AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais
Page 1 sur 3
En Salle Principale
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


En Salle Principale

Message par : Kohane W. Underlinden, Lun 3 Sep 2018 - 18:26


En entrant dans le bar, vous tomberez forcément, et en premier, sur cette salle. Elle est le nerf de tout Les Trois Balais, son centre névralgique, son coeur, son âme. A partir de là, vous pouvez vous rendre dans n'importe quelle pièce.
La première impression donnée est celle d'un bar rustique, aux allures un peu vintage. Sur les murs en bois, des cadres montrent des photos des 3B, dans des temps reculés, mais également des portraits des ancien.ne.s combattant.e.s, autrement dit, les ex petites mains qui ont fait tourner le bar pendant un temps avant de partir vers de nouveaux horizons. Ainsi, vous y retrouverez Shae, ancien.ne propriétaire, ainsi qu’Aza et Alice. Ne vous en faites pas pour le droit d’image, nous avons eu l’accord de chacun.e d’eux.
Des tables et chaises en bois, tout ce qu’il y a de plus simple, sont disposées un peu partout. Des nappes aux couleurs unies vous empêcheront de faire des tâches sur ce si joli bois.
Du seuil de la salle principale, vous verrez, face à vous, le bar et son espace magasin, ainsi qu’un escalier, au fond, menant à la mezzanine. Une autre porte, sur le fond gauche, mène à la terrasse-potager.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Andrew Cobredy
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: En Salle Principale

Message par : Andrew Cobredy, Dim 9 Sep 2018 - 16:19


Début du RP dans les limbes des Archives
#auraisdurepondreplusvite
PV
Arty


Ce curieux sourire qui m'avait tant plu
Sa voix si fatale, son beau visage pâle
M'émurent plus que jamais.


Le tourbillon de la vie s’était emparé d’Andrew, adrénaline et alcool accentuant la perte d’inhibition dans son corps et accélérant la cadence et le tournis dans sa boîte crânienne. Comme un chaton effarouché, il observait l’Auror, qui serait bientôt sa souris - certaines auraient dit bélier, mais ça colle beaucoup moins bien. On parlait souvent de voir avec les yeux de l’amour, mais voir avec les yeux de l’alcool avait aussi du bon, et embellissait tout autant sinon plus. Convaincu par cette explication, Andrew entreprit de vider un peu plus son deuxième verre. Satisfait et à l’aise, il se laissa retomber sur sa chaise dans un soupir, tandis qu’Arty l’invitait de ces quelques mots.

- Prouve-le.

Comme un défi. Il n’allait pas être déçu. Les fioles et les verres accumulés bouillonnaient dans le ventre du jeune Serpentard et ne demandait qu’à pouvoir s’exprimer pleinement. Rapide regard autour de lui pour vérifier qu’aucun.e serveur.se ne regardait en sa direction, et action. Bondissant presque de sa chaise, le voila qui approchait à nouveau son visage de celui du blaireau, qui plaçait judicieusement sa main, et qui l’embrassait aussi loin que la prise de libre arbitre lui permettait - parce que même alcoolisé, il n’aimait pas trop se prendre des edits. Retour sur sa chaise, avec un peu de chance il ne fallait y voir que les prémisses d’un feu d’artifice en préparation. Lui en tous cas, trépignait d’impatience même s’il tentait de le cacher, avec difficulté.

« - Satisfait, je recommence, ou il t’en faut plus ? »

Et encore une fois, éluder les propositions qui n’iraient pas dans son sens. Dans les starting blocks, Andrew attendait le moindre signal. Idéalement, Arty serait celui à faire le prochain pas, mais le Serpentard restait prêt, à l’affût.
Revenir en haut Aller en bas
Tara Gambon
avatar
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: En Salle Principale

Message par : Tara Gambon, Dim 16 Sep 2018 - 18:47


RP avec le serveur/la serveuse qui voudra bien ^^

La sorcière entra dans l'établissement presque à contre cœur. Ce n'était pas le genre d'ambiance qu'elle aimait, ce lieu rappelait de très mauvais souvenir à la vieille dame. Mais c'était aussi un peu pour ça qu'elle était là. La sagesse venait avec l'âge parait-il et justement Tara avait besoin de combattre ses démons. Ceux qu'elle avait caché sous le tapis jadis. Ceux qu'il était temps de faire disparaître définitivement.

La vieille se trouva donc une table confortable, là où elle pouvait voir une bonne partie de la salle. Le comptoir et la porte, c'était pas trop mal pour commencer. Puis en se dandinant sur sa chaise pour trouver une position confortable à son dos, Tara attrapa la carte de l'établissement. Obligée de jouer avec ses lunettes lunettes, elle eu quelques difficultés, mais rien d'imputable à l'établissement. A moins de porter plainte pour police d'écriture trop petite ?

L'idée fit sourire la vieille femme contrairement à l'idée de manger un repas à base de sang ou de dragon. Elle devait s'être attachée malgré elle à ces créatures. Alors elle reposa la carte et se lança dans une analyse plus ou moins précise des lieux. Des gens. Des employés. La rumeur disait que c'était Kohane qui avait hérité de l'établissement.
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: En Salle Principale

Message par : Arty Wildsmith, Lun 17 Sep 2018 - 17:50


Avec Andrew. LA piqué & accordé si jamais.


