AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's
Page 1 sur 1
Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé] Empty
Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]
Hugh Dey, le  Lun 23 Déc 2019 - 21:44

RP avec Noah Alniott
Saison 29 – Hiver
Fin de journée

Gros coup de chance. C’était un peu ce que je me disais quand je me retrouvais seul, comme aujourd’hui, en fin de journée, dans la boutique Ollivander’s. J’avais eu un gros coup de chance en ayant ce job. Limite j’avais vu de la lumière et j’étais entré quoi. Y avait la patronne qu’essayait de me former mais franchement c’était pas super simple. Bon, les bois à la limite je pouvais reconnaître. C’était pas trop ça le plus dur. Mais à l’intérieur… On voyait rien. On pouvait pas voir à l’intérieur, je comprenais même pas comment qu’on faisait pour mettre un ingrédient à l’intérieur du bois. Y avait rien de logique, le morceau de bois en théorie il était solide, alors comment qu’on faisait pour glisser un truc dedans sans faire de trou ? Mystère irrésolu. Après la taille, j’avais pas l’œil encore, mais comme y avait des mètres partout je pouvais toujours me débrouiller.

Enfin bref, gros coup de chance, parce que même si c’était pas facile vu que j’y connaissais rien, bah y avait pas un chat. C’était pas la période quoi. Mais apparemment, dès que ça allait être le bon moment, on allait se prendre une avalanche de petits nouveaux, et y avait intérêt que je sois prêt. Que je leur donne pas la mauvaise baguette, surtout si je devais en gérer cinq à la fois. Pour être honnête, ça me faisait flipper. Mais pour l’instant, j’étais un peu payé à rien foutre. Aujourd’hui y avait pas la stagiaire, pis la patronne avait dû partir alors moi, vu que quand même j’avais le rôle de gérant, bah j’avais le droit de fermer la boutique. J’attendais que le temps passe en essayant de mémoriser les différents bois qu’on avait, et surtout les sous-types. Nan franchement, déjà que j’étais pas très bon en mémoire, mais alors là apprendre une liste, bordel, y avait rien de plus ch*ant.

Finalement gros coup de chance je sais pas si on pouvait vraiment dire ça, y avait vraiment des côtés chiants. Le cerveau en bouillie, je m’arrêtais et je gardais les yeux dans le vague, la tête tournée vers les étagères de baguettes. Y en avait tellement. Comment j’allais faire pour donner la bonne baguette à quelqu’un en fait ? Comment qu’on savait ?

La clochette de la boutique venait de sonner, et je me disais que c’était sûrement la patronne qui revenait pour savoir si tout se passait bien alors je lançais rapidos un « Salut ! Ca va t’inquiètes, t’es pas obligée de venir checker tout le temps hein ! » avant de me retourner pour lui lancer un clin d’œil. Mais c’était pas la patronne, nan. Y avait une dame qui venait de rentrer, petite brune, les cheveux coupés au carré et surtout des cernes sous les yeux. Alors, sous le choc d’avoir une cliente je bégayais un « Euh p-p-pardon bienvenu chez Olliv… » mais je me coupais. Ca, c’était un des rares visages que je connaissais. Et c’était pas peu dire. Un visage que j’avais pas vu depuis plusieurs années. Mes yeux s’étaient agrandis et je laissais juste échapper, de l’air le plus étonné qui soit « Noah !?? Mais ça fait combien de temps !!? »
Trop longtemps. Beaucoup trop longtemps. Et la première image qui me venait, c'était une torche enflammée dans le c*l d'une vache. Eh bah bordel...


Dernière édition par Hugh Dey le Lun 13 Avr 2020 - 15:56, édité 1 fois
Noah Alniott
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé] Empty
Re: Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]
Noah Alniott, le  Mar 24 Déc 2019 - 14:18

Noah se réveilla vers midi avec le même goût amer dans la bouche. Le même goût amer que le réveil précédent. Que tous les réveils qui se succédaient depuis une semaine. Ne sachant plus si tout était vrai. Et comme tous les matins, son premier réflexe c’était de chercher sa baguette sous son oreiller pour lancer un sortilège à la cafetière. Avant de se rappeler qu’elle l’avait intentionnellement brisé en deux. Et de se lever, très péniblement, pour faire du café, avec ses mains. Huitième jour sans magie. Elle avait vécu une décénie sans magie, et après cela, elle ne s’en était plus jamais passé, à part durant les 2 mois de vacances scolaires estivales, véritable torture.
Cette fois c’était différent, c’était parfaitement consenti. La semaine dernière, ivre comme un coing, seule dans son atelier de l’allée des embrumes, elle avait longuement parlé (avec elle-même) de ce que la magie lui avait apporté et ce que la magie lui avait pris. Elle avait été chef de l’Ordre du Phénix. Elle avait laissé torturer Liam. Elle avait vu des amis mourir. Elle était devenue très très violente. Trop de traumatismes la hantaient, même après un long voyage en Asie avec son neveu. Même après plusieurs années passées en dehors de toutes ces histoires de politique, de magie blanche et noire. Elle avait vraiment essayé l’art comme échappatoire. Elle avait fait des trucs jolis, des grandes toiles. Pourtant aujourd’hui elle se sentait toujours prise aux pièges, et l’étau se resserrait un peu plus chaque jour. -« Mais fais-toi aider, y’a des bons psys à Ste Mangouste », lui avait-on dit. Oui mais elle ne pouvait pas parler de l’Ordre à un psy de Ste Mangouste. Elle ne pouvait pas révéler tout ce qu’elle avait vu, tout ce qu’elle savait. Elle voulait fuir. Elle voulait tellement recommencer une vie normale. Comme quand elle était juste proprio du Chaudron Baveur et qu’elle s’occupait des ivrognes d’Angleterre. Mais à cet instant, rien que le chemin de Traverse lui rappelaient trop de souvenirs. Rien que la vue de sa baguette en bois de houx, posée sur le chevalet, lui rappelait que sa vie était misérable. Plus de meufs. Plus de fête et d’orgies. Plus d’adrénaline quand on préparait une mission. Plus d’adrénaline. Dans un sens, elle le voulait et elle l’aimait, ce stress de mort, cette pulsion auto-destructrice. Autant qu’elle voulait le fuir parce qu’elle avait compris, en dix ans, que ça détruisait tout sur son passage.

