AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -29%
Maillot Nike NBA Swingman – Stephen Curry ...
Voir le deal
64 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur
Page 4 sur 4
Le Comptoir
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle

Le Comptoir - Page 4 Empty
Re: Le Comptoir
Artemis Wildsmith, le  Ven 3 Avr 2020 - 17:00

Harmony


Arty sait mettre à l’aise ses interlocuteurs, aucun doute là-dessus. Seulement s’il se focalisait sur le sourire qu’ils renvoyaient, et non pas sur la gêne pouvant s’installer aux creux de leurs cils. Le Poufsouffle se penche se penche alors sur le comptoir pour saisir une carte dont les boissons et mets défilent devant ses yeux impatients, évidemment, bien rapidement son sourire s’élargit devant un terme qui lui était tout spécialement destiné : Tiens, j’vais t’prendre une lueur de Lune, s’il te plaît, pour rester dans le thème ! Se redresser en harponnant gentiment le regard de la serveuse d’un clin d’œil qu’il veut complice. Le Fripon était loup-garou, peu importait l’endroit, le moment, les gens, une malédiction je-t’aime-moi-non-plus qui lui tenait constamment la main. Il pourrait même l’embrasser de temps en temps. Ses jambes retombent alors pour battre l’air, ballotement enthousiaste alors qu’il réfléchit à l’interrogation somme toute très banale de la Serdaigle, moi ça va, ça va bien, ça va très bien, à part quelques piques de désespoir dans sa vie, celle-ci se déroulait tel un joli ruban doré. Par contre, j’ai mordu quelqu’un ! HAHA ! Non, il ne plaisante même pas, mon seul regret c’est de ne pas l’avoir tué, ce stupide babouin. Aah, il n’avait pas toujours pas digéré l’affront d’Eden envers lui, envers Loredana, cette nuit d’un chaos embrouillamini. Il avoue tout, comme ça. Ce qu’il y avait de bien avec les compères loups : pas de filtres, aucun, une vérité absolument déliée qui ne rencontrait aucun obstacle. Et toi, d’un index malicieusement accusateur, t’as pas répondu à ma question, parce qu’il n’était pas un Fripon du dimanche, la fuite, l’évitement, il connaissait très bien.
Amy Shields
Amy Shields
Auror en formation
Auror en formation
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Le Comptoir - Page 4 Empty
Re: Le Comptoir
Amy Shields, le  Sam 4 Avr 2020 - 11:17

Pour Lilith



Aïe. Ça pique. Le regard que venait de lui lancer l'ancienne Gryffondor avait eu l'effet de 10 aiguilles qu'on vous enfonce dans la peau. Ça piquait. Très fort. Amy avait donc vu juste, elle avait clairement dérangé la jeune femme. Ceci dit, vu la mine que cette dernière arborait avant que l'animagus ne vienne s'asseoir près d'elle, elle aurait pu s'en douter. Mais bon, l'impulsivité ne se contrôlait pas. Ou du moins Amy ne la contrôlait pas. Elle se retrouvait donc là, dans cette position très peu confortable à devoir attendre les paroles d'une presque parfaite inconnue. Paroles qui allaient très certainement être aussi piquantes que le regard. En attendant, Amy glissa vite fait un petit mots à Harmony qui venait de les servir.

- Merci ma belle

Nouveau temps d'attente. Silence tandis que les doigts de la Phénix se balade sur le verre de rhum sans pour autant y boire. Et enfin les paroles tant redoutées tombent. Moins sèchement qu'espéré. Ah ? Pourquoi donc ? L'animagus releva la tête pour passer le regard sur le visage de Lilith qui était en train de parler. Donc, si elle n'avait pas fait allusion aux Phénixs, elle se serait faite remballée comme une mal-propre. Okay, superbe. Comme quoi l'instinct et le fait d'être un boulet pouvait parfois servir. Parler des Phénixs dans un lieu public, rien de plus intelligent. Lorsque la rouge lui demanda si elles pouvaient se tutoyer, Amy fit un signe de la tête pour signifier que c'était bon pour elle. Elle avait pensé à la tutoyer, mais en plus de s'incruster dans sa journée, elle serait passée pour une personne mal-polie. Pour le coup, c'était bien joué de sa part. Lorsque son interlocutrice bégaya sur son prénom avant de réussir à le retrouver, l'animagus parla d'une voix claire mais douce avec un petit sourire en coin.

- Amy, c'est bien ça.

Nouveau sourire avant d'écouter les questions qui viennent juste après. Des nouvelles des membres, encore membre elle-même ? La grande brune leva ses yeux bleus au ciel, cherchant dans sa mémoire avec qui Lilith avait du être du temps où elle était Phénix. Elle finit par répondre d'une voix douce.

- Oui j'y suis encore. J'ai fait une petite pause après... Un incident.

La cicatrice de brûlure qui traversait son dos se mis à la piquer. C'était comme ça dès qu'elle se remémorait ce fameux soir. Amy secoua la tête pour remettre ses idées en place et essayer d'ignorer les picotements tout en continuant de parler.

- Mais je suis de nouveau là. Avec qui étais-tu... Tu devais être avec Bian.. Elenna ? Alex ? Izsa ? Rurik peut-être ? Je pense que des anciens qui auraient pût être avec toi, ce sont les seuls que je connaisse.

Petite pause pour prendre une gorgée dans son verre. Le liquide alcoolisé coula dans sa gorge et la lui brûla presque vu le taux d'alcool. Amy savoura le gout avant de reposer son verre et de continuer.

- Elenna et Alex se sont enfouis du pays, ils étaient pourchassés. Je n'ai, personnellement, plus aucune nouvelle d'eux. Ça me fait un peu mal d'ailleurs mais bon.

Mine triste et haussement d'épaule avant de continuer.

- Izsa est toujours là. Dans tous les sens du terme. Je ne peux pas être plus clair.

Petit rire gêné avant de reprendre. Il fallait quand même être prudente sur les mots utilisés. N'importe qui pouvait entendre.

- Et Rurik.. On a plus jamais eu de nouvelle. Je ne sais pas du tout ce qui lui est arrivé.

