pour toi. Mieux encore, tu pouvais les préparer quasiment en fermant les yeux.

Enfin bref, toujours est-il que la Tête de Sanglier n’attendait plus que toi et t’étais bien déterminé à montrer ce que tu savais faire de tes dix doigts. Rapide présentation des lieux et des employés – que tu connaissais déjà pour la plupart – avant de te mettre réellement au travail et de servir tes premiers clients. Un peu d’appréhension, certes, mais une légère excitation malgré tout.

Les visites et présentations faites, t’avais quémandé le comptoir pour ton premier jour. Eh, si tu devais impressionner quelqu’un c’est bien ici que tu devais le faire, à manier les bouteilles, utiliser les glaçons et mélanger les sirops. Le seul bémol allait peut-être être les derniers cocktails que l’équipe venait d’inventer … Heureusement que t’avais tout noté sur un petit papier caché à la vue du public pour t’aider à les réaliser. En revanche, il ne fallait pas qu’ils s’attendent à plus de ta part. Le fait de pouvoir les réaliser allait déjà être un exploit sans nom.

Fallait que tu t’entraînes un peu d’ailleurs, alors tu commençais. Shaker en main, pelle à glaçons dans l’autre, tu profitais du fait que le bar soit peu rempli pour te faire la main. Une bouteille qui vole tout en versant un peu d’alcool, des fruits qui se promènent par ici et qui plongent sans leurs maillots de bains dans l’ustensile … et BAM ! Ce qui devait arriver arriva, une bouteille de rhum venait de s’exploser sur le sol. Ah bah BRAVO Alexeï ! Tu commences fort. Te restais plus qu’à nettoyer et faire disparaître cette odeur qui t’arrivais déjà aux narines … Faites que personne ne rentre dans le bar dans l’immédiat.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
Elly Wildsmith
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Au Comptoir

Message par : Elly Wildsmith, Sam 28 Juil 2018 - 0:47


Alexeï


Une balade dans les rues de Pré-au-Lard, sans but précis, sans envie non plus. Peut-être de le croiser ? De le voir ? De s’assurer qu’il allait bien ? Non, t’en savais rien, il fallait que tu tiennes, que tu résistes à tout ça. Même si ça te brûlait les veines, même si ça tambourinait à tes tempes. Même si ton cœur réclamait, tu ne pouvais pas cèder. Alors, d’un pas lent, tu te dirigeais vers le premier établissement qui pourrait éventuellement t’accueillir : la Tête de Sanglier.

Tu aimais bien l’endroit, même si le sous-sol te rappelait quelques souvenirs. C’est ici que tu avais demandé à Artemis d’être ton témoin … tu chassais cette idée, pour la remplacer immédiatement par sa demande, celle que de devenir la marraine de son enfant à naitre. Une aubaine, une bouée, une soupape de sécurité. Un truc qui te raccrochait à la vie, pour ne pas descendre dans le même travers que Kalén, pour ne pas subir le même geste fatal. Terrible.

Lorsque tu entres dans l’établissement, tu te diriges au comptoir. Tu t’attends à y voir Elina, mais tu ne la reconnais pas. Non, derrière s’y trouve un jeune homme, plutôt massif, dont le visage te dit vaguement quelque chose : une rencontre ministérielle, mais tout cela date, c’est loin, flou, indistinct. Et au final tu ne sais pas ce qu’est devenu le jeune homme – si ce n’est serveur à priori. Un timide « Bonjour » qui s’extirpe de tes lèvres, et tes yeux qui scrutent la carte – elle est nouvelle cette carte ? Tu ne sais plus – et tu demandes simplement « Un café long s’il vous plait ». Et un sourire, en supplément. Même si les lèvres s’étiraient de moins en moins ces derniers temps.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor P. Benbow
Azénor P. Benbow
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Re: Au Comptoir

