AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 2 sur 2
[Habitation] Manoir Benbow
Aller à la page : Précédent  1, 2
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor

[Habitation] Manoir Benbow - Page 2 Empty
Re: [Habitation] Manoir Benbow
Azénor Philaester, le  Dim 2 Déc 2018 - 11:46


Pourquoi tu ne parles pas pourquoi tu ne dis rien pourquoi elle doit se suffire à lire dans la confusion de ton esprit. Azenor est énervée mais tant rassurée. Elle l’a pensait disparue partie elle ne la pensait plus de ce monde. En quatre ans elle a fait son deuil. Parce qu’au bout de deux, arrêt des recherches. Elle lui crie dans ses yeux que partout elle est allée l’a chercher; qu’à maintes et maintes reprises elle s’est demandé ce qu’elle avait fait, pour la perdre. Pour perdre encore quelqu’un.
La dame pousse un long soupir. What the fuck, Lydie? Et d’un œil interloqué, elle l’a sonde plus particulièrement. Elle enlève sa colère elle ôte ses émotions de sa pensée pour se demander l’évidence. Pourquoi. Mais oui, pourquoi avait-elle besoin de s’enfuir. Alors elle ne se focalise plus sur sa façon de penser propre, mais sur la sienne. Elle s’en veut désormais, d’avoir abandonné, d’avoir arrêté les recherches, de ne pas avoir compris à temps, de l’avoir laissée filer. Son cœur bat la chamade alors qu’elle se sent encore une fois décevante. Un raclement de gorge pour cacher l’amertume de sa décision regrettée.
En un souffle elle s'approche d'elle, et lui dépose sa fille dans les bras. Skyline.
Viens t’asseoir, et laisse moi voir.
Lydie Nouël
Lydie Nouël
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


[Habitation] Manoir Benbow - Page 2 Empty
Re: [Habitation] Manoir Benbow
Lydie Nouël, le  Dim 2 Déc 2018 - 14:33

Azénor lui tend l'enfant, doucement. Comme si la confiance était toujours là, comme si elle n'était jamais partie.
Un pincement de lèvre, anxieuse. Comment s'y prendre ? Elle se ressaisit, se rappelle qu'elle appréhende moins la contact avec ce petit humain qu'avec ses homologues adultes, elle sait que l'instinct la guide toujours vers les bons gestes. Ton amie t'as fait confiance, ait confiance en toi.

Alors, elle amène tendrement la fillette contre sa poitrine, sourit en réponse à l'annonce de son prénom.
Tout est petit, chez elle, si fragile et si belle.
S'en ai presque trop. Elle qui croyait s'être endurcie
mais elle reste trop sensible à la vie
un haut le coeur, sanglot refoulé
et les larmes qui bientôt lui monte au nez.

Elle essuie rapidement la gouttelette qui glisse sur ses joues roses vives. Elle sourit, encore. Et elle rit, silencieusement, à nouveau. Un rire qui ressemble à une toux, un rire plein de joie.
Le regard suivant qu'elle lance à la brune est différent, plus heureux. Il n'y a pas de barrières, dans celui-là.

I missed you...

Et elle l'aurait enlacée si elle n'avait pas eu les bras occupés.
A la place, elle la suit dans le séjour.
Elles avaient tant à se dire. Enfin, elle pourrait raconter son histoire, sans avoir à faire d'effort.

Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


[Habitation] Manoir Benbow - Page 2 Empty
Re: [Habitation] Manoir Benbow
Azénor Philaester, le  Dim 2 Déc 2018 - 14:50


