AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais
Page 1 sur 2
L'Arrière Salle
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


L'Arrière Salle

Message par : Kohane W. Underlinden, Lun 03 Sep 2018, 18:32


Ancien fumoir de l’établissement, l’arrière-salle est la salle la plus secrète des Trois Balais. Plus intime encore que la mezzanine, elle ne se prête pas forcément aux rendez-vous galants. Plutôt aux discussions sérieuses devant rester secrètes, aux manigances diverses et préparations de coups bas. Mais vous pouvez tout à fait également organiser un tête-à-tête amoureux en ce lieu.
La salle est plutôt froide, contrairement aux autres pièces de l’établissement. Ses murs n’ont pas été recouverts de bois et laissent la pierre apparente, comme dans une cave. Le plafond bas, éclairé d’une lampe faiblarde donne une impression de lieu fermé où vos secrets sauront être gardés. Les fenêtres sont petites et laissent moins passer la lumière du jour qu’ailleurs.
Le mobilier ressemble à celui de la salle principale. Table de bois et chaises de même matière.

Une nouveauté a été rajouté dans cette salle : une sorte de photomaton sorcier, pour vous photographier seul.e ou en groupe, quand l’envie vous prend. Nous afficherons ensuite votre portrait -qu’il soit sublime ou affreusement laid- sur les murs de la salle. Les client.e.s auront ainsi l’impression d’être tout à la fois en sécurité dans cette pièce et constamment épié.e.s. Si ce n’est pas une superbe idée !

Tarifs de la photo : gratuit pour les VIP, 8 mornilles pour les autres.
HRPG Lïnwe et ses talents de graphistes vous fera une jolie image qui rejoindra notre Panneaux d’affichage !
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: L'Arrière Salle

Message par : Kohane W. Underlinden, Mer 05 Sep 2018, 17:54



Suite du rp avec Lizzie

Je me perds. Entre son regard et la couleur de la flamme. Elle fixe nos doigts alors que moi, je la fixe. Dans ce silence des grands secrets. Après tout, nous sommes ici dans l’arrière-salle. La pièce des confidences, des noirs desseins, des arrivées et des départs discrets.
J’entends résonner, au fond de mes oreilles, une mélodie venue de loin. Une musique de Feu. Avec quelques notes de Chaos. Notre musique à nous.
Mon corps se penche en avant pour pouvoir poser le coude sur la table tout en garder la main en hauteur, au-dessus de la flamme, rivée à sa main. Les secondes glissent. Le silence s’immisce. Partout. Dans chaque invisible fissure des murs, des poutres, du cadran des vitres.
Enfin, elle brise ce fil.
Sa voix s’élève. A nouveau.
Je l’attrape, comme si je n’attendais que ça.
Je n’attendais qu’elle.

Oui. Je comprends.
Je ne sais pas d’où vient cette compréhension.
Mais je comprends.
Ou plutôt.
Je ressens.
Indicibles sensations. Un lien qui s’est créé. Je suis à l’écoute de ce qu’elle transmet. Comme elle est à l’écoute de mes propres ondes.
Lizzie
Je sens sa main enlaçant la mienne au-dessus de la flamme. Elle est si petite, flottant au-dessus de la table. Mais un jour, elle grandira. Elle grossira. Elle embrasera. Tout.
Je souris. A cette idée.
Alors que sa voix continue de me porter. Et j’entends ses allusions. Qui perce à travers son sourire malicieux. Elle parle de mes choix -étaient-ce réellement des choix ? Du chemin que j’ai emprunté. De ce point de vie, où je me suis retrouvée. Où je demeure encore, aujourd’hui.
Pas assez pour me marier.
Je garde le silence par la suite. Prise dans mes propres réflexions tout en tendant une oreille à sa dernière remarque.
Pas assez pour me marier.
Je n’aurais jamais pensé me marier non plus, tu sais. Mais j’ai beau crier, me révolter, porter de hautes idées, en vérité, j’ai du mal à faire face. Aux autres. A leur autorité. Du mal à dire non. Et accepter d’en subir les conséquences.
Puis
J’étais jeune. Quand tout a commencé.
J’avais seulement dix-sept ans.
C’est jeune, hein ?
Peut-être que si ça arrivait aujourd’hui, je réagirais différemment. Mais

-Finalement, ce n’est pas si malheureux que ça, je réponds dans un murmure.

Les choses se sont mieux passées que je ne l’aurais cru. Je m’y suis faite. Et même. J’apprécie la situation. Parfois, je me dis que je suis heureuse. Dans ce nouvel équilibre de vie que je me suis créé.
Mon pouce caresse doucement le dos de sa main alors que je reprends, sur le même ton :

-Je sais. Toute chose peut être défaite. Mais il faut du courage. Et de la volonté. Il en faut encore davantage pour défaire une promesse. Et ça, je ne peux pas.

Chercher son regard. Chercher à capter ses pupilles. Chercher à lire en elle. Pourquoi me parle-t-elle subitement de mon mariage ? Pourquoi a-t-elle cette pointe d’amertume derrière son sourire malicieux ?
Je ne pose aucune de mes questions.
Mais mes yeux interrogent en silence.

Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'Arrière Salle

Message par : Lïnwe Felagünd, Dim 23 Sep 2018, 18:11


PHANTASMA
— suite pv. Koko.

CONTENU SENSIBLE (?)

Le dealer était là, à attendre le verdict. Yeux dans les yeux avec sa patronne. Il y avait ce comptoir en bois pour les séparer : employeur/employé. Il y avait toujours cette frontière, qu'elle soit invisible ou guère, elle était toujours là pour se souvenir. Des fils qu'on tire. Le pantin - lui. Qui résiste aux tourments psychiques. Il attend la guillotine. De toute manière, il savait depuis le début les risques qu'il encourait en faisant ça (que se soit ici ou dehors). Mais disons qu'ici, il y avait un certain confort. Une certaine convenance. Une sorte de sécurité. Un toit, des tablées d'inconnus et ce comptoir qui, inconsciemment, rassurent.