Les bisous, Arty en manquait. Depuis des jours – ou des semaines, des mois selon la chronologie rpgique de mise. Mais alors que les lèvres d’Andrew l’avaient doucement tamponné, il regretta immédiatement le jeu qu’il avait provoquait, le défi qu’il avait lancé, galvanisé par le flux sanguin rapidement alcoolisé. Parce qu’il ne se passa rien, du tout vide intérieur même pas remué, à peine flatté-amusé par ce contact humide privilégié. Non, il aurait pu très bien hausser les épaules et tourner les talons, mine de rien. Pourtant il ne bouge pas, n’ébranle même pas ses prunelles claires toutes entières focalisées sur les images qui s’emboutissaient, s’accumulaient sur son front violemment percuté. Souvenirs des lointains derniers baisers que le gamin avait déposés. A ces seules pensées, d’un Élius embrassé, enlacé, harponné, son estomac s’ébroue, lui dont l’antre n’avait pas sourcillé à l’approche sans équivoque du Cobredy. Vraiment, curieux comment fonctionnait la sensorialité. Il sourit légèrement, baisse les yeux, perplexe.
Pourtant il devait bien tenter d’y échapper, ne pas ressasser, essayer quelque chose comme avancer. L’idée le fait déglutir difficilement, trop sèchement, il engloutit subitement le reste de son verre. Le reposer brutalement sur la table fait l’effet d’une détente pressée. Comme un fourmillement épidermique qu’il n’arrive pas à se débarrasser, alors qu’il devrait. Il y avait trop d’Élius sur lui, partout, des couches des couches et des couches qu’il s’agissait de déchirer.

Alors il s’avance, armé de la détermination à exorciser les reliquats de l’Amoureux. Il prend appui, sinueusement, sur les cuisses d’Andrew, avant de s’y asseoir sans retenue. Sa bouche tordue d’un cafouillis émotionnel s’approche de l’oreille du Vert & Argent, y chuchote un plus, toujours plus. Qu’il réclamait, et si le Serpentard pouvait lui arracher à coups de langue et de dents les maigres fragments restant d’une passion précédente, stupidement rejetée, il applaudirait, s’emporterait davantage. Ainsi, ce simple baiser badinement déposé avait tout de même déclenché la ruée Artyesque. Alors autant s'appliquer, ses lèvres, à tâtons - absolument pas accompagnées par les yeux fermés, éperdument perdus dans les méandres des souvenirs - se mettent à parcourir l'infériorité de la mâchoire d'Andrew, avant de rejoindre leurs acolytes. Embrasser de nouveau, éloigner toute idée de jeu, tandis que les doigts serrent fortement le dossier de la chaise du garçon, c'est que le dépeçage de l'épaisseur amoureuse - d'une opacité incroyablement impénétrable - est douloureux.
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: En Salle Principale

Message par : Lïnwe Felagünd, Lun 17 Sep 2018 - 22:48


COMMANDE TARA GAMBON
— staff 3B —

Accoutré lascivement sur le bar, il était là à regarder les clients demander à boire. Lïnwe se laissait bercer par le côté flottant et statique du lieu. Une odeur de bière brune et de liqueur sur la gauche. Ici, le bois verni récemment pour redorer l'auberge des Trois Balais. À deux, puis rejoints à quatre, ils avaient donné du mal pour tout ça. La Renaissance esthétique et psychique — ça aidait à se consoler. Kohane et lui, ils avaient mis du temps à se remettre des départs importants. De gros bouleversements dans leur vie respective alors ils se serraient les coudes mutuellement et elle acceptait même, à titre exceptionnel, qu'il continue ses petites affaires avec les clients.

C'était aussi une manière de dire qu'ils étaient bien là, toujours fidèles à leur propre manière de pensée. Il faut se savoir ancré dans le temps et c'est ce qu'ils avaient réussi à accomplir, à leur échelle locale. Comme à cet instant, ça lui arrivait de sourire délicatement sans s'en rendre compte. Tout ça, c'était lui. Une part de lui, de son âme, de son sang, de sa sueur. Tout ça, c'était lui. Un reflet miroir, vitrine de son passage narco-dépressif. Maintenant, il essayait de s'attacher à la mondanité artificielle - et ça aidait pas mal son taf de serveur. Le relationnel, tout ça.

Le garçon était en pleine contemplation devant le portrait d'Azaël sur le mur d'en face, occupé à faire des gestes obscènes aux foules qui passaient devant lui, quand une vieille femme fit son apparition. Une vieille femme du genre... du genre mère noël quoi, rien de bien joyeux à ses yeux. Ce n'était pas tant les cheveux blancs qui le rendaient si nerveux. C'étaient plutôt ces rides... cette peau teintée de gris, les doigts probablement décharnés et son dos qui tombe en lambeau. — Gémir sur le Temps.

- Bonjour et bienvenue aux Trois Balais. Il ne semblait guère l'avoir déjà croisée par ici.
Que désirez-vous ? torchon dans la main droite, qui soutient un plateau vide comme son cœur.



Dernière édition par Lïnwe Felagünd le Dim 23 Sep 2018 - 16:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: En Salle Principale

Message par : Ellana Lyan, Sam 22 Sep 2018 - 7:13


Est-il encore temps pour des retrouvailles ?
Pv Ma Kohane
Univers

Je débarques avec elle comme si c'était la chose la plus naturelle du monde. Est-ce une bonne idée ? À peine sortie de la maternité, les yeux fatigués, le corps endoloris et ma princesse entre les bras, je marche. Les rues de cette ville m'ont manqué. Oui, c'est ici ma vie, c'est ici que je veux la voir grandir.
Lui apprendre a guérir.

Kohane. Une absence totale de six mois où je n'ai eu que mes pensées pour lui parler et mes souvenirs pour le laisser envahir de nostalgie. Souvent beaucoup de regret. À la fois d'avoir trahis Kalsi sous ses baisers comme de ne pas avoir pu vivre ce que j'aurais aimé avec elle.
C'est qu'elle fut rapidement mariée.
Je n'ai pas vu le temps passé, les choses se faire.
Maintenant, mes lèvres sont amères.

