AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 1 sur 2
On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Elida Cestero, le  Ven 27 Déc 2019, 19:21

Saison 29 - Hiver - après les cours mais avant le couvre-feu  :mm: - Galatéa

J’ai réussi à allumer ma baguette. Une grande première, il faut me croire ! Petite lueur faible et vacillante au bout du morceau de bois magique, menaçant de s’éteindre telle la flamme d’une bougie que je tiendrais à la main sans même la protéger du vent. Mais ça m’est égal, mon sort a fonctionné, je devrais retrouver mon chemin. C’est la deuxième fois que je viens ici ! La première je me suis perdue, totalement perdue, je n’avais avec moi ni ma baguette ni les étoiles pour me repérer, heureusement j’ai eu de la chance car  il y avait quelqu’un qui m’a aidé à retourner à l’école. Sauf qu’aujourd’hui promis, je m’en sortirais toute seule, après tout j’ai ma baguette allumée, c’est juste que j’ai vu un renard, un petit roux tout mignon, alors je l’ai suivit. C’est pas bien ? Mais c’est tellement mignon ces bêtes-là ! Plutôt court sur pattes, une belle queue longue au bout blanc, un museau fin à la truffe noire et à l’odorat bien développé, deux yeux à la pupille verticale qui voient dans le noir et sont sensibles aux mouvements, deux oreilles à l’ouïe très sensible, le renard que j’ai vu et dont je connais si bien les caractéristiques s’est vite enfuit en me voyant… Il était là, à sentir le sol froid de l’hiver, cherchant certainement une petite proie cachée. Et moi, à petits pas légers, sortant à peine du dernier cours de la journée, mais néanmoins habillée chaudement pour une petite promenade dans le parc, je me suis approchée pour mieux le voir et même tenter de le dessiner, mais l’animal roux m’a entendu et a vite fait demi-tour dans sa forêt qui suffit généralement à le protéger.

Mais moi, je n’ai pas réfléchit, et je l’ai suivit. À grands pas cette fois-ci, aussi grands que mes jambes me le permettaient, pour essayer de le retrouver, me fiant aux bruits de petits pas qui se faisaient légèrement entendre quelque part devant moi. J’ai finit par le retrouver d’ailleurs, sagement assis entre deux arbres, comme s’il m’attendait. Et il n’a pas bougé, alors j’ai fait le plus doucement possible pour sortir de mon sac à dos le carnet et le crayon habituel. J’ai eu le temps de faire quelques traits légers, laissant ainsi apparaître une silhouette fine à travailler en couleur, puis la bête est partie et je l’ai laissé tranquille, assise en tailleur sur une petite pierre sous le rayon d’un soleil qui avait réussit à percer les nuages et les branches d’arbres entremêlées au-dessus de ma tête. C’est un animal sauvage après tout, il avait sa vie à faire, et moi la mienne. Puis, le dessin terminé, je me suis relevée avec une grimace, les jambes douloureuses par la position peu confortable que j’avais pris pour dessiner. Et là, seulement là, j’ai regardé autour de moi. Perdue. Encore une fois. Pas douée ? Oui oui, je sais, je le suis. Pas douée. Mais je sortais d’un cours, et c’est pour ça que je me retrouve avec mon sac fermé sur le dos, le carnet dedans, la baguette à la main, après avoir lancé un discret #Lumos qui avait fonctionné. Parce qu’un rayon de soleil ne suffit pas pour me repérer… Et comme la dernière fois, tout se ressemble. Comme la dernière fois, je suis perdue. MAIS j’ai de la lumière ! Pas pour longtemps je le crains, elle ne brille que faiblement, mais elle est là, alors je marche pour retrouver le château. On dit qu’on apprend de ses bêtises ? Apparemment, pas moi.


Dernière édition par Elida Cestero le Lun 23 Mar 2020, 22:36, édité 2 fois
Galatéa Peverell
Galatéa Peverell
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
Re: On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Galatéa Peverell, le  Lun 30 Déc 2019, 21:16

Tout feu éteint, car de la lumière ne servait à rien dans sa situation, la sorcière volait doucement. Elle volait moins depuis qu'elle n'était plus batteuse dans l'équipe de son ancienne maison, mais y prenait plus de plaisir. Pas de courbatures, personne à protéger et surtout, aucune fierté bafouer qu'il fallait faire fi d'avoir conservé. Des défaites, elle en avait eu assez dans sa vie !

Survolant la forêt interdite, Galatéa écarta les deux mains, pour apprécier toutes les sensations du vent glacial à travers sa cape. Elle n'était pas pressé et se sentait d'humeur baladeuse. En fait, plus le temps passait, plus elle songeait sérieusement à revenir vivre sur Pré-au-Lard. Londres, elle n'aimait pas trop ça. Les grands manoir non plus, même si cela réveillait en elle un petit quelque chose princier qu'elle aimait bien.

A vrai dire, la sorcière ne faisait même pas attention à la sombre et lugubre étendue d'arbre sous elle, jusqu'à ce qu'un point brillant attire son attention. Curieuse, elle se mit à ralentir et à chercher à nouveau la source de ce phénomène. Et quand elle y arriva, Galatéa se senti comme une super espionne ayant réussi à trouver une personne que personne d'autre n'aurait put trouver. Car, même si la lueur était faible, la sorcière cru tout de même reconnaître la lumière caractéristique d'un Lumos.

Son sang se glaça alors. Cette personne avait-elle consciente d'où elle se trouvait ? La brune senti un frisson horriblement désagréable naître dans son coccyx, remonter le long de sa colonne vertébrale, faire des ricocher entre des deux épaules, la forçant à se dandiner sur son balai, puis redescendre.

- Par Merlin... Qu'est-ce que j'ai fait au bon Dieu ?

Sa conscience lui interdisant de partir et d'ignorer la lumière, Galatéa dirigea son balai vers celle-ci jusqu'a la trouver et à ses côtés. Et ce qu'elle découvrir, fut la preuve qu'elle avait bien fait. Elle était si jeune... Un nouveau frisson de dégoût traversa le corps de la brune. Son cœur battait déjà bien trop fort contre sa poitrine. Respire. Respire.

