AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Heurtoir
Page 2 sur 2
Salle Peverell
Aller à la page : Précédent  1, 2
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard

Re: Salle Peverell

Message par : Azaël Peverell, Ven 8 Fév - 16:52


Arty et Loredana



Arty a franchement pas l'air à l'aise. Tu l'écoutes d'une oreille distraite tandis qu'il essaie de monter une histoire qu'il est sans doute le seul à trouver cohérente. Comme s'il avait besoin de te mentir ainsi, tu lèves les yeux au ciel, pas dupe un seul instant. Il y a clairement un truc qui cloche entre ces deux-là. Mais vu que visiblement t'es pas sensé être au courant et que la situation risque de vite devenir gênante pour tout le monde, tu ne poses pas de question. En contraste avec la mine agitée d'Arty, Loredana semble plus timide, plus en retrait. Tu notes dans un coin de ta tête qu'il faudra que tu parles avec Arty ce soir. Juste histoire qu'il te tienne au courant, ça t'évitera peut être de faire une gaffe. Ou ça lui évitera d'en faire une à lui...

- Oui, j'peux vous entraîner. Par contre t'es pas abonnée, alors ça te fera un Gallion.

Petit sourire vers la jeune fille. Dommage qu'Arty soit abonné, lui, tu l'aurais bien fait payer également. Juste histoire de remplir un peu les caisses du Heurtoir. Et une brillante idée te vient bientôt à l'esprit. Tu sors Moloch de ta poche pour la coller sous les yeux de ton pote avec un petit sourire en coin.

- Et y'a une offre spéciale aujourd'hui. Tu peux t'entraîner avec Moloch, la baguette à la puissance destructrice immense, et cela pour la modique somme de 10 Gallions. C'est une offre unique, ce serait dommage de passer à côté, pas vrai ?

Ton sourire s'élargit au fur et à mesure que les mot sortent de ta bouche. Il n'y a pas à dire, lorsqu'il s'agit d'arnaquer les gens, même ton meilleur pote, tu lésines pas sur les moyens. D'autant plus que tu sais pertinemment qu'il ne pourra résister à une offre comme celle-ci. Moloch ne peut que le faire rêver, lui et ses pulsions dévastatrices. Et il est hors de question que tu lui prêtes en dehors de l'établissement. En attendant qu'il se décide, tu commences à te diriger tranquillement vers le sous-sol pour les amener à ta salle.


- - - - - - - - - -


Elly


La réaction d'Elly est des plus surprenantes. Quelques secondes auparavant, t'aurais juré qu'elle t'en voulais, et pourtant tes excuses ont suffit à la calmer aussitôt. Elle a l'air aussi perdue que toi quant à ce qu'il vient de se passer. Elle laisse échapper des bribes d'informations que t'as du mal à mettre bout à bout pour leur donner du sens. Et t'as beau essayé, t'as pas la moindre idée de ce dont elle est en train de parler. Tu l'interroges du regard, restant muet le temps qu'elle reprenne ses esprits d'elle-même. Qu'est ce qui a bien pu être violent ? De quoi veut-elle parler ?

Elle se calme cependant, puisque la voilà qui reprend place sur la chaise en face de toi. T'as toujours pas bougé, tu ne l'as pas quitté des yeux, te contentant d'essayer de saisir ce qu'elle essaie de te dire. Tu esquisses un sourire en constatant qu'elle se contente d'évoquer le Protego et tes bons réflexes. Tu parles d'un changement de sujet radical. Comme si elle pouvait réellement penser que t'allais laisser passer ça si facilement. Tu lui réponds tout de même, légèrement moqueur.

- Je sais, j'ai toujours eu de bons réflexes.