Je sais que quelque chose aura changé. Mais ne reste-t-elle pas si important ? Évidemment. J'ai du mal à me comprendre, souvent. Cacher ma grossesse c'était un choix compliqué. Fuir le monde, bien plus encore. Il est vrai que j'ai tant besoin de me montrer, de capter le regard des gens pour me sentir exister.
Oui, de voir leurs yeux briller, leurs mains m'enlacer, leurs cœurs m'aimer.

Et je parait tellement égoïste.
Mais je suis certaines d'avoir un peu grandi.

Je ne sais pas où la trouver, les Trois Balais m'ont semblé une bonne idée. Mais, question piège : comment y aller ? Transplanage, cheminette, magicobus, balais. Impossible pour mon bébé.
Il allait vraiment falloir que je pense à passer mon permis de conduire moldu mais je n'osai par peur de faire mauvais genre.

Un taxis me dépose non loin.
Je suis un peu perdue et je marche tout droit.

Perdue dans ma tête et mon cœur, j'ai l'habitude. Les pas sont compliqués à rediriger.
Dans mes bras, Lali s'est endormie. Elle est sage la petite. Comme une image de potage.
Étais-je un bébé aussi tranquille ?
Comment mes parents adoptifs ont-il pu vouloir un jour lever la main sur un être aussi innocent ?
Mon cœur bat plus rapidement. La peur une nouvelle fois de ne pas être à la hauteur et celle qu'il lui arrive quelque chose que je ne puisse empêcher.

Dans la poche de ma cape émeraude, ma baguette vient de temps en temps taper contre ma cuisse.
Suis-je assez forte pour la protéger ? Pour la défendre dans ce monde remplis de danger ?
Je ne voudrais pas que la moindre petite chose puisse lui arriver. Cette envie intense qui m'emplit en me demandant d'à jamais protéger son corps de la moindre marque.
C'est ça, l’instinct maternel ?

J'arrive dans le petit village. Les rues me sont familières. Quelques élèves sont de sortie, des troisième année découvre l'univers féerique de Prés-au-Lard. Je souris doucement.
Toi aussi ma Lali, tu sera enchantée le jour où on te laissera un peu quitter les portes du château, j'en suis persuadée.

Mes pas m'amènent devant les Trois Balais.
Je respire un grand coup puis pousse la porte.
La chaleur de l'établissement m'enveloppe avec douceur et mon bébé ouvre ses grands yeux.
Je lui souris.

Quelques pas timides dans l'établissement.
Je la cherche du regard. J'ai l'impression de la reconnaître puis... Non.
Alors j'appelle doucement :

Kohane ?
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: En Salle Principale

Message par : Elly Wildsmith, Mar 25 Sep 2018 - 9:57


Par-delà les souvenirs
Marjolie-colonie-de-vacances Lunas

LA Marjojo

Une nouvelle soirée à abattre, sans perdre la vie, sans perdre la face. Une nouvelle soirée de solitude à compenser par … quoi ? La brune l’ignorait. Il fallait qu’elle bouge, qu’elle sorte, qu’elle s’enivre du bonheur des autres, de leurs malheurs aussi. Pour oublier les siens, pour oublier cette vie dont elle ne voulait plus mais qui avait refusé de la quitter. C’est dans un soupir non dissimulé qu’elle poussa la porte de son nouveau repaire, devenu repère au fur et à mesure de ses escapades. Etait-ce la présence rassurante de Kohane qui lui faisait cet effet-là ? Ou le souvenir de cette ancienne silhouette qui l’avait écouté, et sur laquelle elle avait vomis l’ensemble de son estomac ? Elle ignorait le pourquoi, tout ce qu’elle savait, c’est qu’ici, c’était devenu une sorte d’incontournable de ses soirées.

La brune aimait aussi revoir les visages des anciens des Trois Balais, il y avait, dans cet hommage, une sorte de passation, de transmission, d’héritage aussi pour la nouvelle équipe. C’est donc dans un sourire discret que la sorcière accostait à une table, attendant qu’un serveur ne vienne prendre en charge sa commande – et pourquoi pas discuter avec elle si le service le permettait. Sinon, nul doute qu’elle boirait tranquillement, observant les alentours et les clients déjà présents. C’était une sorte de seconde nature depuis son entrée au Ministère. Et cette habitude ne l’avait pas quitté lorsqu’elle était partie du Ministère, non, elle s’était même accrue. Une sorte de méfiance envers l’être humain, envers les sorciers mal intentionnés, envers ceux qui, trop souvent, cachaient leurs sentiments ou intentions derrière des faux-semblants.

Alors elle observait. Des clients prêt à dégueuler le contenu de leur estomac – qui serait-elle pour juger puisqu’elle-même l’avait fait – aux clients plus discrets, plus ténébreux, plus mystérieux. Ceux-là avaient ses faveurs, elle les détaillait, cherchait à savoir leurs intentions, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Parfois même, elle leur imaginait des vies tumultueuses et des épopées formidables. Avant de se rendre à l’évidence, lorsque la lumière venait les éclairer : ce n’était que de quelconques sorciers inintéressants. Elle était perdue à cette contemplation quand une apparition fugace lui fit perdre le fil de ses pensées, et elle accusa un temps de réflexion certain alors qu’elle n’entendait pas ce que la silhouette lui disait.

« Pardon, vous avez dit ? ». Clignement d’yeux pour se réadapter. Et comprendre qui est la jeune femme face à elle, remettre les souvenirs en ordre. Repenser à Kalén, redoutable Kalén, qui avait laissé dans l’âme, dans le cœur, et dans l’esprit de la brune bien plus de souvenirs et de regrets qu’elle ne pourrait jamais savoir. Alors l’esprit se paralyse, les yeux ne rivalisent plus, elle reste juste stoïque face à la jeune Lunas, attendant de savoir quelle phrase lui avait échappé.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: En Salle Principale

Message par : Kohane W. Underlinden, Mar 25 Sep 2018 - 13:22


Pour Ellana ♥

-Non, Hope et Spouik ne seront pas votre porte bougie pendant votre tête à tête romantique. Et non, je ne vous prête pas un de mes stagiaires pour remplacer votre rancard qui vous a mis un lapin.

