AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Oxymètre de pouls, Compteur de Saturation en oxygène
4.10 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 1 sur 1
Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Elhiya Ellis, le  Dim 15 Déc - 21:08


Contours d'une étoile recroisée
 

Saison 29- Hiver
Mon LA accordé à Matt toute la durée du Rp
(On est bien après Petite étoile filante)


Approche d’un nouveau Noël, nouveau décor répétitif dans le pied à terre, nouveau passage dans les boutiques pour satisfaire les papilles ou les mirettes, mais le cœur n’y était pas vraiment. Pas d’excitation enfantine, pas de picotement des sens à gouter de nouvelles saveurs.. quelque chose manquait, sans trop savoir quoi. Pourtant, rien ne semblait avoir été arraché au monde qui tournait encore sous ses pieds, juste une impression étrange méconnaissable. Une sensation bizarre non définie qui s’invitait à chaque pas de plus sur les pavés du village sorcier.

Les souvenirs incapables de s’éveiller se baladaient succinctement avant d’être chassé par la voix d’un elfe de maison qui montrait du doigt une boutique de confiserie possiblement intéressante. Les mèches blondes virevoltaient devant la vitrine, se figeant un instant, appelant la réflexion à la nécessité de nouveaux biscuits de pain d’épices à la texture pétillante. Le dilemme n’avait que peu de répercussion réelle. Une faute de gout arracherait surement un rire étouffé à celui pour qui elle venait faire ses achats, une réussite la gratifierait d’un ébouriffage de cheveux. Rien à perdre à prendre un petit sachet pour essayer.

L’acquiescement aux gourmandises avait fini avec un sac complet de petits bonbons et gâteaux colorés pour la fin d’année. Beaucoup plus qu’il ne lui en fallait, mais l’image des opales d’ardoises amusées sous les essais gustatifs avait fini par convaincre. Jasper, devenu porteur pour l’occasion, disparaissait sous les achats, ne laissant plus que ses oreilles visibles et sa maitresse moqueuse lui tenir la porte. Un pouffement de plus à la démarche de la créature croulant sous les essentiels d’un Noël réussi, Elhiya fini par lui demander de retourner à l’appartement tout ranger et de ne pas l’attendre pour la fin de soirée.

La nuit tombait vite en hiver, le froid engourdissait déjà les passants, mordant le bout de ses doigts dépassant des mitaines de laine. Mais la chaleur de sa cheminée crépitante ne l’appelait pas autant que le besoin de flâner, le nez au vent, les pensées ankylosées d’un ressentit passager inconnu. Pas de vague à l’âme, pas d'anxiété amie, pas de Vide chuchoteur, juste la perception d’avoir oublié quelque chose en ces jours de décembre. Les pas trainaient lentement dans les ruelles, les opales se levant de temps à autre attendant l’apparition d’une étoile timide, oubliant l’agitation du village.


Dernière édition par Elhiya Ellis le Mer 24 Juin - 21:15, édité 2 fois
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Re: Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Matt Deliers, le  Lun 16 Déc - 22:17

RP avec Elhiya
XXIX - LA accordé à Elhiya pour tout le RP

« Il n'y a que la Vérité qui blesse. »

« Sombre enfxiré qui a dit ça.. a probablement du connaître les joies d'une affaire réglée juste derrière. » Amertume passagère laissant l'entière place à une douleur naissante, les prunelles du Deliers étaient rivées sur le cxnnard à la carrure de batteur irlandais national qui le maintenait fermement au sol par les épaules. Pendant ce court laps de temps, son complice moins taillé en profitait pour tabasser fermement l'ancien préfet Rouge avec des coups de pieds subtilement placés dans les côtes.

« Espèce d'enfant illégitime d'une fxutue mère porteuse alcoolique... » Il le pensa très fort. Il ne dit rien. Ne surtout pas mettre de Whisky Pur Feu dans son thé. Le second n'avait pas besoin de prétexte supplémentaire, simplement des compétences insoupçonnées en arts martiaux. Le froid du sol contrastait étrangement avec la force chaleureuse des parpaings distribués. De la buée s'échappait de leur bouche devant tant d'efforts.

Rongé par les salves et la souffrance le Deliers n'avait que ce qu'il méritait. Du moins le pensa-t-il. Inutile de se débattre alors il encaissa les coups avec le seul maigre objectif de consolation de ne surtout pas leur laisser satisfaction. Matt savait pourquoi ils s'en prenaient à lui. Du moins il l'imaginait : ancien préfet les ayant sûrement rappelés au Règlement, et sa propre présence en dehors de l'enceinte du Château. Ils en avaient profités pour le prendre à parti dans une foutue ruelle isolée du village. Malins les types. Smart !

Du bruit se fit entendre non loin de là, les deux lâches s'évaporèrent dans la nature. Le Gryffondor resta un moment allongé sur le sol. De toute façon ses côtes lui rappelèrent à la première tentative de relève que procéder à un quelconque mouvement n'était que Folie. Abattu il finit par s'endormir...


* * * * * * *


Le corps endolori cisaillé de toute part sur fond de vent glacial, Matt se réveilla triste et martyrisé. Il remit de l'ordre dans ses idées. Le crépuscule venait de chasser l'après-midi en un instant. Combien de temps avait-il dormi la tronche imprimée sur le sol ? Aucune idée. Mais fxck ! Il fallait rentrer en plus maintenant. L'obscurité envahit peu à peu Pré-au-Lard. Course contre la Nuit et le Froid : deux outsiders qui, combinés, pouvaient potentiellement venir à bout du garçon. Au bout de minutes infernales il réussit à se retourner pour se mettre sur un genou. Lui habituellement debout en un réveil, se lever fut la chose la plus complexe qu'il eut à faire depuis... très longtemps.

Finalement planté sur ses deux guibolles fragiles, la moindre bourrasque un peu trop violente aurait vite fait de l'achever en l'emportant deux rues plus loin. Le Lion serra fortement son écharpe autour de son cou pour se réchauffer le plus efficacement possible. Oreilles gelées. Bonnet capturé en trophée sûrement. Pxtain de journée, où il finirait congelé très certainement.

« Les pas traînaient lentement dans les ruelles, les opales se levant de temps à autre attendant l’apparition d’une lueur étoilée ou d'une quelconque agitation du village. » Une enseigne. Un bar, un magasin, peu importait. N'importe où prêt à le recevoir pour le réchauffer. Au détour d'une ruelle, un scintillement apparut alors devant lui.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Re: Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Elhiya Ellis, le  Mar 17 Déc - 10:55




LA mutuels

Trop de nuages encore présents, la brise fraiche ne les chassait pas assez rapidement pour laisser le manteau de nuit se parer de ses meilleurs atouts, le soupir râlait doucement. Les caprices intempéries se jouaient de sa patience écorchée, comme si elle devait encore apprendre que rien, jamais, ne nourrissait l’espoir futile de l’âme quand on le désirait. Moue contrite sur les joues, l’inspiration profonde gelait les poumons pour reprendre contenance, rentrer était peut-être plus conseillé au final. A ne pas savoir ce qui enlaçait ses humeurs, les pas trainaient sans aucun intérêt au milieux d’êtres devenus fantômes aux mirettes absentes. Cette impression désagréable collait à la peau, sans raison apparente, devenant gênante, quasi oppressante. Un parfum de manque quand tout lui semblait bien présent dans son monde chatouillait le nez désagréablement, le lui faisant frotter, manquant de bousculer un passant.


