AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré
Page 1 sur 1
Les Bureaux
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Les Bureaux

Message par : Artemis Lhow, Jeu 20 Sep 2018, 19:34


L'Occamy Doré
Les Bureaux

Envie de discuter avec la gérante ou le patron ? Vous êtes au bon endroit, enfin si vous avez pris rendez-vous…

Derrières ses portes interdites au personnel non autorisé, se gère l’entièreté de l’établissement. Centre stratégique, toutes les idées qui font de l’Occamy Doré ce qu’il est, sortent de là. C’est également là que se trouve le sanctuaire de l’Occamy, lieu important où tout le personnel rend hommage au Dieu Occamy le tout puissant… ou pas, ne croyez pas tout ce que l’on vous dit !

Une chose est sûre, c’est que vous devrez montrer patte blanche pour pouvoir entrer sous peine de vous voir refuser l’accès purement et simplement. D’ailleurs une autre rumeur raconte qu’une jeune-fille curieuse de découvrir les secrets de l’établissement n’est jamais revenue… Non mais qu’est qu’on vous a dit plus haut ?!

L'équipe de l'Occamy Doré
Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Bureaux

Message par : Shela Diggle, Ven 21 Sep 2018, 22:50


Terminaisons nerveuses
LA d'Artemis


Une parfaite occasion de parler : la soirée de réouverture du nouvel établissement de Lhow, pas de quoi ruiner sa fête, au contraire, le festif de la chose amoindrira toute émotion négative qui pourrait s'éveiller en lui. Du moins c'est l'effet souhaitable. Après tout il n'est pas si proche, pas si intime, il n'y aura pas d'effusion de douleur de sa part. De la mienne, une nervosité monstre parce que tout de même, ce sont les mots compliqués, c'est un quelque chose de très violent qu'il est dur de passer à autrui. Comme une énergie dévorante et cruelle au creux des mains que l'on lui tendra pour qu'il observe, pour qu'il sache. Mais heureusement lui est assez en contrôle de lui-même pour ne pas trop en souffrir, pas vrai, il n'aura qu'à recevoir l'information et y réagir par rapport au travail.
Car voici l'actuel problème : comment cela va désormais se traduire face à mon seul dernier ancrage au sol au tangible au rassurant. Bien qu'après réflexion, cela ne servira de tout façon pas vraiment si l'on en crève.

Mais voilà que l'on y est, une combinaison de soirée qui serre le ventre et la poitrine et le crabe le crabe bonsoir, voilà qui signe ma fin, terminer le contrat d'auror contrat de vie car ensuite ensuite il n'y aura plus rien, plus d'attache, c'est fini. C'est pourquoi il faut en parler à Artemis, parce que souhaiter signer dignement sa défaite - ou peut être a-t-il d'autres idées en tête ? me garder jusqu'à la fin de vie, ce ne serait pas plus mal. Me garder occupée, histoire de s'éviter de trop penser
Avoir franchi les portes de l'établissement fort tôt, éviter les foules, prendre le monsieur à part : les formelles cordialités et voilà qu'il m'emmène à l'écart, ne point être écourtés par l'intrusion fortuite d'oreilles indiscrètes, bien. Quelque part l'envie de brusquement se retourner et fuir traîne encore, mais c'est depuis quelques jours surtout une immense et d'une neutre théâtralité lassitude qui s'est empreinte de tout le corps, de chaque pensée. Aussi il n'y a l'envie de reculer, de recommencer à faire comme si, à mimer la santé la vie et peut être l'espoir. Il ne sert à rien de mentir, lui devra finir par savoir, il s'agit de mon chef. Il ne sert à rien d'enjoliver parce que, en être certaine, il ne s'en formalisera pas trop. Alors pourquoi tout de même cette inquiétude, tout au fond, cette difficulté à se dire que l'on devra ouvrir le sein, montrer le crabe, le crabe immense qui dévore tout le noir, la chaire et les os, pourris déjà par son avancée macabre. Salut, félicitations de vive voix. Tout avance bien ? Je ne vais pas te retenir longtemps il y a le regard fuyant, et déjà tout le corps qui se tourne vers la sortie, prêt à s'en aller immédiatement ensuite. A quoi bon rester ensuite; lancer la bombe, connaître le résultat.
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Les Bureaux

Message par : Artemis Lhow, Dim 23 Sep 2018, 17:02



Elle est parmi les premiers arrivés à cette soirée d'ouverture et, si sa tenue est à la joie et à la décontraction, son visage exprime une certaine tension. Les bras grands ouvert, je me dirige vers ma collègue un grand sourire aux lèvres. Bienvenue à l'Occamy Doré ! Profitons du fait qu'il n'y ai encore personne au sein de l'établissement pour nous isoler, d'un mouvement de la main je l'invite à me suivre jusque dans les bureaux. Tout le monde est sur le pied de guerre, nous ne devrions pas être dérangés.