Alors, alors qu’elle finissait un énième verre d’hydromel, une idée lui vînt. Et si elle arrêtait la magie tout simplement. Si elle revendait le chalet à Godric’s, l’appart dans l’allée des Embrumes, pour aller s’installer à Manchester, ou Glasgow, sans baguette. Seul son neveu à Poudlard pourrait alors de temps en temps, lui rappeler ses originaires.
Tout à coup, bien que toute sa vie soit bâtie dans de ce monde, elle avait la certitude qu’il lui fallait un nouveau départ. Un départ sans magie. Alors, lentement, elle avait pris sa baguette, et lentement, elle l’avait tordue jusqu’à ce qu’elle se brise. Elle n’avait pas imaginé que c’était si solide, ce bout de bois. Elle avait dû forcer pendant presque une minute avant que le bois cède. De la fumée blanchâtre s’était échapée du bois au moment du crâquement. Des poils de niffleur étaient tombés par terre. Noah s’était instantanément sentie vide. Comme si ce geste lui avait enlevé à son cerveau. Sa main droite lui semblait à présent inutile. Elle avait appelé son elfe de maison, Mury, fidèle au poste depuis plus de 10 ans, et lui avait offer son pull. Il avait pleuré, puis transplané. Elle était allée se coucher.

Elle n’avait pas quitté l’allée des embrumes depuis, n’avait pas fait descendre son indice d’alcolémie non plus. Depuis une semaine, elle ne pensait qu’à cela. Était-ce le bon choix ? Chaque minute, elle changeait d’avis. C’était la pire semaine de sa vie. Mais c’était peut-être juste un cap à passer avant d’aller enfin bien, se disait-elle.

Ce matin, en buvant son café et en tirant sur sa cigarette, Noah arrêta enfin son avis sans le changer trois minutes plus tard. Elle resta assise de longues heures, face à la fenêtre sale. Elle voyait quelques sorcières louches échanger en bas de l’immeuble d’en face. Et un vieil homme les observait depuis sa fenêtre et ses rideaux crasseux. Soudain, Noah se leva. Elle avait compris. Cela faisait plusieurs heures qu’elle avait compris, et qu’elle n’avait pas changé d’avis. C’était la décision à prendre. C’était enivrant, euphorisant, d’en être certaine. D’être enfin sûre de quelque chose. Il ne fallait pas fuir mais affronter. Elle n’allait pas oublier 20 ans de vie. Jamais. C’était impossible d’oublier une si longue et dense période de vie. Les erreurs qu’elle avait faite faisaient parti du jeu. Les mauvais moments aussi. Le but c’était de ne pas les reproduire indéfiniment. Mais cela ne voulait pas dire plus de magie. La magie faisait partie de son être. Elle était née dans une famille de moldus, et le hasard lui avait donné ce don. Accepter ce qu’elle avait été, ce qu’elle pouvait encore devenir, plutôt que de pleurer dans son coin en se prenant pour une artiste maudite, comme elle le faisait depuis environ un an, c’était un chemin qu’il fallait essayer d’emprunter. Première étape, racheter une baguette. Deuxième étape, trouver des acheteurs pour toutes les toiles qu’elle avait produite depuis quelques semaines, il était temps de renflouer son compte à Gringotts. Troisème étape, aller trainer dans des bars , être sociable.

La petite brune pris une douche, lava ses cheveux huileux, enfila une longue robe noire, des bottines, une cape couleur moutarde, et remonta la rue. Elle se sentait plus vulnérable que jamais sans baguette dans cette rue. Elle ne pouvait s’empêcher de penser que tout le monde la dévisageait. La petite sorcière arriva soulagée devant la boutique d’Ollivanders. Elle s’était battue ici, quelques années plus tôt. Si ses souvenirs étaient bons. Peut-être que c’était pas elle mais ses frères et sœurs d’arme de l’époque, mais qu’elle l’avait donc vécu à travers tous leurs rapports. Il y avait eu tant de combats qu’elle ne se souvenait plus trop, tout se mélangeait. A part l’attaque de Poudlard et celle de l’Hills House qui demeuraient extrèmement détaillées dans sa mémoire, malheureusement.

Noah entra dans la boutique, un homme de dos se tenait face à elle. L’odeur de bois lui plaisait beaucoup. Elle avait l’impression de sortir du brouillard depuis ce matin, de redécouvrir chacun de ses sens. De redécouvrir la peur, la timidité, l’envie. « Salut ! Ça va t’inquiètes, t’es pas obligée de venir checker tout le temps hein ! »
Le gérant se retourna.
« Euh p-p-pardon bienvenu chez Olliv… » « Noah !?? Mais ça fait combien de temps !!? »
-Oh pu*ain de m*rde.
Hugh Dey. Elle l’avait récupéré sur son trottoir alors qu’elle était encore une gamine d’une vingtaine d’année, (LIRE ICI ), elle l’avait embauché au Chaudron Baveur, ils avaient fait beaucoup la fête, il était fou et elle adorait ça chez lui, parce qu’elle s’ennuyait pas avec. A l’époque, elle faisait tout pour tromper l’ennui. Ils avaient même couché ensemble une fois (LIRE ICI ), alors que Noah ne mangeait normalement pas de ce pain là. Elle savait comment il était foutu, elle le connaissait sous toutes les coutures. Elle l’avait même fait recoudre. Une fois, il était arrivé chez elle à moitié évanoui, portant sa main ensanglanté dans son autre main (LIRE ICI). C’était à ce peu près à cette époque que Noah était devenue violente. Ca avait été l’escalade de violence.

La trentenaire resta bouche bée. Elle était si heureuse de le revoir que cela chassa rapidement le souvenir ensanglanté qui aurait pu la faire rebasculer dans ses pensées obscures de la semaine. Elle se sentit soudainement frappée par la résilience. Il y avait eu des bons moments, dans son passé. Elle les avait bien cherché, toutes ces péripéties. Si elle était rentrée dans l’Ordre, c’était pas que politique, c’était aussi parce qu’elle voulait avoir une vie de dingue. Une vie dangereuse. Une vie intense. Si elle avait à un moment cumulé son job à Poudlard et son job au Chaudron Baveur, c’est parce qu’elle adorait anesthésier son cerveau. Tout était plus simple qu’en on prenait pas le temps de réfléchir. Elle avait soudain beaucoup de tendresse pour la jeune Noah. Celle qui draguait plein de filles en soirée, s’occupait de son neveu avec ses potes sorciers alcooliques, partait en mission, cuisinait à Eagle Place, osait pas engueuler ses « petits poufsouffles » à Poudlard, aimait danser sur le comptoir du Chaudron Baveur, et organiser des orgies à la campagne. Tout à coup, c’est comme si tout rentrait dans l’ordre. Comme si le puzzle était complété. Elle pouvait à nouveau aller de l’avant. Ca avait pris le temps, mais elle était sortie du tunnel.

Après un long silence, elle dit d’une voix sèche.

-J’étais en Asie, je suis rentrée y’a un an genre. J’ai eu des petits soucis, j’ai essayé de devenir peintre, enfin techniquement j’suis peintre. Enfin on s’en fout. J’ai cassé ma baguette en fait. Mais … Pourquoi tu bosses ici toi ?
Noah s’avança vers son ancien meilleur ami.
-T’es toujours pas mal. T’as toujours cet air un peu perdu, un peu con, j’adore.
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé] Empty
Re: Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]
Hugh Dey, le  Mer 25 Déc 2019 - 22:14

-Oh pu*ain de m*rde.