Surtout qu’il n’y a jamais eu de rancard.
Je pousse un profond soupir alors que le vieux monsieur rouspète, rabâchant l’éternel : le client est roi. Ca fait plusieurs fois qu’il vient poser son séant sur un des fauteuils de mezzanine, persuadé qu’il attend là l’amour de sa vie. Et personne ne s’est jamais pointé pour lui tenir compagnie. Il a déjà fait mille un caprice pour que l’ambiance déjà feutrée et toute tranquille du lieu soit rendue encore plus intimiste, plus romantique, tapant les clichés les plus clichés. Bon, à la limite, jusque là, c’était pas trop grave. Disperser quelques fleurs et pétales de roses sur la table n’est pas un gros sacrifice. Mais quand il a commencé à demander à ce que les grenouilles qu’il trouve absolument adorables viennent tenir les bougies -alors que nous avons de parfait chandelier, disons-le nous!- là, c’était trop. C’est la deuxième fois qu’il vient avec cette demande. Sauf qu’aujourd’hui, il a aussi demandé à avoir la compagnie d’un des stagiaires de l’établissement. Eh, oh, j’fais pas du trafic de mineurs, moi !
Le voilà qui boude, grommelle devant son assiette fumante.
En vrai, il me rend un peu triste, le monsieur. Je ne sais pas pourquoi il se monte de telles histoires ni ce qui le pousse à venir régulièrement attendre dans la mezzanine ce dîner amoureux. Peut-être qu’il est prisonnier de ses souvenirs et que, dans ses jeunes années, c’est dans un établissement semblable aux 3B -voire les 3B- qu’il a rencontré la personne qui a partagé son âme. Que cette personne est morte. Ou est partie. Et qu’il continue de croire qu’il la retrouvera ici.
Ce scénario se tient.
Et, même si je ne l’ai jamais interrogé sur ce fait, j’aime me raconter cette histoire à son propos. J’ai un peu plus d’affection pour lui, bien que, par moments, il me tape sur les nerfs.
J’ai de l’affection pour lui parce que vivre prisonnier des souvenirs, je sais ce que c’est. Et perdre son âme-soeur, je sais ce que ça fait. Alors, si c’est réellement la raison qui le pousse à faire ce manège régulièrement aux 3B, je n’arrive pas non plus à lui en vouloir complètement.

Je lui adresse un petit sourire triste tandis qu’il se résigne et commence à manger. Seul.
Discrètement, je m’éclipse, descend lentement les marches de la mezzanine.
Seul.
Il est seul, le monsieur. Et peut-être triste d’être ainsi. Peut-être trop peu habitué à cette situation. Peut-être qu’il a mal au cœur. D’être seul.
Un jour, je lui poserai la question. Un jour, je lui dirai peut-être que je le comprends. Que je comprends cette pique au fond de l’âme de se retrouver dans un espace soudainement froid et trop grand. Un espace habitué à la chaleur de la présence et qui n’est plus, maintenant, que la glace de l’absence.

Alors que je descends, je crois entendre quelqu’un m’appeler. Peut-être Marjorie ? Elle a peut-être une difficulté quelconque dans une commande.
Sans me presser, je rejoins la salle principale.
Et je m’arrête.
Devant moi, un être, un visage, visage du passé, d’il y a longtemps. Je ne vais pas dire l’avoir oubliée -ce n’est pas vrai, je ne l’ai jamais oubliée. Mais c’est en la voyant, à cet instant, que je réalise que cela faisait un bon moment. Combien de temps, de mois, sans nouvelle ? Pourquoi ne me suis-je pas posé la question avant ?
Sans doute parce que c’était dans nos habitudes : se voir, se quitter, voler, se retrouver. Nous n’étions pas prisonnière l’une de l’autre et nos rencontres étaient sporadiques autant qu’éphémères. Cela nous convenait. Nous ne partagions qu’une mince part de la vie de l’autre -et grande part du cœur. Et n’avions jamais de comptes à nous rendre. C’était bien. Comme ça.
C’est pour ça, que je ne me suis pas inquiétée.
C’est pour ça, que je l’ai laissée aller.

Ellana
Et elle revient subitement, aujourd’hui, plantée dans la salle principale. Je suis persuadée que c’est elle qui a appelé. Pas Marjorie.
Elle est là, elle est venue. Pour moi.
Ca fait
Longtemps,
Si
Longtemps
Et depuis le temps, quand nous étions loin l’une de l’autre, chacune dans nos vies, mon âme s’est brisée contre les récifs. Ce n’est pas sa faute, elle n’a rien à voir dans cette histoire. Mais je suis tellement en miettes qu’à l’instant où je la vois, je me demande
Que reste-t-il, pour elle ?
Idée qui fait frissonner tout le corps. Je reste immobile à la dévisager un instant.
Avant que les yeux ne tombent sur ce qu’elle tient contre elle. Sur la créature qui ne remue pas trop. Silencieuse.
Je finis par m’avancer, la rejoindre, n’ose pas la toucher, n’ose rien faire, en vérité. Seulement

-Salut. Ca fait longtemps.

