AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Sélection de Blu-Ray 4K à 10€
Voir le deal
10 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais
Page 5 sur 10
Au Bar
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle

Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Artemis Wildsmith, le  Ven 6 Déc 2019 - 19:57

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Substances licites




La pulpe des doigts commençait vivement à pétiller pétiller tandis que se formait dans le cervelet un brouillard coloré de ce qu’il avait déjà ingéré. Et ce n’était clairement pas ainsi qu’il parviendrait à soutirer quelconques informations de la bouche tant regardée observée désirée de l’Amoureuse - à quand le baiser ? Rien que sur son tabouret, le Blaireautin ne parvient pas à l’immobilité, tapoter des pieds gigoter. Les boucles s’agitent, sentent pertinemment qu’il serait difficile pour lui de poursuive l’échange joueur tant les idées bousculaient les méninges noyées. Et pourtant, il continue de siroter joyeusement son cocktail qui se vidait dangereusement - s’arrêter avant que l’estomac ne soit retourné, ce ne serait pas une belle fin de soirée. Il hoche la tête exagérément pour signifier qu’il était absolument tout à fait d’accord - elle avait été idiote. Il s’apprête d’ailleurs à lui dire mais ses yeux s’écarquillent en voyant la Gryffondor s’approcher s’approcher encore, mimer des non non non non, il savait qu’il finirait par craquer, tout enflammé-sanguin qu’il était. D’ailleurs, rien que son genou contre le sien, il perd pied, la poitrine battante. Et ce geste, fabuleux admirable qu’il apprécie tant, lorsqu’elle passe sa main dans ses cheveux. Arrête, enfin, pas les caresses, le jeu avait lui aussi disparu - presque - c’est que l’effet de la boisson était forcément rapide pour un cerveau déjà trop acrobate, tu dis des bêtises ! Il s’empare de sa main, la fait danser avec la sienne, c’est pas à cause d’une broutille pareille que je vais perdre confiance en toi ! Une broutille, oui, c’était le mot qu’il avait employé.  

C’est ainsi que cela lui semblait tout à fait, un événement du passé où c’est vrai que je me suis un peu un tooouuut petit petit petit peu trop emporté, il assumait ! Comment vont les voisins ? Subitement comme ça sans transition aucune. Il s’en contre fiche complètement en réalité, puisqu’il a désormais lâché les doigts de Loredana pour aller s’amuser avec le bas de son pull, gaiement, titiller l’envie terrible de le lui retirer, ne pas pouvoir rester focalisé sur une seule et même pensée.
Ce flux débordant abondant d’émotions et de questions le fait se rapprocher du nez de la Métamorphomage, c’est qu’il y avait bien une chose qui restait accrochée à son front exalté - l’embrasser l’embrasser l’embrasser. Ce moment parfait de roulement de tambours avant que les lèvres ne se touchent finalement, s’approcher encore faire durer l’attente étincelante.

Faut que je range la salle ! Bond en arrière. Koko va râler ! Oui bien sûr, c’était exactement le bon moment et en plus de cela un terrible mensonge, non en fait elle va pas râler, merci le Veritaserum, c’est juste que je dois bouger bouger bouger sa langue non plus ne s’arrêtait pas que j’ai envie de t’embrasser mais jamais JAMAIS je ne serai le premier, c’est toi qui as été méchante ! Mais terriblement gentille d’avoir franchi la porte des Trois Balais, mais un peu gentille quand même, ça n’a plus aucun sens, il trottine sautille jusqu’aux tables pour y donner un coup de chiffon - qu’il a oublié - zut zut zut virevolte face au bar pour le prendre d’assaut. Alors, tel un chevalier prêt à jouter il prend son élan et finalement court court court espère passer au delà du comptoir d’un saut maitrisé : aaah non non non trop haut ![/color] Mission inachevée le voici en réalité complètement allongé sur le ventre, sur le bar, grimaçant du mouvement des entrailles retournées. Appuyé sur ses coudes comme si cette abracadabrante figure n’avait pas été surprenante, il se met alors à compter sur ses doigts, pour te faire pardonner, vous faire, bref, toi moi, tu peux : un, me faire des papouilles, c’est qu’il redevenait terriblement enfantin lorsque le sang se faisait enivré, deux, une belle déclaration d’amour, trois, m’acheter une nouvelle trottinette, rien à voir mais que dit-il faites le taire ! quatre, m’embrasser, cinq, m’embrasser.
Et il lui sourit, béatement.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Loredana Wildsmith, le  Ven 6 Déc 2019 - 22:07

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme, Substances licites




L’alcool commence à faire son effet, ou peut-être que c’était le petit plus de ces cocktails dont ce bar avait le secret. Le tout mélangé au Veritaserum qui supprimait les filtres. Plus aucun secret n’était possible, chaque question aurait sa réponse. Je commence moi-même à ne plus pouvoir tenir en place. Tous mes sens se décuplent, j’avais envie de l’embrasser là, tout de suite, maintenant. Nous étions en train de lutter, tous les deux à notre manière, l’un de nous allait forcément craquer à un moment ou un autre. Je grimace à l’évocation des voisins, à ses journées à m’imaginer entendre débarquer les policiers chez moi. J’avais nettoyé l’appartement de fond en comble, ne surtout pas prendre le risque qu’un seul mètre carré ne contienne l’ADN de la voisine qui avait perdu la vie. En tant normal, je n’aurais peut-être pas évoqué mes craintes, je les aurais enfermés à clé dans un coin de ma tête. Pourtant, ce soir, tout devait sortir, cela ne pouvait être autrement. La famille de la voisine a essayé de frapper à sa porte à plusieurs reprises. Mon regard se fait inquiet. Je vais devoir déménager, mais en même temps il ne faut pas éveiller les soupçons. Je passe mes mains sur mon visage. Je sais pas, mais je ne suis plus à l’aise là-bas. Je secoue la tête pour passer à autre chose, ne pas penser à cette pauvre innocente qui s’était trouvée au mauvais endroit au mauvais moment.