Tu lui sors ton petit air sur de toi, quelque peu arrogant. Tu sais très bien qu'elle ne fait pas partie de ceux qui le prenne au sérieux, et c'est tant mieux. Elle te connaît trop bien pour se faire avoir par l'un des quelconques masques que tu portes. Et enfin, elle aborde ce qui semble lui tenir à coeur depuis ton entrée dans son esprit. C'était d'Arty dont elle parlait. Et si c'était violent... Tu réprimes une grimace. Tu commences à te douter légèrement de ce qui est arrivé. Mais t'espères que tu te trompes lourdement.

- Qu'est ce qu'il s'est passé ?

Et voilà la dernière question. Celle qui est la plus embarrassante maintenant que tu sais comment Elly et Austin sont liés. Quelque chose qu'elle ignore ? Très probablement. T'hésites un instant avant de te lancer dans un haussement d'épaules.

- Quand j'suis devenu Animagus... Juste après, c'est Arty que j'suis allé voir en premier, à son boulot. Y'avait Austin, ça a vite dégénéré, des deux côtés. Mais il a été vraiment... Abject. Surtout avec Arty.

Enfin, avec toi aussi, mais c'est moins important. Toi, tu peux passer outre si ça signifie qu'Elly est heureuse. Tu vas simplement t'assurer qu'il ne lui fasse jamais de mal. Sinon, tu risques fort de la prendre cette vengeance que tu t'étais promis. Mais Arty... Il a tendance à être rancunier le gamin. Et il faut bien dire qu'il a de quoi. Tu pousses un léger soupir.

- Mais c'était y'a quelques temps... J'en parlerais à Arty si tu veux. Histoire qu'il soit plus tranquille.

T'as toujours eu cette étrange autorité sur lui. Peut être qu'il prendra mieux les choses venant de toi, sachant que tu as les mêmes griefs que lui en ce qui concerne Austin. Tes mots, ajoutés à ceux qu'Elly lui a déjà probablement servis auront peut être un effet positif sur sa manière d'aborder la situation... Ou pas d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
Elly Wildsmith
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Salle Peverell

Message par : Elly Wildsmith, Ven 8 Fév - 23:31



Aza

Ah cet air d’arrogant-premier-de-la-classe-orgueilleux qu’il lui sort alors qu’elle lui fait un compliment. Voilà ce qu’il en coute à la brune, et cette pensée surgit : elle n’aurait pas dû lui faire un tel cadeau. Mais c'était trop tard et de tout façon la conversation se poursuit : il veut savoir ce qu’il s’est passé. Roulement d’yeux vers le plafond. Elle n’est pas vraiment décidée à parler de ça, mais forcément, maintenant qu’elle avait commencé … c’était difficile de s’arrêter.

Ceci-dit, c’est Azaël qui explique. Et le puzzle dans l’esprit de la jeune femme qui prend place. Des morceaux de vie qui viennent prendre place là, ici. Qui amorce un début de compréhension sur la violence inouïe qu’elle avait vu dans son appartement. Qui l’avait arrêté de plein fouet dans son idylle en tête à tête avec Austin. Ainsi donc, Matt ne supportait pas Arty : était-ce une surprise ? Non, elle se rappelait, de l’air qu’elle avait vu sur son visage quand il lui avait parlé de lui au Ministère, quand il l’avait arrêté dans sa démarche, juste pour quoi ? Lui crier dessus que son frère était un incapable. Elle se rappelle aussi, de son regard, de la haine qu’il lui avait soufflé dessus. Rien que l’évocation du prénom du nom du gamin le mettait dans tous ses états. Etait-ce parce qu’il lui rappelait la brune ?

Elle s’interroge, mais éloigne aussitôt l’idée alors que Peverell continue. Il se propose même de parler à Arty. Elle ricane « Tu penses vraiment pouvoir le calmer ? ». Le sourire se transforme en grimace, parce que le gamin n’est pas vraiment du genre à se laisser mener. Elle aimerait pourtant, qu’il puisse se calmer. Mais la fureur qu’elle a senti entre les deux hommes, cette haine réciproque qu’elle a vu, elle en est certaine : rien ni personne ne pourra la faire cesser. Et ça, ça lui fait grincer des dents.