Alors dis-moi, tu voulais me parler ..?

Salut, félicitations de vive voix. Tout avance bien ? Je ne vais pas te retenir longtemps...

Merci ! Les choses n'avancent plus, elles sont prêtes ! Et ne t'inquiète pas, Emily saura se débrouiller sans moi quelques minutes ... qu'est-ce qui t'arrive ? Tu veux boire quelque chose ?

Ouvrant l'armoire qui se trouve à côté du bureau, je révèle à ses yeux quelques bouteilles d'alcool et d'autres contenant du jus de fruit. Il serait quand même dommage que nous mourrions de soif alors que nous sommes au sein de ce qui sera bientôt le cabaret restaurant le plus populaire de Grande-Bretagne, non ? Je porte la main sur deux verres et une bouteille de whisky pur feu, tentant tant bien que mal de faire abstraction du flot de sentiments négatifs qu'elle dégage en cet instant précis.

Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Bureaux

Message par : Shela Diggle, Jeu 27 Sep 2018, 18:06


Faire un peu abstraction de ses dires; ne pas donner d'importance, surtout, ne pas donner d'importance. Alors que l'instant fatidique se reproche, l'on devient sentimentale, puta*n. Presque un voile sur les yeux, enfin peut être tout à fait mais l'on ne veut y croire. Tournant la tête, attraper rapidement le verre tendu par Artemis; le vider d'une traite. Un geste de main vers lui, en redemander. Potion bravoure, dites-moi, n'y aurait-il pas de formule miracle pour s'en sortir ? Pour, jamais, n'avoir la boule au ventre juste avant de devoir annoncer ce genre de chose, d'écraser ce genre de monde, de balayer les illusions joyeuses. Oh, Artemis... ce serait tellement plus simple de pouvoir te permettre de ne rien voir, mais je crois que c'est nécessaire, pas vrai. Tu n'aimerais pas ne pas savoir. Tu m'en voudrais, debout devant ma tombe.

- C'est pas très facile rire jaune, secouer le verre de droite à gauche. Il s'agit probablement du pire trac au monde, puisqu'ici pas de théâtre, pas même de note sanctionnant une prestation : ici c'est le terrible réel, qui glousse sous les draps; c'est qu'il a l'humour très sombre. C'est que l'on est le cas sur cent milles, à vingt-et-un ans, le cas sur cent milles, l'exception, la rareté extrême. Moi qui a toujours été et voulu être l'invisible, la passagère dans les vies d'autrui. La figure banale dont on oublie les traits bien rapidement, l'absente, presque : et voilà que l'on est propulsée sous un bien écœurant projecteur. Il a fallu, bien sûr, mettre fin à cette invisibilité. Désormais on est le cas, le pourcentage minuscule. A nouveau un sourire, grincement des dents, est-ce que le voile humide est encore là ? De toute façon il ne peut le voir, c'est le sol que l'on engouffre du regard. Comme à un miroir, l'on y renvoie une figure cynique, défaite. Tout est terminé mais il est particulièrement détestable de penser que ce ne sera pas de sa propre volonté. Se resservir plutôt que d'attendre davantage que le verre soit rempli, et le vider à nouveau en une fois; grimacer, mais rien n'arrive à la cheville du reste, pas vrai.
Les secondes s'écoulent lentement et il allait bien falloir le lui annoncer : alors autant faire bref, abréger les souffrances, le malaise pointant. Attraper son regard. Hausser les épaules, plus pour soi-même que pour lui. Après tout c'est énoncer un fait, rien de plus. Peu importait. Je vais probablement mourir de mon cancer.
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Les Bureaux

Message par : Artemis Lhow, Dim 07 Oct 2018, 13:19



Elle avale le verre que je viens de lui servir d'une seule gorgée et me tend sont verre vide afin que je le remplisse. Alors que la bouteille déverse son liquide dans le verre, la voilà qui s'empare de mon propre verre et qui l'engloutit, lui aussi. Eh beh, c'est si grave ?! Je pose la bouteille sur la table attends la suite sans dire un mot. C'est pas très facile Je hausse un sourcil et porte mon verre... ou le siens je ne sais plus, jusqu'à mes lèvres. Je vais probablement mourir de mon cancer.