Quelle banalité. Triste à en pleurer.
Alors qu’autrefois, il y avait mille et une émotions chaque fois que je la voyais. Et les papillons qui nous portaient sur leurs ailes. Le cœur battant.
Je me sens tellement cassée. De partout. Que les émotions fuient par les fissures. Le passé cogne et j’ai du mal à retrouver la douceur et la délicatesse que j’aimais tant chez elle. Que j’aimais tant, entre nous.
Elle était ce tissu de soie qui pansait les plaies.
Elle était cette feuille virevoltante, légère, portée par le vent.
Elle avait la douceur des ailes de papillons, la beauté de la neige la plus pure sur les arbres majestueux.
Elle est sans doute encore tout ça à la fois.
Je n’arrive simplement plus à retenir en mon cœur la tendresse d’autrefois. Comme si cette tendresse pouvait me faire couler. Je suis tellement perdue que je ne sais plus ce que je veux. Je veux des bras pour m’enserrer, me consoler, me réconforter. Et en même temps, j’ai le sentiment que cette tendresse ne me fera que couler davantage, je veux vivre, avoir le sentiment de vivre, aimerais me gifler mais je ne peux pas alors je veux que ce soit les autres qui le fassent, aimerais me perdre dans leur folie violente pour me sentir renaître par les flammes du Chaos, tout est Chaos en moi depuis que la stabilité s’est fait la malle et j’aimerais pouvoir mettre de côté la douceur pour, au contraire, me perdre dans ces ruines, jouer avec, crier au monde, me venger de lui, presque.
Je ne fais rien de tout ça.
Je n’ai rien fait de tout ça.
Je me contente d’avoir mal.
Et de laisser passer le temps. Dans les larmes.

-Et... c’est qui... ? je demande un peu maladroitement en désignant d’un geste discret l’être qu’elle tient contre son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tara Gambon
avatar
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: En Salle Principale

Message par : Tara Gambon, Mar 25 Sep 2018 - 21:39


Lïnwe

C'était presque décevant de venir et de n'avoir rien d'autre à critiquer pour le moment que quelques plats un peu douteux. A force de fuir ce lieu, Tara se rendait compte qu'elle l'avait peut-être diabolisé avec le temps. Ses premières soirées s'étaient faites ici, le reste n'était que le résultat d'un monde en chute libre. Et de quelques élèvements douteux. A travers ses lunettes la sorcière reconnu quelques visages accroché sur les murs, bien heureuse que certains ne travail plus ici.

Comme prise sur le fait, Tara releva vivement la tête vers le serveur qu'elle n'avait pas vu arriver. Il était classe avec sa serviette et son plateau, trop pour qu'elle puisse le faire attendre. D'autant que plus vite il partirait, plus vite elle pourrait retourner à ses observations. Tara repris la carte en main pour tâcher de se remémorer le noms du plat qu'elle avait déjà choisit à sa dernière consultation. Cependant, tandis qu'elle feuillerait rapidement la carte une idée vînt la faire ralentir. Finalement elle pouvait très bien en profiter un peu, de la présence du serveur.

- Vous travaillez ici depuis longtemps ? Elle continua de parcourir les différents menus. J'ai lu quelque chose à propos de l'ancien propriétaire. C'est effrayant de penser qu'on peu disparaître comme ça ! On sait ce qui lui est arrivé finalement ?

La vieille femme s'était penchée un peu vers le jeune homme comme pour lui faire des confidences. Elle avait bien envie d'être curieuse et si cela pouvait aider à retrouver l'un des disparus eh bien tant mieux ! S'il était sage elle était même prête à lui laisser un pourboire, dans l'espoir future que si elle revenait pour lui poser des questions : il lui répondrait. Tara aimait les ragots !
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: En Salle Principale

Message par : Ellana Lyan, Mer 26 Sep 2018 - 20:20





Pour Kohane

Alors oui, nous avions omis de préciser. Kohane n'est pas n'importe qui. Pas juste une amie, une confidente ou un visage un peu gentil. Kohane est un tout. Ce genre de personne qui d'un regard crée à l'âme des remous. Une petit goutte d'eau qui trouble avant de ramener la sérénité. Le calme et la douceur, les longues heures à simplement s'aimer. La douce brise des chaleur d'été. Kohane elle a toujours été là, pas Ellana. Non, la sorcière l'appelle quand elle en a besoin. Bouche-trou ? Aïe, mauvaise interprétation. Parallèles, peut-être, tantôt confondues, tantôt distinctes mais toujours trop loin ou trop fort.

Et ça ne faisait même pas peur. Retrouver Kohane un jour comme celui là, c'était apercevoir le soleil après 6 mois d'obscurité.
Ca faisait un bien fou mais d'abord trop mal au yeux pourtant ça l'ancienne Serpentard ne l'avait pas calculé, non. Elle s'était simplement approchée parce que les deux parallèles étaient aimantées.
Elle n'avait même pas réfléchis aux conséquences. S'était juste mis en tête que tout cela était parfaitement logique et coulait de source. Pourtant avec la belle, rien jamais n'avait été mathématique.
C'est pour ça que - quand Kohane apparut dans son champs de vision - la petite blonde souffrit atrocement ;

j'avais mal. Sans comprendre pourquoi d'ailleurs. Sa vue aurait du me réchauffer le cœur mais...
Le feu brûlait trop fort. Des larmes me picotèrent les yeux mais je les retenais encore un instant. Kohane.
En chair et en os.
Ca ressemblait à un mirage, la chaleur me faisait suffoquer. J'avais les joues rouges et le cœur battant à tout rompre comme s'il menaçait de se décrocher. Ce n'était pas rassurant.
Et en même temps trop.
Une sorte de soulagement.
Inquiétant.

Je n'étais même plus sûre qu'être venue la chercher jusqu'ici ait vraiment été une bonne idée.
Il aurait sans doute fallut faire tout d'abord cela par étape.
Lui écrire, l'observer de loin, lui adresser un vague bonjour et puis seulement arriver à lui parler.
J'avais oublié sa lumière, l'effet qu'elle avait sur moi.
Tout cela me retombait dessus comme un miracle et pourtant...
Pourtant je ne parvenais pas à être heureuse.