Mais la brune n’oublie pas la demande de son gérant. « Tu veux vraiment savoir ce qui s’est passé ? ». Elle se redresse sur sa chaise alors qu’il hoche la tête. « Comme tu veux ». Nouveau sourire étiré en grimace. Elle sent encore le sang qui coagule sur sa lèvre mais elle n’y prête au final que peu d’attention, concentrant son regard sur l’homme qui  lui fait face. « Ok, allez, sois prêt ». L’incantation Legilimens qui suit. Et cette fois-ci aucune opposition d’aucune sorte. Pas de tentative pour perforer l’esprit d’Azaël et les barrières qu’il est supposé dresser contre son attaque. Non, juste un espèce de partage de souvenir.

L’image d’Arty qui entre dans la salle de bain, la surprise d’Elly, le face-à-face des deux hommes. Et l’attention de la brune qui se concentre sur la colère grandissante de son frère. Sa vaine tentative pour protéger Austin. La colère qui explose. La haine qui dévore les âmes, les chairs. Et le corps d’Austin qui explose la porte sous la rage d’Arty. Les dents de la brune se serrent, les mâchoires se crispent. La douleur est encore là, au fond de la gorge. Le lien se rompt. La brune se contente d’un « Voilà, voilà », sous-entendant tellement de choses. Comme si elle venait de prendre conscience que l’idylle rêvée n’était pas vraiment au goût de tous.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Salle Peverell

Message par : Azaël Peverell, Sam 9 Fév - 21:21


Elly



Elle se fout limite de ta tronche quand tu lui propose de parler à Arty. T'es un peu vexé sur ce coup. Tu proposes pour elle, toi, tu t'en tapes qu'il finisse par étriper Austin, tu vas clairement pas le pleurer. Tu te contentes de lui répondre par un haussement d'épaules. Tu verras bien, t'en toucheras deux mots à Arty, au moins pour la forme. Et si tu n'as pas l'arrogance de faire d'eux les meilleurs amis du monde, t'espères au moins pouvoir faire en sorte qu'Arty n'essaie pas de le tuer dans la seconde où il le repère. Et en soi, c'est déjà pas mal. Dans la vie, faut savoir savourer les petites victoires. Enfin, tu fêteras ça quand ce sera fait. En espérant que ce soit possible.

Et lorsqu'Elly te demande si t'es sûr de vouloir connaître l'histoire, tu hoches la tête. Après tout, t'aimes autant avoir la situation dans sa globalité plutôt que d'en avoir quelques petits bouts par-ci par-là et devoir les assembler par toi-même. La marge d'erreur reste importante, même si tu penses avoir deviné que la réaction d'Arty était sans doute légèrement... Lupine ? T'espères simplement qu'il n'a pas totalement perdu les pédales. Tu laisses donc Elly envoyer ses propres souvenirs dans ton esprit. Les images défilent alors, les unes après les autres, avant de s'arrêter d'un coup lorsqu'elle rompt l'échange.

Tu restes plusieurs secondes sans rien dire, sans bouger de ta chaise, analysant ce que tu viens de recevoir. C'est allé plus loin que ce que tu pensais. Arty a vraiment pété les plombs. Austin est vraiment un sacré enfoiré aussi, en passant. Tu serres les mâchoires. T'arrives pas à comprendre comment Elly peut être sous le charme d'un mec comme lui. Elle mérite mieux. Elle mérite tellement mieux... Mais tu n'as pas ton mot à dire, tu n'es pas là pour la juger, mais bien pour la soutenir. Parce qu'elle est en train de se foutre dans une histoire bien compliquée vu la relation entre son frère et son mec.

- Ah ouais, quand même.

