AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -40%
-40% sur Logitech Z207 Système de ...
Voir le deal
30 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk
Page 1 sur 1
Love you when I'm drunk [Abandonné]
Amy Shields
Amy Shields
Auror en formation
Auror en formation
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Love you when I'm drunk [Abandonné] Empty
Love you when I'm drunk [Abandonné]
Amy Shields, le  Sam 7 Déc - 11:24

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Substances licites






Saison 29
Automne




Après-midi en dehors de l'appartement. Il faisait beau, le soleil déversait son flot de lumière sur le territoire londonien et mettait en joie la plupart des autochtones. Amy n'y échappait pas. Elle n'avait pas voulu rester enfermée seule chez elle. Même si la compagnie de ses animaux était fort agréable, l'envie de voir de vrais personnes avait pris le dessus. Rester enfermée chez elle telle une ermite c'était bien, aller boire un verre pour passer le temps, c'était mieux. C'était donc dans la joie et la bonne humeur qu'Amy était sortie de chez elle. Habillée de son classique manteau noir, la jeune femme était allée boire un verre dans un bar du coin. Juste un verre. Ou deux. Le compte s'était vite perdu.

Sortie du bar, fin d'après-midi. Le vent soufflait et les feuilles mortes s'envolaient. Quand à Amy, elle avait la tête sur un bateau. Ça tanguait. Ça tanguait dangereusement. Pourtant elle n'avait pas beaucoup bu.. Trois verre ? Oui mais la grande brune ne supportait pas bien l'alcool. Il lui en fallait très peur pour finir pompette. Et là c'était le cas mais à un point plus.. extrême. Ça tanguait encore. En titubant, la jeune femme parvint à accéder au chemin de traverse. A cette heure-ci et vu le temps, il n'y avait plus grand monde. Une goutte. Mmh ? Deux gouttes. Quoi ? Ce devait être l'imagination d'Amy. Des milliards de gouttes. Ah. C'était bien réel. La pluie s'abattit si rapidement sur la sorcière qu'elle n'eut rien le temps de faire mais, trop occupée à essayer de marcher droit, elle ne s'en occupait pas plus que ça.

Ses pas zigzagant la menèrent dans l'Allée des Embrumes. A aucun moment elle avait souhaité se retrouver là mais il faut dire qu'elle n'était plus maîtresse de ce qu'elle faisait. L'alcool avait complètement inhiber son cerveau. Il n'y avait plus que la conscience qui fonctionnait. Le reste, il ne fallait pas compter dessus. Tandis qu'elle avançait, presque à l'aveugle, la lumière d'un magasin et une silhouette familière attira l'attention de son cerveau endormi. Quelqu'un de familier, quelqu'un qu'elle connaissait et donc quelqu'un à qui se raccrocher. C'est lourdement qu'elle tourna son corps pour pousser la porte de la boutique dans un ultime effort. D'un pas lourd, elle s'avança dans la pièce pour finir par s'affaler sur le comptoir, la tête sur les coudes. Quelques mots pâteux sortirent de sa bouche.

- Lizziiiiiiiiiiie. Copiiiiiiine. Comment tu vas ?

Un sourire niais s'afficha sur les lèvres d'Amy tandis que ses yeux se fermèrent pour essayer de reprendre un peu d'énergie. L'hydromel, plus jamais. Le sucre avait pris en traîtrise la jeune femme et, plus jamais elle ne se ferait avoir.


Dernière édition par Amy Shields le Dim 15 Déc - 18:54, édité 1 fois
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Love you when I'm drunk [Abandonné] Empty
Re: Love you when I'm drunk [Abandonné]
Lizzie Cojocaru, le  Lun 9 Déc - 16:11

Hier, j’ai eu peur. Regardant le calendrier lunaire, je me suis aperçue de l’approche dangereuse de la prochaine pleine lune. J’ai eu l’impression d’entrer dans un monde où le soleil ne se couche pas, au lieu de quoi un linge lui tombe dessus et étouffe lentement ses rayons, absorbant les dernières touches de sa chaleur. Il n’a rien du manteau bienveillant que l’on pose sur un corps endormi pour lui tenir chaud, non : c’est l’habit de la nuit, concubine de ma nouvelle ennemie.