- Inconsciente ! Qu'est-ce que tu fais ici !? Sa voix tremblait. Fallait qu'elle s'en aille. Très vite ! C'est de domaine des acromentules !
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
Re: On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Elida Cestero, le  Sam 04 Jan 2020, 12:31

Une forêt, c’est bruyant. Très bruyante dans un sens, mais beaucoup moins qu’un groupe d’élèves. Les élèves sont très bruyants eux aussi, c’est horrible d’ailleurs, et je préfère de loin le bruit d’une forêt, même si je n’ai pas le droit d’y aller, c’est bien plus agréable. Et effrayant aussi, il faut bien le dire. Des petits pas d’animaux, des cracs de branches qui se cassent et tombent sous le poids d’un oiseau ou sous la force du vent, des sifflements de vent qui passe entre les branches aussi parfois… Des bruits de dehors, des bruits inquiétants mais préférables aux cris et aux paroles des autres enfants de Poudlard qui ne savent pas être silencieux. J’aime pas le bruit des humains… Incapables de parler chacun leur tour, il faut toujours que leurs voix se mêlent, qu’ils soient méchants aussi, que ce soit entre eux qu’avec les autres. C’est épuisant de les écouter, et même seulement de les entendre. Heureusement qu’il y a les livres, les animaux, les étoiles…

Je soupire en regardant les arbres, car cet endroit à beau mélanger les émotions au point que je ne sache pas tout distinguer et que je n’arrive pas encore à savoir si j’aime être ici ou non, je suis perdue. Dans un endroit inconnu, il faut bien avouer que les deux-trois livres que j’ai lu sur cet endroit ne vont pas m’aider. La petite lumière au bout de ma baguette magique non plus… Aussi inconsciente que ces élèves lors du cours de vol, je me suis enfoncée sans réfléchir et me voilà dans de beaux draps comme dit une expression lue dans un livre quand j’étais petite. Il paraît que la Forêt Interdite n’est pas un bon endroit où se promener, mais moi j’ai envie de voir des Licornes et des Centaures, des Botrucs aussi, ils ont l’air tellement mignon dans les livres de la bibliothèque ! Enfin, j’ai surtout suivi un renard au début… Mais il faut trouver les créatures magiques aussi, et c’est bien là le problème. Surtout que finalement je ne suis pas toute seule, c’est une voix qui me fait sortir de mes pensées et de mes recherches. Une voix qui a l’air inquiète, pas rassurée du tout, pourtant elle semble appartenir à une adulte, ou alors c’est une grande élève ? Je sais pas, je la connais pas, c’est une inconnue voilà tout. Une inconnue qui parle, qui me parle, à moi ? Certainement, je suis seule, donc c’est à moi qu’elle s’adresse, avec des mots bien évidents, enfin surtout les premiers. Des reproches, elle me dit inconsciente et je sais qu’elle a raison, après tout c’est une adulte, mais… J’ai plus peur d’elle que de la forêt en ce moment-même. Une humaine, mécontente, effrayée aussi. Pourquoi ? La voilà qui dit un mot que je pense inconnu, acromentule, mais accompagné de domaine je vois vite de quoi elle parle : des créatures. Magiques forcément. Qui font peur, sinon elle n’aurait pas cette voix peu assurée inhabituelle aux adultes.

Alors la curiosité prend le dessus, savoir qui est cette femme, ce qu’elle-même fait ici, mais surtout ce que sont ces acromentules est intéressant. Dans les quelques livres que j’ai lu, je n’ai pas vu ce mot. Normal, j’ai lu les informations sur les créatures qui m’intéressaient… «C’est quoi des acromentules ?» J’essaie de bien prononcer le mot, de ne pas paraître totalement ignorante, mais le problème est que je le suis. À onze ans, on ne peut pas tout savoir… Mais, avec une simple question, je peux avoir des informations.
Galatéa Peverell
Galatéa Peverell
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
Re: On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Galatéa Peverell, le  Mer 08 Jan 2020, 21:35

La sorcière resta un instant muette. Était-elle sérieuse ? Était-ce possible de ne pas connaître ses créatures immondes ? Galatéa s'attarda sur les traits poupins de la jeune étudiante. Elle avait l'air si innocente qu'à contre cœur, elle l'a cru. Un nouveau frisson la parcouru alors. Et si elle n'avait pas vu la lumière, que ce serait-il passé pour elle ? Galatéa voyait d'ici les gros titres...

- Des p... araignées géantes.

Elle avait souhaité rajouter une insulte, mais s'était retenus devant l'enfant. Elle aurait aussi voulu insister sur le fait que les sortilèges servant à se défendre contre des araignées n'étaient pas nombreux, ou sur le fait qu'elles mangeaient les hommes, mais elle se retînt également. Pas certaine que ce soit pratique d'avoir à gérer une étudiante en panique.

La sorcière observa rapidement le paysage à la recherche d'indice l'informant que les bêtes n'étaient pas loin. Rien. Mais lorsqu'elle avait 17 ans déjà, elle ne les avait pas vu venir. Les fourbes c'étaient alors caché sous la neige et elle avait cru à des collines. Rien qu'à y penser, Galatéa fut prise d'un nouveau frisson. Elle s'arma alors de sa baguette. Prête à incendier toute la forêt s'il le fallait.

- Comment tu as attiré ici ?

Pitié, faites qu'elle ne soit pas ici simplement dans le but de se faire peur... Pitié, faites qu'elle ne soit pas ici simplement dans le but de se faire peur... Pitié, faites qu'elle ne soit pas ici simplement dans le but de se faire peur...

Déjà quand elle était étudiante, les élèves avaient des tendances suicidaires. Allée des embrumes, forêt interdite... à croire que personne ne savait que ces lui étaient interdit pour de bonnes raisons. Ou se croyaient-ils à ce point intouchable et invincible ?