Il ne lui a suffit que d'une seconde, pour pardonner l'acte. Parce qu'à effet il y a causes. Et plus encore que ces quatre dernières années d'oubli, Azénor veut voir ce qui lui a fait changé d'avis, ce qui la fait partir, abandonner. Dénuée de sa petite fille d'à peine quelques années, Azénor s'en va chercher deux tasses, pour les remplir d'un thé encore brûlant, qu'elle avait préparé tantôt. Un pousse un léger soupire, alors que de la cuisine, elle regarde sa tendre amie qu'elle retrouve aujourd'hui, après de longues années d'absence. Tout se bouscule rapidement dans sa tête, mais rien entre elles n'a changé. Elles s'aiment toujours autant, toutes les deux cherchent à se faire pardonner.
Elle revient avec le chaud breuvage, quelques secondes après. Les deux femmes s'assoient l'une en face de l'autre, sans doute pour mieux se contempler. Le temps ne l'a guère fort changée, Azénor l'a trouve toujours aussi belle toujours aussi étincelante, toujours aussi merveilleusement différente que quiconque qu'elle a pu croiser.
Doucement, elle vient poser sa main sur un des siennes, après avoir déposer les tasses trop chaudes sur la petite table. Dans un regard plein de tendresse; Dis-moi tout.
Lydie Nouël
Lydie Nouël
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


[Habitation] Manoir Benbow - Page 2 Empty
Re: [Habitation] Manoir Benbow
Lydie Nouël, le  Jeu 6 Déc 2018 - 18:07

Elle prend le temps, celui de rattraper le temps perdu. Elle accompagne l'enfant, s'applique à la rencontrer. Elle aurait voulu se présenter, discuter, mais, à la place, elle sourit simplement. En faisant mine d'être excessivement enthousiaste aux jeux tendus par la petite bête. Un instant de pause, d'intimité entre deux êtres sensibles, pendant qu'Azénor s'affaire en cuisine. Minimisant ses paroles, comme si elle les choisissait attentivement, sur ses gardes. La brune finit par la rejoindre au salon, après avoir déposé une tasse fumante devant ses genoux. Elle la questionne, enfin, et son regard vif sembler déjà se préparer à la sonder.

Lydie n'est pas sûre de l'étendue des pouvoirs de la leggilimens, mais elle essaye de lui envoyer des images, sans formuler de pensés. Elle lui envoie ses sentiments, aussi. Son désespoir passé, comme apaisé. Les images de ses leçons, le visage du professeur qui l'aida à comprendre les mots à nouveaux. Sa mère, avec un sentiment amer, ses leçons et apprentissage, pour parvenir à s'adapter à sa condition.

Et cette rencontre.
Dans les bois, une contrée exotique, mystique.
Un face à face révélateur.
Elle se concentre sur cette image, la crinière de l'animal
Elle avait maintenant besoin d'Azénor, ce sera sa dernière leçon de reconstruction.
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


[Habitation] Manoir Benbow - Page 2 Empty
Re: [Habitation] Manoir Benbow
Azénor Philaester, le  Ven 7 Déc 2018 - 18:04


Le temps passe, les secondes tic et les minutes tac; mais pas pour elles. Coincée dans le regard de sa tendre amie retrouvée, Azénor s'enfuit dans ses pensées pour comprendre son acte, valider les causes, pardonner tout ce dont elle n'a pas à donner son avis. Dieu que ces yeux noisettes lui avaient manqué. Elle voit ce que Lydie lui offre en souvenirs, mais ce n'est pas assez. Elle veut voir pour de vrai, contempler, elle veut entendre, assister. D'un geste simple elle sort sa baguette, et fait comprendre à son amie qu'elle va aller faire un tour dans sa mémoire. Oh mais elles avaient l'habitude déjà, qu'Azénor aille se faufiler dans ses méandres, parce que rien à se cacher, tout à raconter, tout à revivre ensemble. Un #legilimens chuchoté, et la voilà partit, mais dans la main de son amie; à la rencontre de ce qui a tant bouleversé sa vie.
La bouche entrouverte, Azénor écarquille ses yeux, elle voit, elle est comme propulsée dans la tête de Lydie. Ce ne sont pas des flashs, ce ne sont pas des images coupés par des souvenirs qui s'entremêlent. Elles sont dans une frise chronologique de deux ans, et la Directrice n'a qu'à choisir le chapitre le plus marquant; celui que Lydie lui soufflera d'aller rencontrer.
Et puis doucement, comme un cheveu sur la soupe d'abord, comme un rayon de soleil après; l'évidence. ce qu'elle a toujours été. Azénor sourie à s'en prendre des crampes. Elle ne voit pas l'animal, elle voit Lydie. De grandes pattes et des poils orangés. Et son amie la regard les lèvres pincées. Elle lui demande de l'aider.

