AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-29%
Le deal à ne pas rater :
Sac de transport extensible pour chat et petit chien DADYPET
34.99 € 49.44 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Défense contre les Forces du Mal
Page 3 sur 3
Bureau du Professeur
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Adonys Montgomery
G. TechniqueHarryPotter2005
G. Technique
HarryPotter2005
En ligne

Bureau du Professeur - Page 3 Empty
Re: Bureau du Professeur
Adonys Montgomery, le  Lun 21 Jan 2019 - 21:52

Premier point positif, elle semble avoir laissé tomber l'idée de bouder dans son coin de la pièce. Prenant un brownie, je réfléchis à ses paroles... non, le fait que Azaël ait des cicatrices sur tout le corps, je ne vois pas en quoi cela aurait un rapport avec son éventuel blocage sur les sortilèges liés aux combats. Je n'ai malheureusement pas encore eu l'occasion de te voir en action lors d'un cours, mais ça devrait s'arranger bien vite. D'ici là, quel exercice pourrais je lui donner pour parvenir à surmonter ce blocage ?

Tous les soirs, avant d'aller te coucher, tu vas t'installer en tailleur et concentrer toutes tes pensées sur un sentiment apaisant. Tu feras cet exercice jusqu'à ce que tu parviennes à être totalement calme et alors tu essaieras de lancer un protego avec le mouvement que je t'ai enseigné. Une seule fois ! Si tu échoue, ce n'est pas grave, tu te couche et tu réessaie le lendemain après le petit rituel, d'accord ? Ce genre de technique m'a beaucoup aidé pour développer la Legilimencie, je me dit que ça pourrait aussi l'aider elle...
Benedict Adams
Benedict Adams
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Quatrième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Bureau du Professeur - Page 3 Empty
Re: Bureau du Professeur
Benedict Adams, le  Ven 25 Jan 2019 - 18:37

C'est vrai que j'aurais bientôt mon premier cours de Défense Contre les Forces du Mal. Je me demande bien quel en sera le thème. En attendant, je croque à nouveau dans ma part de brownie en hochant légèrement la tête de haut en bas. Ce n'est peut être pas très poli de faire ça en mangeant, mais c'est mieux que de parler la bouche pleine. En plus, c'est trop difficile de s'empêcher de manger un brownie quand on le tient. Et c'est pourtant bel et bien ce qu'il se passe lorsque le Professeur Lhow reprend la parole. J'avale ma bouchée et l'écoute attentivement.

Il me donne un exercice à faire chaque soir avant d'aller me coucher. Je n'aime pas trop rester assise à ne rien faire. Mais si après je peux lancer tous les sorts que je veux, ça en vaut peut être la peine. Du moins je l'espère. Mais si je ne dois essayer qu'une fois, ça ne me fera sans doute pas perdre trop de temps. Et puis, c'est important de savoir se protéger des mauvais sorts. Peut être plus encore que de savoir lancer ces derniers. Mais quand même, j'aimerais bien réussir un jour. Ce sera bien plus facile pour sauver le monde des grands méchants.

- D'accord !

Je termine mon brownie avant de me lever, prête à partir. Cependant, mon regard est attiré par l'assiette contenant encore de magnifiques cookies que j'aimerais beaucoup goûter. Prenant ma bouille la plus angélique pour m'adresser au Professeur, je désigne l'assiette.

- Je peux en reprendre un pour la route ?

