AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
-50%
Le deal à ne pas rater :
SanDisk Clé USB 3.0 256 Go
32.99 € 65.99 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk
Page 6 sur 9
Le comptoir
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard

Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Azaël Peverell, le  Dim 5 Avr - 22:20

Au moins, elle a l'air de comprendre le principe du secret. Une bonne chose, t'espères qu'elle ne va pas lâcher le morceau sans même faire exprès. Mais quand même, tu penses pouvoir lui faire confiance, elle a l'air un peu plus futée que ton pote. Du moins ce serait bien pour elle. Elle file à travers les rayons pour te trouver ce que tu veux, et ne tarde pas à faire léviter l'objet de tes désirs jusqu'à toi. Enfin, jusqu'au comptoir. Parfait. Elle te dit qu'ils vont en recevoir d'autres, mais tu t'en tapes un peu, tu préfères repartir avec directement parce que t'as pas l'intention de revenir. C'est que ça fait vraiment désordre de traîner dans le coin pour un Auror.

- C'est parfait, je te le prends.

Tu commences à fouilles tes poches pour sortir quelques pièces pour payer ton achat, tandis qu'elle te demande si tu sais comment ça fonctionne. Elle te prend pour un bleu ou quoi ? T'en as déjà eu, simplement pas avec Arty. D'ailleurs, tu pourrais peut-être utiliser celui que tu as avec Leo pour essayer d'obtenir quelques nouvelles, ou au moins savoir s'il est en vie. Mais t'as un peu la flemme. Après tout, s'il veut te contacter, il peut bien le faire lui, pas vrai ? Toi, si tu lui parles, ce sera pour l'engueuler, ça risque de pas être très productif. Bref, tu hoches légèrement la tête.

- Ouais, t'inquiète, j'en ai déjà eu.

Tu déposes les pièces nécessaires sur le comptoir et récupère l'objet sans même attendre qu'elle l'emballe. Tu vas demander à Balthazar de trouver un papier cadeau avec des pirates dessus pour l'emballer, pour sûr qu'Arty sera content avec ça. Pas besoin de plus.

- Je t'embête pas plus longtemps, on se voit sûrement ce soir !

Et tu repars comme t'es venu, sans chercher à discuter davantage.

Départ d'Aza, merci !
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Occlumens (Niveau 3)


Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Alhena Peverell, le  Sam 18 Avr - 17:54

ft Lore

Elle avait les trois Polynectar et la boussole, mais à bien réfléchir, en fait il lui manquait d'autres choses. Pendant quelques secondes elle pensa à quelqu'un en particulier, peut-être qu'elle avait envie de lui faire passer un message. Elle soupira, elle n'aimait pas embêter les vendeuses plus que nécessaire mais tant pis. La jeune fille allait devoir chercher encore quelques articles, enfin elle supposait si ce qu'elle voulait était toujours en stock. En fait, non désolée, je n'ai pas fini. J'aimerais beaucoup une cape d'invisibilité, une cape en peau de Grapcorn, une Glace à l'ennemi, une Pensine et... un Oeuf de dragon. Elle déglutit un instant. Elle savait d'avance que ça paraissait bizarre et que c'était une grosse dépense mais quand il fallait faire un truc, il était temps de mettre le prix. C'est pas comme si de toute manière, elle avait de l'argent qui dormait dans les coffres de sa maison et de Gringotts. Je vous dois combien maintenant ?


Historia K. Helsing
Historia K. Helsing
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Vampire


Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Historia K. Helsing, le  Dim 26 Avr - 18:53

C'est la première fois qu'elle vient dans cette partie du chemin de Traverse, L'allée des embrumes, on en entend des légendes sur cet endroit. Mal fréquenté, dangereux, magie noire, qu'il ne fallait pas être aperçu là-bas...mais Historia n'était pas du genre à se résigner pour ci peu et s'en fichait de ce qu'on pouvait penser si on l'a voit ici. Les gens ont la critique bien trop facile, et elle était quelqu'un qui préfère juger par elle même. Et son impression en traversant l'allée ? Et bien ce n'était pas à ses yeux l'endroit le plus certain, mais ce n'est pas non plus aussi dangereux que la foret interdite. Et elle avait connu des endroits moldus encore bien pire. Bef, il vaut mieux passer son chemin et croiser le regard de personne, tu avais plus de chance d’être tranquille.

Elle pénètre donc dans la fameuse boutique, l'atmosphère y était lourde et pesante, et c'était calme bien trop calme pour un commerce. Elle se racle doucement la voix pour signaler sa présence, pas très à l'aise ici, mais néanmoins fascinée par les objets en vitrine. Il y avait vraiment de tout, mais elle prend bien garde de s'en tenir éloignée, sait-on jamais il y a bien des livres qui te sautent à la gueule donc bon...Elle s'avance vers le comptoir arrachant son regard du reste, il ne vaut mieux pas se laisser tenter. Alors, accoudée dessus elle attend patiemment...qu'un sorcier pas trop étrange si possible fasse son arrivée.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Loredana Wildsmith, le  Ven 1 Mai - 10:20

