AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Grande Salle
Page 5 sur 9
[Animation] Gala de fin d'année
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Lizzie Bennet
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Lizzie Bennet, Mer 11 Juil 2018 - 11:59


Elius virevolte au centre de la pièce, promettant du drama. J’en veux pas spécialement, avec Cara je suis déjà servie. Mais bon, on a pas toujours ce qu’on veut ; parfois, on a ce dont on a besoin, comme le disait ma mamie en son temps. Et moi, j’étais bien persuadée de ne pas avoir besoin de drama. Ni de sortilèges d’Elhiya ; heureusement qu’elle m’avait loupée. L’idée d’un prétexte pour disparaître n’était pas mauvaise, mais difficile de m’extirper du courroux de la harpie d’une façon aussi légère. Non, avant, fallait qu’on règle des comptes. Qu’on parle, elle et moi.

Sauf que Cara avait décidé d’être plus reloue encore. Non contente de m’embêter, il fallait qu’elle embête mes petits protégés aussi. Et ça, ça c’était niet. Surtout qu’elle voulait faire croire quoi ? Que c’était mal les relations avec les personnes du même genre ? Check. Que c’était mal les relations entre les Serpentard et les Poufsouffle ? Check aussi. Regarde toi dans le miroir, en vrai.

— Tu parles de décence ? Qu’est-ce que t’y connais ?
pouffais-je. Non, toi, ce qui t’es familier, c’est les normes, les conventions, et cette foutue rancoeur. T’es tellement aigrie comme meuf.
 C'était pas dit avec colère ou moquerie, non. Juste une triste mélancolie face à ces mondes qui ne pouvaient se comprendre.

Le petit feu du drama se lève tout doucement. Heureusement, mon petit Piaf est de retour pour me calmer, et j'ébouriffe ses plumes avec délicatesse. Il ne pouvait trouver le repos auprès d’Elius, mais ici, il était sûr de rester parmi nous, quoiqu’on ne le regarde pas vraiment.

Le foulard a disparu, mais Elius ne cesse de faire danser les rêves autour de lui, et le monde semble le dévorer des yeux. Je cherche Ariana du regard ; je l’ai vue passer plus tôt, mais avec les tenues de gala, il est difficile de mémoriser l’apparence de chacun.
— Sur ce... Ne désirant pas voir la situation dégénérer, je m'éloigne de Cara, et me laisse envelopper par la musique d'Elius pour trotter vers la directrice de Serdaigle que j'ai enfin repérée.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lorelaï Peony
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Lorelaï Peony, Mer 11 Juil 2018 - 22:58


LA Theya & Jace

Les tourtereaux semblaient avoir réglé - du moins momentanément - leurs soucis car Theya se dirigea vers Lorelaï et lui proposa de retourner dans la salle pour profiter de la soirée.
La bleue plongea son regard gris dans les pupilles de sa nouvelle amie. Elle voulait s'assurer que la belle allait bien. Apparemment Jace avait bien fait son travail, Theya semblait rassurée.
- Oui ! Allons-y ! J'ai entendu Robin - tu vois la petite pimbêche de LEGIT ? - dire des trucs de loin, mais j'ai pas pu déceler quoi... Allons voir !

Elle prit Theya par la main et l’entraîna à l'intérieur, captant en chemin le regard du serpent pour lui offrir un clin d’œil.
- Oh  ! Ça va être à Élius ! Faut qu'on voit ça, cria-t-elle presque en courant vers la scène. Oh faut encore attendre un peu... se rendit compte la blonde le visage soudainement triste avant d'entendre les notes d'une musique qu'elle connaissait bien. OOOOH ! J'ADORE CETTE CHANSON !!!

Ignorant délibérément les mouvements apparemment pas totalement contrôlés d'Alexeï plus loin, Lorelaï prit les mains de Theya et la fit tourner au rythme de la voix envoûtante qui résonnait dans la Grande Salle, chantant elle-même à tût tête.
- C'est pas ma fauuute ! Et quand je donne ma langue au chat... je vois les autres... tout prêts à se jeter sur moi ! Termina-t-elle en chatouillant un peu la brune.

Il était temps qu'elle rit un peu la Theya ! On était là pour s'amuser après tout !
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 12 Juil 2018 - 9:59


LA Sign <3 + LA Fanch
♫♫

Le verre optionnel avait glissé de doigts en doigts quand le tien effleurait tes lèvres du liquide bien assez soft pour pouvoir dévier vers quelques paillettes un peu trop brulantes sur les rétines et la caboche. T’aurais bien fait un mélange pas net juste pour voir si le monde tournait plus vite, plus fort, plus bruyamment et surtout plus rapidement mais avec un piaf amorphe sur ta droite, un chialeur qui dansait tout seul sur ta gauche, ça manquait cruellement d’euphorie dans cette cours d’école hypocritement déguisée en festivité joyeuse. Alors à défaut de partir loin dans des voluptes d’or, d’argent, de rouge, de vert, de rose et violet –car t’avais décidé que le sortilège du feu qui signalait la position pouvait avoir d’autres couleurs, quel intérêt de travailler pour Waddi si tu te contentais de 2 pauvres pigments même si c’était nécessairement les meilleurs ?-  t’avais sorti le frêne et le faisais tournoyer entre tes doigts en écoutant les quelques notes qui passaient. Suivant légèrement le rythme de la tête,  les opales parcourraient le reste la salle.

– T’voulais rematche Poussinet ?

Les ondulations d’or s’étaient inclinées sur le côté, lui adressant des mirettes espiègles et un rictus amusé. Après tout, tu pouvais bien lui concéder ça. À le trainer partout en bon petit chien docile, il pouvait avoir un p’tit nonos de temps en temps et une flatterie sur la tête. Ca s’entretenait quand même les gentils jouets obéissants sinon ça pouvait te filer entre les doigts par ennui d’avoir été un peu trop délaissé. Et puis là, y’avait pas d’arc-en-ciel en bouteille sur la table pour lui faire lâche sa bienséance coincée qu’il n’envoyait balader que lorsqu’il n’y avait que de la populace inconnue. Hypocrisie ambiante que tu détestais…

– Avale ton jus d’citrouille et tu l’as ton rematch. Faut juste que les autres se secoue les puces… J’m’en occupe.

Suffisait de virevolter discrètement entre les gens, à leur insu, sans bruit, comme une simple ombre mouvante.  Un #Tarentallegra sur le Holly menteur qui apprendra bien plus tard ce qu’il en coute de piétiner des promesses. Uun second sur Fanch bien trop calme à ton gout, et de nouveau sur Lizzie qui avait honteusement lâché la déesse des escarpins. Ce genre de chose ne pouvait rester non gratifié. Fallait que ça bouge, que ça fasse honneur aux organisateurs, au lieu de végéter comme des citrouilles flottant dans un punch pour mouflet de garderie. Lexou-nouille, lui, avait compris qu’il fallait se trémousser, histoire de pétiller en bonnes petites bulles de champagne pour capturer –possiblement- l’attention de son cavalier. On ne rappellera pas que t’étais la responsable de la frénésie de ses petons, ni même que sa proie était du genre à demander pas mal de divertissement pour daigner feindre une pointe d’intérêt.

– Lexou, faut faire plus que ça pour récupérer ton serpent ! Sinon, il va te passer sous l’nez ! Et j’joue pas les infirmière c’soir, ziens donc par là. T’as pas l’choix, moi aussi, j’m’ennuie

La baguette rangée dans ta minuscule poche agrandie, t’avais glissé tes doigts dans les siens, l’entrainant sur le rythme de la musique vibrant dans tes tympans et sur les murs de la grande salle. La jalousie n’était peut-être pas une carte active chez l’enfant-soleil, mais il n’était jamais plaisant de se faire voler un joujou fraichement acquis. T’étais bien placeé pour le savoir, les mirettes vérifiant que le tient terminait sa boisson comme tu le lui avais demandé. Il sera gratifié d’un cookie plus tard comme récompense. Ou une coupe chantilly, vu que tu lui avais volée la sienne la dernière fois.