« Pardon.. » Politesse abandonnée, sans que les mots ne soient portés par le sens, coutumes usuelle à laquelle tout le monde se pliait, les Lapis offrait néanmoins un laps d’attention, se figeant un instant. « M.. Matt ? »

Les sourcils froncés hésitaient sur le prénom, appelant la mémoire rapidement pour ne pas faire d’impaire. Tignasse blonde, traits fins, il ne manquait que le badge de préfet, la mine soucieuse d’avoir perdu un compatriote Gryffondor et c’était le même garçon que celui de la foret plusieurs lunes auparavant. Le même… en plus abimé.

« Mais… t’es tombé ? » Instinct primaire, la main gauche relevait sa frange pour mieux jauger sa frimousse d’enfant blessé et frigorifié. On ne se faisait pas aussi mal en trébuchant sur une plaque de givre, même en plein hiver verglacé. La grimace quasi réprobatrice tordait les lèvres rosées alors que le sourire en coin se forçait dans un soupir désolé. Les doigts avaient glissé sous le menton encore adolescent pour lui faire lever le nez et analyser plus profondément son état « T’es glacé, viens, tu vas te réchauffer avant d’attraper la mort, et je vais m’occuper de ça »

Le coup de menton pour désigner les traces de boue, ou sang imprimés sur le coin de son visage ne laissait guère plus de temps au jeune homme de protester. Comme une mère ramenant l’enfant dans le cocon protecteur, Elhiya avait pris la main frigorifiée du lionceau, le faisant suivre jusqu’à au salon de thé le plus proche. La chaleur des lieux agressait les joues habituées à la caresse de décembre, les maquillant d’un rouge soudain. Les effluves sucrés invitaient à retirait le surplus de vêtements et à prendre place confortablement au près du feu. La prise abandonnée, l’écharpe épaisse se dénouait, les apparats de laine s’abandonnait sur une table et le bois ami se retrouvait posé sur la table pour officier les premiers soins par la suite.

« Alors, entre deux marshmallow qui fondent dans un chocolat chaud, tu veux m’expliquer ? »

Bien que rien n’était obligatoire, jamais. Les maux de l’âme étaient toujours plus capricieux à s’exprimer. Ceux de l’être vomissaient seuls, sans qu’on ne leur demande rien, ne nécessitant aucune palabre. Aussi, enfin assise à table, le frêne roulant entre le support et deux doigts, l’infirmière adressait à l’enfant des bois un sourire compatissant, qu’importait l’intensité de sa peine ou douleur. La magie soignerait les écorchures, comme toujours, pour le reste, le silence et la compréhension était souvent meilleurs compagnons.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Re: Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Matt Deliers, le  Mer 18 Déc - 22:47

LA mutuels
D'une simple bousculade, et le Monde avait changé d'un commun accord. Le sobre Pardon avait fendit l'air laissant place ensuite à l'appel incertain du prénom. Le cœur du Deliers s'était emballé lorsque l'esprit eut vite fait de reconnaître le timbre de voix. Les prunelles froides avaient finalement osé cette relève honteuse pour croiser celles suspicieuses déjà fixées sur lui. Elhiya. L'infirmière de Poudlard. Ironie du sort quand on faisait le bilan de cette journée mxrdique. Sans appel au secours, la jeune femme était de celle qui changeait une Vie à jamais ; bouée de sauvetage dans une mer déchaînée. Inévitablement le Deliers repensait à Rikka. Un autre Ange descendu dans le Monde Magique pour rendre ce dernier un peu moins triste. Il y repensait souvent. Tout le temps. D'Elle. Et de ce toit cannais duquel il avait failli se jeter.

Perdu, certes. Un océan de détresse dans lequel il s'évertuait à nager. Qu'avait-il dit ? Mélange de sentiments dans cette simple réponse : B.. Bonsoir. Soulagement. Respect. Admiration. Les trois plus grands éprouvés envers Elhiya, résumés dans ce mot plus qu'hésitant. L'infirmière douteuse eût vite fait de le questionner tout en l’auscultant sans qu'il n'ait mot dire. Grimace obligée lorsqu'elle eût levé son minois défiguré. Faible sourire dépité il s'était contenté d’acquiescer à l'évocation d'une chute accidentelle. Surtout, pas d'emmxrdes.


* * * * * * *


Les joues encore aux couleurs de sa Maison, Matt était assis sur une chaise bien au chaud dans un salon de thé déjà visité. Odeur typique doucement sucrée, cela mettait inévitablement en confiance. Il repensait aux quelques minutes qui venaient de précéder. Les choses s'étaient enchaînées à une vitesse déconcertante : décor changé instantanément. Froid, Douleur, Mort et Ténèbres venaient de s'enfuir en quelques fractions de secondes pour se laisser remplacer par Chaleur, Soins et surtout Espoir.

Mis en confiance le Lion réchauffé par le feu voisin se laissait volontairement soigné par la jeune femme. Secouriste déjà croisée, en particulier cette Nuit là ; Matt lui faisait totalement confiance. Une confiance acquise sans forcément rien faire. Du cercle très restreint des personnes pour lesquelles on se sur.prend d'affection sans qu'elles n'aient rien demandé. Sans rien en retour. Un contact facile mais complexe sans difficultés. Privilégié. Protecteur. Complice. Établi. Tout simplement.
Avec aisance il lui parlait. Avec aisance il se laissait approcher. Toucher. Soigner. L'échange - de regards, de mots et de soins - avait un Sens.

Je suis tombé. C'était le cas de le dire. Funny joke ! sur deux Ser... rrrrrrrpentard Il se ravisa, la langue bloquant le mot dans sa bouche. Elhiya était de la Maison Verte & Argent. Il ne voulait ni l'offenser ni cibler quiconque.
velles de cognards. Sourire timide. Deux semi-remorques dont je n'aurai pas du croisé la route je crois. Avouer. Il le fallait. Il ne voulait surtout pas lui mentir. Matt voulait préserver cette relation de confiance malgré cette partie de Quidditch improvisée dans laquelle il aurait volontiers décliné l'invitation.

Je sais pas si c'est mieux que de courir après une lumière perdue au final.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Re: Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Elhiya Ellis, le  Jeu 19 Déc - 23:37




LA mutuels

Au bonsoir oublié trop rapidement, à peine entendu dans le vacarme de l’incompréhension de son état, les premiers mots choisis déclenchaient instantanément un levé de nez et un froncement de sourcil. Tomber. Voilà qui était trop facile comme explication, bien que la phrase comportait bien plus paroles que les bribes auxquelles l’attention s’était arrimée. Précipitation traitre qui forçait un petit sourire en coin à la suite de la phrase et un petit soufflement de nez étouffé. Attendrissement immédiat. L’enfant prenait soin d’user de tact et diplomatie là où il pouvait se faire plaindre, ou même s’offusquer et crier à l’injustice. Il était attentionné, et elle encore plus au moindre des dessins de son visage. Un sourire timide. L’avait-elle déjà vu esquisser ce genre de moue ? La mémoire lui faisait défaut, mais ça lui aillait bien, beaucoup mieux que la mine anxieuse d’un préfet courant dans les bois.