C’était sa première réaction, et ça me faisait rire. D’un vrai rire je veux dire. Un rire aux éclats comme j’en avais pas eu depuis longtemps. Pas de ces petits rires gênés que je pouvais avoir parce que j’étais pas sûr de ce que je faisais ou de ce que je foutais là, nan. Plutôt d’un rire franc, naturel, heureux. Simple, en fait. Un rire qui se prend pas la tête, parce que revoir Noah c’était quand même le truc le plus étonnant qui soit. Et ma tête le savait, ma tête s’embrouillait de souvenirs qui venaient pelle-mêle, et qui élargissaient encore plus mon sourire.

Noah c’était un peu ma sauveuse. Elle m’avait d’abord ramassé un jour, par terre, dans la rue, complètement beurré, et elle, bah elle s’était dit que ce serait une bonne idée de me ramener chez elle. Genre, normal. Mais qui fait ça ? Qui fait ça à part une folle ? Ouais, elle était tarée Noah, mais elle était tarée dans le bon sens du terme. Tarée parce qu’elle voyait encore le bon un peu chez tout le monde. Et chez moi surtout. Tarée parce qu’elle m’avait offert un job au Chaudron Baveur et qu’elle m’avait même pas viré quand je pétais tous les verres parce que j’avais perdu les sensations dans ma main. D’ailleurs elle savait tout. C’était grâce à elle si ma main était encore sur mon bras. Sans elle, j’aurais fini manchot. Et déjà j’aimais pas trop les pingouins, alors j’imaginais pas finir manchot.

Les souvenirs qui revenaient étaient tellement forts que je devais en avoir les yeux qui brillaient. J’avais pas de mots. J’avais juste des images. Et ce qui était énorme, c’était qu’elle avait l’air complètement dans le même état. Alors le silence prit place entre nous, mais c’était pas ce silence de gêne qu’on veut impérativement briser et qui s’épaissit au fil des minutes, nan. C’était le silence de la stupeur. Le silence de l’étonnement. Le beau silence, celui du choc. Le silence ému, en soi. Et puis brusquement, comme si les mots venaient de reprendre place dans la bouche de la petite brune, elle déballa tout d’un coup.

-J’étais en Asie, je suis rentrée y’a un an genre. J’ai eu des petits soucis, j’ai essayé de devenir peintre, enfin techniquement j’suis peintre. Enfin on s’en fout. J’ai cassé ma baguette en fait. Mais … Pourquoi tu bosses ici toi ?

Wow. Attends j’ai pas tout en tête là. L’Asie ? Mais pourquoi ? Qui c’est qui va en Asie ? Un an qu’elle était revenue et moi j’étais parti aussi, moi j’avais fait ma vie de mon côté. Pis elle peignait. Ca c’était drôle. Je l’avais toujours un peu considéré comme une artiste parce qu’elle faisait des supers bons cocktails, mais du coup je l’imaginais avec un shaker dans les mains, en train de mélanger la peinture avant de faire un gros splash sur la toile. Et juste parce que l’image était géniale, je riais encore, cette fois tout seul, comme un con/. Alors comme je m’en rendais compte, je me grattais la tête, et c’est là qu’elle balança la meilleure réplique du monde.

-T’es toujours pas mal. T’as toujours cet air un peu perdu, un peu con, j’adore.

- Y a que toi qui peut dire ça en ayant autant la banane, j’adore. Merci

Et sans attendre, je sautais par-dessus le comptoir, et j’allais la serrer dans mes bras. J’étais pourtant pas quelqu’un de super tactile et bisous câlins et tout le tralala, mais juste là, c’était trop. Parce qu’elle était toujours autant elle-même, toujours aussi simple et directe avec moi et que y avait pas de faux semblant. Y avait juste deux potes qui se connaissaient par cœur et entre qui ça avait dérapé une fois, oui bon c’est vrai, pour un moment franchement agréable mais qui méritait d’être unique.

Alors, après une longue étreinte, qui me faisait un bien fou, parce que j’avais pas vraiment eu de contact humain depuis mon retour en Angleterre – et d’ailleurs, en France, j’en avais pas tellement eu non plus – je reprenais mes distances et la dévisageais, avec un sourire tout con sur les lèvres. Y avait tellement de joie à voir ce que je voyais que mes cheveux se mettaient aux couleurs de la gay pride sans que j’y prête attention, parce que je savais plus trop quoi penser. Chaque mèche se colorait indépendamment des autres, comme si c’était trop dur de s’arrêter sur une seule chose.

- Moi ch’uis parti en France pendant un bout d’temps et… je commençais à me marrer, parce que je me doutais bien qu’elle allait me prendre pour un fou avec la suite, un jour sur un coup de tête j’ai vu qu’ils recherchaient un directeur pour Poudlard. J’suis revenu là. Y a genre deux semaines, ou trois ch’ais plus. Et bon évidemment, tu m’connais, j’ai un peu la poisse, j’suis arrivé et le poste était d’jà pris. Alors bah je m’suis noyé dans des bouteilles en me disant que la vie c’était de la m*rde pis j’ai décidé de me bouger le c*l pour trouver un job. Et j’ai rencontré la patronne d’ici, pis comme toi y a des années, elle s’est dit que ce serait cool de me laisser une chance. Alors voilà ! Ch’uis là !

Et j’écartais grand les bras, comme si j’allais faire un « tadaaaaa » mais je le faisais pas. Peut-être une question d’autocensure, parce que je me disais quand même qu’il était temps que j’sois sérieux. Seulement, rester sérieux, avec Noah en face, c’était compliqué. Je les voyais les cernes, mais pour moi elle avait toujours sa bouille à connerie m’voyez ? C’te tronche qu’on a quand on est prêt à faire les quatre cents coups. Et en vrai, moi ça m’allait si je devais les faire avec elle. Seulement pas maintenant… On était quand même sur mon nouveau lieu de travail et j’avais moyen de faire mon job pour la première fois. Alors, je me raclais la gorge, comme pour me donner l’air d’un expert, je repassais derrière le comptoir – en faisant le tour cette fois-ci – et je lançais :

- Bon alors, t’as b’soin d’une baguette c’est ça ? Une idée ? Un truc qui t’attire en particulier ou tu me laisses te faire tout essayer ?