- Tu sais voler ? La sorcière voulait s'en aller au plus vite, elle désigna alors son balai.
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
Re: On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Elida Cestero, le  Sam 11 Jan 2020, 11:38

Moi qui avais suivit un renard, puis espéré croiser une créature magique telle qu’une licorne, un pégase, ou autre bel animal que je connais depuis bien longtemps et sur lesquelles je m’étais renseignée dès mon entrée à Poudlard grâce à la bibliothèque pour connaître toute la vérité, me voilà finalement sur le territoire de créatures inconnues, Acromentules, araignées géantes comme dit l’adulte. Oups… C’est pas un bon endroit ici. Non, vraiment pas. Les araignées, c’est moche, c’est pas du tout mignon avec leurs huit pattes, leurs deux yeux et leurs chélicères qui apportent le venin. Y a pleins de livres sur ces petites bêtes "moldues", mais c’est vraiment dégoûtant. Pour se nourrir, elles "liquéfient" en quelque sorte l’intérieur de leur proie pour ensuite l’aspirer, parce qu’une araignée ne consomme que ce qui est liquide. Bref, j’aime pas trop les araignées, et certainement encore moins si elles sont géantes. Parce que se faire approcher par une petite araignée ça va, selon l’espèce elles sont rarement dangereuses pour l’Humain, mais des géantes… La dame non plus n’a pas l’air d’aimer ces créatures. «Pardon.» Je baisse la tête, embêtée, c’était finalement une idée bête d’aller aussi loin. «Je suis désolée, je savais pas…» Comment aurais-je pu savoir ? Bon d’accord, c’est une forêt interdite, mais y a pas de panneau pour expliquer qui vit exactement par ici ! Et puis je suis sûre qu’il y a des licornes et des pégases. Peut-être même des griffons et des hippogriffes, voir même des dragons !

L’inconnue sort sa baguette, elle n’a l’air ni rassurée ni contente d’être là, et maintenant que je sais où je suis je le comprends totalement. Je vais peut-être… Retourner au château ? Je sais pas par où c’est. Mais je vais pas partir comme ça sans rien dire, puis l’adulte pose une question, à laquelle il me faut répondre parce que les adultes sont souvent bien moins méchants que les élèves. Sauf que je suis là pour une raison un peu bête. Enfin, c’est pas grave, de toute façon ça arrive à tout le monde de pas regarder autour de soi quand on est concentré sur autre chose, non ? «Il y avait un beau renard… Et je voulais le dessiner, mais il est partit alors je l’ai suivit. Il est allé loin avant de s’arrêter, finalement j’ai réussi à faire mon dessin mais je n’ai pas pensé à regarder où j’allais.» Mais qu’on soit d’accord, c’est pas la faute du renard ! Il ne faut pas lui en vouloir, c’est moi qui l’ai suivit, moi qui n’ai pas regardé où j’allais, lui n’a fait que faire sa vie. Oh ! La prochaine fois je ferais le petit poucet, à mettre des cailloux derrière moi si je vais loin. Ou comme Hansel et Gretel la première fois que leurs parents ont voulu les abandonner dans la forêt, c’était avec des cailloux. Parce que le pain, ça se fait manger par des oiseaux. Mais même les cailloux, vu le sol de cette forêt, c’est pas sûr que j’arrive à les retrouver.

L’adulte semble vouloir partir, oui logique en fait moi aussi j’aimerai bien partir de cet endroit avant que les araignées géantes arrivent. Mais voilà, elle est arrivée ici sur son balais comme elle montre son balais, et moi bah… Il n’y a pas de mot pour décrire pour niveau en vol. Même si j’ai découvert il n’y a pas si longtemps que ça que voler dans l’eau pouvait être intéressant, voler dans les airs non merci. «Pas vraiment non, c’est compliqué d’utiliser un balais pour voler.» C’est bien embêtant ça, parce qu’apparemment la dame est venue par la voie du ciel, moi par celle de la terre, et je crois que  j’aimerai pas me trouver à nouveau toute seule dans cet endroit qui appartient aux araignées. Ailleurs oui, mais ici pas vraiment. Alors je jette un regard inquiet au balais qui attend d’un air patient, en espérant que l’inconnue aura une autre idée. Sérieusement, qui est le sorcier qui a eu l’idée de faire d’un balais un moyen de locomotion ?
Galatéa Peverell
Galatéa Peverell
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
Re: On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Galatéa Peverell, le  Mar 14 Jan 2020, 21:06

LA

Elle aurait souhaité être en colère, vraiment en colère contre la petite, mais Galatéa en fut bien incapable à partir du moment où elle s'excusa. Elle paraissait si innocente que la brune ne douta pas un instant de sa sincérité. Elle l'imaginait très bien jouer à chat avec un regard et ne réaliser que trop tard qu'elle s'était perdu. Elle ne semblait rien savoir de ce lieu, comme elle-même à l'époque. Puis, était-ce de sa faute si l'accès à la forêt était si facile ?

- Ce n'est pas grave, je sais suffisamment bien voler pour nous deux.

Le craquement distinct d'une branche qui se brise fit sursauter Galatéa, qui se retourna avec hâte. Rien. Nul part, pourtant cette branche ne s'était très certainement pas cassée toute seule. L'ancienne serpentard pointa son lumos un peu partout avant de se décider à partir. Le balai en suspend dans les airs, elle voulu faire monter la petite, puis prit place derrière pour manœuvrer et la tenir.

Pour Galatéa, il n'y avait qu'une seule chose qui comptait : partir. Partir très vite avant que les araignées ne se pointent, car nul doute qu'on les chassait déjà. Le balai prit alors de la hauteur, se dirigeant vers un trou dans les arbres. Le même que celui qu'elle avait emprunté plus tôt avant de se poser. Malheureusement, la luminosité était telle, qu'aucune des deux ne virent le piège tendu, avant qu'il ne soit trop tard.