Haussement d'épaule avant de regarder son interlocutrice dans les yeux. Elle espérait qu'elle ne venait pas de faire une énorme bourde en lui disant tout ça. Était-elle Mangemort reconvertie ? Avait-elle changé de côté ? Amy ne savait pas pourquoi, mais quelque chose lui disait que non. Quelque chose lui disait que cette jeune femme malgré ses airs désinvoltes, n'avaient pas tellement changée depuis qu'elle était partie des Phénixs. Était-ce son instinct peut-être ? Surement. L'instinct d'une Phénix.
Lilith Bee
Lilith Bee
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le Comptoir - Page 4 Empty
Re: Le Comptoir
Lilith Bee, le  Sam 4 Avr 2020 - 14:59

Avec Amy

Ecoutant attentivement Amy, Lilith se décida à siroter son verre de vin de sureau. Après l'avoir reniflé, vieux réflexe de gosse, elle trempa les lèvres dans le liquide rougeâtre. Pas mauvais, avec une pointe d'acidité, peut-être encore un peu jeune, mais ça allait tout à fait faire l'affaire.

La brune repris la parole, sous l'oeil inquisiteur de la rouge et or. Elle était donc encore dans l'ordre. Après une incident ? La bonne blague, il y avait toujours des incidents quand on décidait de s'engager avec les Phénix ! Et c'était ça qui lui plaisait tant d'ailleurs ! Un sourire ironique se greffa sur le visage de Lilith quand Amy lui annonça avoir souffert du départ d'Elenna et Alex. Pauvre chaton, la belle affaire... les gens étaient comme ça, ils partaient, oubliaient que vous aviez existé, et puis recommençaient ailleurs... D'ailleurs, elle ne pouvait pas tellement leur en vouloir, c'était aussi ce qu'elle avait fait. Cependant, à l'énumération de ses anciens camarades de combat, Lilith tiqua... Surtout au nom de Rurik. Ce sorcier des plus rustre lui avait tout appris, et l'avait aussi privé du reste d'innocence qui persistait en elle à l'époque.

Sans son enseignement, peut-être qu'elle serait toujours à Paris, prisonnière d'un homme qu'elle n'aimait plus et qui s'acharnait sur elle. Mais elle avait réglé le problème, et à coup sur Rurik serait fière d'elle. Elle avait eu un peu d'espoir de le retrouver en revenant parmi les sorciers. Espoir ridicule, puisque lui devait bien se battre le coude avec un boursouflet de ce qu'elle était devenue ! Mais quand même...
Quant à Izsa, Lilith l'avait déjà retrouvé. Et quelles retrouvailles !

C'est donc en essayant de cacher sa déception - sans grand succès - que Lilith répondit à Amy.

- Hum... J'ai déjà revu Izsa. Et Rurik... La déception qui perlait dans sa voix se fit plus intense. Je t'avoue que j'aurai espéré lui parler. Mais au fond, ça ne m'étonne qu'à moitié. Tu dis donc que tu es toujours ... enfin tu m'as comprise ... "impliquée" ? Belle espérance de vie pour une Phénix !

En disant cela, Lilith reprit une gorgée plus franche de son verre de vin et se remémora son entrainement, ses premières missions, l'adrénaline et la peur qui s'insinuait dans son esprit à chaque fois. Comme c'était grisant de se sentir vivre ! Tout le contraire de sa vie ces 8 dernières années...
Au fond, la jalousie qui l'avait saisie huit ans auparavant était toujours présente. Par contre, pas une once de prudence dans son comportement. Lilith parlait de son passé avec une presque inconnue et cela sans filtre. Mais si cette dernière représentait en danger, l'ancienne préfète des Lions l'était tout autant... Décidant de jouer un peu avec ses nerfs, elle reposa son verre et s'approcha plus prêt du visage d'Amy. Elle pouvait presque compter un à un les cils recourbés qui ourlaient ses magnifiques yeux bleus.
Dans un souffle, qu'elle voulait menaçant, elle ajouta avec mystère :

- Et que dirait Izsa si je lui disais que tu m'as tout raconté autour d'un verre ? Tu ne sais même pas pourquoi je suis revenue... Ni même pourquoi je suis partie d'ailleurs...

C'était hilarant de jouer à ce petit jeu... Lilith retrouvait peu à peu le goût de souffler le chaud et le froid sur les émotions des gens. C'était le signe qu'elle allait mieux, non ?
Amy Shields
Amy Shields
Auror en formation
Auror en formation
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Fennec


Le Comptoir - Page 4 Empty
Re: Le Comptoir
Amy Shields, le  Lun 6 Avr 2020 - 9:59

Pour Lilith



Cette fille plaisait de moins en moins à Amy. Non seulement son regard la toisait comme si elle était un pauvre petit chaton en détresse, mais en plus son attitude horripilait l'animagus. Si elle avait été fennec, ses poils se seraient hérissés tout le long de sa colonne vertébrale. Cela faisait très longtemps que la brunette n'avait plus ressenti ce sentiment envers quelqu'un. Faut dire aussi que ça faisait très longtemps qu'elle n'était plus sortie de sa grotte pour se sociabiliser. Mais soit, Lilith commençait à sérieusement l'irriter. Mais politesse Amy. Que t-ont appris tes parents ? La politesse. Alors reste polie et souris. Un petit sourire crispé apparu sur le visage de la Phénix tandis qu'elle écoutait les dires de son interlocutrice. Elle avait donc revu Izsa déjà, ça c'était du rapide mais ces deux dernières devaient être proches étant donné qu'elles avaient été plus longtemps ensemble au sein de l'Ordre. et Pour Rurik, elle aurait voulu le revoir. Connaissant le bonhomme, c'était pas si étonnant qu'il soit parti. Surement se planquer en Russie. Ou juste mort, tué par une mafia quelconque. Ou pourquoi pas bouffé par son loup ? Peut-être. Nul ne savait.

- Oui, j'en suis. Après quelques mois d'arrêt. Mais j'en suis toujours.

Nouveau sourire tandis qu'elle reprend son verre de rhum entre ses doigts. Elle repris une gorgée qu'elle laissa quelques secondes dans sa bouche pour savourer les saveurs émanant du liquide. Lorsqu'elle avala et qu'elle tourna sa tête vers la rouge et or, elle failli faire un bond en arrière en s'apercevant que celle dernière s'était drastiquement rapprochée d'elle au point d'être très proche de son visage. C'était très gênant et en même temps très oppressant. Amy n'aimait pas du tout ça. Elle allait lui demander de reculer lorsque des mots sortirent de la bouche de cette dernière. Des mots qui finirent d'énerver l'animagus pour de bon. Lilith lui faisait des menaces ou elle rêvait ? Sérieusement ? Alors certes Amy était gentille et douce, mais lorsqu'on la cherchait, elle gardait rarement sa douceur. Sauf cas exceptionnels mais l'ancienne Gryffondor n'en faisait pas partie. La Phénix inspira un grand coup avant de répondre d'une voix posée mais ferme.