Quelques minutes de voyage, et les voilà de retour dans l'univers temporel de la vie quotidienne. Le bébé, le thé, la maison trop silencieuse. Azénor n'a toujours pas appelé son fils pour qu'il vienne saluer sa marraine. Elle se mord la joue; elle restera de toute façon pour dîner. Son passé un peu brouillé; mais son futur est tracé. Elle sera ce qu'elles ont vu; c'est une certitude. Je vais t'aider à te l'approprier. A trouver comment t'exprimer.

Lydie Nouël
Lydie Nouël
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


[Habitation] Manoir Benbow - Page 2 Empty
Re: [Habitation] Manoir Benbow
Lydie Nouël, le  Lun 17 Déc 2018 - 22:06


Elle lâche un mince soupir alors que son amie percute tout de suite ce qu'elle attendait d'elle. Un sourire désolé, timide, sincère. Lydie s'en veut, mais Lydie a ses raison. Elle sait qu'Azénor comprend, elle sait qu'elle sera là pour elle, quoi qu'il arrive. Au même titre que la rouquine donnerait sa vie au profit de celle qui lui fait face aujourd'hui. Chose qu'elle n'avait pas fait depuis bien trop longtemps.
La petite fille reste sage sur les genoux de sa presque tante, alors que les deux femmes se contentent de se comprendre en quelques regards. Il ne leur fallait pas bien plus avant, il ne leur en faut pas bien plus maintenant. Rien n'a changé, rien n'a changé. Encore une fois, le futur leur ouvre les bras, un avenir commun, tressé de roux et de brun.

Lydie ferme les yeux un instant. Elle agrippe la petite Skyline qui s'agite un peu. Ne pas la faire tomber. Elle pense, imagine, ne voit qu'à moitié. Et lorsqu'elle rouvre les yeux; elle s'imagine, et sait.
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


[Habitation] Manoir Benbow - Page 2 Empty
Re: [Habitation] Manoir Benbow
Azénor Philaester, le  Ven 11 Jan 2019 - 17:50

rp unique
je t'aime



C'est lourd. Plus lourd que le sac qu'elle porte sur son épaule qui s'affaisse. Plus lourd que sa fille qu'elle porte d'un bras. Plus lourd que son fils qui ne dit jamais rien. Maman ne sourit plus les enfants. Elle n'a plus le temps, elle a perdue l'envie. Elle ne sait pas vraiment comment s'y prendre. Ça fait quoi? Trois ans? Ouais trois putains d'années et il a pas vu sa gamine sortir de son ventre, il a pas vu sa femme choper des rides, s'affaiblir, rentrer ses épaules, courber son dos. Elle a cessé d'exister pour de vrai depuis qu'il a fermé les yeux pour toujours. Woa, quelle dame. Directrice de Poudlard, propriétaire d'un bar, et même chef de l'Ordre du Phénix. Ça sert à quoi? Elle se hait sans lui, et c'est un deuil perpétuel qu'elle n'arrive pas à gérer. Une acceptation qu'elle n'acceptera jamais. Et puis des larmes. Tant de larmes retenues ou de nez qui coule, des lèvres qui tremblent mais qui ne disent plus grand chose. Elle arrive si bien à faire comme si de rien était. Oh elle tient le coup, oui elle le tient si bien. Mais elle a arrêté de se demander pourquoi, parce qu'aucune réponse semble évidente. Parce que ça fait trois ans et que rien n'a changé, tout est intact. Elle en veut à cette pu*ain de vie qui la maigrie, qui creuse ses joues. C'était pas une blague quand elle disait qu'elle ne pouvait pas vivre sans lui. Et elle se déteste elle se hait pour ça. Oh elle pensait être si forte, n'avoir besoin de personne, et puis elle crachait sur le monde avec fierté et désinvolture. And then him. He's the sun. Il lui a tout donné alors qu'il n'avait aucune raison de le faire. Et ils étaient beaux, Dieu qu'ils étaient beaux. La passion pour de vrai, la vie et sa beauté. And then