Pas moyen qu'il refuse, je suis à peu près sûre que ça pourrait être considéré comme de la torture que d'exhiber des cookies sans les partager.
Adonys Montgomery
Adonys Montgomery
G. TechniqueHarryPotter2005
G. Technique
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Bureau du Professeur - Page 3 Empty
Re: Bureau du Professeur
Adonys Montgomery, le  Lun 11 Fév 2019 - 12:49

Elle écoute sans un mot et semble comprendre mon raisonnement sans broncher. Elle finit par acquiescer, se levant de son fauteuil en lorgnant sur l'assiette de cookies encore pleine. Je peux en reprendre un pour la route ? Je lui offre un sourire avant de lui répondre Prend l'assiette, mais promet moi de ne pas tout manger d'un coup ! Ce serait mauvais pour tes dents et pour ton estomac. Me levant à mon tour, je dépose une papouille sur son crâne avant de reprendre place sur mon fauteuil, derrière mon bureau. Le nez dans mes copies, je la laisse se servir tranquillement et quitter la pièce, tout en essayant de reprendre le fil de mes corrections.

Elle me fait un peu penser à Enzo... j'aimerai passer plus de temps avec lui aussi... je n'aime pas le savoir seul trop souvent... avisant l'heure du coin de l'oeil, je m'empare de mon manteau et quitte le bureau sans un mot. Les copies attendront...

Lyra:
 


Fin du RP, merci à toi !  :kiss:
Jade Wilder
Jade Wilder
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Bureau du Professeur - Page 3 Empty
Re: Bureau du Professeur
Jade Wilder, le  Lun 18 Fév 2019 - 21:12

RP avec Artemis Lhow
Autorisation d'Artemis pour poster
Suite de ce RP



Jade n'avait jamais aimé l'imprévu. Ce n'était pas une nouveauté, bien loin de là. Elle avait apprit à ses dépends que les choses qu'on ne pouvait prévoir avaient quelques infimes chances d'être positives, mais la plupart du temps c'était tout le contraire qui se produisait. Sa vie avait été ponctuée de surprises, de difficultés supplémentaires au fil des mois et des années, pire encore puisqu'il s'agissait parfois de difficultés qu'elle ne pouvait ni surmonter, ni arranger. A l'époque, c'était simple, elle n'avait aucun moyen de se battre outre que sa propre volonté. Et désormais, elle avait quoi ? Une magie instable qui ne lui offrait que plus d'incertains. Magie qu'elle n'était même pas capable d'utiliser pour aider les siens, ou pour produire un patronus, là encore qui aurait pu protéger si elle était foutue de savoir l'utiliser. Malheureusement, cet énième échec n'avait rien d'une surprise.

Ce qui l'était en revanche, c'était cette entrevue, demandée par le professeur de Défense contre les Forces du Mal. Et malgré les - bonnes - impressions qu'elle avait eu à son propos, être convoquée en fin de cours n'était pas de bonne augure. Pas pour elle. Après tout, elle avait toujours été une élève modèle, pas particulièrement douée, souvent ratée même, mais assidue et déterminée. Aimée de beaucoup de ses professeurs en Italie, et même désormais à Poudlard - même si Lizzie n'était pas l'exemple le plus parlant puisque leur histoire allait au delà du professorat. Tout ça, c'était véridique, jusqu'à il y a quelques temps. Jusqu'à ce qu'on lui fasse comprendre à quel point elle était décalée, à quel point elle n'avait rien à faire dans cette école ou dans ce Monde. Si on lui avait apprit à se battre pour obtenir ce qu'elle voulait, jamais elle ne s'était sentie aussi inutile. Et aussi mal. Le montrer n'était pas son but, elle détestait montrer ses faiblesses, mais pour quelle autre raison l'enseignant aurait-il voulu la voir ? Elle avait été tout simplement pathétique durant ce cours et elle avait tellement peur des conséquences qu'elle avait bien du mal à conserver son calme. Ne pas paniquer. Ne pas paniquer.

- Assied toi je te prie...

Paniquer. Ou pas. Elle ne savait plus. Normalement, c'était plutôt positif de s'asseoir, moins violent. Sauf que ça imposait aussi une conversation un peu plus développée et elle n'était pas sûre de pouvoir garder son masque bien longtemps. Il était déjà fissuré, l'idée qu'il tombe lui faisait peur. La terrifiait même.