« Je vois… »

L’adolescente était toujours compliquée, à vivre, à subir et à regarder s’épanouir. Une période laissant trop de porte ouverte à des vagues d’émotions, trop exprimées ou trop étouffées. Sous son regard attristé, elle aurait pu lui raconter que les choses changeraient, qu’en grandissant les Autruis réfléchissaient plus, ne se laissaient pas aller à leur pulsion. Mais mentir n’avait jamais été son domaine de prédilection contrairement aux #episkey glissés entre deux coups d’œil attristés. Courir après une lumière perdue… Le titre d’une histoire à conter au près du feu. Un champ lexical qui résonnait trop fort pour prétendre être sourde. Du feu de détresse illusionné aux étoiles disparues, il y’avait-il vraiment tant de différence ?

« Je ne sais pas ce qui est mieux au final…. »

Elle avait oublié ce qui faisait le plus mal, l’espoir, l’envie d’y croire, le désir brulant de retrouver les brèches de luminosité, ou réaliser que plus rien ne brillait pareil sans raison. Des éléments manquaient. Dans son histoire à elle, dans celle du petit lionceau. Mais en vrai, cela importait-il vraiment de connaitre tous les détails, tous les acteurs, l’intégralité du scénario ? Quand la finalité redondante, en venait à mettre en porte à faux la nécessité primaire de s’accrocher à tout ce qui semblait important ? Questionnement inutile…

« En tout cas, je n’ai aimé le quidditch que pour une seule raison : pour espérer voir un cognard assommer quelqu’un… Mon cousin principalement... »

Rictus léger. Détournement de sujet. Aucune intrusion dans la vie du jeune homme. A la curiosité qui se contourait, elle préférait le laisser libre de s’épancher uniquement s’il le désirait. Ne pas forcer les aveux, ne pas être intrusive, ça n’avait aucun sens. Il n’était pas question de cela, ni avant, ni maintenant. Il pouvait se confier s’il en éprouvait le besoin, elle écouterait. Il pouvait garder le silence, se perdre dans ses propres pensées s’il préférait, elle ne le brusquerait pas, souriant avec douceur à cet échange facile. Il n’y avait rien de compliqué au tour de cette table, la baguette avait repris place sur la carte des commandes pour que deux doigts puissent retourner s’enquérir d’une des traces ecchymosées.

« Ca ne devrait pas trop tarder à se dissiper en tout cas. Mais au moins tu te réchauffes un peu... »

La course de la main avait fini sur la joue, jaugeant une nouvelle fois la température un peu plus précautionneusement. Pas de morale quant au fait de trainer dans les rues mal en point et frigorifié, juste un soupir sincèrement soulagé, et une évidence qui n’avait pas réussi à l’effleurer avant

« .. quoi qu’il en soit, je suis contente d’être tombée sur toi... »

Esquisse honnête rehaussant les commissures des lèvres, parlant bien plus que toute la verve dont elle aurait pu faire preuve. Ce n’était pas juste car il aurait eu du mal à rentrer au château. Ce n’était pas juste car il était dans le besoin. Ce n’était pas juste car il était dans la maison de son P’tit loup, devenu panthère, que le recroiser lui importait. Ce môme, précisément, avait la douceur qu’elle n’avait pas à son âge, la douleur muette qu’elle avait trop laissé parler de son côté et cette capacité à rendre leurs échanges faciles. Elle n’avait pas besoin de s’étaler en longs discours, elle n’avait pas la barrière du membre du personnel qui s’instaurait, elle n’avait pas à être une autre, il la laissait faire sans s’offusquer. Histoire de confiance. Histoire d’une petite étoile filante perdue. Histoire simple où la blonde aurait voulu se lever, le prendre dans les bras et le serrer contre elle, juste pour lui glisser un ca ira, crois-moi.. tant il semblait seul à chaque fois qu’elle le croisait.

Lapis désolée une seconde de juste y penser. Un raclement de chaise pour annihiler cet espace de bois. Les gestes rejoignaient l’instinct maternel couvant l’enfant d’une étreinte chaude, protectrice mais légère. « Je suis désolée » de ne pas t’avoir trouvé avant. Chant du cœur se pinçant à cette aura de tristesse esseulée qu’elle lui trouvait.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Re: Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Matt Deliers, le  Dim 29 Déc - 14:24

LA mutuels
Le « Boum Boum » est en morceaux depuis LeJour. L'Esprit aussi. Des soins pourtant, des actions souvent mais ce Sentiment - gravé « Ad vitam æternam » quelque part là-dedans - que rien ne serait jamais comme Avant. Elle lui parle. Il l'écoute. Un faible sourire se dessine timidement sur son visage. Jamais il ne pourrait lui exprimer son infinie reconnaissance.

Les pensées tantôt néfastes tantôt bienheureuses se croisent et s'entrechoquent dans l'Esprit du Deliers. Tête embrumée ; un effet complexe, combiné soudain, du froid glacé de la nuit hivernale et de la chaleur étouffante du cocon douillet présentement qu'on ne voudrait quitter pour rien au monde.
Une chaise s'éloigne. Une personne s'approche. L'infirmière le prend dans ses bras réconfortants. Et ça marche. Les pensées s'échappent de son Esprit sans qu'il ne les retienne. Il les libère. Elles s'enfuient. Il s'en fout. Elle est là. Et surtout, elle est là pour lui. Comme jamais personne ne l'avait été avant. Sincère. Compatissante. Chaleureuse. Humaine. Protectrice. La gorge se serra en pensant à cette notion. Maternelle. Jamais personne n'avait été comme ça avec lui. Vraiment. A part Rikka, très certainement. Le souvenir renvoie inévitablement à la tragédie.

Alors il pleura contre elle, sur cette épaule chaleureuse faite pour lui, sans se retenir. Pourquoi ? Fallait-il vraiment une réponse ? Douleur. Abandon. Trahison. Tristesse. Deuil. Injustice. L'absence béante d'une mère ne serait-ce que prête à sécher des yeux embués. Difficile de s'exprimer. Enfin... peut-être ; Oui. Il ne savait plus. Les ecchymoses physiques s'étaient résorbées grâce à la Magie certes.
Maintenant l'infirmière s'attaquait à celles omniprésentes dans la poitrine du Deliers. A chaudes larmes Matt se laissait aller tandis qu'Elhiya l’enlaçait ; une transmission à sens unique d'énergie positive et de bienveillance. Il en profitait, il n'en avait pas honte. Il en avait besoin. Un Lionceau meurtri. Une boule de poil faible et lâche. Voilà ce que les gens devaient penser de lui. Les gouttes silencieuses descendaient de ses joues pour mourir dans une ultime chute ; souvenir d'un Destin non partagé cette Nuit-là. Y repenser sans cesse était-il normal ?