Les deux sorcières se heurtèrent à un mur collant et résistant, avant de vite s'enrouler dans la toile. Un frisson plus fort que les autres fit trembler l'adulte, qui lâcha un cri de terreur. Son cœur battait maintenant si fort dans sa poitrine que s'en était douloureux. Et l'espace d'un instant, comme toute née moldu qui se respecte -dans la panique aussi-, elle en oublia la baguette qu'elle serrait pourtant toujours fermement.
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
Re: On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Elida Cestero, le  Sam 18 Jan 2020, 10:44

L’adulte ne semble pas comprendre qu’en plus de ne pas savoir voler, je n’aime pas ça. C’est vrai que je ne le lui ais pas dit, mais en même temps elle ne me l’a pas demandé. Sauf qu’avec un regard sur elle, je comprends qu’il vaut mieux ne pas refuser, son regard est inquiet et peut-être même terrifié ou du moins effrayé, ses gestes se font précipités lorsqu’un craquement de branche se fait entendre, elle se retourne et sa baguette se met à éclairer partout autour de nous. Rien de rassurant, c’est d’ailleurs même suffisant pour que je me laisse aider à monter sur la balais. Tant pis pour la peur, je ferme les yeux tandis que la sorcière se place derrière moi, je la sens s’installer, je la sens tendue, et il faut bien dire que je commence à l’être moi aussi. La branche qui a craqué est peut-être tombée d’un coup de vent, c’est ce que j’essaie de me dire pour m’en persuader, pour ne pas penser à ces créatures géantes dont j’ai empiété le territoire. Mais quelle idée, quelle idée d’être venue jusqu’ici ! J’ai beau apprécier les animaux, les araignées ne font pas vraiment parties de ma liste de créatures magiques ou non magiques à dessiner et rencontrer. Huit pattes, c’est beaucoup trop… Mais il ne faut pas être ainsi, ne pas aimer une bête à cause du nombre de ses pattes ou de ses yeux est méchants, malpolis et irrespectueux. Mais avouez qu’une araignée n’est pas un bel animal, même moi je le pense.

Je garde les yeux fermés, ne les rouvrant que quelques secondes lorsque le balais se soulève un peu plus, apercevant un trou dans les arbres vers lequel le balais nous amène, je referme bien vite mes yeux pour laisser mes yeux dans le noir, ne pas voir le sol s’éloigner tandis que nous nous envolons. Je ne suis pas un oiseau, même si l’animal de notre "maison" est un aigle je n’en suis pas un, je ne sais pas me transformer, je reste et resterai toujours une humaine. Une humaine parmi tant d’autres, dans tous ces humains bruyants et désagréables. J’espère que l’inconnue ne voit pas que j’ai fermé les yeux, je ne voudrais pas qu’elle se dise que je suis bête de faire ça, après tout si elle sait voler sur un balais c’est qu’elle trouve ça agréable et très utile. Moi non, ni l’un ni l’autre, j’utilise mes pieds posés sur terre et c’est bien suffisant.

Une main crispée sur le manche du balais, ma baguette et son petit Lumos tout faible serrée dans l’autre, la présence de l’adulte est un peu rassurante, mais ça ne dure que de très petites minutes, l’espace d’un instant avant qu’un obstacle vienne se mettre sur notre route. Un truc qui colle beaucoup et qui ne bouge pas, un truc dans lequel on s’enroule, un truc horrible qui me fait rouvrir les yeux pour voir ce que c’est. Et si la dame pousse un cri qui n’a absolument rien de rassurant, moi je reste dans le silence, muette, pas par envie cette fois-ci, plutôt par peur. Terreur. C’est quoi ça ? Une toile d’araignée. Géante, immense, gigantesque, collante, dégoûtante. Une prison d’araignées. Elle doit être vraiment, vraiment, vraiment très grande cette bête pour faire un truc aussi… Grand, géant, immense, gigantesque, je n’ai pas d’autres mots pour décrire ça. On va être mangé. J’ai lu un livre là-dessus. La propriétaire de cette prison va arriver, elle va chercher à nous "mordre" en quelques sortes, pour nous injecter un poison qui va nous liquéfier. Puis elle va boire l’intérieur. Et on va mourir. Finalement, j’aurai pas dû lire ce livre, parce que ça n’aide pas à rassurer, et ce qui est sûr c’est que je n’expliquerai pas ce processus à la dame qui semble paniquée autant que moi. Fais quelque chose. Mais quoi ? Si ç’avait été une petite toile d’une petite araignée, on aurait pu passer sans problèmes, mais là ce n’est pas le cas. Tout de même il faut réfléchir, vite, les araignées vont arriver. «J’ai pas trop envie d’être mangée aujourd’hui…» je murmure à l’adulte qui doit pourtant bien s'en douter et être dans le même état que moi, sans savoir quoi dire d’autre. Je suis pas trop utile en ce moment, j’aime pas être inutile sauf que je le suis souvent, et c’est là que j’aurai aimé être une vraie sorcière. Une vraie de vraie, qui sait utiliser sa magie et sa baguette, qui sait lancer des sorts sans même avoir à réfléchir. Quelle idée de ne pas encore avoir tout appris ! À quoi sert ma baguette ? Et celle de la dame alors ? «Comment on fait peur à des araignées géantes ?» Fermant à nouveau les yeux en posant cette question pour ne pas voir ces créatures arriver, je voudrais une réponse, je demande, j’aimerai bien sortir de là, même si d’habitude je préfère découvrir les créatures, je crois que les acromentules ne sont pas des animaux avec qui jouer. Il faut partir, partir, sortir de là, parce qu’on va se faire manger, et je sais pas quoi faire pour empêcher ça.
Galatéa Peverell
Galatéa Peverell
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
Re: On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Galatéa Peverell, le  Dim 19 Jan 2020, 18:44

Les secondes deviennent des heures et les heures des secondes. La sorcière se refusait à mourir ainsi, dévorée par une créature si hideuse que même petites elle la terrifiait. Sauf les minuscules, qu'elle trouvait assez mignonne. A condition qu'il n'y en ait qu'une, évidemment. Néanmoins, là, maintenant, tout de suite, les araignées n'avaient rien de minuscules et elles étaient loin d'être seules.

Son cœur tentait se percer sa poitrine pour s’enfuir tout seul et elle ne pouvait pas lui en vouloir. Galatéa se débattait avec force, mais rien ne semblait pouvoir empêcher la toile de la retenir prisonnière. Le sang qui battait dans ses tempes faisait tant de bruit qu'elle n'entendit pas la première plainte de l'étudiante.

