AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: La Tête de Sanglier
Page 4 sur 13
Au Comptoir
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant
Alhena Peverell
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005

Re: Au Comptoir

Message par : Alhena Peverell, Mar 13 Fév 2018, 01:21


PV Madilyn
Moi en retard ? Non jamais

Et la gorge se tâche de couleur ocre.
Une fusion entre les démons et les esprits blancs.
Comme si la vie se moquait du reste.
La monnaie tombe devant les mains pâles, si longues et si éraflées.
Les lèvres se retroussent devants des paroles qui font écho aux rêves.
Si étrange petite fille qui court, qui s'arrête là où personne ne l'attend.
Une simple ironie, posée sur un monde d'hypocrisie.
Rien de plus.
Parce que le monde serait bien trop ennuyant.
Parce qu'après, la vie n'aurait plus aucun goût.

Et que vivre, ne servirait plus à rien.
Elle se sait vulnérable, si petite, si fragile devant un univers bien trop grand.
Grain de sable au milieu d'un espace invisible.
Et les questions qui résonnent, s'entrechoquent dans le vide et le stellaire.
Qu'est-ce que l'on pourrait comprendre ?
Simplement des hauts et des bas, des phases qui s'en finissent pas.
Tirées par les pensées, qui crient sang jamais vouloir s'arrêter.
Et puis des miroirs, qui entourent la pièce.
L'étouffement d'une planète pour atténuer le silence des raisons.
Asphyxie, mépris.
Le silence qui envahit.
Et puis, juste, revenir dans la réalité. Simple, médiocre.
Mais l'étrange sensation est portée disparue.
Encore une fois,
y a rien à comprendre.

Chez l'humain

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Au Comptoir

Message par : Elhiya Ellis, Mar 13 Fév 2018, 16:48


@Oscar
Pas de souci
LA Mutuel

La main s’approchant de son verre, je l’écoutais, rassurée, me dire qu’en fait il était juste un peu sensible depuis qu’il était môme. C’était vague comme idée dans ma tête, mais ça passait bien car que peu associé à des débordements de violence verbale ou physique. Plutôt de l’oppression et de la suffocation mentale. Tiens, ça me parlait un peu ce genre de chose quand même, se laisser déborder un peu trop rapidement semblait un point commun à beaucoup d’élèves de Poudlard de ce que j’avais vu. Pas de quoi s’inquiéter en soit, pas besoin de paniquer non plus en pensant avoir fait un impaire de politesse. Un pouffement m’échappait alors qu’il disait passer un bon moment, juste pour me pas vexer ma possible sensibilité.  Glissant un simple « T’inquiètes et merci » en récupérant son lait de poule accompagné d’un sourire lumineux, mes opales s’amusent à observer les réactions attendrissantes qui découlaient d’une simple discussion.

Les commissures de ses lèvres étaient bloquées en l’air, c’était mignon comme tout en fait. J’avais définitivement un souci avec les personnes qui savait sourire en fait. Si je creusais un peu, je trouverai surement que ça venait de tout temps passer à faire semblant d’être contente et heureuse alors qu’intérieurement je passais mon temps à pleurer. Peut-être un besoin inconscient de me nourrir de la bonne humeur d’autrui pour être sure de réussir à faire marcher la mienne comme il faut désormais ? Allez savoir, l’heure n’était certainement pas à l’introspection alors que j’étais en train de soustraire une gorgée de boisson à un lionceau relativement appréciable.

Une allusion aux boites de nuits étouffantes ou on ne pouvait s’entendre et une espèce de demande que je ne comprenais pas de suite. Il avait besoin de se sentir à l’aise ? De prendre l’air ? Il allait tomber dans les vapes ? Non, mais non, pas de crise d’anxiété maintenant si possible, je savais pas quoi faire moi si il allait mal le petit. Autant il pouvait se couper la main avec son verre s’il le voulait, se faire bosse ou encore trébucher et finir dans le mur, le sang ne me ferait pas paniquer et j’aurai les gestes de premiers soin qui viendraient s’exprimer automatiquement, autant tout ce qui pouvait avoir attrait à la psychologie je ne gérais absolument pas.

Posant son verre devant son nez, le sourcil rehaussé, la basique question de « ça va aller ? tu veux sortir un instant ? »  restait bloqué dans ma gorge devant sa proposition audacieuse. Pour le coup, sourire en coin circonspect figé sur mon visage, je me demandais à quel moment dans ma tentative de le faire déstresser j’avais laissé passer l’idée que j’étais intéressée au moins de me perdre dans des draps inconnus. Bon, certes, j’avais rien contre, la proposition était alléchante mais quand même vraiment surprenante. Prise au dépourvue, je dodelinais de la tête, souriant de plus belle, tachant de ne pas faire d’impairs sur les mots choisis.