Et évidemment, j’aurais pu sortir cette phrase du contexte, mais non. Quand même. Déjà que je vendais des baguettes, ça prêtait suffisamment à confusion, j’allais pas en plus faire d’autres sous-entendus. Alors je reportais mon regard sur elle et je balançais avec un sourire tendre « J’te vois et j’ai l’impression d’avoir perdu dix piges. Parce que ça doit bien faire dix piges qu’on s’connait nan ? » Ouais. Et elle avait pris un coup de vieux mais moi aussi t’façon alors qu’est-ce qu’on s’en foutait. C’était toujours Noah, c’était ça qui comptait.
Noah Alniott
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé] Empty
Re: Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]
Noah Alniott, le  Jeu 26 Déc 2019 - 20:44

Hugh sauta sur Noah pour l’étreindre, longtemps, très longtemps. Noah sentit une bouffée de chaleur pas encore la ménopause nan l’envahir, tant elle était heureuse. Elle eu le temps de se le formuler intérieurement, et de penser qu’on lui aurait dit hier que tout irait bien, elle n’y aurait pas cru. Elle ressentait à nouveau des emotions fortes, autres que la faim et l’inconfort. C’était vraiment comme si son corps se réveillait après une longue hibernation. Il redécouvrait le contact avec la peau de quelqu’un d’autre, le bonheur que c’était de sentir la chaleur d’un ami contre soit. Noah apprivoisait à nouveau les mimiques de son ami, son odeur, tous ces détails sans importance qui tout à coup prenaient une valeur considérable sur l’échelle du bonheur. Lorsque les cheveux du vendeur prirent les couleurs de l’Arc-en-ciel, tel un bouquet final de feu d’artifices d’émotions, Noah étouffa un gémissement entre le rire, le hurlement de joie, et la timidité de ne savoir comment exprimer tous les mots qui la traversait.

L’ancien concierge de Poudlard expliqua qu’il était lui parti en France pendant un certain temps. Cela ne surprenait pas beaucoup Noah. De toute sa bande d’amis de l’époque, elle n’avait réussi à reprendre contact qu’avec très peu d’entre eux, par manque d’effort des uns et des autres certes, mais aussi car il y avait eu une grande vague de départ vers un monde meilleur, de fuite en avant. Leur génération n’était pas une génération de bâtisseurs. C’était comme si ils préféraient tous courir dans tous les sens pour passer le temps, plutôt que de construire quelque chose de stable dans un monde bancal.

La sorcière ouvrit la bouche quand Hugh raconta qu’il avait postulé à Poudlard pour être directeur, et la referma lorsqu’il expliqua que ça n’avait pas marché. Elle n’osa dire que c’était une idée drôlement bizarre qu’il avait eu. Hugh directeur, ça allait le faire crever soit d’ennui en remplissant les bulletins scolaires, soit de rage parce que les gosses de 13 ans sont odieux, soit d’un baiser de détraqueur, parce que Noah sentait Hugh toujours autant capable de se mettre dans des situations délicates, ce qui était problématique dans un environnement de mineurs. L’important c’est qu’il avait atterri ici, ce qui était plutôt cool pour la vieille sorcière Alniott en quête d’une nouvelle baguette.

-Bon alors, t’as b’soin d’une baguette c’est ça ? Une idée ? Un truc qui t’attire en particulier ou tu me laisses te faire tout essayer ?

Les yeux de Noah pétillaient de malice, mais elle garda son sérieux et répondit sur un ton prude.

-Je te fais complètement confiance, envoie la sauce. Y’en a bien une qui voudra de moi... Non ?

Noah ajouta : - Si ça peut t’aider, celle qui m’a choisie quand j’étais gosse c’était bois de houx et poils de niffleur. 

Elle se sentie soudain envahie par une vague de mélancolie en pensant à son ancienne baguette, et à la page qui se tournait en ce moment même.

-T’sais pourquoi je suis là ? Parce que j’ai cassé ma baguette la semaine dernière, je l’ai cassé comme une grande, dans un coup de folie comme on dit, parce que je voulais devenir moldue. Bref. C’est fini, je repars à zéro dans la joie et la bonne humeur, comme on dit.

-J’te vois et j’ai l’impression d’avoir perdu dix piges. Parce que ça doit bien faire dix piges qu’on s’connait nan ?

-Là je pense qu’on approche la quinzaine... Et en même temps, en te revoyant, j’ai l’impression qu’on s’est quittés avant-hier... Ça me fait plaisir.
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé] Empty
Re: Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]
Hugh Dey, le  Mar 31 Déc 2019 - 0:33

-Je te fais complètement confiance, envoie la sauce. Y’en a bien une qui voudra de moi... Non ?
Oh bah oui je pensais bien. Mais alors, là où elle était, c’était bien un mystère… Je me tournais vers les montagnes de baguettes reposant sur les étagères et je me rendais compte de l’ampleur de la tâche. Oh bordel. Comment on fait quand on a dix mille baguettes et une sorcière ? J’ouvrais grand les yeux et restais un instant comme ça, la bouche ouverte, à me demander dans quelle galère je m’étais pas encore fourré. Et puis finalement elle ajouta la phrase magique, celle qui me sauva :

- Si ça peut t’aider, celle qui m’a choisie quand j’étais gosse c’était bois de houx et poils de niffleur.

Là je rigolais. J’éclatais de rire parce que cette baguette là lui allait tellement bien. C’était beaucoup trop drôle. « Oh bordel. C’est juste parfait. Genre tu piques comme du houx et t’es aussi agressive qu’un Niffleur. C’est tellement ça ! » du coup, je sais pas pourquoi, mais ça m’avait comme débloqué. J’allais dans les allées d’étagères pour piocher les baguettes qui me semblaient appropriées. J’en prenais un certain nombre. Dix. Quinze. Et puis je revenais. Comme j’avais aucune idée de ce qu’il lui fallait, j’allais peut-être avoir plus de chance avec les baguettes que j’avais prises. Pourquoi celles-ci plus que d’autres ? Bah… Alors là… Le feeling je dirais. Je connaissais Noah, alors je prenais les bois et les composants qui me semblaient bien pour elle quoi. T’façon c’était pas vraiment moi qui choisissait, c’était la baguette qu’allait faire son choix, alors elles comprendraient bien hein. Elles comprendraient bien que j’étais dans la m*rde, que c’était la fin de la journée et qu’il fallait que je lui en trouve une avant que toutes les boutiques du Chemin de Traverse sauf la mienne ne ferment quoi.

Et en attendant, elle m’avait raconté comment qu’elle avait cassé sa baguette, et j’arrivais pas vraiment à le croire. Je fronçais même les sourcils en revenant vers le comptoir et je l’examinais de haut en bas. Elle avait quand même l’air bien fatiguée. Et le geste de casser sa baguette, c’était pas anodin. Pas du tout. Même moi, alors que je refusais complètement de faire de la magie, j’avais jamais cassé ma baguette de moi-même. Jamais.

- T’es sûre que tu vas bien ?

Les diverses émotions avaient quitté mes cheveux, les couleurs donc aussi, et je m’inquiétais vraiment pour elle. Même si le fait qu’elle confirme que ça faisait bien quinze piges qu’on se connaissait me faisait du bien à entendre. Et que juste la voir, ça me permettait d’avoir le smile. C’était juste que… Elle comme moi, on avait fait du chemin. Moi j’avais grandi un peu, j’étais comme du bon vin, je m’améliorais avec l’âge, mais on savait jamais trop dans quel tonneau vivaient les autres. Ca se trouve, le sien était percé… Je tournicottais ma bouche de tous les côtés, et je finissais par prendre la baguette en haut de la pile que j’avais ramenée.