Alors après... une seconde peut-être, à fixer la chaise désignée, l'adolescente finit par s'asseoir. Cette seconde semblait avoir duré une éternité dans sa tête, sensation qu'elle n'aimait pas des masses. Pas du tout en fait. L'espace d'un instant, elle essaya de regarder son interlocuteur droit dans les yeux, comme si elle voulait paraitre plus courageuse qu'elle ne l'était, mais cette tentative échoua lamentablement. Et hop, on baisse les yeux, incapable d'affronter quoi que ce soit. Eh m*rde. Encore une fois, le temps lui paru incroyablement long mais elle était quasiment sûre que ça n'était pas vraiment le cas. Comment le cerveau pouvait-il être aussi étrange ? Pas le moment de se poser cette question.

- J'ai senti une certaine... détresse de ta part tout au long de ce cours... tu veux bien m'en parler ?

Ah. Pour le coup, Jade ne s'attendait pas à ça. Elle pensait plutôt à une réprimande quant à sa concentration en cours ou quelque chose du genre, pas ça... Le problème avec les imprévus, c'est qu'on ne peut pas savoir à l'avance comment y réagir. Trouver le meilleur plan, la meilleure façon pour éviter des problèmes. Elle réfléchissait trop, certes, mais dans sa tête c'était devenu un réflexe de survie et là... là elle ne trouvait pas d'accroche qui lui convenait. Pas de façon de se rattraper correcte, peur de s'effondrer, incapable de se montrer trop froide non plus. Alors elle était sensée faire quoi ? Être sincère ? Hors de question. Serrer fort la lanière de son sac, sa main devait être blanche à force. Et puis, inspirer lentement, pas assez puisqu'elle semblait incapable de faire un tel effort. C'est une voix incertaine qui répondit finalement, parce-qu'elle n'avait aucune idée de ce qu'elle faisait.

- J'ai juste été... pathétique, pendant ce cours. Je n'aime pas ça.

Son regard était toujours fuyant, elle ne savait pas si ce serait suffisant. Pour elle, ça ne l'était pas puisque c'était loin de la vérité. Bien sûr qu'elle était frustrée d'avoir échoué, bien sûr qu'elle se détestait pour ça. Et pour bien d'autres choses. Mais il y avait tellement plus encore, tant de choses qu'elle ne pouvait pas dire puisque la responsable semblait intouchable. Et qu'elle, était incapable de se battre.

- Je suis désolée. J'ai vraiment essayé...

La voix se casse, n'ose prononcer le reste. Mais elle avait échoué. Elle avait lamentablement échoué, comme d'habitude, comme si elle était incapable de réussir quoi que ce soit. Même un pu*ain de souvenir heureux, c'était trop difficile, pourquoi ? Pourquoi est-ce qu'elle en était incapable, elle ? Expression qui change légèrement, des sourcils qui se froncent, des traits qui se durcissent et une pupille légèrement voilée. Elle était en colère, déçue, fatiguée et tout cela dirigé uniquement contre elle. Incapable de se battre. Incapable de réussir.
Adonys Montgomery
Adonys Montgomery
G. TechniqueHarryPotter2005
G. Technique
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Bureau du Professeur - Page 3 Empty
Re: Bureau du Professeur
Adonys Montgomery, le  Lun 25 Fév 2019 - 20:38

Jade semble être totalement aux fraises. Perdues dans ses pensées, elle met un moment avant de s'installer sur la chaise que je lui ai désigné puis elle se plonge à nouveau dans cet espèce de mutisme qui précède les grandes révélations... sauf que la révélation ne vient pas. Elle reste hermétique malgré sa souffrance, silencieuse dans son coin sans pouvoir ou vouloir parler de ce qui la chagrine réellement.