* * * * * * *


Parler. Se confier. Le moment était juste parfait. Le fallait-il ? Sûrement. Elle donnait de l'affection, lui devait donner une explication. Il hésita longuement ; comme si cela romprait à jamais cette étreinte, moment unique duquel seul la prolongation infinie l'intéressait. Finalement.

Je n'ai jamais aimé le Quidditch.
Surpris par sa propre voix, les mots avaient traversés simplement et logiquement bouche et espace. Sans essuyer ses joues il poursuivit sur le ton de la confidence.

Je ne sais pas voler sur un balai et j'ai trop peur... de tomber.
Il prit une courte pause avant de renchaîner.

Ce qui est assez ironique quand on sait que...
Matt arrêta volontairement sa phrase sans la finir. En parler. Ne pas en parler. Le débat fit rage : tous les neurones non sollicités en état de fonctionnement furent conviés à participer. Il avait une confiance infinie envers l'infirmière ; mais lui parler de sa Vie, de cette fracture et de ces conséquences. Il ne voulait pas l'embêter. Ce n'était pas ses histoires et quel intérêt aurait-elle ? Le Lion se contenta de boire deux gorgées de chocolat, se grattant machinalement les cheveux.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Re: Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Elhiya Ellis, le  Dim 5 Jan - 22:20




LA mutuels

La chaleur se presse contre le corps, s’abandonnant au murmure silencieux et réconfortant de l’étreinte offerte. Pas un mot ne rompt le chant muet du chapelet de larmes humidifiant le chemisier. Pleurer soignait aussi. D’une manière différente des sorts ou des paroles. Les rivières cristallines parlaient pour l’âme quand la voix ne trouvait plus le chemin valable pour s’exprimer. Elle le savait, trop, pour ne pas sentir son cœur se serrer instinctivement. Douleur traite reconnue, écho naturel à cette incapacité à tolérer la souffrance de l’abandon faire son office. La pression se resserrait machinalement sur l’enfant, tendrement. Peut-être trop pour les fonctions de l’infirmière scolaire, peut-être pas assez pour la mère qu’elle n’était pas. Difficile limite à dessiner du bout des doigts gratifiant le dos adolescent d’une vérité simple : Il n’était pas seul, pas ce soir. Il ne le serait plus s’il voulait courir après des lumières fantômes ou s’il voulait juste attendre dans le noir. Certitude écrite à l’encre humide coulant sur ses joues rebondies. Elle venait d’en prendre conscience, c’était ce genre de pacte qu’elle ne choisissait pas, mais qu’elle acceptait malgré tout. Une seconde, une minute, le temps qu’il voulait.

Retour au Quidditch. Reprise de la danse des paroles nourrissant le doux sourire à la naissance d’un aveu timide qu’a demi-formulé. De la main non tendue pour essuyer le visage larmoyant, la Patience contenait Curiosité d’une place assise retrouvée et d’une cuillère de chantilly récupérée. Un sourcil interrogateur s’était redressé, l’esquisse en coin encourageait à continuer, et l’observation ne put s’empêcher de s’attendrir à ce tic emmêlant la tignasse. Presque le même que le P ‘tit Loup. Touchante ressemblance. Elle ne relevait pas, sauf pour elle-même, la cuillère sortait de la bouche, se levant en point d’exclamation fataliste.

« J’ai jamais aimé voler non plus, je crois qu’on n’est pas tous fait pour ça tout simplement » Banalité des propos invitant à tendre la main à l’option qu’il désirait : continuer à s’épancher ou esquiver et rebondir sur d’autres modes de transport. Une porte de sortie toute simple, laissée grande ouverte. « T’es déjà tombé aux cours de Lizzie ? Je crois que je l’ai désespérée tellement je volais bas et lentement. » Souvenir innocent, images vagues d’une courses avec la présence d’Ethan, et d’autres personnes qui avaient disparues de sa vie. La moue nostalgique ne restait pas en regardant le gosse. L’anecdote n’avait rien de triste, ce n’était qu’une brève de vie insouciante qui lui était revenue et qu’il partageait peut-être aussi. Ça aurait pu être marrant. Mais l’estomac se tordait très discrètement, trop coutumier à toujours imaginer le pire.

Les phrases en suspens n’étaient que rarement habitées de confettis d’éclats de rire. Quoi qu’elle se trompait peut-être pour une fois. Aussi, la gorgée de chocolat, prélevée en attendant, composait une perle d’espoir sur ce « quand on sait que ». Ce pouvait être tout et rien. Son père pouvait être un grand joueur de quidditch, il avait pu avoir été un fan invétérer du sport dans son plus jeune âge, ou même aspirer à fabriquer le plus rapide des balais quand il était arrivé au château. Après tout, cette impression que la tristesse et la solitude l’envahissait à chaque fois qu’elle l’avait croisé était peut-être fausse. Ce n’était qu’un enfant, 14 ou 15ans - elle ne savait plus- mais il ne pouvait pas trainer avec lui que l’ombre de blessures muette. Il ne pouvait pas être uniquement ce qu’elle avait senti dans ce bois, sur ce trottoir, à l’instant dans ses bras… Si ? Et si c’était le cas ? Elle devrait fermer les yeux au château ? Prétendre qu’elle ne voulait pas veiller ? Faire comme si elle s’en fichait ? Elle ne savait plus faire, c’était trop tard.

Alors.. « Dis… Quand on sait que quoi Matt ? Tu veux… en parler ? » Les lapis se posaient sur lui, sérieuses, attentives, attentionnées malgré tout, sachant pertinemment qu’elle le poussait un peu dans ses retranchements. La simplicité de l’échange ne se rompait pas, mais elle ne savait pas mentir. Plus. Plus depuis Ulysse. Plus depuis que les entrailles pouvaient se retourner à la possibilité de n’avoir pu protéger…. Ceux qui lui importait, même si la seule chose qui la reliait à ce gosse était se Vide qu’il semblait contenir en lui. Elle voulait juste se tromper. Qu’il le lui dise clairement. Que cette impression étrange qui la suivait depuis le début de journée disparaisse en même temps qu’une histoire d’enfant qu’il aurait à lui raconter.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Re: Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Matt Deliers, le  Mar 7 Jan - 21:56

LA mutuels
Blotti dans ces bras chauds affectueux, le Deliers aurait sans doute pu s'y complaire. Il l'aurait fait volontiers. Prendre l'horloge du Temps. La bazarder au loin pour qu'elle se fracasse. Que ses aiguilles s'arrêtent définitivement : immortalité de l'Instant. A jamais, qu'il dure éternellement voire plus.

Retour à la réalité. Elhiya se leva pour regagner sa place. D'un index et un majeur collés Matt se frotta les yeux rougis avant d'essuyer les perles survivantes de ses joues réchauffées. L'infirmière parla. Il l'écouta. Évocation d'un point commun quant à leur nullité avouée sur un balai. Matt dans un cours de vol ? Son niveau catastrophique irrécupérable en ferait rire plus d'un, très certainement.