Quelques pas de danse d’une sensualité inutile pour te mettre dans le bain. Mais tu pouvais te les permettre, vu le non-intérêt de ton partenaire kidnappé aux yeux d’Élius durant l’attente, sage, très sage, trop sage, de l’effet enivrant de la petite graine du Flocon de lumière. C’était que ça prenait un peu de temps, plus que la première fois, à moins que l’empressement de l’agacement ne s’était déjà bien trop installé. Et comme une amante timide, les lucioles colorées se faisaient désirer. Alors, t’occupais l’impatience, en faisant du blond et ses gambettes ensorcelées une raison valable au danseur de scène de venir le rejoindre rapidement. Au moins, que cette mascarade serve à quelqu’un. Toi, ça t’occupait un peu.

En un tournoiement supplémentaire, les rétines accrochaient le plafond, dessinant des arabesques de trainées lumineuses, éveillant les sens visuels petit à petit. Enfin les prémices salutaires quémandées à Lïnwe ! Le reste viendrait, un petit peu plus tard, à mesure que les pupilles s’ouvraient sur les détails de couleurs passés en premier lieu inaperçus. Plus besoin de jouer les nounous, c’était de toi qu’il fallait t’occuper désormais. Un sourire lumineux décoché au suédois, tu le lâchais pour lui adresser un signe de tête vers Fanch en proie au même sortilège.

– Tu d’vrais en profiter. Parfois, pour attirer l’attention, il suffit de la confier à autrui. J’vous libère du sort quand t’arrêteras de faire ta victime !

Un clin d’œil abandonné à l’insouciance futile qui reprenait ses droits. Pas de chantage, pas d’intimidation, juste un conseil, car il commençait enfin à les écouter, et pour le coup, ça lui valait  un minimum de considération. Néanmoins, toute affection dépossédée de taquinerie usuelle, tu le laissais vaquer à ses propres occupations pour passer entre les invités discrètement. Un coup d’œil discret à Lizzie, pour voir si le sort balancé l’avait atteinte elle aussi, et disparition derrière Ethan, plus grand que toi, qui te cachait du champ de vision de l’enseignante.

– S’bon ? T’as fini de te dessécher ? T’voulais une photo ? Mais faut peut-être attendre que Robin refasse surface quand même. Du coup… J’te dois une danse depuis Londres non ? A moins que « James » se soit fait la malle à jamais. Ce serait franchement… dommage..

La commissure de lèvre s’était relevée, narquoise, joueuse,  malicieuse même. Car  toi ne t’avais pas besoin de l’ivresse totale d’un cimetière de shoots de vodka pour avoir envie de respirer sans les contraintes du regard utile des autres. Nope, ça c’était que pour l’oubli et le silence de ce qui devait rester dénué d’expression.  Idem pour le  picotement du p’tit fruit dans le cerveau, il était là que pour faire taire ce qui devait rester enfermer.

La main tendue, le battement de cil innocent tu le laissais choisir, pour une fois, histoire de lui donner l’impression d’avoir toutes les cartes en main juste pour ce soir.

– A ta guise …
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Turner
avatar
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Ethan Turner, Jeu 12 Juil 2018 - 12:22


♫♫

La demoiselle aux brindilles dorées semblait encline à te donner ta revanche musicale, celle datant de la soirée Londonienne, à la condition que tu termines ton verre de jus de citrouille. C'était vraiment du jus de citrouille ce truc? Ils devaient forcément avoir mis une épice différente, un truc "à la L.E.G.I.T.", car ça ne goûtait pas la recette des elfes de maison de l'école. Dans tous les cas, ça te redonnait un peu le sourire, qu'elle manifeste un peu d'intérêt pour ta demande de danse, même si entre-temps elle filait vers de nouveaux pâturages. Un vrai électron libre celle-là, même si au final elle semblait toujours retourner vers les mêmes personnes, c'est-à-dire un peu tout le monde. C'était peut-être ça, de connaître la moitié de l'école, enfin, t'en savais trop rien, il n'y avait que trop peu de gens que tu pouvais considérer comme tes amis dans cette salle.

Finir ton verre avant son retour, une tâche bien facile à réaliser, quand on n'a rien d'autre à faire que regarder le spectacle dont la verte était responsable. Tu avais vu juste en te disant qu'elle souhaitait cette soirée bien plus innocente qu'elle ne l'était, et elhi n'était pas du genre à reculer devant une assemblée trop coincée, elle le prouvait une fois de plus avec quelques coups de baguette bien placés. T'avais bien fait, au final, de lui offrir cette danse, sinon tu aurais probablement hérité d'un sortilège toi aussi, tu le sentais. Quitte à danser, autant que ça soit par tes propres termes; pensées assez ironiques, puisque tu n'y arrivais d'ordinaire que lorsque ne tu avais une montagne de shots dans le corps.

Un nouveau verre terminé, que tu envoyais avec les autres, juste avant que la féline demoiselle ne revienne de sa danse avec un Alexeï délaissé par le second animateur de la soirée. Elle revenait pour sa danse, indiquant que l'a passage vers les photos devrait logiquement attendre le retour de quelqu'un à ce poste, à condition que quelqu'un s'y recolle vraiment un jour. Une petite mention à James éveilla ton attention. Un marin-souris qui avait perdu son pari, mais qui ne cessait jamais d'abandonner pour autant, un exemple à suivre, très certainement. Tu étais impressionné que la demoiselle se souvienne de lui, qui devait dormir, bien saoul, au fond de la cale de son navire échoué.

La main tendue, vers toi, le visage angélique se dessinant sous tes yeux, la demoiselle t'offrait un ticket vers la piste de danse. Il s'agissait peut-être du trac de devoir danser devant autant de gens que tu connaissais, mais tu commençais réellement à avoir chaud, trop chaud pour être ainsi vêtu lors de ta prochaine danse.

-Je suis à toi dans deux secondes.


Tu t'étais évertué as desserrer d'autant plus la cravate à ton cou, te permettant même de déboutonner le premier d'une longue série de bontons parcourant ta chemise. C'était mieux, beaucoup mieux, comme la jeune femme devant toi. Sa robe... d'un rouge plus que vif, attirait tes yeux, comme si tu la voyais pour la première fois. Ce n'était pourtant rien à côté de ses yeux, dont tu avais déjà la conviction qu'ils renfermaient les trésors d'un autre monde. C'était James qui détenait la fameuse carte de ses trésors, et tu avais été forcé d'aller cogner à porte menant à la cabine du capitaine de navire. Le pirate se réveillait peu à peu, mais, entre-temps, la barre était toujours laissée à qui la désirais. Tu n'avais aucun autre choix que de prétendre; "qu'est-ce que ferait James". C'était un jeu beaucoup plus difficile lorsque la conscience était éveillée, par chance pour toi, elle commençait à se faire la malle, même si tu en ignorais totalement la cause.

D'une main répondant à l'appel d'une autre, plus douce, plus féminine, tu t'étais glissé dans le rôle du danseur.

-Heureux d'enfin retrouver votre compagnie, jeune demoiselle au nom qui m'est toujours inconnu.

Car si James s'était présenté, il n'avait jamais cru bon demander le nom de sa partenaire de crimes. Tu profitais de ta présente lucide sur le déclin pour être plus poli que ton collègue marin, qu'on pouvait déjà entendre s'activer dans sa cabine. Tu t'avançais sur la piste de danse, la main de la demoiselle dans la tienne, et ton environnement t'apparaissait de plus en plus clairement, comme si ton masque du chat du Cheshire  avait la double utilité d'affiner les couleurs, en plus de te fournir un faux anonymat.