J’ai pressé les paupières plus fort, l’une contre l’autre - rien n’y faisait. Je voyais les cils d’un oeil, d’un violet envoûtant, mais quand les cils s’ouvrent, c’est pas l’oeil qui apparaissait : c’était une autre paire de cils, affichée de travers. Et le portrait s’enrichissait de couleurs à mesure que les cils s’ouvraient et cillaient. Il y avait longtemps que je n’avais pas connu d’insomnie et que l’angoisse ne m’avait ainsi paralysée.

J’ai tenté de faire comme si de rien était à Poudlard. Le cours s’est passé comme prévu, mais je ne ressentais pas la fièvre de vivre habituelle. J’ai donc décidé de trouver refuge dans ma seconde maison : Barjow & Beurk. Si je mets la main sur une fiole de Tue-loup, je me sentirais déjà mieux. Gardant mon calme, j’inspire, expire, et m’engouffre dans l’antre des potions.

Je n’ai pas fait trois pas dans l’escalier que je dois me rendre à l’évidence : le flou est de retour. Et ça tourne, ça vibre, comme les palmes d’un palmier en plein ouragan. Je m’abaisse lentement et pose une fesse sur la marche, par sécurité. Bientôt, le violet vire au vert, plus vibrant, jusqu’à ce que poc - un bruit discret, comme un grincement de pas mais que je n’entends pas, comme si j’avais juste perçu dans le sol que quelque chose avait bougé mais sans l’entendre. Et tout s’arrête, tout se tait.

C’est une voix guillerette qui m’insuffle assez d’énergie pour me redresser. Une cliente est arrivée, et malgré son timbre alcoolisé, je suis à peu près sûre de son identité. Remontant les maigres marches me séparant du comptoir, je la rejoins. Ah, elle est aussi fraîche que moi, mais en version heureuse. J’aimerais bien avec un peu de son énergie lumineuse.

Cet air niais, même s’il est alimenté par l’alcool, est si bon à voir. Face à son bonheur j’ai la dalle ce soir - ou peut-être n’est-ce le cas. J’ai moins le manque que le trop plein - moins le vide qu’un débordement de tendresse à couler en ton cou. J’ai envie de te tenir dans mes bras et de te couvrir du rappel que - tu m’as sauvée. T’en souviens-tu seulement ?
- Amy ! Je peux qu’aller bien quand t’es là. Qu’est-ce qui t’amène ?

Amy Shields
Amy Shields
Auror en formation
Auror en formation
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Love you when I'm drunk [Abandonné] Empty
Re: Love you when I'm drunk [Abandonné]
Amy Shields, le  Sam 14 Déc - 21:16

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Substances licites






De la joie dans la brume. Comme une étincelle qu'on aperçoit dans un épais brouillard. Quelque chose de tellement simple mais qui faisait tellement du bien. C'était très doux. Et dans ce moment où Amy avait l'impression d'être dans un labyrinthe, la voix de son amie lui faisait du bien. Amie ? Etait-ce le bon mot ? Pouvait-on vraiment les considérer comme des amies ? Selon Amy alcoolisée, oui. Donc elle l’appellerait son amie ou sa copine. Ça lui paraissait très bien. Les yeux bleus de la jeune femme s'ouvrirent pour planter son regard sur Lizzie. Un petit sourire apparu sur ses lèvres tandis qu'elle essayait de relever son corps qui lui semblait super lourd. Les deux bras qui se tendent dans un mouvement lent et nonchalant pour venir se refermer autour des épaules de la Poufsouffle. Plus de barrières protectrices ni de bienséance lorsque Amy avait bu. Le fait donc que l'étreinte puisse mettre mal à l'aise sa compatriote et surtout, le fait qu'elle était trmpée à cause de la pluie, lui passait clairement au dessus. C'est donc pendant plusieurs secondes que la brunette resta comme ça. Jusqu'à ce que sa voix vienne interrompre le silence.

- Ce qui m'amène.. T'as pas une potion contre l'alcool ? C'est trop bon l'hydromel.