- Tout d'abord, j'ai envie de te dire, instinct de Phénix. Tu dois comprendre ce que je veux dire par là. Je n'ai pas l'impression que tu me nuira. C'est ce que me dit mon instinct.

Pause. Avant de reprendre d'une voix cette fois-ci plus douce, un sourire presque carnassier sur le visage.

- Et sinon, je ne t'ai pas dit ? Je suis auror. Donc si il te vient l'idée d'aller raconter quoi que ce soit, j'ai un pass VIP et direct pour Azkaban. Je trouverai bien quelque chose pour t'y faire entrer avec mon super pass. Certes ce n'est pas conventionnel mais au grand mot les grands moyens. Tentée chère amie ?

Etait-ce vraiment une bonne idée de la chercher ? En même temps c'est elle qui avait commencé. Surtout que ce que venait de dire Amy était totalement faux. Jamais elle n'emprisonnerait quelqu'un sans motif valable. C'était pas du tout son sens de la justice donc elle ne ferait jamais. Mais pour être respectée par des êtres irrespectueux, il fallait parfois être un peu agressive et faire peur. Ceci dit, ce qu'elle venait de dire lui coûterait peut-être son poste. Mais au moins elle aurait peut-être réussi à faire fermer son bec à l'ancienne Phénix. Et ça en valait donc la peine. Ou pas ?
Lilith Bee
Lilith Bee
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le Comptoir - Page 4 Empty
Re: Le Comptoir
Lilith Bee, le  Mar 7 Avr 2020 - 11:28

Réponse à Amy

La jolie sorcière avec laquelle Lilith était en train de discuter semblait prendre sur elle pour ne pas perdre ses moyens... Parfait, elle était bien plus coriace qu'elle ne le pensait. C'était bien plus rigolo.
Cependant, la voix d'Amy voix se fit plus ferme et plus assurée. Quel self control, on ne pouvait pas lui enlever ça !

- Tout d'abord, j'ai envie de te dire, instinct de Phénix. Tu dois comprendre ce que je veux dire par là. Je n'ai pas l'impression que tu me nuira. C'est ce que me dit mon instinct.

Bonne réponse. Lilith était bien placée pour comprendre ce que l'instinct voulait dire. Déjà, parce qu'elle ne fonctionnait que sur l'instinct, et puis parce qu'elle même avait toujours dans le sang ce fameux sixième sens de Phénix. Cependant, l'instinct pouvait parfois faire défaut, et ça l'ancienne lionne l'avait appris à ces dépends !
Elle se contenta donc d'acquiescer, un léger sourire sur les lèvres. Son interlocutrice semblait sur le point de continuer, et son regard presque menaçant attisé la curiosité. Elle écouta donc la suite avec attention, se contentent de se rassoir confortablement, son verre de vin à la main.

- Et sinon, je ne t'ai pas dit ? Je suis auror. Donc si il te vient l'idée d'aller raconter quoi que ce soit, j'ai un pass VIP et direct pour Azkaban. Je trouverai bien quelque chose pour t'y faire entrer avec mon super pass. Certes ce n'est pas conventionnel mais au grand mot les grands moyens. Tentée chère amie ?

Hum. Voilà qui devenait intéressant. Périlleux, mais intéressant. La sorcière montrait les dents. Très bien, il allait falloir répliquer avec le même sang froid et surtout ne pas se laisser impressionner par ce qui pouvait être un coup de bluff de la Phénix. Ou pas.
* Ne réagit pas trop vite Lil', tu marche sur des oeufs de dragons là...* pensa-t-elle alors qu'elle se concentrait pour ne rien laisser transparaitre sur son visage.
Après un temps de réflexion où les deux sorcière se dévisagèrent, Lilith bu d'une traite ce qui lui restait d'alcool de sureau et enchaina sur un ton amusé.

- Ouuuu, mais voilà que l'oiseau sort ses griffes  ! Même si cela me parait bien présomptueux de ta part de penser pouvoir me faire enfermer à Azkaban comme ça, je prend note.

Au fond, Lilith trouvait la situation ironique. Elle aurait eu mille et une raisons d'avoir peur de se faire arrêter. Mais pas enfermer à Azkaban. Si elle devait avoir peur de la justice, c'était de celle des moldues. Mais comme elle ne savait pas où en était la justice sorcière ces derniers temps, elle décida qu'il serait idiot de jouer avec le feu. Pas alors qu'elle venait juste de rentrer chez elle. Enfin, son vrai chez elle métaphorique, parce que pour le moment elle n'avait pas vraiment d'endroits ou crécher sur le long terme...

- Auror et Phénix donc. Beau pedigree ! Et pour le coup, ta longévité ne m'impressionne que plus... Tu es peut-être plus coriace que je ne le pensais. On risque de devoir se croiser de nouveau. Je suis hébergée chez Izsa pour le moment. Alors autant t'habituer à ma présence, je vais être dans le coin pour quelques années encore...

Sur ces mots, Lilith reposa son verre vide et gratifia Amy d'un clin d'oeil sans malice. Juste histoire de voire, avant de partir, si elle pouvait l'énerver pour de bon. Bon, clairement, la sorcière manquait encore d'entrainement pour faire sortir les gens de leurs gonds. Pourtant, elle avait vu qu'Amy en avait dans le ventre. Et son jugement était sans appel : elle pourrait lui faire confiance. De là à dire qu'elle l'appréciait, on en était encore très loin.

HRP:
 
Jude Hopkins
Jude Hopkins
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Le Comptoir - Page 4 Empty
Re: Le Comptoir
Jude Hopkins, le  Ven 10 Avr 2020 - 1:43

Harmony

La serveuse lui raconta qu'il y a quelques années de cela, elle avait en effet eu une expérience dans la recherche d'une personne, qu'elle avait considéré comme un jeu. Chacun était libre de considérer cela comme il le souhaitait alors Jude n'avait pas apporté d'attention sur cette gaffe. Elle avait cependant de la chance si celle-ci avait été concluante. Lui voyait ses recherches comme perdues. En réalité, il ne savait pas réellement par où commencer. Probablement parce que cela le concernait. Il prenait les choses trop à cœur alors il était vite déstabilisé par le premier échec. Et les suivants. Apprendre de ses erreurs ne semblait pas vouloir fonctionner pour ce cas précis. Il commençait à se décourager.