Un cauchemar, c'était un cauchemar... Un horrible cauchemar dont elle allait se réveiller maintenant... Maintenant !... On a dit MAINTENANT !

«Comment on fait peur à des araignées géantes ?»

Allez savoir comment, cette simple question fit retrouver la mémoire à la brune : elle était une sorcière ! Usant et abusant de toute son expérience dans l'horreur, Galatéa se força a retrouver son calme pour réfléchir. Transplaner n'était toujours pas une option, car trop proche de Poudlard, ce qui signifiait que le domaine était soumis au sortilège anti-transplanage. Faire tout flamber, elle n'était pas contre, mais elle souhaitait pas défigurer à vie la petite dont elle était responsable maintenant. Il devait bien y avoir une solution moins radicale.

Le corps de la brune se crispe, lorsqu'elle croit sentir une patte la toucher par-dessus la toile. Berk, berk, berk ! Un frisson la force à se tortiller, tandis que dans la précipitation, elle formule un Arania Exumaï maxima. Puis elle ne perd par se temps et enchaîne avec Diffindo, sans trop savoir si elle pointe le ciel, lui offrant la possibilité de s'envoler, ou le sol. Dans un cas comme dans l'autre elle ne comptait pas lâcher la petite.
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
Re: On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Elida Cestero, le  Dim 19 Jan 2020, 22:42

Je n’ai pas peur des araignées. Non, pourquoi aurais-je peur de ces petites bêtes-là ? Elles ne sont pas belles, ça c’est sûr avec leurs huit pattes tantôt longues tantôt courtes et leur corps tantôt maigre tantôt rond et souvent poilu, même si elles se trouvent peut-être belles entre elles en fait. La beauté est une chose relative après tout, mais de mon point de vue une araignée n’est pas une jolie créature toute mignonne agréable à câliner ou même à étudier et à dessiner. Mais il faut bien dire aussi que la taille fait beaucoup de chose, car une araignée que l’on croise habituellement sur le sol ou les murs de la maison ne fait pas peur, enfin je ne le pense pas, ce n’est pas le cas avec une araignée géante, qui plus est une créature magique. La peur est humaine, et qui n’aurait pas peur d’une créature géante ? Vu l’émotion que laisse paraître l’Adulte avec moi, sans même essayer de la cacher, il serait bien insensé de ne pas craindre ces créatures. Mangé, on va être mangé. Et c’est ainsi que se termina ma scolarité à peine entamée, alors qu’il me manque encore pleins de trucs à apprendre, à découvrir, à dessiner et à voir. Pourtant je n’ai pas trop envie de mourir maintenant, ma tête n’est pas assez remplie pour qu’elle puisse se permettre une pause éternelle, alors j’essaie de parler à l’inconnue terrifiée, passant par dessus le silence et ma peur. Je ne parle pas pour rien, et la situation dans laquelle nous sommes mérite, et même exige, que je parle.

Et même si ce ne sont que deux petites phrases, ça semble suffisant pour faire réagir la sorcière, en tout cas je sens du mouvement autour de moi. Peut-être que ce sont en fait les bêtes géantes arrivent, raison de plus pour ne pas rouvrir les yeux et serrer un peu plus ma petite baguette dans la main. Au moins, mon bout de bois ne se fera pas manger. Puis j’entends des mots qui s’élèvent, c’est la voix de l’adulte mais je ne la comprends pas, je ne comprends pas ce qu’elle dit. Est-elle en train de se faire manger par les araignées et c’est ainsi qu’elle exprime une douleur habituellement traduite par des aïe, ouilles, ou pire, des cris et hurlements. Je relève la tête, curieuse, à temps pour voir des silhouettes sombres se faire projeter au loin. Un sort ! Oui bien sûr, ces mots maintenant prennent vaguement leur sens, vaguement seulement, je sais juste que c’est une formule. Une formule rapidement suivie d’une autre, encore une inconnue, mais qu’est-ce que je connais à part Lumos et Nox ? Pas le temps de réfléchir, car soudain ce n’est plus un truc étrange et collant qui nous entoure, mais de l’air, rapidement suivit par le sol qui rappelle sa présence avec un Boum traduisant notre rencontre avec le sol.

On est tombée, et je ne saurai pas dire si c’est une bonne ou une mauvaise chose. Parce que ça fait mal, d’ailleurs je lâche un «Aïe» en sentant le mur horizontal dur arrêter notre chute et taper les membres du corps sans pitié. C’est pas la meilleure piste d’atterrissage, mais je crois qu’à bien y penser je préfère ça à un corps d’araignées géantes… D’ailleurs, elles sont où ? La tête se lève légèrement, mais je n’ose pas trop bouger, alors je me contente de regarder l’inconnue avec inquiétude. J’aimerai bien partir. Y a plus les araignées ? Le balais semble sagement nous attendre, et ça doit bien être la première fois que je suis pressée de monter dessus. Sauf qu’en attendant, je n’ose pas parler, pas bouger, et si je pouvais disparaître je le ferais immédiatement, ça fait trop peur cette histoire, plus jamais je veux croiser ces créatures-là !
Galatéa Peverell
Galatéa Peverell
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
Re: On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Galatéa Peverell, le  Dim 26 Jan 2020, 14:53

Les deux sorcières s'écrasent lourdement sur le sol gelé et la plus âgée des deux sait immédiatement que quelque chose ne va pas. Sans se relever, elle sait qu'elle ne pourra plus courir, peut-être à peine marcher. Cependant, elle se redresse vivement en position assise, sans se préoccuper de l'état de la petite. Galatéa sait que si elle avait eu quelque chose, elle ne se serait pas contenté d'un simple "aie", d'autant que l'absence de créature au sol ne l'a rassurait pas spécialement.

Où étaient-elles ? Où se cachaient-elle ? A 17 ans déjà, la sorcière s'était vivement interrogée sur l'absence de sortilège contre les araignées. Petites ou géantes. Et aujourd'hui encore, elle maudissait tous les inventeurs de sorts de n'avoir jamais pensé à un charme anti-insectes. Ou éventuellement à une potion, à l'image des sprays moldus anti-moustiques. "Élimine cafard" ou "stop araignée".