Petit soupir avant de décoller son corps mouillé de la propriétaire des lieux. Amy laissa son regard vitreux passer sur les différents recoins de la pièce. Une fois la pseudo analyse faite, elle s'assit par terre, adossée au comptoir, les jambes en tailleurs. Ses yeux levés vers le ciel comme si elle pouvait voir à travers le plafond. Soudain, des doutes envahirent son esprit. Ah. C'était pour ça qu'elle n'avait plus bu depuis longtemps. L'alcool avait un effet un peu pervers sur elle dans le sens où elle se mettait à faire de grosses angoisses si elle avait trop d'alcool dans le sang. Des doutes, des peurs, un trou noir, Dame Solitude, Ellana et enfin.. Emily. Les cheveux roux et le visage de sa compagne envahirent son esprit. Puis elle la vit s'en aller, la laisser seule là, sans repère et sans explication. Amy tourna ses yeux vers Lizzie et parla à nouveau de sa voix lente.

- Tu crois qu'elle m'aime ? J'veux dire, m'aimer vraiment ?

Dans sa question, Amy ne se dit à aucun moment que Lizzie n'était peut-être pas au courant des liens qui unissait la brunette et Emily. La question lui paraissait fondée et on ne peut plus claire. Elle attendait donc une réponse. Elle baissa la tête et se mit à fixer le sol. espérant que la réponse serait assez satisfaisante.
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Love you when I'm drunk [Abandonné] Empty
Re: Love you when I'm drunk [Abandonné]
Lizzie Cojocaru, le  Lun 23 Déc - 10:48

Ah, Amy la tempête d’émotions. Deux gouttes d’alcool et on rugit des papillons. D’ordinaire, la maitresse des potions se serait peut-être dégagée, mais Amy aurait sans doute tout oublié demain, alors l’embrassement sort de l’équation. Et puis, Lizzie avait chaud. Et puis, le temps a rehaussé son appréciation des câlins : ses enfants lui en font tout le temps. On ne dirait pas mais elle est devenue très famille, la Bennet. Enfin, très si on met de côté le fait que la famille s’est morcelée en plusieurs tribus par sa faute, à coup de manipulation mnésique.

Il paraît qu’en s’effaçant des souvenirs de certains membres de sa famille, elle avait fait naître des incompréhensions majeures. Ceci dit, elle ne considère pas être à l’origine des discordances principales entre les Bennet. Non, sa prédécessrice en la matière, c’est la Mort. C’est cette dernière qui a su couper les liens entre ses soeurs et elles dès longtemps. Elle, elle est un peu responsable mais pas beaucoup plus que les autres. Eux non plus n’étaient pas venus la voir quand elle était en taule pendant trois ans ! Voilà. Ils étaient tous un peu famille, mais pas vraiment bons à ça. Sauf les deux gamins, qui eux répandaient l’amour où qu’ils aillent. Tout comme Amy, d’ailleurs. C’est peut-être pour cela aussi, pour cette jovialité débordante que Lizzie se laisse câliner par la sorcière au corps mouillé.

Malheureusement, la jovialité ne dure pas. Son interlocutrice est avalée par un voile de tristesse. Soupirs et distance s’immiscent entre les deux jeunes femmes. Ah, si on file sur le terrain des potions, c’est plus simple à gérer ! A condition de recevoir quelques clarifications. A sa question, la propriétaire de Barjow & Beurk répond donc :
— Tu veux lutter contre les effets de l’alcool ou contre son goût pour ne plus y toucher ?


Acculée en tailleur au pied du comptoir, Amy embarque sur un voyage personnel où son amie ne peut la suivre. La Seafordienne approche sa main de l’épaule de la brunette, sans réussir à la poser. Quelque chose sonne faux. Est-ce parce qu’elle est alcoolisée ? Est-ce parce que Lizzie refuse toujours de se donner le droit de s’attacher aux gens ? Sa main retombe, maladroite, et elle s’assied à côté d’Amy.