Message par : Azénor P. Benbow, Sam 28 Juil 2018 - 11:51


Arty


Le jeune Artemis met quelques temps à répondre alors que mes doigts cliquent encore sur le bois du comptoir, attendant qu'il se décide à tout me dire, ou non. Les sourcils plissés sur le cadavre devant moi -oui parce que le pauvre n'est pas bien en point, promis, je ne lui sers plus de whisky- je m'imagine, je sais pas, un mangemort, une connerie comme ça. Ex-O'Toole soupire un peu, pas bien content le franjo', il doit se remémorer des souvenirs qui donne ce gout amer dans la bouche. Pas cool. J’ai agressé De Lanxorre. MAIS?What the fuck, Richard? Je peux savoir en quel honneur? Elle m’avait provoqué, elle m’a cherché, j’ai explosé. Tien donc! Parce que lui ne m'a ja-mais provoqué, cherché peut-être? Liée de son acolyte hors pair qui ne décroche pas un sourire? Je soupire. Agresser un adulte nan mais faut le f.. Wait. Mais c'était donc ça, c'était vrai. Oh mon dieu! Ne vous méprenez-pas, je suis choquée d'apprendre que Ian disait pour le coup la vraie vérité. Recontextualisons. Il y a de ça quelques jours, ou bien semaines qu'en sais-je, j'ai surpris De Lanxorre dans le lit de Ian, oui oui on s'est comprit, hm. Puis il m'a informé que la Cara avait déboulé à sa porte, croyant être la sienne, en sang et mal en point, à cause d'Arty! Tout est lié, c'est dingue. Puis je l'avais pas trop trop cru moi. Roh c'est dingue, c'est peut-être un message de là haut. Anyway.

Je calme mon désarroi et ma stupéfaction pour de l'empathie envers le pauvre bébé loup. Que faire quand on a pas trop de réponse à donner à un garçon amoureux. Cet amour serait-il concrètement impossible, à ne pas pouvoir soulever des montagnes? C'est pas vraiment ce que je lis sous ses paupières qui tombent.
Ne pas être capable de se toucher, de se regarder, de se sentir, de mettre ses mains sur ses hanches pour l'embrasser, ne pas pouvoir prévoir tout en fonction de lui, ne pas pouvoir être dans la même pièce, mettre de main dans ses cheveux, sourire à l'amour, ressentir; alors se morfondre dans un bar et en parler à son ancienne directrice adjointe. Oh really. J'suis du côté de l'amour moi. J'peux en parler à De Lanxorre, tu sais. Elle est toujours prof.

Puis je me retourne quelques instants, fais chauffer de l'eau, sors deux tasses. Tu veux un thé? Plus d'alcool ni pour toi ni pour moi ce soir petit asticot. L'infusion prend, et j'ose tremper mes lèvres dans le liquide bouillant, que je fais couler dans ma bouche. Je sens la chaleur qui descend petit à petit de ma gorge jusque dans mon ventre. Un petit soupir,oh oui j'aime beaucoup le thé.

Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Au Comptoir

Message par : Arty Wildsmith, Lun 30 Juil 2018 - 12:03


Azé & son LA


Oui, souvent ils réagissaient comme ça, les adultes qui apprenaient ce qu’il avait fait. Oh mon dieu qu’elle s’était exclamée. Il hoche la tête de haut en bas, comprend sa surprise, c’est vrai que quand on voit son adorable bouille, on ne le croit pas capable d’une telle chose. Alors effectivement, il ne sait pas, lui, que ce n’est pas exactement pour ça qu’elle est surprise, il ignore les connexions qui s’étaient faites dans le cerveau dans la Directrice Adjointe. Mais bon, il compatit tout de même, sans la lâcher des yeux. Le Louveteau l’observe réfléchir, il penche la tête de côté, attend que l’épiphanie vienne illuminer les iris de la Philaester, qu’elle l’aide à se sortir de cette fichue situation. Même si c’était la dernière personne à laquelle il aurait pensé, sa gentillesse légendaire lui trouverait quelque chose de beaucoup plus doux que ce qu’il avait prévu.
Puis ça vient, comme ça, ça tombe. Cette vérité qu’il avait totalement occultée. C’est vrai qu’elle était prof cette Vipère, il avait oublié, trop obnubilé par le chantage avec lequel elle le menait par le bout du nez. Par conséquent elles se connaissaient, peut-être mêmes qu’elles étaient copines. Jamais cette idée ne s’était faufilée dans un battement de paupière. Mais il se rattache brusquement à la confiance qu’il a pour la sorcière qui lui avait servi à boire toute la soirée. Elle ne lui ferait jamais de mal, ne le nuirait d’aucune manière. Elle n’était pas De Lanxorre.