Le Préfet la fixa, continuellement. Il remarqua qu'elle lui lança des sourires, puis des regards désespérés lorsqu'il commença à raconter son histoire. Elle semblait vraiment être la personne au bon moment. Il avait comme un bon instinct, celui qui montrait qu'il pouvait faire confiance, qu'elle en était digne. Malheureusement, ce n'était pas suffisant, surtout sous l'emprise de l'alcool. Ce sentiment, il le connaissait et à plusieurs reprises il lui avait joué des tours. Il en fallait plus qu'une simple sensation.

Elle lui proposa un deuxième verre d'eau. Au fond, cela ne pouvait que lui faire du bien mais mine de rien, il commençait à avoir faim. Mais peut-être que c'était trop tard pour passer commande ? Tant pis, il allait tenter. Elle lui demanda ensuite s'il s'était déjà rendu à l'orphelinat et conclut en lui proposa son aide. Bien évidemment qu'il y était déjà allé. C'était d'ailleurs sa première recherche. Comme il pouvait s'y attendre, ils ne voulaient rien savoir et n'avaient donné aucune information. C'était limite s'ils se souvenaient encore d'un Jude Hopkins. Et il n'avait pas essayé de forcer puisque ce n'était qu'un gamin. Il ne valait rien face à ces grandes personnes. Pourtant, il en avait passé du temps dans cet orphelinat. Toute son enfance exactement.

« Je veux bien un autre verre d'eau oui s'te plaît. Et des minis-pizzas. Me semble que vous faîtes ça ici. 'Fin, si ça te dérange pas, vu l'heure... », petite pause le temps qu'elle puisse tout assimiler, « J'y suis déjà allé oui... Et ils n'ont rien voulu me dire... », dit-il d'une voix découragée.

Il se perdit dans ses pensées et se demanda comment ça aurait pu se passer s'il s'était rendu à l'établissement à l'âge qu'il avait désormais. Peut-être se montreraient-ils plus conciliants avec quelques menaces ? S'il fallait fonctionner comme ça pour comprendre que la situation devenait alarmante, Jude n'allait pas rechigner. Ce n'était même rien s'il ne suffisait que de ça finalement...
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Le Comptoir - Page 4 Empty
Re: Le Comptoir
Hugh Dey, le  Lun 13 Avr 2020 - 18:12

Réponse à Izsa, avec beaucoup de retard

Tout fier de moi, je me redressais sur mon siège et laissais mon verre quelques instants sur la table. J’étais fier parce que j’avais deviné ce que c’était que le Bouyip comme elle l’appelait. J’avais proposé un truc et pouf, elle avait dit oui. Et ça franchement, ça voulait dire que j’avais un flair de taré. Un flair tellement développé que j’avais pas bu une gorgée de mon cocktail non alcoolisé, parce que rien qu’à l’odeur, j’aimais pas.

- J'comprends pas pourquoi il t'en a filé un à toi aussi. Enfin... j'ai préféré rien dire pour qu'il nous revienne pas dans les pattes. Je la regardais et un grand sourire naquit sur mes lèvres. Elle avait bien raison. Il servait à rien ce serveur en plus. Je haussais les épaules, comme pour signifier mon accord ou que je m’en foutais, ce qui revenait au même, avant de me laisser aller à mon discours et à mon racontage d’histoires. Jusqu’à glisser sur des remerciements sincères, très sincères, peut-être un peu trop sincères pour être honnête. J’ouvrais mon cœur, totalement, en lui disant ça, et en même temps je prenais conscience du ton désespéré que ça pouvait revêtir. Et sa réponse était pour le moins… Sèche.

- C'est pas une faveur que j'te fais, hein. J't'engage pas parce que t'es sympa euh… merci ? ou quoi : Ollivander's c'est toute ma vie. Oh bordel. Ca va hein c’était qu’une boutique de baguettes. Faire tourner la boutique, c'est pas tout le monde qui peut le faire. Je compte sur toi, et j'te rendrais la pareille. Okééé. Pression de ouf. C’était clair et ça pesait sur mes épaules. J’avalais ma salive bruyamment, me rendant compte que j’avais la bouche sèche. J’avais bien l’impression que c’était pas le genre de meuf qu’il fallait décevoir, sinon on se retrouvait avec une oreille en moins ou un truc comme ça. Je fronçais un peu les sourcils. C’était drôle d’être aussi dure. Par drôle je voulais dire étrange. Qu’est-ce qui avait bien pu lui arriver à la demoiselle ? Je plantais mes yeux dans les siens et j’essayais de sonder son âme. Mais avec trois bons verres de whisky comme j’avais dans le sang, c’était pas conseillé d’essayer d’arrêter son regard quelque part. On se rendait bien compte que le monde tournait trop vite.

- Ok, c'est dégueulasse.

Oh bordel. Elle avait essayé de goûter au truc dans le verre en forme de fleur. J’explosais de rire en voyant sa tête, et surtout en voyant qu’elle y retournait « Mais fais pas ça t’es folle ! » que je disais en observant la paille retrouver ses lèvres. A la limite c’était alcoolisé ok, pourquoi pas, mais là nan même pas ! Y avait aucun intérêt à se forcer comme ça. Et puis sa remarque acheva de me convaincre que jamais je ne devais tremper mes lèvres à l’intérieur de cette étrange substance. Je repoussais mon verre au point d’aller choquer le sien et lui envoyais un « Tiens j’te l’offre » parce qu’elle avait osé en boire trois gorgées.

- C'est quoi ton aventure avec ce boursouflet, du coup ?
- Aaaaaah ! Tu vas pas être déçue c’est du grand art l’histoire de Jean-Pierre ! J’étais content qu’elle me ramène sur un sujet moins sérieux que tout à l’heure, au moins elle me ferait moins peur. Tu vois, moi j’m’étais dit qu’j’aurais plus de chances d’avoir une récompense si j’capturais des petits bestiaux mignons. Le genre qui sont déjà en vente, parce que les gens ils allaient pas y penser. et ça c’était clair que personne y avait pensé hein Avec Liv, une bonne amie même si c’était encore qu’une gamine, on a cherché un Boursouflet. Ou plutôt c’est le boursouflet qui nous a trouvé. Y passait comme ça, en nous narguant, sur l’épaule d’une vieille, t’sais t’vois bien avec ses yeux de boursouflet là et on pouvait voir dans mon regard que c’était comme si je le voyais. Qu’il était prêt à me défier le Jean-Pierre. On a essayé toutes les ruses possibles. On a fait un câlin à la vieille dame en tentant de choper le boursouflet par exemple. A un moment, on a montré un truc derrière et là… un bon conteur sait toujours mettre du suspens. Alors je laissais bien le temps à mon auditoire de prendre la mesure de ce que je disais. On l’a attrapé. Direct. Mais la vieille elle avait senti le truc. On s’est pris des coups de sac et elle nous a martelé qu’il fallait pas toucher à Jean-Pierre, que c’était la réincarnation de son mari et tout le bordel, t’imagines !? en racontant cet épisode, j’avais les yeux qui brillaient comme un gamin. Parce que sérieusement, c’était drôle qu’une vieille pense que son mari s’était réincarné en boursouflet. Nous on a bien compris qu’il devait subir des maltraitances ce boursouflet, donc logiquement, il a fallu qu’on le sauve. D’ailleurs il avait pas confiance dans les humains. A peine je l’avais choppé qu’il avait sauté le bougre, et impossible de remettre la main dessus. Y s’était planqué dans les poubelles ! Malin hein ! Le récit me donnait soif alors je me servais un nouveau verre de whisky, en en renversant un peu sur le bord. J’hésitais à boire à même la table mais un simple regard sur mon interlocutrice servit à m’en empêcher. Non. Pas dès le premier jour.