Il s’approche doucement doucement doucement, ma respiration s’accélère, devient plus forte et son mouvement de recul me fait ouvrir la bouche – signe d’une immense frustration. Le voilà parti, loin, cassant tout espoir qu’il m’embrasse le premier. Je le suis du regard, d’abord étonnée puis en éclatant de rire en voyant son saut loupé. Je m’accoude au bar, près de là où il se trouvait désormais allongé, je remue, mes doigts tapotant sur le bois du comptoir. Cette grande excitation, mêlée aux effets qui m’embrouillait le cerveau. Un océan de couleur remplace les doutes qui me hantaient l’esprit à mon arrivée. Je lève la tête vers le plafond d’une manière clairement exagérée, faisant mine de réfléchir à toutes les propositions du Lycanthrope. C’est urgent la trottinette ? Non parce que j’ai d’autres plans actuellement. Et ça m’étonnerait qu’il y ait quoique ce soit d’ouvert. Quel dommaaaaage ! Une main douce se pose ensuite sur son visage, lui offre de tendres caresses amoureuses, tandis que mon nez se frotte au sien. Je suis complètement folle amoureuse de toi. Je secoue la tête comme pour dire je n’y peux rien désolée. En revanche, je me recule, pousse quelques tables afin de faire de la place, tu vas devoir encore patienter un peu avant que je t’embrasse. J’ai envie de te rendre fou. Merci le Veritaserum qui gâche toutes les surprises. Là j’ai envie de… de ? danser ! Faux espoirs, encore. Je m’éloigne encore, vers le Jukebox - qui me faisait de l'oeil depuis cinq bonne minutes - pour allumer la musique, une chanson qui bouge, qui extériorise l’hyperactivité dont je fais preuve désormais. Allez viens ! Je m’approche d’Arty, le fait se redresser pour finir par le faire descendre du bar. Je l’attire vers moi, un peu plus loin du comptoir pour que l’on puisse se défouler comme nous le demandait le cocktail. D’ailleurs, je m’étais empressée de terminer le mien. Je saute, bouge la tête, les cheveux devant les yeux. J’enlève mon pull qui m’étouffait, laissant place à un débardeur décolleter, qui mettait tout ce qu’il fallait en valeur. J’envoie valser le vêtement qui finit par terre, juste à côté d’un tabouret de bar. Presque dessus. Presque. Je m’empare à nouveau des mains de mon Amoureux, un grand sourire aux lèvres et je le fais bouger à mon rythme. C’était parfait.

Cependant, mes pieds finissent par se prendre dans l’une des nombreuses chaises. Je tente de me retenir, en vain. C’est presque au ralenti que je finis au sol, Arty sur moi. J’éclate d’un rire sincère avant d’inverser nos places, là où je pouvais avoir le dessus. Essoufflée, l’adrénaline coulant encore dans mes veines. J’étais brûlante, je le sentais. J’écrase mes lèvres sur celles d’Arty dans un baiser fougueux, complètement fou. Comme si cela faisait des mois et des mois que nos lèvres ne s’étaient pas touchées. Alors que tout aurait pu partir à ce moment-là, je me relève brusquement pour reprendre ma danse. J’ai été la première. Je monte sur une table, montre Arty du doigt de façon théâtrale. À toi d’être le second. Et me voilà en train de remuer sur une table qui, je l’espérais, ne finirait pas par céder.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Artemis Wildsmith, le  Sam 7 Déc 2019 - 11:41

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme,  Substances licites




Bien évidemment que la trottinette était sacrément urgente, il n’y avait d’ailleurs pas d’autre chose plus urgente dans la liste des choses urgentes à ce moment-ci précis. Enfin, des mots d’amour combleraient facilement aisément ce manque de roulettes, et la vive déclaration de Loredana lui éclate le sourire – plus large encore. Et c’est sans trop de frustration qu’il obéit en se redressant vivement pour aller déhancher ses pieds sur le parquet des Trois Balais. C’est qu’il adorait être rendu fou, et ce soir davantage, alors que le rythme – devenu kitsch disons-le – lui inondait les tympans amusés. Elle voulait danser, ils danseraient, Arty parfaitement conciliant dont les baskets avaient grande hâte de voltiger. Sensation frénétique d’être libéré tout léger des contrariétés intérieures alors que les membres valsaient n’importe comment. Cependant, il n’était pas pire danseur que sa partenaire qui les fait chuter ridiculement. Il rit aussi, l’accompagne, connaît les secondes qui se dérouleraient – se réjouissait. L’explosion humide tant attendue vient délivrer une fureur intérieure qu’il ne parviendrait pas à maîtriser. Ne pas arrêter la sulfureuse chorégraphie des lèvres, il a l’impression rayonnante de retrouver son Amoureuse.  
Argh ! Boucles mécontentes de ne pas avoir été suffisamment rassasiées, il grogne en voyant s’échapper la jeune femme vers une montagne tablée. Mais cette fois-ci, sans se faire nullement désirer, rapidement il se remet sur ses pieds pour aller la rejoindre. Bond presque maîtrisé, sans s’aider de ses mains, sauter plier les genoux, atterrir sur la table tremblante – l’agilité d’un Loup-Garou, il le sait, d’ailleurs, graou, alors qu’il se stabilise face à l’Amoureuse.

Un demi-mètre peut-être les sépare, et tandis qu’il s’approche, il a tout le temps du monde de se délecter de la peau découverte que le débardeur offrait agréablement. Là, c’est une vue que le Fripon ne peut pas laisser inexplorée, maintenant qu’elle l’avait embrassé une première fois. Il serait le second, le troisième, le quatrième, jusqu’à l’infini de l’éternité, c’est qu’il avait laissé bien trop de temps se déplier depuis leur dernier baiser. Ainsi, doucement, il joint son bassin au sien, lui faire ressentir au passage à quel point sa masculinité était emballée et l’embrasse pour un fameux fabuleux deuxième baiser. Y chatouiller finement une langue qui lui avait manqué, mais ne surtout surtout pas s’y attarder. Il lui fallait amadouer l’épiderme pour les paroles qu’il prononcerait, regagner le précieux cou pour y faire naviguer les lèvres friandes, tu sais Lore, voilà le début des sérieuses paroles alors qu’il gagne méticuleusement la clavicule dessinée de la jeune femme, j’veux personne autour de toi, enfin personne qui, tu comprends, une main toujours concentrée à lui faire pencher la tête sur le côté – faciliter l’itinéraire baisoté, plus de fantôme bijoutier, il était ivre, pardonnez-le, mais il espérait qu’elle comprendrait. Ne surtout pas s’arrêter, sinueuse descente vers un décolleté que ses doigts inoccupés s’attachaient à découvrir davantage, poursuivre, poursuivre les pointillés baisers, sinon j’vais leur arracher les yeux, tu l’sais, il se met à genoux, démontrer qu’il pouvait lui aussi être dévoué, qu’il l’était en réalité, soulever le tee-shirt haut haut haut, pour embrasser le ventre, la faire totalement chavirer alors qu’il avouait ses penchants jalousement possessif – dangereux – et c’est pas une histoire de jouer au mâle Alpha. Dessiner une vaste constellation sur l’abdomen brûlant.

Des shots ! De nouveau brusquement debout, la soirée serait compliquée pour se poser sur une seule idée filée, il pirouette pour descendre de la table et se rendre de nouveau près du bar. Se pencher se pencher périlleusement et risquer de basculer mais il parvient malgré tout à s’emparer d’une bouteille au bec fin et deux petits verres. Y verser la boisson bleutée – schtroumphement délicieuse oui oui – avant de lever son verre en direction de l’Amoureuse : à notre futur emménagement ! Alors d’où lui venait exactement cette pensée, on ne sait pas, oui, tu peux venir vivre avec Aza et moi ! Ou … ou alors quitterait-il le cocon adoré créé avec le meilleur copain ?