Quand elle reprend, cette dernière est plus lente, comme engourdie par le sommeil. Faut-il prévoir un oreiller avant que l’alcool ne la plonge dans un profond roupillon ? Malheur, elle demande conseil à Lizzie sur des questions amoureuses ! Ne sait-elle pas que Lizzie est une infidèle incapable de se déclarer après plus de 7 ans de crush sur la même sorcière ? Il semblerait que chez les jaunes et noirs, l’amour ne soit pas une tasse de thé.
— Je ne sais pas. En quoi votre lien est différent de celui qu’elle a avec les autres ? Est-ce qu’il y a des regards, des paroles, des activités ou gestes qui ne correspondent pas avec ce qu’elle ferait avec d’autres personnes ?
Amy Shields
Amy Shields
Auror en formation
Auror en formation
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Love you when I'm drunk [Abandonné] Empty
Re: Love you when I'm drunk [Abandonné]
Amy Shields, le  Mer 25 Déc - 11:31

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Substances licites




Toujours plus. Amy en voulait toujours plus. Et l'esprit brouillé par l'alcool n'aidait en rien. La jeune femme aurait voulu avoir plein de relations qui durent. Une famille unie dont les membres ne s'étaient pas enfuis un à un. Des amitiés fortes et précieuses. Sauf que le brunette n'avait rien de tout ça. Au contraire, ses meilleurs copains n'étaient plus là. Elle ne savait pas où ils étaient partis d'ailleurs. Un coloc et ancien frère d'arme, une ancienne sœur d'armes, une ancienne cheffe,... Tous s'étaient évaporés en l'espace de quelques mois et, Amy n'avait rien vu venir. Heureusement en ce temps là elle pouvait compter sur sa sœur et son/sa cousin/e. Mais eux aussi avaient finis par disparaître sans laisser de trace. Peut-être était-elle maudite finalement. Ou peut-être juste pas assez bien que pour que les gens autour d'elle restent. Pas assez attachante, pas assez gentille. Pourtant ses parents l'avaient correctement éduquée et avaient été même parfois durs. Mais même avec tout ça, les personnes qui lui étaient chères s'en allaient. De là venait son stress par rapport à l'amour qu'elle vivait avec Emily. Ça ne faisait pas si longtemps alors, elle redoutait que comme les autres, cette dernière s'évapore. Esquivant la première question de Lizzie, Amy laissa tomber sa tête contre le comptoir pour fixer le plafond et parler d'une voix tremblotante.

- En fait, on est ensemble mais.. J'ai peur. Peur qu'elle s'en aille comme tous les autres. Tu vois, ce genre de personne proche qui du jour au lendemain ne donne plus de nouvelle ? Ben, ça c'est ce qu'il se passe avec à peu près toutes les relations que j'ai.

Tremblement dans la voix tandis que sa gorge se sert. Vraiment l'alcool, il fallait plus. Mais était-elle encore totalement sous l'emprise de ce dernier ? En tout cas ses pensées étaient déjà plus claires qu'avant. C'était pas top mais elle retrouvait un peu de lucidité. Elle releva la tête pour regarder Lizzie, les yeux humides.

- Tu crois que je suis pas assez bien ? Tu crois que j'ai fait quelque chose de mal..?

Soupir tandis qu'une larme commence à couler sur la joue rose de la sorcière. Cette dernière s'empressa de l'essuyer avant de se redresser un peu pour sourire à nouveau. L'apparence de l'animagus était très contradictoire car en même temps que les larmes coulaient, son sourire crispé restait sur son visage. C'est d'une voix qu'elle tenta de rendre plus joyeuse qu'elle reprit.

- J'sais pas pourquoi je parle de ça. J'crois que l'hydromel était vraiment trop bon.

