AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais
Page 5 sur 10
La Mezzanine
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Invité
Invité

La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Invité, le  Mar 4 Déc - 20:29


Alexandre & Marjo

Il commande un thé noir, elle le regarde, comme si cela pouvait lui dire quelque chose. Sauf qu’elle ne lit pas l’avenir dans les feuilles de thé, ni dans le marc de café. La divination ça n’avait jamais été son truc. Elle préférait la métamorphose, les sortilèges, les enchantements. Ça avait clairement sa préférence. Parce que plus maitrisable, sans doute. Les contours moins flous, quelque chose de plus précis quoi. Ensuite, il répond à sa question et elle penche la tête sur la gauche, comme écoutant sa réponse comme l’une des nouvelles merveilles du monde qu’elle aurait pu découvrir. Le discours était limpide, sans doute préparé en amont, comment le lui reprocher ? Elle hoche la tête par convenance lorsqu’elle comprend l’énoncé des choses. Elle marmonne parfois « Moui, moui je vois ». Pas franchement convaincue, ni convaincante. En même temps elle ne va pas sauter au plafond à chaque tentative de recrutement hein.

« Oui je vois ». Elle laisse un silence s’enfuir alors qu’elle réfléchit, les yeux dans l’opacité du café. « Vous avez conscience que la plupart du temps, nos clients n’ont aucune compétences particulières. Pour certain, c’est le premier pas dans l’art du duel par exemple, êtes-vous suffisamment pédagogue pour cela ? Quelles sont vos références en la matière ? ». Les prunelles ébène cherchent la faille dans le visage du jeune homme, quelque chose qui lui fasse dire que ce n’était pas lui le candidat idéal. Ou peut-être que si ?
Invité
Anonymous
Invité

La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Invité, le  Mar 4 Déc - 22:24

Et ben ! On ne peut pas dire qu’elle soit très expressive la demoiselle ! Enfin … je suppose que c’est normal. Un truc que patron. Toujours laissez le postulant dans le flou, ou un truc dans le genre. Bref l’entretien se poursuivait donc.

« Oui je vois Vous avez conscience que la plupart du temps, nos clients n’ont aucune compétences particulières. Pour certain, c’est le premier pas dans l’art du duel par exemple, êtes-vous suffisamment pédagogue pour cela ? Quelles sont vos références en la matière ? »

Je ne pus m’empêcher de laisser échapper un léger rire amusé avant de répondre à sa remarque.

_ J’ai envie de dire, heureusement ! Si tout le monde connaissait déjà tout, nous ne servirions à rien et votre entreprise aurait déjà fermé …Pour ce qui est de la pédagogie … tout dépend de ce que vous entendez par là. Si vous sous-entendez la capacité à s’adapter à son interlocuteur je pense que oui. Du moins je l’ai suffisamment été pour convaincre des retraités d’adopter certaines pratiques pour leurs jardins qui vont à l’encontre de tout ce qu’on leur a enseigné toute leur vie. Comme par exemple que laisser pousser de la « mauvaise herbe » est une bonne chose. Et croyez-moi ya rien de plus têtus que des retraités !

Je crois que je m’égare un peu là mais passons …

_ Et si par pédagogie vous sous-entendez patience, et self contrôle, je peux vous dire que c’est indispensable quand on travaille avec des êtres magiques. A moins bien sûr qu’on ne veuille finir, dévorer, ou empaler ou … bref je vous en passe et des meilleurs. En ce qui concerne mon expérience en matière de duels, elle est surtout formée de … comment dire … d’altercations avec des braconniers. Des adversaires suffisamment fort et malin pour volé des créatures magiques en douce, mais surtout extrêmement fourbe dans leur manière de se battre et très rusé pour tourner le terrain à leur avantage.
Invité
Anonymous
Invité

La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Invité, le  Mer 5 Déc - 12:51

avec Cassie

Je soupire un peu en levant le nez, elle fait tout pour être gentille et compréhensive, pour quelqu'un avec un caractère aussi peu avenant que Castielle ce serait un affront que de ne pas accepter son offre. Et puis une gorgée, c'est rien. Peut-être moins que ça ? Je vais y goûter un peu, faire « mh mh » en hochant la tête et ce sera réglé. Enfin pour cette affaire... pour le reste... je m'inquiète sincèrement de savoir si l'on va tenir jusqu'à la fin du dîner dans cette ambiance... tout ça à cause de moi...

Le verre est froid et la condensation qui fait perler de petites gouttes d'eau sur sa surface me mouillent les doigts. Je pince les lèvres en envoyant mon regard le plus amical possible à ma voisine de table puis l'arôme de pomme me saisi les narines. Ce n'est pas de la vraie pomme, c'est plus du sirop je crois mais ce n'est pas désagréable, ça a des odeurs de printemps. En ces temps froids et gris ça ne peut que faire du bien, de se souvenir du soleil et des fruits. Pourtant cette boisson lui fait le même effet que le jus d'orange ; ce n'est pas qu'il n'est pas alléchant, c'est que je n'en ai pas envie. Du tout. Ma gorge se refuse à déglutir quoique ce soit de consistant ou presque et j'ai j'estomac en grève depuis longtemps.
Mais je me force, pour Castielle, qui fait des efforts. Trop d'efforts.