Les gens étaient beaux, leurs couleurs enivrantes, époustouflantes, presque autant de celles de ta cavalière, qui se trouvait maintenant en plein coeur de la piste, avec toi. Quelle musique jouait en ce moment? Quelque chose d'une langue inconnue, qui bougeait juste assez, sans pour autant provoquer une tempête tropicale, quelque chose qui correspondait à ton humeur du moment. Les pieds glissaient seuls, les bras se mouvaient selon tes envies, et tu commençais à t'oublier. La porte de la cabine s'était ouverte, et tu pouvais entendre le capitaine monter les marches menant à sa précieuse roue.

Quelques secondes encore, et il prendrait le contrôle, que tu lui léguerais avec plaisir. Les vêtements n'étaient pas des mises, mais il saurait faire avec. De toute façon, il pouvait bien se cacher sous ce masque, et personne ne saurait jamais rien de son imposture.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 12 Juil 2018 - 15:53


Deux secondes, il en avait de belles celui-là, t’allais l’occuper car il pouvait bouder, et il te faisait  poireauter, les mèches blondes des trémoussant d’un coté et l’autre de ta tête. « Un croccodile, deux crocodiles, trois… Mais qu’est ce tu fous ? ». S’pas que t’aimais pas les secondes crocodiles, mais que s’il voulait se dépoiler aussi rapidement t’avais du réussir à dénicher autre chose que du jus de citrouille, et ça allait finir par te rendre jalouse. Il y’avait-il réellement quelque chose d’autre que des jus de fruit dans le coin ? Renifler son verre vide te semblait la meilleure des solutions sauf que dans un élan soudain de motivation, le poussin avait fini par prendre ta main dans des manières surjouées qui t’arrachaient en premier lieu un haussement de sourcil. C’était quoi déjà l’idée ? Minauder ? T’avais la flemme et surtout perdue l’habitude depuis des mois alors tu te contentais de lâcher un faible ricanement dans un coup d’œil suffisant. « Quelle utilité d’avoir un nom ? Choisi celui qui qui te sied pour le moment serait amplement suffisant et puis… Si tu trouves le bon, on zappera la partie de cache-cache » un clin d’œil avant de trottiner à coté et le laisser choisir où il voulait se poser.

Les mirettes vérifiaient, juste au cas où si une table sauvage en pierre et un raton laveur affectueux n’étaient pas en train d’attendre dans un recoin de la grande salle, à l’afflux du moindre remake grotesque. Pas que ce soit ce qui manquait à cette soirée mais presque, et puis quitte à parler de bestiole, y’avait le piaf de Lizzie qui ferait un bon lapin-garrou pour Azura qui était absente ou même une souris docile pour le faux chaton des mers qui semblait avoir adopté l’idée de lâcher le ceintre qu’il avait dans la chemise –pour rester polie-. La métamorphose de l’animal attendrait un peu maintenant que tu te retrouvais embarqué en gentille poupée de chiffon sur un carrelage glissant. Partie de jeux aux dés pipés, une nouvelle fois, même si sur ce coup, tu voulais bien lui offrir un semblant de victoire du temps de la musique enfantine, tu temps que les couleurs ne claquaient pas aux rétines et que la légèreté sous les pieds s’envolaient en volutes de paillettes. Après….. Tu l’attendais le après et ne te moquait bien de la réalité qui se fanait lentement à chaque notes supplémentaire.

D’une ondulation en rythme tu apercevais Lully qui jouait les nymphes avec la boudeuse qui se voulait drama-quenn sans avoir le level requis. Tu serais bien allée la rejoindre l’aiglonne, qu’elle brille comme l’autre nuit, sous les bougies virevoltantes du plafonnier illuminé d’un faux ciel étoilé. Elle aussi se jouait d’illusions bien plus sage et docile qu’elel ne l’était vraiment, un gâchis en soit, mais un de ceux qui ne concernait pas, du moins pas ce soir. Alors, l’attention offerte à l’oisillon tu suivais le mouvement, de déhanché de droite ou de gauche aux accents de 3 balais jamais vraiment oubliés, toujours un peu murmurés. Pourtant la partie était différente, plus personnelle, plus égoïste, plus solitaire dans cette foule que tu ne voulais ni voir, ni entendre. Alors tu tournais, pour dessiner sur les paupières les reflets des couleurs de chacun, les animant doucement en lucioles capricieuses qui suivaient le courant d’un vent inexistant, patientant sagement

Que la réalité tourne à son tour
et retrouve le nom
oublié
de la simplicité
Revenir en haut Aller en bas
Alice Delacour
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Alice Delacour, Jeu 12 Juil 2018 - 19:02


LA de Theya
Tout s'était passé d'un seul coup, si vite que Alice n'avait pas eu le temps de réaliser.  Elhiya, sa collègue de Waddiwasi était arrivée, déposant un baiser sur la bouche de Jace. Juste après, Theya était aller pleurer, et, ne voulant pas provoquer d'histoire, Alice était resté d'un côté, les larmes débordant de son visage. Le pire été juste après. Jace été allé rejoindre Theya, l'enlaçant, et la Poufsouffle faisant de même. Dire que Alice leur avait accordé leur confiance. Vraiment. Ça la dégouttait, pourquoi Jace ne lui a t-il pas dit ? Au mieux de laisser croire à Alice que il était amoureux d'elle ?

Et, la Poufsoufflette, qui était partie, à présent toute contente, avec Lorelaï. Elle se souvint soudain que c'était sa cavalière. Son visage inondé de larmes, d'eau salée, était tout rouge. Mais pas pour la même raison, cette fois. Alice décida d'aller d'aller boire un coup, pour se changer les idées. Elle prit un jus de citrouille et commença à le boire, quand elle fonça sur quelqu'un. Cette personne n'était autre que Theya, avec sa robe à présent tachée de orange, cela se voyait bien. Alice commença à s'excuser, oubliant sa colère contre la jaune.

- Oh non ! Pardon, pardon, pardon ! Je suis désolée, vraiment ! J'ai une robe si tu veux, de rechange, si tu veux je peux te la prêter, elle est belle, et neuve. Elle fronça les sourcils, se rappelant soudain de l'incident avec Jace. Et au fait, tu es contente, maintenant que tu sors avec Jace hein ? Tu n'aurais pas pu me le dire? Et des larmes recommencèrent à couler sur sa joue, Alice baissa la tête, déçue, triste. Mais surtout, elle était blessée que sa soit disant "amie" ai pu la trahir comme ça. Les Poufsouffle sont censés être gentils, non ?


Dernière édition par Alice Delacour le Ven 13 Juil 2018 - 13:14, édité 3 fois (Raison : Je corrige les fautes de frappe)
Revenir en haut Aller en bas
Theya Alomora
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Theya Alomora, Jeu 12 Juil 2018 - 23:13



 

Sa belle cavalière l'avait entrainé sur la piste de danse sous les airs de cette chanson tellement connue, l'aiglette était déchainée et semblait décidée de redonner la bonne humeur à son amie. Elle se mit alors à danser, observant les personnes qui se trouvaient autour d'elle. Le beau Jace semblait prit de frénésie dans une danse endiablée. Elle regarda sa cavalière en continuant de danser et lui attrapant la main pour la faire tourner sur elle-même en lui murmurant :

- "Je reviens dans cinq minutes, je vais nous chercher à boire ! Un jus de citrouille ?"

Elle se dirigea vers Jace pour lui demander ce qui lui arrivé et il lui répondit qu'il ne contrôlait pas ses gestes. Elle rit à sa réponse en se disant qu'il s'agissait certainement d'un sortilège de la danse endiablée, et prononça le contre-sort #Finite Incantatem en lui faisant un baiser sur la joue, et lui murmurant :

- "Ne me remercie pas p'tit ange, quelqu'un veut apparemment que tu bouges ton corps, tu ferais mieux de retourner voir Alice pour la faire danser !"