Alhena

Il est vrai que je m’attendais à ce que ce soit la fin. Polynectar, boussole, c’était en moyenne le nombre d’articles par tête. De manière générale, lorsque le total était annoncé, il était rare que les sorciers s’attardent davantage. Ils payaient et déguerpissaient. Si l’on essayait de rendre la boutique moins effrayante malgré tous les mystères et malédictions, la clientèle, elle, n’évoluait pas vraiment. Mais cette jeune femme ne semblait pas encore décidée. Semblant perdue dans ses pensées, je fais mine d’occuper mes mains, replaçant les articles dans un ordre bien précis et dans le même sens – un genre de trouble obsessionnel compulsif – attendant la fin de la réflexion sans avoir à la fixer du regard de manière gênante et insistante. Aussi, je ne peux m’empêcher de hausser un sourcil en entendant ses nouvelles envies. Réels besoins ou achats compulsifs ? Je l’ignorais et m’en fichais. Quoique j’aurais aimé assister à la sortie du bébé dragon. Même après un an passé à la Boutique d’Animaux Magiques, jamais une telle chose s’était présentée devant mes yeux. Boutique d’Animaux Magiques…
Je me mets à sourire bêtement. Ça y est, je me rappelle d’où je vous connais. Comme si toutes les minutes qui s’étaient écoulés depuis que la cloche de la porte avait retenti, avaient servi à me rappeler d’où ce visage m’était familier. Tout en faisant léviter la Cape en peau de Grapcorn, jusqu’au comptoir, continuer la conversation. J’suis Loredana Sparks, j’ai travaillé à la Boutique d’Animaux Magiques il y a quelques années. J’ignore si…elle se souvenait. Après tout, j’étais partie peu après son arrivée. Quelques jours, semaines peut-être.

Malgré la mauvaise humeur qu’avait créé la venue de Theya, c'est avec un sourire et de vifs gestes que je me dirige vers la Pensine que je prends sans magie, la peur que le sortilège ne la brise – peur injustifiée, en somme. Je fais de même avec la Glace à l’ennemi. En réalité, il y avait ce besoin d’être en mouvement, de se déplacer afin de chasser les mauvaises pensées. De quoi donner le tournis, tant pis. L’œuf se trouve en réserve, en attendant, vous pouvez regarder les capes d’invisibilités, je montre le rayon du doigt, on a plusieurs modèles alors… je hausse les épaules, pas spécialement convaincue que l’esthétisme de la cape était essentiel puisque l’important était lorsque l’on ne la voyait pas. C’est dans cette réflexion, les sourcils légèrement froncés que je me dirige vers la réserve à la recherche du dernier article demandé par la Dame. L’endroit regorge d’articles ne se trouvant aucunement dans la boutique. Seuls les clients connaisseurs ou attentifs au catalogue demandaient ce genre d’objets ; certains tout à fait banals, d’autres ayant une valeur bien plus importante. Si l’argent avait eu une grande importance, des dollars cartoonesques auraient remplacé mes yeux durant cet instant où je m’emparais de l’œuf de dragon.

De retour au comptoir, je pose la trouvaille avec une grande délicatesse avant de faire le calcul. On est à 280 Gallions, ce sera bon pour vous ? Une somme oui, mais quand on avait de l’argent ce n’était probablement rien. C’était peut-être son cas, allez savoir. Que faisait-elle aujourd’hui ? Je savais Lara et Theya seule à la BAM, mais poser la question serait complètement déplacé. Si je n’étais pas le genre à avoir la langue dans ma poche, c’était un comportement que je conservais derrière l’oreille lorsque je me trouvais derrière ce comptoir.

Historia

C'est cachée dans un des rayons à ranger que j'avais entendu la cloche retentir pour annoncer l'arrivée d'un sorcier ou plutôt d'une sorcière. Un raclement de gorge tandis qu'elle se dirige vers le comptoir. Il me faut quelques secondes pour me rendre compte qu'il s'agissait là d'une jeune personne, probablement encore étudiante. Léger soupir discret ; la dernière fois que j'avais servi une étudiante, c'était limite si elle ne tremblait pas de peur. Si j'avais poussé dans ce sentiment-là, elle aurait fini par partir en courant. Mais mon amusement n'allait pas jusque-là - pas encore. Non, je tenais au moins à terminer les achats. Si le métier de vendeuse n'était pas vraiment une chose dans laquelle je m’épanouissais, il était important de passer cette étape. Et puis, j'étais maintenant Gérante, j'étais l'image de cette boutique.

Alors d'un pas rapide et sûre de moi, je me dirige vers le comptoir non sans un bonjour à la cliente dos à moi. Une fois à ma place, face à la Demoiselle, je remets quelques parchemins à leur place avant de demander en quoi puis-je t'être utile ? Question banale et répétitive. Je devais la poser une bonne cinquantaine de fois par jour lorsque les clients étaient incertains. Pour d'autres, c'était bien plus simple : J'arrive, je prends, je dépose, je paye et au revoir. J'aimais ce genre de personne.
Castielle Colt
Castielle Colt
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Castielle Colt, le  Sam 2 Mai - 10:53

Saison 30 - fin du printemps

~ avec un ou une maîtresse des potions



On n'est jamais mieux servi que par un·e pro !


L'année touchait à sa fin et Castielle sautait sur la moindre occasion de sortir. Les ASPIC l'angoissaient plus que ce qu'elle l'aurait cru et de plus en plus l'appel de la mer lui creusait le ventre et la tête. Elle avait la terre qui lui brûlait les pieds et la perspective de partir à l'autre bout du monde une fois son diplôme en poche (avec autant de EE que possible dessus) restait son seul réconfort pour le moment. Un phare à ne pas quitter des yeux sous aucun prétexte de peur de se noyer. Alors quand la direction Poufsouffle avait mit en place un petit jeu pour le mois d'avril, elle avait volontiers donné de son temps dans cette distraction bien venue. Et maintenant qu'il fallait aller chercher les lots des vainqueurs, c'était bien entendu elle qui s'était porté volontaire !