En avalant j'ai l'impression qu'une pierre dévale mon œsophage et c'est particulièrement désagréable. Surtout que la glace me pique et me tranche partout où elle passe. On n'a pas idée de commander une boisson pareil en fin d'automne !
Je renvoie le verre à l'envoyeur, enfin à l'envoyeuse en l'occurrence.
« C'est bien » est mon seul commentaire.
De nouveau je regarde ma salade généreusement offerte mais je sens que je n'y arriverais pas.
« Bon appétit, du coup ... », c'est la moindre des choses que je peux lui offrir en retour.
Invité
Anonymous
Invité

La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Invité, le  Mer 12 Déc - 23:13


Alexandre & Marjo

Il rit. Est-il bien sérieux ? L’enseignante hausse les épaules, elle attend surtout qu’il lui délivre quelques mots permettant de juger s’ils avaient les compétences nécessaires pour remplacer Arnaud. Etait-il possible d’être à la hauteur pour un remplacement de ce type ? La brune retient un frisson qui veut parcourir le long de son échine. Non, bien sûr que non. Surtout lorsque l’on savait comment il avait disparu.

La brune s’échappe de son esprit, de ses pensées tumultueuses, pour se concentrer sur les dires du postulant. Ainsi donc il serait pédagogue. Pourquoi pas ? Après tout la définition qu’il en fait ensuite convient beaucoup à la sorcière. Après, il s’égare totalement lorsqu’il parle de la mauvaise herbe, si seulement il savait que la mauvaise herbe, au Heurtoir, elle était composé par le duo gérant / propriétaire qu’elle formait avec Azaël. Mais qu’importe.

Elle écoute, hoche la tête parfois, et puis quand il a fini, elle indique « Vous savez, parfois ce ne sont pas les clients qui posent soucis mais davantage la hiérarchie, comment gérez-vous ce genre de chose ? ». Pas qu’elle parlait d’elle, loin de là, elle n’était plus aussi souvent rendue au Heurtoir qu’auparavant. Il s’agissait surtout de savoir comment la potentielle future recrue pourrait se comporter face à Peverell, qui lui, demeurait le même qu’il était depuis quelques années déjà. Et il fallait bien l’admettre, si elle devait choisir, c’est son gérant qui aurait le dernier mot.
Invité
Anonymous
Invité

La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Invité, le  Jeu 13 Déc - 12:18

« Vous savez, parfois ce ne sont pas les clients qui posent soucis mais davantage la hiérarchie, comment gérez-vous ce genre de chose ? »


Je ne suis pas sûr de bien comprendre ce qu’elle sous-entend avec cette question. Est-ce qu’elle veut dire que les supérieurs ont un caractère bien trempé ?

« Ça dépend de ce que vous voulez dire par là …je suis du genre à reconnaitre mes torts mais si je considère avoir raison je préfère défendre mes idées et mon opinion plutôt que de m’écraser docilement devant mes supérieurs. Après si vous voulez juste dire que la hiérarchie a ça façon bien à elle de communiqué, traduction : ils gueulent beaucoup mais c’est juste leurs manières de s’exprimer, j’ai envie de dire d’une part je suis blindé sur ce terrain-là et d’autre part, je m’en fiche un peu je ne compte pas les épouser …Du moment que ça ne franchit pas la limite des attaques personnelles, il n’y a aucune raison de s’en inquiéter. »

Mais si je ne m’abuse, un entretien ça va dans les deux sens. Certes l’employeur cherche à savoir si le postulant correspond à ses critères, mais c’est normal que le postulant demande des infos sur l’endroit où il met les pieds. Au cas où l’entreprise ne lui conviendrait pas. Et si jamais ça déplait à l’employeur il faut se dire « mafois le plus à plaindre c’est eut parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils ratent ». C’est pourquoi je me permettais de demander à mon tour.

« Pourquoi il y a truc que je suis censé savoir ? Vu le sous-entendu sur la hiérarchie soit vous en avez trop dit, soit pas assez … »
Invité
Anonymous
Invité

La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Invité, le  Lun 17 Déc - 21:26


Alexandre & Marjo

Comment fait-il pour déblatérer autant de mots en aussi peu de temps ? Les yeux de la brune papillonnent un instant alors qu’il indique qu’il sait reconnaitre ses Thor torts, sans pour autant s’écraser docilement. Rien qu’au ton de sa voix, la jeune femme sait qu’elle devra gérer de potentiels soucis dans le futur. C’est comme un pressentiment, une prémonition. Ou simplement qu’elle connait bien son équipe. Ce qui n’est pas fondamentalement faux non plus. Une fois que l’homme s’est soulagé de tous les mots qu’il avait à dire, tant pour se justifier que pour tenter de comprendre sans doute, il pose une question à la brune.

Les prunelles ébènes sont figées sur celles de son interlocuteur. Il suppute un sous-entendu. Elle lève les yeux au ciel « Ce ne sont que des suppositions, venir dans une entreprise, rentrer dans une équipe, avec les caractères de chacun c’est rarement évident ». Elle ne comptait pas lui dire qu’Azaël pouvait se montrer particulier comme gérant, ni qu’au final, il est probable qu’elle lui donne trop souvent raison. C’était ainsi. A prendre ou à laisser en quelque sorte.