- Accio balai. Monte sur le balai.

Galatéa, de son côté, se redressa avec un peu plus de mal, n'osant pas trop s'appuyer sur sa cheville. Si elles arrivaient à voler assez loin, elles pourraient transplaner jusqu'à Pré-au-lard, mais la sorcière préférait sortir d'ici le plus rapidement possible. Maintenant qu'elle savait que les arbres étaient piégés, elle pouvait riposter. Sphaera ignis, lancé dans les airs, vers l'éclaircie initialement piégée par les monstres, la sorcière sentait la fatigue prendre peu à peu le dessus sur sa magie.

Elle accéléra le mouvement quand une accromentule apparu quelques mètres plus loin, puis qu'une deuxième, et une troisième, descendirent lentement des arbres. La vision de ces créatures força la brune à se dandiner d'horreur, retenant ses larmes. C'était un cauchemar, un méchant cauchemar, un ignoble cauchemar et plus jamais elle ne voulait remettre les pieds dans cette maudite forêt !

Ignorant la fatigue, Galatéa lança à la hâte trois sortilèges pour les repousser, tout en grimpant sur le balai. Pourvu qu'il n'ait pas été endommagé. Le feu provoqué par le premier sortilège était déjà sur le point de disparaître, ne laissant que quelques lueurs rougeâtres sur les branches des arbres. Elle espérait que le trou créé soit suffisant pour passer.

Prenant de la vitesse, l'ancienne serpentard tenta un nouveau sortilège : Accelerate.C'était certain que la petite l'entendrait si elle parvenait à les faire sortir vivant de ce bourbier. Tout comme Azénor !
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
Re: On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Elida Cestero, le  Jeu 30 Jan 2020, 14:20

On fait boum par terre, un gros boum douloureux, et si je reste sur le sol sans oser bouger autre chose que la tête pour regarder vaguement autour de moi, la dame quant à elle s’assoit dans un geste rapide, inquiet peut-être même. C’est que l’absence d’araignées n’est pas très rassurante, et elle semble penser comme moi. L’inverse serait d’autant plus inquiétante, un esprit sain ne peut se dire "chouette elles sont parties" car c’est faux, c’est impossible, elles étaient bien trop nombreuses et bien trop grosses pour abandonner si vite. Le balais vient par un appel de la sorcière qui utilise sa baguette magique pour cela, et cette fois-ci je n’hésite pas, je ne réfléchis pas, j’écoute l’adulte, montant le plus rapidement possible sur l’objet qui… Non, faut pas encore une fois penser à l’utilité habituelle du balais. Je monte simplement, agrippe mes mains sur le manche devant tandis que l’inconnue lance un sort, une grosse boule de feu qui s’envole vers les airs et rejoint l’endroit où quelques minutes plus tôt nous nous étions fait prendre au piège dans une toile collante. Mes yeux suivent la boule et se font comme hypnotiser par les flammes qui brûlent les branches d’arbres. Pauvres arbres, pauvres branches, déjà nues elles se font réduire en cendre, rejoignant le sol en voletant comme des danseuses. C’est joli en fait. Mon regard est coincé sur le feu qui dévore, flammes dansantes et lumineuses avides de se nourrir telles des ourses affamées. Elles dévorent sans pitié, et pourtant plus elles avancent moins elles sont grandes. Pour lentement s’effacer.

C’est le bruit que fait la femme qui me ramène à la réalité, me fait sortir brusquement de cet instant concentré sur un élément que j’aime. Je tourne brusquement la tête, et je la vois approcher, elle semble avoir mal quelque part, au pied, à la cheville, à la jambe, je ne sais pas, mais elle a mal. À cause de moi. C’est à cause de moi qu’elle est venue là, qu’on s’est fait attaquer, qu’elle est blessée. Je suis méchante. Sa voix s’élève, des sorts qui fusent à nouveau de sa baguette, repoussant les araignées qui tentent de revenir. Et elle monte sur le balais, elle le fait s’envoler et aller plus vite. On monte, monte, je ferme les yeux pour ne pas voir le sol s’éloigner. C’est nous qui nous éloignons, mais ça n’empêche que je n’aime pas ça. Je sens l’air qui nous entoure, les branches des arbres aussi, et ainsi les yeux fermés je ne me fais pas attaquer par les images mais plutôt par les sensations. La dame est tendue derrière moi, je crois qu’elle a peur, et même si je n’ose pas le dire, j’ai peur moi aussi. Qui n’aurait pas peur de ces araignées géantes prêtes à nous dévorer ? J’espère qu’elles ne montent pas. Ou qu’elles ne nous ont pas vu nous envoler, ou qu’elles sont lentes. Elles vont lentement vu qu’elles sont grosses, non ? Nous on va vite, j’ai entendu la sorcière lancer un autre sortilège et le balais s’est accéléré. Peut-être que si je rouvrais les yeux… Ce serait bien plus rassurant de voir où on est, sauf si les araignées sont encore là. Le trou est grand maintenant, on devrait pouvoir passer dedans facilement, surtout que les araignées, aussi rapide et grande soient-elles, ne devraient pas avoir le temps de refaire une toile… Et au cas où, je me recroqueville sur le balais, gardant les yeux fermés. Je veux pas voir. J’espère juste qu’on est tout en haut maintenant, trop haut pour les araignées, loin des arbres. Qu’on vole loin, haut, et même si j’aimerais savoir je préfère me taire, garder le silence. Trop de peur, et surtout c’est ma faute tout ça, vilaine personne, alors il vaut mieux se taire.
Galatéa Peverell
Galatéa Peverell
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
Re: On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Galatéa Peverell, le  Dim 02 Fév 2020, 22:12

"Tu t'envoles, tu t'envoles, tu t'envooooooooleeees !

La sorcière ne s'arrêter de monter qu'une fois très haut dans le ciel. Plus il y avait de distance entre eux et ces maudites créatures et mieux elle se portait. Galatéa sentait son cœur tambouriner contre sa poitrine, les yeux encore humide d'avoir faillit pleurer. Heureusement le vent glaciale vînt effacer tout ça. Même sa cheville endolorie la faisait moins souffrir, certainement un peu endormie par ce froid que personnellement, elle aimait tant.