Mais il en faut plus pour me tromper. On est bien au delà du simple chagrin, de la tristesse ou du remord. Lorsqu'elle finit par cracher quelques mots, c'est de la colère qui est audible, palpable dans les ondes. Mais rien qui me permette de comprendre l'origine du mal. Pathétique ? Non... déstabilisée, sans doute. Inquiète, très certainement. Mais pas pathétique. Je me lève avec l'idée de nous préparer un bon thé chaud. Saisissant la bouilloire rangée dans l'armoire je sort deux tasses et des feuilles d'un thé blanc aux arômes d'écorce de pins et de sève de bouleau. Un régal.

Posant une tasse fumante devant la demoiselle, je me laisse quelques instants encore pour réfléchir à la façon d'aborder la chose. Je ne sais pas ce qui t'inquiète, mais je ... ressens ta détresse. C'est quelque chose que tu ne peux me cacher, ni toi ni qui que ce soit d'autre dans cette école. Ingérant une gorgée du liquide, je laisse la petite réfléchir à mes propos. Pourquoi cette colère ? Pourquoi cette peur ? Tu sembles paralysée... j'ai lu ton dossier, comme chacun de mes élèves, et les commentaires de tes professeurs sont plutôt élogieux à ton encontre alors... qu'est-ce qui a changé ?

Assis dans le fond de mon fauteuil, j'observe la demoiselle par dessus les verres de mes lunettes, mes yeux plongés directement dans les siens. Tu n'as pas à avoir peur, ce qui se dit ici reste ici.
Jade Wilder
Jade Wilder
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Bureau du Professeur - Page 3 Empty
Re: Bureau du Professeur
Jade Wilder, le  Mar 26 Fév 2019 - 20:40

Dire une vérité à moitié, ça pouvait être la clé pour sortir d'une situation compliquée. Des questions auxquelles on n'a pas envie de répondre, ou auxquelles on ne peut pas répondre aussi, un demi-mensonge, une demi-vérité et hop, c'est gagné. Pendant une période, Jade avait été très douée à ce petit jeu. Malheureusement, ses masques s'étaient fissurés au fil du temps et laissaient régulièrement passer des informations qui ne devraient pas être mises en évidence. Des attachements qu'elle ne devrait pas pouvoir se permettre. Une certaine colère aussi, qui prenait place aisément dans sa vie de tous les jours, provoquant des scènes dont personne n'avait l'habitude, même pas elle. Le contrôle était son credo, beaucoup moins depuis un moment.

Alors devant le professeur de Défense contre les Forces du Mal, Jade avait fait de son mieux pour que sa demi-vérité soit convaincante. Après tout, c'était vrai, totalement vrai même. Elle se décevait et en avait marre de ne rien réussir, au point qu'elle se sentait incroyablement pathétique, incapable et désuète. Elle avait faillit quitter Poudlard. Azénor l'en avait empêchée, pourtant les doutes ne s'étaient pas évaporés en un seul discours, ça ne pouvait fonctionner ainsi, ils étaient toujours aussi présents, parvenant sans peine à la faire se sentir si mal, tellement mal qu'elle ne pouvait le décrire. Parler voulait dire accepter et en acceptant, elle risquait de craquer. Impossible. Elle n'avait pas le droit de craquer, aussi grande soit la douleur. Pourtant, elle avait l'impression que ce prof là était sincère, digne de confiance peut-être. Mais de sa confiance à elle ? Déjà incapable de la donner à son propre frère, la jeune fille ne pouvait imaginer se confier. Trop de problèmes étaient survenus parce-qu'elle avait fait confiance aux mauvaises personnes, celles qui paraissaient si sincères de base. Le comble de tout étant que ça représentait une véritable faiblesse à ses yeux. Tout ce qui hantait sa tête et l'effet que ça lui faisait. Elle n'avait pas le droit de flancher.

- Pathétique ? Non... déstabilisée, sans doute. Inquiète, très certainement. Mais pas pathétique.