Les yeux quittent le regard du postulant, pour chercher le service. Se demandant combien de temps Marjorie pouvait mettre à effectuer la commande des deux presque collègues. Peut-être était-elle très occupée en bas ? Après tout, tu n’avais pas vision sur son travail, et tu n’étais pas sa patronne non plus. « Je me demande quand arrivera notre commande ». Sourire entendu pour l’homme face à elle.
Castielle Colt
Castielle Colt
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Castielle Colt, le  Mer 19 Déc - 17:30

~ Oz

Bon appétit, oui oui. Comme si son appétit à elle avait besoin d'encouragements pour être bon ! Alors que le grignoteur de feuilles se contente de fixer sa salade, de son côté Castielle a déjà avalé la belle moitié de sa soupe. C'est qu'elle est bonne ! Le potimarron chaud et crémeux avec cet arrière-goût de châtaigne, tout simplement délicieux. La sorcière se délecte de chacune de ses gorgées sans faire de manière, empoignant le bol plutôt que de le creuser à la cuillère. À chaque lever elle manque de se brûler les doigts mais le plaisir est plus fort que le reste et en redéposant une énième fois son bol sur la table tout en se léchant les lèvres Castielle observe sa cible.

Le cobra a clairement eu le temps de s'enrouler autour de sa gorge désormais, non ?
Si.
Si elle pense que si, que dis-je elle est persuadée que si !
La description du breuvage promettait des miracles même à petites doses, il est temps de vérifier si la publicité aux Trois Balais n'est pas mensongère :
" Bon, et maintenant, si tu me disais vraiment ce qui se passe dans ta petite tête de piaf, hein ? Sans mentir ni rien, mh ? "
Invité
Anonymous
Invité

La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Invité, le  Jeu 20 Déc - 18:16

Commande
Alexandre Sidh & Elly Wildsmith
LA Arty


- Et un thé pour le jeune homme ! Je vous apporte ça ! Ca fera 10 mornilles pour le tout Miss Wildsmith !


Ton enjoué, comme toujours. Je redescends les escaliers, petit sourire à Tata Katherine qui a déjà trouvée quelqu'un d'autre pour discuter et raconter ses petits tracas. Moi je dois m'occuper du thé et là c'est un autre défi, car je dois dire que je n'y connais pas grand chose. et chez les moldus, on a des sachets industriels tout prêt avec une petite étiquette qui dit ce que c'est. Là non. Et face à ma petite boîte à thé je me retrouve complètement perdue... Bon, commençons par ce que je sais faire : chauffer l'eau. Je peux alors me concentrer sur le reste... Je regarde mes petites herbes là, dans les différents compartiments... Bon on va y aller à l'odeur ! Mais en fait ça sert pas à grand chose, parce que j'ai aucune idée de l'odeur qu'il doit avoir, il me permet juste d'en éliminer quelques uns qui sentent les fruits ou la menthe. Mais ça laisse tout de même un peu trop de possibilité...

Je dois surement être la seule anglaise qui s'y connaisse si peu en thé, mais qu'importe... Je pourrais peut-être demander à Tata Katherine ? Mais elle a l'air complètement lancée dans son histoire. Ou peut-être Arty ? Oui voilà, c'est le gérant, il doit savoir lui...

- Dit Arty ! C'est lequel le thé noir ?


Et puis sans surprise, il me fait comprendre que je dois me débrouiller, qu'il sait pas non plus, avant de finalement se résigner pour m'indiquer une des boites. Il mérite même pas son Merci mais bon... Pas envie de me faire virer.

Alors finalement j'attrape un peu de thé et le fait enfin infusé, et quelques minutes plus tard, je peux enfin l'apporter.

- Et voilà pour vous ! Désolée pour le retard, petit soucis technique !


C'est faux, mais il ne le sait pas.


Commandes:
 
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Kohane W. Underlinden, le  Lun 7 Jan - 17:08

Aya

Je regarde son visage, que j'ai, finalement, assez peu connu. Aya et moi, on ne s'est pas tellement vues. Quelques fois, à droite à gauche. La première fois, le magasin, mais je ne savais pas, qu'elle était une cousine Underlinden. Puis la fois suivante... peut-être dans une des soirées organisées par un quelconque commerce ? Ou alors le mariage. Oui, elle était là, au mariage.
Je ne sais pas grand-chose d'elle, finalement.
Que sait-elle de moi ?
Elle me salue, dans une grande simplicité que je ne peux qu'apprécier.
Je ne sais pas trop quoi dire. Elle non plus, apparemment. Nous marchons, l'une et l'autre, sur un fil tendu. C'est compliqué, un peu. Savoir où se situer autour du silence, des sujets qui attristent. Jusqu'où va la blessure, jusqu'à quel point on peut la triturer avant que la douleur ne devienne insoutenable.

Je la regarde, ne dis rien lorsqu'elle affirme penser la même chose.
C'est étrange.
Apprendre à se voir, se connaître, à cause d'un absent. Savoir qu'on partage cette absence. Et, qu'avant encore, on partageait une présence. Nous ne nous connaissions pas plus que ça. Mais on avait du commun entre nous. Après tout, nous sommes -étions ?- de la même famille.
Elle me demande alors comment je me porte.
La réaction la plus commune, est de dire ça va même lorsque ça ne va pas. Parce que c'est plus simple ainsi.
Mais face à elle, je ne peux pas dire ça. Elle saurait, que ce n'est pas vrai. On partage des choses, elle et moi. Une absence. Qui ne blesse peut-être pas de la même façon. N'empêche, pour elle aussi, ça doit être un poids à porter.