Je prenais le temps de boire une gorgée et de me perdre dans la contemplation de mes souvenirs, d’apprécier la chaleur de l’alcool qui coule, et de laisser un sourire béat s’étaler sur mon visage. Finalement j’étais bien là. Et ce souvenir me réchauffait le cœur.

- On a cherché pendant des heures et des heures et des heuuures et oh bordel on a bien cru qu’il aurait not’ peau hein. Faut pas croire, c’est dangereux un boursouflet quand ça se cache comme ça, ça rend dingue. Oh ouais il avait fallu s’armer de tant de patience pour le trouver. Je me remémorais cet instant de plénitude absolue, de recherche en bonne compagnie, et puis brusquement, le bruit. Il s’était bien caché. Tellement bien caché qu’à un moment j’ai marché dessus. Je l’ai écrasé. Pauvre Jean-Pierre. On a essayé de l’enterrer dignement mais ça a pas été facile à digérer hein… et comme pour mettre un point final à ce tragique récit, je buvais une nouvelle gorgée de mon alcool ambré, prenais une grande respiration et tentais de refluer l’émotion qui m’était venue. On ne savait pas trop si j’avais les yeux vitreux ou humides, mais moi je savais, au plus profond de mon cœur, la déchirure qu’avait produit ce geste inconsidéré de ma part.

Alors je levais mon verre et en hommage à ce boursouflet perdu je lançais un triste « A Jean-Pierre » avant de boire une nouvelle fois mon verre. Le whisky me remonta le long de la trachée, à moins qu’il ne s’agit d’un sanglot. Non. C’était bien un haut-le-cœur. Je prenais le temps de le calmer, d’avaler une deuxième fois ce qui était remonté, et de faire comme si de rien n’était. Il était urgent de changer de sujet pour me guérir de l’abyme auprès duquel je me trouvais.

Et c’est là qu’elle arriva. La serveuse. Avec une question apparemment banale mais pas tant que ça pour qui sait s’y prendre.

- Est-ce que tout va bien ?
- Ouais ouais ça va. Je disais ça d’un air de « laisse-moi tranquille je parle », avant d’ajouter à l’adresse de ma compagne du soir T’as l’air d’avoir une sacré force toi. J’aime bien. T’as dû en traverser des trucs… Je retenais un « comme moi » qui m’aurait de nouveau fait partir en sanglots. Non, je ne pouvais pas…

Mais finalement je détournais mes yeux vers la demoiselle qui nous avait interrompus, et je soupirais. Ok j’avais pas été tendre, mais le whisky palpitait sérieusement dans mes veines et c’était pas de ma faute. Ou presque pas.
- Nan bon ok en fait ça va pas. Déjà on a eu deux cocktails alors que y a qu’elle qu’en voulait un. Mais ça c’pas grave. C’est surtout que c’est pas bon. Enfin moi j’y ai pas touché mais déjà ça sent pas bon. j’avais les yeux rougis par l’excès d’alcool. Au moins j’avais été franc, ça on pouvait pas me le reprocher. Gentil non mais franc oui. Et puis bon j’avais suffisamment payé pour que j’ai le droit de pas être très aimable hein.


Dernière édition par Hugh Dey le Mar 14 Avr 2020 - 13:23, édité 1 fois
Harmony Lin
Harmony Lin
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Le Comptoir - Page 4 Empty
Re: Le Comptoir
Harmony Lin, le  Lun 13 Avr 2020 - 20:09



Le Chaudron Baveur

Service pour Artemis Wildsmith



Tu le vois parcourir des yeux la carte et tu soupires intérieurement de soulagement, te disant que tu as effectivement réussi à changer de sujet. Reste à savoir s'il te donne de ses nouvelles ensuite et s'il réussira à ne pas relancer le sujet. Mais bizarrement, tu as beau fortement espérer qu'il parlera simplement de la pluie et du beau temps, tu en doutes. Et d'ailleurs, si son choix te cocktail te fait très plaisir car c'est celui que tu as fais toi-même, le clin d'oeil qui l'accompagne ne te dit rien qui vaille. Pourtant, tu ne dis rien, te contenant d'un sourire sincère, et va préparer ledit cocktail en écoutant la suite de ce qu'il te raconte.

Pour lui, tout va bien, tout va très bien, sauf que... Et là c'est le drame. Il repart sur le sujet, en disant que lui a mordu quelqu'un et qu'il regrette de ne pas l'avoir tué. Euh. Attends. QUOI ? Il regrette de ne pas l'avoir tué...? Mais...? Cela te semble inconcevable, toi qui t'en es voulu si longtemps pour la morsure que tu as fais subir. Lui semble presque... Fier ? Un long frisson te parcoure et tu as perdu tout sourire en lui servant son fameux cocktail.

Et d'ailleurs, tu avais raison de te méfier car il revient à la charge une fois qu'il a répondu à ta question. D'ailleurs, il t'accuse presque, tendant le doigt vers toi, te faisant remarqué que tu n'as pas répondu à sa question. Tu jures intérieurement, soupire et te dit que si tu ne répond pas, il reposera sans doute sa question encore un peu plus fort, et tu n'as toujours aucune envie que les clients entende votre conversation. Alors tu te résignes à répondre...

- Je euh... Oui, j'ai mordu quelqu'un. Mais c'était une erreur, une perte de contrôle. Je ne voulais pas...