Castielle avait rarement l'occasion de faire ses courses chez Barjow&Beurk. Elle était plutôt une cliente fidèle des Halles, dans un coin un peu plus lumineux du Chemin de Traverse. C'est donc avec grande curiosité qu'elle poussa les portes du magasin pour entrer dans cet antre si connu (pas toujours en bien) de l'allée marchande la plus célèbre d'Angleterre.
Sitôt entrée, son regard sautille de tous les côtés : potions, ingrédients, objets bizarres, vitrines et étagères, tout était dévoré des yeux avec intérêt. Son lunettes passèrent par plusieurs couleurs en fonction de si elle trouvait ça amusant, génial, inquiétant, parfait pour telle ou telle pensée peu avouable en présence d'une autorité,... Mais ce qui lui fit le plus d'effet était les armes alignées sur leur présentoir, de quoi réveiller la chasseuse qui sommeillait en elle depuis qu'elle avait débarqué en Europe.

Arrivée au comptoir, Castielle savait quoi dire et demander. Elle était là pour une raison précise après tout ! Pourtant, la monture de ses verres se colorant petit à petit en un sorte de bronze doré, ses yeux noisettes ne cessant d'être attirés par ce présentoir.
« Bonjour, euh. Il me faudrait une fiole - non - deux fioles de Traductus à faire livrer à la Salle Commune des Poufsouffle, à Poudlard. S'il vous-plaît. »
La boutique offrant de préparer les potions par un maître en la matière, la direction avait estimé que c'était plus prudent que de faire confiance à quelqu'un d'autre, aussi doué en potion soit ce quelqu'un d'autre. Ce qui est sûr c'est qu'on n'allait pas lui demander ça, à elle, toute préfète qu'elle était. Et puis pour un lot-cadeau, ça semblait plus logique comme ça.

La sorcière se mordit l'intérieur de la joue pour ne rien ajouter d'autre. Elle avait déjà dépensé tellement d'argent de la maison cette année, il fallait qu'elle se calme sur la fièvre du porte-monnaie, surtout quand c'était pas ses propres gallions qui dormaient dedans !
Historia K. Helsing
Historia K. Helsing
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Vampire


Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Historia K. Helsing, le  Dim 3 Mai - 19:36

Qu'est-ce que c'était que cet objet ? On dirait un poignard mais en un peu plus glauque...cette boutique est vraiment la plus étrange qu'elle a eu le loisir de découvrir. La deuxième devait être l'autre là, avec la vendeuse bizarre, c'était quoi son nom déjà ? Mais pas le temps de pousser la réflexion plus loin qu'une voix féminine la sort de son interrogation. Historia la regarde brusquement, de ses grands yeux bleus, mais elle ne peut s’empêcher au plus profond d'elle d’être un peu déçue, cette vendeuse était banale. Elle s'attendant à une sorcière un peu étrange, au regard perçant possédant probablement le don de parler aux serpents ou de savoir exactement pourquoi tu étais là. Enfin c'était peut-etre le cas de la brune en face d'elle, mais ça serait surprenant.

- Hum oui bonjour. Je suis venue acheter une cape d’invisibilité. J'ai entendu dire qu'il y avait plusieurs modèles mais je m'en fiche un peu de ce détail, vous n'avez qu'à choisir celle qui m'ira le mieux.

M'enfin de toute façon, si la cape fonctionne personne ne pourrait voir si ce vêtement la met en valeur. Elle regarde nerveusement autour d'elle, il y avait quelques choses de terriblement gênant dans cette boutique, elle a l'impression d’être observée. Alors Historia enchaine rapidement, histoire de ne pas ressentir cette tension et aussi de faire de cet endroit une place un plus...chaleureuse ? Au moins pour quelques instants.

- J'ai entendu dire que vous avez des œufs de dragons, c'est vrai ? Et vous avez des œufs de basilics ?


Bon la jeune femme ne compte adopter ni l'un ni l'autre, mais si l'envie le lui prenait dans un futur proche, elle saurait où se rendre sait-on jamais....
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Artemis Wildsmith, le  Sam 9 Mai - 16:09

Madame Loredana Wildsmith
Saison 31 - Début de l'été - Suite d'ici.


Il avait directement transplané dans l'Allée des Embrumes. Même son crac avait été beaucoup moins fringant que d'ordinaire. Il y avait dans les pas du Wildsmith, la morosité de sa rencontre avec Riley. Il aurait pu marcher, évacuer de ses boucles la sueur maussade, mais il avait préféré se jeter directement dans le noir tourbillon, espérant par là que son estomac le retourne plus que son cœur. Restés accrochés à ses rétines songeuses les images de sa sœur en colère, boudeuse et puis envolée. Elle ne lui avait pas pardonné, absolument absolument pas ; même l'évocation du plan ne l'avait pas grandement fait sourire. A n'en rien comprendre, la bêtise qu'il avait faite ce soir-là en l'abandonnant lâchement sur un trottoir londonien continuait ainsi de les ronger, tous les deux. Et le voici comme une vague silhouette abattue parmi tant d'autres dans la fameuse allée glauque, Riley avait mis fin à leur rencontre, comme ça, brutalement, un coup de règle en ferraille sur les doigts, et avait quitté le salon de thé. Comme ça. La simplicité de l'entrevue dénuée de toute vague d'émotion affective, c'était ce qui lui écrasait le plus la poitrine. Ils auraient pu être des cousins éloignés que c'eût été exactement la même chose, voire même pire, des cousins éloignés de dix-huitième génération, en réalité, une relation vite écrabouillable qui ne représentait absolument rien.
Ça rendait le Fripon amer, tout simplement. Entre culpabilité d'avoir autrefois blessé Riley et écœurement d'être presque rejeté - le cœur se balance, à lui donner la nausée. Ou était-ce tout ce qu'il avait avalé cette après-midi. Enfin, toujours est-il qu'évidemment, c'est tout mollasson qu'il fait sonner la clochette de Barjow & Beurk, et sans un seul regard vers les rayons ni vers l'éventuelle présence d'autres clients, Arty se dirige vers le comptoir. Là, les boucles tristounettes se collent au bois tandis que le front s'écrase, petit être avachi. Attendre que l'Amoureuse vienne jusqu'à lui, avec pourquoi pas une petite cuillère colorée pour le ramasser. En priant très fort pour que ce ne soit pas la Borgne qui vienne l'embêter.