Le liquide coule sur ma chemise tandis que je reste figé dans une position absurde, un bourdonnement dans le fond de l'oreille. Qu'est-ce qu'elle vient de dire ? Ai-je bien compris ses propos ou ai-je sous estimé ma consommation d'alcool de la soirée ? Bon, c'est mon première verre, mais c'est pas possible je dois rêver ?! Reposant le verre vide sur la table, je m'installe face à elle, bouche bée et l’œil incrédule. Mais... pourquoi ? Enfin je veux dire... un cancer, vraiment ? j'imagine qu'il n'a pas du être facile pour elle de venir me dire ça aujourd'hui. Je remplit à nouveau nos deux verres et lui colle le sien dans les mains avant de gober le miens.

Le whisky a tâché ma chemise, mais c'est bien le dernier de mes soucis. Chances de guérison ? État de santé ? Je veux tout savoir, n'espère pas sortir d'ici avant que je ne sache exactement qu'elles sont les missions que je peux, ou pas, te confier au vue de ton état.

Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Bureaux

Message par : Shela Diggle, Jeu 11 Oct 2018, 18:14


Malgré soi le corps est maître, aussi le cœur bat trop fort et l'on a trop chaud malgré la tenue fort acceptable en fin d'été. La boisson d'Artemis vient se coucher en douceur sur la chemise du monsieur, dans un mouvement presque amusant si l'on avait fait fi des circonstances. L'on esquisse un début de sourire triste à l'égard de la chemise gâchée que l'on cesse arrivée à mi-chemin, puisqu'après tout il s'agit de son erreur à lui. Rien de grave cependant, parce qu'il n'a pas l'air de s'en formaliser. L'on aurait préféré qu'il s'en formalise. Voilà qu'il jette une phrase, le genre qu'elles ont toutes sous l'effet d'une brusquerie : dépourvue de sens. Pourquoi ! Parce qu'il en fallait une dans le tas, ça s'est jeté au hasard et il fallait bien que la balle touche quelqu'un. A sa deuxième et tout aussi saugrenue question l'on aurait presque pu rire, lui lancer que non, évidemment, il s'agit d'une blague de mauvais goût, que l'on peut retourner dans la salle principale, fêter et parler de cette excellente façon de faire perdre une chemise à quelqu'un. Mais être conciliante : après tout voilà une réaction normale, ce ne serait pas juste de lui demander d'être tout à fait logique et prompt à la neutralité immédiatement.

Après avoir embrassé l'idée de nous resservir, il prend de court. Comment cela les missions qu'il est possible ou non de donner ? Parce qu'il me garde ? Attends attends... tu ne me vires pas ? Le corps n'est plus l'attraction principale des sens; désormais l'on est, terriblement étonnée, tout à fait concentrée sur l'Artemis qui fait sortir de ses lèvres des mots que l'on n'aurait jamais prétendu avoir imaginé. Il n'y avait, en fait, qu'un seul scénario possible : celui-ci, dépassant l'entendement, fait naître une certaine nervosité. Rien n'est prêt à répondre à cette demande, rien n'a été pensé analysé travaillé. Mais voilà qu'il faut reprendre contenance, répondre à ce qu'il veut connaître - il est exigeant. Ne souhaiter en parler plus profond que cela, et voilà qu'il creuse, cherche, rend la chose moins confortable encore. Le corps se tasse un peu, le regard devient fuyant devant cette posture trop assurée qu'il aborde. Il parle en chef, et si ses intentions sont certainement louables, l'on est absolument incapable de le remarquer.
Après tout l'on ne veut rendre de comptes à personne, parce que, je crois, il est ainsi plus aisé de disparaître.
Euh, se racler la gorge, je ne sais pas trop. Je n'ai pas été voir de médicomage depuis la fin de ma scolarité. Étrangement, se sentir désolée pour lui. Soit plus de deux ans maintenant. Je ne sais pas à quel point ça s'est développé mais probablement bien assez pour taire cette information.
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Les Bureaux