-Euhh….  Si tu veux un peu de calme car ça commence à être bondé, pas de souci pour sortir juste devant pour bavarder. A moins que tu trouves le passage des clients trop oppressant à ce comptes-là, y’a toujours moyen de faire un tour plus loin une fois les verres finis. Quoi que t’as raison les chambres doivent offrir ce genre de quiétude aussi pour pouvoir siroter ce lait de poule en même temps…

C’était pas un refus –car techniquement je n’avais encore jamais refusé une activité qui me plaisait- c’était pas un accord direct pour autant. Si j’avais été gentille, de base, je n’avais pas pour autant laissé de grand message de quête d’affection récurrente. Enfin, il me semblait. Si c’était le cas, j’aurai de quoi m’inquiéter, si maintenant on voyait des allusions dès que j’ouvrais la bouche. Enfin, là, le plus urgent semblait qu’Oscar allait finir par se sentir mal si on restait au comptoir où de plus en plus de monde arrivait.

-Prends ton verre avec toi, on le ramènera une fois vide.

Remettant mon manteau et mon écharpe, j’attendais qu’il fasse de même avant d’embarquer mon lait de poule, puis sa main, pour l’entrainer vers la porte d’entrée. Un courant d’air glacial s’engouffra sur notre sortie avant que je ne referme la porte du bout du pied. La devanture n’était pas prise d’assaut par les fumeurs pour le moment, et le brouhaha assourdissant mourrait enfin. Un sacré plaisir pour les oreilles, il fallait l’avouer.

Lâchant ma prise, une lampée de mon propre alcool sacrifié lors d’une observation rapide du ciel nocturne, une simple constatation m’échappa.

« Même pas d’étoile… Enfin, ça va mieux ici ? Au moins, on s’entend c’est déjà ça. Et… c’est quand on est trop sensible qu’on propose de monter directement dans une chambre ? » Bon, j’avais pouffé de rire, la taquinerie était facile, mais c’était pas méchant. « Le prend pas mal, j’te taquine hein. Cela dit je note l’offre quand même. Du coup, boite moldue tu disais ? J’ai fait qu’une fois, avec une copine, c’est sympa quand même. T’as reussi à survivre comment là-bas avec le monde ?

Discussion normale, revenir à une discussion complètement normale, dénuée de toute plaisanterie qui pourrait paraitre ambiguë. Du moins, le temps de finir mon verre…
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Au Comptoir

Message par : Evan, Mar 13 Fév 2018, 22:14







Ton homologue semble écouter tes mots, et même si tu essayais de bien marquer ton territoire (dans l'unique but qu'il puisse conserver ses burnes bien entendu), tu gardais une expression relativement neutre, voir même joviale, comme si tu avais retrouvé un vieil ami d'enfance. Ce qui n'était pas vraiment le cas, mais l'homme n'avait jamais manifesté une quelconque haine envers toi, ce qui n'était pas vraiment réciproque.

Devant les nouveaux verres qu'Azénor déposa devant vous, Artemis voulut faire son malin en vidant son premier cul sec. Et le voilà qui tousse plusieurs fois, comme s'il allait s'étouffer, et tu ne peux t'empêcher de sourire à cette vision.

Une part de toi se voyait taper des mains en l'encourageant à coup de "Crève ! Crève ! Crève !" tandis qu'une plus clémente se voyait uniquement juste le charrier en faisant semblant de croire qu'il ne tenait pas l'alcool. Et enfin, une partie encore plus poussée dans l'humour, te dit que s'il s'étouffait vraiment, fallait pas qu'il compte sur toi pour lui faire du bouche à bouche, tu le refilerais à la serveuse ou à n'importe qui, mais tu t'éloignerais fissa pour faire style tu le connais pas.

Te marrant dans ta main pendant qu'il cherchait à réapparaître, tu choisissais de ne rien dire, ou du moins, tu comptais le laisser reprendre des couleurs avant de préparer une pique dont tu avais le secret depuis 1984. Et tu écoutes sa tirade sur la sécurité, sur les groupuscules adverses selon ses mots, et sur le nouveau gouvernement en place, avant qu'il ne te questionne. Tu buvais quelques gorgées avant de répondre.

« Fait gaffe j'ai commandé le même whisky, au pire ils ont peut-être des bavoirs si tu veux...» commences-tu en faisant mine de te retourner vers le comptoir pour demander, avant de te retourner vers lui avec un sourire amusé. Tu poursuivais.

