AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Kingston A400 – SSD interne – ...
Voir le deal
81.90 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Infirmerie
Page 1 sur 2
Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ulysse Daiklan
Ulysse Daiklan
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Panthère de Chine


Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Ulysse Daiklan, le  Lun 6 Jan 2020 - 23:42

Saison 29 - Été - Septembre
Suite d'ici
P.V Elhiya Ellis et Fanch Guivarch
L.A Mutuels

J’avais passé du temps pour rejoindre Lhiya et Fañch à l’infirmerie, m’assurant dans ma fatigue qu’aucun élève ne décide de mourir de froid dehors, répondant aux questions s’il y en avait. La tentation était d’aller à mon appartement directement, mais j’en connaissait une prête à me frapper si je ne me pointais pas à l’infirmerie après ce qu’il s’était passé.

J’activais la poignée, ouvrait la porte. Les deux Serpentards avaient déjà dû arriver, je déambulais parmi les lits pour pouvoir m’assoir au plus proche d’eux si je les voyais. Le matelas était tellement la bienvenue sous mon royal fessier, je ne tenais même plus compte de la présence de l’elfe de Lhiya à mes côtés. Je m’adressais à la blonde, un peu piteux de ma décision précipitée. Je regardait le géant, puis à nouveau mon aimée.

- Il va survivre ?

Je crois que oui, j’espérais que oui. Ma main rejoignait mes cheveux avant de passer dans ma barbe naissante. J’avais une peur que je n’avais pas ressentie depuis longtemps. Celle d’avoir fait plus de mal que de bien, celle de m’être précipité, et d’avoir aggravé les choses.

Encore.

Et cette fois, c’était elle qui réparait les dégâts, et ça me rendait mal, et j’avais peur que ça la rende mal, et je ne voulais pas la rendre mal, et ça me rends encore plus mal. Je soupire en évitant légèrement son regard.

- Je suis désolé. Je sais que j’aurai dû t’attendre mais je… je…

J’ai paniqué. Et j’avais pas mal de chance de le bouffer ce que je ne peux pas te dire parce que tu ne sais toujours pas que j’ai une certaine attirance envers la viande humaine. Reprise de respiration.

- J’avait peur qu’il soit trop tard, et j’ai pris le seul sort que je maitrise assez pour une blessure pareille. Je ne savais pas combien de temps il restait, il y avait tant de sang Lhiya, c’était insupportable.

La part de moi qui disait ça, était sincère. Voir mon élève, en sang, au sol, un élève qui avait été mon camarade. Le voir se vider de son sang et mourir peu à peu m’avait ramené bien des années plus tôt devant mon impuissance face à Calypso. La colère dû au mot n’avait pas amélioré le tout.

L’autre part traitait la première d’hypocrite. L’odeur du sang m’avait attiré, il fallait l’avouer. L’envie d’empirer les blessures avait véritablement luttée contre celle de les colmater. Et n’étais-ce pas par peur de céder à l’animal que j’avais agis en réalité ? La remise en question était violente, si cela se reproduisait, serais-je capable autant de lutter ? Combien de temps avant de céder ? La peur de moi-même refaisait surface, quand bien même j’essayais de l’enterrer depuis plus de deux ans. Je voulais aider les élèves, pas être un danger pour eux.

Je regardais Lhiya les yeux plein de doutes. Est-ce que j’avais vraiment aidé ce soir ? Ou avais-je cédé à la facilité, mettant en danger un élève par mon impatience ? J’avais besoin des réponses que j’étais le seul à pouvoir fournir.

Et cela me faisait peur.


Dernière édition par Ulysse Daiklan le Lun 15 Juin 2020 - 17:44, édité 2 fois
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Re: Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Elhiya Ellis, le  Mar 7 Jan 2020 - 0:55




LA signa

Elle avait maintenu le sort de transport du corps tout du long. Prenant soin de ne pas lui faire prendre un coin de mur, une marche male agencée, même si du dernier regard laissé à son blond et ne pouvait s’empêcher d’en vouloir à Fanch. Dans sa préparation méticuleuse, il avait omis de ne pas impliquer des personnes de leur connaissance. Et maintenant, elle voulait juste le reveiller, le soigner rapidement, le remettre sur pied pour lui passer un savon. Il y’avait d’autre façon de faire, nul besoin d’alarmer un groupe d’élèves au complet, le corps enseignant, et... jusqu’où cela allait-il monter ? En plus, le serpentard s’était exposé, beaucoup trop, affichant clairement ses idéaux à ceux qui les ignoraient, laissant, en plus, planer des possibles répercussions au sein même du château. Le message ne pouvait être qu’impactant, impossible d’en douter… un bon point pour le soutient à l’Ordre Noir, mais ce n’était pas elle qui le lui donnerait. En tout cas pas dans l’immédiat.