Dernière édition par Artemis Wildsmith le Ven 31 Jan 2020 - 17:30, édité 2 fois
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Loredana Wildsmith, le  Sam 7 Déc 2019 - 15:36

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme, Substances licites




Il ne tarde pas à me rejoindre sur la table, dans un saut qui me rendait presque jalouse. Ce n’était pas juste, moi aussi je voulais sauter comme ça. Non, moi je ne savais que tomber des arbres, rien de plus. Quel ennui. L’envie de me remettre sérieusement au sport, de gagner en agilité afin de remonter un peu le niveau. Mon but n’était pas vraiment de passer pour une tache à côté de lui. Ces pensées sont rapidement effacées par la chaleur du corps d’Arty désormais tout près du mien. J’esquisse un sourire malicieux et me laisser aller dans ce baiser qu’il m’offrait. Les lèvres, le cou, la clavicule, tant de sensations décuplées par l’alcool et le manque. Après avoir été loin de lui aussi longtemps, le contrôle n’était pas une mince affaire. Les yeux clos, je tente de me concentrer sur ces paroles. Revenir sur une chose qui semblait le travailler pour qu’il en parle pile à ce moment-là. J’essaie d’ouvrir la bouche pour répondre, rassurer, lui dire qu’il n’avait pas à s’inquiéter de cela. Pourtant, je ne sors qu’un soupire, la tête complètement préoccupée par les baisers qu’il m’offrait. J’aimerais en demander plus, mais voilà qu’il se recule brusquement pour se diriger vers le bar.

À mon tour, je grogne dans mon coin avant de finalement sauter de la table – sans tomber – pour aller le rejoindre en sautillant, glissant. Là, entourer sa taille de mes bras tandis qu’il me tend un tout petit verre rempli d’un liquide bleu qui me plaisait grandement. Regarde. Hop, en un instant, je force mes cheveux à prendre la même couleur. C’est un succès. C’est qu’il y avait quand même un beau progrès de ce côté-là. Le contenu du verre disparaît rapidement dans ma gorge, les souvenirs de mes soirées moldues dans les bars. Attends quoi ? L’état d’ivresse semblait ralentir mon temps de réaction. "Ou" quoi ? L’information d’Arty était en train de grimper doucement, tout doucement dans mon cerveau endormi, ou rempli d'un feu d’artifice coloré. C’est une proposition sérieuse ? Je le lâche alors pour me mettre à côté de lui, le regarder bien dans les yeux. Il ne pouvait pas mentir, l’effet du Veritaserum était bien trop fort pour cela. Je scrute pourtant, le moindre sourire moqueur, peut-être qu’il trouvait mes peurs ridicules, qu’il n’y avait aucune raison de déménager pour ce genre de petites choses sans intérêt. Tu as vraiment envie que je vienne vivre avec toi ? C’était le bon jour pour poser cette question. Tu penses qu’on est prêt ? Les souvenirs de l’Écosse. Il y avait eu des hauts et des bas, mais le voyage s’était plutôt bien terminé à notre plus grand bonheur.

Je nous ressers un verre, je paierai t’inquiète pas. Je ne voulais pas abuser de la gentillesse du Lycan. Après tout, je n’étais pas chez moi, même si c’était quand un peu son bar. J’avais peut-être donc le droit de m’y sentir un peu comme à la maison, non ? Le deuxième verre avalé, la gorge chauffe, le monde réel a vraiment une toute autre couleur. Ça me rappelle vaguement une potion que j’ai créée il y a bien longtemps. Je m’approche de lui doucement, le regard joueur. Moi j’aime bien ton côté Mâle Alpha. Oui, on repartait ailleurs, c’était l’alcool qui décidait de l’ordre de la conversation. La potion elle-même me faisait avouer ce que j’avais fait semblant de détester. C’était tout de même une sensation étrange. Je détache d’abord les bretelles, toujours mon regard plongé dans le sien. Et j’ai besoin de te savoir à moi, aussi. Je n’étais pas vraiment pour le fait d’avoir des rivales. Je n’avais ni la patience, ni l’envie de les supporter. Je peux sortir les griffes aussi, tu sais que même si je ne fais peur à personne, ah ? Un petit signe de rancœur ? Je peux être trèèèèès méchante. Je défais doucement, tout doucement les boutons de sa chemise avant de lui retirer cette dernière, ne faisant pas attention à l’endroit où elle pouvait atterrir. C’est juste toi & moi. Cela sortait de ma bouche comme une véritable déclaration. Ces mots que l’on garde pour soi par pudeur ou parce qu’il est bien trop tôt pour les avouer. Ils sortaient, même si la réponse pouvait être désagréable à entendre. Je n’avais pas envie de le partager. Renforcer cette bulle invisible qui nous entourait.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Artemis Wildsmith, le  Dim 8 Déc 2019 - 16:58

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme




Les yeux épinglés au sublime bleu de ses cheveux pour tenter de se divertir, ne pas trop polariser sur Loredana qui l’effleurait, s’attachait à lui retirer si lentement sa chemise. Amusé des mots qu’elle faufile, qu’elle avoue finalement mais aussi du nouveau liquide enivrant qui s'écoulait dans l’œsophage. C’est qu’il s’était toujours douté qu’elle devait apprécier son côté bagarreur – euphémisme – mais cette révélatrice soirée le confirmait, de quoi régaler les boucles égocentriques. Tes lèvres sont bleues aussi, d’un geste délicat les toucher du doigt, non pas à cause de la Métamorphomagie, mais bien de la boisson rapidement avalée, les siennes devaient être semblables, tu sais qu’il y avait du sang de lutin ? lui aimait bien – doux goût feraillé pour le loup-garou qu’il était. Mais parce qu’on sait que le bleu est une chaude couleur, les lèvres prennent place pour l’embrasser encore. Le corps ondoyant désirant seulement se fondre dans la chaleur de l’Autre, silhouettes enchaînées-embrasées aux côtés du comptoir. Profiter de ces énièmes baisers pour penser aux interrogations précédentes, faire des caresses qui retirent tout à fait le débardeur de l’Amoureuse de la méditation, jusqu’à la conclusion qui était d’une évidence certaine. T’as pas de craintes à avoir de ce côté-là, l’encombrant bout de tissu s’en va rejoindre la chemise on ne sait pas trop où, et ses mains joueuses attentionnées affirment à quel point il était à elle, qui d’autre le supporterait de toute façon ? Même si ce juste toi et moi était loin d’être une résignation, en plus d’être une sublime chanson d’un des meilleurs groupes français au monde. Le Wildsmith comme prenant conscience que les mois écoulés aux côtés de Loredana étaient d’une préciosité telle qu’il ne laisserait rien faire chanceler tout cela.