Elle n'a plus d'interaction sociale, si ce n'est son travail qui l'oblige à utiliser sa langue et sa voix. Pauvres enfants. Pauvre Cole et pauvre Skyline. Pardon. C'est presque dur de voir ses yeux verts dans ceux de son fils, de reconnaître un prémisse de son sourire dans celui de sa petite fille encore toute jeune. Comment expliquer à son bébé qu'elle ne connaîtra son papa. Comment ne pas pleurer en lui expliquant l'homme incroyable qu'il était. Elle est assise derrière son bureau tous les jours, en silence. Elle a froid, tout le temps, se remémore sa chaleur, son sourire et son regard qui l'a transperçait à chaque fois. Et ces moments où en silence ils se regardaient, alors qu'ils se connaissaient par coeur. Il n'y en avait pas un qui osait briser la beauté de leur silence amoureux.
Tous les jours elle retombe amoureuse de lui, encore plus fort, sans le voir, sans le toucher, sans l'embrasser, sans lui sourire. Pourquoi voudrait-elle que ça disparaisse. Pourquoi vouloir recommencer avec quelqu'un qui ne sera jamais ne serait-ce-que l'ombre de Ian Benbow.



Oh, elle n'a rien oublié. Pas la couleur de ses yeux, pas son air sévère, pas ses plaisanteries, pas ses haussements de ton, pas sa voix, pas son regard. Et sa façon de s'exprimer, et sa façon de parler, ses tics, ses habitudes, ses humeurs, ses cheveux, son fort caractère, et son amour incroyable. Elle ne veut pas trouver de solution parce qu'il n'y a pas de solution et qu'il n'y en aura jamais. Pour le meilleur et pour le pire. Le meilleur dans ses rêves et le pire dans la réalité. Elle ne le dit pas, que c'est dur, que c'est insensé, qu'elle maigrit de son absence, pas envie de bouffer, pas envie de mettre un pied devant l'autre. Elle ne le dit pas parce que personne ne comprendrait. Personne n'est elle. Et plus que tout personne n'est lui. Alors elle dit que ça va, elle dit qu'elle gère, que tout va bien. Mais s'endormir sans lui tenir la main lui fait encore peur après trois putains d'années. Et le poignard est toujours bien incrusté dans sa colonne vertébrale. Et elle suffoque, elle a du mal à respirer. Mais elle est là. Toujours là. Elle donnerait le monde pour qu'il ouvre ses yeux, elle donnerait sa vie à elle parce que c'est éreintant d'espérer. Mais on fait quoi quand c'est tout ce qu'il reste.


Skyline endormie, Cole aussi. Il ne reste plus qu'eux. En un soupir douloureux elle s'allonge à côtés de lui. Comme la plupart des soirs. Ou comme tous les vendredis. Elle retrouve la main froide là où elle l'a laissé la veille. Et elle déteste autant ne pas sentir la vie dans ses doigts qui étaient pourtant si chauds, si salvateurs. Elle l'aime plus qu'elle n'a jamais osé aimer, elle a envie de lui, de son corps dans le sien, de ses mains dans ses cheveux, de sa bouche sur la sienne, de sa langue un peu plus loin, de son regard si expressif, de son sourire plus précieux que tout ce dont elle peut imaginer. Mais comme d'habitude, elle ne fait qu'y penser avec un amer souvenir.
Elle tourne sa tête vers lui. Immobile ou presque. Sa machine qui le garde en vie comble le silence éternel de la pièce. Il a de longs cils, un profil magnifique, Dieu ce qu'il est beau. Même maigris, même ternis, même mort. Et ses yeux à elle s'humidifie. Parce que rien ne change et rien ne changera jamais. Trois ans trois jours ou six mois c'est le même coeur qui est parti et qui ne reviendra pas. Et puis toujours elle espère, murmure son traditionnel réveille-toi.
Elle te le supplie, parce que c'est pas possible. Parce que depuis trois ans elle fait ce qu'on lui dit de faire, depuis trois ans elle n'est plus elle. Elle n'est plus brillante, ni source de chaleur, ni heureuse, ni rayonnante. Elle est changée sans toi, moins lumineuse, plus nerveuse, plus énervée, plus seule. Dieu qu'elle est seule.