Bon. Il était soit très observateur, soit très intelligent. Ou les deux peut-être. Dans tous les cas, sa tactique première n'avait pas fonctionné et ça déstabilisait un peu la blondinette. Comme quoi, elle avait vraiment perdu dans ses talents de masquée des sentiments. Alors qu'elle avait légèrement relevée les yeux sous l'effet de la surprise, elle s'empressa de les détourner à nouveau pour ne pas montrer son désarroi. Être ainsi exposée ne lui plaisait pas, ça ne lui avait jamais plu. Mais d'un autre côté, elle n'avait jamais été aussi mal non plus. Tout s'accumulait et ça lui pesait. Comment allait-elle faire si ça se voyait tant que ça en cours ? Mordant l'intérieur de sa joue, l'adolescente suivit tout de même des yeux les mouvements du professeur qui s'était finalement levé. Allait-il lui dire de partir ? Ça serait plus simple. Trop simple sans doute, puisqu'il n'y eut pas d'invitations au départ, juste une préparation minutieuse de... café ? Non, du thé, à priori. Il avait aussi sortit deux tasses, ce qui ne présageait rien de bon. Pour elle. La conversation était loin de s'écourter, bien au contraire, ce n'était qu'un signe de prolongement. En tout cas, si il espérait qu'elle comblerait le silence par des mots, il se fourvoyait puisque l'adolescente ne trouvait rien à redire. Des demi-vérités ok, mais nier le fait qu'elle était déstabilisée et inquiète, ce serait nier l'évidence. Elle allait devoir trouver une autre tactique pour sauver les apparences. En urgence. Silence, plein de réflexions muettes.

Heureusement, le bruit de vaisselle comblait un peu le silence. Elle qui détestait laisser de tels blancs étaient servie, mais était alors bien trop prise par ses réflexions comme si le silence n'était plus une torture, mais plutôt une occasion de trouver LA bonne idée. Dommage, cette idée miracle n'était toujours pas apparue lorsque le professeur Lhow vint poser une tasse - de thé, bingo - devant elle. Il allait falloir improviser et elle détestait improviser. Rhaaaa !

- Je ne sais pas ce qui t'inquiète, mais je ... ressens ta détresse. C'est quelque chose que tu ne peux me cacher, ni toi ni qui que ce soit d'autre dans cette école.

Relever le regard d'un coup, interrogateur. Il la ressent ? Comment ça, il la ressent ? Il a des super-pouvoirs ? Question mentale idiote puisqu'elle oubliait un peu trop souvent que oui, tout le monde dans cette école avait des pouvoirs. Sauf elle, qui semblait avoir loupé une marche ou deux dans la manip mais bref. Cette révélation ne l'arrangeait pas du tout par contre, comment pouvait-elle cacher quoi que ce soit à quelqu'un qui sait... "ressentir" les choses cachées ? Après les réflexions idiotes, viennent les réflexions logiques. Au delà des simples pouvoirs, comment pouvait-il savoir à ce point ce qu'elle ressentait ? Alors que la discussion la gênait, Jade se retrouvait à tout de même chercher dans sa mémoire si elle avait pu lire ou entendre parler de quelque chose du genre. Voilà pourquoi elle avait toujours de bonnes notes en théorie, elle avait tellement lu que ça pouvait se faire assez facilement en dehors des Potions. Quelques idées lui parcouraient l'esprit, piquaient sa curiosité et faisaient un peu reculer le mal-être. Et puis, c'était une occasion de dévier la discussion, hein hein ? Raté, il reprend. Et hop, d'un coup, le regard tente à nouveau de s'échapper, réflexe de défense qui ne défendait pas grand chose mais qui la rassurait, elle.

- Pourquoi cette colère ? Pourquoi cette peur ? Tu sembles paralysée... j'ai lu ton dossier, comme chacun de mes élèves, et les commentaires de tes professeurs sont plutôt élogieux à ton encontre alors... qu'est-ce qui a changé ?