Il s’amuse du sous-vêtement persistant, tourne autour comme le fameux prédateur, sait pertinemment qu’il finirait par le retirer. Pour le moment simplement imprimer le désir de ses doigts sur la peau de la poitrine, du ventre agréablement exposés. C’est un Arty farceur qui contourne évite de trop s’emporter, allonger ces cuisantes secondes. Il regarde l’Amoureuse tandis qu’il s’évertue à lui déboutonner le jean, figer les taquines rétines, on sera jamais prêts. Pour lui, ce n’est pas une mauvaise chose, ils étaient ainsi, ça explosera forcément, je le sais tu le sais, et c’est pas grave, arrimer ses hanches aux siennes, partage de chaleur ravageuse – ainsi la convaincre de rester à la Cabane, Aza sera d’accord, bien plus que si Arty s’éloignait. Étonnant comment ses gestes se font aussi lents et flâneurs, tenter de provoquer l’effervescence de l’Amoureuse qui craquerait – c’était sûr. On essaie et on verra qu’il lui souffle finalement à l’oreille qu’il mordille doucement avant de se reculer subitement, le retour de l’accordéon. Se retirer pour aller s’asseoir sur un des tabourets, dominer le cœur chamadant, les jambes ballantes-impatientes et accoudé au comptoir, sa lèvre pincée de la provocation qu’il s’apprête à prononcer, mais vas-y, la malice scintillant dans le regard et dans le changement soudain de conversation, sors les griffes. Rends moi fou, après tout, c’était une parole qui avait merveilleusement bien piqué le tympan du Fripon pour s’y accrocher pour le reste de la soirée.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Loredana Wildsmith, le  Dim 8 Déc 2019 - 19:40

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme




Du sang de lutin, en voilà un joli mélange. Mais en tant qu’apprentie Alchimiste, j’étais habituée aux ingrédients spéciaux lors de mes nombreuses conceptions de potions, ce n’est pas un peu de sang de lutin qui allait me faire peur. Au contraire, cela me plaisait, même. La tête me tourne de façon agréable, j’ai l’impression que mon corps quitte la terre ferme. Je m’abandonne totalement à ses caresses, à ses baisers, souriant à chaque mot qu’il prononce. Je savais avec certitudes qu’il ne me mentait pas et cette idée ne faisait qu’accroître ce désir insatiable que je ressentais pour lui. Une déclaration simple, mais forte, comme une promesse que nous étions en train de nous faire. Je ne peux m’empêcher de sourire, bien trop heureuse de constater qu’il prenait cette relation vraiment au sérieux, tout comme moi. Même s’il affirme que non, nous ne serions jamais réellement prêts pour vivre ensemble. Nous étions tellement imprévisibles, qu’il était impossible pour nous de prévoir à l’avance ce qui allait arriver. Il fallait juste foncer, foncer sans se poser de question. Ce que je faisais habituellement, mais bizarrement, je voulais faire les choses bien pour lui. Alors je ne le laisse pas s’éloigner bien longtemps et m’approche de lui, place mes bras autour de son cou que je m’empresse d’attaquer avec de doux baisers. Tu n’as pas peur de te lasser ? Mmmmmh les inquiétudes qui ressortent. J’aurais aimé éviter de dire tout cela. J’en étais incapable. Si ça se passe mal on fait comment ? On se sépare ? Mes lèvres rejoignent les siennes pour un baiser sensuel. Tu sais comment ça se passe quand on est séparé… Il ne le savait que trop bien.

Qu’est-ce qui peut te rendre fou Artemis Montgomery Wildsmith ? Je savais désormais qu’il ne s’agissait pas de vrai nom, mais je préférais ne pas prendre le risque de le froisser, le rendre mal à l’aise. L’appeler par son véritable prénom était peut-être un risque. J’aimais pouvoir tout connaître de lui, connaître son identité, ce qu’il était réellement. Une preuve, finalement, de sa confiance envers moi. Mais il fallait y aller doucement. Je m’installe sur ses genoux, toujours en lui faisant face. Le tabouret finirait peut-être par céder, mais c’était le cadet de mes soucis. Là, tout de suite, je voulais qu’il me réclame, jouer avec lui puisque c’était ce qu’il voulait. Surtout, ne pas retirer son jean, parce que je savais que c’était ce qu’il attendait. Quant à moi, je retire tout ce qu’il restait, juste garder les sous-vêtements. Garder le meilleur pour la fin. J’effleure la peau de son cou, le chatouillant de mon souffle. Quelques baisers de temps en temps, mais surtout, surtout un bassin qui remue lentement, sensuellement et qui espère faire réagir l’Amoureux. Je relève la tête pour regarder le plafond, place mes mains dans mes cheveux, c’est une véritable danse intime que je lui offre. Un rythme spontané qui suivait une musique de fond qui continuait de tourner – on l’aurait presque oublié. En réalité ce sont ses réactions qui font monter le feu en moi. Bien trop longtemps que nous n’avions pas eu ce genre de contact – oui c’était long. Mes lèvres reviennent sur les siennes, puis descendent de nouveau sur la mâchoire, puis la nuque du Poufsouffle tandis que mes ongles dessinent de douces arabesques dans son dos. Tu sais ce que j’aime chez toi ? Décidément, c’était la soirée pour les déclarations d’amour. Autant tout lâcher. C’est que tu n’as pas peur. De rien. Je le pousse à se lever pour le guider doucement vers un mur n’importe lequel. C’est cette façon que tu as de me regarder. Ça j’adorais oui. Tu n'as pas peur de moi. Il me l'avait bien fait comprendre.
J’ai envie de vivre avec toi. Voilà donc l’acceptation de sa proposition. J’ai envie de me marier avec toi. Bon ok Lore, on stoppe là. J’ai envie d’avoir des enfants avec toi. Que quelqu’un arrête cette pipelette. L'alcool et la potion ne faisait pas bon ménage. Quand je serai prête. Ouf merci ! Encore un peu de lucidité. Je prends ses mains et les plaques contre le mur. Je joue le jeu de la sensualité jusqu’au bout. À quel moment allait-il devenir fou ?
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Artemis Wildsmith, le  Lun 9 Déc 2019 - 14:49

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme




C’était précisément ça qui le rendait fou. Le jeu allongé prolongé de la séduction, le regard de Loredana entre flammèche et malice, parce qu’elle n’était pas sans ignorer l’effet que ce dandinement provoquait. Même le prénom prononcé dans son intégralité l’avait fait pétiller, cette façon qu’elle avait de frôler l’interdit, gratter ses nerfs jusqu’à ce qu’il soit prêt de craquer – il adorait. La bouche scellée de plaisir alors qu’il l’observe attentivement, à se demander comment il avait pu lui tourner le dos ces quelques jours. Réparer l’erreur, et se laisser guider tout à fait, l’espièglerie rivée sur les zygomatiques. Reculer jusqu’à un mur accueillant qui s’empresse sûrement de se cacher les yeux, les pas ponctués de cette brillante déclaration. Retenir avec précaution les différentes envies de Loredana pour pouvoir les afficher lors d’une prochaine mémorable dispute. Tenter de lui arracher un baiser avant de confier d’une langue bavarde – trop - c’est pas vrai, j’ai peur de plein de choses, tu le sais. Il lui laisse ses mains prisonnières, appréciait le retournement qui faisait de lui le dominé, d’une rareté plaisante. Sans oublier que cela lui offrait des secondes précieuses d’observation d’un corps dont il se languissait de posséder. J’ai peur de te perdre, toi, d’autres, Aza, surtout Aza, j’ai peur de la Lune. Les révélations pas si étonnantes du Wildsmith en état de faiblesse, et parce qu’il était ivre et incandescent, l’allusion à la malédiction ne lui retourne pas le cœur. Pourtant, on sait combien l’appréhension de la mutation résonnait dans ses entrailles infortunées, l’épouvante face à ce Monstre qui roupillait sous ses côtes brûlantes. Mais pour ce soir, pour l’instant, ignorer les maux affligeant et retourner vivement une situation qui ne pouvait s’éterniser plus longtemps.