Et puis finalement, c'est lui - le coupable - qui doit suggérer sa propre sentence. Ça c'est pas commun, et étonnement burlesque. Est-ce qu'un condamné a suffisamment de raison pour se condamner lui-même ? Non. Non, pas lui. Il était cash depuis le début. Soit tu fais ça, vite, et devant une bonne dizaine de clients. Soit tu me laisses continuer, par ici ça rapporte pas mal... On pourrait... trouver un bon compromis... - non ? Tant qu'à être corrompu, autant l'être jusqu'au bout. Chaque parcelle de son corps, chaque recoin de son âme en était embaumé, habité. Une momie pleine de vices luxurieux.

Un regard derrière son épaule
toujours vérifier l'absence d'oreilles trop curieuses
pour écouter convenablement -

la paranoïa aiguë le guette
très franchement

- vote unanime
là-dedans.


Une vision derrière cette épaule discrète :
un rideau, le clair-obscur et un fantasme enfoui dessous la tombe pharaonique.

Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: L'Arrière Salle

Message par : Lizzie Bennet, Dim 30 Sep 2018, 11:12



C'est une histoire de doigts et de coudes et de flammes, de sensorialité débordant dans le rapport au réel. Ce monde qu'on touche avec l'âme, qu'on patrasse avec toutes les parts de notre être, y compris les moins visibles. Je la regarde, avec cette opale sombre, cet oeil dont l'intensité ne redouble qu'en présence du feu. Pourtant, pourtant je crois que même sans cette flamme, aujourd'hui, je pourrais la regarder ainsi. Car elle a cette réalité si différente du reste. Elle plie le monde que je connais, en crée de nouveaux points de fuite.

Je la regarde l'air de dire : j’aime me perdre dans ton monde. Mais n'ayant pas la force de le dire, je reste muette. J'attends.

La sensualité de l'instant démultiplie lorsque je reconnais la musique qui passe actuellement. Je l'écoutais beaucoup, à Poudlard. Elle se marie bien avec mes souvenirs de rebelle à temps plein, dans un rare décalage avec les siens. Je ne perçois pas tout à fait l'amertume de sa voix, que je prends sur une généralité sur le mariage et ce que l'on peut entendre sur la vie de couple, quand on est jeune.

Son pouce est sur ma main, et je me surprends à vouloir l'enserrer de mes dents. Je n'ai jamais compris pourquoi j'avais envie de mordre ce qui m'était cher. Je suppose que dans un sens, c'est l'éveil des sens qui agit ainsi. Il repère trop de nouvelles données et intègre qu'il est heureux, alors c'est forcément qu'il a un bon repas face à lui. Quelque chose de cet ordre.

Elle poursuit sur l'éventualité d'un noeud à défaire ; sur son incapacité à le faire. Un voile de tristesse m'étreint la gorge, et la flamme s'éteint tout à coup.
— Cela ne ressemble pas à ton chaos, pourtant.

Me suis-je trompée ? Est-elle la marionnette des désirs des autres ? J'aimais sa combattivité, l'intensité de ses pulsions.

Je la sens ici si lasse, si fatiguée, si attachée à des normes qui sont pour moi comme une langue étrangère. Si encore elle disait que la promesse était importante car elle l'aimait, j'aurais pu le haïr, lui, mais la comprendre. Non. La promesse comptait juste car c'en était une.
— Et tu te rappelles de toutes tes promesses ? Celles que tu as pu faire quand tu étais plus jeune, par exemple ? Ou certaines ont-elles plus de poids que d'autres ? Qu'est-ce qui définit leur importance, le nombre de témoins ?

J'essaie de refouler l'acidité dans ma voix. Mais je lui en veux. Je ne peux pas prétendre l'inverse. Aujourd'hui, plus elle parle, et plus je sens les portes de son monde se refermer sur mon nez. L'idée m'est intolérable.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: L'Arrière Salle

Message par : Kohane W. Underlinden, Jeu 11 Oct 2018, 16:07


Linou

La situation m'amuse. Je regarde le gamin en souriant, d'un air espiègle. Celui-ci répond. Semble vouloir sauver sa peau (ou en tout cas, essayer de la sauver) en proposant un compromis. Comme si on pouvait s'entendre, tous les deux.
Je prends un air surpris, marqué par les sourcils qui se haussent.
Ne serait-il pas en train d'essayer de me corrompre ?
Rire intérieur, encore plus amusé. Alors que l'extérieur ne laisse qu'un visage mi-surpris mi-pensif en façade. J'observe le gamin de haut en bas. Il n'a pas l'air d'avoir peur. Il m'a toujours donné l'impression d'être un perdu. Un naufragé au milieu des 3B qui, pourtant, nage plutôt bien entre les tables et les clients. Lïnwe est toujours là sans trop être là. Méfiant, tout en même temps, tandis qu'i jette un rapide coup d'oeil par-dessus son épaule.

-Pourquoi devant des dizaines de clients ? je demande d'un ton lent en dodelinant la tête. On pourrait faire ça rapidement et en privé.

S'agirait pas d'entacher la réputation des 3B, nah mais !
Petit gloussement et je me penche vers Lïnwe, tend le bras, dégage son col de mes doigts et dessine du bout de l'ongle le contour de son cou. Ca pourrait paraître terriblement sensuel, dit comme ça. Mais ça va, hein, j'fais pas du détournement de mineurs ! Je contrôle juste la situation.