Vint le questionnement redouté, accompagné d'un regard sérieux et grave qu'il ne connaissait pas à l'infirmière. Il avait fini sa dernière phrase en suspens sans trop savoir s'il devait se confesser. Logique qu'elle veuille en savoir davantage. Mais jamais, ô grand Jamais, il ne s'était dévoilé à quiconque. Il ne pleurait plus. Il l'avait trop fait. Alors il leva la tête vers Elhiya.
Elle était la seule adulte à laquelle il s'attachait. La seule en qui il pensait avoir une légitime confiance. En parler ? Il devait essayer et indéniablement la seule personne à qui il se confierait l'avait ramassé sur le trottoir il y a moins d'une demi-heure, sauvé d'une mort certaine et était désormais assise en face de lui. Matt posa ses prunelles dans celles attentives à sa moindre réaction pour s'y perdre en faisant
« Le grand plongeon ».

Devant l'air sceptique d'Elhiya, il poursuivit.
C'est assez ironique de se dire que j'ai trop peur de tomber quand on sait qu'il y a deux ans j'ai failli faire... « Le grand plongeon ».

Les iris s'enfuirent, elles s'échappèrent du regard oppressant suite à son aveu. Déclaration à cœur ouvert. Maintenant qu'il y était, il décida de continuer. Ce n'était pas si mal au final.
J'ai voulu sauter du toit d'un immeuble...
Pause courte.
Pour en finir.

Surtout ne pas la regarder. Soutenir son regard serait trop douloureux, de peur de ce qu'il y trouverait. Il l'appréciait énormément mais ne voulait plus la regarder ; pour conserver en mémoire le souvenir joyeux du moment où elle l'avait regardé avec un air attendri.
Alors les yeux rivés sur cette fenêtre qui semblait soudain si intéressante le Gryffondor continua son récital de ce qui était enfoui. Jamais la Vérité n'était sortie autrement que via des mots couchés - sur des parchemins mouillés par les larmes - ou via les coups de poing désespérés d'un gamin dévasté sur un mur inébranlable.

J'ai perdu mon frère, mon seul repère.
Dévasté je ne savais plus quoi faire.
Deux jours après j'étais sur le toit d'un hôtel prêt pour le rejoindre en sautant dans le vide.

Je... Je doutais de ma place dans ce Monde.


Visage dur toujours planté dans le verre de cette barrière transparente entre cet univers si chaleureux suintant sucres et chocolats, et l'envers du décor, froid, hostile - attendant sagement là dehors.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Re: Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Elhiya Ellis, le  Mer 8 Jan - 23:14



LA Mutuels

L’interrogation éclaboussait le manteau de douceur qui l’enveloppait, faisant douter trop profondément d’avoir eu ce Besoin de savoir. L’ignorance grignotait la moindre pensée légère, l’entachant de « et si je me trompais », dévorant l’espoir d’une anecdote amusante à chaque silence grandissant.  Redouter la moindre réponse à ses craintes devenait credo envahissant quoi qu’elle puisse faire... Soutenir son regard, avec peine, lui offrir la caresse d’un tendre sourire encourageant, soupirer doucement, regrettant sans vraiment déplorer sa requête, et embrasser l’Attente, juste pour ne pas brusquer l'enfant encore plus.  

Les opales se heurtaient, silencieuses quelques longues secondes avant de délivrer une réponse étrange. Le froncement de sourcil bref trahissait l’incompréhension, il manquait des mots à cette phrase dénuée de guide conducteur. Puis, les mots prenaient forme, dansant au-dessus des volutes de chocolats chaud, dessinant une histoire trop sombre, trop triste, déjà vue, déjà vécue, déjà connue, pour ne pas saisir enfin cet éclat manquant dans les yeux du lionceau. Étouffement du palpitant, pointe insidieuse toujours présente conservant le mutisme désolé forçant l’observation désœuvrée.

Il fuyait.
A tort.
Mais il l’ignorait...

Le fantôme du jugement sur ses mèches blondes s’était invité à la table des confessions, intrus de mauvaise augure impossible à faire fuir entre deux battements. Elle aurait voulu pourtant… Voulu lui dire qu’il n’avait pas à s’inquiéter. Voulu lui dire qu’il n’avait pas à se cacher.. Voulu poser sa main sur le dessus de la sienne, lui dire qu’elle comprenait… Vraiment..  Mais le récit se déversait lentement, douloureusement, colorant de détails un tableau déjà que trop bien croqué. Une perte chère, une de plus. Un repère en moins, un de plus. Ses mots résonnaient en écho, violemment, au plus profond de son être, ravivant que trop d’images pour ne pas chambouler la prestance de l’adulte qu’elle se devait d’être.

Le myocarde se perdait,
Les mirettes s’abandonnaient
A la fuite cristalline de quelques perles de cristal.

« Je suis tellement désolée.. » La tasse esseulée devenait spectatrice et spectacle de fortune. La paire de lapis embuée se raccrochait à la chantilly pour conserver la notion de réalité. Plus question de se laisser emporter par les flots de souvenirs, par la marée de disparus, par tout ce Vide dévorant qui l’accompagnait. Elle comprenait juste ce qui lui avait échappé, dans cette forêt ou même tout à l’heure, dans la rue. Elle comprenait finalement pourquoi elle se sentait happée par son regard trop terni, ces sourires si rares, ce besoin de courir dans le noir sans savoir vers quoi… c'était un reflet de miroir, en plus calme, beaucoup plus calme.. Troublant écho enclenchant la nécessité d’écorcher le silence quasi instauré. «  Les rejoindre n’est jamais la bonne solution… » Même si c’était son frère à lui, son seul repère ou sa bouée de sauvetage. Même si c’était sa seule raison d’avancer à elle, son avenir et ses rêves. Tous deux, disparus, appartenaient à un passé, et avaient fait d’eux ce qu’ils étaient. « .. Sinon, on les décevrait. Non ? ». Le minois se relevait, compatissant.

Elle aurait pu lui raconter les danses sur les tuiles humides dans des coins de Londres, les dangereux jeux d’équilibriste sur les ponts, les excès, la perdition, la Colère, les déviances qui en avait découlé... Elle aurait pu lui mentir, dire que le temps fanerait les souvenirs, qu’il apaiserait la perte et cautériserait la douleur... Elle aurait pu faire la jeune femme mature, le bercer d’un « je comprends », user de son rôle d’infirmière... Elle aurait pu ne pas soupirer douloureusement, ne pas regarder à son tour par la fenêtre et ne pas laisser un sourire en coin se dessiner sur ses joues... Elle aurait pu sélectionner le moindre de ses mots, les rendre plus responsables. Mais au fond d’elle, la gosse âgée d’à peine 17ans ne les aurait jamais tolérés. Alors elle estimait que … Elle ne savait pas trop en fait…. Elle voulait juste qu’il sache que « En tout cas. Dans mon monde, y’a de la place pour ton chocolat chaud. Dès que tu en éprouves le besoin ». Simple vérité, rien d'autre à rajouter. S’épancher n'avait pas de réelle utilité au final.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Re: Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Matt Deliers, le  Dim 19 Jan - 20:55

LA mutuels
Les mirettes du Deliers se dérobèrent au travers de la transparence pour tenter de discerner quelconque forme dans l'obscurité glaciale extérieure. Elles abandonnèrent ensuite la vitre pour aterrir sur l'infirmière. Elle était désolée du Passé. La pauvre n'y était pour rien si lui n'avait plus de frangin. Matt ne voulait point de compassion malgré sa faiblesse évidente. Raté. Triste Vérité il n'arrivait pas à oublier ; comme si depuis deux ans sa vie entière eût été écrite sur une même page impossible à tourner.