Devant elle, dans ses bras, la petite s’agrippait fermement au manche du balai. Et Galatéa caressa tendrement ses cheveux pour essayer de la rassurer. Il n'y avait plus rien à craindre maintenant, le pire était indéniablement derrière elle pour aujourd'hui.

- Tu vas bien ? se renseignant l'ancienne Serpentard. Je m'appelle Galatéa, et toi ?

La brune prit la direction de Pré-au-Lard avec son balai, pour plus tard tenté de retrouver la route qui menait aux portes de l'école. Elle aurait aimé pouvoir la raccompagner directement, malheureuse son statut d'adulte l'en empêchait.

- Personne ne t'a prévenu que la forêt était interdite ? Tu sais, le règlement est là pour te protéger, pas t'embêter.

Elle n'était pas aussi ferme qu'elle aurait pensé l'être encore quelques minutes plus tôt. Galatéa se disait que la petite devait avoir déjà eu bien assez peur, que la gronder outre mesure ne servirait à rien maintenant. Néanmoins, peut-être était-ce un réflexe d'ancienne journaliste, mais elle souhaitait comprendre comment ce drame avait pu arriver. Ou peut-être que parler était simplement le moyen le plus efficace de se rassurer elle aussi. Bon sang, ce qu'elle pouvait détester ces créatures !
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
Re: On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Elida Cestero, le  Mer 05 Fév 2020, 15:13

Il faut bien serrer le balais dans les mains, garder les doigts bien fermés sur le manche en bois, ce serait vraiment embêtant de tomber maintenant, de se retrouver à nouveau sur le sol entourée des araignées géantes mangeuses d’Humains, et encore, je me ferais manger vivante si le contact du corps avec le sol ne tue pas à l’atterrissage, je n’ai aucune idée de la hauteur à laquelle nous sommes. Quoi qu’il en soit, il vaut mieux bien s’accrocher au balais, ne pas tomber et espérer que l’on soit assez haut pour ne plus se faire attraper par les Acromentules. Sauf que quand je sens quelque chose dans mes cheveux, je ne peux pas m’empêcher de sursauter, effrayée par l’idée qui vient m’effleurer l’esprit, qu’un de ces grosses créatures soit venue avec nous. Mais non voyons, elles étaient bien trop grandes pour qu’on arrive à s’envoler avec une d’entre d’elles sur le balais, même sans la voir. De toute façon, ç’aurait été impossible. Alors c’est une main, oui il y a cinq doigts je les sens, c’est la dame qui semble vouloir me rassurer par ce geste qui n’a rien de rassurant ni d’agréable, mais je ne dis rien, parce que ce serait malpoli alors qu’elle vient quand même de nous sauver toutes les deux, ceci à cause de ma bêtise, et qu’à cause de moi elle s’est fait mal. J’aurais bien aimé savoir faire un truc avec ma baguette pour l’aider, mais je ne suis pas très forte en magie.

Et puis rapidement la voix de la dame se fait entendre, me demandant si ça va, alors je hoche la tête en gardant les yeux fermés pour l’instant, sans trop savoir si ça va vraiment ou non en réalité. Il vaut mieux pas trop y penser. Les Acromentules, c’est vraiment horrible… Je savais qu’il y avait des animaux pas très gentils, voir même méchant, mais de la part d’une araignée je ne m’y attendais pas, on m’a toujours dit "N’ai pas peur de ces bêtes-là, elles ne sont pas dangereuses vu le pays où on est !" Et moi j’écoute les grands, alors je n’ai pas peur des araignées. Mais là… Enfin bref, je ne suis pas blessée moi, donc ça va, c’est ce qu’il faut se dire. L’inconnue se présente, elle s’appelle Galatéa. C’est joli, c’est rigolo ça finit par un "a" comme Elida. Comme Elhëna. Comme Emilia, Lila, même si je n’en connais pas. Ça calme un peu de chercher les prénoms qui finissent par un "a", alors je réponds à la dame «Je m’appelle Elida.» Question, réponse, ni plus, ni moins. Et c’est seulement là que je réfléchis un instant, si elle me pose une question presque inutile à mes yeux, c’est qu’on est en sécurité, si on ne prend pas en compte la hauteur à laquelle on doit être, non ? L’idée me rassure, alors j’ouvre un peu les yeux, tourne légèrement la tête pour risquer un coup d’oeil derrière, là où la forêt semble s’éloigner. Plus d’araignées géantes. Plus de danger, il suffit de ne pas penser à l’endroit où on est en ce moment même.

Je ne sais pas vers où on va, mais Galatéa est adulte et sait certainement ce qu’elle fait, et puis ce n’est pas moi à onze ans qui vais dire où aller, encore moins après ce que je viens de faire. Alors je regarde un peu en bas, tout paraît petit d’ici c’est magique, et comme je n’ai pas à surveiller la direction du balais je ne risque rien à laisser mon esprit observer tout, contrairement à pendant le cours de Vol sur balais à l’école. L’adulte n’est pas très contente, je l’entends me dire une chose qui est totalement évident, même sans qu’on me dise que c’est interdit d’entrer dans la forêt je le sais rien qu’en entendant son nom, mais à cette pensée je ne peux que me dire finalement que non, ce n’est pas évident que je le sache, puisque j’étais dans cette forêt. D’habitude, je n’aime pas désobéir. Mais il y avait un renard, je l’ai pas fait exprès d’entrer ici. Même si l’idée me trotte depuis un petit moment déjà, mettre une forêt si près de l’école et nous en interdire l’accès, c’est vraiment pas sympa. Moi, j’aime me promener dans les forêts, c’est si calme normalement, parfois c’est bruyant mais bruyant d’animaux et pas de cris d’humains. «Si je sais que c’est interdit et qu’il faut écouter… Mais je l’ai pas fait exprès, je n’ai pas regardé… Et j’aime bien les forêts, au moins là-bas il n’y a pas d’élèves, c’est plus agréable.» C’est idiot de dire ça, parce que ça n’excuse rien évidemment, je le sais d’avance. Dans une école, il y a des élèves, et il faut faire avec. Sans se plaindre, sans râler, c’est mon devoir d’élève. Une élève qui n’aime pas le bruit. «Je ne voulais pas qu’on se fasse attaquer. Je suis désolée que ce soit le cas.» M’excuser, c’est tout ce qu’il me reste à faire.
Galatéa Peverell
Galatéa Peverell
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
Re: On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Galatéa Peverell, le  Sam 15 Fév 2020, 15:05

L'adulte cessa presque immédiatement de caresser les cheveux de la petite, ayant ressentit son sursaut. Peut-être m'aimait-elle pas être touché ? Dans le doute, Galatéa fit le choix de se redresser, laissant ainsi plus d'espace à l'enfant, mais renonçant également à la maintenir fermement. Pré-au-lard n'était pas très loin, de toute manière.