- Tiens, essaie ça, je lisais l’étiquette sur la boîte pour pas lui dire de connerie, bois de Charme, corne d’Eruptif, 23,65 cm. je reposais la boîte pis j’ajoutais avec un sourire J’ai pris du charme parce que t’as du charme wesh. Un petit clin d’œil et hop, une cliente dans la poche, j’en étais certain.
Noah Alniott
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé] Empty
Re: Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]
Noah Alniott, le  Dim 5 Jan 2020 - 11:41

Hugh s’agita d’un coup, ses yeux roulaient dans ses orbites, de gauche à droite, de haut en bas. Noah n’arrivait pas à savoir si il était complètement perdu face au choix de baguettes, ou tout simplement très concentré sur ce qu’il faisait. Il se mit à piocher des boites, plein de boites, et en déposa une douzaine face à Noah.

-T’es sûre que tu vas bien ?

Demanda le vendeur d’une voix aussi terne que ses cheveux. Noah acquiesça avec un sourire, mais ne répondit rien. Si elle était là c’est qu’elle allait bien. Qu’elle faisait tout pour aller bien en tous cas. Elle ne voulait plus avoir mal, elle ne voulait plus être une épave. C’était la première marche de l’escalier.
Après un court instant de réflexion, Hugh tendit à Noah une baguette en bois de Charme et corne d’Eruptif. La couleur du bois était assez différente de celle du houx, mais Noah se disait que Hugh savait ce qu’il faisait et qu’après tout, c’est vrai qu’on lui avait toujours dit qu’elle avait du charme.

Noah s’empara de la baguette, geste si familier et naturel, qui lui avait tant manqué depuis une semaine. C’était comme retrouver le corps d’une amante après une séparation. Sauf que ce n’était pas la bonne. Noah sentait juste un grand vide dans tout son corps. Rien. Pas la chaleur habituelle. Il ne se passait absolument rien. Alors, elle dirigea la baguette vers la porte, pour voir si elle pouvait l’ouvrir. Mais la porte resta fermée. Noah regarda son ami avec stupeur.

-Hugh tu crois qu’on peut perdre ses pouvoirs ? Devenir un genre de cracmoll à cause d’un choc, ou de la crise de la quarantaine par exemple ?

Noah agita nerveusement la baguette comme une première année qui ne réussit pas un sort du premier coup, et la vitre explosa.

-Ah. Et bah voilà. C’est la corne d’Eruptif ça, c’pas fait pour moi.

Noah sautilla sur place, émoustillée par cette magie qui émanait d’elle à nouveau.

-Une autre, une autre !
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé] Empty
Re: Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]
Hugh Dey, le  Sam 11 Jan 2020 - 19:53

Je lui demandais comment qu’elle allait, et hochait la tête. Elle prononçait pas un mot, non. Elle le disait pas, mais elle faisait comprendre que oui. Comme si le dire était trop dur. Comme si le geste pouvait suffire à me convaincre. Mouais.
Du coup je lui confiais la baguette. Elle la dirigea vers la porte, et il ne se passa rien. Rien de rien. Elle dit quelques mots puis agita la baguette, et la vitre se cassa. Aïe. Je grimaçais, la lui reprenais des mains, tandis qu’elle sautillait sur place.

« Clairement pas celle-là c’est clair. Alors j’ai eum… » Je prenais une boite au hasard et je regardais. Nan. Pas elle. Dragon ça irait pas. Niffleur déjà testé pour elle, ça pouvait aller mais je pensais que Noah avait changé entre avant et maintenant. Oh. Qu’est-ce que c’était ça ? Sur la boîte c’était marqué TEST en gros. J’ouvrais, je regardais. Un bois tout simple, ça c’était clair, Pommier, assez neutre, et qui lui irait bien en plus, et à l’intérieur, un poil de Demiguise. Ah ouais, c’était pour ça le TEST. Le poil de Demiguise. On n’en avait pas beaucoup de ça. « Tiens prends celle-là. Elle est pas faite pour être vendue mais juste pour tester les combinaisons. Ca marchera probablement pas bien. »

Je lui fourrais la baguette dans la main et je lançais une main en direction de la vitre cassée. Pas de baguette non pour lancer un Reparo pas dégueu. C’était pas non plus comme si y avait eu des dégâts de ouf hein. Donc le verre se remettait tout bien en place comme il faut et je souriais, comme un débile, parce que j’étais fier de moi. J’avais toujours été plus habile à l’Accio qu’au Reparo quand j’avais pas de baguettes, mais là c’était propre.

« T’sais moi, la magie j’ai essayé de l’enlever de moi. J’ai essayé de pas en faire, j’ai vécu comme un moldu, j’ai voulu l’oublier. Et jamais elle est partie. Alors j’pense pas qu’elle puisse partir de toi comme ça. Des fois j’ai des problèmes avec mes transformations à moi, quand j’suis pas bien heureux dans ma vie, mais avec la magie en général nan. Et c’pas faute d’l’avoir voulu t’sais bien. »

Je lui offrais un grand sourire. Un sourire de quand tu veux rassurer les gens, avec les dents qui brillent et tout. Je voyais bien que ça la tracassait c’t’histoire de magie, et du coup c’était peut-être ça le problème. Elle était en train de couler. De sombrer. Quelque chose comme ça. Alors je reportais mon attention sur les boîtes de baguettes, pour voir si ça m’inspirait quelque chose, et puis je voyais une autre boîte TEST, comme la première. C’était marqué Bois de fer, et crin de licorne. Je sortais la baguette de la boîte et la prenais en main. Bordel c’était lourd. Super lourd.

J’allais regarder mes notes qu’étaient déposées pas loin pour regarder ce que c’était que le bois de fer. Bois de fer. Bois de fer. Ah voilà. Bois de fer. C’était rigolo comme nom. Bois le plus dense qui existe. Il ne flotte pas.
Oh c’était trop ça. Trop bien. Tout d’un coup j’avais des étoiles dans les yeux et un énorme sourire sur la tronche. Je lui tendais et je disais : « Tiens pis essaie ça aussi. C’est du test aussi c’est pas vraiment pour toi mais y a un truc hyper intéressant à voir là ! » y avait probablement que moi qui voyait que c’était hyper intéressant, mais je commençais à voir quelque chose de ouf. Le bois de fer parce qu’elle coulait. Le poil de Demiguise parce qu’elle voulait pas le voir, ou plutôt pas le montrer. Ouais. Je tenais un truc c’était clair. Fallait juste que je sois sûr qu’il y ait pas d’interférence manifeste avec ces ingrédients. Et après… Si jamais c’était validé, j’appellerai Izsa. Parce que moi je savais pas trop comment je pouvais faire fusionner les ingrédients des baguettes. J’attendais de voir ce que ça allait donner pour elle, et je sautillais sur place, un peu comme elle avant. J’étais sûr que je tenais un truc.
Noah Alniott
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé] Empty
Re: Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]
Noah Alniott, le  Mar 21 Jan 2020 - 18:13