Dernière édition par Artemis Wildsmith le Sam 9 Mai - 18:23, édité 1 fois
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Loredana Wildsmith, le  Sam 9 Mai - 17:48

Historia

Les capes d’invisibilités. Décidément, ça devenait à la mode depuis quelques temps. Je n’arrêtais pas d’en vendre. Certains choisissaient avec précautions, d’autres comme cette Blonde aujourd’hui, se contentaient simplement de s’en tenir à la magie dont elles faisaient preuve, oubliant totalement l’esthétisme. Si j’étais plutôt d'accord sur ce point, je l’étais un peu moins en ce qui concernait le fait qu’elle me prenne pour sa styliste. Tout en la regardant, un grand sourire forcé et les yeux virant au rouge, j’utilise ma baguette pour faire venir une cape jusqu’à nous, sans même la regarder, ni vérifier si c’était celle qui lui irait le mieux. Une fois sur le comptoir, je frappe fort comme pour conclure une vente aux enchères : vendu ! Celle-là fera amplement l’affaire sur toi. Si elle s’attendait à ce que je dise elle fait ressortir tes yeux ou elle te va au teint ou d’autres blabla absolument barbants, elle se mettait le doit dans l'oeil. Ce n'était pas le genre de la maison.

Comme si cela ne suffisait pas, la voilà qui parlait d’œufs de Dragons, mieux encore de Basilics. Des choses qu’elle n’aurait pas dû connaître sans feuilleter le catalogue et elle était trop jeune pour connaître la boutique comme sa poche. Et bien si tu as entendu dire, c’est peut-être vrai ! Les idiots qui se fiaient aux dires des autres. Mais c’est interdit à Poudlard, tu le sais au moins ? J’étais sérieuse. Après tout, j’étais la première à ne pas prendre connaissance du règlement lorsque j’étais élève, mais il n'était pas compliqué de savoir quels animaux étaient autorisés et ceux qui ne l'étaient pas. Mais j’avais été assez intelligente pour devenir préfète quelques mois. Pas mal, n’est-ce pas ? Bref à part la cape, autre chose peut te faire plaisir ? De nouveau, un grand sourire s’affiche sur mes lèvres. La politesse restait une règle d’or.



Mister Artemis Montgomery Wildsmith tristounet 😭

C’était l’heure creuse de la journée, l’heure de la pause, l’heure où les gens s’arrêtaient dans les bars, les Auberges, chez les Glaciers ou qui se contentaient de s’adosser contre un mur à discuter devant les boutiques vides. Non, on ne pouvait pas dire que Barjow & Beurk grouillait de monde ce jour. Le matin avait été bien plus rentable. La douceur du début de journée, poussait les sorciers à s’aventurer sur le Chemin de Traverse et parfois au niveau de l’Allée des Embrumes. Faire leur petit shopping ennuyeux et passer l’après-midi aux activités plus divertissantes qu’une virée dans une boutique « maudite ». Malgré tout, cela ne m’empêchait pas de m’occuper comme je le pouvais en attendant la nuit tombée pour fermer et vite retrouver Pré-au-Lard. Un petit tour dans la réserve, réceptionner quelques livraisons, concocter deux ou trois potions et ranger les rayons, comme j’étais en train de le faire actuellement. En plus d’être inutilement nombreuses, les capes d’invisibilités étaient probablement les objets les plus touchés, regardés, essayés. Certains petits étudiants malins tentaient même parfois de se recouvrir entièrement et de quitter la boutique ainsi vêtus. Évidemment, c’était sous-estimer ma capacité d’observation. De manière générale, je demandais à ce que la tête dépasse. Simple mesure de précautions. Mais les petits fripons se rétractaent rapidement devant les menaces dont je faisais preuve pour les dissuader de voler. Après tout, qui c’est ce qu’il pouvait y avoir au sous-sol ? Ça m’amusait, même si ça n’aidait pas vraiment la boutique à se faire une nouvelle réputation.

C’est un sourire aux lèvres à cette pensée que la clochette retentit. Je ne regarde pas tout de suite, mais je peux entendre un pas traînant, lent, peut-être quelqu’un de blessé ou simplement de très fatigué ou très vieux, c’était au choix. La baguette ayant rangé la dernière cape, je presse le pas pour me diriger vers le comptoir. Là, de dos, je le reconnais, avachi sur le comptoir. Je comprends rapidement que quelque chose ne va pas. Sans réfléchir, je me dirige doucement vers Arty, le sourire avait complètement disparu. Il était bien trop triste en ce moment, cela me rendait triste tout autant. J’aimerais pouvoir faire quelque chose pour lui, plus que ce que je faisais déjà. Pour l’instant, simplement arriver derrière lui pour l’enlacer en silence, poser ma tête prés de la sienne sur le comptoir. Je reste comme ça, silencieuse quelques secondes, parce que les mots n’avaient pas toujours leur place. Pourtant, je m’approche de son oreille pour murmurer qu'est-ce qui se passe Arty ? Sans relâcher ma prise, le cœur déchiré de voir ce corps fatigué, sans cesse déçu depuis quelques jours. Le Kiwicot avait ses vertus curatives, mais elles restaient éphémères. Et oui, la réalité était bien plus dure à assumer.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Artemis Wildsmith, le  Sam 9 Mai - 22:12