Elle lui lança un clin d’œil, ça allait déjà mieux et elle essayait de paraître de bonne humeur pour que Jace ne se sente pas aussi désorienté qu'elle l'avait vu dans le couloir. Elle lui déposa à nouveau un baiser sur sa joue lisse et lui dit

- "Je vais chercher à boire pour Lore et moi, va retrouver ta cavalière, elle doit déjà être assez mal comme ça... Il faut que tu la réconforte" lui lançant un sourire encourageant et poursuivant son chemin sur le rythme de la musique qui raisonnait dans la Grande Salle, elle alla rejoindre les tables où se trouvait les boissons quand quelqu'un lui rentra dedans renversant du jus de citrouille sur la robe de la belle Poufsouffle ainsi que mouillant ses cheveux. m*rde ! Ma robe ! Elle s'apprêtait à piquer une colère quand la jeune fille qui avait causé l'incident s'excusa en proposant de lui prêter une de ses robes neuves pour se changer. Elle n'eut pas le temps de répondre qu'elle s'aperçut qu'il s'agissait d'Alice, et que celle-ci lui reprochait d'être la petite-amie de Jace. Hein quoi ? Mais non rien n'est officiel ! Et tu n'es pas censé le savoir même si ma petite scène ne pouvait passer inaperçu... Alice non !

Elle attrapa le bras de la lionne pour lui dire :

- "Non Alice ne pleure pas s'il te plait, ne t'inquiète pas pour ma robe je vais lancer un #Consectetuer Dryer et un #Recurvite ne t'inquiète pas ! Pas besoin d'une nouvelle robe !" Elle lança les sorts en question sur la tâche et sa robe était de nouveau comme neuve. Elle se concentra à nouveau sur son amie pour lui dire :

- "Alice je n'étais pas au courant que tu étais la cavalière de Jace, c'est un malentendu. Jace et moi, nous ne sommes pas ensemble, enfin, pas officiellement... C'est compliqué Alice... En somme je lui ai demandé d'attendre qu'on apprenne à se connaître pour officialiser ça. Je savais qu'il avait une cavalière pour la bal, je lui ai demandé de l'emmener et de lui faire passer une bonne soirée. Je n'avais tout simplement pas prévu qu'il y ait du drama avec sa cousine qui l'embrasse." Theya avait l'air sincèrement désolée et tendit un mouchoir à Alice.

Elle reprit calmement et vraiment perturbée, c'était de sa faute si la Rouge était dans cet état, elle allait tout faire pour réparer ça.

- "Alice je suis tellement navrée... Je ne voulais pas te blesser, si j'avais su que c'était toi je t'en aurais parlé l'autre jour à l'Occamy... Je voulais qu'il fasse passer une bonne soirée à sa cavalière car je me disait que s'il l'avait invité c'était surement car tu étais quelqu'un de bien, maintenant que je sais que c'est toi je n'en suis que plus convaincue."

Elle prit une longue inspiration en regardant Jace et reprit :

- "Oui, il y a quelque chose entre nous, mais je t'en pris ne pleure pas, je ne voulais à aucun moment te faire du mal ni lui ni moi... Ça ne devait pas se passer comme ça." Elle attrapa un verre de jus de citrouille et le tendit à son amie : "Tiens boit, ça te fera du bien, reste là j'ai une idée, je viens de dire à ton cavalier de venir te faire danser, je pense qu'il voudra s'excuser, laisse lui une chance de te demander pardon, s'il te plait" la suppliant du regard.

Elle se redirigea ensuite vers Jace et attrapa son bras en lui murmurant doucement :

- "Viens s'il te plait, y a encore du drama à corriger"

Ils se dirigèrent tout les deux vers Alice afin de s'excuser à deux et que la belle lionne puisse retrouver son cavalier et essayer tout de même de passer une bonne soirée...

 


Dernière édition par Theya Alomora le Ven 13 Juil 2018 - 17:41, édité 1 fois (Raison : Petite erreur de cohérence)
Revenir en haut Aller en bas
Élius Askin
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Élius Askin, Ven 13 Juil 2018 - 1:48


L.A. signature + ouverture RP + Lizzie


I don't give a damn 'bout my reputation


Peu d'entre vous étaient prêts, et certains ne le seront jamais. Chaque mouvement se destine désormais à ligaturer vos indiscrètes prunelles contre mon torse exposé. Magie et incohérence ont fait connaissance autour d'une barre de métal froid s'étirant depuis le sol jusqu'au plafond - inutile d'en savoir davantage pour saisir l'effet. J'ai pas attendu votre attention, j'l'ai captivée dans ma cage thoracique gonflée.
Affinez la corpulence :
 
You're living in the past it's a new generation ♫


Cette nuit, plus d'un oiseau dévoilera ses ailes à la cathédrale constellée de pupilles dilatées. L'index sournois a repoussé le haut-de-forme dérobé vers un arrière effronté, où il pourra se cramponner aux mèches dissimulées. Comme soumises à l'évidence, les notes du jukebox fouettent mes jambes bâillonnées de cuir, articulent le scénario pour vous enfermer.
Ajoutez l'indolence :
 
Never said I wanted to improve my station ♫


L'horizon a disparu, je l'ai bouffé. Mieux qu'la funambule qui pensait pouvoir le dompter, ma silhouette n'est plus atteinte par la gravité. Ne vous fiez pas à cette facilité déconcertante, elle est fruit d'une enfance débauchée. Sérieux - qui apprend la barre avant de marcher ? Par contre, il est certaines subtilités qu'on a jamais eu besoin de m'enseigner.
Allumez les étoiles :
 
An' I'm only doing good when I'm having fun ♫


Ce regard, par exemple, qui sait exactement où chercher. Perturber le spectateur délicat, juste ce qu'il faut, pour vous troubler. Il m'a vu l'observer ? On devine à peine les silhouettes depuis la scène en vérité, peut être quelques souffles en suspension, l'odeur de l'admiration, vos lèvres étirées. Délicate nourriture enchaînant ma servilité.
Gardez la verticale :
 
I've never been afraid of any deviation ♫


Bientôt la mélodie retombera, et mon corps au creux d'un spleen incontrôlable. Mais d'abord, exécuter une signature qui enracinera vos pensées sur moi, plonger dans la lumière descendante et régurgiter le dernier halètement de l'insecte consumé. Rien ne décrit la façon dont les dernières secondes s'étirent, temps aquarellé par l'enfant s'accrochant à son public.
Et succombez :
 
An' I don't really care if ya think I'm strange ♫


Consigne HRPG :
 
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Turner
avatar
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Ethan Turner, Ven 13 Juil 2018 - 7:24


♬♬

Une réponse à ta question informulée, l'utilité d'avoir un nom? Et l'utilité de le dissimuler, elle en faisait quoi? Non, c'était un nouveau jeu, celui d'une devinette qui pouvait prendre des années à résoudre; par chance, tu aimais les devinettes, tu y étais même très doué, à condition de posséder la totalité de tes sens...

-J'ai droit à un petit indice, ou mademoiselle désire-elle me voir m'embourber peu à peu, alors que j'épuise la totalité des noms de l'univers?

Comme seule réponse, tu avais eu droit à un sourire moqueur, signe que la deuxième option semblait privilégiée. Tu ne te souciais pas à ce point de connaître le nom de piraterie de l'ensorceleuse des sept mers, mais le défi accrochait ton désir de vaincre; non, pas le tien, celui d'un autre, d'un pirate. Le capitaine James venait enfin de reprendre le contrôle, une main sur la barre, l'autre sur une bouteille de rhum à moitié vide.