Certes les rejoindre n'était probablement jamais la bonne solution. Mais sur le coup cela lui avait paru être une excellente idée. Un gamin de treize ans complètement dévasté a rarement de bonnes solutions ; sauter du toit de l’hôtel, ce soir-là, avait constitué à ses yeux la seule bonne échappatoire, SA seule option.

A l'évocation de la déception des regrettés disparus, il acquiesça. Simplement. Le garçon regardait la fille. La fille regardait le garçon. Et de ce simple échange visuel, elle lui suffisait à le réconforter. D'aucune adulte parmi les Autres, elle ne le jugeait. Mieux encore, elle le comprenait et l'acceptait pour ce qu'il était.
Plongé dans l'Obscurité depuis tellement de temps, Matt en avait oublié jusqu'à l'existence de la Lumière. Alors... merci. Merci à cette belle étoile - lumineuse, scintillante - qui venait de traverser la Vie pour éclairer un tant soit peu la sienne. Cet ange céleste (comme il se plaisait à les appeler) avaient des noms. De ceux qu'il n'oublierait jamais. Elhiya maintenant, comme Rikka avant elle.
La Verte & Argent avait croisé son chemin et éclairé l'Etre du Deliers. Jamais il ne la remercierait assez pour cela ; elle affirma qu'il avait une place quelque part.

Je vous remercie, Madame.
Vos paroles réconfortantes sont chaudes à mon cœur.

Il prit la tasse devant lui mais se retint de la descendre d'une traite. Dieu sait qu'il adorait le Lait. Dieu sait qu'il adorait surtout le chocolat chaud. Et les paroles de sa sauveuse avaient le même effet apaisant sur son organisme.

J.. Jamais je ne m'étais confié à propos de... Enfin, je veux dire « jamais à quelqu'un d'Autre », à part à un journal et à moi-même.
Je ne pensais pas que ce serait si difficile d'en parler.

Un soupir libérateur vint appuyer les mots. Le Gryffondor but des gorgées calmement. Savourant chaque lampée comme une nouvelle victoire. Et s'il finissait le chocolat ? Au pire il en recommanderait un, il rembourserait Elhiya plus tard.

Vous savez... C'est vraiment pas facile ; pour ne pas dire impossible d'en parler. Et puis de toute façon, qui prendrait le temps de s'arrêter et comprendre ? Je ne sais pourquoi un tel blocage. Sûrement la peur ou la honte d'en parler, sans parler de la douleur.
Mais pourtant avec vous tout parait si simple. Deux fois que je vous croise et que vous donnez un sens à ma Vie. J'espère un jour pouvoir vous rendre la pareil...

Le Deliers songeur n'avait jamais parlé autant. Mais l'évidence était toute acquise : l'infirmière possédait le pouvoir de le soulager de tous ses mots.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Re: Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Elhiya Ellis, le  Dim 2 Fév - 18:24




Mon LA accordé
Désolée pour le retard ><
Un sourire.
Rien de plus. Un simple sourire à ses remerciements qui n’avaient pas lieux d’être. Quand le cœur parlait, il ne voulait pas de gratitude. Il n’attendait rien en retour, se contentant d’être là, présent, du mieux qu’il le pouvait sachant que les ratés étaient possibles. Cette incapacité à les préserver de la peine et de la douleur était une torture de l’esprit dont il fallait s’accommoder, la blonde le savait désormais. Etre omniprésente était impossible, être compatissante ne servait pas à grand-chose non plus, ça ne ramenait pas les absents, mais au moins cela pouvait peut-être permettre de ne pas se sentir aussi seul. Il n’était point question de pitié, juste de compréhension et d’acceptation. Les épreuves posées sur les sentiers de la vie étaient proches à chacun, les similitudes permettaient de se rapprocher ou juste de murmurer d’un doux regard que le Temps devient un allié, même s’il ne le voyait pas pour le moment.

Les mèches d’or dansaient d’un silencieux, c’est tout naturel quand la tasse portée aux lèvres écoutait le chant mélancolique du Blond-enfant. Des paroles compliquées, des aveux sur la difficulté à se confier, un soupir porté par le palpitant adolescent et les mirettes qui le couvait, lui dans sa réalité que trop compréhensible. L’impression que personne ne pouvait saisir la détresse et la denteler en fragment de petite lumière, la douleur gourmande qui étouffait les mots développant les maux, au final, c’était le même vieux disque rayé que le deuil jouait. Infamie émotionnelle, que seuls les éveils de lunes et mort de soleils consécutif pouvaient altérer. Bienveillance de sablier égrainé invisible aux yeux contrits dans les œillères de la peine infinie. Elle, elle n’y était pour rien et détournait le regard une fraction de secondes au choix vocal du garçon.

Elle n’avait rien fait, elle comprenait juste un peu ce par quoi il passait du haut de son jeune age et « Si tu commençais l’équité en me disant tu ? Serait pas mal, tu peux m’appeler Elhiya, nous ne sommes pas au Château, ce sera plus simple non ? » Un clin d’œil presque malicieux rebondissait sur l’impression de simplicité de l’enfant, à la douceur et la sincérité préservée au milieu de ses échos de meurtrissures. Elle ne comprenait pas -ne pouvait pas- mais laissait cet attachement quasi maternel se dessiner sur ses joues quand elle lui parlait. « Je suis sure, qu’aujourd’hui, seul le chocolat s’est occupé de l’apaisement, moi je n’ai soigné que tes coupures après tout ! Et pour l’écoute… et bien, il parait que je sers à ca. » Mais il n’était pas question d’un rôle à jouer, elle le savait parfaitement. La retenue ou juste la peur de rendre ses mots trop impactant préféraient se confiner dans le rappel du titre d’infirmière qui lui avait été donné. Simple illusion qu’elle se doutait peu valable.

Le fumet lacté revenait à sa bouche, le terminant presque, se délectant de la chaleur sur la langue et dans la trachée. Il avait raison, les choses semblaient simples sur l’instant présent. Que ce soit à cause de leurs similitudes ou son trop jeune âge qui la poussait à se raccrocher à ce qui existait de bon en elle, ce môme rallumait l’envie de voir les étoiles les briller et l’insouciance souffler dans sa tignasse blonde. De Raison ou Déraison, l’Enfant au sourire si rare s’installait un peu plus dans ces aromes de douceur qu’elle n’octroyait qu’à peu, de peur d’être déçue. Pourtant la crainte et la peur de l’inconsistance, se taisait, préférant le bercer d’un sourire aux moustache chocolatée essuyée. « Une autre tasse ? Je ferais un mot à ton directeur de maison pour expliquer que tu es rentré tard, ne t’en fais pas. » Point d’urgence après tout, le P’tit Loup au commande des Rouges et argent serait bien mal venu de relever le retard de son ancien préfet.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Re: Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Matt Deliers, le  Dim 16 Fév - 1:07

LA mutuels
Friction de ses mèches blondes, acquises à la rebellion depuis bien trop longtemps. Peut-être devrait-il se les couper ? Réflexion posée entre deux confidences. Avait-il vraiment sa place dans ce Monde ? Dix secondes près ce soir d'été, et le Monde continuait de tourner sans le Deliers. Aurait-il manqué à quelqu'un ? Question à l'évidence soudainement frappante ; devait-il se couper les cheveux ?