Madame Loredana Lydia Wildsmith réconfortante 😇


Du bas de l’échine jusqu’en haut, un chaleureux frisson. Une immense inspiration soulagée en sentant derrière lui se glisser l’Amoureuse, il laisse quelques instants l’étreinte lui insérer un peu de lumière dans la poitrine avant de se retourner doucement, s’accouder au comptoir en laissant ses doigts soucieux sillonner dans les ondulations de la jeune femme.
C’était un état qu’il abhorrait, être amorphé par les agitations de son cœur, tout tout flasque. Brrrr. Ça lui tremblote les côtes – il n’a vraiment pas l’habitude. Toujours le même turlupinement, lorsqu’on s’attachait, lorsque de jolis fils dorés étaient créés entre des personnalités qui se rencontraient, par hasard, par coïncidence, par fraternité.  

Il finit par entrouvrir la bouche, murmurer tout doucement pour ne pas réveiller les abracadabrants articles sur les rayonnages ; aussi parce qu’il était férocement embarrassé. Arty n’avait pas l’habitude de ne pas être apprécié, ou alors, c’est qu’il l’avait voulu, souhaité ardemment, les ennemis étaient toujours cajolés. J’ai vu Riley aujourd’hui. Elle m’en veut, et j’peux pas lui en vouloir de m’en vouloir, elle a pas voulu de ma glace, elle me l’a écrasée sur la joue – une humiliation, en plus d’être un innommable blasphème– on a un peu parlé, c’était. Il ne trouve pas de mots, il sait pertinemment qu’il ressemble à un enfant capricieux dont la journée d’été ne s’était pas déroulée tout à fait comme prévue. C’était tendu. Et il se devait dorénavant de marcher sur cette corde fragile pour éviter qu’elle se brise et emmène avec elle la sœur. Des efforts, des tonnes et des tonnes d’efforts, de la gentillesse, de la politesse, de la courtoisie, accumuler sur la silhouette de Riley toutes ses qualités artyesques pour qu’elle accepte encore et encore de lui parler. Parce que derrière les boucles inquiètes, il y avait maintenant cette idée, une fois que l’Adolescente aurait ses réponses, sa famille, qu’en serait-il de la fraternité ? Elle lui tournerait sûrement le dos, après ce qu’il avait fait. Sachant qui il était.

Ne pas y penser. Cela restait toujours la meilleure solution, se concentrer sur le maintenant du présent, j’viens acheter une fiole de Felix bidule. On ira bientôt là-bas. Avec tous les chagrins que cela provoquerait.
Historia K. Helsing
Historia K. Helsing
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Vampire


Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Historia K. Helsing, le  Dim 10 Mai - 12:32

D'un coup de baguette, une cape sort rapidement du rayon, tellement rapide qu'Historia l'aperçue en coup de vent. M'enfin elle pouvait bien avoir des éléphants roses, ou l'emblème de gryffondor ça lui aurait été égal. Hum enfin peut-etre pas pour l'emblème de gryffondor. Elle ne peut s’empêcher de remarquer les sourires forcés de la commerçante. Elle les faisait presque aussi bien que moi dis donc, elle devait avoir pas mal expérience dans la vente, Songea-t-elle. La blonde n'en a pas, mais c'est son expérience au sein de sa bonne famille de moldue qui lui a appris l'art du sourire. Se dirigeant elle aussi vers le comptoir elle sort sa bourse sorcière de sa poche, car oui elle en avait deux, une contenant de l'argent moldue et l'autre l'argent sorcier. Elle pose l'argent sur le comptoir avant de répondre, amusée de l'agacement de son interlocutrice.


- Oui oui, je sais. Mais il y a beaucoup de choses interdites à Poudlard, probablement pire que ça, et pourtant...Elle hausse les épaules préférant ne pas finir sa phrase, et prend la cape qu'elle plie soigneusement dans son sac. Non, je venais juste pour ça, merci et au revoir !


Elle se détourne rapidement sans un regard vers la brune, la sorcière avait cru voir pendant un instant ses yeux virer aux rouges tout à l'heure, mais elle avait fait mine de rien comme à son habitude, ne voulant pas perdre la face. Mais elle n'est pas sujette aux hallucinations, bien qu'elle ne sait absolument pas la cause de ce changement dans son regard, quelque chose lui dit que sa présence devait y être pour quelque chose. Décidément qu'importe où elle passe elle a ce magnifique don, c'était presque devenu naturel. M'enfin, cette vendeuse fait peut-etre plus honneur à la boutique qu'elle ne le pensait.
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Occlumens (Niveau 3)


Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Alhena Peverell, le  Mer 13 Mai - 20:43

Ah... La jeune fille venait de la reconnaître. Alhena n'était pas certaine que ça soit une bonne chose. Mais maintenant qu'elle le disait, c'est vrai que ça lui rappelait vaguement un truc. Si, vous me dîtes quelque chose. Mais, je ne vous ai pas plutôt eu comme élève ? Je suis Alhena Peverell. Enfin peu importe. Un léger sourire à la jeune fille, histoire de dire passons à autre chose, nous ne sommes pas là pour devenir ami. La brune avait plein d'autres trucs à faire.

Peverell écoute d'une oreille ce que lui dit la vendeuse. Choisir sa cape d'invisibilité ? Euh... l’esthétique était-elle importante, vraiment ? La brune fronça des sourcils et s'en alla regarder. Elle contempla rapidement et en prit une au hasard, elle était censée être invisible, la couleur lui importait peu vraiment. Celle-là. Alhena posa la cape à côté du reste.