-Je pourrais couper ici, je reprends en décrivant lentement un demi-cercle à la base de son cou. Qu'en dis-tu ? -l'ongle s'enfonce légèrement dans la peau- C'est tendre, ça devrait se trancher facilement, non ?

Me redressant, je retire ma main, pars d'un petit rire avant de, subitement, redevenir ultra sérieuse. Vive les changements d'expression.
Mes yeux sombres plongent dans les prunelles du jeune stagiaire. Mes doigts s'agitent et tapotent la table. Réflexion.

-Enfin, si tu tiens à ta tête, on peut peut-être s'arranger, oui.

Comment ça, moi, corrompue ? Ab-so-lu-ment pas ! Je ne vois pas ce que vous voulez dire !
Je ne fais que me mettre au diapason du bar, de ses non-dits et ses adorables petits vices. Quel mal à ça ?

-Que ton marché ici ne fasse pas de bruit sinon je te coupe vraiment la tête. Et comme tu utilises mes -enfin, pas tout à fait les miens m'enfin c'est pas grave- locaux pour tes magouilles et que je te laisse agir, on fait du 20-70 sur toutes les transactions qui se déroulent ici.

Silence.
Demander du regard
Alors?
Ajouter
C'est à prendre ou à laisser.

-Et, troisième point, tu m'en laisses de côté.

Je n'ai jamais testé le kiwicot. Certains diraient que j'ai pas besoin de ça pour planer, de toutes façons. M'enfin... autant en profiter pour être corrompue jusqu'au bout.

-Oh non, encore mieux. Tu nous organises une petite séance. Rien que toi et moi. Où tu veux. Et je verrai ensuite ce que je fais de toi.

Eclat de défi dans l'oeil.
Je pense Lïnwe tout à fait capable de relever ledit défi. Pas sûr que tester sa marchandise avec la gérante du bar où il bosse le dérange beaucoup. Parfois, on se demande dans quel monde il évolue et où sont placées ses limites par rapport à celles que la société a pour habitude de poser.
Geste de menton en direction du garçon.
Silence.
Marché conclu?



Lizzie

J'entends le froid de sa voix. La déception. Ou la tristesse. Le seau glacé déversé sur la flamme. Quand Lizzie me fait remarquer que ça ne ressemble pas à mon Chaos.
Au contraire, j'ai envie de répondre. C'en est un. D'une autre façon.
Je ne peux défaire une alliance promise au Désordre des choses et à la Liberté ultime. C'est sans doute pour ça aussi que je m'y accroche. Parce qu'on s'est promis -d'être alliés dans une conquête pour la liberté et la destruction de l'ancien monde, de ces sphères étriquées, traditionnelles, conservatrices et consanguines.
Je sens mon propre cœur s'alourdir face au voile de tristesse que je perçois en elle, celui qui vibre et tremble au fond de ses yeux.
Sa voix est chargée d'une sorte d'amertume quand elle reprend, sur les promesses. Pourquoi m'en veut-elle autant ? Pour avoir promis des choses à d'autres ? Ou pour avoir promis des choses à Asclépius ?
Mes doigts cessent de caresser sa peau et préfèrent davantage serrer. Comme pour ne pas la laisser s'échapper -m'échapper. Peut-être qu'elle partirait, avec son amertume en fond de gorge. Peut-être qu'elle m'en veut au point qu'elle s'éloignerait sans se retourner.
Mes doigts se crispent, accrochés à elle.
Reste.
Reste et écoute-moi.
Reste, écoute-moi, comprends-moi. Parle-moi. Pourquoi vas-tu soudainement si mal ? Pourquoi ne sembles-tu plus croire en moi ? Je suis la même. La même qu'avant. Je n'ai pas changé...

-Bien sûr, qu'il y a des promesses plus importantes que d'autres, je commence dans un murmure doux. Et ce n'est pas le nombre de témoins qui fait leur importance.

Je m'arrête. Réfléchis.
Pour sûr, il n'est pas question de nombre.
Il n'y avait personne cette nuit-là dans la forêt interdite, personne hormis Asclépius et moi-même -et un Sombral. Promesse faite à demi-voix sous le regard de la lune. Personne pour venir en témoigner. Et pourtant, il s'avère qu'elle tient une importante place dans ma vie, à un tel point que je ne peux m'envisager la trahir.

-Ce qui compte, c'est ce qu'on a promis. Et, encore plus, à qui on l'a promis.

Je me tais à nouveau.
Essaie de déchiffrer Lizzie. Ce qu'elle peut penser. Ressentir. L'acide qui emplit son esprit et contamine sa voix.

-Asclépius compte beaucoup pour moi. Je tiens à lui. Plus encore, je lui fais confiance. C'est pour ça que ma promesse est importante. Mais ça ne change pas qui je suis.

Silence.
Déglutir.
Soutenir le regard d'en face.
Essayer de lire en elle.

-Tu m'en veux ?
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: L'Arrière Salle

Message par : Ellana Lyan, Lun 15 Oct 2018, 16:12





Pour Kohane

Je sais même pas ce que j'attendais comme réaction. Encore moins de sa part. En fait ça sonnait tellement simple : j'arrive, j'explique, je recommence à vivre. Alors voilà, bonjour Kohane, je reviens après six mois d'absence, je ne t'ai rien dit, je me suis enfuie, maintenant j'ai un bébé, son père est mort et puis… Et puis quoi ? Le rien. Le vide. Et le malaise. Il y a presque l'absence de réaction, le visage de l'autre qui ne semble pas y croire. Kalsi, ça fait longtemps. Tu t'en souviens toi ? On pourrait avoir tendance à oublier jusqu'à son visage innocent, ses sourires compatissants et ses bras qui seuls parvenaient à te faire tout oublier. Ah ! Comme tu l'aimais le Liskuvo. Comme il te manque et te manquera pour l'éternité. Et tu continues, folle à lier, à lui parler dans ton sommeil, à chercher sa main entre tes draps avant de te réveiller transpirante et seule parce qu'il n'est pas là.
Tu t'imagines que c'est parce que Lali pleure, les fantômes ça n'existe de toute façon pas - enfin si, au fond tu ne sais plus trop. Dans ta tête il est partit en voyage, il finira par rentrer, il te serrera dans ses bras, caressera la joue de votre fille, murmurera qu'il vous aime, qu'il ne vous abandonnera jamais, que vous êtes les deux femmes de sa vie et qu'il veut pour toujours rester ici.