Arty se défait dans un éclair rapide de la prise de la Gryffondor, pour immédiatement se glisser derrière elle et dans une douce brutalité qu’il affectionnait tant la plaquer contre le mur. Il s’approche, frôle l’oreille de la jeune femme, la forcer à se concentrer davantage sur ses paroles que sur ses mains exploratrices des reins exposés, si ça se passe mal, on s’éloigne, on respire, on se réconcilie, comme maintenant. Délicieux moment que la réconciliation – la preuve, cela ne peut pas être seulement une pensée, puisque les papilles sont obligées de dire la vérité - j’aime me réconcilier avec toi, surtout lorsque ça se passait comme ça. Ne pas pouvoir supporter ne serait-ce qu’un centimètre de distance, et après avoir délicatement défait un haut de sous-vêtement, joindre son torse au dos de l’Amoureuse. Les griffes courent sur le ventre, les seins presque accolés au mur, égratigner les hanches en flirtant avec le seul bout de tissu qu’il restait, y faufiler un doigt caressant puis deux pour finalement se rétracter. Tu vas devoir demander, supplier, gentiment, pour espérer plus. Toujours le même mantra suspendu aux lèvres qui embrassent les omoplates – prendre son temps, attiser attendre. Parce que de son côté, la gentillesse ne se reflétait pas sur sa bouille convoiteuse, allécher l’Autre et faire briller dans les neurones avides des images images tendancieuses.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Loredana Wildsmith, le  Lun 9 Déc 2019 - 18:43

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme




Il avait raison sur ce point. Nos réconciliations avaient toujours ce petit quelque chose de délicieux. Un petit goût acidulé qui nous picotait agréablement la langue et les papillons qui me chatouillaient le ventre à chacun de ces contacts. Néanmoins, il y avait surtout la peur de perdre l’autre à chaque éloignement. Ce déchirement avant les retrouvailles. Jamais je ne m’y habituerai. Je n’avais pas vraiment l’envie de m’y habituer. Je préférais largement les moments comme celui-ci, à partager, entrer dans cette bulle invisible et de plus en plus solide. Difficile de me contenir, de stopper ce jeu de séduction. Qui allait craquer le premier ? Il prend rapidement le dessus, encore avec sa force de Loup-Garou contre laquelle je ne pouvais rien. Je frissonne en sentant son souffle chaud sur moi, en sentant ses doigts se promener sur mon corps. Était-il enfin en train de céder ? Cela aurait été bien trop beau. T’es vraiment pas croyable. Un rire pour conclure cette phrase. Il me fallait capituler. Je me retourne alors, acceptant ma défaite, un brin de déception devait se lire sur mon visage. Mais tant pis, je place mes deux mains sur son torse qui descendent doucement, tout doucement jusqu’à son pantalon qu’il était enfin temps de retirer. Je ne le lâche pas des yeux, le pousse à deviner mes pensées, qu’il fasse appel à son imagination. Nous avions bien trop parlé pour la soirée, la semaine même peut-être. Le vêtement et le sous-vêtement retiré, je profite d’une main baladeuse tandis que l’autre est occupée à caresser des lèvres que je ne tarde pas à m’emparer de nouveau.


Lentement, je le pousse en direction du bar sans pour autant lâcher ses lèvres. Je m’apprête à lui proposer de monter dans l’une des chambres du bar, de retourner chez lui – on était plus prêt de la Cabane que de chez moi. Pourtant, c’est ici que j’ai envie de rester, le goût du risque, des regards indiscrets et surtout, surtout, ça devenait vraiment urgent. Je tire Arty jusque derrière bar, deux corps un tout petit peu caché par le comptoir. Je termine de me déshabiller – il était temps – et je parsème sa peau de baisers et je descends, je descends encore jusqu’au point désiré avec lequel je commence à m’amuser. Des petits regards, des caresses, là pouvait enfin commencer la réconciliation. Je savais comment le faire craquer. Mes lèvres reprennent ensuite le même chemin pour remonter jusqu’à la bouche tant désirée – toujours – du Poufsouffle. Une de mes mains s’empare de son poignet, fermement, pour le guider vers l’endroit de mon corps qui commençait à s’impatienter. Un nouveau regard vers lui, un regard qui pétille, qui demande, qui supplie. C’est assez ? Ou je suis obligée de prononcer des mots à voix haute ? Et je lui mords la lèvre, une habitude qui me régalait. Les lèvres se glissent doucement en direction de son oreille, en frôlant à peine sa peau. Si tu as peur de faire ça ici, on peut aller se cacher ailleurs. Serait-ce un ton de défi ?
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Artemis Wildsmith, le  Mar 10 Déc 2019 - 12:22

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme





Pas croyable. Il prenait le compliment en souriant narquoiment, se délectant de ses vêtements déposés çà et là. Et dans le baiser qu’il lui rend intensément, y faufiler toutes les images qu’il voulait pour les prochains instants. Elle savait comme le faire chavirer, évidemment, et que sans qu’il ne s’en rende vraiment compte, le voici derrière le bar, soupirant indiscrètement de toute l’attention qu’elle lui portait. Cette idée épinglée sur son front conquis, lui faire connaître toute l’amoureuse fureur qui le consumait - il la voulait, la voulait la voulait.
Mais c’est en riant doucement que sa bouche l’accueille, amusée de la provocante demande.

La main du Blaireautin s’exécute alors de caresses et d’effleurements au cœur de son avenante féminité comme réponse à sa question, non, il n’avait pas besoin de mots. La chaleur qu’il sentait sous ses doigts comme suffisamment révélatrice de l’état d’avidité de la Gryffondor. Et s’il s’était fait désirer, maintenant absolument occupé à lui offrir ce qu’elle souhaitait - tout. Pour le lui prouver, après un langoureux baiser, ses lèvres empruntent de nouveau un chemin déjà parcouru, accompagnées par les genoux dévoués qui s’installent au sol. T’es tellement belle, adorable ce garçon, même dans de pareils moments, Arty obligé de parler. Ainsi, maintenir les hanches de la jeune femme tandis que sa langue retrouve un de ses territoires favori. Des minutes à se consacrer afin de faire trembler les jambes de la Bien-Aimée, qu’elles ne puissent plus la soutenir face aux vagues de félicité.  Aussi démontrer que la pudeur n’avait jamais été une idée hébergée par les boucles tendancieuses, et si quelqu’un venait à entrer inopinément, ce serait sûrement avec fierté que le Wildsmith l’accueillerait.