Tu venais de te réveiller d'un long sommeil, la plus grosse gueule de bois de ta très jeune vie. Tu retrouvais ton exploratrice préférée, alors que celle-ci semblait, pour une fois, te laisser la tête du convoi, un drôle de changement d'attitude dont tu te serais méfié, en d'autres circonstances. Tu n'étais en effet pas en état de te poser des questions, surtout si celles-ci n'étaient pas reliées à l'état de ta partenaire de danse et le nom qu'elle portait. Tu l'avais donc examiné, se trémousser au rythme de cette nouvelle musique qui animait la pièce. Un spectacle avait commencé, une danse sur poteau, Askin probablement. Du coin de l'oeil, dû pouvais apercevoir son talent manifeste, mais il disparut bientôt de ton champ de vision, les couleurs devant toi s'exprimant avec trop d'éclat pour laisser place à ce qui se trouvait en périphérie. La robe de couleur sanguine, les cheveux faits de Galions moulés, les yeux d'un océan plus pur que les diamants stellaires, quelque chose s'éveillait en toi, alors que tu sentais ton coeur réveiller chaque atome de ton corps. Marilyn... c'était le nom qu'elle t'évoquait, tel un rêve qui se déhanchait devant tes yeux, éphémère, qui ne demande qu'à être vécu, pour découvrir quel est sa prochaine scène, l'Acte deux d'un opéra à l'aura éthérée.

-Marilyn, votre nom d'ange est Marilyn, n'est-il pas, douce exploratrice des terres oniriques?

Les mots se succédaient, sans que tu puissent les contrôler totalement. Ce que tu disais était beau, une oeuvre d'art qui ne rendait tout de même pas justice à ton rêve. Tu avais décidé d'augmenter la cadence de vos mouvements, inspiré par le rythme ambiant, qui se faisait à peine assez puissant pour pénétrer cette sphère éthérée qui vous enveloppait. Tu menais le bal, prenant les mains de la sorcière dans les tiennes, afin de synchroniser parfaitement votre chorégraphie. Tu ne pouvais plus te détacher des puits de lumière de la demoiselle, tu pensais déternir toutes les clés, pour une fois depuis cette histoire de cabine d'essayage.

-Pourquoi donc vouloir cacher ces cadeaux du ciel; qu'ils s'ouvrent dont et pétillent à la découverte d'une soirée sous les étoiles.

Les étoiles, vous dansiez sous les étoiles. Un regard arraché des prunelles couleur de blues de la demoiselle t'avait rappelé cette vérité criante. Les arches célestes étaient réellement visibles dans cette salle qui n'en était pas une. Vous étiez dehors, à la merci de la lune et des étoiles, qui jugeaient vos pas de danse, acquiesçant face à votre frivolité apparente. Vous étiez éphémère, tout comme elles, deux étoiles qui dansaient un balai, attiré par la force de la gravité, jusqu'à ce que la collision daigne se montrer le bout du nez.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Elhiya Ellis, Ven 13 Juil 2018 - 10:50



V’la qu’il arrivait l’enfant soleil, juste après un drama de poulettes de basse-cours dont le seul intérêt était de savoir auprès de qui allait recouler. Vous en faites pas les petites, pleurez pas pour si peu, le poulet en question il partage, un peu, beaucoup, passionnément, faut juste être un peu aveugle pour pas le savoir en fait, ou être maitre de l’oubli ou persuadée que certaines promesses valent plus que du vent ! Mais ça ne t’intéressait pas vraiment de savoir ce qui se passait, le nez relevé sur la barre de pole dance, hypnotisée par les mouvements gracieux d’un cygne noir à l’élégance et sensualité à réveiller les morts. Tu savais l’enfant – qui ne l’était plus- danseur, pas faiseurs d’étoiles éblouissantes. Des soleils gravitaient autour de lui, dansant timidement à es côté, l’effleurant légèrement, léchant ses courbes adolescentes en pleines offrande.

D’un O parfait dessiné sur les lèvres t’abandonnais ton cavalier des yeux, subjuguée par le poupon qui n’avait plus besoin d’être materné, et dont les paillettes colorées explosant sur les rétines faisaient plus qu’honneur. D’enfant-roi il passait à lueur-divine, et t’avais bichonné ce genre de chose ? Il te semblait loin le temps où le môme capricieux se callait sous un siège d’avion pour regarder un monde au caléidoscope. Il avait grandi, poussé, pris un envol quand c’était toi désormais qui t’exclamais devant les couleurs multicolores étirées en forme liquides et coulantes sous tes paupières. Changement de rôle sauf sur un plan : la spectatrice conquise depuis des années, lâchait un « « Huhu » cri du cœur adopté encore et toujours. Enthousiasme éternel t’aurai bien balancé des confettis, des feux d’artifice mais préférais donner de la voix en acclamant, la prestation, l’adolescence, le manque de chasteté, l’enfant-roi dans toute sa splendeur. Donnez-lui un trophée, une couronne, les fans qui bavent devant la scène, les fleurs jetées sur le corps moite, soyez donc envoutés, par le garçon, par le serpent, par la plume d’aile d’ange de Lucifer déposée devant vos mirettes d’hérétiques

Y’avait fallu entendre les consonances raté d’un de tes surnoms pour t’arracher à ta capture neuronale entière et totale. Élius n’était pas le seul responsable de cette féérie imaginaire, mais qu’importait, seule impression que les choses te semblait plus vivante, plus vibrante, les notes de musiques, les gestes élégants des serpents, les paroles trop douce d’un oisillon trouvant un amour pour les mots qui t’était inconnu. Il avait opté pour Marilyn sirène d’un temps passé que tu ignorais, alors collant un sourire aux prunelles et l’interrogation aux lèvres. Il lui arrivait quoi au poussinet ? T’allais être jalouse de son verre de jus de citrouille, alors que toi t’avais croqué un bonbon qui techniquement aurait dû te rendre aussi bavarde. Mais il décidait de te faire valser un peu le poète en herbe, alors tu gardais le silence, amusée, suivant les pas qu’il imposait pour une fois.

Et v’la qu’il te parlait d’étoile, que tu cherchais en levant le nez, ne voyant que des bougies, attirant des petits papillons éphémères. Ils venaient se bruler les ailes pour finir en poussière qui s’évanouissait dans le faux plafond de la salle. C’était mignon, mais les étoiles étaient restées sur scène collant à l’Askin dans l’espoir de briller dans son aura. Elles étaient jalouses ces pestes, toujours, tout le temps, alors qu’elles ne savaient pas danser, il fallait leur apprendre, leur montrer. Et à lui, là, l’en informer. Tu te hissais sur la pointe des pieds, marquant une pose, la main appuyée sur son épaule, le souffle dans la nuque glissant juste quelques mots.

- Nan, les astres de nuits ne méritent pas le moindre regard, ils ne savent que devenir vertes d’envie et rouge de honte car ils ne restent que spectateurs d’une vie qui est la leur. C’pas nous qui devons pétiller devant leur présence, on a pas b’soin d’eux, c’est eux qui ont b’soin de nous ! S’pas pour rien qu’ils ne scintillent plus à mon poignet

Car les étoiles filaient, glissaient, tombaient et s’écrasaient en millier de petite gouttelettes rouges sur le bitume. Elles n’avaient d’existence que celle qu’on voulait leur donner. Et se paraient de fragilité et éphémère, comme de simple papillon de nuit, ce n’était pas elles qu’il fallait regarder.

-Puis y’a pas de Marie, mais bien une Lynn. Pas d’ange sauf s’il peut être déchu, car les terres oniriques n’ont de consistance quand nous n’en avons plus, ou quand la Conscience laisse place à l’inconscience qui s’éveille au détour d’un hasard

Ou de toute autre chose bien plus craquant dans la bouche. De nouveau face à lui, une main dans la sienne, le hochement de méches de blonde attendait qu'il poursuive les pas de danse pour une fois qu'ils étaient léger et baigné d'insouciance enfantine.
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Turner
avatar
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Ethan Turner, Ven 13 Juil 2018 - 15:18


♬♬

Alors que ta cavalière s'était retrouvée perdue dans une océan de sensualité se dégageant de l'enfant des serpents, tu t'étais, toi, perdu dans son visage émerveillée. Vos pas s'étaient ensuite fait légers, alors qu'elle te replonger dans la lumière, reportant ses phares sur toi. Tu t'abreuvais à ces paroles tel un enfant découvrant le monde ésotérique. Les étoiles... avaient besoin de vous, vos deviez briller pour elle, les rendre jalouses.