Alors il se redresse, plutôt satisfait de cette révélation. Elle pourrait convaincre l’autre Mégère de le laisser tranquille, de le laisser vivre son histoire d’amour comme il le voulait, avec des fleurs partout, des cœurs et des paillettes, des courses dans les champs et des gloussements heureux. Exactement ce dont il avait besoin en ce moment. Vous feriez ça ? Alors qu’il s’empare de la tasse de thé, bon remède pour alléger la gueule de bois qu’il allait se coltiner le lendemain matin. Toujours s’hydrater, c’est fort important. Si vous pouvez la convaincre, j’vous serais reconnaissant pour toujours ! Promis, j’vous embêterais plus jamais jamais jamais jamais. Jamais. Et Arty tenait presque tout le temps ses promesses, quand elles ne l’embêtaient pas trop. Comme quoi, il pouvait être tout à fait gentil quand il le voulait. Puis si ça ne fonctionnait pas, il pourrait toujours passer au plan B. Il laisse l’eau brûlante lui parcourir le palais et le gosier avant de se lever tout à fait, non sans chanceler légèrement. Vous m’tenez au courant hein ? Vous m’envoyez une petite lettre pour me dire que c’est réglé ? Avant de la regarder le plus sérieusement possible dans les yeux. Mon histoire d’amour dépend maintenant de vous. Il lui lance un dernier sourire, se penche sur le comptoir et vient l’embrasser sur la joue. Merci pour tout ! Plein d’espoir qu’il était, il en avait presque chassé de son cerveau malade l’image terrifiante de sa future transformation.
S’apprêtant à partir, il fait demi-tour pour déposer quelques pièces sur le comptoir, tout de même, il était bien élevé. Un dernier coucou de sa main moite et tremblante et il quitte le bar. Espérant ne pas tomber de fatigue avant d’avoir franchi la porte de la cabane.


Départ d'Arty, merci beaucoup beaucoup pour ce RP !
Revenir en haut Aller en bas
Alexeï Dragoslav
Alexeï Dragoslav
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Au Comptoir

Message par : Alexeï Dragoslav, Mer 1 Aoû 2018 - 19:50


Voilà que tu devais éponger le sol … Quelle bonne idée d’avoir laissé trainé ta baguette tu ne sais où, la magie n’allait pas t’être utile en ce moment précis. Comme les moldus qui te répugnaient. Dieu merci Azénor avait été assez intelligente pour laisser des torchons et serpillère à disposition du personnel. Sauf que c’était pas pour de suite vu que le bruit habituel de la porte venait de se faire entendre, un client pénétrait les lieux. Dieu merci, le comptoir cachait ta bêtise.

Pas tout à fait en face de la porte tu lances un « Bienvenue à la Tête de Sanglier ! » et de te retourner quand tu entends cette voix qui t’avait à l’époque tant apporté. De sa présence, de ses enseignements, de sa confiance  … toutes ces notions qui avaient disparues du jour au lendemain. T’en gardais un souvenir amer et ne savait pas trop comment réagir face à elle maintenant. Impossible de dire si c’est de sa faute ou celle du nouveau patron des Aurors que tu es dans cette situation là et à vrai dire, tu t’en fichais pas mal.

