AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais
Page 1 sur 1
Une rue près des 3B
Kohane W. Underlinden
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Une rue près des 3B

Message par : Kohane W. Underlinden, Lun 8 Oct - 13:26


Côtoyant les 3B, il y a cette ruelle. Ou peut-être est-elle deux rues plus loin, pas exactement contre la façade du bar ? Il se peut aussi que ce soit la rue principale sur laquelle donne la porte d'entrée de l'établissement. En tout cas, il s'agit d'un petit endroit dans les alentours.

Lorsque les fenêtres des 3B sont ouvertes et que le monde afflue, vous entendrez depuis votre poste d'observation les remous qui agitent les salles. Eclats de voix, chants, peut-être, rires, pour sûr. Et sentez-vous la bonne odeur de cuisine qui parvient jusqu'à vous ? Cela ne vous donne-t-il pas envie de franchir le pas, pousser la porte et entrer dans l'établissement ?
Mais peut-être préférez-vous rester à la fraîche, dans votre rue. Appuyé.e contre un mur, à regarder passer les gens tout en rêvant lointainement aux 3B.

D'ailleurs, en levant la tête et en observant le toit du bar, il est possible que vous y aperceviez parfois des ombres. Il paraît que le personnel de l'établissement aime bien prendre de la hauteur lors des pauses. Peut-être même vous observe-t-il, vous, silhouette perdue dans une rue sans nom ?

/Comme les autres sujets des 3B, ceci est un sujet libre\


Revenir en haut Aller en bas
Akira Keito
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Une rue près des 3B

Message par : Akira Keito, Dim 18 Nov - 17:14


RP avec Kohane

Une, deux, trois marches, je trébuchais sur la dernière et me rattrapais de justesse. J'essayais tant bien que mal d'éviter les gens dans la rue, ne voulant pas lâcher mon livre des yeux. Si jamais je récoltais des remarques ou des regards assassins, je ne le remarquais pas. Je cognais quelques épaules, marchais sur quelques pieds, mais rien ne pouvait me détacher de mon objectif: en apprendre un peu plus sur la magie noire et les mystères qui l'entourait. Je jurais intérieurement sur ces sorciers patauds et sans ambitions. Ne pouvaient-ils pas laisser passer l'une  des jeune fille qui souhaitaient faire avancer leur monde? J'avais une destinée à accomplir! Pester ne me servirait à rien, je devais me dépêcher de trouver un coin tranquille pour lire en toute discrétion. Seulement, je m'accrochais à un pavé mal placé et me vautrais. M'étalant de tout mon long, je vis mon précieux glisser devant moi.
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Une rue près des 3B

Message par : Kohane W. Underlinden, Dim 18 Nov - 18:06



Courir.
On nous intime toujours de courir. Partout. Tout le temps. Courir pour ne pas perdre de temps, rattraper le retard, ne pas faire attendre. Monde sans cesse en mouvement, toujours trop rapide. Qui ne s'arrête pas ou peu sur ce qui compte vraiment : le fond, les sentiments, les sourires discrets ou les larmes qui valent mille mots. On ne les regarde que très vite, sans s'attarder. Parce qu'on n'a pas le temps.
Cette excuse est bien hypocrite. En vérité, c'est surtout qu'on ne cherche pas à l'avoir, ce temps. On est bien dans nos airs pressés, à passer les rues et le monde sans rien regarder.
Moi aussi, il m'est arrivé de courir à perdre haleine. Derrière les éléments qui m'échappaient -vague espoir de parvenir à les rattraper. Derrière les responsabilités. Pas un instant à perdre.
J'ai l'impression que c'était hier, lorsque j'enchaînais les interminables journées aux Trois Balais avant de rentrer en vitesse, sans m'attarder, pour pouvoir assurer auprès des gosses. Tim et Enzo, les gamins qui sont venus habiter au chalet en attendant que leur parent, gravement blessé-e, s'en remette à l'hôpital.
Je me souviens parfaitement de cette sensation de courir partout.
Se lever le matin, préparer ses affaires, saluer les gosses qui, souvent, étaient déjà en train de petit-déjeuner avec Asclépius, s'en aller, bosser, rentrer tard le soir, trouver Asclépius à moitié décédé sur le canapé après une dure journée à occuper les enfants, faire attention qu'ils ne se tuent pas dans cet endroit plein de danger, et continuer de courir, même une fois rentrée, lorsque les petits se mettaient à pleurer, à chouiner, à appeler.
Un mois.
Ca a duré un mois, cette histoire.
Mais, finalement, j'y avais trouvé mon bonheur. Même si c'était dur. Je crois qu'Asclépius ne l'a pas vécu tout à fait de la même façon. Faut avouer, c'était lui qui s'occupait H24 des gamins, moi, je n'étais là que le soir.
Enfin, c'était tout de même chouette.
Ca m'a presque menée à rêver une vie de famille stable.

Puis.
Les enfants sont retournés chez eux.
Et Asclépius s'est volatilisé.
Aujourd'hui, j'ai arrêté de courir. Je me traîne, plutôt. Je traîne aux 3B, souvent peu désireuse de rentrer ; j'ai trop peur du silence pesant qui emplit désormais notre chez-nous. Le silence de l'absence. Et j'en ai marre de hurler à pleine pensée tu me manques sans jamais recevoir de réponse.

Je marche, rêveuse, plongée dans mes pensées, à proximité des 3B.
Pause.
Ou, en tout cas, je me suis octroyé cette pause. Arty gère. Il est censé, tout du moins. Pas pour rien que je l'ai recruté comme gérant. Dans l'espoir qui allégerait un peu tout le poids qui pèse sur mes épaules depuis le départ de Shae. Laquelle -ou lequel- est revenu-e, d'ailleurs. Mais pas aux 3B.
Bref,
Arty gère. Tant qu'il ne fait pas tout exploser, je lui laisse le bar entre ses responsables mains. Et je me dégourdis les jambes. Besoin d'aspirer un bon bol d'air frais. Du dehors, fuir les quatre murs qui enferment et respirer le monde.

Tout à coup, un mouvement attire mon attention. Un corps qui tombe. Une belle chute. Paf. Sur les pavés.
Je trottine jusqu'à la demoiselle que je ne connais pas. Un livre traîne à côté d'elle, sans doute lâché dans la chute. J'enregistre vaguement le titre alors que je m'accroupis :

-Ca va ?

L'est p't'être morte.
On meurt pas en tombant ? C'est ce que vous croyez ! On peut tomber, s'évanouir dans une flaque d'eau et boum, noyade ! Aha, vous n'aviez pas pensé à ça, hein.
Bon, y'a pas de flaque d'eau ici. Mais sait-on jamais.
Peut-être qu'elle est tombée en plein sur un nid de fourmis rouges qui sont en train de la piquer par vengeance de les avoir dérangées et là, ça sent mal. Ou un nid d'abeille ! Enfin... c'est pas plutôt en hauteur, les ruches ? Oh, je sais plus ! Mais ne sous-estimez pas la puissance de la Mort. Si un troupeau d'hippopotames en furie passait par là et lui marchait dessus, elle y laisserait sa peau. Alors, décon*ez pas, s'iou plaît.

-T'es blessée ? j'ajoute en posant une main sur son omoplate, histoire d'instaurer un contact physique.

De mon autre main, je ramasse son livre, au titre intrigant. Je me demande d'où il vient. Où elle est allée chercher un truc pareil.
Bon, déjà s'assurer qu'elle soit en vie.
Le reste attendra.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Une rue près des 3B

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 Une rue près des 3B


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.