-Elles seront jalouses, tomberont des cieux pour nous regarder virevolter tel des flocons tournant et se retournant sous les vents d'orient. Danse, suis mes pas, et nous brillerons ensemble, plus que le soleil n'a jamais brillé.


Une nouvelle réponse n'avait pas tardé, confirmant son surnom, ou une partie de ce dernier. Elle insistait pourtant sur le fait qu'elle n'était pas un ange, alors qu'elle en avait pourtant le corps, et le halo. Elle vibrait en unisson avec la lumière de cieux, et se disait déchue. Arriverais-tu, à la voir sous sa forme complète, celle d'un ange pur et accepté des dieux célestes? Tu étais prêt à essayer, même s'il s'agissait de la dernière chose que ton regard verrait. Si tu croisais les opales d'un envoyé des plus grandes puissances, alors ta vie aurait eu un sens.

-Je veux bien Lynn dénué de marie, laisser place à l'inconscience ce soir, en ta compagnie, jusqu'à ce que les flots de la vie nous bercent dans l'oubli.

Tout cela avait un sens pour toi, un sens tellement profond qu'une chaleur s'éveillait au creux de ta poitrine. Une chaleur si intense, que tu avais retiré ton veston, là, sur la piste de danse. Que faire de cet accessoire qui devenait gênant? Sortant une brindille de bois de ta poche de pentalon, tu avais lancé la pièce d'étoffe en direction d'un coin de la salle, d'un doigté qui te semblait si gracieux, tout en pointant ta baguette vers le vêtement en question, et lui jetant un #Repulso dit calmement. Le veston s'était retrouvé projeté contre un des murs, avant de choir sur le sol, ne gênant plus personne, mais surtout, ne te gênant plus toi. De ton haut, il ne restait maintenant plus qu'une cravate desserrée, et une chemise décolletée.

Te sentant plus léger que l'air, tu avais repris la main de ta compagne, qui semblait toujours afficher cet émerveillement si caractéristique. Était-ce toi qui la voyais sous un nouveau jour? Probable, très probable même. Tout était nouveau, tu ne connaissais plus personne, pas de cette manière, pas avec autant d'intensité venant d'eux, ou de toi. Qu'avais-tu fait, ces dernières années, à l'exception de regarder les mêmes écrits ternis par le temps? Alors que sous tes yeux se cachait depuis tout ce temps un monde aux couleurs pastel qui ne demandaient qu'à être exploré.

-Reprenons, très chère Lynn. Dansons jusqu'à ce que le rêve se termine, jusqu'à ce que l'aube se lève sur nos vies, et que nous allions retrouvée morphée, celui qui saura nous éveiller.

Tu ne lui laissais pas le choix, à ta cavalière, même si le plaisir de la danse semblait partagé. Te soucier des autres qui regardaient? Tu ne connaissais pas cette sensation, elle s'était perdu dans l'abysse qu'avait laissé ton éveil des sens. Prenant ses deux mains dans les tiennes, tu jouais de la Lynn tel un musicien jouait de son instrument. Elle était ton instrument, tu étais le sien, vous étiez destiné à briller d'un avenir radieux, celui de cette soirée. Tes chaussures n'avaient visiblement pas été choisis pour la danse, et tes pieds commençaient à souffrir, mais tu continuais, ne te souciant que de leurs prochains mouvements, et de celui de ta partenaire.

La musique était celle de vous pas sur le sol, tel un spectacle de claquette bien plus agréable à regarder. Tu n'avais aucune idée de ce que tu dansais en cet instant, te laissant emporter par l'inspiration du moment. Tu avais pourtant l'intime conviction qu'il s'agissait de la plus belle danse qu'il t'avait été donner d'accomplir, alors qu'habituellement tu n'appréciais pas ce genre d'activité. Ce soir par contre, tu y trouvais la félicité et la joie de l'épanouissement, puisque tu étais persuadé de créer quelque chose de beau, qui durerait pendant des millénaires, telle la lumière des étoiles, qui brille même après leur mort.

-Dis-moi, Lynn, avais-tu commencé alors que tes doigts tiraient les ficelle de la demoiselle, l'animant dans une explosion de pétales d'or et et de vin écarlate. Pourquoi portes-tu ces chaînes qui t'empêchent de voler, plus haut que le soleil, sans pour autant te perdre dans la voûte céleste? Ce soir, volons ensemble.

Tous les évènements de ces derniers jours composaient trop d'interrogations pour toi. Un phare ne devrait pas s'empêcher de briller, et tu voulais alimenter la lumière qu'il renvoyait, alimenter le feu qui brûlait. Pourquoi ne pas faire de cette soirée, un moment de liberté, à reprendre demain, puis le jour suivant. Il était toujours plus difficile de se lever, que de ne plus tomber, et jamais tu n'avais été aussi léger.
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Elhiya Ellis, Ven 13 Juil 2018 - 17:11


LA Lully

Ho bah il avait trouvé comment parler maintenant ton cavalier. Chose rare. A moins qu’en fait tu n’aies jamais pris le temps de l’écouter. Chose possible également. Enfin là, il suivait le mouvement, enfin les palabres, dessinant sur tes lèvres un sourire amusé un peu figé. Discussion sur les astres et sous peu psychologie de comptoir sans avoir fait pilier de bar. C’était plus de la progression, mais un bon dans l’évolution du gaspillage de salive sans avoir rien à se mettre dans le gosier. T’aurais pas été contre un jus de non citrouille, mais apparemment, c’était loupé car là il te parlait de flocon. Le seul que tu connaissais, tu le cherchais brièvement des yeux, écoutant, sans vraiment entendre, le planning de la soirée de l’aiglon.

Faire pâlir le soleil.. oui, non, peut-être, et c’était pas en retirant sa veste que ça fonctionnerait car pour tout dire « J’aime pas l’soleil ça pique les yeux ! ». Fine observation, alors que tu pouvais tout simplement soulever qu’il faisait déjà noir dehors et que l’astre de jour, à moins de s’agiter au bout de ta baguette avec le sort adéquate, était déjà parti conter fleurette vers d’autres contrées inconnues. Mais non, bien sûr que non, tu plissais les yeux, comme si un rayon tachait de t’éblouir alors que ce n’était qu’un reflet sur la barre de pole dance d’Élius à qui tu serais bien allée glisser quelque mots, sauf que tu avais déjà oublié lesquels.

Joie de la fuite des pensées et de conscience qui pour une fois n’avait même pas cherché à communiquer. Elle était éblouie de son côté par l’envol de quelques bruissement d’ailes fines et colorées, accrochées au plafond enflammé. Des lucioles taquines offertes par la course des rétines qui ne suivaient plus trop dans un léger tournoyement que ton maitre de navire te faisait effectuer. Ca commençait à vriller, doucement, sous les cils dorés. Un peu plus de couleurs, car c’était mieux comme ça
Un peu plus d’oubli comme il venait de le dire. Que ça berçait ou que ça asphyxiait, il n’y avait plus trop d’importance après tout,  tant que le but final se pointait. Et à en juger par la bride d’étourdissement gagnée, en te forçant à accrocher du regard les prunelles de ton interlocuteur, tu jugeais que la route atteignait son but.

Et alors là, tu voudras dessiner,
De la pulpe de tes doigts,
Des soleils mourants
Dans un bain d’arc-en-ciel
Pour les faire renaitre, multicolores
Et Innocents

Alors t’avais pouffé, à l’idée, au prénom, à l’offre de croiser Morphée, car lui, contrairement à d’autres, boudait un peu tes nuits. Vilain garçon, capricieux qui ne savait pas ce qu’il perdait. Sous les draps, tu faisais des châteaux forts, juste besoin d’une baguette et d’un paquet de cookie. Mais l’apollon grec devait excecrer les sucreries, car il ne prenait jamais le temps de te rendre visite, ou à défaut, t’envoyer son père, Hypno. Pas étonnant après que tu lui préférais le Roi d'Ithaque. Lui au moins, il aimait tes petits gâteaux, même s’il était pas là ce soir. La langue avait donc claqué de réprobation à l’évocation de celui qui fournissait soit disant les songes, et la verve ne se faisait pas attendre non plus. « Comptes pas sur lui, il est en grève, il a un syndicat trop puissant, même un impero n’y ferait rien !  Néanmoins, il semblerait que je doive être Souris dans ce rematch, alors… j’te suis » T’avais pas oublié. Même si tu mourrais d’envie de virevolter du coté de Lully, d’effleurer ses doigts et la faire tourner, une ou deux secondes sur elle-même, pour gonfler sa robe et ses joues dans un rire cristallin enfantin.