Soupir. Comment pourrait-il comprendre ? Et même si elle disait tout, ses soucis passeraient probablement pour des caprices de gamine, ou des peurs incertaines. Peur d'être à nouveau rejetée, à nouveau incomprise, à nouveau humiliée. Le regard du professeur posé sur le sien la poussa finalement à relever les yeux, les regards se croisant. Intérieurement, elle paniquait totalement et ne savait plus du tout où se placer dans cette histoire. Ce qu'elle devait penser, ou dire. Ou faire. Parce-que après tout, elle pouvait juste se lever et claquer la porte n'est-ce pas ?

- Tu n'as pas à avoir peur, ce qui se dit ici reste ici.

Pessimiste, la jeune fille avait peine à y croire. Elle avait toujours été méfiante, ce n'était pas nouveau, mais elle savait que quelqu'un qui lui voulait du mal était entre ces murs, dans cette école. Quelqu'un qui se servirait à nouveau du moindre instant de faiblesse. De Lanxorre ne pouvait poser des micros dans les bureaux mais bon. Oui, elle flippait sans raison, ou plutôt à raison mais sans justification. D'autant qu'au final, elle avait encore plus peur d'elle-même que de Cara. Avouer ce qui n'allait pas, c'était reconnaitre que quelque chose n'allait pas, avouer une faiblesse, se mettre en danger. Rappelons le, elle n'avait pas le droit de flancher. Pour le coup, elle ne savait pas du tout quoi répondre. D'abord, elle devait être sûre d'une chose.

- Vous êtes legilimens ?

Si elle se plantait, elle serait ridicule. Mais c'était ce qui lui paraissait le plus probable. Peut-être que c'était un peu intrusif, mais puisqu'il l'était avec elle, une toute petite question ne devrait pas être mal prise. Et puis dans le pire des cas, il se fâcherait et lui dire de s'en aller, ce qui l'arrangerait BEAUCOUP. Autrement dit, rien à perdre. Malheureusement, elle allait devoir y mettre du sien aussi. Une petite voix lui murmurait qu'elle ne pourrait quitter les lieux l'esprit tranquille sans en avoir dit un peu plus. Mais par où commencer, par où prendre le problème ? Il lui paraissait si énorme, si insurmontable... Observant le liquide sous ses yeux, la Poufsouffle laissa échapper un nouveau soupir. Enfin, elle finit par répondre après un temps indéterminé. Ses paroles étaient hésitantes, elle essayait de les choisir avec soin bien que la tâche soit particulièrement compliquée. Mais il le fallait.

- Peu de choses ont changé, en dehors du fait que je ne suis plus aussi douée les cacher.

Baisser la tête, aveu qui fait mal, aussi petit soit-il. Déglutir, pour enchainer. Après tout, ça elle l'avait dit clairement à Azénor, pourquoi pas à cet homme ?

- Je suis en colère, oui. Entre autres parce-que je suis...

Appuyer sur le mot.

- ... pathétique avec la magie. Pas seulement aujourd'hui, tout le temps. Dans toutes les matières. J'ai des commentaires élogieux parce-que je me débrouille en théorie et que je ne suis pas du genre à mettre le bazar en cours. C'est tout. Une baguette en main, je ne sers à rien. Et en prime, je suis incapable de trouver un souvenir heureux, je suis incapable de trouver un peu d'espoir. Même ça, je ne sais pas le faire.

La colère était revenue à une vitesse foudroyante, qui sait à quel moment exactement, mais elle était là. Ses mots grondaient, bouillonnaient. La dernière fois qu'elle avait dit ça ouvertement, on lui avait répondu qu'elle avait tort, qu'elle était douée et blablabla. Dans la tête de l'Italienne, ça n'était pas le cas et il suffisait de la voir avec une baguette en main pour en être persuadée.