Demande d'équité. Passage obligé du « vous » au « tu » comme on tournerait la page d'un carnet si cette dernière n'avait plus de place pour qu'on y écrive. Magnifique composition verbale. Entremêlement de mots où finalement chacun avait sa place. J'ai beaucoup trop de respect pour vous... Regard perçant de l'infirmière. Le petit Lion se reprit. ..toi. Pour toi. Alors la transition sur le tutoiement risque de prendre un petit peu de temps.

Chocolat chaud. L'une de ses plus grandes faiblesses avouées. Elle avait raison. Comme si souvent et que le contraire ne pouvait exister. Apaisement du Corps et de l'Esprit. Peut-être, sûrement même, la raison pour laquelle il adorait cette boisson. Devant le regard attendri de la jeune femme, Matt se justifia. J'adore vraiment le chocolat chaud. Vraiment.

Elle n'avait soigné que les coupures. Sourcils froncés tandis qu'il plongea ses prunelles dans celles d'Elhiya et ses lèvres - encore - dans sa tasse pour en savourer le précieux liquide. Pourquoi minimisait-elle l'incident ? Elle lui avait littéralement sauvé la vie. Sans elle il y serait probablement resté, de l'Autre côté. D'abord tabassé pour finalement finir congelé dans une ruelle à peine fréquenté de ce patelin presque paumé.

Pourquoi dites-vous cela ? Pourquoi minimiser votre rôle ? Vouvoiement revenu auquel il ne prêta pas attention. Le chocolat y est peut-être, sans doute même, pour quelque chose. Mais c'est vous.. tu.. te.. toi qui m'avez apaisé. Aveu partagé. Tu m'as récupéré là, dehors. Tu m'as sans doute sauvé d'une fin douteuse et soigné mes blessures sans jamais rien demander. Ne dites pas que c'est seulement le chocolat. Un sourire timide dessinée sur le coin des lèvres.

Tristesse. Le cœur lourd d'être autant redevable envers Elhiya. La tasse vidée par les assauts répétés du Deliers. Ce dernier repoussa légèrement la choppe plus légère sur la table. Il se lécha les babines pour savourer les dernières traces sur ses moustaches de lionceau. Offre d'une autre tasse et d'une excuse pour rentrer après le couvre-feu des sorties. Non ! Cela n'était pas raisonnable. D'accord. Je veux bien.

Nouveau sourire. Plus dessiné que le précédent. Ses yeux se mirent à briller avec leur couleur marron chocolat, proposition alléchante. Prunelles illuminées comme par Magie - douce, ancienne, l'ayant déserté il y a des années. Celle de l'Enfance.

C'est la première fois que quelqu'un est... gentil avec moi. Depuis... longtemps.
Je n'ai pas l'habitude qu'on s'occupe de moi.
Je ne veux surtout pas t'embêter avec mes histoires.

Bilan vite résumé : un grand frère décédé. Une mère portée disparue. Et un père dont la seule chose qu'il lui ait donné : son nom, Deliers. Rictus amer.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Re: Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Elhiya Ellis, le  Sam 23 Mai - 14:43




Du respect ? Notion ô combien louable mais ô combien étrange à l’ouïe. Nourrir ce genre de sentiment chez quelqu’un était bien une chose totalement inconnue pour la demoiselle qui se serait demandé ce qu’elle avait pour susciter ce genre de chose si elle n’avait pas trouvé touchant l’aveu de la difficulté de la transition du garçon. Peut-être avait-elle toujours manqué de cet ingrédient pour comprendre, ou avait-elle toujours cela trop prompt aux convenances sociales pour réellement s’y intéresser. Le sourire amusé se figeait à ses lèvres rosées, sans qu’il ne soit moqueur, juste attendrit de tant de...  « politesse » ? à moins que ce fut son manque d’insouciance qui dénotait le plus, impossible à dire en le regardant se justifier sur sa gourmandise… Mignon. Tout autant que ses questions, et le froncement de sourcil.

Le sourire en coin restait, l’écoute ne fanait pas, et le soupire léger s’évadait alors que les mirettes le couvait toujours un peu plus. Ce qu’il disait semblait cohérent, mais sa vision était erronée, elle avait juste été là au bon moment pour une fois, contrairement à plein d’autres occasion raté. Alors cette reconnaissance était déplacée, ses soins étaient normaux, bien loin d’être une bénédiction, n’importe qui d’autre aurait fait pareil. Il suffisait juste que quelqu’un d’autre passe à cet endroit, rien de plus… Fruit du hasard et non à la bénédiction, ce besoin de dire que sa présence aléatoire avait un impact réel lui semblait bien trop. La moue devenait gênée, cachée derrière une lampée de chocolat laissant une moustache de chocolat essuyée rapidement. Etre adulte, très important pour l’image qu’elle ne cultivait pas, mais surtout essentielle pour garder le silence qui se voulait mature, même si le pouffement trahissait le reste d’insouciance qui la parcourrait.

Amusée sous l’entrain du lionceau, sa main s’était levée à l’attention du serveur pour réclamer silencieusement une nouvelle tournée de boisson sucrée. Du chocolat ou de la possibilité de continuer à faire un pied de nez au couvre feu, Elhiya ne savait ce qui illuminait autant les prunelles de l’Enfant. Car c’était bien ce qu’il était avec ce sourire et ces mirettes à nouveau éclairés. De mémoire, c’était la première fois qu’elle croisait cet éclat chez lui, et c’était étonnement plaisant. Comme si c’était avec ce genre de lumière que les gosses de son âge devaient rayonner. Comme si elle trouvait ça incroyablement gratifiant et réconfortant de le voir réagir comme un môme insouciant. Etrange impression qui caressait son être de la sensation d’avoir été là où il fallait pour une fois. C’était… agréable… comme si le vide qu’elle trainait à chaque instant se ternissait un peu..

Puis, il y’avait ses mots, qu’ils continuer à déverser sur la table qui les séparait. Sa tristesse qui ricochait si doucereusement à ses tympans. Sa crainte d’être ennuyeux qui nourrissait cette envie de le rassurer, de lui dire que non, personne ne devait se sentir comme ça, que personne ne devait rester sans l’ombre d’un autrui qui veillait sur soi. Conviction ironique d’une jeune femme qui avait toujours eu l’impression d’avoir toujours donné de l’importance qu’à des fantômes. « On demande des cookies en plus alors ? » Pas à l’aise avec les remerciements, ou du moins la reconnaissance, ou tout ce qui pouvait y ressembler, naturellement un ton plus jovial –quoi que à demi-teinte- « Mais uniquement si tu arrêtes avec tes « vous », j’ai l’impression d’avoir 50ans » Dérision et tentative de rendre le ton plus léger. « Mais tu m’embêtes pas avec tes histoires de toute façon, ne t’en fais pas. Et puis prendre un chocolat chaud seule c’est triste quand même » Pas vraiment, mais s’il voulait des justifications stupides qui minimisait l’importance qu’il lui donnait, elle pouvait en trouver plein.