Et ça te déchire d'apercevoir dans les faits, seulement ton visage dans le miroir, des cadres sans photos sur les murs comme des portraits de famille raté. Parce que t'as 18 ans et un gosse, que t'as tendance à oublier sous les couches de maquillage que tes cernes touchent tes pieds. Nan, t'es pas bien, mais tu souris encore, parce qu'elle reste ton plus beau trésor.

Tu suis celle que tu ne sais plus si tu dois aimer. C'est une situation trop étrange, tu es un peu perturbée, ne sachant comment exactement te comporter. Tu devines qu'elle ne va pas bien non plus. Ca te déchire de t'en rendre compte. Tu comprends que toutes les deux vous avez un peu trop grandis ces derniers temps et que c'est loin d'être positif. Les démons du passé vous enchainent séparées. Oh ! Qu'il est soudainement devenu intéressant de regarder ses pieds.

J'entre dans la salle, déserte, c'est bien. Je m'assieds un instant et souffle un coup. Elle n'est pas lourde mais je ne suis pas forte. Ca fait du bien d'un peu se poser. Oui. Je réponds franchement. Elle s'appelle Lali. Je bloque un instant, regarde la belle et réfléchis. Dois-je lui demander maintenant ? Tant qu'à faire des révélations, j'ai envie que le "pourquoi pas" l'emporte, après tout je n'ai plus rien à perdre. Est-ce que… Est-ce que tu voudrais en être la marraine ? Au moins c'était clair. J'avais pensé à elle et à Jo, un peu près les deux personnes qui comptaient le plus à mes yeux. Si j'avais confiance en quelqu'un pour aimer la gosse c'était bien elles mais je doutais de plus en plus qu'elle accepte en réalité. Le constat était effrayant.

Faut que j'allaites la petite en attendant alors je m'y applique consciencieusement, il n'y a personne d'autre ici de toute façon. La pièce n'est d'ailleurs pas très chaleureuse, le côté désert se fait comprendre et j'espère que la petite n'attrapera pas froid. Je souris en voyant la gourmande cesser de pleurer pour s'abreuver. Parfois il y a des choix qui ne se regrettent pas.

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: L'Arrière Salle

Message par : Elhiya Ellis, Mer 24 Oct 2018, 15:12



Pv Arnaud
Témoignages oubliés.
Si la journée était passée lentement, le regard sur l’horloge de l’infirmerie annonçait un possible retard si je lambinais encore plus longtemps sur mon bureau. Le temps de virer la cape de sorcier et la troquer contre quelque chose de plus confortable, prendre mon sac et un bloc pour mes notes puis me rendre au village sorcier… A force la route entre le château et les rues pavées pouvaient se faire les yeux fermés et complètement ivre…. Une scolarité entière à faire le trajet pour le refaire de nouveau une fois plus grande, je n’y m’étais pas attendue.. Enfin, pas vraiment le temps de bougonner sur le transplanage interdit entre les pierres de Poudlard, la marche permettait de remettre les idées en place pour l’entrevue avec Arnaud.

La dernière fois que lui et moi nous étions croisés c’était en plein Londres et le peu de phrases que je pouvais formuler n’avaient pas la clairvoyance nécessaire pour revenir sur le sujet du jour. Pourtant, ça trottait dans un coin de tête déjà à l’époque. L’avantage d’un laps de temps aussi long écoulé était d’avoir pu murir la réflexion et la faire naitre correctement suite à plusieurs observations. Restait à voir si la mémoire de l’ancien Serdaigle acceptait des petits flash-back sur notre dernière année. Au pire, la rencontre pourrait être remise à plus tard, il n’y avait pas vraiment d’urgence.

La porte de l’établissement poussé, un regard rapide du côté du bar avant de partir vers l’arrière salle. Pas qu’il soit question de grand secret, mais que lever le nez toutes les deux secondes en entendant quelqu’un monter les escaliers de la mezzanine me ferait perdre le fil, même chose dans la salle principale généralement bondée. Sans prendre le temps de vraiment regarder qui était au comptoir je disparaissais dans la petite pièce pas vraiment des plus chaleureuse mais suffisante pour ce qu’on avait à y faire. Un coup d’œil à la machine bizarre flanquée contre un mur, me demandant juste à quoi elle pouvait bien servir sans m’y attarder plus longuement.

Une petite table pour deux où j’abandonnais le fessier, pas besoin de plus à moins que l’ancien aiglon ait décidé de venir avec un album souvenir de sa période au château, ce qui me semblait fort peu probable. Attendant son arrivée, le carnet de croquis se remplissait de quelques griffonnages aléatoires, à aussi, ça commençait à revenir.
Revenir en haut Aller en bas
Arnaud Meula
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: L'Arrière Salle

Message par : Arnaud Meula, Mer 24 Oct 2018, 17:27



Retrouvaille aux 3B



PV Elhi

Pré-Au-Lard,

Même plus besoin de transplaner, je me dirige vers le centre du village pour arriver vers les 3Balais. Depuis peu, j'avais retrouvé la notion du temps, les journées au Heurtoir me semblait courtes et le projet de Table Ronde me prenait pas mal de temps. J'étais contacté par Elhiya Ellis pour semblerait-il "discuter" de diverses choses dont ma prothèse et la médicomagie.