Amy planta son regard dans le sol, la tête baissée pour éviter de devoir continuer son discours plus qu'incohérent. Elle se tut et se contenta d'essayer de respirer normalement et de faire partir le sanglot qui la prenait à la gorge. Les jambes tendues et écartées, les mains entre les jambes, la jeune femme commença à gratter le plancher avec ses doigts pour essayer de penser à autre chose. Avec un peu de chance, Lizzie oublierait tout ce qu'elle venait de dire et ne réagirait pas. Quoi ? Comment était-ce possible qu'elle oublie les paroles qu'Amy venait de prononcer ? C'était pas cohérent. Encore la faute à l'alcool. Peut-être devrait-elle oublietter Lizzie finalement. Ouais, ça c'était carrément plus cohérent. Oublietter la propriétaire d'une boutique pour des paroles non-assumées mais prononcées lorsque la brunette était pompette. Ouais, ça c'était du génie Amy. Bravo.
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Love you when I'm drunk [Abandonné] Empty
Re: Love you when I'm drunk [Abandonné]
Lizzie Cojocaru, le  Lun 6 Jan - 12:47

Elle fuit rapidement mon regard et raconte d'une voix tremblotante l'histoire de ses doutes. Ah, il est clair que l'amour est bien un sentiment qui ne s'accommode que rarement de certitudes... La suite de son discours me surprend : là où j'attendais qu'on se focalise sur son lien avec la femme-mystère, on s’en éloigne aussitôt. Impossible de l’interroger sur où elles se sont rencontrées, comment, depuis combien de temps elles sont ensemble, non ! Déjà, le ton mélodramatique de la scène prend le dessus. Au fond, ce qui effraie Amy, ce n’est pas la rupture avec cette inconnue, c’est l’abandon.

Elle a le sentiment que nul ne reste à ses côtés, que tous s’en vont quand elle a besoin d’eux, qu’ils cessent de donner des nouvelles et coupent les ponts sans prévenir. Je peux la comprendre : c’est si souvent le cas que je suis étonnée qu’on m’ait pas accusée de meurtres, avec tous ces gens qui disparaissent autour de moi. Des soeurs, des exs, des colocataires… On pourrait vraiment penser que y a des crimes passionnels qui trainent sous le tapis. Non. C’est juste que ce monde est si vide et froid, si rempli de malveillance et d’égoïsme, de craintes, de secrets, de guerre et de mensonges, que l’on doit s’habituer à tout perdre.

— Je comprends.

Les gens disparaissent parce qu’ils ont mal, parce qu’ils sont kidnappés, parce qu’ils craquent, parce qu’ils sont malades, parce qu’ils sont victimes d’un sort qui n’aurait pas dû être le leur. Parce qu’ils ont cessé d’aimer, parce qu’ils n’assument pas leurs responsabilités, parce qu’ils fuient vers une prairie plus verte. Si on ne fait pas le deuil de nos liens, de nos espoirs d’éternel, on finit par être déçu. On peut compter sur une personne ou deux, mais c’est généralement soi-même et son chat.

— Ce n’est pas une question d’être assez bien. L’amour ne se mérite pas - si c’était le cas, je crois que Cupidon et les autres aussi ont forcé sur l’hydromel.

Placer son coeur dans les mains des autres est une chose absolument terrifiante. Il finit toujours par arriver quelque chose et bim, c’est la dépression qui prend le dessus. Oui, il faut se remplir le coeur de nuages et de guimauve, se mettre des oeillères en profitant des instants partagés - temporairement, spontanément, en admettant que ces instants de bonheur ne dureront pas et que les gens auront peut-être disparu avant la tombée de la nuit - ou alors se focaliser tant sur une mission qu’on en oublie tout ce qui fait mal. Comment lui dire cela ?

Ce n’est pas ce qu’elle a envie ou besoin d’entendre, surtout dans cet état là. Il faut penser comme quelqu’un de bienveillant. Comme… comme ma soeur. Ma soeur aurait sans doute interrompu le grattement de ses ongles sur le parquet. Alors je m’approche et prends maladroitement ses mains dans les miennes. Comme Emily l'a fait, quand j'ai rampé vers son toit, quand je l'ai déçue et qu'elle m'a quand même tendu les bras.