-Je... j'essaie de ne pas trop y penser.

A moitié vrai, à moitié faux.
J'essaie. Puis ça ne fonctionne pas tellement. Puis parfois, j'aime aussi me rappeler que ça a été des bons moments, l'autrefois.

-Tu... tu veux boire quelque chose ?

Histoire de faire une pause, pour remettre mes idées dans le bon ordre.
Aya demande un thé au citron. Je l'abandonne quelques instants, le temps de descendre préparer un thé pour elle et un chocolat chaud pour moi.
Lorsque je reviens, plateau en main, elle n'a pas bougé. Je pose la tasse fumante devant elle, me rassois.
J'ai eu le temps de penser. Un peu.

-En fait, ça continue quand même de trotter et tourner dans ma tête sans arrêt. Ca fait un peu mal. Surtout, je comprends pas. Et je ne sais pas ce qu'il s'est passé.

Mes mains se cramponnent autour de ma tasse. La douce chaleur qu'elle diffuse m'offre une sorte de réconfort.

-Parfois, il m'arrive de me dire que c'est de ma faute. Et puis après, je me dis que c'est absurde, je ne vois pas en quoi ça serait de ma faute. Je... on... 'fin je croyais qu'on était heureux, quoi. Un peu.

J'avale une gorgée de ma boisson, encore brûlante. Chaleur salvatrice. J'ai envie de me blottir dans un cocon de douceur, fermer les yeux et oublier.

-Et toi, comment tu vis ? C'est quoi, perdre un cousin ?

Question qui a le mérite d'être direct. Mais je n'ai pas envie de me perdre en interminables détours. Après tout, elle est la cousine. Elle est venue ici pour ça, en tant que. Ne détournons pas le regard. Et allons-y.

Commande:
 
Invité
Anonymous
Invité

La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Invité, le  Jeu 10 Jan - 16:36

avec Cassie

« Ça va pas bien du tout, je me sens trop mal. »
Les mots glissent sur ma langue sans que je puisse me contrôler. Aussi surpris que soulagé je me retrouve spectateur de mon propre vidage de sac. « C'était un piège, on m'a envoyé une lettre d'amour mais en fait c'était un mensonge et je me suis retrouvé en face... d'elle... avec un masque ! Et elle m'a dit tellement de choses que je me suis embrouillé et je ne sais plus ce qui est vrai de ce qui est faux et... Et Kalén est morte, et Arnaud aussi, et on peut faire confiance à personne et- ! » Ma respiration est saccadée et ma gorge se serre à m'en faire mal. Des perles me coulent sur les joues, mes yeux me brûlent mais je n'arrive pas à m'arrêter. Je parle. Je parle enfin. Je ne sais pas si c'est pour le mieux ou le pire mais je parle. « Je devais parler mais j'y arrive pas ! Je veux pas ! Mais elle me regarde et un jour elle va finir par comprendre que je sers à rien et elle sera en colère et tu sais ce qu'ils font aux gens quand ils sont en colère ? Moi je veux pas le savoir, j'ai rien demandé à personne, ils sont venus me chercher mais je voulais pas et depuis j'arrive plus à dormir ou... ou à rester seul ou... ou rien en fait. » Hyperventilation, ça ne va pas du tout. Pour me calmer je plonge dans mon verre de jus d'orange. Le liquide frais et pulpeux me fait autant de mal que de bien. Je le sens se frayer un chemin dans mon œsophage malgré mon état. Mais le goût et la douceur de l'orange m'apaise un peu la langue. Je respire comme si je venais de faire une apnée de dix minutes. « Pardon, pardon pardon pardon pardon » Je ne veux plus rien voir, plus rien entendre. Je prends ma tête entre mes mains et c'est le noir complet. Le bruit de la salle de restaurant est toujours présent mais au moins mes yeux sont au repos et j'essaie de reprendre mes esprits. Qu'est-ce qui s'est passé ? Pourquoi j'ai dis ça ? Je vais la mettre en danger ! Maintenant qu'elle sait, l'autre va... l'autre va s'en prendre à elle et ce sera de ma faute...
Sariel Fawkes
Sariel Fawkes
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Sariel Fawkes, le  Dim 13 Jan - 17:55

Koko

Entreprendre plus que des phrases toutes faites. Trouver les mots, peut-être, qui font du bien. Ceux qui réconfortent, ceux qui pansent les plus complexes des plaies : celles du cœur, celles de la perte, celles du manque de courage face à l'adversité.
Aya ne les avait pas ; on aurait presque pu croire à une tare, à ce niveau-là. Mais non, ne les avait jamais. Ne les connaissait pas. Il fallait peut-être y insuffler un peu d'audace soi-même : c'était quelque chose, de s'exprimer face à un ou une autre, et de trouver ce qui résonnait juste. Mais comment faire, comment s'en sortir ? Fallait-il jouer avec les mots ou fallait-il parler avec ses tripes ? Là encore, elle ne savait pas. Concernant Asclépius, ça ne sortait pas. Peut-être s'étaient-ils trop peu connus, finalement, pour pouvoir graver des lignes parfaites dans cette relation. Rien ne sonnerait aussi juste en Kohane que ce qu'elle taisait. Peut-être valait-il mieux se taire, et l'écouter elle ?