Le seul soucis auquel je pensais directement était que certaines expériences remontaient déjà dans ma mémoire, il fallait creuser et se remémorer de bien mauvais souvenirs. La nuit fut bien courte et ma rentabilité au Heurtoir n'était pas à la hauteur d'autres jours. C'est ceux à quoi je pensais directement dans les longues rues de Pré-Au-Lard, vêtu d'une tenue assez... élégante pour ce genre de situation, mais cela me faisait plaisir de retrouver d'ancien camarade de Poudlard.

La porte de l'établissement franchie, je me retrouvais à examiner le lieu dans lequel j'étais déjà venu avec l'Agent Shela Diggle à l'époque, un ricanement rien qu'à penser à cela et je continua à chercher l'arrière-salle du regard. La lettre précisait qu'elle m'attendrait dans cet endroit.

Alors la direction repéré, le visage familier me rappela déjà tant de chose et j'affiche un léger sourire en même temps que je m'approche pour lui effectuer la bise.

Docteur Elhiya Ellis, comment vas-tu?

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: L'Arrière Salle

Message par : Elhiya Ellis, Mer 24 Oct 2018, 22:06



Retrouvailles aux 3B  

@Arnaud
LA Accordé tout le Rp

Une envolée de plumes noires couchées sur le grain de papier. Le chant du fusain sur le feuille avait quelque chose d’agréable, rassurant, un parfum d’enfance mis de côté pendant trop de semaines. J’aurai pu continuer un moment si les bruits de pas emplissant la salle ne m’avaient pas fait lever le nez. Une bouille connue, reconnue et qui étirait mes lèvres en un sourire de chaleureux. Machinalement les mirettes glissaient sur sa prothèse, juste pour vérifier qu’elle tenait toujours. Après la pose nous n’avions pas pris le temps d’en parler pourtant, c’était un sujet qui m’intéressait, peut-être égoïstement, bien qu’il ne me l’avait jamais reproché.

Un bisou et une boutade pour m’extirper de mes pensées, l’esprit revenait sur terre, ou du moins sur la table des  3 balais m’arrachant un pouffement.

– Ahaha, juste infirmière pour l’heure ça me suffit ! Comment vas-tu toi ? Toujours à ramasser des filles bourrées dans la rue pour les ramener chez elle ?

J’avais ri doucement, à y repenser s’il n’avait pas été sur ma route j’aurai surement fini par dormir sur la branche d’un arbre, à condition d’avoir réussi à grimper dedans.

– Ca date mais merci d’ailleurs ! Vas-y pose toi, je t’offre un truc ? Sans alcool promis, tu pourras pas me ramener au château de toute façon !

L’amusement aux lèvres, la main droite avait désigné avec légèreté la place face à moi, l’invitant à prendre le temps. La requête était une base, une raison de cette entrevue, mais n’interdisait pas la simplicité d’avant.

–Et cette main alors ? Bien habitué ? Ça n’a pas l’air de te gêner en tout cas. Contente de voir ça

Sincèrement même. Mais avant de poser plus de question, d’un mouvement de mèches blonde en direction de la chaise, j’attendais qu’il s’installe


Dernière édition par Elhiya Ellis le Jeu 25 Oct 2018, 16:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: L'Arrière Salle

Message par : Arty Wildsmith, Jeu 25 Oct 2018, 12:37


Commande
Elhiya & Arnaud


Mais ça ne s’arrêtait donc jamais. Encore plus quand la fin de la journée d’Arty annonçait un retour de foule sortant du travail, croyant bon venir se détendre les pieds croisés sous les tables de bois du fameux bar. Lui ne pouvait pas, pas tout de suite, pas encore. La détente et les moments doux des autres signifiaient pour lui nouvel élan dans sa journée déjà extrêmement longue. Il espérait s’habituer au nouveau rythme d’ici quelques jours, résolument différent de celui ponctué de bêtises et siestes au sein du Bureau des Aurors. Ici, il n’arrêtait pas, ça mettait ses boucles brunes en foufelle, ses sourcils se fronçaient devant une telle activité et ses jambes commençaient à le lancer douloureusement. Pourtant, sa bouille satisfaite-heureuse resplendissaient toujours d’un incroyable sourire. C’est qu’aux Trois Balais, il lui semblait avoir gagné en sérénité, ainsi, il faisait un excellent réceptacle pour les citrouilles qu’il accueillait aujourd’hui sur son tablier – de saison évidemment. Elles se dandinaient sur le tissu, toutes fières d’être ainsi exposées, et elles crapahutaient maintenant en direction de l’arrière salle où les yeux affutés du nouveau gérant avait décelé la présence d’un nouveau couple.

Les mains sur les hanches, les lèvres plaisantines de politesse, le Loupiot s’exclame rapidement, bonjoouuuur ! Bienvenue aux Trois Balais ! C’est que dans ce rôle qui lui tenait drôlement à cœur, il n’avait pas immédiatement reconnu la chevelure blonde d’Ellis, toutefois, il parvient à glisser en chuchotant vers son oreille comme une aparté théâtrale – oh salut ça va bien ? – avant un hochement de tête vers le visage de l’autre – monsieur – ajoute-il d’un air sérieux avant de se redresser et reprendre cette contenance qui lui était propre. Que puis-je vous servir pour vous faire grand plaisir ? Dites moi tout ! Sachez que, en pointant tant une carte qui devait se trouver pas très loin, nous avons des produits saisonniers qu’ils vous faut absolument tester ! Mais c’est comme vous voulez. Il penche alors légèrement la tête, Arty en attente, les mains sages derrière le dos.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arnaud Meula
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: L'Arrière Salle

Message par : Arnaud Meula, Jeu 25 Oct 2018, 14:47



Retrouvaille aux 3B  



Fascinant.