Repenser à la morsure et à ses conséquences a fait disparaître tout sourire de ton visage. Bien sûr, tu es un peu plus en paix avec toi même maintenant qu'avant le voyage, mais le simple souvenir des regards que Lizzie a pu te lancer suffisent à te redonner les larmes aux yeux. A mettre une grosse boule dans ta gorge de remord.

Tu ne dis donc rien de plus, ne sachant pas comment changer de sujet, mais ne voulant pas donner plus d'explications. Il est hors de question que tu dises son prénom et encore moins question que tu lui demandes à lui qui il a mordu. Même si tu te doutes bien qu'il se ferait un plaisir de te le dire si tu demandais, honnêtement.

Consommation:
 

---------------------------------------------------------------------------



Le Chaudron Baveur

Service pour Jude Hopkins



Ma question a l'air de faire remonter des souvenirs. Je suppose que s'il a commencé ses recherches, il est déjà allé poser la question, mais ça vaut le coup de demander, histoire de voir où il en est, s'il accepte mon aide. En fait, il faudrait sans doute vous rencontrer à un autre moment et qu'il te raconte tout ce qu'il a fait depuis le début s'il veut que vous puissiez avancer. Et le mieux serait qu'il soit sobre à ce moment-là, si tu ne veux pas passer la moitié de ton temps à essayer de faire en sorte qu'il se remette le lendemain de sa cuite.

Après un petit temps de réflexion, il demande un autre verre d'eau et des minis-pizzas, mais semble gêné de l'heure à laquelle il les demande. Heureusement, tu n'as pas encore vu Erymanthe partir, alors tu vas pouvoir lui demander. D'habitude, tu fais toi-même les plats pour tes clients si tu n'es pas trop occupée mais là, tu songes qu'il vaudrait mieux que vous continuiez votre discussion et que tu laisses faire la petite elfe de maison, qui ne demande qu'à aider.

Il ajoute qu'il y est déjà allé et qu'ils n'ont rien voulu lui dire. Tu fronces les sourcils, c'est bizarre ça. Ils n'ont pas été plus clairs que ça ? Soit il était trop jeune, soit les parents avaient décidé de ne rien dire, soit ils ne savaient pas, mais ils auraient du donner une raison, non... ? Il faudra tirer tout ça au clair.

- Pas de soucis pour les minis-pizzas. Notre elfe de maison, Erymanthe, est encore là, et ça ne la gênera pas du tout. Et si ça l'embête, je les ferai. Je reviens tout de suite.

Je récupère le verre et je vais le remplir d'eau avant de le reposer devant lui et de partir vers les cuisines. Effectivement, Erymanthe est toujours à son poste et cela ne lui pose aucun problème de faire l'entrée demandée. Elle semble même ravie de pouvoir être utile, c'est donc avec un grand sourire sur le visage que je reviens vers mon client.

- L'entrée arrive. Pour l'orphelinat... Ils ont évoqué une raison ? Ils t'ont dit pourquoi ils ne voulaient rien te dire ? Parce que juste ne rien vouloir dévoiler, c'est étonnant non ? Soit ils t'estimaient trop jeune, soit ils n'ont aucune info, soit ils n'ont le droit de rien dire, mais dans tous les cas, ils doivent pouvoir te dire pourquoi ils ne peuvent pas te donner d'informations, non ?

Il semble découragé mais moi, je me triture les méninges pour trouver d'autres potentielles raisons de refus. Ils voulaient sans doute protéger les parents du jeune homme, qui ne voulaient peut être pas être retrouvés, et ils avaient peur qu'il recherche plus d'informations s'ils lui répondaient qu'ils ne pouvait juste rien lui dire ?

Hm. Etrange.

Pour Jude:
 

Consommation:
 
Jude Hopkins
Jude Hopkins
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Le Comptoir - Page 4 Empty
Re: Le Comptoir
Jude Hopkins, le  Mar 28 Avr 2020 - 17:19

Lorsque Jude remarqua que la serveuse fronçait les sourcils, il en conclut rapidement que son discours ne tenait pas vraiment la route. Pourtant, c'était la vérité. Il s'était effectivement rendu dans l'orphelinat et l'unique réponse qu'on avait bien voulu lui transmettre, c'était qu'ils n'avaient aucune information à lui fournir. Mais finalement, n'était-ce pas un mensonge ? Il avait pensé à cette alternative que depuis peu et c'était la seule qui tenait le mieux la route. Un enfant ne représentait une menace pour eux. Peut-être que finalement, ils ne désiraient pas s'engager et prendre un risque ? Toutes ces questions tournaient en rond mais Jude avait comme un bon pressentiment ; il pensait être sur la bonne voie. Il devait donc retourner le plus rapidement dans cet établissement et se montrer plus coriace s'ils reprennent les mêmes excuses. Cette fois-ci, il n'allait pas hésiter à se montrer violent. Il se sentait enfin prêt à découvrir la vérité face à ce qui le tracassait depuis des années entières.

La serveuse accepta sa commande, cela lui allait faire du bien. L'alcool commençait légèrement à redescendre mais il ressentait encore les effets. Elle récupéra son verre pour le remplir d'eau puis se dirigea en cuisine, pour revenir rapidement et annoncer que l'entrée était en pleine préparation. Elle se demanda ensuite si l'orphelinat avait évoqué une raison pour ne pas accéder à la demande du serpent. Elle démontra sa surprise en ce qui concernait le fait de ne pas se prononcer sans pour autant donner une excuse. Elle proposa de nombreuses raisons, qui pouvaient être valables mais dans ce cas, pourquoi n'avaient-ils rien dit ? Ce n'était pas si cruel de dire à un enfant que c'était parce qu'ils n'y avaient pas accès, par exemple, ou que c'était interdit. Jude n'y avait pas songé, à son âge, il avait accepté le fait de ne pas avoir de l'aide de la part de l'orphelinat. Mais finalement, avec l'âge et la maturité acquise, il comprenait que tout cela ne semblait pas cohérent. Il se cachait forcément quelque chose derrière tout ça.

Elle repartit néanmoins vérifier si tout se passait bien en cuisine avant même que Jude ait l'opportunité de répondre et revint avec les minis-pizzas qu'elle déposa sur le comptoir.