Pourquoi ?
Pour quoi ?
Un bonheur incomplet.
Il semblait manquer
un morceau de cœur
un morceau d'amour
je l'aimais toujours
mais
lui.

Lui était partit,
pour toujours.
Il y avait ce doux mélange de culpabilité.
Comme un goût amer sur le bout de mes lèvres.

Salut. Ca fait longtemps.


Oui
si
longtemps.

Je voudrais pouvoir dire que rien a changé, reprendre notre histoire à la page où nous l'avions arrêtée. Lui dire qu'aujourd'hui je suis libre, que nous pouvons nous enfuir une bonne fois pour toute et simplement, avoir une nouvelle fois l'impression de respirer et se perdre l'une et l'autre dans nos bras.
Mais sa voix a quelque chose de brisé. Je comprends que quelque chose s'est cassé.
Elle n'est plus la femme courageuse et forte que j'avais laissée derrière moi, celle pour qui je m'étais rapidement promis de ne pas m'inquiéter. Parce qu'elle était inébranlable ma Kohane, parce qu'elle avait un sourire derrière chacune de ses larmes, parce que son cœur battait de tellement d'humanité que personne ne pouvait l'ébranler. Parce que je pensais que l'aimer à distance serait assez.

Mais à présent je me rend compte à quel point j'ai pu me tromper, je comprends avec douleur cette triste réalité.
Mon corps se crispe, mon cœur se serre. M'en veut-elle ? M'a t-elle appelée ? L'ai-je laissée dans le flou, le vide ou la peur ?
Va-t-elle se fâcher ? Sans doute est-ce légitime. Dans mes bras, Lali semble sentir mon inquiétude.
Elle ouvre ses grands yeux et regarde autour d'elle avant de commencer à pleurer.

La fille de Liskuvo
encore du mal à se dire qu'elle est à moi et qu'il n'est plus là, ça donne deux informations en une comme ça.
Même si j'oublie parfois, que personne ne semble savoir qu'il n'est plus ici bas.
Je redresse un peu la petite contre mon épaule en essayant de ne pas paniquer. Quelques murmures à l'oreille ne parviennent à l'apaiser, j'ai peur de perturber la tranquillité de l'endroit.

Je... Je vais te raconter mais est-ce qu'on ne peut pas aller dans un endroit plus calme ? En fait... heu... Je crois qu'elle réclame à manger.

Ce n'était pas que je ne voulais pas l'allaiter devant tous le bar mais ça me genais quand même un peu.
Oui, aujourd'hui, les choses étaient bien différentes.


Revenir en haut Aller en bas
Marjorie Lunas
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: En Salle Principale

Message par : Marjorie Lunas, Mer 26 Sep 2018 - 23:19


Elly Wildsmith

Avec son LA


Et voilà pour toi mon grand, régale toi. Monsieur est servi, un Poudlarien parfaitement cuit. Allez là ! Le suivant s'il te plait, il faut venir commander, je m'ennuie ce soir ! Alors je retourne au comptoir, pose mes coudes sur le bois et entame une grande discussion à coup de KROOAAA avec Spoke et Houick. Ouais je sais c'est pas ça, mais j'arrive pas à retenir leur nom. Je sais que je suis pas loin, presque... Mais un nouvel arrivant me coupe dans ma recherche de noms. Aussitôt debout, sourire accueillant, bien que je n'ai pas vraiment de sourires différents, petite phrase de Bienvenue, et je laisse l'homme s'installer au comptoir, bièraubeurre pour lui. Rien de passionnant donc... Alors on va attendre le prochain client...

Ou la prochaine cliente en l'occurence. Visage connu cette fois-ci, celui d'une jeune femme qui anime tant de souvenirs. Je l'ai pendant longtemps associer à Miss Bloom, et je l'y associe encore, toujours. Mais elle n'est pas Kalén, elle est toujours là, elle n'est pas partie. Mais elle a tout de même des points communs avec Miss Bloom, son côté protecteur, de cette soirée de printemps, où elle m'avait raccompagnée après la fête de Poufsouffle. Elle a aussi son gout d'enseigner l'art des duels, et c'est ce qui est le plus frappant entre les 2 femmes. Je la laisse s'installer à une table, la laissant seule quelques secondes, le temps de débarrasser l'assiette du premier homme. Et je viens vers elle, armée de mon plus beau sourire, faisant mine de ne pas m'ennuyer.

- Bonjour Miss Wildsmith ! Ravie de vous revoir ! Qu'est ce que je vous sers ?


Habituellement le client répond, mais pas Miss Wildsmith. Elle me demande de répéter, elle me regarde, je la regarde, elle cligne des yeux, je cligne des yeux. Ah. Premier vent de ma carrière fraîchement débutée. Il fallait bien que ça arrive, mais je ne m'attendais pas à ce que ce soit avec elle.

- Euuuh... Je sais plus, j'ai dit bonjour, j'ai dit que j'étais heureuse de vous revoir, et puis j'ai demander c'est quoi que je vous sers. Mais enfin tout à l'heure j'avais les mots dans le bon ordre... Du coup vous voulez quoi ?


Je vois la jeune femme hausser les sourcils, regarder la carte en vitesse, hésiter, sans qu'elle puisse vraiment se décider. Elle avait peut-être même oublié qu'elle devait commander. Je fronce les sourcils un instant avant de retrouver mon sourire professionnel.

- Mmmh vous me faites confiance ? Je vous paie un verre ! Promis il vous coûte rien !


Sans même attendre la réponse de la jeune femme, je retourne derrière le comptoir et prépare un verre de Pepsi Lin. Je me dis que c'est ce dont elle a besoin, et vu que je n'ai pas souvenir de l'avoir vu prendre une boisson alcoolisée à la soirée Pouffy, je préfère la jouer sécurité.