En entendant le montant, elle ne fût pas surprise. De toute manière, c'est pas comme si elle avait plein d'argent qui dormait à la banque. Ce n'était clairement pas un souci. Oui, c'est tout bon. Sans plus attendre, elle dépose les Gallions sur le comptoir et la salua poliment avant de disparaître avec ses artefacts.

Voilà, ça c'était fait.

Fin du RP

Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Loredana Wildsmith, le  Mer 13 Mai - 23:10

Artyyyy


Les secondes s’étirent, se rallongent, s’éternisent. Je ne bronche pas, lui laisse le temps parce que brusquer n’était pas vraiment la solution dans ce genre de situation. Au bout de quelques instants, il se retourne, triste, une petite mine. Je comprends rapidement qu’en plus de tout ce qu’il avait appris récemment, autre chose semblait le chagriner. Au fond de moi, les pensées s’agitent, me demandant à qui je devais tordre le cou. Mais je reste silencieuse, ne dis rien, le laisse s’exprimer sans chercher à l’interrompre. Il s’agissait toujours d’un problème de famille, d’une sœur nouvellement découverte qui ne semble pas accepter la situation. Je me souvenais de cette histoire, il était parti, l’avait laissée livrée à elle-même après avoir découvert qu’ils faisaient partie de la même famille. Si je le soutenais à cent pour cent, je ne pouvais m’empêcher de penser qu’il avait fait une erreur. Mais il en était conscient. Il avait agi sous l’émotion et je savais que trop bien qu’il avait parfois cette tendance à fuir lorsque la situation le dépassait.

Malgré tout, il avait essayé, même si cela s’était terminé avec une glace sur le visage. Je n’avais pas vraiment de réponses, ni de conseils à donner. S’il y avait bien un sujet que je ne maîtrisais absolument pas, c’était celui qui concernait la famille. Fille unique, je n’avais jamais connu ma mère, vivais avec un père fantôme et une tante qui avait endossé le rôle de marâtre à la perfection. Arty était ma seule famille désormais. ; nouvellement construite, je n’étais que novice. Tu as essayé. Je passe une main dans ses boucles, elle a peut-être besoin de digérer, besoin de temps. Sans réelle transition, il m’annonçait la réelle raison de sa venue : le Félix Felicis. La solution que j’avais proposée pour qu’il réussisse le sort compliqué qu’il avait trouvé, celui qui se trouvait sur le morceau de papier. J’étais contente d’avoir été utile sur ce point. Je me sentais majoritairement impuissante face à tout cela et il l’avait peut-être senti lorsqu’il avait débarqué à la Cabane en colère, les traits déformés par la douleur et le goût alcoolisé sur ses lèvres. Je hoche alors la tête, bouge pas, puis je m’éloigne doucement en direction de l’étagère qui contenait les fameuses petites fioles remplies du liquide dorée. Je la regarde un instant, l’observe, me perds, la suppliant secrètement de bien faire son travail, que tout soit couronné de succès.
De retour vers le comptoir, je pose délicatement la potion avant de me retourner vers l’Amoureux morose. C’est bien que ça se fasse, quand la vérité sera moins nébuleuse, ça apaisera peut-être les tensions. Trouver les mots restaient une épreuve. Ma seule capacité ici était d’être près de lui, qu’il sache que je le seconderai en cas de besoin. C’était le principe même de fonctionner en équipe.


Historia



Un petit rictus s’affiche sur mes lèvres. Évidemment qu’il se passait des  choses bien bien pire qu’un élève qui s’improvisait éleveur de Dragons ou de Basilics. Il fallait être sacrément ignorant pour ne pas se rendre compte de tout cela. Malgré tout, tout cela se faisait dans le secret et la discrétion absolue. Là était la réussite. Pensait-elle sincèrement pouvoir se trimballer ce genre de créatures sans que cela se remarque ? Bref, là n’était plus la question puisqu’il s’agissait probablement d’une curiosité de sa part. Non, la cape semblait lui suffire à mon plus grand bonheur. Je n’avais pas spécialement envie de débattre avec une gamine qui n’y connaissait rien et encore moins lorsque je savais pertinemment que j’avais raison. Si certains adoraient gaspiller leur salive, ce n’était pas réellement mon cas. Je préférais la conserver précieusement pour les discussions qui en valaient la peine.

Je ne peux m’empêcher de lever les yeux aux ciels en secouant la tête lorsque la Blonde s’empresse de quitter la boutique sans même m’adresser un regard. Je récupère bruyamment les gallions déposés. Au final, c’était ça qui m’intéressait, le fait qu’elle paye avant de s’en aller. Au plaisir, Mademoiselle, tant pis si elle a le dos tourné ou si elle est déjà partie. Les ados aux faux airs rebelle, je connaissais et je n’étais guère impressionnée. Il était temps de retourner à mes gallions, puis au travail que je n’avais pas pu terminer à son arrivée. C’était long.


Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Artemis Wildsmith, le  Sam 16 Mai - 16:08

Lauredana 😇


Le réconfort de la main de Loredana passant entre ses boucles, c’était aussi – et surtout – pour ça que ses tristounettes baskets l’avaient amené ici. Peut-être qu’une telle papouille pouvait effacer la déception de la rencontre avec Riley, il avait échoué, n’avait décidément pas encore gagné son cœur – en était encore sûrement bien loin. L’égo à rude épreuve, il avait soupiré. Les paroles sensées de l’Amoureuse résonnaient dans ses oreilles, la Sœur avait besoin de temps, beaucoup beaucoup de temps. Il faudrait à Arty davantage d’efforts pour ne pas lâcher, pour essayer encore et encore de faire craquer la coquille de Riley. Il suit vaguement la jeune femme des yeux, vagabondant dans les rayons jusqu’à lui ramener la jolie fiole dorée, merci. Un instant, il se perd dans le liquide dont la couleur appelait au succès, l’or immaculé, il se demande si l’aventure qui les attendait allait être aussi éclatante. La vérité, qu’il répète pensivement après les mots de la Métamorphomage. C’est étrange, mais ça ne l’intéressait plus tellement. Le pourquoi du comment sa Maman adorée s’était retrouvée enceinte de Riley, l’abandon d’un adorable mignon bébé. Il n’en voulait même pas à cette Maman-fantôme en réalité, elle résidait comme un amour de sa vie, quelque part à l’intérieur, et puis après tout, il lui avait effacé la mémoire. Simplement, il était urgent de guider la petite sœur sur ces traces de vérité après lesquelles elle n’avait cessé de courir.

Ou peut-être qu’il était tout simplement dans un brouillard de déni, qu’il ne voulait absolument pas penser au fait que bientôt, il se retrouverait dans la coquette maison familiale, face à ses charmants parents. Oui, cette pensée le fait frissonner malgré la température estivale. Se reconcentrer vivement sur l’après-midi désastreuse et cette image de la silhouette de l’Adolescente qui s’estompait. Imagine, elle m’aime pas, jamais. Est-ce que c’était possible ? L’ADN ne permettait pas justement un amour inconditionné ? Il grimace, visiblement non. C’était une chaîne simple de causes et de conséquences, il avait blessé Riley, elle lui en voulait, tardait tardait tardait à lui pardonner. Il sourit légèrement en laissant courir ses doigts tapotins sur le comptoir, j’pensais avoir conquis la personne la plus têtue du monde, brin de malice dans le regard lancé à la Métamorphomage, mais il semblerait que je sois tombé sur quelqu’un de plus têtu encore ! Incroyable, parce qu’après tout, ce n’était pas comme s’il avait laissé sa sœur sanguinolente dans les rues de Londres ; et puis, malheureusement, il ne pouvait pas charmer Riley comme il avait séduit la Gryffondor, pour des millions raisons, notamment éthiques – évidemment.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Loredana Wildsmith, le  Ven 29 Mai - 8:35

Artémisse ❤

Il est inquiet, pensif, semble penser à l'avenir, à ce qui pourrait se dérouler après leur escapade. La volonté de ne pas être détesté par un membre de sa famille, c'est ce qui semble davantage l'inquiéter désormais, ce qui me laisse légèrement perplexe de l'intérieur. Comment pouvait-il uniquement être inquiet par le fait qu'il puisse ne jamais être apprécié par sa demi-soeur ? Étant fille unique, je n'avais jamais connu de relations fraternelles, mais de ce que j'en savais par rapport à ce que j'entendais, cela était souvent chaotiques. Rares étaient les frères et soeurs qui ne se disputaient pas pour des raisons absolument idiotes. Alors deux personnes adultes - ou presque - qui se trouvent par hasard, dont l'une a été abandonnée tandis que l'autre à reçu tout l'amour qu'elle aussi aurait sans doute mérité, je n'étais pas réellement étonnée. Même en se montrant impassible, ça ne pouvait certainement pas laisser indifférents. Surtout en l'apprenant de cette manière - par pur hasard.

J'avais tout de même esquissé un léger sourire. Comme quoi, je ne suis peut-être pas une cause perdue, y'a plus têtus de moi sur cette terre. Et pourtant, le niveau était déjà haut me concernant, mais la situation était différente : moi, j'étais tombée amoureuse d'Arty. Forcément, j'avais fini par baisser ma garde pour le laisser entrer dans ma vie. Tout ça après qu'il m'ait laissée pour morte dans une rue. Si ça c'est pas de l'amour... Il faut d'abord aller voir tes parents, ça aidera peut-être une fois que ce sera plus clair. Tout se rejoignait finalement. S'il n'y avait pas de vérité, il serait difficile de voir cette relation fraternelle évoluer par la suite. Elle est jeune, elle réagit encore comme une ado dans tous les cas. Je place une main dans ses cheveux, geste doux et affectueux, faisant de mon mieux pour atténuer la tristesse que je voyais dans ses yeux, je suis sûre qu'avec le temps ça ira mieux. Un petit sourire avant de le rapprocher de moi pour le prendre dans mes bras. Parce que je me sentais légèrement impuissante, les histoires de famille n'étaient pas mon fort et j'avais épousé celui qui avait une situation complexe, de quoi me mettre directement dans le bain.

Je m'éloigne légèrement pour prendre la fiole de Felix Felicis et la lui montrer. Ça c'est tout petit, ça paraît anodin, mais tout va agir en ta faveur, en ta faveur. Est-ce que j'étais en train d'essayer de lui faire comprendre que s'il le voulait, il pouvait amadouer sa soeur à l'aide d'une potion ? Oui, tout à fait. Il n'accepterait peut-être pas, mais moi je voulais que lui soit heureux, alors hors de question de me gêner et lui proposer toutes les solutions qui s'offraient à lui. En tout cas c'est cadeau, je montre la fiole de la tête, je paye la potion. Quitte à me sentir inutile dans cette histoire, autant faire le maximum à côté.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Artemis Wildsmith, le  Dim 31 Mai - 15:02