C'est fou comme le temps pouvait passer vite d'un certains côté, mais le caractère restait le même. Toujours souriante et remplie de quelques blagues pour poursuivre sur ma boutade.

Oh, simplement infirmière ? J'ai cru voir dans la lettre que l'heure t'arrangeais, car c'était la fin des cours, tu es encore en étude? Et non! Malheureusement pour moi, je ne suis plus au Ministère.

Un ton légèrement plus maussade se fit alors sentir entre nous deux, tout en regardant fixement la table j'ajoute à faible voix Depuis la mort de mes parents, j'ai démissionné et j'ai quitté Londres. James continue de garder mon duplex, mais je vagabonde à divers endroits quand je ne suis pas au Heurtoir. Je suis passé Entraineur là-bas. Comme un "clic" qui se faisait, je repris un sourire et leva les yeux vers les siens. Mais nous ne sommes pas ici pour parler de cela! Je prendrai volontiers quelque chose, sans alcool évidemment, en pleine soirée ainsi... cela me rappellerait quelques souvenirs.  

En m’asseyant alors à la suite de son invitation, je réfléchis brièvement à une boisson qui pourrait me convenir, mais le principal sujet fut mit directement sur la table par Elhiya. Ma prothèse, elle que j'avais tant chéri depuis sa pose, elle qui me servait pleinement de deuxième main. J'étais très heureux de l'avoir et c'est en partie grâce à la personne en face de moi que j'avais ce cadeau de la vie.

Oh oui, j'ai fait pas mal d'activités avec! Elle a tenu à tout, récemment je suis même devenu Gardien de l'équipe Serdaigle au Quidditch et elle ne bouge pas d'un poil pendant les matchs! J'avais pourtant longuement réfléchis à la renforcer, mais le besoin ne semble pas être pressant.

Nous fûmes alors coupé par le Serveur qui arriva. Franchement, je me demandais au début si ce n'était pas une blague ou si je n'étais pas surveillé par le Ministère... Arty Wildsmith, un auror que j'ai croisé plusieurs fois dans ma vie, d'abord à Poudlard, ensuite à un certains tournoi du Heurtoir et plusieurs fois au Ministère... Bien qu'il avait largement le physique et la gueule pour faire Serveur, j'étais un peu surpris de son attitude souriante. Il fait bien meilleur serveur qu'Azaël pour le coup...

Monsieur le Pyromane! Un simple café pour ma part. Je fixa alors mon regard vers Elhiya pour écouter son choix.

Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Re: L'Arrière Salle

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 25 Oct 2018, 16:51



Retrouvailles aux 3B  

@ Arnaud + Arty
LA Arnaud

Petit sourire amusé à son « simplement infirmière ». Oui simplement, même si c’était quand même loin d’être simple comme type de formation quand même. Si on se loupait on pouvait empirer le moindre petit bobo « tout simplement ». Mais je validais d’un signe de tête, pas vexée le moins du monde, accueillant avec surprise son départ du Ministère. Le sourcil rehaussé, les opales interrogatrices le scrutaient silencieusement, lui qui avait murir son projet pendant un long moment avait dû rencontrer des situations étranges pour abandonner cette carrière. Impossible de dire si ce revirement me soulageait un peu ou non, il reprenait trop rapidement sur pire pour que mes réflexions s’étoffent plus.

Des décès, une période de battement forcément, une démission et une petite promotion au heurtoir. Le sourire compatissant couvait naturellement, et la main, machinalement se posait sur le haut de la sienne valide en signe de réconfort. Pas besoin de feindre ou me forcer, je n’avais jamais fait semblant avec lui-même. Aussi je me contentais de sourire avec douceur quand il changeait de sujet, ne le forçant pas à en parler s’il ne le désirait pas. Ça déviait sur sa prothèse qui semblait bien se tenir même pour le poste de gardien au Quidditch. C’était tout bonnement extraordinaire que l’accessoire puisse supporter ce genre d’activité sans aucun renforcement. L’information serait notée plus tard après une intervention soudaine.

Quelques mots à mon oreille, une latence avant de reconnaitre la voix et les mirettes qui glissaient sur la bouille d’un Arty apparemment comme un poisson dans l’eau avec son costume d’apparat. Commissures relevé avec légèreté, voilà une tête que je ne me serai pas attendue à voir ici. Arnaud en profita pour commander un simple café, et le regard partait du brun, dans ma tête toujours Auror à la carte avant de la lui rendre.

– J’adore ton tablier Arty ! Je ne te savais pas ici ! C’est nouveau ?

Pour le coup la curiosité s’était éveillée à son tour. Surtout qu’il paraissait de bonne humeur, et étonnement plus rayonnant que la dernière fois où je l’avais croisé. Peut etre l’aura du bar qui faisait ça, mais ça ne m’expliquait pas comment on passait de préposé à la Lumière à serveur avec torchons de défense. Enfin, vu qu’il était là pour nous servir, j’énonçais mon choix, qu’il ne se fasse pas houspiller pour lambinage avec les clients.

– Hum je prendrais des châtaignes grillées et un café double s’il te plait.

A moins qu’un café à la châtaigne existait mais je n’avais rien vu de tel sur la carte. Nouveau sourire poli cette fois-ci à Arty avant de reporter mon attention sur Arnaud.

– Tu taperas dans les châtaignes ?