« Pour Pétrus, non je ne le connaissais pas vraiment ! J'ai eu l'occasion de lui parler une seule fois, après la terrible attaque de Poudlard, quand il était venu voir le personnel le lendemain. Et je te rejoins complètement, je ne crois pas qu'un gouvernement quel qu'il soit puisse changer les choses. La population s'en trouve toujours lésée d'une manière ou d'une autre. J'ai travaillé dans deux gouvernements par le passé, et ça n'avait déjà pas vraiment servi à grand chose, les problèmes sont toujours sensiblement les mêmes, et la solution ne semble clairement pas entre les mains de l'entité dirigeante. »

Tu faisais une pause, allant vider ce qu'il restait de ton verre pour calmer ton narrateur avant de repartir sur le début de sa réponse.

« J'imagine que ça ne doit pas être évident en tant qu'Auror, frustrant même parfois. Vous devez être limités dans vos perspectives alors que ça ne devrait pas être le cas ! J'admire clairement cette fonction, se lever le matin en se disant que l'on va s'engager pour l'ordre et la sécurité du monde magique, je trouve cela gratifiant ! Quelque part je t'envie ! J'espère qu'un jour le monde magique sera plus sûr ! J'imagine que ça doit te porter au quotidien ? Cette envie d'agir pour le bien de la communauté ? »

Voyant ton verre désespérément vide, tu finissais sur une nouvelle taquinerie à son attention.

« Si tu as peur de t'étouffer je peux t'aider à le finir, je tiens pas à ce que tu clamses devant moi...»
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au Comptoir

Message par : Mary Drake, Mer 14 Fév 2018, 08:06


Riri

J'ai une injustice à proposer. Une grande ; je ne fais pas dans les jeux de gamins. Elle est réelle, et bien même dégueulasse. Les légendes ne meurent jamais. Vous le saviez vous ? Je l'a découvert y'a pas longtemps et ça m'a pas trop plus. Parce que en soit, t'es une légende ok mais au final les autres ils ne méritent pas d'avoir un souvenir quelque part ? Ou à l'inverse, les légendes elles finissent quand même par se ternir non ? Faut s'dire que je suis un peu perplexe à ce niveau.

Mon regard se pose brièvement sur la chemise du petit Riri. Je dis petit parce que au final bien qu'il soit assis je suis certaine que j'suis plus grande que lui. Alala.... Oui bon non j'ai pas trouvé Peeves il se cache que quand on a besoin de lui cet idiot ou alors peut-être que j'ai oublié ce que je devais chercher en sortant des toilettes, ce qui est probable aussi mais c'est pas très serdaiglien toussa alors vaut mieux éviter de le dire. Je ne te l'avais pas déjà dis ? Je cherchais des réponses sur l'inexistence en fait pour voir comment on devient un fantôme. Quelque chose dans ce goût là. Petit sourire et haussement d'épaules, comme avec tout client. Retour réalité de fait : nous sommes dans un bar. Tu veux boire quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
Oscar Salsanvivre
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au Comptoir

Message par : Oscar Salsanvivre, Ven 16 Fév 2018, 15:27


@Elhiya
LA Mutuel

Eh m*rde, je l'ai perturbée. J'étais certain que ça ne passerait pas, alors pourquoi j'ai dit un truc comme ça ? J'ai essayé de rentrer dans son jeu, ça n'a pas marché. La voilà qui recule un peu, elle se montre plus distante. Mais qu'elle ne me fasse pas croire que tout ce qu'elle a dit depuis tout à l'heure ne comportait aucun sous-entendu... Sinon, ça veut dire que je suis vraiment minable, comme garçon.

Elle continue à acquiescer, à m'écouter parler, elle sourit toujours autant, mais ses yeux ne brillent plus pareil, je ne décèle plus aucune tentative de séduction dans ses paroles. Elle me propose alors de sortir si je me sens oppressé et quand elle refait allusion aux chambres, elle ne le fait que pour ne pas me laisser trop honteux, mais je comprends clairement dans son comportement qu'elle n'a plus aucune idée en tête.

Je sens que l'alcool tente de me faire croire que c'est une mauvaise chose, que je devrais conclure ce soir, faire un truc avec cette fille. Mais j'essaye de me raisonner. C'est complètement idiot, comme pensée. Je passe la soirée avec cette Elhiya très sympa qui s'intéresse à ma vie et prend soin de moi, je n'ai pas à me plaindre de quoi que ce soit. Il n'y a aucune raison que je rentre bredouille à partir du moment où je passe un bon moment avec une personne somme toute très amicale.

Au fur et à mesure que les pensées s'enchaînent dans ma tête, je réalise que l'alcool commence véritablement à faire effet cette fois, causé davantage par le bruit de la foule qui me tape sur le crâne que par le peu de gorgées avalées, peut-être.