Invité
Anonymous
Invité

[Habitation] Manoir Benbow - Page 2 Empty
Re: [Habitation] Manoir Benbow
Invité, le  Dim 17 Mar 2019 - 10:10

Un œil qui s'ouvre, et se referme instantanément, ne pouvant supporter l'intensité d'une lumière qu'il n'avait plus rencontrée depuis des années. Immobile, je garde les yeux fermés, incapable de bouger ne serait-ce qu'une jambe. Complètement déconnecté, j'arrive à peine à me rappeler mon nom. Une sensation de faiblesse me parcourt le corps, paralyse mes membres.

Où suis-je ? Une odeur familière me rassure, sans pour autant être capable de déterminer son origine. Quelques souvenirs me reviennent, je me rappelle me tenir debout dans une pièce que je suis impossible de situer. Et puis, quelques secondes seulement après, je me retrouve ici. Allongé dans un lit moelleux, incapable de supporter la lumière du jour. Incompréhensible.

À nouveau, j'essaie timidement d'ouvrir l'œil. La douleur est telle que je m'empresse de le refermer, échouant lamentablement.

- Eau.

Je supplie. La gorge sèche, je réclame à quiconque pourrait se trouver à proximité, un peu d'eau. Je tente de lever mon bras, pour tâtonner sur une probable table de chevet. Un bras que je me rappelle fort, et qui pourtant ne s'écarte que de quelques millimètres de la couette. Mon corps, si faible, semble m'avoir abandonné.

Une vague de honte me secoue, s'emparant de moi. Incapable de comprendre ce que j'affronte, je craque. Face à mon impuissance. Face à ma faiblesse. Face à l'incompréhensible. Je sens mes yeux s'humidifier, quelques gouttes glissant le long de mes joues, en silence.

J'ouvre un oeil, résigné à supporter la douleur que le soleil m'infligera. Comme un enfant devant plonger dans l'eau froide. La douleur est moins vive qu'auparavant, je m'efforce de garder l'œil ouvert. Au bout de quelques secondes, qui paraissent des minutes, la douleur s'évanouit, ou plutôt je m'en accommode. Je répète l'effort, pour l'œil gauche cette fois.

Je suis enfin capable d'inspecter la pièce dans laquelle je me trouve. Impossible toujours de déterminer où je me trouve, alors même que tout me semble familier. Je veux sécher les larmes, mais j'en suis incapable. Mes bras ne disposant pas de la force nécessaire pour obéir à mes ordres. Je jette un œil à ce bras, en partie recouvert d'une couverture. Je peux en discerner le biceps, qui n'en est plus réellement un. Ce qui auparavant était rond et si bien dessiné n'est plus. Mon biceps, à présent, ne fait plus que la circonférence d'un avant-bras.

Que m'est-il arrivé ? Émotionnellement épuisé, alors que je ne suis conscient que depuis quelques minutes, je me laisse à nouveau submerger par les larmes. Lentement, je tourne la tête. À mes côtés, une personne, que je n'avais pas encore remarqué. Elle est couchée, le visage contre la couverture, le front appuyé contre son avant bras. Je n'en discerne que les cheveux bruns. Que fait-elle à mes côtés ? Qui est-elle ?

À quelques centimètres de ma main gauche, et de la tête de l'inconnue, un morceau de bois. Posé sur la couverture. Dans un effort surhumain, je fais bouger mon bras, je le décale de quelques centimètres pour toucher la baguette. Je me sais incapable de la saisir. Je touche le morceau de bois, mais je continue mon chemin, l'emportant avec moi. Jusqu'à le faire tomber au sol.

Le bruit est faible, sera t'il suffisant pour réveiller l'inconnue ?

- Eau !

J'essaie de crier, mais ma voix est à peine audible.