— Je pense que l’alcool te rend dure avec toi-même. Les gens ne partent pas à cause de toi. C’est juste… c’est juste une période compliquée, pour tout le monde. Quand cette guerre prendra fin, ils reviendront sûrement. Je masse ses doigts avec les miens. Et en attendant, tu n’es pas seule. Ta copine est là. Je suis là. Perds pas espoir.
Amy Shields
Amy Shields
Auror en formation
Auror en formation
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Love you when I'm drunk [Abandonné] Empty
Re: Love you when I'm drunk [Abandonné]
Amy Shields, le  Lun 20 Jan - 10:58

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Substances licites




Ça se dissipe. La brume dans le cerveau d'Amy commençait à doucement partir. C'était pas encore top, mais au moins la vision de la brunette devenait plus nette. Lorsqu'elle sentit la chaleur des doigts contre les siens, elle releva la tête pour expirer un bon coup avant de recommencer à sourire. Certes le sourire était crispé, mais ça restait un sourire. Elle laissa cependant ses mains dans celles de Lizzie, appréciant le contact qui réussissait à la calmer. Amy repensa à ce que venait de lui dire la jeune femme près d'elle. Alors, Lizzie se considérait comme là pour elle ? Pour être honnête, l'animagus avait toujours pensé que son acolyte n'avait aucune affinité particulière avec elle. A part la fâcheuse habitude qu'elle avait de récupérer Amy soûl dans sa boutique. Mais ça, c'était sa faute, pas celle de la propriétaire. La grande brune leva enfin ses yeux vers sa compatriote pour lui sourire gentiment et répondre d'un voix toujours lente mais avec un peu plus de relief.

- Tu as raison. Temps que j'ai quelques personnes sur qui compter c'est tout ce qu'il me faut.

Soupir heureux, telle une enfant qui vient de recevoir un cadeau. Amy commença à se balancer de gauche à droite, réfléchissant comme elle pouvait à ce qu'elle pourrait remercier Lizzie pour ses gentilles paroles. L'alcool n'aidant pas, la brunette se tourna vers son interlocutrice et se laissa tomber contre elle, enroulant ses bras autour de son bassin et posant sa tête contre le torse de la maîtresse des lieux. Décidément, la notion d'espace personnel s'envolait totalement du cerveau de l'animagus lorsque l'alcool sillonnait ses veines. Elle reste donc comme ça de longues secondes sans se soucier du malaise de Lizzie par rapport aux contacts physiques. Des mots sortirent d'entre les lèvres d'Amy dans un murmure grave.

- Je suis là pour toi aussi Liz'. Tu le sais hein hein ? Même si tu m'aimes pas beaucoup, j'serai toujours gentille avec toi, j'te promets.

Paroles d'enfant à une amie tout aussi enfant qu'elle. Pas de réflexion pour savoir si c'était correct de parler comme ça. Non, ça sortait comme ça, sans avoir besoin de réfléchir. La nature profondément gentille refaisait surface. Etait-ce bon ou mauvais ? Aucun idée mais pour l'instant Amy ne se posait pas la question. Elle se contentait de profiter de la chaleur humaine et se laissait bercer par les battements de cœur. Les yeux grands ouverts, fixant un point invisible, elle attendit. Dieu seul savait ce que la jeune femme attendait. Peut-être l'arrivée d'Emily même si c'était improbable, ou juste la réaction de Lizzie. Elle voulait juste attendre et laisser le destin faire.
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Love you when I'm drunk [Abandonné] Empty
Re: Love you when I'm drunk [Abandonné]
Lizzie Cojocaru, le  Sam 14 Mar - 22:28

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Violence psychologique, Dépression, Suicide




— C’est déjà précieux qu’il y en ait dans nos vies…

Tu observes Amy avec la plus grande attention. Son sourire n’a pas la même énergie que dans tes souvenirs. Tu n’aimes pas la voir comme cela. Les mages avec mille projets à accomplir semblent compresser le temps pour y faire rentrer tous les mots et actions nécessaires. Ils courent, conscients que leur temps est compté et la Mort sur leurs talons. Sur leurs parchemins, l’écriture est illisible, même lorsqu’ils écrivent au Père Noël pour leur demander plus de Temps. Au yeux des autres, ils ne prennent pas le temps de vivre — ce n’est pas leur ressenti. Non, eux éprouvent une sensation de retard, sont frustrés de ne pouvoir étendre le moment pour y déverser le reste de leurs idées. Ce sont souvent des passionnés, des convaincus, dont la persévérance les conduit à laisser leur trace dans l’histoire de la magie.