- Tenez, un Pepsi Lin ! Je suis sûre que ça vous fera du bien ! Je peux m’asseoir avec vous ? A moins que vous n'attendiez quelqu'un, ou que vous préfériez être seule.


Compte:
 


Dernière édition par Marjorie Lunas le Mer 3 Oct 2018 - 0:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: En Salle Principale

Message par : Loredana Sparks, Dim 30 Sep 2018 - 15:02



Kenvo Lorenz

L'été s'en était allé, emportant avec les lui la chaleur et les couleurs vives des jours ensoleillés. L'automne avait pris sa place et les feuilles mortes décoraient déjà les rues de la Grande-Bretagne. Une dominance de couleurs orangés et un soleil qui disparaissaient derrière les nuages gris. Loredana avait laissé ses t-shirt manches courtes dans sa penderie et avait opté pour un pull léger. Nouée autour de son cou, son écharpe aux couleurs de sa maison qui ne l'était plus vraiment désormais. Toutefois, elle ne se sentait pas encore prête à la laisser aux oubliettes, au fond d'un placard avec ses autres souvenirs perdus. Non, elle voulait encore avoir un lien avec cette partie de sa vie. Là où elle avait grandi. Cette école qui lui manquait tout de même un peu malgré ses dires. Elle était parvenue à passer ses ASPIC et à les réussir, malgré le fait que son petit ami était dans un sale état à cette période-là. Elle n'avait pas eu la force de se donner à fond pour réviser, mais avait finalement obtenue ce diplôme tant attendu ! Elle avait ensuite garder son travail et était même passée à temps complet.

Aujourd'hui, cependant, était son jour de repos et elle comptait bien en profiter. Un petit tour au village de Pré-au-Lard était l'une de ses priorités depuis un bon moment déjà. Après avoir enfilé un petite veste, elle avait transplané jusqu'au lieu souhaitait. Ce village animé qui respirait la bonne humeur. Elle aurait préféré être accompagnée, mais ni Daemon, ni Theya, ni Enzo n'était actuellement disponible. Elle avait donc préféré faire le chemin seule et aviser une fois aux Trois Balais, car elle savait pertinemment que cet endroit regorgeait d'élève de l'école. Elle aurait dû rester chez elle à réfléchir sur ses plans d'avenir, mais la jeune femme était une habituée de la procrastination.

D'un pas décidé, elle s'était dirigée vers ce bar qu'elle appréciait temps. Le monde ne lui posait pas de problème tant qu'elle avait un endroit où s'asseoir. Poussant la porte, elle pénétra dans la salle principale et fut légèrement surprise par la brouhaha qui ne s'entendait pas de dehors. Elle ne s'attarda pas à saluer la clientèle qui était en trop grand nombre. Elle se contenta simplement de s'installer à une table. Elle remarqua avec une légère gêne qu'elle était la seule personne qui n'était pas accompagnée. Elle tourna la tête, de gauche à droite, à la recherche d'une visage qui ne lui serait pas inconnu. Avec de la chance, elle pourrait même y trouver un ancien ami de l'école. Rien pourtant. Et elle n'avait pas spécialement l'envie de se mêler à une conversation banale sur les devoirs compliqués d'Evan. Elle resta dans son coin, dans ses pensées.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: En Salle Principale

Message par : Elly Wildsmith, Dim 30 Sep 2018 - 15:54


Elle a réellement accusé une latence, elle le sent dans le regard de la jeune Poufsouffle. Clignements d’yeux incompréhensifs entre les deux, et enfin la serveuse s’exprime, tente de remettre de l’ordre dans ses pensées pour débiter ce qu’elle avait dit quelques instants plutôt mais que l’ancienne auror n’avait pas retenu. La brune l’observe sans mot dire, tout en haussant un sourcil sur les paroles surprenantes de la jeune fille. Il semblait qu’elle avait avalé du lion (et pas les céréales !) le matin, et qu’elle avait de l’énergie à revendre. C’est qu’Elly lui en aurait bien piqué un peu à vrai dire. Mais surtout, la brune ignorait ce qu’elle allait prendre.

Devant l’incapacité à répondre de la brune, c’est la jeunette qui prend le relai, assurant à la propriétaire du Heurtoir qu’elle prenait en charge le prix de sa commande. L’ancienne Poufsouffle n’avait pas eu le temps de répondre quoique ce soit que la jeune fille avait disparu derrière le comptoir, préparant un verre dont Elly ignorait le contenu. Les yeux toujours rivés sur la serveuse qui s’affairait, et qui finit par revenir, lui demandant au passage si elle pouvait s’asseoir avec elle.

Ce fut à ce moment-là que deux neurones se reconnectèrent dans l’esprit de la brune, et elle éclata d’un rire franc et sincère, avant de répondre à la jolie serveuse « Bien entendu, asseyez-vous Miss Lunas, vous pourrez peut-être me changer les idées avec votre joie de vivre ». Et sans attendre de réponse de la jeune fille, elle porta son verre à ses lèvres et gouta à la boisson apportée. Une boisson gratuite, ça aurait sans doute dû lui faire plaisir, mais la jeune femme nota intérieurement qu’elle laisserait un pourboire à la serveuse avant son départ. Les bons comptes font les bons amis, puis après tout, ce n’est pas ça qui nous ramènera Dalida, n’est-ce pas ?