Savoir s il fallait prendre plutôt deux portions
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'Arrière Salle

Message par : Lïnwe Felagünd, Jeu 25 Oct 2018, 22:06


PHANTASMA
— suite pv. Koko.

CONTENU SENSIBLE (?)

Lïnwe a dû esquissé une dizaine d'expressions différentes sur son faciès d'adolescent, si infimes soient-elles. Il est capricieux. Surpris. Provocateur. Perplexe. Des idées qui s'opposent comme deux âmes chevaleresques. Les traits de la supérieure qui s'épaississent puis se désépaississent rapidement. Elle aussi, elle change de couleur et d'émotions dans le même temps que ses pensées s'enchevauchent.

Elle fait son petit numéro de dominatrice nonchalante. D'un ongle presque sensuel qui s'abat le long du cou comme une guillotine révolutionnaire. Un frisson le parcourt un instant. Mais finalement, le culot a eu raison de lui - une fois de plus. Elle  s'avère être Dame Corruption en personne qui, comme la Mort, choisit de descendre parmi les mortels pour faire son marché aux âmes. Le dealer est toujours un peu choqué de sa réponse. Quatre-vingt, vingt - ça lui paraît carrément un bon deal en plus ! S'il avait carte blanche pour son business perso et qu'il devait, en échange, faire partager un peu de sa cam à Kohane, c'était vraiment tout bénéf. En plus d'être partenaire, elle deviendra sans doute une cliente.

Ouais c'est malsain.

Avancer sa tête un peu plus près du comptoir
et dans un sourire éclatant, dévoiler ses dents :
- Marché conclu !

HRP : FIN ?
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: L'Arrière Salle

Message par : Arty Wildsmith, Sam 27 Oct 2018, 22:10


Commande
Elhiya & Arnaud



Évidemment son sourire s’était immédiatement éteint. C’est-à-dire que lui se montre affable, gentil, accueillant et comment était-il remercié ? En se faisant insulter de pyromane ! Mais c’est la mauvaise foi qui est froissée car il n’est pas si imbécile pour ne pas se rendre compte que c’était exactement ce qu’il était. Tout de même, la vérité blesse. Alors, il grimace. Pourtant, comme son métier l’exige aujourd’hui, s’il n’écrabouille le visage de ce petit monsieur horripilant, c’est juste dans sa tête à l’aide de ses rétines imaginatives. Puis rapidement, la question d’Elhiya convoque sa concentration, c’est vrai qu’il devait des explications, alors dans un haussement d’épaules il répond vaguement, une histoire d’incendie, in-vo-lon-taire qu’il précise en regardant avec insistance son client. Puis il s’essuie fièrement le tablier tout propre en lançant un joyeux merci ! Il a repris la pétillante qui était sienne, j’vous ramène ça tout de suite.
Vous aurez noté qu’il n’était nullement doté d’un quelconque carnet ou crayon, c’est que parfois, on remarque qu’il est légèrement suffisamment attentif pour retenir les commandes.

Il tournoyote pour se rendre dans la salle principale où il en profite pour ôter le chapeau d’une vieille sorcière impolie - il s’agit d’un bar madame mais tout de même, un peu de tenue, pas de couvre chef à l’intérieur.
Avec précaution il s’en va s’affairer pour trouver portion de châtaignes et les faire griller dans la chaleureuse cheminée des Trois Balais, durant ce laps de temps crépitant il s’évertue à faire les deux cafés tout comme il faut.
Quelques minutes et le revoilà devant ses deux gentils clients eeeeet voici pour vouuus ! J’pense pas avoir trop fait cramer les châtaignes ! Tu m’diras ! C’est qu’il commençait à peine dans l’art de la cuisine, j’ai rajouté un peu de sucre glace aussi ! Oui une idée de la narratrice sans qu’on sache vraiment si ça se fait ou pas. Du coup pour vous Monsieur ça fera 5 mornilles, et toi Elhiya 15 mornilles ! Alors certes il y avait cette petite déception de ne pas s’être lancé dans l’élaboration curieuse d’un plat atypique, mais bon, au moins, il y avait peu de chance qu’il fasse n’importe quoi.


Commande:
 

Elhiya Ellis : Ticket de tombola n°3
Arnaud Meula : Ticket de tombola n°4
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: L'Arrière Salle