Elle resta un moment gênée, à observer la sorcière face à elle. Si frêle, au teint presque mortuaire, mais si jolie, aussi, dans cette fragilité comme contenue. Aya ne savait la décrire, et ne chercha pas à le faire. Ni pour elle-même, ni pour la situation. Il n'y avait rien à réviser, rien à délimiter par des contours précis, clairs. La chose suivrait son cours, et peut-être, alors seulement peut-être les mots viendraient-ils. Loin de toute préoccupation, de tout état d'âme déplacé, insipide quelque part.
Était-il possible de comparer leurs deux douleurs, chacune bien personnelle ? Non, absolument pas. Kohane portait celle de l'épouse abandonnée ; Aya, celle de la cousine qui s'était très peu souciée de son cousin jusqu'à quelques mois avant ce départ. C'était la famille, et puis voilà.

Bizarrement, les choses devinrent plus limpides lorsqu'elle avala la première gorgée de son thé brûlant. Comme si une boisson chaude pouvait dissiper tous les malheurs du monde, pour en faire une pâte tout juste bonne à jeter. Oublier.
Mais si seulement les choses étaient aussi simples. Un goût acre prit le dessus, dessus sur tout le reste, sa disparition, ce qu'il allait passer maintenant, finit par embaumer ses lèvres nues.
Non, ça ne suffisait pas. Le goût était toujours là ; le même que lorsqu'elle pensait à Mysie. Exactement la même amertume. Peut-être ne s'estompera-t-elle jamais vraiment ?

- Je crois que le pire est de ne pas comprendre, ne même pas savoir, effectivement. L'absence de réponses, d'éléments pouvant orienter la pensée. On ne fait malheureusement pas son deuil sans cela.
Oups, peut-être valait-il mieux se taire, à ce sujet. Annoncer ainsi la couleur de ce qu'elle ignorait elle-même, ce n'était pas une très bonne idée. Puis voilà, elle la ferma mais Kohane embraya sur la fameuse phrase qu'elle redoutait : celle de la culpabilité, celle où l'on cherchait un coupable, celle où l'on tentait de comprendre qui était fautif. Qui ne l'était pas.
- C'est bien absurde, oui, répondit la blonde dans un petit sourire. Je doute que vous soyez la fautive, dans cette tragédie. Même si je n'ai pas tous les éléments. Ne vous mettez pas ça sur le dos, en plus de tout le reste. Je pense que vous avez assez à gérer comme ça.
Elle s'était penchée au-dessus de la table, comme tentative de rassurer sa voisine. Geste d'affection spontané peut-être ; ou au moins de partage. Prouver qu'elle n'était pas seule. Tenter de percer par un petit "ça ira", même pas articulé du bout des lèvres.

Mais déjà, redoutable, l'interrogation inversée. Que répondre, que dire ? Comme pour s'enfuir, elle avala une longue gorgée de thé, qu'elle fit mine de savourer. Peut-être histoire de chercher les mots. Qu'elle ne trouva pas de suite. S'efforcer de. Au moins pour ne plus avoir à y penser.
- Je ne sais pas. C'est assez étrange, vous sav-, tu sais. Tutoyer en retour, c'était mieux. Briser les tabous, ainsi. Je ne sais pas vraiment s'il est parti, ou non. Alors je crois que je reste sur cette conclusion. Peut-être n'était-elle pas la plus disposée à donner l'exemple. Faire son deuil, ce n'était pas son truc. Jamais. Je regrette juste de ne pas avoir pu lui dire ce que je voulais. Même si ce n'est pas très important, finalement, j'ai l'impression que ces mots me restent sur la langue. Comme si je les lui devais, quelque part.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Loredana Wildsmith, le  Ven 18 Jan - 9:49



PV April

C'était une journée comme une autre, qui avait commencé tout à fait normalement. Un réveil aux aurores sans réel levé de soleil qui jouait à cache-cache avec les nuages. J'avais pris un petit bol d'air frais sur le balcon afin de réveiller mon corps endormi et endolori par toutes les positions bizarres que je devais prendre durant la nuit. Il n'était pas rare que j'ouvre les yeux dans une position tout à fait insensée, la tête à la place des pieds était la plus courante. Je ne me rappelais jamais de mes rêves depuis quelques semaines, mais parfois, je pensais vraiment à me filmer la nuit afin de voir tous les mouvements que je pouvais effectuer pour avoir si mal le matin suivant. Malheureusement, la sang-pur que j'étais ne savait pas ce servait de ces engins moldus, alors je m'abstenais et laissais mon imagination faire le travail à sa place. J'avais ensuite nourri mes six animaux, ce qui n'était pas une mince affaire, surtout avec deux bébés Niffleurs sur-excités vingt-quatre heures sur vingt-quatre. J'étais contente d'avoir pu leur construire leur petit coin à eux avec pleins d'objets brillants qui faisaient leur bonheur. Ainsi, ça m'éviter de les voir saccager mon appartement...enfin, la plupart du temps... Sydney et Joy, mes deux premiers animaux que j'avais obtenu alors que je me trouvais encore à Poudlard, étaient les deux plus sages. L'une qui s'était appropriée le canapé et l'autre, sur son perchoir,silencieux, qui observait. Tout simplement. C'était sans oublier Lucky, mon boursouflet, le plus sage de tous, et Suki, un magnifique furet que Daemon m'avait offert lorsque nous étions encore ensemble. Je l'avais gardée, en souvenir de nous, mais surtout parce que la petite bête s'était attachée à moi et que ça me faisait bien trop mal au cœur de la laisser partir. Et puis, Daemon ne voulait plus rien qui lui rappelait cette année passée ensemble. Après trois ans, je préférais ne plus trop penser à tout cela. Bref, c'était une journée comme une autre.