Hugh, quelque peu désemparé, fouina durant un temps qui sembla durer une éternité à Noah. Il lui apporta enfin une boite, un peu différente des autres. La mention TEST était écrite en gros. Son ami lui expliqua qu’il essayait les différentes combinaisons possibles. Noah ne pu s’empêcher de penser qu’elle n’avait pas eu besoin d’autant de précision et d’attention pour sa première baguette. Cela la flattait dans un sens, parce qu’une petite voix dans sa tête lui disait que c’était parce qu’elle était devenue une sorcière « puissante » entre temps. Et en même temps, une autre petite voix lui criait que c’était n’importe quoi, c’était pas une question de puissance, mais qu’elle était tout simplement devenue trop folle, trop cassée, trop « out of the game », et que le pauvre vendeur devait s’adapter et se donner beaucoup de soucis pour trouver quelque chose qui lui convienne à peu près. Penser tout ça provoqua en elle un élan de culpabilité. Pourquoi avait-elle cassée sa baguette en houx et poil de niffleur. Elle lui convenait si bien. Elle n’avait jamais eu l’impression d’être limitée dans ses pouvoirs. Elle allait ouvrir la bouche pour demander à Hugh si il ne pouvait pas tout simplement lui refiler un prototype similaire à sa première baguette. Mais, encore une foutue voix dans sa tête, lui rappela qu’elle n’avait aucun autre élément de comparaison en terme de baguette, et que ça valait le coup d’essayer.

Noah s’empara donc de la baguette en bois de pommier et poil de demiguise. Légère, commode en main. Noah essayait de se remémorer ses cours de Soins Aux Créatures Magiques. Le démiguise c’était cet espèce de mini yeti capricieux qui devenait invisible dés que la classe devenait trop bruyante non ? Un truc dans le genre. C’était plutôt cute dans son souvenir. D’ailleurs, elle se sentit tout de suite proche de cette baguette. Elle recula de quelques pas, et lança un #accio en direction de la boite de la baguette. Qui s’envola instantanément vers ses mains. Son premier sort réussi depuis une semaine. Comme c’était bon de ressentir cette chaleur, cette magie qui l’enveloppait à nouveau. Satisfaite, Noah adressa un grand sourire à Hugh, fière de lui montrer que la combinaison marchait bien , tout compte fait. Mais celui-ci ne semblait pas en avoir terminé.

Tout en fouillant dans ses notes, il rappela à Noah sa phase où il avait essayé de vivre comme un moldu. Noah s’en souvenait très bien, elle l’avait sauvé d’une chute de la tour d’astronomie à cette époque. Réconfortée par les paroles de son vieil ami, Noah rangea la baguette en bois de pommier, alors que Hugh lui présentait une autre boîte. Noah fut tout de suite frappée par l’étrangeté du bois. Il était d’une belle couleur brune-orangée, il semblait l’appeler. Le crin de licorne, ça lui semblait super cool comme ingrédient. Lorsque Noah prit la baguette en main, elle fut frappée par son poids. Elle n’en avait jamais tenue d’aussi lourde, même quand elle s’amusait à Poudlard à cacher celle de ses camarades de dortoir.
Noah se surprit à apprécier la particularité de cette baguette. Prudemment, en raison des avertissements de Hugh, elle lança un #Wingardium Leviosa sur la boite. Un peu laborieusement, celle-ci s’éleva dans les airs. Et retomba dans un bruit sourd lorsque Noah baissa le bras. Le résultat n’était pas franchement satisfaisant, et pourtant, Noah ne voulait pas rendre la baguette à Hugh. Elle aimait ce bois. Comprenant soudain les manigances de son ami, elle s’exclama :

-Hugh tu es un génie.

Le dit génie sautillait sur place de contentement. Noah éclata de rire. Un grand rire plein de joie. Elle posa délicatement la baguette, et sauta dans les bras de son ami, l’étreignant Longuement, pour la deuxième fois en si peu de temps.

-Hugh il faut que le monde entier connaisse ton talent. T’es aussi bon que le vrai Ollivanders je suis sûre !
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé] Empty
Re: Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]
Hugh Dey, le  Mer 22 Jan 2020 - 20:39

Je sautillais d’excitation, oui, parce que je sentais que mon idée était géniale. Je savais pas comment expliquer ça, mais c’était dingue. Autant franchement j’étais persuadé que je ne pouvais pas y arriver quand, le premier jour, c’est-à-dire pas bien longtemps avant celui-ci, Izsa m’expliqua tout le truc. Y avait vraiment trop à retenir. Mais là, là, je sentais qu’il y avait un lien entre ces deux baguettes et Noah. Et pas tant avec les baguettes mais avec les ingrédients. C’était comme si je pouvais pressentir la baguette déjà créée.

Et quand elle les essaya, mon excitation ne put que grandir davantage. Parce que oui, il y avait quelque chose. C’était pas parfait, mais je sentais… Rohlala c’était tellement difficile à décrire tout ça. Parce que ça impliquait une puissance autre, la magie, le sixième sens, bref quelque chose en quoi jusqu’à présent je ne croyais pas tellement. Genre mon instinct c’était pas forcément mon plus gros point fort. Mais là oui.

Et fallait dire que j’avais senti des trucs sur les baguettes mais pas à son sujet. J’avais pas du tout eu l’intuition qu’elle allait me sauter au cou comme elle venait de le faire, avec un visage aussi radieux que le sien.

-Hugh il faut que le monde entier connaisse ton talent. T’es aussi bon que le vrai Ollivanders je suis sûre !

Waw. Je m’attendais tellement pas à ça que j’eus les larmes aux yeux et un rire de benêt. Je crois que c’était bien la première fois qu’on me disait que j’étais un génie. Alors j’en rougissais. Parce que franchement c’était pas gagné pour que je le sois. Pis, alors que je gardais Noah dans les bras, parce que cette étreinte faisait quand même un bien fou, je répondais :

- Attends j’t’ai pas fait la baguette encore. Et j’sais pas trop bien comment faire… et je ris une nouvelle fois comme un débile parce qu’effectivement, j’étais pas dans la m*rde. Je savais que je voulais lui faire une baguette en bois de fer et poil de Demiguise, mais comment assembler ça, c’était bien le plus grand mystère. Alors, à regret, je mis fin à cette étreinte, repris les baguettes et… Et… Bah je ne savais plus trop quoi faire. Va falloir que j’appelle Izsa pour la fabriquer. Parce que j’ai jamais fait encore… Est-ce que… est-ce que tu peux revenir dans quelques jours ? On a les ingrédients, on a tout. Faut juste euh… Juste assembler ça… Voilà « juste ». Comme si c’était facile. Roh bordel c’était le flou total dans ma tête. Alors comme un con, je rigolais de nouveau, parce que ça masquait un peu ma gêne. Ou alors ça la révélait… Aucune idée. En tout cas je rigolais.