Deux nouvelles tasses posées sur la tables, le regard malicieux se posait alternativement sur le serveur puis sur Matt. « Alors, quelque chose qui te ferait plaisir pour fête un couvre-feu non respecté qui ne te vaudra aucun souci ? » Oui, changer de sujet était ce qu’elle voulait. Qu’il ne reste pas bloqué dans une espèce de reconnaissance dont elle ne savait quoi faire, qu’il sourit lui aussi malicieusement. Non pas car il pouvait dire à ceux qui l’avaient tabassé qu’ils l’avaient loupé, mais bien juste car comme un enfant, il capturer l’instant présent et cette possibilité de grignoter des sucreries sans se soucier du temps. Peut-être était-ce trop demander, mais elle ignorait pourquoi, sa présence faisait vibrer doucement cette lueur faiblarde au fond de ses ombres personnelles. Tout comme le blond, plus grand, sa détresse semblait éveiller un écho brulant qu’elle ne se refusait pas de laisser s’emporter. La gentillesse n’était pas quelque chose qu’elle pouvait feindre, ce n’était ni le role de sa tenue, ni l’obligation de son âge, c’était juste ce qu’il avait semé depuis qu’elle l’avait croisé, scintillant de cette étrange lumière à chaque fois
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Re: Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Matt Deliers, le  Dim 14 Juin - 15:46

LA mutuels
Des cookies. Des cookies et du lait. Voilà ce qu'il demanderait en dernier repas de condamné si un jour on en venait à l'exécuter. Le bonheur résidait souvent dans les choses simples. Aussi quand Elhiya proposa d'en commander les prunelles du petit Lion s'illuminèrent. Il acquiesça de la tête. Des cookies. Beaucoup de cookies. Une infinité, si possible ! Et du lait. Beaucoup de lait.

La menace d'en être privé si aucun effort de tutoiement flottait au-dessus des mèches blondes. Ainsi il ne l'embêtait pas avec ses histoires ? Au fond le petit Lion le savait ; l'infirmière disait cela uniquement pour tenter de le rassurer. Mais cela marchait. Gentille. Douce. Apaisante. Attentionnée. Une vraie figure maternelle à laquelle le Deliers s'accrochait. Avec elle il se sentait sous contrôle. Calme. Tranquille. En sécurité.

Merci. Matt s'était à la fois adressé au serveur venant de déposer les tasses et à la blonde assise en face de lui. Légère gêne quant au fait qu'on lui offre des choses. Il n'en avait pas spécialement l'habitude. Hmmmm.. Le Deliers fit mine de réfléchir alors qu'en réalité c'était tout réfléchi. On va prendre des cookies. Siouplait. Plein de cookies. Les prunelles passèrent d'Elhiya au serveur. Confirmation visuelle avant de s'enfuir de leur champ de vision.

Les mains se placèrent stratégiquement autour de la tasse fumante, enroulant la chaude porcelaine. Point d'impatience. Se brûler juste les doigts pour se rappeler à quel point il détestait le froid. Sentir le picotement embraser le bout de ses empreintes digitales et remonter tout le long de ses bras jusqu'à son cerveau. Frisson garanti. Réaction épidermique. Un sourire stupide s'imprima sur sa frimousse tandis qu'il remerciait intérieurement encore une fois l'infirmière. Plus tard je voudrais ouvrir une librairie. Rêve partagé de deux gosses. Deux frères Deliers avec cet objectif d'ouvrir leur propre boutique ensemble. Matt devrait faire les deux moitié du boulot désormais...

En plus des livres, on y vendra des cookies. Plein de cookies. Pourquoi il lui avouait tout ça ? Il n'en savait rien. Peut-être parce qu'entre ce que les gens souhaitaient et ce qu'il se passait vraiment, il y avait tout un Monde ? Et que le dire ici et maintenant, quand bien même cela n'arriverait pas, permettrait de graver son rêve dans l'Esprit d'un Autre avant qu'il ne périsse. Le rêve. Ou lui. Vous serez mon invi... Regard froncé d'Elhiya. Oh, le tutoiement.. Tu seras mon invitée permanente. Chaque fois que tu passeras me voir, je t'offrirai des livres et des cookies. Oui. Elle le méritait. Il souriait désormais. Il était content.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
PersonnelSte-Mangouste
Personnel
Ste-Mangouste
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Re: Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Elhiya Ellis, le  Mer 24 Juin - 21:15




Pétillements de mirettes obtenus. Eclats lumineux dans les prunelles du garçon, marques bien plus douces que des mercis, machinalement, son sourire rosé se redressait bien que ses longues mèches blondes feignaient un intérêt pour le fond de sa tasse. Ne pas montrer qu’elle était contente de le voir ainsi briller pour des biscuits. Pas qu’elle fût pudique, juste qu’elle ne savait pas vraiment régir si on le lui faisait remarquer. Le serveur était salvateur, pour le gosse, pour elle, l’attention dérivait parfaitement sur les gourmandises des papilles capables de réchauffer un peu le cœur.

Un pouffement lui échappait à la commande à venir. Des traces d’insouciances caressaient le lionceau soudainement, apaisantes et réconfortantes à entendre et voir. La validation d’un signe de tête pour assurer que les délices seraient bien payés et regard couvant sur les révélations bibliothécaire de l’enfant. Les lèvres coincées en demi-sourire sous la surprise de l’information, Elhiya rit doucement au concept que le jeune homme voulait mettre en place. L’idée était bonne, très bonne même, il faudrait aussi du miamhiboux et des croquettes pour les compagnons ! Lui soumettre la proposition égayait les traits de la jeune femme très succinctement.

Un vouvoiement de plus inversait la courbe des sourcils, impression d’être la maman qui grondait pour les mains non lavées avant le diner. Elle se ravisait rapidement, lui aussi, conscient du caprice inconscient de l’adulte face à lui, la faisant se radoucir un peu trop. Attendrissement à son sourire, ou d’affection à son rêve, elle ne savait vraiment ce qui guidait cet élan effervescent d’entrain. Mais il était certains qu’elle s’y voyait déjà. « Avec des cupcakes et des croquettes pour les familiers ! ça serait un bar à livres ! ca serait super ! Par contre, faudra pas le dire, mais j’aime bien les romans niais. Je vais te faire faire faillite si jamais tu en as » Elle rit, de bon cœur, lui parlant de bouquins et de cookies. D’histoires de miettes coincées entre les pages et de doigts couvert de chocolat et d’encre.

Elle parlait avec douceur, se sentant rassurée par ses moues de petit garçon, l’invitant à user de la nuit et du mot d’excuse qu’elle donnerait à Ulysse en rentrant. La nuit pouvait durer le temps du plateau de grignotage, qu’importait les heures qui s’écoulaient, elle aimait voir ce scintillement crépitant dans ses mots d’enfant, dans son enthousiasme peignant ses lèvres. Le château pouvait attendre encore un peu

[fin du rp]
Contenu sponsorisé

Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé] Empty
Re: Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Contours d'une nouvelle étoile recroisée[Terminé]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.