Je ne travaillais pas ce jour-là, l'envie de me promener à Pré-au-Lard s'était faite ressentir. Le manque de ce village où je me rendais si souvent auparavant, c'était fait de plus en plus présent. Je me devais de satisfaire mon envie, même si c'était en solo. En pleine semaine de cours, je me doutais bien que Theya n'était pas disponible, je n'avais donc pas pris la peine de la prévenir. Et puis, parfois la solitude pouvait faire du bien, ça me permettait de réfléchir, de penser, évitant tout souvenir négatif, évidemment. Contre toute attente, je laissais mes pas me diriger et j'étais arrivée devant les Trois Balais. La jeune Poufsouffle m'y avait entraînée quelques jours plus tôt, alors que je n'y étais pas retournée depuis trois ans. Et je me retrouvais encore ici. Je n'y pouvais rien, l'ambiance m'attirait, même si la propriétaire me tapait sur le système, ça me donnait l'occasion de saluer Arty si ce dernier travaillait.

Pénétrant dans le bar, je ne pris pas vraiment le temps de regarder autour de moi. J'entendais pourtant le monde dans la salle principale, mais je voulais un coin tranquille, en solitaire. Juste pour me détendre quelques instants. Je me dirigeai donc directement vers la Mezzanine et montai les marches avant de m'installer dans l'un des fauteuils confortables. Inutile d'aller plus loin. Pour une fois, je ne consommerai pas d'alcool. Il y a du progrès.
Invité
Anonymous
Invité

La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Invité, le  Ven 18 Jan - 12:08

   
⇜ Pv Loredana Sparks | L.A. de Loredana accordée. |  code by bat'phanie ⇝
   
You belong to me and i belong to you.
Premier jour de congé du mois, tu es bien décidée à en profiter au maximum et pas toute seule, en plus. Après avoir offert le cadeau à Plume, tu te décides d’immortaliser le coup en la prenant en photo. Un sourire pour la « caméra » et c’est dans la boite, n’est-ce pas ? Puis, tu t’agenouilles en face d’elle avant de venir embrasser son front, la chouchoutant rapidement par de tendres caresses bien méritées puisqu’elle n’a rien détruit aujourd’hui. Puis, tu lui offres un sourire enjôleur avant de prendre sa laisse avec toi, même si elle est du genre à rester au pas lorsque tu la pro-mènes ville. Tu es tellement fière d’elle que quand tu travailles, il t’arrive de faire des numéros avec elle.

Après avoir fermé ton appart’ à clef, tu te rends en ville avec une envie d’aller boire un verre au Trois Balais, juste une envie comme ça, tu ne te l’expliques même pas. Quoi qu’il en soit, te voilà à marcher sur le trottoir avec à tes côtés, Plume qui trottine à fière allure, totalement curieuse de savoir qu’elle va être sa prochaine destination. Toi, pendant ce temps, tu enfuis tes mains dans les poches de ta veste en cuir, alors que dessous, tu portes un haut à fines bretelles noires, un jeans noir et tes talons haut bleu assortit à ton foulard que tu as dans les cheveux, il a la même couleur que ton ancienne maison à Poudlard.

Quand tu y repenses, les cours d’autrefois te manque pas mal même si tu aurais aimée faire mieux comme résultat à tes Aspic. Tu soupires de bonheur à cette pensée avant que Plume te ramène sur Terre en venant lécher tes doigts de ta main. Tu jettes un coup d’œil à ta princesse, cet adorable animal de compagnie ou bête de foire parfois avant de lui accorder un plus grand sourire encore. D’un signe de tête, tu lui indiques la direction, poussant la porte du bar avant de te diriger vers la mezzanine pour être un peu plus au calme avec elle.

Puis, sans que tu ne comprennes pourquoi, ta boule de poil blanche s’élance vers l’inconnue qui était déjà là avant toi. Gênée, sur le coup, tu ne penses qu’à rougir avant de retrousser ton nez et grimacer. Seulement, tel que tu l’as connais, tu ne peux pas t’empêcher de te mettre à rire en te disant qu’elle va lui faire sa fête tellement qu’elle est aussi hyperactive que toi, surtout lorsqu’elle est d’humeur joueuse et joyeuse. Après quelques minutes de folies, tu te rapproches à pas de souris tout en essayant de reculer ta petite folichonne qui ne demande que de l’attention auprès de la jeune fille.