Message par : Kohane W. Underlinden, Dim 28 Oct 2018, 20:05


Pour Ellana

Courant d'air froid. Parti du cœur, qui remonte l'échine.
Tout est glacial à l'intérieur. Et la structure désincarnée d'un chalet muet est sans cesse là pour me le rappeler. J'en suis à un point mort où je patine dans le silence des autres, le cri avorté des absents. De l'absent. Et mes propres voix, qui se taisent. Avec des mots qui restent en travers de la gorge, ceux qu'on aurait bien aimé dire un jour, peut-être, ceux qu'on croyait pouvoir dire un jour avant de réaliser qu'il n'y aurait plus de jour où.
L'arrière-salle est déserte. Deux fantômes qui y pénètrent -nous.
Je lis en Ellana un effet miroir à moi. Une sorte de perte au fond de la prunelle. Sans parvenir à mettre le doigt sur ce qu'est réellement ce manque. D'où il vient. Pourquoi il est là.
Mais chez elle aussi, il y a la peine qui transparaît derrière l'enfant.
Ca ne peut pas être vrai. On se croirait dans une mauvaise tragédie. Où les deux amantes se retrouvent déchirées en même temps, même plus capable de s'aimer face la Vie.
Pourtant.
Je crois que je l'aime encore. Encore. Encore.
Je l'aime mais
J'ai trop mal pour le dire ou l'accepter.
J'ai trop mal à l'intérieur pour faire de la place à qui que ce soit.
Peut-être qu'elle aussi, elle est trop tombée pour me laisser entrer à nouveau dans sa vie. Et alors ? En ensuite ? Qu'allons-nous faire ? Continuer, seules, nos routes ?
Sentiments contradictoires qui m'animent.
Mon cœur est glace. Mais j'ai aussi besoin d'elle. Terriblement besoin de sa présence. Pour essayer de continuer à sauter au-dessus des obstacles, sur cette course de fond qu'est la vie.
Elle était mon cœur, mon âme, mon esprit.
Elle était celle qui faisait battre ces émotions douceureuses au creux de ma poitrine.
Elle était celle à laquelle je me raccrochait, comme symbole de la Liberté que je gardais malgré la famille, malgré le mariage. La Liberté d'aimer et d'être aimée. J'avais promis. Que ce contrat ne changerait rien entre nous. Qu'elle serait toujours là, au fond des sentiments.
Le mariage n'a rien changé.
J'ai continué de l'aimer comme jamais.
On pourrait croire qu'à présent, je devrais être heureuse de pouvoir l'aimer pleinement. Amante au grand jour, qui n'a plus à se soucier de rien.
Pourtant, c'est l'inverse qui se produit en moi. J'ai l'impression de la perdre en même temps que j'ai perdu Asclépius. Alors qu'elle est là. Comme si les deux ne pouvaient que fonctionner ensemble. J'avais, finalement, autant besoin de l'un que de l'autre. Deux formes d'affection différentes. Mais auxquelles je tenais. Et quand l'une s'en va. J'ai du mal à retrouver l'équilibre.

Je m'installe lentement face à la demoiselle, hoche la tête, un peu ailleurs, lorsqu'elle confirme : c'est sa fille.
Sa fille.
Son bébé.
A elle.
Mon cœur se serre imperceptiblement. Comme si elle m'échappait. Cet enfant. Me l'enlève, d'une certaine manière. Elle est mère et cet enfant est sans doute bien plus important à ses yeux que moi. Elle n'a pas tort ; Lali -puisque tel est son nom- ne pourrait survivre sans son aide, sans ses soins et son amour. Moi, je suis grande. Même si je trébuche et que je tombe, seule dans le noir, je suis toujours en vie. Je pourrais continuer. Sans elle. Pas Lali.
C'est une vérité.
Qui, pourtant, me poignarde au fond de moi.
Ellana, ma petite Ellana. Tu es si loin de moi. Une naissance et j'ai l'impression que te voilà dans un autre monde, si différemment du mien. Tu as tes obligations ; tu as l'enfant en ton centre. Moi aussi, j'ai mes obligations, mais pas d'enfant en mon centre. Je ne tourne pas pour un être qui dépend de moi, qui a besoin -besoin vital- de moi. Et peut-être
Que j'aurais bien aimé, tu sais.
J'aurais bien aimé, moi aussi, tenir un petit bout d'humain qui aurait eu besoin de moi. Etre importante pour quelqu'un. Un point de repère tangible. Me sentir à ma place dans sa vie de petit être.

Et les mots de l'aimée sortent.
La question, toute simple.
Que je n'attendais pas.
Qui me laisse coite quelques secondes. Regard passant d'Ellana. A Lali. Laquelle est rapidement tranquillisée par le sein tant attendu de la mère.
J'hésite, lèvres mi-ouvertes sur un silence perplexe.
Je déglutis.
En regardant la gamine qui se nourrit.
Marraine. Etre la marraine de la petite. Je repense en un flash à Tim, le filleul si rapidement connu. Avant qu'il ne s'en aille dans le lointain. Adrian, aussi, l'autre filleul dont je n'ai plus vraiment de nouvelles depuis un moment.

-Je... Je sais pas si je vais être assez forte pour... mais... oui, c'est d'accord.

Posée sur la table, ma main tremble un peu alors que mon regard reste rivé sur la petite.
Puis, lentement, mon attention se dépose à nouveau sur Ellana. Son visage juvénile. Elle est pareille à la dernière fois qu'on s'est vues. Toute différente en même temps. Elle a vieilli. Pas physiquement. Mais dans les yeux. Dans la tête. Dans l'âme.
Une naissance, ça vous pousse en avant sur la frise chronologique de la vie.

-Elle... elle pourra venir à Thermidor. Quand elle sera plus grande, elle pourra gambader en montagne comme ça. Je... je suis sûre... elle adorera... elle...

Ma voix vibre et se trouble. En même temps que les yeux. Tandis que les images assaillent l'esprit en un quart de seconde seulement.
Neill. Tim. Enzo. Les gamins, d'âge différents, qui sont passés à Thermidor, ont su y être chaleureusement accueillis.
Et l'enfant mystère, que je calais dans leurs pas. Que j'imaginais, parfois, à leur place. Jouant à l'extérieur, grimpant sur les rochers, nageant dans le lac, dégustant les chocolats chauds maison, dormant avec le chat.
Dans le scénario, à l'image de la venue de Neill ou de celle de Tim et Enzo, Asclépius était dans le coin. Les chocolats chauds, c'était son truc, ça. Puis il se débrouillait pas mal avec Tim et Enzo. C'était... un genre de tableau heureux, un peu gauche, sans doute, parfois, mais souriant. L'approche d'un bonheur simple auquel je croyais avoir enfin droit.
Je me mords la lèvre inférieure pour ne pas pleurer.
Lali viendra un jour à Thermidor. Quand elle aura un peu grandi. Sans doute qu'elle jouera, rira, profitera. Comme Neill, Tim, Enzo, l'enfant mystère.
Mais il y aura toujours une ombre au tableau heureux.
Celle de l'absence.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: L'Arrière Salle

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2

 L'Arrière Salle

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.