« Alors Miss Lunas, dites-moi, vous travaillerez ici j’imagine ? ». Logique imparable puisqu’elle venait de lui servir un verre. Ou peut-être qu’elle souffrait d’un trouble quelconque et que bientôt, Kohane débarquerait pour envoyer la jeune Poufsouffle manu militari dehors. Cette idée fit hausser un sourcil à la brune, qui chercha du regard la propriétaire de l’établissement … sait-on jamais !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Marjorie Lunas
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: En Salle Principale

Message par : Marjorie Lunas, Mar 2 Oct 2018 - 1:53


Elly Wildsmith


Éclat de rire de la jeune femme. Celui qui résonne spontanément, sorti de nulle part, qui fait chanter les cœurs. On s'en nourrit, on s'en imprègne, et je souris. Invitation vite formulée, tout aussi rapidement exécutée. Je tire la chaise sur le sol, provoquant cet affreux crissement. Grimace désolée pour la propriétaire du Heurtoir, mais celle-ci s'en fiche, trempant déjà ses lèvres dans le verre apporté. Alors je pose mes fesses sur le siège, vérifiant au passage qu'aucun client n'attendait, auquel cas je me ferais très certainement gronder. Mais pas âme qui vive à l'horizon, du moins pas avec un verre vide. Alors je reporte mon attention sur la jolie brune, qui m'interroge sur mon travail ici. Sa question me fait presque sourire, tant la réponse parait évidente. Mais je veux m'amuser, voir si je suis capable de brouiller les pistes, alors quand Miss Wildsmith cherche du regard je ne sais qui, surement un de mes collègues, j'agite rapidement mes mains au dessus de la table, mimant une petite poussée de stress, yeux écarquillés.

- Non non non noooon ! Miss Wildsmith, cherchez pas les serveurs s'il vous plait ! Je travaille pas du tout ici ! Et vous inquiétez pas ! Je comptais le payer le verre !


Je laisse quelques secondes pour que ma blague prenne effet, avant de m'appuyer sur le dossier, un sourire satisfait aux lèvres. C'est qu'il n'y avait rien de plus plaisant que de piéger une ancienne Auror sur un potentiel vol... pour elle ! Mais avant qu'elle ne puisse appeler ses anciens collègues pour m'envoyer à Azkaban avec pour motif "criminel des blagues pourries", je la rassure rapidement.

- Je rigole Miss ! Je travaille bel et bien ici, depuis peu ! D'ailleurs vous pouvez m'appeler Marjorie hein ! Ou même Marjo, comme vous voulez ! Parce que Miss Lunas ça fait très.... "2h de colle demain à 14h" vous voyez ?


Regard qui descend vers le verre de Miss Wildsmith, je me dis que je suis une abrutie, j'aurais dû m'en servir un au passage... Mais enfin bref, j'étais en service après tout, je me permettais déjà de m'asseoir à la table des clients, si en plus je commençais à me servir... Alors je replonge à nouveau mes yeux dans ceux de la jeune femme.

- Ça me permet de me faire un peu d'argent, ça occupe mes week-ends, l'équipe est plutôt cool... Et puis ça me permet de voir un petit peu de monde autre qu'au château quoi. Parce qu'ils sont tous très sympa là bas, mais on a vite fait de voir toujours les mêmes têtes... Et vous alors, qu'est-ce que vous faites par ici ?


J'espérais ma curiosité pas trop mal placée, mais fallait dire que ce n'était pas forcément ici où je m'attendais à croiser la jeune femme. Certes nous étions dans le plus sorcier des villages sorciers, mais nous étions surtout loin du Heurtoir. Je m'imaginais toujours les sorciers vivre comme les moldus, vivant près de leur lieu de travail. Mais c'est vrai qu'avec le transplanage, ils avaient moyens d'habiter n'importe où, et de travailler n'importe où, car seules quelques secondes étaient nécessaires pour rejoindre un lieu à un autre. De toute façon ma question était posée, alors je n'avais plus qu'à attendre la réponse de l'ex Auror et je serai fixée.  

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: En Salle Principale

Message par : Elly Wildsmith, Mar 2 Oct 2018 - 13:47


La jeune fille semble d’humeur taquine puisqu’elle répond à la brune d’un « Non non non noooon » qui manquerait presque de faire croire à l’ancienne auror qu’elle ne travaille pas réellement ici. Après tout, il y avait des fous partout, peut-être que Lunas en était une elle aussi ? Qu’elle avait des tocs particuliers. P’tet même que dans sa tête ça faisait toc toc de manière incessante. Il fallait au moins ça pour être aussi joviale. Non parce que la brune ne comprenait vraiment pas cette joie de vivre qui s’extirpait de tous les pores de la jeune sorcière. On aurait dit que, à l’instar d’Obélix et de la potion magique, elle était tombée dans une marmite contenant joie et bonheur. Ça lui filerait presque la gerbe à l’ancienne auror ça.

Finalement, elle semble s’inquiéter de ce qui pourrait lui arriver si jamais la brune venait à prendre sa blague au mot et elle indique qu’elle travaille bien ici. De même qu’elle indique que la propriétaire du Heurtoir peut l’appeler Marjorie ou Marjo, puisque l’appeler comme elle le faisait était très signé professeur. Alors la brune se pare d’un sourire, et répond, le plus naturellement du monde « Partons plutôt sur 4h de colle Miss Lunas, voilà qui vous fera les pieds pour votre blague nauséabonde » . Voilà qui était souligné. Même si le fin sourire qui naquit sur ses lèvres indiquait clairement la teneur de la blague.

La conversation suivait son cours alors que la jeune Poufsouffle lui demandait ce qu’elle faisait dans ce lieu. La brune réfléchit un instant, tout en faisant tourner son verre sur la table. « Ah … » comme simple réponse, elle but quelques gorgées du verre apporté et répondit « Oh Marjorie … je fais sans doute comme la plupart des gens ici ». Elle repose le verre sur la table, plonge son regard dans les yeux de la jeune fille et demande « Et vous, vous ne prenez rien ? ». Invitation à peine voilée.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: En Salle Principale

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 3

 En Salle Principale

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.