Il aurait pu faire durer ces instants consciencieux mais l’affolement des entrailles de la Gryffondor se répercutait en lui, l’appétit frénétique de la posséder. Il ne lui faut pas plus de deux secondes pour se relever, radieux, et soulever la jeune femme pour la placer - la combler - sur le plan de travail. Une unification vive sous les gémissements réjouis. Cette sensation effervescente se répandant dans l’abdomen du Loup-Garou alors que débute le savoureux balancement. Moment étincelant où il devrait faire preuve d’un contrôle sans précédent. Ravaler toute la frustration qui l’avait dominé ces derniers jours, ainsi que la terrible envie le poussant à se rendre chez Loredana en suppliant. Il avait résisté, brillamment, se devait maintenant d’éviter d’exploser totalement sous les émotions chamboulantes. Le bonheur de la retrouver entièrement comme ambassadeur de La Bête secouée de l’intérieur par l’éruption si chatoyante. Ainsi, tandis qu’il intensifie les jouissifs mouvements, s’inquiéter de ne pas trop s’emporter, contracter une mâchoire et fermer fermer les yeux. Se concentrer sur les mèches colorées de Loredana lui frôlant le nez et ne surtout surtout pas extérioriser le déchaînement intérieur en envoyant valser verres bouteilles et autres accessoires qui les entouraient. Focaliser les griffes sur les cuisses qu’il enserrait. Un souffle chaud et saccadé qu’il insinue sur la peau de l’Amoureuse dans le même temps que la délicieuse cadence, il lui dépose un tu m’as manqué, aussi délicatement qu’il pourrait lui dire qu’il l’aimait.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Loredana Wildsmith, le  Mar 10 Déc 2019 - 14:56

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme




J’étais en train de perdre pied. Totalement. À trop vouloir le rendre fou, c’était lui qui me rendait folle. Les sensations déjà bien présentes d’ordinaire étaient multipliées par cent à cause – ou grâce – à cet état d’ivresse et à la potion qui nous faisait avouer nos plus belles déclarations. J’en avais les jambes qui tremblaient, remuaient à son contact. De tout ce que j’avais pu connaître auparavant, c’était avec lui que je ressentais le plus de choses. Peut-être parce que notre relation était différente. Nous ne vivions pas un rêve éveillé, notre couple était rempli de moment d’explosions à m’en déclencher des crises de larmes, tandis que lui s’en tenait à balancer des chaises et casser des meubles. Qui pourrait supporter ce genre d’altercations ? Bizarrement, je commençais à m’y habituer et je préférais le savoir près de moi que définitivement loin. Parce que ce corps-à-corps me prouvait que notre place était ici et n’importe où ailleurs, tant que nous étions ensemble. Je ne retiens pas mes soupirs, l’appelle encore et encore, me place de façon à intensifier les mouvements. Le plan de travail avait quelque chose de sensuel qui pourrait faire rougir les regards indiscrets. Un comble pour un bar quotidiennement fréquenté par des étudiants.


Mon souffle remue les boucles du Poufsouffle, il se fait de plus en plus pressant. Ma peau tout entière me brûle, la décharge électrique parcours chaque millimètre de mon corps. Mes doigts s’accrochent à ses cheveux tandis que je me balance légèrement pour accélérer la cadence. Toi aussi tu m’as manquée. Il y avait tellement de choses que je voulais lui dire et qui me chatouillait la langue. La potion me rendait bien plus bavarde que je ne l’étais déjà, mais je ne voulais pas gâcher ce moment, cette réconciliation que j’attendais depuis des jours et des jours. Malheureusement, la vérité se devait de sortir, il était peut-être temps que les effets se dissipent. Arty…difficile de parler dans de telles circonstances. Pourquoi t’es pas venu ? Je ne sais même pas si j’attendais réellement une réponse puisque, la seconde d’après, me voilà à le serrer tout à fait dans mes bras, très fort, que nos corps ne fassent réellement plus qu’un, qu’il soit à moi pour de vrai. Que l’on n’oublie pas les moments comme celui-ci. Qu’en-dehors de nos conversations explosives, il y avait cet amour inconditionnel que l’on ne parvenait pas à contrôler. La preuve qu’être ensemble était une évidence. Il était le seul qui pouvait me supporter, entièrement, telle que j’étais. Et cette sensation de ne pas avoir à me cacher était bien trop essentiel à mes yeux pour être gommé si facilement. Mes lèvres embrassent son cou, mêlée à mon souffle bruyant qui me faisait tourner la tête. L’extase finale allait arriver.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Artemis Wildsmith, le  Mer 11 Déc 2019 - 16:43

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme





Les méninges et le ventre bien trop sollicités pour répondre immédiatement, articuler réfléchir à une réponse. Des détails qui lui accélèrent le cœur et l’éloignent de l’interrogation posée, tout à fait concentré sur la main de l’Amoureuse perdue dans les boucles, sa respiration haletante, la façon qu’elle avait de le serrer, exprimant ardemment cette terrible nécessité d’être là, au plus proche du contre l’autre. Une proximité qui donne à la rapide chorégraphie cette dévorante notion d’urgence, exhaler à quel point il était amoureux d’elle. Qu’il n’y avait entre eux, à cet instant brûlant, que les illustres sentiments de la passion. Un dernier soubresaut qui love la tête du Fripon dans le creux du cou de Loredana, exquis frisson le faisant sourire de satisfaction.

Essoufflé, il ne s’éloigne pas de suite, prolonger l’après en s’emparant doucement des mèches de cheveux secouées de la Gryffondor, déposer ses yeux épris sur chacun de ses traits. L’embrasser longuement délicatement entre deux paroles, il répondrait finalement, tenter de justifier sa courte absence, tu ne serais pas venue non plus, loin d’être un ton de reproche alors que les paupières se touchent presque, si j’t’avais envoyé des horreurs pareilles à la figure. Les doigts, bien que pour le moment rassasiés, ne peuvent s’empêcher de gambader sur la peau encore embrasée de la jeune femme, dessiner les courbes qu’il honorait tant. Juste, j’me disais que peut-être t’avais pas besoin d’un gars qui, comment t’as dit déjà ? il simule l'introspection, lever les yeux de réflexion alors que les mots s’étaient épinglés dans son orgueil, prétend être le plus fort, le plus violent mais n’a pas confiance en lui. Il sourit vaguement, la fine trace de rancœur flottant sur sa bouille. Pourtant, déterminé, il saisit le visage de Loredana entre ses mains, s’accapare de nouveau de ses lèvres, montrer que malgré tout, il ne lui en voulait pas, presque pas, presque pas du tout. C’est qu’il n’avait pas oublié cette sensation transperçante que les paroles avaient eu dans sa poitrine, cette vérité déchirante dans le portrait qu’Elle avait dressé de lui, en colère. T’avais raison. Ça ne changerait rien, car excepté peut-être cette histoire de confiance, j’suis comme ça, comme une fatalité qu’il dépose là entre eux avant de s’éloigner, les épaules haussées, chercher ses habits disséminés.