Message par : Artemis Lhow, Ven 12 Oct 2018, 20:21



Elle semble étonnée de ma réaction, mais ce n'est à côté du choc que je viens de prendre. Lorsqu'elle me demande si je compte la virer, je dois bien avouer que l'idée ne m'avait même pas effleurer l'esprit. Te virer ? Mais pourquoi faire ? C'est ton corps qui est malade il me semble. Tu restes en pleine possession de ta tête, alors je ne vois aucun motif valable de licenciement. Avalant d'un trait un verre nouvellement rempli, je l'écoute m’annoncer qu'en fait, elle n'a pas vu de médecin et qu'elle n'a aucune idée de l'avancée de la chose.

Reposant doucement mon verre sur la table, je la foudroie du regard. Profite de ta soirée... mais demain je ne veux pas te voir au bureau. Pas tant que tu n'es pas allée voir un médecin et, si tu dois rester quelques jours, inutile de me demander une quelconque permission. Préviens moi simplement de ton retour en service dès que possible.

Me laissant choir dans un des fauteuil de la pièce, je joins les mains devant mon visage, l'esprit ailleurs l'espace de quelques instant. Il y'a des combats que l'on ne peut mener seul, et d'autres dans lesquels on ne peut intervenir. Connaissant Shela, elle préférerait sans doute ne pas en parler et laisser les choses courir, gérer ça toute seule, dans son coin. Mais ça désolé, laisser une amie face à ses problèmes, je ne peux pas...

Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Bureaux

Message par : Shela Diggle, Jeu 18 Oct 2018, 15:58


C'est qu'il s'agit de quelque chose de plus compliqué. Qu'après le diagnostic il y a eu l'enfoncement dans un oubli souhaité répété, que rien n'a su pendant des années me défaire de la volonté de ne plus devoir savoir - heureux sont les ignorants. Que désormais que l'on sait ce qu'il y a eu derrière les pages de calendrier envolées ne plus avoir aucun espoir : cela fait trop longtemps.
Et peut être, aussi, qui sait, il n'y a pas la volonté d'essayer.
Il s'agit là bien évidemment de paroles que l'on ne peut donner à Artemis, ni à quiconque, d'ailleurs y réfléchir n'a pas de sens non plus. Tout ce que l'on souhaite à présent c'est partir, mission accomplie, l'information est passée au receveur, félicitations. Sauf qu'une donnée que l'on n'avait pu imaginer vient de se glisser dans le déroulement prévu initialement : l'on a encore un travail, et quelque chose qui tient à cœur. Défaillir à l'idée que finalement, il va falloir se démener encore, sans quoi l'on perdrait une chose chère à laquelle l'on n'avait pensé : l'estime d'Artemis. Pas la noble chose qui nourrit l'orgueil, mais celle d'une personne qui tient à vous et qui, en apprenant votre perte de votre propre main, serait triste. A cet instant, à la fois haïr et remercier le brun.

N'oser lui jeter un on verra au visage, aussi l'on se contente d'hocher la tête, plutôt sûre d'arriver au Ministère le lendemain - il faudra plus qu'une gentille remontrance pour y réussir. Le voyant s'échouer sur un fauteuil, dodeliner de la tête. Est-il si affecté que cela ? l'on devrait le tirer au dehors, profiter de sa fête. Les verres courage montent doucement, les yeux brillent d'un quelque chose que l'on n'avait plus touché depuis longtemps. Circonstances atténuantes. Ce ne fut pas par plaisir, mais par nécessité que l'on avait ingéré cela : comment voulez-vous que l'on puisse surmonter la douleur d'une annonce de mort prochaine autrement. Retournons dehors, veux-tu. Histoire que je ne gâche pas plus ton nouveau lieu de travail. Histoire que tu puisses penser à autre chose. On y fera un tour, on s’éclipsera discrètement. Les choses n'ont pas de sens. Je suis désolée, Artemis.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Bureaux

Message par : Ellana Lyan, Dim 28 Oct 2018, 00:11




Pv Emily

Je savais qu'avoir suspendu dans le temps six mois de mon existence n'avait pas empêché le monde de tourner pour autant. Mais la capacité d'adaptation de l'humain avait ses limites - très proches limites - et bien que j'étais parfois persuadée d'être à moitié autre, j'avais du mal avec le changement. M'être fait accueillir presque à bras ouverts par un personnel bienveillant ayant repris les rênes de l'ancien établissement était une aubaine presque irréelle. Et inconsciemment, cette conscience justement avait besoin de repère et de paroles. J'avais réussis à tout de même hésiter un instant, il fallait se refaire, trouver le mouvement, le courant de cette vie d'avant pour parvenir à prendre de vraies décisions de parents - quand bien même ça n'avait absolument rien avoir avec les enfants.