- Eau ! ajoutais-je une nouvelle fois, suppliant l'inconnue de me venir en aide.
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


[Habitation] Manoir Benbow - Page 2 Empty
Re: [Habitation] Manoir Benbow
Azénor Philaester, le  Dim 17 Mar 2019 - 12:12


Voyez la mince lueur, fille du réverbère, qui ose toucher d'un trait vertical son visage endormi. Apaisée, voilà longtemps qu'elle ne l'a pas été. Sa bouche un tout petit peu entrouverte, son souffle est lent. Elle s'est couchée comme tous les soirs, aux côtés de son mari qui ne se réveille pas. Qui ne se réveillera jamais. Elle rêve. Elle le voit sourire, elle le voit porter ses enfants sur ses épaules, elle le voit l'embrasser, elle sent presque ses mains dans le creux de son dos. Rêve incessant qui lui donne la meilleure des raisons pour continuer de lutter, jour après jour. Ça s'agite, dans son rêve, ça tente de bouger. Alors elle fronce les sourcils, veut continuer à dormir, continuer à le voir en vie, heureux, éveillé. Pourquoi voit-elle des vagues, sorties de nulle part. Pourquoi tout d'un coup se sent-elle perturbée. Son bonheur n'a donc pas duré. Elle voulait rester là, à aimer la vie. Parce que voilà plusieurs années qu'il n'en a pas été ainsi. Baisser les bras à l'espoir et pourtant, pouvoir attraper sa main, juste au cas où. Sa main.
Jamais elle n'a entendu plus parfait silence, que celui qui s'agenouille devant une voix trop faible. Elle ne comprend pas ce rêve, alors elle ouvre les yeux, pour remettre les pendules à l'heure. Se réveiller pour mieux se rendormir peut-être, mais souffle coupé, coeur qui s'arrête, un froid glacial, et une larme qui perle sur chaque oeil. Il est réveillé.

D'un bond, elle se lève. Sortie du lit, elle le regarde, effrayée. Serait-ce un mauvais rêve qui a mal tourné, une mauvaise blague de son esprit perturbé. Elle est tétanisée. Elle ne sait pas quoi faire. Et sans un bruit, et parce qu'il le demande, elle s'en va comme un robot crée pour ça, chercher de l'eau dans la salle de bain d'à côté. Ses yeux pleurent, ses lèvres tremblent. Elle est incapable de dire quoi que ce soit. Ses mouvements sont automatisés, malgré elle. Timidement, elle s'approche de lui, verre à la main, pour l'aider à boire l'eau demandée. Est-ce vraiment lui. Est-ce-que tout ça est réel. Se souvient-il, comprend-t-il, sait-il qui il est. Azénor s'assoit sur son lit, elle garde ses distances, parce qu'elle a peur. Elle a si peur, que ce ne soit qu'un vice de sa raison.
Il a les yeux ouverts. Et elle voudrait se jeter littéralement sur lui, le prendre dans ses bras, l'embrasser, lui dire combien elle l'aime encore, combien même elle l'aime plus fort. Mais son regard a changé. Elle se sent inconnue, étrangère, dans leur propre maison. Elle a les dents qui claquent et ses ongles s'enfoncent de plus en plus dans les paumes de ses mains. Les yeux rouges, le nez qui coule. Elle ne l'avait pas vraiment imaginé comme ça, son retour à la réalité. Elle avait imaginé qu'il la prenne dans les bras, qu'ils s'enlacent pendant des heures, et s'aiment à en perdre la notion du temps. Et pourtant maintenant elle est sure. La réalité suit son court, et ils se regardent, éveillés, dans le blanc des yeux. Et elle ne voit que ses souvenirs, que l'homme qu'elle aime éperdument, que le père de ses enfants. Mais lui que voit-il.

Elle reprend son souffle, renifle un coup, et sèche ses larmes qui ne cessent de perler au coin de ses yeux. Elle le regarde, affaiblit. Il pleure, il est devenu maigre, et pire encore, il ne la reconnait pas. Pas pour qui elle est. Elle le sait, elle le voit. Et ça lui arrache le coeur encore plus profondément. Alors elle essaye, tant bien que mal, de commencer leur retrouvailles. Sais-tu qui je suis?