Elhiya me dit de prendre mon verre avec moi, nous nous habillons, elle attrape ma main et m'entraîne vers la sortie. Une fois dehors, je m'adosse contre la devanture du bar en regardant d'un air hypnotisé le fond de mon verre.

- Même pas d’étoile… dit-elle.

Je lève les yeux. Nuit noire. Pas d'étoile, pas de nuages, non plus. Juste la nuit. J'engloutis la fin de mon verre. Je suis ivre.

- Et… c’est quand on est trop sensible qu’on propose de monter directement dans une chambre ?

J'ai honte. J'ai extrêmement honte. Mais ça a l'air de la faire rire, alors je ris aussi, elle a l'air de comprendre que mon intention n'était pas mauvaise.

- Du coup, boite moldue tu disais ? J’ai fait qu’une fois, avec une copine, c’est sympa quand même. T’as réussi à survivre comment là-bas avec le monde ?

- Oui, je n'y suis pas allé souvent non plus, dis-je. Ma tante habite à Londres et adore les moldus, alors quand j'allais chez elle quand j'étais petit, elle voulait toujours me faire rencontrer ses voisins de mon âge. Depuis, on a formé un bon groupe d'amis avec les jeunes de son quartier, et je fais souvent la fête avec eux. Mais la boîte, hm hm - j'effectue un hochement horizontal de la tête -, plus jamais. C'est bondé, c'est sale, ça pue, ça fait mal aux yeux, c'est assourdissant... J'ai survécu parce que j'ai pas non plus une énorme phobie de la foule et je sais m'amuser, mais pour moi, ça reste un mauvais plan.

Je regarde son verre. Elle ne l'a pas encore fini. Elle a l'air de vouloir se poser, prendre son temps, profiter de la soirée. Moi, je parle, je parle, mais je n'arrive plus trop à penser. Je n'arrive pas à savoir si je suis assez saoul pour qu'elle le remarque et se moque de moi. En réalité, je n'arrive même pas à savoir si je suis vraiment bourré ou simplement assommé par la fatigue et le bruit. Je fais tout mon possible pour rester normal.

- Je suis désolé, je voulais pas te brusquer avec l'histoire de la chambre, tout ça... C'était juste une blague - enfin, une blague, je ne sais pas, mais c'était... Je voulais pas te brusquer, quoi...

Je n'arrive pas à finir ma phrase. Je suis cramé, elle va deviner direct. Je baisse les yeux d'un air timide. Je n'étais même pas censé remettre cette histoire sur le tapis, elle venait tout juste de la boucler par une petite pointe d'humour, pourquoi m'en excuser ?

- Désolé, l'alcool me monte à la tête, m'empressé-je de rattraper. Après deux verres, c'est bien la première fois que ça m'arrive, je dois vraiment passer pour un c*n.
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Au Comptoir

Message par : Artemis Lhow, Sam 17 Fév 2018, 18:29



Ah ouais très fin le monsieur effectivement ... se cacher derrière sa main pour rigoler. Je ne sais pas s'il aurait pu faire plus insultant, même pas une tape dans le dos rien du tout, j'aurais aussi bien pu m'étouffer sur place, je pense qu'il aurait été du genre à me donner des petits coups de pieds pour me réveiller, le monstre. Enfin bref, il reprends la parole pour ... se payer ma tronche. Merci, c'est beau la camaraderie ! Je t'en ficherai des bavoirs moi. Ma mine se renfrogne quelques secondes tandis qu'il reprends la parole avec plus de sérieux.


J'ignorais totalement qu'il avait fait partie d'une manière ou d'une autre de deux gouvernements avant celui-ci. Je me demande bien quel poste il a bien pu occuper... il renchérit sur la fonction d'Auror et les limitations que nous imposent les gouvernements successifs. Avant de repartir avec une plaisanterie de plus sur l'alcool qui, je dois bien l'admettre, m'arrache un sourire cette fois. Tentons de reprendre les choses dans l'ordre.


« Tu as travaillé au gouvernement ? En tant que ..? » J'avale une gorgé de mon, nouveau, verre avant de reprendre. « Je te remercie, mais je devrais pouvoir finir celui-ci avant de me mettre à ramper sur le sol. » D'un geste de la main et avec mon plus sourire, je fais signe à cette chère Azénor de nous servir une nouvelle tournée.


« Celle-ci sera pour moi. C'est extrêmement porteur de savoir que l'on agit pour le bien de la société, mais comme tu l'as dit les limites qui nous sont imposées sont parfois frustrantes. Mais toi aussi, à ton niveau, tu agis pour le bien de tous ! Éduquer les jeunes sorciers est une tâche je trouve bien plus importante que la mienne, car c'est l'éducation qui va leur être donné qui fera d'eux les sorciers qui bâtiront le monde de demain. »


Une nouvelle gorgée de whisky et je commence à me dire qu'il fait un peu chaud dans le coin, non ?