La décision ensuite, on peut dire qu'elle avait rapidement été prise, monter vers les bureaux en soit ce n'était pas trop compliqué. Les parcours d'obstacle dans les parcs où les salles de gym eurent représenté bien plus de difficultés mais voilà c'était psychologiquement que ça demandait un effort. Le subconscient faisait des abdos et puis on s'étonnait d'avoir mal à la tête. Alors j'avais mis simplement mon cerveau en mode veille, oublier ces histoires de sœur disparue et autres problématiques pour simplement tracer ce bout de chemin jusqu'à l'endroit de la scène. Une fois arrivée devant, on pouvait encore se débiner, c'est pourquoi ma main prit la peine de toquer avant que ma tête puisse se rallumer. Une fois chose faite, la panique s'empara rapidement, mais il était trop tard.

Je me concentrais sur une image cocasse, celle de la nouvelle gérante qui autrefois ma prof de botanique m'avait punie avec Azaël alors que je tentais de l'aider. Á l'époque j'avais été outrée, aujourd'hui le souvenir me laissait simplement amusée. Tant de pensées se bousculant sous mes airs d'enfant faute de ne pas réussir à avouer que j'ai simplement besoin de parler. Enfin, pour l'instant, exception faite si les portes avient récemment apprit à parler sans que je ne le sache, je pouvais toujours converser avec mes pieds. Et pour tout prononcer, ils n'étaient pas d'une grande loquacité.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Les Bureaux

Message par : Artemis Lhow, Lun 29 Oct 2018, 22:18



@Shela


C'est quand même vachement utile dans la vie de tous les jours. Je veux dire, les gens n'y pensent pas, ou n'y pensent plus... ou ils ignorent comment ça marche exactement, mais les sentiments, les émotions émanent d'eux tels des ondes que l'on peux percevoir lorsque l'on sait les reconnaitre. Là par exemple, je sais pertinemment que si elle me ramène un mot du médecin, ce sera de la main du voisin. Mais je sais aussi que le moment n'est pas venu de la rabrouer et de l'inciter plus en avant à faire le nécessaire pour sa santé.

J’acquisse à sa proposition, je termine mon verre et repose son fantôme sur la table en me relevant doucement. Aucune pitié dans mon regard, pas plus de compassion non plus, je sais à quel point ces deux sentiments peuvent blessés les malades qui nous sont proches. Non, alors que je sort de la pièce en sa compagnie, il n'y a dans mon attitude qu'un halo d'amitié pour la personne qui m'accompagne.


Fin du RP, on se retrouve de l'autre côté, merci à toi :kiss:

Revenir en haut Aller en bas
Emily Lynch
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Les Bureaux

Message par : Emily Lynch, Dim 04 Nov 2018, 15:50


@Ellana

Les bras chargés de tout un tas de choses aussi inutiles les unes que les autres, je me demandais encore pourquoi j’avais décidé d’emporté toutes ces choses avec moi au lieu de les laisser apprécier le noir du carton dans lequel elles étaient enfermées. Entre tout un tas d’objets décoratifs pas spécialement beaux et des livres dont le titre ne donnait absolument pas envie de le lire, je réfléchissais à l’endroit parfait pour ranger tout ça. Comme j’avais conscience qu’il valait mieux les planquer dans un coin que de les exposer sur un piédestal, je réfléchissais également à l’agencement des meubles de la pièce. Je voulais obtenir quelque chose de relax tranquille, une ambiance parfaite pour se détendre et non se prendre la tête. Après tout, c’était l’objectif du lieu non ? S’amuser, se détendre, prendre du bon temps… Alors si tel était l’objectif, il fallait que ça le soit partout, même dans les bureaux. Et à coup de quelques formules magiques, je déplaçais le mobilier et le bureau se transformait alors en un espèce de salon fort sympathique avec un feu ouvert sur le côté… C’était parfait, il ne restait à présent plus qu’à se poser tranquillement dans le canapé, allumer le feu et prendre un bon verre de whisky…