Un commande, rapide à exécuté et tu te mets à l’œuvre, déposant la tasse encore brûlante devant la jeune femme. Sur la coupelle, une petite cuillère accompagnée de morceau de sucre et d’un gâteau sec parce que tu fais dans l’art du détail. Fidéliser la clientèle grâce au sucre y’avait rien de mieux.

- Et voilà.

Tu hésites …

Et finalement te ravise. Le sol n’allait pas se nettoyer tout seul et avant d’entreprendre quelque chose d’autre, il te fallait laver tout ça. Un coup de serpillère pour éponger le rhum et faire partir l’odeur avant d’enlever les morceaux de verre pour les jeter à la poubelle. Ni vu ni connu, tout se passait pour le mieux dans le meilleur des bars.

- Euh … Elly ? J’sais pas si tu te rappel vaguement … Le ministère, les aurors tout ça tout ça …

Déglutition forcée, t’avais franchi le pas et ne pouvais plus revenir en arrière.






Elly Wildsmith

Un café long - 2 mornilles
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azénor P. Benbow
Azénor P. Benbow
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Re: Au Comptoir

Message par : Azénor P. Benbow, Sam 4 Aoû 2018 - 8:54


Arty


D'un oui de la tête elle répond la madame. Enfin je réponds, disons. Je sais pas vraiment ce qui m'arrive, ma gentillesse peut-être me perdra. Mais le jeune Arty il m'a toqué à la porte de mon petit coeur peut-être bien. C'est pas que j'ai de la peine, de la pitié ou encore de la compassion, ça non. C'est juste que j'aime bien aider, j'aime bien la justice, la sérénité. Alors comme je pense que je suis capable de faire quelque chose, alors je vais la contacter la Cara, qu'elle arrête ces bêtises oui! Puis je la pensais pas vraiment comme ça d'ailleurs, la De Lanxorre. Enfin bon, c'est quelque chose dont je m'occuperai plus tard.
Je souris aux mots d'Artemis, as façon d'exagérer et son côté dramatique, enfin je veux dire on est presque obligé de trouver ça attachant, non? Non? Bon, il faut en effet bien s'admettre qu'il y a des tas de contre exemples. La professeur d'enchantement, au hasard. M'enfin, je soupire un coup. Croix d'bois croix d'fer si j'mens j'vais en enfer! Puis l'Aurore en devenir me sourie, ce que je lui rend bien entendu, et s'appuie sur le comptoir pour pouvoir passer au dessus et m'offrir un gentil bisou sur la joue. Cool. M'enfin arrêt sur l'image guys, what the fuck is happening. Remontée dans le temps accélérée pour arriver le jour où je les ai renvoyés de Poudlard pour quelques temps. Je veux bien que je ne sois pas rancunière pour un sous m'enfin si y'a bien un truc auquel je ne m'attendais pas, c'est bien d'apprécier O'Toole. C'est son côté attachant, j'vous dis.
Un mini allé retour, je chope la monnaie, remercie d'un sourire. Un signe de la main, moi qui lui lance un et bon courage pour demain, hein, légèrement confus. Puis il s'en va quelques peu chancelant, sous mon sourire bête, repensant à cette soirée des plus improbables.



fin dou rp
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
Elly Wildsmith
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Au Comptoir

Message par : Elly Wildsmith, Dim 5 Aoû 2018 - 1:13



Alexeï

Changement "tu" pour "elle" en plein RP mais boooon, on a déjà vu pire.


Le jeune serveur apporte à Elly son café à la jeune femme, qui l’attend dans un mélange d’intérêt mêlé à la curiosité. Savoir ce que le jeune homme – qu’elle avait reçu dans son bureau, au Ministère – devenait était une interrogation à laquelle elle n’avait pas pensé jusqu’alors. En quittant le Ministère, c’était toute sa vie là-bas qu’elle avait refermé derrière elle. Aves les missions, avec les soutiens, avec les collègues. Elle avait tout coupé. Parce que la mort de Kalén avait été trop douloureuse, trop difficile à dépasser. Son visage à elle la hantait encore durant les nuits d’insomnie.