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: Au Comptoir

Message par : Elhiya Ellis, Lun 19 Fév 2018, 13:27


@Oscar

LA mutuel

Hum, le changement de lieu, ou mon refus à sa proposition, je ne savais pas trop ce qui avait donné le changement de ton, mais pour le coup, le petit chou, semblait rire avec un peu moins d’enthousiasme. C’était pas que j’étais contre son offre, mais sobre comme ça, les instincts primaires avaient tendances à rester un peu endormi. Du coup, je l’écoutais, un sourire amusé aux lèvres, m’expliquer sa vision personnelle des boites moldus puis j’acquiesçais. Pas trop mon truc non plus ce genre de chose. Trop de bruit principalement, les pubs étaient largement suffisants quand on avait besoin d’un bain de foule divertissant, ou juste quand on voulait un peu de distraction. Et puis, dans les boites on ne pouvait pas vraiment parler, alors que là, on se retrouvait dehors à… à tenter de sociabiliser.

Tenter était le mot, car voilà que le mignon s’excusait, baissait les yeux et était soudainement tout gêné. Mooooh le pauvre choupi. Il était tout mignon, y’avait aucune raison de revenir sur le sujet ni même de trouver des justificatifs quelconques, en tout cas pas avec moi. Lui souriant avec douceur, alors qu’il ne pouvait même pas voir, je m’étais penchée à son niveau pour poser un bisou sur sa joue avant de pouffer doucement.

« Han, mais non, t’en fais pas, y’a pas de soucis. Et puis…. C’est mignon tout plein tu sais »



En même temps, c’était bien la première fois que je voyais quelqu’un qui se sentait mal à l’aise pour avoir juste tenter trop rapidement de mener une rencontre sur quelque chose de moins innocent. Ça en devenait même attendrissant. Un peu trop pour que je le laisse galérer tout seul pour quelque chose qu’en soit je ne refusais jamais. Machinalement, je lui avais ébouriffé les cheveux et lui adressait un sourire malicieux.

« Allé, oublie ça. Surtout que t’es nettement plus craquant quand tu souris. T’as déjà fini ton verre ? Je te file encore un peu du moins, ou tu vas me faire des nouvelles propositions encore plus intéressantes ? »

Clin d’œil espiègle. OK, ce n’était pas sympa de venir en rajouter une couche, surtout qu’il risquait de s’empourprer le petit, mais c’était bien trop tentant quand même. Et puis, c’était vrai, il était charmant avec ses airs de timides. Comment faire l’air de rien ? Rigolant doucement, il avait gagné un nouveau bisou sur la joue avant une grosse lampée de mon lait de poule. J’étais à la traine apparemment, autant essayer de le rattraper et bouger histoire qu’il ne se sente pas désavantagé quant aux éventuelles bêtises qu’il pouvait dire avec son verre ingurgité trop vite –a supposer que l’alcool y soit pour quelque chose-

« J’fini le mien et on bouge avant de finir en glaçon sur la devanture du bar ? Ca te dit ? Un truc moldu si ca t’inspires plus, ils font des trucs pas mal quand même. Après j’en connais pas des tonnes, famille de sang-pur qui bloque un peu sur ce genre de divertissement, mais j’aime bien. Ca à l’air plus cool de ton coté de famille non ? Ça a été le bordel chez moi pour leur faire accepter une amie moldue. »

Prenant une nouvelle gorgée, je regardais s’il se mettait un peu plus à l’aise et s’il se laissait tenter. Ça aurait été dommage de me le perturber à nouveau le petit. Il me plaisait bien avec ses airs embarrassés quand même. Verre fini, j’inclinais la tête sur le coté en lui montrant.

« Hop voilà. Donne-moi ton verre je le ramène à l’intérieur. Ça te laissera le temps de te décider »

Récupérant son cadavre de boisson, je retournais vers le comptoir, me faufilant entre les clients pour le rendre à un membre du personnel. Cherchant des yeux Azénor, je lui adressais un signe de main pour la remercier de son service et lui souhaiter une bonne soirée. Maintenant, repartir dans le voir et voir si le petit lion était toujours là
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: Au Comptoir

Message par : Evan, Lun 19 Fév 2018, 21:20







Visiblement, Artemis avait su revenir (dommage) de son étouffade (ça existe tant pis !) et ne te tint pas rigueur de t'être fendu la gueule. Du moins, quand il eut terminé, il répliqua directement en te demandant quel poste tu avais occupé au gouvernement, avant de te signifier qu'il pourrait certainement finir son godet avant de ramper par terre.