- Tu veux de la déco ou un manche ou un truc ? Quand on l’aura faite, moi comme j’suis pas mal en métamorphose je peux essayer de faire un truc sympa. Pis ça se sculpte aussi, mais avec le bois de fer bon… Fin c’est un bois compliqué quoi.

Ouais voilà. Parce qu’en plus je devais faire une baguette avec l’un des bois les plus difficiles à travailler. Hughie t’avais franchement pas choisi la solution de facilité pour commencer ! Mais bon… C’était comme ça, pas possible de faire marche arrière !

[HRP : Pour le prochain RP, je t’invite à dire que tu te casses et à revenir dans quelques jours. Mon prochain post reprendra au moment où tu re-rentreras dans la boutique, pour pouvoir te donner ta baguette.]
Noah Alniott
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé] Empty
Re: Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]
Noah Alniott, le  Lun 27 Jan 2020 - 19:16

Noah désenchanta quelque peu lorsqu’elle réalisa qu’elle allait encore devoir se passer de magie quelques temps. Elle réfléchit quelques instants à la proposition de Hugh d’ajouter quelques ornements.

-Mmmmh, fais toi plaisir, tout me va du moment que c’est une oeuvre de Maître Dey. Et t’en fais pas pour le prix. J’ai toujours été en bons termes avec les Gobelins.

Sans s’éterniser plus longtemps, Noah, ravie, s’en alla, d’un pas beaucoup plus léger que lorsqu’elle était entrée sur le chemin de Traverse un peu plus tôt. Elle se dirigea vers le Chaudron Baveur, afin d’attendre le magicobus. Elle comptait retourner dans son châlet de Godric’s Hollow afin d’y passer les prochains jours sans magie. Ça allait lui faire du bien de prendre l’air, de ranger un peu, elle se sentait même inspirée pour peindre des nouveaux trucs.

Les quelques jours sans baguette, alors qu’elle se sentait si sorcière à nouveau, avaient été une bien plus grande torture qu’elle ne l’aurait imaginé. Noah sentait le manque dans tout son corps, elle avaient en permanence des fourmis dans les doigts. Elle en venait à regretter très amèrement de n’avoir étudié la manumagie lorsqu’elle en avait eu l’occasion. Elle n’avait jamais réalisé que cuisiner des bons plats sans magie nécessitait un Bac +5 en restauration par exemple. Ni que passer le balai soit-même était une tâche si longue et ennuyeuse. Et alors, cerise sur le gâteau, attraper des objets en hauteur alors qu’elle faisait 1 mètre 60. Elle avait dû escalader une chaise environ 400 fois depuis qu’elle était retournée à Godric’s Hollow.
Mais la petite brune s’était bien occupée, avait écrit à son neveu, rangé, elle était restée sobre, avait bien avancé dans ses toiles, bref, elle avait retrouvé un semblant de son hyperactivité légendaire, elle avait sorti la tête de l’eau, et nageait vers un inconnu lumineux, alors rien ne pouvait entacher son humeur.


Quelques jours plus tard, le matin.


Noah marchait d’un bon pas sur le chemin de Traverse, vêtue d’une robe noire simple, et d’une cape de sorcière assortie. Elle éteint sa cigarette devant la devanture de la boutique, et remarqua Hugh à l’intérieur, concentré sur quelque chose. Noah sentie une bouffée d’affection, et se mit à sourire béatement. C’était dingue de ressentir toutes ces émotions à nouveau. Elle entra.

-Salut Hughies !  
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé] Empty
Re: Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]
Hugh Dey, le  Mar 28 Jan 2020 - 20:16




Baguette sur mesure


Pour : Noah Alniott


J’ai le LA d’Eileen I. Hilswood pour la faire intervenir dans la création de la baguette


-Mmmmh, fais toi plaisir, tout me va du moment que c’est une oeuvre de Maître Dey. Et t’en fais pas pour le prix. J’ai toujours été en bons termes avec les Gobelins.

Maître Dey. C’était beau. Ca me faisait du bien de savoir que la première baguette que j’allais vendre, et que j’allais fabriquer aussi, ça allait être pour quelqu’un qui croyait vraiment en moi. Et puis elle partait, je retournais à la solitude de la boutique, sauf que j’avais un énorme problème. Je devais fabriquer une baguette. Et je ne savais pas encore comment.

Izsa était venue checker si tout allait bien le soir-même. Probablement parce qu’elle flippait sa mère de me laisser tout seul dans la boutique. Et du coup, tout excité et tout inquiet, je lui indiquais que j’étais persuadé qu’il fallait créer une baguette, mais que je savais pas comment faire. J’étais inquiet surtout parce que j’avais peur qu’elle me croit pas. J’avais peur qu’elle pense que c’était pas le cas, que j’avais juste pas su trouver la bonne baguette pour Noah alors que si, c’était Noah, je veux dire, j’avais compris ce qu’il lui fallait. Mais heureusement, une fois de plus, la propriétaire de la boutique me fit confiance. Et dans mon petit cœur ça faisait un bond. Y avait plus que l’excitation de créer la nouvelle baguette.

Et c’est là qu’elle me montra. En plus, le bois de fer, c’était juste le bois le plus difficile à travailler pour les baguettes, alors apparemment, une fois que je savais faire celle-ci, aucune ne saurait me résister. D’abord, il s’agissait de s’occuper du bois lui-même, de faire naître la baguette à l’intérieur du morceau qu’on avait. C’était un vrai travail d’artiste, mais surtout d’écoute. Parce que la baguette, c’était pas vraiment nous que la faisions. C’était comme si elle existait déjà dans le bois et qu’il fallait tâtonner pour la trouver. C’était beau comme image je trouvais. J’en avais les yeux qui brillaient. Ca nécessitait d’être en osmose totale avec le bois, de lui laisser la parole.

Et une fois qu’elle était là, la baguette, qu’on avait été le plus respectueux possible avec elle – ce qui pour le coup avait duré trois bonnes heures parce que bois de fer ça rimait avec enfer – la manière dont insérer l’ingrédient magique était… euh… voilà. Disons que c’était pas automatique. Mais c’était ça qu’était bien. On pouvait rien forcer sur une baguette. C’était à elle d’accepter ou non l’ingrédient magique, on pouvait pas brusquement lui en coller un et faire genre tout était normal, non. Pas de viol de baguette. Et je comprenais d’autant plus de choses sur les baguettes elles-mêmes.