T'essaies de faire comme si tout ça te paraissait normal. Et pour dire vrai, ça ne t'étonne pas vraiment. Arty est incontrôlable dès lors qu'il est provoqué. Il aurait déjà pu buter Austin dans le bureau des Aurors la dernière fois. Toi aussi, d'ailleurs. Parce qu'Austin mérite une bonne leçon, t'en restes convaincu. Arty lui a collé une belle raclée, t'es limite envieux de ne pas avoir pu participer. Et pourtant, tu te jures intérieurement de ne jamais en arriver jusque là envers Austin tant qu'il sera l'instrument du bonheur d'Elly.

- J'parlerais à Arty. Mais ton Austin, il est loin d'être tout blanc, tu devrais lui apprendre à la fermer quand il le doit, ça vous évitera probablement ce genre de désagrément à l'avenir.

Oui, tu restes persuadé que tu dois en parler avec ton pote. Que tu dois voir où se situe la conscience qu'il a de ses actes. Tu dois voir à quel moment le contrôle est totalement perdu chez lui. Et s'il n'y a pas un moyen de le retrouver avant que ça ne finisse en bain de sang. Ouais, t'es décidé à apprendre à décoder totalement le loup-garou. Voire le dompter ? Un léger sourire se dessine sur tes lèvres tandis que tu t'imagines, premier sorcier à dompter un loup-garou. Ouais, c'est beau de rêver.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
Elly Wildsmith
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Salle Peverell

Message par : Elly Wildsmith, Sam 9 Fév - 22:21



Aza

La première phrase qui sort des lèvres de Peverell indique clairement que lui non plus ne s’attendait pas à un tel déchainement de violence. Quelque part, cela la rassure. La réaction de son frère avait été disproportionnée, non ? Elle espérait qu’Azaël partage son avis, il fallait l’admettre. Et peut-être qu’au final il serait capable de raisonner Arty à propos d’Austin. Ça, c’est ce qu’elle espère. Mais au fond, il lui semble déjà savoir que c’est peine perdue.

La phrase suivante tire un rictus méprisant sur les lèvres de l’ancienne auror. « Faut dire qu’aucun des deux ne m’a vraiment laissé le temps de m’exprimer ». C’était le cas d’ailleurs, et quelque part, n’était-ce pas ce qui posait problème à la brune ? Elle se renfonce sur la chaise, l’air grognon. Elle n’aimait ça, pas ça du tout. Cette sensation que sa vie lui glissait entre les doigts. Comme de l’eau qu’elle essayerait de retenir mais qui ferait son nécessaire pour se barrer.

« Enfin, m*rde ! C’est ma vie non ? ». Soubresaut des nerfs alors que la brune se relève sur ses deux jambes « m*rde A LA FIN ». La colère est là, palpable, elle a besoin de sortir alors c’est sa baguette qui s’extirpe, vise un mannequin dans le fond de la salle « INCENDIO ». Et alors que le mannequin s’enflamme, elle s’interroge à voix haute. Mettant Azaël au cœur de ses réflexions. « Après tout, quand avec Evan … ». La voix s’enroue, les yeux s’embrument. Revers de main rageur. Il n’est pas venu le temps des larmes, ni des regrets. Elle continue, poursuit sur sa lancée « Et là, maintenant que je vais mieux, ça ne suffit pas ? ». Elle hurle presque, à s’en déchirer les poumons. Elle ne comprend pas, et cette incompréhension la dévore toute entière.