Manœuvrant à peine le balai qui était déjà sur la bonne trajectoire, la brune écouta attentivement les explications de la jeune étudiante. Se demandant encore une fois comment il était possible que ce genre d'accident arrive ? Finalement, elle avait eu de la chance de s'aventurer si loin, car si elle avait été plus trop de poudlard, l'ancienne serpentard n'y aurait pas eu accès. La sorcière nota aussi dans un coin de sa tête que le problème venait peut-être des élèves. La petite n'avait pas l'air très sociale. Plutôt timide, naïve. Effrayer par ce monde ?

Galatéa ne répondit rien à ses excuses, ne sachant de toute manière pas quoi dire. Tirant sur le manche à sa guise, l'ancienne joueuse de quidditch changea doucement leur trajectoire et entama une douce descente vers le sol. La forêt commençait à devenir moins danse, les lumières du village sorcier se précisait. Elle ne voyait peut-être pas encore la route, mais elle savait où elle était.

- Elida, tu es une née-moldu n'est-ce pas ?

Pour s'aventurer si loin sans se méfier, ne pas avoir peur de se retrouver seule dans un tel lieu, Galatéa se disait qu'elle devait forcément l'être. Car les jeunes sorciers entendent tous des histoires horribles sur la forêt avant même de mettre les pieds à l'école. S'ils y entrent, c'est alors plutôt par bêtise, pour prouver leur force. Pas pour suivre un renard. Car les animaux non magique m’intéresse pas vraiment les sorciers.

Le balai se posa enfin.

- Ça va aller pour rentrer ? Ils doivent être entrain de te chercher vu l'heure.
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
Re: On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Elida Cestero, le  Lun 24 Fév 2020, 21:51

L’objet dans mes cheveux que j’ai identifié comme étant une main, et non un objet en réalité contrairement à l’idée de début qui m’a rapidement effleuré, se retire rapidement, je sens d’ailleurs la dame se redresser et s’éloigner ainsi un peu de moi, sans que je sache si c’est bien ou mal. Peut-être l’ai-je vexé en sursautant ? Ce n’est pas ma faute, je ne peux pas m’en empêcher… Ou alors est-elle polie et s’est dit que je n’aimais pas autant de proximité ou de contact ? Que ce soit l’un ou l’autre, voir les deux, je la remercie un peu en pensé, sans rien dire. Parce que je n’aime pas ce qu’elle vient de faire, et s’est un peu comme si elle l’avait compris et accepté. Ce qui est rassurant, car parfois les gens peuvent se montrer insistant et au bout d’un moment je peux perdre patience.

Je m’excuse un peu, par politesse autant que par sincérité, car c’est vraiment embêtant ce qui vient de se passer. Embêtant de savoir l’inconnue blessée, effrayant de se dire qu’il existe des araignées gigantesques mangeuses d’Hommes. Quelles terribles créatures… Galatéa non plus ne semblait pas trop les aimer. N’empêche qu’elle ne répond rien à mes excuses, je ne sais pas si elle est en colère contre moi, contre elle, contre les araignées, ou simplement qu’elle ne sait pas quoi dire là-dessus. C’est vrai qu’il n’y a rien à dire, elle peut garder le silence. Pourtant, elle semble se poser un question, une question sur ce qu’on appelle ici le statut du sang. Un moldu penserait avoir à faire à un total ignorant en sciences qui parle de groupe sanguin, mais moi maintenant je sais ce que c’est. Je sais aussi ce que sont les moldus : des gens sans magie, qui pourtant peuvent engendrer des enfants sorciers, du moins des enfants doués de magie. C’est vraiment étrange ! Enfin bref, je hoche la tête dans un mouvement accompagné d’un «Oui je suis née-moldue.» sans vraiment de ton précis. Je n’ai pas honte d’être née-moldue, ne voyant comme différence que le fait que je sache bien moins de choses que les élèves bercés par la réelle magie depuis leur petite enfance. «Mais je travaille beaucoup pour tout apprendre !» Car apprendre est important, je ne voudrais pas que l’adulte se dise que je ne suis qu’ignorante de tout voir même idiote…

Puis on semble arriver au lieu choisit par la sorcière car le balais se pose sur le sol et la dame s’interroge sur ma capacité à rentrer seule. Elle pense que les autres me cherchent, moi je ne le pense pas : on ne me remarque jamais. Posée dans un coin à dessiner, les Serdaigles étudient généralement installés à des tables. Il y a bien plus d’inconnus que de connaissances dans cette école, ce qui me va parfaitement de toute façon, les élèves ne sont pas toujours la meilleure compagnie que l’on puisse avoir. «Oui ça devrait aller, merci de m’avoir aidé et raccompagnée jusqu’ici.» Être polie, une des règles de bases répétée par le grand-frère à la rentrée scolaire. «Même si je ne pense pas qu’on me cherche, je ne suis presque jamais avec des élèves, alors ils ne risquent pas de s’inquiéter.» Je sais que pour certains ça peut paraître étonnant, très étonnant et même étrange, mais pour moi c’est… Logique ? Évident ? Normal ? Habituel ? Peut-être un peu tout.
Contenu sponsorisé

On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé] Empty
Re: On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 2

 On dit qu'on apprend de ses précédentes bêtises... [terminé]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.