Mais il semblait que c’était d’une observation de ta manucure qu’il était soudainement question. Elevant le sourcil dubitatif et les commissures des lèvres qui se marraient silencieusement, tu cherchais ce qu’il voyait sur le bout de tes ongles que tu ne percevais pas pour le moment.  Il parlait comme Ambre, voyait des chaines que tu n’avais pas, n’avait plus, les ayant posées dans un coin de vestiaires, ou du moins dans les toilettes plus d’un quart d’heure auparavant. Mais lui, il les voyait toujours, alors tu cherchais, circonspecte, reprenant la liberté de tes mains, de tes doigts que tu tournais et retournais gracieusement, souriant à ces toujours même lucioles qui suivaient le miroitement de ton vernis doré. Car l’or du bout des doigts s’enfuyait à son tour, perlant en trainés légères que tu contemplais  à chacun de tes mouvements.

« Nan…. Je n’ai pas d’ailes de cire. Encore moins de paternel pour me dire de ne pas caresser la lumière…. De toute façon, elle n’est que contre-façon… Tout le temps.. Toujours..  Icare n’était qu’un idiot, qui ne savait pas vers quoi tourner les yeux, c’est tout !  Il aurait dû apprendre à façonner les nuages pour se poser dessus et observer, discrètement, la lueur qu’il aimait tant… Et puis pourquoi voler, quand il suffit de se laisser porter …?

Pas de référence au double deux, malgré la possible similitude des propos. Ça t’avait effleuré l’esprit, t’avais eu l’image imposée d’un parapluie magique sur laquelle des gouttelettes de pluies sautillaient. Tu voulais faire pareil : te moquer des barrières réelles et glisser dessus pour  continuer ton chemin. Un sourire de plus, espiègle, ce coup-ci, car s’il était question ne plus se soucier de ce qui était, tu pouvais bien sautiller dans la grande salle, sur des coussins de légèretés, à la recherche d’une angelotte de lumière abandonnée par sa cavalière.

-  Y’en a une autre par contre qui sait voler en fait

Pause sur la danse étourdissante,  le brun dans ton sillage, tu glissais gracieusement –enfin pour toi- vers la blonde dépourvue d’auréole. Une hérésie que ce manque d’accessoire, mais  tu collais un bisou sur sa joue.

– Une danse demoiselle?

Main libre tendue à son attention, à défaut d’une pâquerette pour le message discret des fleurs.


Dernière édition par Elhiya Ellis le Sam 14 Juil 2018 - 20:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Invité, Ven 13 Juil 2018 - 17:45


L.A. Femelle


Cligner des yeux, face au langage châtié de son ami, l’air sincèrement surpris. Presque un « - Langage, jeune homme », qui s’échappe, dans un souffle estomaqué façon coup de poing. Celui de la réalisation. Ou de la panique, quand il commence à se faire un peu plus clairvoyant en fonction des mimiques faciales de son ami. « - Mais… » Ou, non, il n’a pas très bien compris, et le regarde s’en aller avec un déchirement, l’air peut-être un peu plus perdu qu’avant car là, il est abandonné. « - Mais, Lïnwe, je ne peux pas ! »
Il semblait paniqué, brusquement.
Et le fait que le décor change n’aidait en rien sa nature inquiète. Où était son philtre de paix quand il en avait besoin ?

Les jointures sous les dentelles qui blanchissent, crispées sur le verre alors que derrière les lunettes à verres teintés, les pupilles s’écarquillent. La figure est tendue, surprise, interdite. Ne sait trop comment réagir. Reste pétrifiée d’observation.

Lascivité d’un corps juvénile.
Opposition transversale du métal. Matière contre matière. L pulpe avide qui appelle. De l’essence en odeur qui s’étirent et s’égouttent. Entre les paumes et le ciselage du torse. Quelque chose dans la courbe et l’agitation.
Dérangeant.
Un rejet dans les tripes tandis que l’on agrippe, façon bouée de sauvetage, le premier poignet à disposition. Que l’on serre dans une poigne aride de ce métal servant de jonction dans des limites qui ne sont plus soumis à la gravité, simplement au spectacle et à l’extase. Il y a quelque chose de dérangeant et d’effrayant, d’hors-de-ça que l’on n’arrive pas à nommer alors on s’accroche à cette bouée de poignet.
La figure est tendue l’autre d’une souplesse de danse. Entraînements, perfectionnement, l’on admire la justesse des gestes, la précision, l’effort physique. Etre consumé et emporté dans une pointe d’admiration certaine, alors que le dégoût inquisiteur se fait plus fort, s’évapore en mots amers et horrifiés, chuchotés au poignet servant de renfort.

« - Mais… Ce n’est qu’un enfant. Pourquoi, indécence, aussi. Quelque chose comme ça, c’est bon pour l’Occamy, pas Poudlard. Pourquoi. »

Incompréhension en gifle glacée quand, lorsqu’il relâche sa poigne, il y découvre le visage de Lizzie, là, tout proche.
Et son dégoût essentiel prodigué par ces effluves impudentes n’auraient pu autant faire rouiller sa pudeur qu’en présence de sa rivale.

Ciel, pourquoi m’as-tu abandonné ?
Revenir en haut Aller en bas
Ethan Turner
avatar
Modération RPGSerdaigle
Modération RPG
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Ethan Turner, Sam 14 Juil 2018 - 17:14


L.A. d'Aysha
♬♬

Elle rejetait tes dires, sur l'astre de lumière qui éclairait vos jours, sur les dieux des cieux, même Icare devait idiot sous sa langue serpentine. Tu écoutais avec avidité ce que ta danseuse aurait accompli dans pareille situation; façonner les nuages pour se poser dessus et observer la lueur... oui. Tu voulais, toi aussi, essayer l'expérience. Les nuages, cette barbe-à-papa stellaire, aujourd'hui tu te sentais les mains assez agile, les gras assez longs, pour les atteindre, et les façonner à ton image. Non, à l'image d'une maison, surplombé d'un trône, le tien, pour observer les lueurs de la vie.

Levant les yeux vers les cieux, tu n'apercevais malheureusement aucune masse moelleuse voler sous le couvert de la nuit. Les cieux n'avaient aucunement envie de pleurer sur cette soirée, ils voulaient vous voir voler, pensée qui t'aurait normalement fait sourire, si ton coeur ne se serait pas amouraché de l'idée de voir volé un mastodonte des cieux. Une moue déçue s'était dessiné sur ton visage, alors que tu reportais ton attention sur la porteuse d'une robe alcoolisée, qui commençait à sautiller sur le plancher de danse. Les cumulus quittant très rapidement son esprit, tu avais suivi la jeune femme, sautillant avec entrain dans son sillage. Pourquoi cette méthode de déplacement? Quelle importance! Il n'y avait qu'à se laisser bercer par l'arc-en-ciel et profiter de la soirée.

Vous vous étiez retrouvé devant une demoiselle que Lynn semblait ardemment désirer voire prendre son envol. La créature ailée était belle, vêtue d'une tapisserie qui rappelait les verts pâturages qui bordaient ta ville natale, tu pouvais voir l'odeur d'herbe fraichement coupé émaner d'elle, tu avais envie de faire un barbecue, là, au milieu de la grande salle. Ce n'était qu'en regardant de plus près que tu t'étais rendu compte que la cascade d'or liquide s'écoulant devant toi appartenait à nul autre que Lorelaï Peony, une amie qui avait précisément des difficultés à prendre son envol. Tu te devais de prévenir ta partenaire de claquettes, afin qu'elle prenne ses précautions lors du décollage, pour ne pas effrayer la libellule.