Alors elle contemple, le brasier qu’elle a créé. Le mannequin qui brûle, sans bruit, sans cri de souffrance, sans douleur. Juste le feu qui crépite, et les flammes qui vacillent parfois. Il ne faudra pas longtemps pour éteindre l’incendie. Pour étouffer les flammes qui dévorent le tissu aussi facilement que la passion dévore les cœurs.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Salle Peverell

Message par : Azaël Peverell, Dim 10 Fév - 22:47


Elly


Elle n'a pas tort lorsqu'elle dit qu'aucun des deux ne l'a vraiment laissée parler. Du moins, vu les souvenirs qu'elle a partagé, elle aurait tout aussi bien pu essayer de les calmer avec une berceuse plutôt qu'avec des mots et ils ne s'en seraient même pas rendus compte, trop obnubilés par leur haine viscérale réciproque. Tu retiens un soupir. Les choses se sont simplement mal déroulées. Si Arty l'avait appris sans qu'Austin soit présent, t'es persuadé qu'il aurait su se contrôler. Là, c'était simplement trop d'un coup pour lui, surtout qu'Austin n'est pas foutu d'être agréable plus de deux secondes d'affilée.

Tu serais stupide de ne blâmer que l'un des deux. Tout ça, ce n'est rien d'autre qu'un mauvais enchaînement de circonstances. Ils auraient pu y passer tous les trois, ça n'a pas été le cas. A présent, il faut se contenter d'espérer que ça n'arrive plus jamais. Chaque problème doit aboutir à une solution appropriée. Mais cela nécessite un point de vue objectif. Et malgré tous les efforts que tu veux bien fournir pour Elly, t'aurais bien du mal à porter un point de vue objectif sur Austin qui te dégoûte au plus haut point dans son entièreté. Et tandis que tu te perds dans tes pensées, un geste de ta patronne attire ton regard.

Elle s'est levée brusquement. Elle pète les plombs, elle craque. Tu n'es pas sûr de l'avoir déjà vue si en colère. Ou du moins, sans que ce soit contre toi. Tu te lèves à ton tour, t'approches d'elle tandis qu'elle hurle comme pour expulser toute cette force destructrice en elle.

- Bien sûr que ça suffit. Suffit de les tenir éloignés l'un de l'autre pour l'instant et il n'y aura plus de problème. Tu vas pouvoir profiter de l'abruti à la cravate et d'Arty, faut juste... Laisser couler.

Ouais, faut laisser couler le fait qu'elle ait failli crever à cause de son petit frère qui s'est transformé en loup-garou à cause de son copain. T'admets que ça arrive pas tous les jours, mais force est de constater que c'est possible. Tu te tournes vers le mannequin enflammé pour l'éteindre d'un Aguamenti histoire que le sous-sol ne s'emplisse pas de l'odeur de cramé de la cible.

- Si t'as besoin de te défouler j'suis là. J'ai plus de répondant qu'un mannequin tu sais. Et en plus j'suis bien plus beau.

Léger sourire en coin. Tu ne sais pas trop ce dont elle a besoin. Si elle veut parler, tout extérioriser, se défouler, ou juste que tu lui foutes la paix. Dans tous les cas, t'as bien l'intention de respecter son choix. Tu veux juste qu'elle sache qu'elle peut compter sur toi si elle en a envie. Ou besoin.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
Elly Wildsmith
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Salle Peverell

Message par : Elly Wildsmith, Lun 11 Fév - 22:21


Les tenir éloignés ? C’est donc cela la solution ? Oh mais oui quelle idiote elle était de ne pas y avoir songé plutôt. « Non mais ! », elle s’offusque presque. Est-ce trop demandé que de les vouloir ensemble ? Pas forcément meilleur pote, nan, juste qu’ils puissent se croiser sans risquer que l’un des deux crève sur le bas-côté. Elle fulmine, le feu n’est pas assez, elle veut tout ravager comme tout la ravage. Elle ne supporte plus cette atmosphère, cette ambiance, elle n’en peut plus. C’est comme si elle voulait sortir de son enveloppe corporelle pour ne plus jamais y retourner, pour ne plus jamais devoir souffrir comme elle souffre.