Tu te plongeais un instant dans tes pensées, repartant à ce temps lointain où tu avais travaillé au Ministère. Elle était belle cette époque, corrompue à tous les niveaux par la magie noire, ministère tenu par des mangemorts que vous aviez soigneusement mis en place. Loin des ramassis de Matière fécale style Pétrus et compagnie vu ces dernières années.

Ta pensée mangemoresque fut interrompue lorsqu'il fit sa plus belle intervention de la soirée, à savoir recommander une nouvelle tournée ! Il répond à ce que tu avais sous entendu sur sa façon de voir son travail, avant de te retourner un mérite d'éducation qui était aussi en partie vrai. Tu réfléchissais à tes mots, car tu savais que la vérité pourrait difficilement être balancée à ses yeux.

« J'ai tout d'abord fait un mandat au magenmagot, donc j'ai participé aux votes et aux retouches de différents textes de loi sous l'égide ministérielle. Puis quelques temps plus tard, je suis revenu au Ministère, où j'occupais le poste de Recteur, qui n'existe plus aujourd'hui. En fait j'étais le porte parole du Ministre et c'était moi qui annonçait à la population les nouvelles lois où ce qui se passait ! Même si ça semble très rigoureux, la vérité était que je passais une grande partie de mes journées à ne rien faire ! Mais j'étais payé pour ça c'était cool ! »

Tu attendais désespérément que ton nouveau verre n'arrive, jetant un regard derrière le bar comme si tu espérais voir arriver le breuvage tant attendu. Mais tu devrais encore faire preuve de patience. Aussi tu repartais sur la fin des propos de l'homme.

« En effet, l'éducation peut aiguiller un sorcier pour son futur, et quelque part on les façonne à ce qu'ils peuvent devenir ! Bien que je reste convaincu qu'au final, ce sont nos choix qui déterminent notre place ! Je suis arrivé professeur un peu par hasard, comme j'imagine que tu l'es arrivée Auror un peu également, à moins que tu aies toujours eu envie de faire cela ? »

Tu te demandais bien comment pouvait avoir été l'enfance du sorcier. Tu étais sûr qu'il aurait plein de choses à t'apprendre. Et peut-être que si la serveuse se magnait de vous apporter vos whiskys, que ça pourrait être intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au Comptoir

Message par : Mary Drake, Lun 19 Fév 2018, 21:51


Riri

Y'a ces fois où j'ai juste plus envie de vivre. J'veux partir dans un coin de souris. M'endormir. Ne plus me réveiller. Être parasitée par plus d'une centaine de pensées. Y'a ces fois, comme aujourd'hui, où ça s'empile puis que ça retombe sur le creux du coeur. D'un coup. Alors j'ai plus envie. De sourire et de faire semblant. Parce que de toute façon on fait jamais rien comme il faut. Que tout est nul. Et ça devient un peu pénible . De sentir le poids d'un monde sur le dos alors qu'on a rien demandé. J'en ai marre. Vraiment.

En plus Riri, il a décidé d'être embêtant. Mais on est pas chers chez nous alors j'peux lui faire la totale aujourd'hui. Mais bon nous on a de la monnaie, quand même. Tu veux de la vodka ? Je sais plus si il a l'âge autorisé mais j'en ai jamais servi, alors ça peut être rigolo. M'affalant contre le comptoir, je le fixe. J'aime pas quand on me fixe. Mais je le fixe. Paske c'est nul aujourd'hui. L'est où ta capuche ?
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au Comptoir

Message par : Mary Drake, Mar 20 Fév 2018, 17:54


Riri

Tic tac tic tac tic tac. Mes yeux montent descendent montent descendent puis reviennent, retourne, repartent, et danse. J'ai une chose à dire. Il faudrait ajouter aux chemises des capuches. Comme ça, il se tairait. Comme ça, j'ai raison. Et rien n'est plus grisant que d'avoir raison. Puis s'isoler, il peut bien se cacher tout le temps ce Riri, ce serait plus chouette quand même comme concept. Nope impossible ! je finis par répondre pour sa question. Puis c'de la vodka différente alors.... Je disparais quelques secondes en cuisine histoire de préparer les trois shooters à la Vodka flambée, le tout sur un plateau et hop, devant son nez. Si tu comptes pas rester longtemps, j'peux t'aider à les finir. C'est 10 mornilles par contre. Et encore une fois, le petit sourire satisfait revient border mes lèvres. Nul pas nul pas nul - nul. Les aiguilles hésitent mais au final ça peut s'arranger non ?