Alors que la navigatrice annonçait son intention d'introduire ta camarade de maison à votre petit jeu, tu énonçais finalement ta mise en garde :

-Prend soin d'elle comme l'obscurité prenait soin de toi, sous la table du parc. Elle est fragile des ailes!

Agrémentant la finalité de ces paroles d'une salutation bien basse, retirant ta coiffe imaginaire dans ce même mouvement, tu avais fini par te retourner, scrutant le reste de l'assemblée à la recherche d'une hirondelle qui n'avait aucune difficulté à profiter des courants ascendants. Aysha, elle était là, ta partenaire de balai, bientôt de ballet. La demoiselle avait une partenaire, que tu devrais amadouer, l'instant d'un vol plané, afin de te saisir de l'objet convoité.

-Patientez quelques enjambés, et nous pourrons tous nous retrouver, afin de faire jaillir les lueurs de cette musique qui sera nôtre. Avais-tu dis au nouveau couple de la soirée, avant de te diriger, toujours sautillant, vers la reine des poursuiveuses, celle à qui vous deviez très certainement votre dernier ballet victorieux.

Arrivé à la hauteur de la directrice de ta maison, tu avais accompli une nouvelle pirouette afin de te mettre en valeur, mais principalement de la séduire. Une danse nuptiale était bien plus de mise qu'une simple pirouette, mais l'horloge pleurait les sables du temps, et tu ne voulais en rien contribuer à sa tristesse.

-Je vous détrousse, chère directrice, et qu'on m'enlève des saphirs pour cet affront, je vous les rendrai au centuple.

Puis, ton attention avait glissé vers celle à qui tu n'avais malheureusement aucun souafle à passer cette fois, seulement une main, glissé devant elle, en guise d'offre demandante.

-Voulez-vous bien m'accompagner, miss Brayd, sur ce plancher qui ne demande qu'à être gracieusement martelé?

Tu avais eu ta réponse alors que ta main saisissait celle de la poursuiveuse au vol, et tel un vif d'or vous vous envoliez, guidés par tes soins, en direction de ton ancienne cavalière et sa proie du moment. En cours de route, tu avais perdu toute capacité à contenir ton envie de faire virevolter ton nouveau pantin, et c'est, avec la grace dont tu disposais, que tu avais entamé une nouvelle danse avec la préfète de ta maison, guidant toujours vos pas un peu plus en direction des terres promises, là où tu avais donné rendez-vous avec l'apprentie voleuse et sa maîtresse.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Lizzie Bennet, Sam 14 Juil 2018 - 18:55


A peine m’étais-je éloignée de Cara qu’un jet de lumière s’abattit sur moi : et bim, mes pieds s’enflammaient d’une envie de danser, tressautant dans tous les sens et rendant mon avancée vers les Serdaigle bien laborieuse, pour ne pas dire ridicule et inefficace.

J’dirais bien que c’était l’effet de Elius et sa barre, mais clairement, non en fait. Informulant un #Finite incantatem, je me délivrais du maléfice. Sans doute une punition de la professeure d’enchantements qui ne pouvait pas s’empêcher de faire une scène…

Refusant de lui donner le plaisir d’une nouvelle altercation, j’allais fuir vers la boisson quand une voix m’arrêta. Reconnaissable entre mille, surtout pour quelqu’un qui l’appréciait aussi peu que moi. Parce que bon, vous savez ce qu’on dit, pour haïr, il faut d’abord prêter attention, et je lui en avais donné beaucoup beaucoup à ce foutu lardon.

« - Mais… Ce n’est qu’un enfant. Pourquoi, indécence, aussi. Quelque chose comme ça, c’est bon pour l’Occamy, pas Poudlard. Pourquoi. » Je ricanais. Pour un féru d'opéra, il n'était pas très branché esthétique artistique, en fait.
— Ce n’est pas une question d’indécence mais de liberté. On dirait un oiseau… ou alors, l'évadé du Nevada.

Un air de bohème frémissait dans Poudlard, et j'en étais toute émue, même si le bouleversement de mon collègue était inversement symétrique.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Elhiya Ellis, Sam 14 Juil 2018 - 20:42


Obscurité ? Quelle obscurité? Trop de lumière, de bougies, d'étoffes colorées dans cette pièce pour ne serait-ce qu' espérer les ténèbres d'une table en pierre. Pourtant il y'en avait bien ici, des tables, couvertes de mets aux futurs maux d'estomac et aux jus de fruits sans pépin, et sans pulpe non plus d'aileurs. Trop de choses lisses et bien rangées dans un coin. Même Lizzie ne dansait plus, redevenant image responsable de l'adulte qui maternait, bien qu'elle fut non loin du grand Lïnwe et non de l'enfant aux boursoufflets. Étonnant de voir tant de gens aussi calmes. L'histoire des gradins était peut-être encore dans les esprits, mais plus dans le tien. Pas plus que la mise en garde du James de nuit. T'aurais bien consolidé une paire d'ailes fragilisée, mais t'avais pas pensé à prendre du scotch ou des pansements sur toi. Juste ta baguette, en office de cure-dents possible. Pas très optimal pour le bricolage de plumes de dernière minute.

Cependant, t'avais acquiescé d'un signe de tête. Pour pas le vexer. Pour une fois que ce qui sortait de sa bouche était comprehensible, il ne fallait pas réfréner sa motivation. Puis lui, il se comprenait. C'était l'essentiel. Du coup un sourire pour l'encourager à faire tu ne savais trop quoi, et les mirettes qui le suivaient, malgré  tout, de peur de louper une partie du divertissement. V'la qu'il sautillait, des restes de son étreinte avec le raton-laveur du parc, très certainement, pour faire des ronds de jambes à deux serdaigles : la directrice -il visait haut- et Aysha -pas très sensible à la gente masculine de ce que tu avais vu-. Du bleu pour la facilité de l'abordage, un froncement de sourcil sur ce manque de prise de risque, pourtant, dans le filet la moitié de ta Luna s'était laissée capturer. Surprenant. Les palabres poétiques avaient au final une utilité ? Toi, tu leur préférais ta paquerette imaginaire, quoi que le voleur d'aiglonne puisse en dire.

En parlant de fleur, il y'avait celle dont t'attendais la réponse qui n'avait pas recue celle qui lui était destinée. La baguette sortie de son écrin carmin, tu récupérais une de tes épingle à cheveux que tu changeais en pétales légers et blancs, le pourtour rosé te frapait plus que leur coeur d'or. Une petite seconde à contempler la petite métamorphose avant de la tendre avec délicatesse à la Lully des aquariums. Elle n'etait plus trempée et pourtant des perles de diamants s'accrochaient à  ses cheveux de la même façon. Encore plus étonnant, hypnotysant presque. Les paillettes de la danse de l'enfant roi avaient dû se graver trop profondément pour mirroiter ainsi un peu partout. Sur le sol, usuellement terne, dans les opales de la demoiselle au ruban toujours pas recuperé, et dans le sourire trop éclatant de l'Ethan qui semblait avoir adopté ses attitudes de serial shoopeur Londonien. Il revenait vers vous d'ailleurs, trop ravi pour être honnête. Ou l'inverse, trop ravi pour garder l'image coincé qu'il s'efforçait à garder en semaine. Un vilain mensonge ça aussi, qui éclatait toujours un peu plus à chaque soirs partagés. Ça t'avais fait pouffer un petit peu. C'était quoi ses mots de derrière la tenture? Montre-moi ou une bêtise du genre. En attendant tu montrais pas, tu regardais, tout aussi amusée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Animation] Gala de fin d'année

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 9

 [Animation] Gala de fin d'année

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Grande Salle-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.