Il éteint le feu, l’incendie, le brasier, des mannequins. Mais il peine à éteindre la colère qui coule à flot dans les veines de sa patronne. Elle sent, la rage qui tambourine à la porte de son cœur, dans ses tempes aux murmures déraisonnés. Elle veut tout exploser, absolument tout. Elle aimerait tout envoyer valser, tout lâcher, là ici et maintenant. Sa rage, sa hargne la révulse au plus haut point mais elle ne peut rien faire que détruire. Détruire toujours. Pour n’avoir jamais à reconstruire.

« C’est trop demandé, non ? Qu’ils s’entendent … », elle s’écroule, genoux au sol, main sur ses yeux, contenant un flot de larme ininterrompue. Trop de choses progressent, évoluent. Le temps passe sans jamais permettre de retour en arrière. Elle connait la réponse. C’est beaucoup trop demandé, bientôt viendra l’heure d’un choix qu’elle se refuse à faire : et si, tout simplement, elle disparaissait ? De longues secondes passent ainsi. Ou seuls ses sanglots heurtent le silence de la salle. Mais dans son esprit, petit à petit, l’idée creuse son trou : une énième et dernière tombe à accueillir les bras en croix, plutôt qu’ouverts. Dernière chance pour eux, pour elle. Pour tous. Après quoi elle cessera simplement d’exister.
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Salle Peverell

Message par : Arty Wildsmith, Mer 13 Fév - 10:23


Loredana & Aza

C’était pour ça. Exactement pour cette raison là présente de maintenant qu’Arty parlait. Tout le temps, il ouvrait la bouche encore et encore dans une honnêteté fluide et radicale qui l’empêchait par la suite d’avoir à voiler déguiser cacher la vérité honteuse. Avoir honte, drôle de sentiment pour le Blaireautin, mais c’était bien ça ici, derrière ses boucles agitées. Il avait honte de devoir dire à son meilleur copain qu’il y a des mois de cela il avait presque tué une jeune fille sous l’effet de la colère, honte d’avouer qu’il n’arrivait toujours pas à se contrôler, honte de supporter le regard blasé de son pote qui devait constamment être là à ses côtés pour le maîtriser sans quoi c’était cape de cadavres qui se baladait à ses pieds. Alors les mains dans les poches – posture imitatrice de la brune timide – ses baskets se dandinent sur le sol, de gêne dans un silence qu’il espère court court court très court.
Heureusement qu’Aza était toujours aussi armé d’un je-m’en-foutisme incroyable, et guidé par l’idée de se faire toujours davantage de sous. C’est sa baguette fabuleuse qu’il colle sous les yeux d’Arty. Charmante diversion qui fait entrouvrir la bouche du Jeune Loup d’admiration, sans oublier les étoiles qui perlaient aux coins de ses yeux écarquillés.

Lui avait Odette. Et aujourd’hui rien qu’aujourd’hui il pouvait arpenter des doigts un bois supuissant de superhéros à la magie superdestructrice. Mouvement enthousiaste vers l’avant alors qu’il suit Azaël vers la salle d’abonnement. Cette baguette il la veut. Il veut sentir les picotements dans ses phalanges joyeuses tandis qu’il s’essaie à des sortilèges flamboyants et explosifs. Ressembler à une véritable divinité. Il trottine trottine, jusqu’à ce que la raison pour laquelle ses pieds frôlaient le parquet du Heurtoir lui revienne sur ses rides embarrassées du front. Loredana.
Il déglutit, une fois, deux fois plusieurs fois alors qu’ils passent la porte de la salle d’entraînement. Alors, il est pris d’un fou rire gêné venu d’on ne sait pas trop où mais qui secoue les côtes du gamin de façon incontrôlée. Ahahahaha, noooon non non non ahahahaha. Wtf qu’est-il en train de se passer ? Hahaha, nooon une autre fois pour Moloch t’inquiète, héhéhé. Ça fait tomber les mâchoires de tous les lecteurs. Arty Wildsmith refusant d’expérimenter une baguette magique époustouflante. La main gratte l’arrière de la tête, il ne pouvait pas. Impossible. Puis j’ai Odette ! Oui oui oui Odette est très bien, mmmm oui Odette fera l’affaire, oui oui. La répétition était donc décidément symbolique d’embrouillamini intérieur chez le gamin. C’est qu’il ne pouvait pas être armé d’un bois plus puissant qu’Odette, encore moins un bois reconnu pour ses vertus destructrices alors qu’il s’entraîne face à Loredana. Elle qui avait connu la violence ravageuse du Diablotin. Il essayerait donc de se faire sorcier moyen.