BWEUH:
 

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Madilyn Nebulo
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Quatrième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au Comptoir

Message par : Madilyn Nebulo, Jeu 22 Fév 2018, 14:12


Un prisme, une vision différente, la sienne, la chercher, la gober
Chasser sa variante pour la capter, kaléidoscope, couleurs et textures singulières
Hurlements intérieurs vomis à la face du monde, dégringolades en folie
Cabrioles penseuses de la vie, réfléchir à une autre

Aspirations cogitées dans l’union, questionnements, les origines remises en doute
Ébranlement des bases, mouvement incessant, pensées nomades, novatrices, mais éperdues
La nuit sybilline recouvre vos vacillations philosophes et par la lune mécène vous vous recroisez et entremêlez
Colporteuse de réflexions nocturnes, tu erres, t’adaptant aux affligeantes imperfections de la foule populeuse

Parce que le monde serait bien trop ennuyant.
Parce qu'après, la vie n'aurait plus aucun goût.


un monde indolore et gris, monocorde
insipide, est-il plus digne en définitive, que le nôtre,
capricieux et féroce, cruel mais si humain ?

la trébuchante incertitude t’empoigne, par ses doigts acérés
aime ton monde, impertinente, et cesse tes fantasmes, tornades insensées
trous béants dans l’abîme que tu crées

Alors dans ce cas chancelant, tes anicroches cruelles, impasses et hantises
Les clameurs hurlantes qui déchirent tes nuits, les souvenirs mouillés de larmes et de sang
Serait-ce seulement ton maigre pourboire, ton méritoire
Ce que la vie t’aurait offert, offrande corrompue

Tu fléchis à cette seule idée que tout ça soit de ta faute
Et que l’ombre de ce soir retentissant ne soit que messagère de l’augure qui se profile
L’horizon que ta vie allait suivre après la nuit annonciatrice

alors tout ceci ne serait que divertissement d’un quelconque tout-puissant cruel ?
nous ne serons que pions d’une mascarade barbare
dont notre souffrance causerait quelque amusement ?
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Au Comptoir

Message par : Artemis Lhow, Dim 25 Fév 2018, 13:22



@Evan


Je ne peux m'empêcher d'éclater de rire devant le descriptif du poste de recteur. Pas étonnant que ce poste n'existe plus, qui voudrait payer quelqu'un à ne rien faire au final ? Mais c'est propre au ministère et aux administrations en général je dirais ... payer des gens là où il n'existe pas de besoin et laisser certains services en sous effectifs se débrouiller sans leur accorder plus de moyens quand, pourtant, il y en aurait besoin. Logique ministérielle sans doute. Je ne sais plus quel moldu disait que les politiciens avaient fait de grandes études, dans de grandes écoles, pour faire de grandes conneries. Il y a du vrai là-dedans.


Il guette sans doute l'arrivée de la serveuse, avant de reprendre et de me poser la grande question de la soirée. Comment j'étais arrivé au bureau des Aurors. Je ne sais pas s'il est véritablement devenu professeur par hasard, et je ne saurais pas dire moi même si c'est le fruit du hasard si je suis aujourd'hui porteur de cette plaque censée représenter la justice et l'ordre. Peut-être que si mes parents n'avaient pas succombé lors de ce duel ridicule ...


« On ne peut pas vraiment dire que ce soit un rêve d'enfant non ... disons que c'est lié à mon histoire et à ce que j'ai pu vivre ... une sorte de vengeance personnelle et le besoin de me dire que plus aucun gamin ne vivra ce que j'ai vécu. » je reprends une gorgée du liquide ambré qui vient me brûler une nouvelle fois la gorge, mais tant pis. Je rentrerais sur genoux s'il faut, mais pas question de me mettre à chialer ici maintenant. « Il existe bien des façons de faire valoir ses arguments et ses idéaux. Répandre la mort et la destruction est une solution de facilité contre productive ... »


Je termine mon verre et cache une grimace. Décidément, l'alcool c'est pas mon truc.

Revenir en haut Aller en bas
Oscar Salsanvivre
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au Comptoir

Message par : Oscar Salsanvivre, Mer 07 Mar 2018, 00:49


@Elhiya
LA mutuel accordé

Un bisou. Sur la joue.
Comme ça. Gratuitement. Comme un cadeau. Alors que je la connais depuis une heure à peine.
Je rougis. Bien sûr que je rougis, qu'est-ce que je pourrais faire d'autre ?

Et elle me dit que je suis mignon. Et je rougis encore plus.
Elle aussi elle est mignonne. Enfin, mignonne, c'est pas vraiment le mot, elle est carrément belle, en fait.

Mais voilà qu'elle m'ébouriffe les cheveux.
Je ne rougis plus.
Je complexe.
Sérieux, on en est là ? Je suis mignon, on m'ébouriffe les cheveux, on me fait un bisou sur la joue, et j'ai quoi, moi, dix ans ? Comment je suis traité, là ?