Evidemment, il faut les distinguer des sorciers en proie à l’évitement, se noyant dans les premiers prétextes pour ne pas être accablés par leur vie. Certaines ressemblances sont trompeuses : eux aussi multiplient les boulots et les projets sans jamais prendre le temps de souffler, mais cette hyperactivité est l’illusion dont ils recouvrent le visage de la vie. D’ailleurs, la différence clef est que si on leur demande véritablement de s’arrêter, le malheur les rattrape, comme un élastique que l’on aurait trop tiré, et dissipe les possibilités de dénégation qu’ils employaient avec la plus grande ferveur.

De l’autre côté du cadrant, ceux que la dépression éteint sont d’une lenteur ouatée. Ils laissent leur respiration rejoindre celle du sommeil. Leur poitrine ne se soulève presque pas, bloquée dans une cage thoracique rentrée en dedans. Tout leur être s’avale et se resserre pour prendre le moins de place possible. Ils se cachent dans la pénombre, sans l’énergie requise pour s’éclairer d’un Lumos ou tenir debout sous la douche, accroupis et chétifs. Qu’elle est chétive, Amy, dans cette position. Les sorciers dépressifs — il s’agit bien sûr d’une généralisation, mais c’est ainsi que tu ressens la chose — attendent la Mort, lorsqu’ils ne la prennent pas par la main. Le timbre, la posture, la lassitude non dissimulée d’Amy, tout te ramène au ralentissement des personnes dépressives. Ton coeur se serre.

Tu n’étais en revanche aucunement préparée à ce qu’elle s’accroche à ta taille et s’allonge contre toi. Tu te raidis sous la surprise, mais n’a pas le coeur à la repousser. Elle a peut-être l’habitude de dormir avec une peluche ? Lizzie, depuis quand tu as l’air d’une peluche ou peut accepter d’être utilisée comme tel… Ce que l’amitié vous fait faire, je vous jure. Tu te pinces les lèvres lorsqu’elle mentionne que tu ne l’aimes pas — est-ce vraiment le sentiment que tu lui donnes ? Avec tout ce que tu lui dois, c’est quand même fort de café. Je sais que tu n’es pas douée pour aimer et accepter les autres dans ta vie Lizzie, mais tu sais que ses mots ne reflètent pas la réalité. Ne t’en fais pas, elle a bu, trouve l’énergie de lui dire que tu l’apprécies, elle l’aura oublié avant l’aube.

Tu étires ta mâchoire carnassière, prête à parler, et t’interromps aussitôt. Ce n’est pas un bâillement, mais cela peut y ressembler. Ce que tu t’apprêtes à dire n’est pas usuel, encore moins avec une Amy collée tout contre toi.
— Tu te trompes Amy, quand tu dis que je t’aime pas beaucoup.

Tu prends une grande inspiration, fais craquer ton dos, recule ta main de quelques centimètres. Tu aurais dû tout dire d’une traite, voilà que le silence te semble plus dense encore qu’auparavant. Tu baisses les yeux vers elle, espérant presque qu’elle se soit endormie et que tu puisses continuer sans craindre d’être entendue. Ses yeux restent pourtant ouverts.

Prenant ton courage à deux mains, tu rajoutes quelques syllabes :
— Tu es de ceux qui m’ont sauvé la vie.

Tu voudrais ajouter, sans pouvoir organiser les mots dans l’ordre, « Je l’oublierai pas. Je ne suis pas habile pour le manifester, mais je tiens immensément à toi Amy. Alors ne tiens pas de paroles aussi cruelles, et sache que tu es moins seule que tu le penses. Déjà, tu ne pourras jamais être entièrement seule, car à ton premier appel j’accourrai. Moi aussi, je ferai de mon mieux pour être toujours gentille avec toi, je te promets. »
Contenu sponsorisé

Love you when I'm drunk [Abandonné] Empty
Re: Love you when I'm drunk [Abandonné]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Love you when I'm drunk [Abandonné]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.