Invité
Anonymous
Invité

[Habitation] Manoir Benbow - Page 2 Empty
Re: [Habitation] Manoir Benbow
Invité, le  Mar 19 Mar 2019 - 11:41

Le cerveau embrumé, j'essaie de rassembler le peu de souvenir qu'il me reste. Déboussolé, je suis incapable de me souvenir distinctement des éléments qui, la veille, m'ont conduit à me retrouver dans cette chambre. Inconsciemment, je sais. Je comprends que quelque chose de grave m'ait arrivé, que mes muscles atrophié sont du à une longue période d'inactivité.

Et pourtant, le cerveau humain étant ce qu'il est, programmé pour nous protéger, il semble qu'il ait décidé de momentanément - ou pas - me faire oublier tout mes doutes. Toutes les observations faites à mon réveil, mon extrême faiblesse ou encore la disparition de mes muscles, ne semblent plus pertinentes. Elles ne sont plus qu'éléments secondaire, que je justifierai plus tard, sans trop savoir quand.

La mémoire me revient, seconde par seconde, et alors que mon regard croise enfin celui de l'inconnue - réveillée par mon appel, ou pas - je fronce les sourcils, essayant de me rappeler qui elle est. Probablement encore une fille rencontrée dans un bar et que j'avais réussi à me taper. Elle s'est levée d'un bond, en me voyant réveillé. Sorry beauté, il semble que je ne sois pas prêt pour un second round. Un élément attire mon regard fatigué, des larmes qui perlent au coin de ses yeux. Mécanisme de protection, observation pertinente devenant un élément secondaire que je justifierai plus tard. En un instant, j'oublie presque ses larmes pour me concentrer sur ce cul bien rond filant jusque dans la pièce à côté.

Quelques secondes plus tard, elle revient, verre d'eau en main. Serviable avec ça. J'essaie de me redresser, impossible. Elle m'aide à boire quelques gorgées d'eau puis s'écarte à nouveau, me demandant si je savais qui elle était. Je fronce les sourcils à nouveau.

- Rev.. Effort surhumain pour prononcer la première partie du mot. Après un temps de repos, j'ajoute les syllabes manquantes. igor

Un peu surprise, et maladroite, la femme sort sa baguette et applique ma demande. #Revigor. L'effet est immédiat, une vague d'énergie me traverse le corps, animant un homme qui semblait en avoir grandement besoin.

Je m'apprête à remercier cette femme, quand tout à coup, comme une évidence, son identité me revient. Comment ais-je fait pour ne pas la reconnaître ? Faut dire qu'elle a prit quelques rides depuis la dernière fois.

- Mais Non ! Philaester ! J'ai enfin réussi à te mettre dans mon lit. Dire que je suis trop bourré pour m'en rappeler. Quelle honte. Le prends pas mal, franchement. Vu ton petit cul, ça devait être vachement sympa. J'essaie de lancer un petit clin d'oeil en sa direction. C'est joli chez toi. Je vais devoir y aller par contre, j'en ai une autre à satisfaire aujourd'hui. Je suppose que tu comprends, ça se partage. Je dois me dépêcher, j'ai un cours à donner cette après midi.

J'essaie de prendre appui sur mes mains, pour sortir du lit, impossible. Bien que le sortilège m'ait permis de récupérer assez de force pour parler, il semble qu'il n'ait pas été suffisamment puissant pour me rendre ma mobilité.

- Je vais peut-être pas m'en aller de suite.
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


[Habitation] Manoir Benbow - Page 2 Empty
Re: [Habitation] Manoir Benbow
Azénor Philaester, le  Mar 19 Mar 2019 - 16:47