« Ils ne m'ont rien dit. Et j'étais môme t'sais. J'ai pas pensé à tout ça sur le coup. », il attrapa une mini-pizza qu'il mangea directement, « Mais... », non, il n'avait pas fini de manger, il fit une courte pause pour tout avaler, « J'aimerais y retourner. On s'connaît pas mais j'ai besoin d'une personne ayant du recul si jamais ça d'vait dégénérer. Tu voudrais bien m'y accompagner ? »

Demandé comme ça, la proposition semblait surprenante, même inquiétante mais il espérait réellement qu'elle allait accepter.
Eileen I. Hilswood
Eileen I. Hilswood
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Le Comptoir - Page 4 Empty
Re: Le Comptoir
Eileen I. Hilswood, le  Dim 3 Mai 2020 - 23:45

[Réponse à Hughie]


Hugh lui promit une histoire incroyable, et elle ne fut pas déçue. C'était un récit épique, plein d'actions, de violence, de rebondissements, de course poursuite, de cascades, de bêtes sauvages, de héros et de fantômes, et des émotions, pleins d'émotions. Trop d'émotions. Ce pauvre petit Jean-Pierre.

La vie était décidément terriblement cruelle, et elle ne disait pas ça parce qu'elle avait siroté un fond de whisky durant toute cette histoire que que son alcool dans le sang dépassait à présent les trois grammes. On avait pu lire sur son visage comme un livre ouvert - un livre très empourpré disons-le - serrant les poings durant le combat contre la vieille dame, poussant une exclamation lors de la mention de son mari mort et réincarné, écarquillant les yeux quand le suspens était à son comble et Jean-Pierre caché dans les poubelles. Puis...

- Quoi ? Il est mort ? s'écria-t-elle, dans un volume mal-maîtrisé ce qui fit se retourner plusieurs clients vers eux avec des regards inquiets.

Alors, lorsque Hugh leva son vers pour un hommage posthume, Izsa se joignit à lui, pour une unisson presque parfaite (entendez, deux bonnes secondes décalage).

- A Jean-Pierre.

- A Jean-Pierre !

Et à présent, leurs voisins étaient entièrement convaincus qu'ils étaient en train de parler d'un être humain décédé récemment. Mais toute remarque ou tournée payée pour leur malheur ne risqua pas d'arriver : une serveuse s'approcha d'eux, leur demandant si tout allait bien. Izsa, un peu perdue entre la serveuse qui parlait à Hugh, Hugh qui parlait à la serveuse, Hugh qui lui parlait à elle (ça avait l'air d'être important mais à ce moment là elle était trop perchée pour tilter), Hugh qui reparlait à la serveuse...

- Nan bon ok en fait ça va pas. Déjà on a eu deux cocktails alors que y a qu’elle qu’en voulait un. Mais ça c’pas grave. C’est surtout que c’est pas bon. Enfin moi j’y ai pas touché mais déjà ça sent pas bon.

Ouh là, c'était pas très gentil ça. Izsa était d'accord, enfin sur le fond pas sur la forme, mais elle aurait jamais dit ça à voix haute. Même complètement bourrée. D'ailleurs, elle était complètement bourrée. Et elle s'en rendait compte. Aussi, elle fit l'une des choses les plus intelligente de faire dans ce contexte. Elle ouvrit la bouche, tentant de retrouver ses sensations pour articuler quelque chose de compréhensible, et dit :

- Est-c'que je pourrais avoir un verre d'eau ?

Car oui, même dans un brouillard d'alcool, Izsa avait un peu de maîtrise d'elle-même. Une maitrise d'elle-même qui lui disait de rentrer chez elle, boire 3 litres d'eau, manger des pâtes, prendre une douche et ne plus rien faire jusque midi du lendemain en espérant ne pas se faire tuer par un gueule de bois de fer. Bon, là elle avait juste une étape qu'elle s'apprêtait à achever. C'était mieux que rien. Je peux cependant vous garantir que sa gueule de bois serait bien pire que celle qu'elle aurait pu s'imaginer à ce moment.

- Moi aussi, dit-elle alors. J'ai vu de ces créatures sauvages. Certaines même plus terrible que Jean-Pierre. Ce qui était de premier degré, pour le coup. Jean-Pierre était terrible. Pour Ollivander's, pas pour ce fichu zoo qui prive les animaux de leur liberté. Où allait-elle avec cette histoire ? Ah oui. Une idée brillante. Brillante comme une nuit de nouvelle lune. S'tu veux, j’emmène. J'ai besoin de quelqu'un qui soit doué. Et toi, toi j'peux dire que t'as vécu... une vie. Traversé des trucs. Mesdames et messieurs, pour vos yeux ébahi : Izsa qui tente de faire des compliments tout en exprimant des pensées profondes. Un échec retentissant. On ferait une super équipe.
Harmony Lin
Harmony Lin
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Le Comptoir - Page 4 Empty
Re: Le Comptoir
Harmony Lin, le  Mar 5 Mai 2020 - 23:52

Réponse à Hugh et Eileen

Tu t'attendais à une réponse pas forcément positive étant donné la position des cocktails sur la table et les regards jetés vers eux, mais te faire quasiment complètement ignorer, ça tu ne t'y attendais pas. Il te dit que ça va comme l'air de dire "Va voir ailleurs si j'y suis" et t'ignore complètement par la suite, finissant sa conversation avec sa voisine de table. Tu as peut être choisi un mauvais moment ? Quand tu comprends d'ailleurs que la phrase ne t'est pas adressée, tu ne sais pas trop quoi faire. Partir ? Récupérer les cocktails ? Les laisser ? En tout cas, tu n'es pas voulue ici et tu l'as très bien compris.

Tu t'apprêtes à partir d'un pas incertain sans emmener les cocktails quand l'homme détourne ses yeux de sa compagne pour les poser vers toi, et soupire. Tu t'arrêtes alors dans ton entreprise et attend presque avec impatience d'avoir la réponse à ta question. Même si honnêtement tu la redoutes un peu étant donné le ton de sa dernière réponse. C'est le genre de client avec lequel tu ne veux pas passer trop de temps, parce que tu sens bien qu'après les quelques verres qu'il a du ingurgiter, et surtout après une erreur de votre part, il ne sera pas des plus aimables. Logique, en même temps ? Peut être, tu ne sais pas trop... En tout cas, ça n'est pas dans ton habitude à toi.

Il admet alors que ça ne va pas. Déjà, on avance. Il explique que deux cocktails ont été amené et qu'ils ne sont - a priori - pas bon, ou en tout cas ne sentent pas bon. Tu t'indignes intérieurement, étant donné que ceux-ci sont sur la carte de ton initiative, mais tu ne t'imaginais pas ce genre de personnes pour les consommer. Une fleur d'amour, un ensemble de jus aux doux parfums, ça n'est pas exactement pour le même type de consommateurs que ceux qui commandent des bouteilles de Whisky Pur-Feu.