Il n’enfile que le pantalon laissé dans la vaste salle pour aller asseoir sa soudaine mélancolie au bar. Se pencher encore dangereusement, les boucles frottant à l’envers le plan de travail pour parvenir à atteindre la bouteille de whisky pur feu. Sans aucun doute, le réveil serait d’une complexité sans précédent, mais pour l’instant, ajouter aux verres déjà présents sur le comptoir, deux nouveaux amis, et les remplir de l’arrachant liquide.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Loredana Wildsmith, le  Mer 11 Déc 2019 - 17:48

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Substances licites




Je n’étais pas encore prête à me détacher, le cœur battant, la respiration encore saccadée par tant d’émotions ressentis en même temps. Je n’avais pas envie de retourner à la réalité, ses bras étaient bien plus confortables. Son souffle chaud au creux de mon cou me fait frissonner. C’est toujours sous ses caresses et sans vêtements, que j’écoute attentivement ce qu’il me dit. Cette question posée dans un moment d’extase. Je l’aurais presque regrettée, baissant légèrement les yeux tandis qu’il me rappelle mot-à-mot les horreurs que je lui avais sorties ce soir-là. Je fronce légèrement les sourcils, mettant beaucoup du mien pour ne pas répondre tout de suite. S’il avait besoin de s’exprimer à ce sujet, la moindre des choses était de l’écouter, mais si je me sentais honteuse en constatant qu’il n’avait absolument rien oublié – et il avait raison.

Je profite de son éloignement pour me rhabiller à mon tour, chercher çà et là les vêtements éparpillés un peu partout dans le bar, une vraie chasse au trésor. Je le regarde au loin, il était peut-être temps d’intervenir. Je m’approche du bar et place mes bras autour de lui, embrassant une épaule encore nue – toujours ce besoin de proximité. Je m’empare du verre, mais ne bois pas tout de suite. J’ai été méchante et j’en suis vraiment vraiment désolée. Vous sentez cette odeur de remords ? Comme tu es, c’est parfait. Son caractère, sa personnalité étaient ce qui m’avait fait tomber amoureuse de lui après tout. Je penche ma tête pour qu’il me regarde, avant d’embrasser son cou plusieurs fois, de le serrer contre moi, bref une Loredana tout à fait tactile. Je ne tarde pas à m’installer sur l’un des tabourets. À cette nouvelle réconciliation. Je tends mon verre vers le sien pour les faire se toucher avant de boire une première, puis une seconde gorgée. Cocktails, shots, whisky…les mélanges n’étaient pas spécialement une bonne idée, mais ce n’était pas le soir de la réflexion. Tu sais…Je ne t’ai pas tout dit. Il n’y a rien de mieux que de commencer une phrase de la sorte. Je souffle un bon coup. Tu sais mon furet – qui n’avait pas de nom d’ailleurs – c’est aussi un de ses cadeaux. Je me pince les lèvres en le regardant, guettant sa réaction. J’peux pas m’en débarrasser, c’est un animal qui n’a rien demandé. On l’entend là mon amour inconditionnel pour les animaux ? Mais je voulais que tu le saches.

Mon genou remue nerveusement, mes doigts tapotent le bois du bar, tandis que mon autre main s’aventure dans mes cheveux décoiffés, encore sous le choc de notre précédent échange. Je m’empare de mon verre pour le finir d’un coup, le goût de l’alcool m’arrache une grimace, tandis que je sens ma vue se brouiller. L’alcool m’embrouille le cerveau, les neurones, l’esprit en général. Nous allions finir par rentrer à quatre pattes – ce qui serait sacrément drôle.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Artemis Wildsmith, le  Ven 13 Déc 2019 - 10:29

S’il était vraiment parfait, ça se saurait. Toujours est-il que c’est tout patraque mais rassuré par le rapprochement papouillesque qu’elle lui prodigue, en souriant doucement qu’il commence le verre, savourant l’amer liquide brûlant. Ils auraient pu en rester là, discuter calmement autour d’un dernier verre avant de rejoindre la couette pour se réconcilier encore. Mais non, la conscience de la jeune femme avait décidé de se réveiller à cet instant doux précis pour cette acerbe révélation. C’est qu’ils avaient un équilibre bien particulier - bancale - pas de place à la tranquillité. Le museau du Loup frissonne avant qu’il ne soupire tout l’air du monde d’un air désespéré. Le front bute sur le comptoir p*tain Lore ! Exténué que cette question revienne se faufiler dans leurs conversations. Doucement il cogne cogne cogne, pour faire fuir ce fantôme qui, décidément, refusait de le lâcher. Les yeux fermés, il sent la nervosité de l’Amoureuse à ses côtés, prendre quelques instants pour s’assurer que la rage ne pétillait pas au fond du ventre, pour finalement se redresser. La soirée qu’il venait de passer, les hormones affolées pas tout à fait retombées, engendraient un Arty curieusement plus conciliant. Il aurait pu s’emporter de cette énième cachotterie, le lui reprocher, pour une nouvelle dispute explosive. Au lieu de ça, il termine le verre d’une traite, avaler la corrosive nouvelle, et fait danser ses doigts jusqu’à ceux, inquiets, de Loredana. Ça va, j’vais pas tuer un furet, j’suis pas cruel non plus. Une voisine oui, un furet non, le Fripon avait certaines valeurs. Certes il n’allait plus jamais le regarder, mais il ne lui voudrait aucun mal. Animal innocent, elle avait tout à fait raison, le furet resterait donc.

Allez, secouer dynamiquement les boucles ne pouvant accumuler davantage de rancoeur - nécessité de passer à autre chose. Ne plus laisser le mesquin fantôme le rendre jaloux, présomption qu’il valait largement mieux que ça, ne pas le laisser entacher sa sur-sur-sur-confiance en lui. Le Poufsouffle glisse du tabouret et s’échappe en direction du lumineux merveilleux juke-box. Doigts serpentins s’amusent sur les touches colorées jusqu’au aaaah contenté, tympans réjouis. Dans l’immédiateté, revenir dansotant au comptoir et attirer l’Amoureuse jusqu’à lui, les mains astucieuses de rapprocher les deux bassins qui se mettraient à se balancer. Même les cils pourraient s’enlacer dans cette danse duveteuse et satinée, on en parle plus, terminé, et dans une étreinte sceller l’aboutissement de cette réconciliatrice soirée. Faire défiler le générique de ce fâcheux épisode et passer à autre chose, le tout ponctué de baisers riants, peut-être soulagés. Et surtout, inaugurer une pétillante suite dans une parole prophétique, tu dors à la Cabane ce soir. C'est qu'elle avait dans son appartement désormais, le fantôme de la Voisine, évoquant sensiblement leur précédente déflagration, à laquelle certains meubles n'avaient pas survécus. Certes, cela présageait certainement de nouvelles dissonances – tant pis.


Fin du RP ❤
Elias Baxter
Elias Baxter
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah
Manumagie (niveau 2)


Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Elias Baxter, le  Dim 22 Déc 2019 - 11:30

Saison 29 - Hiver
RP avec Benedict Adams
L.A. accordé


Treize piges qu'il a le gamin. Elias l'a pas revu depuis qu'il en avait trois. C'est quand même pas le pire parrain, non, on peut pas dire ça. Tous les ans il envoyait quelques Gallions à la famille Adams, pour s'occuper du petit. Même que quand le Ben avait atteint ses onze ans, il lui avait écrit une lettre à lui directement, pour lui dire qui il était et tout. Lui parler de ses parents un peu. De son père surtout. Bon il était pas venu le voir, c'est vrai. Mais bon, c'est qu'il était pas bien sûr d'avoir la bonne influence pour un gosse aussi jeune. Y avait qu'à voir Eden. Pis surtout il avait pas vraiment le temps avec le business qu'il menait. Peut-être un peu aussi qu'il avait peur de prendre ses responsabilités. Mais ça, ça il l'avouerait jamais.