Affalée sur le divan je profitais de ce moment à ne rien faire, les yeux mi-clos, je sentais la douce chaleur du feu m’envelopper, pour le coup, je n’étais vraiment pas loin de sombrer pour de bon et faire une petite sieste. Mais quelque chose me rappela à l’ordre, une sorte de tambourinement. Au début, je croyais que c’était mon imagination qui me jouait des tours, que les rêves étaient en train de s’installer progressivement. Mais il y avait quelque chose qui clochait, le son ne me semblait pas imaginaire, non, ce toc-toc était trop réel, il ne ressemblait pas à la sonorité parfaite du toc-toc que j’imaginais. Il était hésitant, peut-être même un peu timide… Je sursautais alors, me rendant compte que la réalité me rappelait. Bondissant du canapé, je me dirigeais vers la porte pour l’ouvrir.

- Ellana ! Entre, entre… je peux faire quelque chose pour toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Bureaux

Message par : Ellana Lyan, Dim 11 Nov 2018, 14:54




Pour Emily

Je restais un instant dans ce couloir comme un peu perdue. J'avais peur de ne pas m'être faite entendre, que simplement le bruit de ma main contre le panneaux de bois n'ait pas été perçu mais pourtant il me semblait bien avoir frappé. C'est que je commençais un peu trop à douter. L'excès nuit en tout que l'on disait - ce n'était pas réellement faux. La porte finit par s'ouvrir sur le visage de la gérante de l'établissement et j'affiche un petit sourire un peu discret, un peu angoissé.

Elle reconnait rapidement mon visage et ça me fait plaisir. Comme une mini vague de soulagement qui déferle sur mon système. Qu'elle ait du mal à se rappeler de moi alors que je travaille pour l'établissement eu quand même été bien malheureux mais ce devait être ce ton chaleureux qui était parvenu à me remplir de cette manière de sentiments positifs. Je tentais de mettre mon cerveau en veille pour arrêter de réfléchir à de pareilles futilités.

La suite ponctuée de deux entre renforce cette impression d'hospitalité qui fait plaisir. Mon sourire s'agrandit un peu et je pénètre rapidement dans la pièce avant qu'elle ne décide de changer d'avis. C'est joli ici. Je tourne un peu sur moi même pour admirer le mobilier autour de moi. Elle a le sens de la décoration la jeune femme, c'est un talent que je n'ai malheureusement pas l'impression d'avoir. Le bureau dégageait une impression de douceur, de confort et de tranquillité. Un peu près tout l'inverse d'un véritable bureau. C'était vraiment chouette. Je commençais par la remercier. Merci beaucoup puis répondre à sa question En réalité, je me demandais si je pouvais vous parlez, enfin je… Je suis un peu perdue pour le moment et enfin… Mon ancien gérant, Morgan, je n'ai pas eu le temps de parler véritablement avec lui malgré toutes ces heures passées à travailler dans l'établissement et je voulais… enfin… Peut-être vous connaître ? Je ne sais pas vraiment expliquer, je suis désolée, c'est confus...

Tout en parlant je m'appliquais à me tordre les doigts tout en me mordant la lèvre inférieure pour canaliser mon stress. Oh, ce n'était vraiment pas facile de s'exprimer...

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Emily Lynch
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Les Bureaux

Message par : Emily Lynch, Dim 11 Nov 2018, 17:41


@Ellana

Elle me semblait un peu perdue, égarée dans ses pensées, dans ses soucis, mais après tout qui étais-je pour juger de ce qui lui arrivait ? Enfin quoi qu’il en soit il ne me paraissait pas utile de s’alarmer inutilement dans un premier temps. J’invitais donc la jeune fille à entrer dans mon bureau, ou plutôt mon salon… Ambiance chaleureuse, j’avais fait en sorte que l’endroit soit le plus agréable possible d’abord pour moi mais aussi et surtout pour ceux qui auraient le courage de venir jusqu’ici. Je voulais faire en sorte qu’on s’y sente bien et que venir à mon bureau ne soit pas perçu comme quelque chose de négatif. Je me souviens bien du stress que l’on pouvait ressentir lorsqu’on se trouvait dans un bureau typé bureau… Tous ces éléments purement stricts montraient clairement qu’on n’était pas là pour rigoler et que si on était là c’était plus que probablement pour se faire remonter les bretelles. Je voulais absolument éviter que cela arrive avec moi, évidemment je n’hésiterais pas à montrer les dents si cela s’avérait nécessaire, mais je ne voulais pas devenir la méchante patronne qui ne fait que crier sur ses employés. J’avais plutôt une vision amicale de la chose, montrer que nous étions une équipe et non une hiérarchie avec un propriétaire qui donne ses ordres et moi qui les transmets sans la moindre émotion.  