Ah non, je suis craquant en fait. Il faut qu'elle arrête de changer d'avis, j'en ai marre, ça devient relou. Moi je veux passer un bon moment, et elle, on dirait qu'elle est juste en train de jouer.
Réfléchis, Oscar. À quoi tu es en train de passer ta soirée ? À draguer une fille plus âgée que toi dans un bar ? Qui te dit qu'elle n'est pas là pour te manipuler et te jeter dans la fosse par la suite, en t'humiliant devant tous les élèves de Poudlard, même, qui sait ?
À quel moment je suis supposé accorder ma confiance à une fille comme ça, au pif ? Elle a beau être super belle, elle n'a absolument rien de tendre ni d'innocent comme moi. Elle te fait des clins d’œil, des bisous sur la joue, te dit que tu es craquant alors qu'une minute plus tôt, elle te disait qu'elle ne voulait rien sous-entendre du tout. Ben bien sûr, et puis quoi encore !

Mais m*rde, il est sexy, son clin d'oeil, on atteint un paroxysme de la séduction, là, comment je peux rester insensible à ça ? Bien sûr qu'on peut rester là à parler pendant des heures, je pourrais continuer à t'écouter, moi, je ne m'en lasse pas.
Mais je ne veux pas me faire avoir. Je ne veux pas être ton jouet.

Hop, un deuxième bisou.
Et je rougis encore.
Je souris nerveusement.
Je ne sais absolument pas comment réagir, mon cerveau est en train d'imploser.
Je suis complètement saoul, c'est super ridicule.

Elle me propose de partir après avoir fini son verre.
Oui, bien sûr. Bien sûr qu'on peut bouger. Je te suis où tu veux, moi.
Mais elle ne finit pas encore son verre, elle prend son temps.
Elle me pose des questions sur ma famille.

- C'est surtout ma tante qui est vachement axée sur la culture moldue, dis-je. Tout le reste de ma famille s'en fiche pas mal. Mes parents tolèrent tout ça, mais ils ne seraient pas prêt à cotiser pour un cadeau moldu pour autant.

Elle m'écoute puis termine son verre en quelques gorgées. Elle attrape également le mien, puis entre de nouveau dans le bar pour les déposer en me laissant décider seul de la suite.

Décide-toi, Oscar. Réfléchis encore. Et encore, et encore. Qu'est-ce que tu fais ?

Prends du recul sur la situation. Tu es venu ce soir pour t'amuser, mais sortir comme ça avec une fille dans un bar, ça a beau être rigolo, c'est un truc que tu vas forcément regretter. Sérieux, tu as déjà entendu une seule histoire de bar avec des gens bourrés qui se termine bien ? Non, jamais.
C'est une mauvaise idée de la suivre.
Il y a 60% de chances qu'elle soit en train de se jouer de toi, et 80% de chances que tu sois trop ivre pour agir convenablement avec elle. Alors prends du recul, et tire-toi.

J'hésite. J'hésite, j'hésite, j'hésite. Qu'est-ce que je fais ?
Je plonge mes mains dans mes poches et je fouille quelques instants. Je trouve un vieux papier sur lequel sont dessinés des gribouillis tout moches. Je cherche dans mon manteau, et je récupère mon stylo.
Oui, oui, je sais, quelle coïncidence, j'ai un papier et un stylo sur moi. Que voulez-vous, je suis parti seul une journée à Pré-au-lard, j'ai pris soin d'emporter quelques outils avec moi pour écrire ou dessiner au cas-où je venais à m'ennuyer.
Je débouche mon stylo et je note quelques mots sur le papier.


"Désolé, urgence, je dois y aller.
J'essaierai de passer devant les couloirs de ta maison cette semaine si tu veux qu'on se reparle. Au cas-où.
À la prochaine !
Oscar
"


Je dépose le papier sur le rebord d'une fenêtre du bar, puis je disparais dans l'ombre.
Quel lâche.
Et quelle idée de lui laisser un mot. Elle pourrait le montrer à son entourage et me pointer du doigt dans les couloirs en se moquant de moi.
Mais bon, tant pis. C'est la seule solution. La seule solution raisonnable, du moins.

Allez. Maintenant, il s'agit de filer en douce sans avoir trop de remords.
Courage, Oscar. Sois fort.
Tu la reverras, et tu lui présenteras sincèrement tes excuses tout en inventant un joli mytho pour te justifier au passage.
Ça devrait le faire.


Fin du RP pour moi, je te laisse conclure !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Au Comptoir

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 13

 Au Comptoir

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: La Tête de Sanglier-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.