Mâdâme Lôredana 😌


Plus têtu que Loredana, c’est vrai qu’il fallait le faire. Il y avait décidément dans le choix des proches du Wildsmith, comme un enquiquinant schéma. Découvrir une sœur cachée la vingtaine passé, c’était une chose, mais que celle-ci se révèle d’une docilité inexistante – non non non merci.
Voilà les pensées emberlificotées qui lui dessinaient une ride creusée sur le front, il était bête, tout simplement, voici sa conclusion. Ouvrir son mégalomane égo lui fait comprendre que Riley ne pouvait pas être docile, pas avec ses gênes (bien entendu) encore moins avec son passé. Il grimace tout en continuant de hocher la tête, les sages paroles de la Gryffondor avaient le pouvoir de calmer les terribles éventualités qui ne cessaient d’affluer. L’urgence était en effet d’aller se dépatouiller de cette situation en entendant la véritable vérité de la bouche des parents oubliettés. La suite, ils verraient à partir de là. Peut-être même que le temps, comme elle le disait, adoucirait la relation, l’étofferait, la solidifierait – il l’espérait. Mais cela ne pouvait pas se faire en claquement de doigts, ni par un caprice de la part du Poufsouffle, dommage, la patience n’était clairement pas sa plus grande qualité.
Alors au cours de l’étreinte, il soupire un oui résigné, de toute façon, ce n’était pas comme si le choix ornait ses décisions. Il était comme conduit par la nécessité de tout élucider, quand bien même il aurait préféré s’en aller hiberner quelque part avec Loredana – Arty, excellent exemple d’une sorte d’ours-autruche.

Il s’empare de la fiole pour la glisser dans une de ses poches, non sans un merci. Une parole de l’Amoureuse vient particulièrement lui griffonner le tympan de curiosité. Les mots résonnent, et il n’est pas tout à fait sûr de comprendre, ma faveur ? Est-ce que cela signifiait qu’il pouvait tout entreprendre, tout gagner une fois la potion avalée ? De la chance. Est-ce que cela annihilait le libre-arbitre de toutes les personnes rencontrées une fois le Felix Felicis activé ?
Sûrement un peu.
La dernière fois qu’il avait voulu contrôler la volonté d’une personne aimée, cela s’était mal terminé – euphémisme. Priver Riley d’une bribe de liberté était le meilleur moyen pour que tout cela s’envenime et pourrisse rapidement entre ses doigts. Alors les non non non agitent le menton tandis qu’une autre pensée amusée étire ses lèvres, tu veux dire que ce serait plutôt le moment parfait pour te demander des trucs ? Héhé, les doutes et les inquiétudes brièvement mis de côté, le voici tout proche pour murmurer avec malice à l’oreille de l’Amoureuse qu’il mordille presque : des trucs que tu rechignes à me donner ? Il ne sait pas vraiment de quoi il parle exactement, simplement, c’était une boutade comme une autre afin de désamorcer cette cafardeuse situation. D'une maladresse incroyable, c'est qu'en réalité, il le sait très bien, il ne ferait (plus) jamais ça.
Hastur Denn
Hastur Denn
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Hastur Denn, le  Lun 1 Juin - 16:21



Saison 31, printemps - Année 2178


C'était les Vacances de pâques et Hastur s'était déplacé pour l'occasion au chemin de traverse, où il comptait faire quelques achats. Puisqu'il avait beaucoup de temps devant lui, il avait pris la peine de faire le trajet, ce qu'il faisait généralement seulement durant les rentrées. Cependant, il avait entendu parler d'une petite boutique, moins connue que la plupart de ceux qu'on y retrouvait, mais qui valait apparemment le détour. Lui qui était un grand mordu de livres, il croyait y trouver son compte, puisqu'on lui avait dit qu'il y avait des bouquins qu'on ne pouvait se dénicher nul part ailleurs - ou qui étaient peu communs, en tout cas. Ça changerait des manuels qu'on lui imposait en cours, et qui n'étaient pas forcément toujours très intéressants.

Traversant la foule, sans faire attention aux gens qui l'entouraient, le jeune homme atteindra rapidement ce qui l'intéressait; l'allée des embrumes. Un lieu peu commode, de ce qu'il voyait. Mais il ne croyait pas qu'il y avait beaucoup de soucis à se faire. Ce n'était certainement pas le lieu le plus mal famé du monde magique ... Et puis, la sécurité aux alentours était certainement élevées, non ? On parlait tout de même de l'une des places les plus importantes pour les sorciers d'Angleterre. Un grand carrefour commercial, autant pour les élèves que pour les adultes. En tout cas, le serpentard espérait qu'il n'avait pas tort. Une main placée à sa ceinture, tripotant l'extrémité de sa baguette en sapin, il avançait, un petit pincement au ventre, mais néanmoins doté d'une expression détendue - il ne voulait pas montrer une quelconque faiblesse. Il arriva finalement devant une boutique a l'air beaucoup plus présentable de ce qu'il se serait attendu. Barjow & Beurk, la boutique des arts magiques incompris.

Il ouvrit la porte en bois, ce qui fit résonner la clochette, annonçant son entrée. Il sera quelque peu étonné en observant son environnement ; il n'avait jamais vu un tel foutoir dans un commerce. Il n'y avait que le comptoir qui était présentable. Gardant pour lui ses pensées, Hastur s'avancera vers le fond du magasin, annonçant ce qu'il venait chercher ; « Bonjour, on m'a dit que vous aviez des livres sur les pratiques magiques un peu ... moins connues. Je suis particulièrement intéressé. Vous pourriez m'en conseiller ? » Il accompagna ses paroles d'un petit sourire poli.
Contenu sponsorisé

Le comptoir - Page 6 Empty
Re: Le comptoir
Contenu sponsorisé, le  

Page 6 sur 9

 Le comptoir

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.