Les genoux ramenés à sa poitrine, elle ose porter une main vers ses lèvres qui tremblent encore. Rien n'est réel, rien n'est sensé. La lueur du soleil transperce ses yeux brillants qui le fixent sans cligner. Le temps s'arrête un instant, juste pour comprendre, juste pour réaliser. Elle avait arrêté de compter les jours, les mois, les années. Elle s'est habituée, à sa mort, à son absence, sa solitude, son cœur brisé. Le frisson est éternel. Elle le regarde et lui crie Je t'aime dans sa tête, en fermant les yeux, goutte qui termine son chemin sur la couverture. Sans doute par peur d'illusion elle reste deux ou trois secondes face à l'obscurité du silence. Une grande respiration hésitante et elle rouvre ses iris sur l'amour de sa vie. Un rire emmitouflé dans un sanglot incompris, impossible de retenir maintenant, pas les larmes, pas la joie, pas l'écoulement du nez, le sourire incroyable enfin retrouvé. Ne surtout pas le dérouter ; alors elle reste en retrait. Elle veut le toucher, sentir la chaleur qu'il a retrouvé, embrasser ses lèvres, caresser ses cheveux. Elle souffle, se retient de toutes ses forces. Parce qu'elle voit dans ses yeux qu'il ne comprend pas tout, qu'il a sans doute dû oublier quelques épisodes. Mais elle trouvera bien un moyen, de lui dire tout ce qu'il n'a pas su vivre, tout ce qu'il a rangé quelque part, dans son esprit si bien classé. L'espoir. L'espoir n'était pas vain.


Sa voix même incertaine, la ramène à la raison. Raison vraiment ? Elle n’en sait trop rien. Ian Benbow, son Ian Benbow est là devant elle, amaigrit, affaiblit, mais vivant. Et finalement, c’est tout ce qui compte. Elle l’aide avec son sortilège qu’il est incapable de prononcer. Oui mon amour, ça fait quatre ans que tu es mort.
Un choc certain, qui tape dans le cœur tout de même, lorsqu'il exprime ce qu'elle est. Elle a froid. Mais elle tient bon, il est là, les yeux ouverts, le souffle chaud, alors tout se passera bien. Oui. Tout ira pour le mieux, c'est certain. Mais combien d’années a-t-il complètement effacé. Combien de souvenirs envolés. Et la question qui fait mal, la question qui fâche et qui détruit ; est-ce irrémédiable. Pourras-tu réapprendre mon amour, pourras-tu reconnaître Cole et Skyline, pourras-tu remarquer ton alliance, te souvenir de nous te souvenir de tout. Elle sourit timidement, cache ses tremblements. Elle souffle un bon coup. Elle sait bien qu’il ne faut pas le brusquer. Ne pas lui dire qu’il a bouffé au moins dix années. Philaester. Voilà longtemps qu’on ne l’avait pas appelé ainsi. L’ancien Ian a refait surface. Et ça fait mal. Tant d’efforts pour en arriver à la bague au doigt. Elle espère silencieusement que le temps saura guérir l’oubli, raviver la mémoire. Quoi qu’il advienne, elle restera, essayera, encore et encore.


Il essaye de se redresser, pour sortir du lit, filer ailleurs. Aller en voir une autre, comme il le faisait avant. Ah et il a cours aujourd’hui. Où sont passées toutes les discussions d’Azénor, quand elle lui parlait le soir, racontait ce qui se passait dans le monde réel. Entendait-il, était-il vraiment mort. Elle sert les dents, il n’ira nulle part, puisqu’il n’arrive pas à se lever. La dame soupire, que faire, par où commencer. Elle fait craquer chacun de ses doigts, et plante son regard dans celui de son mari. Ian, tu… Tu as eu un accident, disons. D’où ta faiblesse notoire, d’ailleurs ! Et euh, comment dire. Tu as, un peu dormi. Bon, euh longtemps dormi. Comment expliquer à un homme qu’il est tombé dans le coma, qu’il se réveille après quatre ans, en ayant perdu la mémoire ? Et comment lui expliquer, que malgré son dégoût pour l’autre, qu’il est marié et qu’il a deux enfants. Pas évident, ça non. Mais elle ne peut s’empêcher de sourire. Parce que même à l’époque, elle aimait bien le Ian dragueur. Elle y croit, au changement, à la vie à quatre, à l’amour éternel. Elle y croit tellement. Que cela prenne un jour, deux mois ou trois ans, elle sera là. Là pour qu’il sache qui il est vraiment.
Contenu sponsorisé

[Habitation] Manoir Benbow - Page 2 Empty
Re: [Habitation] Manoir Benbow
Contenu sponsorisé, le  

Page 2 sur 2

 [Habitation] Manoir Benbow

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.