- Et on me l'a bien fait comprendre. Je ne sais pas pourquoi c'est comme ça, mais c'est comme ça et je n'arrive à rien pour changer la situation.

Il y avait bien d'autres choses qui n'allaient pas, qui la hantaient, la paralysaient. Ces choses l'empêchaient de trouver un souvenir heureux ou de faire face à celle qui lui menait la vie dure. Probablement que ces choses influaient aussi sur ses échecs sorciers, mais c'était plus facile de croire qu'elle n'était juste pas faite pour la magie. Enfin facile... Question de point de vue. A ce stade, difficile de dire ce qui était plus facile ou non, elle espérait juste que ça s'arrête, que sa tête ne soit pas sollicitée en permanence, que sa vie soit celle d'une adolescente normale et pas... ça. Trop demandé, apparemment.
Devon Starck
Devon Starck
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Bureau du Professeur - Page 3 Empty
Re: Bureau du Professeur
Devon Starck, le  Sam 28 Déc 2019 - 21:11

De l'histoire d'un sorcier, d'une ambition et d'une malle.



Manchester


Le reflet du miroir renvoyait de Devon une image des plus amicales : un sourire gonflé sur le visage, des yeux brillants de malice, une sympathie qu'il souhaitait communicative. Sa chemise en soie brune était assortie à un pantalon en velours noir, dans lequel ses mains étaient enfouies tout au fond des poches. Soudainement, il en sortit une pour la tendre devant la glace, et dit d'un ton monocorde:

- Bonjour, je suis votre nouveau professeur de Défense Contre les Forces du Mal !
Son reflet afficha une moue dubitative. Il se racla la gorge avant de reprendre dans une posture identique :
- Bonjour. Je m'appelle Devon Starck et je serai votre professeur de Défense Contre les Forces du Mal !
Il inspira profondément, visiblement peu satisfait du rendu qu'il observait scrupuleusement. Il sortit la deuxième main de son pantalon et les joignit devant lui dans un geste qu'il voulait chaleureux, et reprit :
- Bonjour à tous, et bienvenue dans ma salle de cours ! Ensemble, nous allons découvrir les fascinantes....
TOC TOC TOC !
- "Monsieur le professeur" fait sa répétition nargua la voix fluette de sa soeur, alors qu'il faisait volte face, découvrant Alina sur le pas de la porte.
Devon souffla, replongeant ses mains dans ses poches, penaud.
- Oui, dit-il en relevant un regard d'accusé vers le visage angélique de sa cadette, entouré de ses longs cheveux blonds bouclés, je me demande comment ce sera, lundi...
La jeune fille inclina la tête mystérieusement, avançant en ondulant jusqu'à lui.
- Moi je sais comment tu seras, dit-elle en enfonçant un index sur sa poitrine, brillant, comme toujours, finit-elle d'un soupire las avant de se laisser tomber sur le lit de son frère.
- J'aimerais en être aussi certain que toi, dit-il en s'enfonçant dans la couette à côté d'elle. Mais même si je me suis imaginé ce moment pendant des mois, je ne me suis jamais retrouvé de ce côté de la salle de classe.
- Dev'... (quand elle l’appelait ainsi, elle énonçait toujours une forme de vérité derrière) tu es fait pour enseigner ! Tu es brillant ! Tu as su le prouver en passant tes BUSES puis tes ASPICS haut la main ! Et tu as toujours rêvé de faire carrière à Poudlard, tu te rends compte à quel point tu es chanceux et talentueux ?
Le sourire que sa soeur affichait semblait vouloir lui ôter toute forme de doute.
- Je sais de quoi je suis capable, mais tu sais, la Défense Contre les Forces du Mal, ce n'est pas rien dans le monde des sorciers... Je crois que je commence à ressentir le poids des responsabilités que ce poste demande...
- Et ça ne te plaît pas, peut-être ?
Il haussa les épaules : Je crois que j'ai peur d'échouer...
- Je ne t'ai jamais vu échouer, rétorqua-t-elle.
Devon souffla.
- Tu as raison, admit-il.
- Bien sûr que j'ai raison ! Tu as beau être né moldu comme moi, je suis sûre que tu fais partie des meilleurs sorciers que votre monde ait connu !
Il rigola : Tu aurais vraiment été une sorcière très surprenante, tu sais..
- Mais je suis une sorcière ! s'exclama Alina en le prenant dans ses bras.
- Tu lis si facilement dans mon esprit que je vais finir par le croire !
Elle se détacha de lui et posa de gros yeux sur son frère :
- Quand tu en seras convaincu, n'oublie pas de dire à ton Directeur que j'attends toujours ma lettre !
Sur ses paroles, elle sortit de la chambre d'une démarche aérienne. Le fait de ne pas avoir été plus qu'une née moldue avec un frère sorcier n'entachait jamais son enthousiasme.