Puis la femme intervient. Tu t'attends presque à ce qu'elle poursuive en ajoutant qu'elle aussi a trouvé le cocktail pas bon, mais à la place, elle te demande un verre d'eau. Et effectivement, quand tu la regardes plus attentivement, tu te rends compte qu'elle a déjà l'air d'avoir un peu bu.

Tu soupires intérieurement et rassemble ton courage pour sourire doucement et être la plus aimable possible et faire en sorte qu'ils quittent satisfaits cet établissement. Il faut les faire revenir, même si ça nécessite d'être gentille alors que le client ne l'est pas. Et puis, tu en as déjà croisé des pires... Alors bon. Surtout que la cliente a plutôt été aimable, même si elle a l'air passablement bourrée.

- Bien sûr, je vous apporte un verre d'eau tout de suite. Voulez-vous que je débarrasse les cocktails ?

Tu te tournes vers la femme à la table - celle qui a commandé le cocktail a priori.

- Et si vous voulez en choisir un autre, n'importe lequel sur la carte, je vous le fais et je vous l'apporte, sans aucun frais pour vous. Pour nous faire pardonner de notre erreur.

Elle vient de demander un verre d'eau, donc tu n'es pas sûre qu'elle sera intéressée par un nouveau cocktail, mais tu préfères proposer au cas-où. Pour autant, étant données les circonstances, tu tournes alors ton regard vers l'homme pas tout à fait poli afin de lui signifier que l'offre tient aussi pour lui, que sa compagne en veuille un ou non. Cela vous fera peut être perdre un peu d'argent, mais s'ils reviennent plus tard, ça vous sera bénéfique. Tu es sûre qu'Azénor serait d'accord avec toi.

Pour Hugh et Eileen :
 


------------------------------------------------------------------------

Réponse à Jude Hopkins

Alors qu'il réfléchi probablement à tout ce que j'ai dis, je me fais la réflexion qu'Erymanthe doit avoir fini la préparation de l'entrée, et je pars donc vérifier cela. Effectivement, à peine arrivée en cuisine, je vois notre Elfe de maison me tendre le plat avec un sourire, l'air heureuse d'avoir pu effectuer une dernière commande. Je la remercie et repart avec l'assiette rapidement avant de les placer sur le comptoir en face de mon client quand j'arrive.

Il semble alors avoir assez réfléchi, puisqu'il répond déjà à une question importante : il était jeune quand il leur a demandé. Ça vaudrait donc le coup d'éventuellement aller leur poser de nouveau la question. Et cette fois-ci, s'ils ne souhaitent toujours rien dire, il pourrait leur demander pourquoi. Sans être violent, ni menaçant, juste afin d'avoir une réponse sur le pourquoi du comment ils ne peuvent rien dire.

Il mange une mini-pizza et je souris de satisfaction de le voir manger comme ça - il souffrira moins demain matin comme ça -. Mais il veut continuer à parler, et les deux ne sont pas compatibles, alors il se stoppe quelques instants et je ne dis rien, attendant simplement qu'il finisse sa bouchée en essuyant un verre qui me restait à nettoyer.

Il poursuit alors en disant qu'il aimerait y retourner et me propose de venir avec lui, si jamais ça devait dégénérer. Une chose est sûre, si tu acceptes, tu ne laisseras pas ça dégénérer. Tu feras tout ce qui est en ton pouvoir pour avoir les informations sans blesser qui que ce soit. Car il ne le sait peut être pas mais toi tu soignes les gens, tu ne les blesses pas. Pas volontairement.

Pourtant, même si la demande pourrait paraître étrange étant donné que c'est la première fois que vous vous parlez et qu'à la base, c'était juste un gars bourré venu s'installer dans le bar où tu travailles, tu as envie d'accepter. Parce que quelqu'un a été là pour toi. Parce que tu as eu cet acolyte quand tu en avais besoin. Et tu as envie de rendre la pareille.

- Oui, avec plaisir ! Par contre, je te préviens, j'aimerais que ça ne dégénère pas. Je ne tiens pas à blesser quelqu'un, ce n'est pas mon genre. Donc si tu recherches quelqu'un pour t'aider à leur tirer les vers du nez par la force, je ne suis probablement pas celle qu'il te faut. De ce que je vois, ce n'est probablement pas du tout ce que tu veux, mais je préfère te prévenir.

Tu as un air bien plus sérieux sur le visage que quelques instants auparavant. Tu tiens à ne blesser personne, à ne pas faire de mal, à améliorer la vie des gens, pas à la rendre plus moche. Alors l'aider pour son enquête, tu en as envie, mais si sa méthode ne te convient pas, alors il devra chercher un autre détective en herbe.

Tu ne trahiras pas tes principes pour lui.
Historia K. Helsing
Historia K. Helsing
Serdaigle
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le Comptoir - Page 4 Empty
Re: Le Comptoir
Historia K. Helsing, le  Dim 31 Mai 2020 - 21:22

Jennifer Wilson
Saison 31, printemps


C'est ma dernière année à Poudlard, et c'est uniquement maintenant que je mets un pied dans un bar. Mais qu'avais-je fait ces dernières années en dehors d'étudier ? Probablement rien, enfin je n'avais lié aucune connaissance. C'est quelque chose de nouveau pour moi, je ne suis pas timide ou même renfermée, je sais parler, plaire... mais avoir une conversation avec quelqu'une sans arrière pensée ? Sans but ultime ? Devoir être...moi et ne pas jouer un rôle ?C'est quelque chose que je ne connais pas. M'enfin je ne vais pas me prendre la tête, c'était juste histoire de discuter et de parler de cours. Cette fille est une Serdaigle après tout.

Je prends place à une table, silencieusement observant le décor autour de moi. C'est plutôt mignon, et chaleureux ça donnerait presque envie d'y passer des heures. Il y a quelques étudiants que je connais, habitués des bars et de ces conneries, se precipitant dedans à chaque temps libre. C'est pour moi une perte de temps, il y a tellement mieux à faire que de rester languir à une table. Le temps libre doit toujours être mis à profit, les gens n'ont vraiment aucune ambition.

Je ne sais pas dans combien de temps elle va arriver. On s'était donnée rendez-vous d'une façon expéditive, histoire de terminer ce goûter pris en cours de façon rebelle. Je vais attendre qu'elle arrive pour commander, sûrement de l'alcool avec une petite douceur. J'ai un penchant pour l'alcool, ça m'aide à me détendre après une journée.
Contenu sponsorisé

Le Comptoir - Page 4 Empty
Re: Le Comptoir
Contenu sponsorisé, le  

Page 4 sur 4

 Le Comptoir

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.