Le jeune homme repart à sa tâche – sans mauvais jeu de mot puisqu’il nettoie quelque chose au sol. La brune le regarde faire, un peu. Avant de reporter son regard sur son café et d’en boire quelques gorgées. Longues gorgées. Puis à peine le temps de reposer la tasse sur sa coupelle que le jeune homme était déjà revenu, Elly le regardait avec un sourcil arqué, se demandant ce qu’il comptait bien lui dire.

Et puis, elle comprit. Si elle avait tiré un trait – aussi simple et fin soit-il – sur le bureau des Aurors, il semblait que le jeune homme ne l’avait pas fait. Il lui demandait si elle se rappelait. Bien sûr qu’elle se rappelait, mais, durant quelque seconde, elle feignit de ne pas se souvenir, tiquant un peu sur le nom, elle l’avait sur le bout de la langue mais rien ne voulait sortir.

Puis, comme une illumination, elle se rappelle. Dragoslav, un Poufsouffle. Comme elle. Elle murmure, comme un fantôme « Oui, oui, Mister Dragoslav, c’est bien cela ? Oui oui, je me rappelle de vous, que devenez-vous ? ». Serveur à la Tête de Sanglier Elly, c’était pas trop difficile à comprendre après tout. Fallait juste savoir regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Alva K. Melnikova
Alva K. Melnikova
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au Comptoir

Message par : Alva K. Melnikova, Mar 14 Aoû 2018 - 21:57


With Azaël
PA accordé.



Pré-au-Lard semblait bien vide en ce début de soirée. Ca devait être ce moment de la journée où les gens convenables rentraient chez eux, et où les moins convenables ne sortaient pas encore. Ca lui donnait un côté triste, mais je ne l'en aimais pas moins. J'avais adoré ce village dès le premier jour, lorsque j'étais arrivée ici à la rentrée, et ça ne changeait pas. Bon, c'était pas le village en lui-même qui me faisait cet effet là, mais un bar. CE bar. La tête de Sanglier. Son côté atypique me redonnait le sourire à chaque fois, ça ne ratait pas, et je comptais bien à ce que ça fonctionne cette fois encore, comme un charme, une formule rituelle qu'on récite lorsque ça ne va pas. La tête de Sanglier était mon charme. Peut-être parce qu'il me rappelait un de ces bars singuliers dans lesquels j'allais, lorsque j'étais en Russie... Peut-être pas. Mais je l'aimais, j'appréciais l'ambiance, le service, et... Presque tout, en somme.

Souriante, mais pas trop car je n'étais pas le genre de personne à respirer la joie, je poussais la porte et saluait tout le monde d'un bref "bonsoir". Juste un "bonsoir", ni parfaitement joyeux, ni vraiment sec, tandis que je parcourais déjà la salle des yeux. Il n'y avait pas vraiment de monde ici non plus. Je veux dire, ce n'était pas bondé du tout, mais loin d'être vide quand même... A l'image du village, ni désert ni vivant. Au milieu d'eux, grande perche toute en rouge et noir de la tête aux pieds, je devais contraster aussi clairement qu'une tâche de peinture au milieu d'une toile de maître, en noir en blanc je vous prie. Et ça, c'était juste parce que j'avais eu dans l'idée de faire un léger détour avant de sortir de Poudlard, histoire de me changer. C'était pas que, mais je refusais de sortir dans cette tenue, en robe de sorcier et jupe plissée. Ma mère aurait jugé cette dernière décente, alors forcément, je l'estimais inconvenante. Et puis je ne voulais pas traîner en uniforme : c'était me rappeler mon âge, le fait que j'étais mineure, encore sous sa croupe, et privée d'absolument tout pouvoir décisionnel. En robe noire, près du corps sans être trop sexy, je me ressemblais déjà plus à moi-même, plus Alva. Faussement plus libre. La seule ombre au décor, c'était mes chaussures : mes escarpins chéris, mes talons vertigineux dont je n'avais pas besoin, vu ma taille, mais dont je ne savais me passer... J'avais besoin d'entendre leurs claquements sensuels lorsque je marchais, même si me rappelait inévitablement le mannequinat, et toute ces choses là indéfectiblement liées à ma mère, mais ça me faisait aussi me sentir femme, adulte, tout ce que je n'étais pas encore... Dit comme ça, ça fait vraiment pimbêche superficielle, et pourtant... J’espérais en être loin !