Toujours est-il qu'il avait plus d'excuses. Maintenant qu'il bossait à quelques kilomètres à peine de Poudlard, il se devait de faire un pas vers l'Adams junior. Il était curieux en plus. De voir s'il avait toujours cette gueule d'ange de quand il était môme. S'il avait l'intelligence du padré aussi. Pis comment qu'il se comportait avec les filles, parce que c'était important quand même. C'était un samedi donc, et l'Elias attendait son filleul avec autant d'excitation que d'appréhension. Il s'était pas épanché dans sa lettre la veille, juste il avait dit au gamin de ramener ses fesses, pour taper la discute. Boire une Bièraubeurre tranquille, parler chiffons, tout ça. L'Elias il avait ouvert plus tôt que d'habitude ce matin là. Pour faire un brin de ménage. S'occuper les mains, la tête, l'esprit. Il avait commencé par faire les vitres, et les sols, pis s'était mis à dépoussiéré le comptoir et à ranger les boissons par ordre alphabétique. S'il était stressé ? Non mais pas du tout ! N'importe quoi.


Dernière édition par Elias Baxter le Lun 23 Mar 2020 - 20:41, édité 1 fois
Benedict Adams
Benedict Adams
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : - 1/4 Vélane


Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Benedict Adams, le  Dim 22 Déc 2019 - 19:16

L'Elias



Aujourd'hui est un grand jour ! Je vais enfin rencontrer mon parrain. Ouais, j'ai un parrain. Elias Baxter. C'est mes parents qui l'ont nommé comme ça à ma naissance. Comme mon parrain hein, ils ont pas choisi son nom. Sauf que le type, je ne l'ai jamais vu. Enfin, sûrement avant la mort de mes vieux, ça, j'en doute pas. Mais voilà, depuis, rien du tout. Des sous à mes parents adoptifs, une lettre à mes onze ans, et c'est tout. Je ne lui en veux pas, évidemment. C'est son problème s'il a voulu se priver de tant de pefection dans sa vie jusqu'à présent. N'empêche, il faut absolument que je fasse bonne figure, que je me montre sous mon meilleur jour pour ce parrain mystérieux. J'adore mes parents adoptifs, mais ils ne me parlent pas beaucoup de mes vrais parents. Je crois qu'ils ont encore du mal à accepter leur accident. J'aimerais en savoir plus sur eux, sur ce qu'ils étaient réellement au-delà de leurs métiers fabuleux.

C'est donc vêtu d'un magnifique costume d'hiver que je me rends aux Trois Balais en ce samedi. Pas de rendez-vous avec Velina cette fois-ci, juste moi et ce parrain qu'il me tarde de rencontrer. Emmitouflé dans mon manteau noir, seule mon écharpe aux couleurs de ma maison vient donner une touche de couleur à mon apparat. Sinon, ce sera ma chemise bleu électrique et ma cravate orange qui feront le travail pour qu'on me voit au mieux dans l'auberge. Je pousse la porte, bienheureux d'entrer enfin au chaud, et me dirige directement vers le comptoir. Il paraît qu'il est serveur ici. C'est donc que ça doit être ce type, un peu vieux, un peu bizarre derrière. J'ôte mon manteau avant de me hisser sur l'un des tabourets comme si j'avais fait ça toute ma vie alors que c'est la première fois que je pose un pied ici.

- Bonjour, c'est vous Monsieur Baxter ? Je le cherche, je suis son filleul !

Manteau sagement sur les genoux, on dirait que je suis le gamin le plus calme de l'univers vu comme ça. Mais c'est simplement le temps des présentations. Mon moi habituel risque de rapidement ressortir, je suis incapable de le garder enfermé en moi bien longtemps. J'espère qu'il me paiera ma consommation quand même, à défaut de m'avoir payé des cadeaux de Noël et d'anniversaire durant les treize années précédentes.
Elias Baxter
Elias Baxter
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah
Manumagie (niveau 2)


Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Elias Baxter, le  Mer 25 Déc 2019 - 0:06

Fallait pas en faire trop qu'on disait souvent. Parce que rien pouvait jamais être parfait. Mais là c'était pas ce qu'il recherchait, que tout soit parfait. Nan lui ce qu'il voulait c'était couper le fil de ses pensées, pour pas trop réfléchir à la rencontre qui se dessinait. Et si le gosse il était complètement différent de lui ? Avec aucun sens de l'humour ? Le môme sérieux que tu regardes dans le blanc des yeux sans savoir quoi lui dire ? C'est qu'il avait pas l'habitude d'être nerveux l'Elias. Mais là il foutait les pieds dans un drôle de jeu. Un jeu dont il connaissait pas les règles. Nan parce qu'assumer la responsabilité de loin avec quelques tunes fourrés dans les plis d'une enveloppe c'était une chose, mais apprendre à connaître le filleul et faire partie intégrante de sa vie c'en était une autre. On partait sur un délire qu'il était vraiment sûr de pas maîtriser.

Un sursaut mit un terme à la vague de questions qui brouillaient ses précieux synapses tandis que la porte s'ouvrait sur le visage tant attendu. Si, c'était lui, c'était sûr. Il l'aurait reconnu entre milles. Y en avait pas deux qui pouvaient avoir cette gueule là. Il avait beaucoup pris de son père, mais immanquablement aussi de la mère. L'un dans l'autre, le résultat laissait aucune place à l'erreur : celui là allait briser des coeurs. Elias le suivit des yeux alors qu'il prenait place au comptoir, attrapant deux verres sous son bar. Ben ! C'est fou ce que tu ressemble à ton padré, il posa les contenants entre eux avec un grand sourire. Mais t'as la classe de ta mère, ouais et d'une main chaleureuse il vint tapoter l'épaule du filleul en lui adressant un clin d'oeil.

Bièraubeurre ? Ou tu préfères autre chose ? C'est moi qui régale, à condition que tu me tutoies. Le vouvoiement ça lui hérissait les poils. Pis ça le faisait se sentir vieux, et ça il aimait pas. C'est vraiment cool que tu sois venu gamin. J'ai pas été trop dans le coin ces dernières années mais bon maintenant que je suis à côté je vais rattraper ça ! Pour l'instant, il savait pas bien à quoi s'en tenir. Il était là, tout sage, perché sur son tabouret, et à part qu'il avait de l'élégance on pouvait pas en dire grand chose. Mais y avait un truc dans son regard qui rassurait Elias. A moins que ce soit la couleur de sa cravate.
Contenu sponsorisé

Au Bar - Page 5 Empty
Re: Au Bar
Contenu sponsorisé, le  

Page 5 sur 10

 Au Bar

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.