Devon reposa son regard sur le reflet dans le miroir, pensif. Autour de lui, ses affaires empaquetées patientaient déjà.



Poudlard



Le château dormait encore sur ses deux oreilles lorsque Devon, dans une cohue de vacarme précipité, s'engouffra dans les couloirs en direction de son bureau de professeur. Il quittait son appartement de membre du personnel, avec une valise pleine à craquer d'affaires qui flottait derrière lui, et une imposante malle métallique de couleur grise, zébrée d’armatures en fer forgé, fendue d'une imposante serrure en fonte aux canevas inviolables.

Le jeune professeur pénétra sa salle de classe, les valises sur les talons, et la traversa en posant des regards interrogatifs tout autour de lui : il essayait par là de s'imaginer ses futurs élèves, les espérant curieux et disciplinés. D'un coup de baguette magique, il déverrouilla son bureau et observa la petite pièce exiguë. Il y avait là une armoire qui serait vite remplie, une petite servante et une chaise, un vieux porte-manteau sans doute oublié par un de ces prédécesseurs. C'était assez petit, sommaire : ça fera l'affaire ! déclara Devon.

La lourde malle grise fut déposée dans le renfoncement de la pièce, et le sorcier déballa l'essentiel de ses affaires fourrées dans l'autre. Il y avait, parmi d'autres curiosités, des fioles de potions, des feuilles de plantes aux vertus qu'il ne connaissait pas forcément, des ouvrages neufs comme anciens, recélant nombre d'Histoires de la Magie, quelques-unes du monde moldu, ou d'autres plus mythologique qu'historiques.  Dans un dernier soupir s'échappèrent de la valise un amas de feuilles, un encrier et ses fioles, de la cire et des sceaux à frapper.
C'est alors que dans le dos de Devon, la lourde malle de fer trembla sur le sol, et émit un grognement rauque qui paraissait extrêmement lointain.

Le sorcier fit volte face, brandissant sa baguette sur le réceptacle immobile. Un instant, son visage s'était raffermi et tendu mais il retrouva rapidement un sourire mutin. Le mage avança lentement jusqu'à sa malle et s'agenouilla à côté, posant une main dessus, rapprochant son visage à hauteur du couvercle :
- Il serait bon pour tout le monde que tu retrouves ton calme, tu ne crois pas ?
Un moment, il tendit l'oreille, comme s'il attendait une réponse de la malle. C'est bien ce que je pensais.
Devon se redressa et dirigea sa baguette sur la malle avant de formuler une pléiade de sortilèges. Il resta un moment contemplatif à l'observer, presque hautain, puis se détourna de ce curieux bagage.  

L'instant d'après, il quittait son bureau en sifflotant, non sans verrouiller la porte d'une formule magique.
Contenu sponsorisé

Bureau du Professeur - Page 3 Empty
Re: Bureau du Professeur
Contenu sponsorisé, le  

Page 3 sur 3

 Bureau du Professeur

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Défense contre les Forces du Mal-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.