Rapidement, passer à autre chose, tenter d’amoindrir les pouffements d’embarras en tournant sur lui-même tandis qu’il inspecte la salle du jour. C’est vaste, gigantesque, il observe assidument chaque mannequin qui n’allait pas passer l’heure. Très bien comme salle ! Alors, on commence par quoi ? Merveilleux grand sourire qui va jusqu’à se frotter aux tempes – hyperbole. Se défouler et broyer ce malaise ou véritable supplice.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Loredana Sparks
Loredana Sparks
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Salle Peverell

Message par : Loredana Sparks, Mer 13 Fév - 17:32



Arty & Azaël

Une main dans la poche, un gallion tendu vers le sorcier. Après tout, je n'étais pas à un gallion près, autant être honnête. J'espérais au fond de moi que l'ambiance soit plus détendue, peut-être que ce sera le cas lorsque nous serons dans le feu de l'action. Le malaise d'Arty, je parviens à le ressentir sans même lui jeter un coup d'œil. Il n'y a qu'à voir sa posture et sa voix lorsqu'il s'adresse à son ami. Je suis probablement la cause de tout cela, mais je préfère fermer les yeux, me dire que cela irait mieux par la suite. Je garde donc le sourire, tout en me mordant nerveusement la langue lorsque celui-ci propose une baguette, puissante, visiblement au vu de la réaction du louveteau. Ok, c'était moi qui demandais de l'entraînement et j'allais me retrouver avec un sorcier plus expérimenté que moi qui en plus avait la possibilité d'avoir une baguette bien plus puissante que la mienne. Évidemment, tout était pour les gallions, ça je l'avais compris. J'espérais que le doute ne se voit pas sur mon visage. Je veux me montrer assurée, loin de celle que j'étais lorsque Arty avait failli me réduire en miette. Après tout, c'était moi qui lui avais demandé de m'aider.

Tout de même, un brin soulagé qu'il refuse la baguette, même si cela lui semblait réellement...alléchant. Ça aurait été quelqu'un d'autre en face de lui, je n'aurais rien dit, peut-être même que je l'aurais encouragé à s'en servir juste pour connaître la puissance. Malgré tout, la personne qui allait être visée, c'était moi et je n'avais aucune envie de finir une nouvelle fois à Ste Mangouste. Je remarque tout de même cette agitation que je ne connaissais pas vraiment chez l'ex-Poufsouffle. Lui qui semblait souvent sûr de lui, montrait quelqu'un qui parlait pour meubler, hésiter, tentait de se rassurer lui-même que sa baguette suffisait.

- Arty, si tu veux la prendre, prends-là.

Oui, je l'avais dit, telle une idiote qui montre encore ses pulsions suicidaires. Non pas que j'en ai encore, mais sous prétexte que je ne veux pas montrer mes faiblesses, je sors des idioties pareilles. Je me couperais la langue si j'en avais l'occasion. Mais de toute façon, quelle que soit la décision finale d'Arty, j'en assumerais les conséquences.
Nous étions arrivés à la salle d'entraînement. Quelque chose de grand, quelque chose de simple. Des cibles longeant le mur qui se trouvait au fond, les victimes de tous les clients venant par ici. Commencer l'entraînement me permettrait peut-être de me détendre et peut-être que l'on ressortirait de là satisfait ? Non ? 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Salle Peverell

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2

 Salle Peverell

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Heurtoir-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.