J'avais donc, pour en revenir à nos sangliers, l’embarras du choix quant à l'endroit où poser mon postérieur... Mais je refusais d'entrée les tables vides ; j'avais envie de compagnie, d'enjoliver cette journée pourrie ou je n'avais fait que broyer du noir et ressasser de vieux souvenirs... Il y avait des jours avec, et des jours sans. Aujourd'hui, ça avait été sans. Incontestablement. Ca avait été une journée interminable, trop longue, beaucoup trop longue. J'en avais marre. Trop aussi, beaucoup trop, ça fait même trop de trop. J'avais besoin de changer d'air, de changer de décor, de souffler un peu. De solitude, peut-être ? Au départ, j'étais partie me réfugier dans une petite salle tranquille de Poudlard, mais ça n'avait pas été mieux ; j'avais tourné en rond, soufflé, et même crié, hurlé la rage qui me nouait les tripes, mais ça n'avait rien changé. A croire que les murs de l'école, eux-mêmes, me saoulaient. Voilà pourquoi j'avais voulu sortir, venir ici. Bref, dans ces circonstances, quoi de mieux qu'une place au comptoir ? D'accord, les circonstances n'avaient rien à voir.


— Bonsoir, une vodka s'il vous plait.


J'accompagnais ma demande d'un nouveau sourire, plus sincère, plus agréable surement, déposais d'avance la monnaie sur la surface polie du comptoir, et posais mes fesses sur le siège le plus proche. Il y avait un homme déjà là, sur le siège d'à côté, mais tant pis. Notez l'ironie. Je l'avais déjà repéré, bien sûr, et son dos m'avait plu... Pour rester correcte et polie. De plus près, il n'avait pas l'air désagréable à regarder non plus, autant que de loin, et je ne me gênais pas pour le reluquer. Même si je ne pouvais qu'en détailler le profil, ça donnait déjà une bonne idée de la personne. Un peu sombre, peut-être, mais totalement mon genre. Je crois. Si ce n'était pas là l'appel de l'inconnu qui parlait, les hormones d'adolescente attirée par toute beau-gossitude capable de se mouvoir et par l'attrait irrésistible de l'interdit. Dans tous les cas, quitte à s'installer à côté de quelqu'un qui n'aurait pas forcément de la conversation, autant qu'il soit agréable à regarder. C'était ce qui m'avait décidé.


— Bonsoir. Voulez-vous me tenir compagnie ? J'aurais pu vous le demander avant de m’asseoir mais, pour être honnête, je me fiche un peu de votre réponse... Alors soyons bons voisins de comptoir.


Attendant que ma boisson arrive, en espérant qu'on ne s'arrête pas trop sur mon âge pour me servir mon verre de vodka – que j'espérais bonne, ça serait la première fois que je la goutterais – je m'amusais à dessiner des cercles sur la table du comptoir. Tournant de nouveau la tête vers mon compagnon de beuverie éventuel, je détaillais avec insistance son visage, à nouveau, cherchant le moindre signe de rejet de sa part.


— Pardonnez-moi, je suis absolument sans gêne. J'ai passé une journée épouvantable, et vous ?