J’invitais donc Ellana à prendre place sur l’un des canapés qui occupaient la pièce histoire qu’elle puisse se mettre à l’aise et puisse évacuer son stress. Stress que je pouvais ressentir, pourquoi était-il si fort ? Avait-elle fait une erreur durant son service et elle était là pour me l’annoncer ? Qu’importe la raison de son stress, je n’aimais pas les gens stresser, non pas que je les repoussais, mais justement, je voulais les aider et comme à chaque moi, mon empathie était plus forte que tout. J’essayais d’imaginer ce qu’elle pouvait ressentir, mais il serait sans aucun doute préférable qu’elle me le dise elle-même. Chose qui arriva assez facilement en fin de compte, les morts sortaient assez facilement de sa bouche, mais j’avais comme l’impression de trop peu, comme si elle était là pour autre chose, que ce dont elle voulait me parler était plus personnel que simplement vouloir avoir une discussion avec son patron.

- Tu veux boire quelque chose ?

Tout en me servant un verre, je lui désignais le bar qui se trouvait à côté de moi. Il y avait divers alcools, mais aussi plusieurs boissons softs parce que bien que j’avais découvert un amour passionnel pour le whisky, il m’arrivait encore de boire des boissons dénuées du moindre alcool.

- Essaye de te détendre dans un premier temps, on a tout notre temps, sauf si tu as un rendez-vous. Bien bien, d’abord, inutile de me vouvoyer, je suis certes peut-être ta patronne, mais nous sommes avant tout une équipe et en temps qu’équipiers, on se tutoie… De quoi as-tu envie de me parler ?  
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Les Bureaux

Message par : Ellana Lyan, Hier à 16:56




Pour Emily

Je m'asseyais et tentais de me calmer. Je n'avais rien fait de mal, il fallait se ressaisir. Avec l'éloignement de toute cette civilisation pendant si longtemps dans le pays qui m'avait vu grandir, j'avais un peu de mal à me réhabituer à l'agitation de Londres autant du côté de chez les sorciers que de celui des Moldus. Le monde allait un peu trop vite pour moi, il fallait bien l'avouer. Le meuble était confortable, ça m'apaisa un peu. Je me sentais bien dans cet endroit presque hors du temps où le monde semblait tourner différemment. Je me félicitais d'être venue voir ma gérante. Elle était une personne qui donnait envie de lui faire confiance et qui avait une certaine facilité pour mettre les autres à l'aise. J'esquissais même un petit sourire pour la remercier.

Oh, je veux bien un jus d'orange s'il vous plaît.

De toute façon, l'alcool c'était mauvais pour l'allaitement. Elle était gentille d'aller jusqu'à me proposer un verre, je l'aimais de plus en plus cette dame même si ça faisait toujours un peu bizarre de la voir en dehors d'une salle de cours. Je tentais de respirer calmement pour me calmer rapidement. cela allait finir par paraître mal poli d'être aussi stressée en sa présence et je n'avais pas la moindre envie de lui paraître ennuyeuse ou mal élevée. Sans m'en rendre vraiment compte, je l'avais en bien haute estime. Elle demanda bientôt que je la tutoie. J'opinais silencieusement du chef.

D'accords, je vais essayer.

Je ne promettais rien, ce n'était pas spécialement évident au début. Elle évoqua ensuite mon sujet de discussion. En réalité, je ne savais pas trop par quoi commencer. J'avais besoin de conseils pour m'occuper de mon bébé mais j'ignorais si elle avait des enfants, j'aurais aimé lui parler du manque qui m'entourait sans cesse depuis que Kalsi était mort comme mes parents adoptifs et que ma grande sœur avait disparu. Même ma cousin.e s'était fait la malle, j'étais vraiment seule au monde. Mais c'était tellement important les liens familiaux parfois. Est-ce que tu as des enfants ? Et une famille ? oh ça n'allait pas spécialement ensemble ces choses là.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Les Bureaux

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 Les Bureaux


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.