- «  Toutes mes excuses vis-à-vis d’elle, Plume est du genre à apprécier n’importe qui à la moindre occasion qui se présente. Je ne pensais pas que cet endroit était déjà occupé. »

Ainsi, tu tentes de la retenir près de toi, mais tu te décides de t’installer sur la chaise de libre près de sa table, sans vouloir empiéter sur sa zone personnelle. Tu regardes plus durement ta chienne qui finit par passer une patte devant son museau, comme pour dire « Pardon », ce qui te permets de rire un peu avant de venir passer ta main dans sa délicate et douce fourrure. Après tout, tu ne restes jamais fâchée bien longtemps avec elle, tu l’aimes trop pour ça.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Artemis Wildsmith, le  Ven 18 Jan - 22:10


   
Service en salleLoredana & April - LA accordésIl l’avait vue tout de suite immédiatement, avait fait mine de se cacher derrière le comptoir pour une raison complètement inconnue. Stupide petit enfant. Comme gêné que Loredana ait passé la porte d’entrée de l’établissement, elle allait le voir dans sa posture tenue de gérant, sérieux le plus possible. Un petit moment avant qu’il ne décide de déglutir, de relever la tête afin de laisser dépasser le bout du nez du comptoir, vérifier où elle s’était installée. Il se penche dessus le bar pour vérifier, elle avait élu domicile en haut, sûrement, forcément, dans le cocon que représentait la mezzanine. Le meilleur endroit selon lui, confortable, cosy, tout doux et tout discret. Avant que cette interrogation ne fasse vriller les boucles, d’un coup, brutalement, se rendait-elle ici parce qu’elle avait un date ? Un rendez-vous amoureux ?
Forcément, la mine se fait tout de suite renfrognée à cette idée qu’il devrait envoyer balader mais il n’y parvient pas. Un regard aux serveurs qui étaient sûrement très occupés, c’était sa tâche sa mission du moment, aller servir l’ancienne Gryffondor. S’épousseter légèrement, être heureux de voir qu’il n’avait pas revêtu un tablier plus féminin plus enfantin moins viril que celui qu’il portait. Quel karma avait-il ! Celui-ci était incroyablement parfait. Un petit coup de doigts agiles et peut-être moites pour remettre les mèches rebelles en place, ou du moins essayer, et coller sur son visage son plus beau magnifique magique sourire.

Il grimpe les marches maintenant bien connues trois à quatre ou quatre à quatre enfin, rapidement quoi. Il bondit pour finalement sautiller dans la mezzanine. Peu de monde, il avise bien vite la silhouette de la brune sur un des sièges moelleux avant de cligner des yeux là plusieurs fois.
Il ne l’avait pas vu, un chien, un animal dans son bar à lui, qui s’était faufilé fourbement sournoisement pour aller se coller à Loredana. Certes il y avait une autre fille – la maîtresse de la créature canine certainement – mais il ne s’en préoccupe pas tout de suite. Si les chiens étaient les cousins des loups, ils n’en restaient pas moins inférieurs et surtout ennuyeux. Il grommelle quelque chose entre ses dents serrées. Ça lui fait une tête étrange, à la fois ravi de voir la vendeuse de Barjow & Beurk, et sceptique quant à la présence d’un autre poilu. Peu importe, une nouvelle fois il remet correctement son tablier et s’avance, guilleret, pour aller coller un bisou sur la joue de la Rouge et Or. Saluuuuut ! Être gentil adorable poli tout bien comme il faut, c’était une habitude maintenant avec elle dans les parages. Avant de tourner ses sourcils froncés vers l’autre cliente, et son chien.

Un coup d’œil maintenant tenu vers le canin et celui-ci se tapit se fait tout petit les oreilles basses jusqu’à se cacher se cacher se cacher. Le gamin sourit, une seconde tout au plus pour comprendre que si le chien a peur, c’est bel et bien de lui. Sa malédiction devait rayonner sur son épiderme de sorte que seuls les autres animaux ne puissent la distinguer sous sa forme humaine. Un peu comme un super pouvoir. Alors il en joue, se penche vers le chien pour faire jaillir de sa gorge orgueilleuse un grognement qui se voulait intimidant. Il ne pouvait s’en empêcher, il se redresse alors subitement.
Trêve de plaisanteries, bonjour à toi aussi ! Oui, la politesse du métier de serveur. Avant de faire parcourir sur ses paupières une interrogation qu’il se devait de poser vers Loredana, c’est ta p’tite amie ? Qu’il demande sans gêne. Les animaux normalement c’est interdit, mais comme ton chien a l’air de bien se tenir, puis surtout c’était vachement plus rigolo de lui faire comprendre qui était l’Alpha ici, c’est ok. Il s’apprêtait à s’asseoir près de la Gryffondor, en profiter quelques instants pour tisser brin de causette, comment ça va Spouik ? joyeusement, mais il se souvient, fait le dos droit et sérieux avant d’articuler d’une voix la plus professionnelle qui soit, qu’est-ce que j’peux vous servir mesdemoiselles ?

Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Loredana Wildsmith, le  Ven 18 Jan - 23:35