D'accord, on pouvait faire mieux comme tentative de dialogue !
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Au Comptoir

Message par : Azaël Peverell, Jeu 16 Aoû 2018 - 14:04


Alva

La journée a été longue et épuisante. Mais c'est de la bonne fatigue. Pas comme avant. Tu commences à mieux dormir la nuit. Tu fais moins de cauchemars, moins d'insomnies. C'est comme si, finalement, tout commençait à rentrer dans l'ordre. Comme si la vie avait enfin décidé de te sourire et de te foutre un peu la paix. T'avais juste besoin d'assez de motivation pour te lancer dedans. T'as enfin trouver le moyen d'avancer, et ça te permet de souffler. T'as même décidé de passer tes ASPIC un de ces jours. En candidat libre. Tu sais que t'en es totalement capable. Que tu peux même t'en tirer brillamment pour peur que tu t'en donnes les moyens. Une fois de plus, seule la motivation te manquait.

Après un bref retour chez toi pour prendre une douche et enfiler des vêtements propres. Jean, t-shirt blanc, et ta veste habituelle. Toujours dans une simplicité efficace. Et tu prends le chemin de la Tête de Sanglier. Les Trois Balais sont fermés en ce moment. Peut être à cause de la soudaine disparition de Leo. Faudrait que tu demandes à ta soeur étoilée si elle sait quelque chose un de ces jours. Ou même au Felagünd, puisqu'il semblait si proche de Leo. C'est donc la porte de l'autre bar de Pré-au-Lard que tu pousses pour boire un coup tranquillement après le travail. Pas d'alcool, tu gardes ça pour les grandes occasions maintenant. T'as bien compris qu'il ne servait à rien de te priver totalement, ça ne fait qu'augmenter la sensation de manque.

Assis au comptoir, t'attends tranquillement qu'on vienne prendre ta commande pour te servir, les yeux dans le vague, un peu perdu dans tes pensées. Un genre de mini-méditation. A croire que t'y as pris goût, au fait de pouvoir te retrouver tranquillement avec toi-même autour d'un verre. Ce sentiment de paix intérieure qui se montre de temps en temps te plaît énormément. Bien plus que la culpabilité et le remords habituels. Cependant, ton moment de calme prend brutalement fin. Une jeune fille s'est installée à côté de toi, et semble penser que c'est une bonne idée de t'adresser la parole.

Tu retiens un soupir tandis que ton regard se pose sur elle, la toisant un instant. Elle paraît jeune, malgré sa tenue de presque femme. Et ses quelques mots ne méritent même pas une réponse de ta part. Tu regardes à nouveau devant toi, dans une indifférence totale. Elle peut bien s'asseoir où elle veut, ce n'est pas toi qui va l'en empêcher. En revanche, si elle pensait avoir trouvé quelqu'un pour lui faire la conversation et avec s'épancher de tous ses petits problèmes d'adolescente mal dans sa peau, elle s'est clairement plantée. Tu sens son regard sur toi. Mais tu l'ignores totalement. T'as remarqué ça dernièrement. Que les filles te regardent. Et si ça flatte ton ego et qu'il peut t'arriver d'en jouer pour les manipuler, ça te laisse de marbre. Aucune d'elles n'arrive à la cheville d'Alice.

Mais voilà que ton envahissante voisine de comptoir reprend la parole. Cette fois, c'en est trop pour toi. Tu poses les yeux sur elle d'un air mélangeant moquerie et mépris. Et tu réponds d'un ton froid.

- Moi ça allait jusqu'à présent. Mais je suis en train de me dire que ça risque de ne pas durer très longtemps...

Si elle t'agace réellement, t'as hâte de voir ce qu'elle a dans le ventre. Un peu de répondant qui pourra te distraire un peu ? Ou des mots aussi plats que ses talons sont hauts... Juste pour voir si elle mérite réellement plus de quelques secondes de ton attention.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Au Comptoir

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 12 sur 15

 Au Comptoir

Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: La Tête de Sanglier-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.