Bref, franchement, créer cette baguette, c’était loin d’être facile. Ca avait pris du temps et j’avais bien fait de dire à Noah de repasser dans plusieurs jours parce que c’était pas dès le premier soir qu’on avait pu tout faire. Au deuxième soir, la baguette était par essence magique, mais il restait encore à la vernir. A faire quelque chose de bien.
Comme le bois de fer était pas ultra facile à travailler, le baguette avait un aspect brut. Pas de manche taillé, même si j’avais fait en sorte qu’on puisse pas se prendre d’échardes, juste du bois qui, miraculeusement, devenait de plus en plus fin, et indiquait donc par quel bout tenir la baguette. Je trouvais ça beau. Parce que c’était naturel et simple, sans chichi. Exactement comme Noah. J’étais persuadé que ça allait lui convenir.

Alors quand elle revint enfin, certes, j’avais hâte de lui présenter sa baguette, mais surtout je flippais. J’avais un peu l’impression d’être un prestataire de mariage, et que j’allais présenter deux promis ensemble. Et que ça avait intérêt à marcher, sinon je perdais mon job. J’avais les mains moites quand elle balança son « Salut Hughies ! » et je répondais par un sourire forcé un Salut toi avant de disparaître dans l’arrière-boutique. J’avais évidemment préparé la baguette avec soin, dans une belle boîte, et je revenais l’air presque révérencieux, en la caressant du regard. La baguette, pas Noah. Je déposais la boîte sur le comptoir, essuyais mes mains sur mon pantalon, puis la sortait de la boîte pour la lui remettre.

Tiens. Essaie-là. J’ai rien rajouté parce qu’elle était déjà tout comme toi. Sans fio… frio… sans friture, ou un truc comme ça. et je rigolais, parce que j’avais plus le mot. Mais si tu veux un truc je rajoute hein. J’attendais le verdict impatiemment, en apnée totale. Allez Hughie, respire. Ton premier bébé qui va dans les bras de quelqu’un d’autre.



Baguettes




Nom : Noah Alniott
Bois : Bois de fer
Composant : Poil de Demiguise
Élasticité : Inflexible
Taille : 22,9 cm
Particularité : cette baguette est très lourde malgré sa petite taille, étant donné le bois qui la compose.
Prix : 30 Gallions
[Compte vérifié] => Aux archives, demande de désarchivation à faire.







by Lydie
Noah Alniott
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé] Empty
Re: Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]
Noah Alniott, le  Sam 22 Fév 2020 - 11:20

Noah posa ses yeux sur la petite merveille que lui tendait Hugh. Lisse et vernie, légèrement plus longue que sa précédente. Et surtout, simple. D’une simplicité qui la rendait fascinante. Noah n’osait pas la toucher, elle l’observait le coeur battant. Elle voyait dans l’apparence sans fioritures de cette baguette un signe du sens dans lequel vivre sa vie. Simplement, calmement, sans courir après les distractions, après l’intensité, mais en se concentrant sur les plaisirs simples, sur l’art, et sur elle-même. Il fallait bien commencer à un moment de s’occuper plus de soit-même que des autres. Elle avait passé 15 ans de sa vie à être la mère de tout le monde : des élèves Poufsouffles, les ivrognes du Chaudron Baveur, des Phénix à l’époque où elle était cheffe de l’ordre.

Bien qu’il ne faille pas se fier aux apparences, elle était sûre que c’était la bonne baguette, elle le sentait dans tout son corps qui palpitait.

La sorcière se saisit de la baguette, elle sentit comme un petit choc électrique, doux, dans sa paume, une sensation agréable, émoustillante.

-Wow c’est dingue. Ok, je lance un sort alors.

Noah in formula un #Orchideus. Un magnifique bouquet de fleurs apparu de l'extrémité de la baguette en bois de fer. Noah offrit le bouquet et son plus magnifique sourire à Hugh. Elle sentit les larmes monter dans ses yeux, elle sentit plein d’emotions la submerger, et pour une fois, elle n’essaya pas de les contrôler, d’empêcher les larmes de couler. Elle souriait et pleurait en même temps. Elle était si contente que symboliquement ce soit Hugh qui lui ait confectionné cette magnifique baguette. Elle pressentait qu’il avait trouvé sa voix, lui aussi.

-Je sais pas comment te remercier, elle est parfaite.

Noah sortit sa bourse, et regarda Hugh d’un ton interrogateur, afin de savoir le montant.

-C’est pas qu’une histoire d’argent, tu sais que je serai toujours là pour toi si t’as besoin de quoi que ce soit. Depuis le temps qu’on s’épaule. C’est fort notre lien en fait.


Après ça, elle allait rentrer tranquillement à Godric’s Hollow, elle sentait une grande inspiration monter, elle allait peindre toute la journée, puis elle irait rendre visite à des galléristes moldus, et puis peut-être qu’elle commencera un livre aussi tiens. Des tas de chemins se formaient dans son cerveau, elle n’était pas terrifiée par tous ces choix à faire, elle avait hâte de calmement aller dans un sens ou un autre.
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé] Empty
Re: Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]
Hugh Dey, le  Lun 13 Avr 2020 - 14:55

Tout ce qui se passait ensuite eut lieu au ralenti pour moi. Je tendais la baguette à Noah, la déposais délicatement dans sa paume, ses doigts se refermaient sur le manche, se contractaient légèrement, puis lui laissaient la place de s’exprimer, et l’épousaient parfaitement. Je ne prêtais aucune attention aux mots qu’elle prononçait, seule la beauté du lien magique que j’apercevais comme au coin de mon regard ou au plus profond de mon être pouvait se targuer d’avoir toute mon attention. Je pouvais voir la baguette palpiter au creux de la main de la plus chère amie que je possédais et j’étais presque à même d’entendre la pulsation du cœur de Noah, à l’unisson. C’était beau. Si beau qu’une larme naquit au coin de mon œil gauche et roula sur ma joue, tandis qu’un sourire se dessinait.

Le charme fut rompu au moment où le bouquet, éclatant, jaillit de la baguette, me prenant totalement par surprise. Je sursautais, lâchais un énorme rire de soulagement et récupérais le bouquet avec un plaisir non dissimulé.

-Je sais pas comment te remercier, elle est parfaite.
- Elle est juste à ton image que j’ajoutais avec un énorme sourire de fayot.
-C’est pas qu’une histoire d’argent, tu sais que je serai toujours là pour toi si t’as besoin de quoi que ce soit. Depuis le temps qu’on s’épaule. C’est fort notre lien en fait.

Grave. Totalement. Je hochais la tête, lui annonçais le prix, récupérait les gallions et la saluait chaleureusement. J’étais heureux de l’avoir retrouvée. Mais j’étais surtout comblé d’avoir pu la satisfaire. Et ce faisant, d’avoir confirmé que, malgré mes premières impressions, les baguettes étaient clairement ma vocation.

[Fin du RP]
Contenu sponsorisé

Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé] Empty
Re: Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Retrouvailles des campeurs de l'extrême [Terminé]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.