April et Arty
Je pensais passer un moment seule avec moi-même. Personne aux alentours, loin du brouhaha de la salle. Un besoin de retrouver un certain confort dans cet endroit du bar où je pénétrais pour la première fois. Je pouvais entendre des pas monter les escaliers, peut-être une ancienne connaissance qui m’avait vue et qui souhaiter venir faire la conversation. Il n’en était rien cependant. Je pouvais sentir une présence à côté de moi, un chien. Étonnant dans un bar. Pourtant, son affection m'attendrit, alors je ne me gênai pas pour commencer à le caresser, à lui parler aussi. Depuis mon départ de la BAM, je n’avais plus vraiment l’occasion d’être en présence d’animaux qui n’étaient pas les miens, alors j’en profitais malgré moi, ne prenant pas tout de suite la peine de lever la tête vers sa maîtresse qui ne tarda pas à venir s’excuser auprès de moi.
- Non, aucun problème, j’étais vendeuse à l’animalerie du Chemin de Traverse, alors elle ne me dérange pas du tout.
Je la vis s’installer près de moi, une femme que je voyais pour la première fois par ici. Je n’étais pas vraiment une cliente fidèle de ce bar, mais de manière générale, je connaissais les clients, ne serait-ce que de vu.
- Alors c’est Plume son petit nom ?
Des nouveaux pas de firent entendre dans les escaliers. J’espérais ce que ce ne soit pas un nouveau client. Je ne voulais pas que cet endroit devienne aussi bruyant qu’en bas. J’étais donc presque soulagée de voir qu’il s’agissait d’Arty, vêtu d’un tablier. Agréablement surprise de le voir dans cette tenue, je ne pu m’empêcher d’esquisser un sourire à son arrivée, égal à lui-même, un bonjour qui n’avait rien de professionnel. Avec le temps je commençais à le connaître et cela ne me dérangeait pas. Le bisous sur la joue marquant que la hache de guerre était… enterrée ?
- Salut toi ! Très élégant ce petit tablier, coloré c’est cool, que je me permets de dire. En tant que Métamorphomage, aimer les couleurs était une évidence.
Puis il y avait eu sa question qui, malgré moi, avait déclenchée un petit rire.

- Non, du tout, je viens tout juste de la rencontrer.
Je me disais bien que les animaux n’étaient pas autorisés ici, ou peut-être les petits, Theya ne pouvait sortir sans son Botruc mais vu la taille, ce n’était pas vraiment dérangeant.
- Ça va très bien, je suis en repos alors…d’ailleurs, quand tu veux pour me montrer le heurtoir, je t’attends ! Et je vais prendre une simple bieraubeurre s’il te plaît.
Puis pour ne pas paraître impolie, je demandais :
- Et toi, comment tu vas ?
Invité
Anonymous
Invité

La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Invité, le  Sam 19 Jan - 12:01

   
⇜ Pv Loredana Sparks & Arty Wildsmith |  code by bat'phanie ⇝
   
You belong to me and i belong to you.
Tu ne peux retenir un sourire lorsque la jeune fille n’y voit aucun problème face au comportement de Plume. Tu finis même par venir caresser la tête de ta princesse pendant que tu hoches doucement de la tête pour répondre à sa question de façon muette. Puis, bientôt, tu croises le regard d’un jeune homme à l’allure pétillante, bien qu’effrayante vis-à-vis de Plume qui file rapidement sous ta chaise en se cachant derrière tes pieds. Orné d’un tablier, tu ne sais pas trop son rôle, un serveur ou le propriétaire, peut-être en vue de son comportement familier avec la jeune fille à tes côtés. Quoi qu’il en soit, tu as tant de suppositions ou de questions restées sans réponses dans ta tête au point où tu reportes ton attention sur ta boule de poil qui rampe au sol pour venir se coucher à tes pieds tout en mettant ses pattes devant son museau.

Puis, tu suis le jeune homme du regard, tu le vois se pencher vers elle et grogner pour manifester son rôle de « leader » à la perfection, même si ce n’est pas au goût de Plume. Toi, tu te contentes d’hausser les sourcils, n’ayant même jamais vu un tel comportement et une soumission si parfaite de sa part. Ensuite, tu réalises que tu avais oublié les règles de bases des bars du chemin de traverses, tu rougis rapidement tout en te mordant la lèvre avant de rire un peu face à la réplique du dit-serveur du jour. Puis, rapidement, la conversation s’enchaîne entre eux, alors, tu te sens presque de trop au point de te lever, souriant d’un air mi-gêné, mi-honteusement maladroite. Tout en replaçant une mèche de tes cheveux derrière ton oreille, tu finis par te mordre légèrement la lèvre.

- « Je suis désolé… J’ai oublié que les chiens étaient interdits… »

Ensuite, tu regardes Plume avant de t’agenouiller devant elle, revenant doucement caresser sa belle bouille d’un air inquiète.

- « Hey… Ma puce … ça va ? »

En voyant qu’elle ne remue pas, tu redresses ta tête vers eux en rosissant un peu des joues lorsque le dit-serveur lui laisse une chance avant de te demander ce que tu voudrais boire. Pour finir, tu te demandes aussi pourquoi tu es venue ici, finalement, puisqu’à les voir ainsi, ça te rappelle des souvenirs douloureux par rapport à cette vélane et ton ex-meilleur ami. Tu inspires douloureusement jusqu’à reporter ton regard sur Plume tout en te penchant vers elle pour venir lui caresser doucement sa tête, puis son dos.

- « Juste un simple verre d’eau… Pour ce qui est d’elle, j’suis désolé, la prochaine fois, j’la laisserais chez moi… »

Prononces-tu en relevant ta tête lorsque tu te décides à lui ou leurs répondre, tout dépendra des personnes qui t’écoute. Lentement, tu recolles ton dos contre ta chaise, te demandant si c’était une bonne idée d’être sortit de chez toi, aujourd’hui… en voyant le résultat. Discrètement, tu ne peux t’empêcher de te mordre la lèvre, t’inquiétant plus pour elle que les « deux tourtereaux » qui sont à tes côtés…
Contenu sponsorisé

La Mezzanine - Page 5 Empty
Re: La Mezzanine
Contenu sponsorisé, le  

Page 5 sur 10

 La Mezzanine

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.