Posant l’adolescent avec soin sur le premier lit de libre, les premiers gestes mécaniques s’activaient. Les vêtements souillés étaient repoussés, la plaie supposée passée sous de l’eau claire et fraiche. Une cicatrice rouge vif, encore chaude et boursoufflée s’étaient tatouée sur le flan du jeune homme. « Idiot… ». Le petit nom allait autant pour l’élève que pour celui pour qui sa respiration se coupait au moindre bruit provenant du couloir. Un plaginit... Un sort demandant pas mal de puissance alors qu’il avait dù déjà user de magie en pensant à une attaque alors que ce n’était qu’un coup d’éclat… Un soupir lui échappa, partagée entre remord et attendrissement. Même si Fanch allait garder une trace des choix de ses convictions, Ulysse avait fait de son mieux pour le maintenir en vie. Le serpentard était hors de danger à en croire le résultat du #Per-sanguis-visio apposé sur lui. La baguette l’avait pointé de haut en bas, cherchant un flux sanguin anormal mais en vain. Pas d’hémorragie. Il s’en sortirait même s’il avait perdu beaucoup de sang.

Une grimace se dessinait au regard posé sur la chemise devenue rouge. Une transfusion de sang, comme dans les hôpitaux moldu ne serait pas de trop, mais ici, les deux savoirs n’étaient pas combinés. A tort, et si la blonde avait pu aborder le sujet avec son mentor à sainte mangouste, elle n’avait pas demandé s’il était possible de travailler en collaboration avec l’hôpital le plus proche. Il fallait surement réussir à avoir des autorisations, à partager le Secret, à rendre les choses compliqués…. Alors qu’il suffisait de s’épuiser dans un Alco Mederi pour maintenir les signes vitaux avant de les stabiliser grâce à un philtre revigorant ou une potion de régénération sanguine pour que le patient ne défaille pas. Bien sûr c’était plus facile d’user de magie même si ce n’était que quelques secondes pour s’assurer de l’état de son patient que de faire en sorte d’avoir des poches de sang frais et le matériel pour une transfusion. Une remarque simple capable de la mettre hors d’elle instantanément.  Mais changer les choses, ne se faisait pas en un claquement de doigt.

Se débarrassant de la tenue baignée de liquide carmin, l’infirmière se penchait sur le jeune blessé, prenait le pouls, vérifiant qu’il réagissait bien aux stimulis divers. Ulysse avait agi rapidement, elle aurait été terriblement fière si la culpabilité ne la rongeait pas à chaque seconde qui passait. Le flacon aidant à reconstituer le sang en main,  elle appelait son elfe pour qu’il s’occupe de le faire boire à l’étudiant. Rappel soudain que la créature était restée en arrière pour vérifier que l’enseignant rejoignait bien l’infirmerie. L’attente devenait Impatience, pourtant il n’était question que de quelques minutes avant de le voir enfin s’affaler sur les draps blanc d’un des petits.

Sourire instantané en croisant son regard, battement de cœur raté appuyant sur les remords de le voir si faible. C’était à cause d’elle, elle ne pouvait s’empêcher de voir ça autrement. « Oui… grâce à toi on dirait bien… » Les lapis fuyaient, un instant, se posant sur Fanch, mourant d’envie d’avouer à celui qui avait toujours été la lumière dans ses ténèbres que tout ceci avait été orchestré. Et … qu’elle se savait… depuis quelques temps d’ailleurs… Même si tous les détails lui étaient inconnus… Mais elle ne pouvait pas, il ne comprendrait pas. Qui le pourrait dans ce genre de circonstance, le nez dans le sang et la douleur, les pensées fusant dans tous les sens ? Elle ne pouvait juste pas, ne sachant pas si elle serait pour autant capable de lui mentir.

L’hésitation pouvait se lire sur son sourire en coin, que par chance, il ne voyait pas, détournant à son tour le regard avant de lui présenter des excuses. Le cœur s’étouffait. C’était à elle de s’excuser et non l’inverse. Elle ne voulait pas qu’il s’en veuille, pas encore une fois, pas alors qu’il y était pour rien. « 'Lysse… ». Il reprenait sans la laisser continuer, expliquant son désarroi, sa peur et ses craintes. La vue du sang était souvent complexe a tolérer, elle ne pouvait rien lui reprocher, certainement pas ça. Il y’a peut encore, elle figeait devant des marres écarlates. Elle comprenait, même s’ils n’avaient possiblement pas la même vision, pas le même rapport à l’écoulement du liquide de vie. « Chuuut 'Lysse, ça va, calme toi… c’est fini » Pour le moment en tout cas.

De quelques pas, elle l’avait rejoint, lui souriant avec cette même tendresse, glissant ses doigts dans l’arrière de ses cheveux pour l’attirer délicatement à elle. Soutenir ses ardoises plus longtemps était compliqué, elle savait pertinemment qu’elle n’arriverait pas à lui cacher ce qu’elle savait en se perdant dans ses prunelles confuses. « Tu as bien fait, ne t’en fais pas. Je comprends parfaitement qu’il y’avait de quoi paniquer… Ça va aller, t’inquiète pas » Le ton restait calme, doux et attentionné, un bisou sur le haut des mèches blondes pour tâcher de l’apaiser mettait fin à la légère étreinte. Malgré ce désir continuel de le réconforter, elle avait besoin de savoir pourquoi il était autant fatigué à son arrivée. Avec douceur, elle s’assit à a ses côtés, posant une seconde sa main sur sa joue, y perdant une légère caresse affectueuse. « Le revigor ne semble pas suffire.  Qu’as-tu utilisé pour être à ce point épuisé ? Il me reste des potions, ça devrait faire l’affaire, mais quelques minutes de repos obligatoires quand même d’accord ? »

Si ce n’était que d’elle, ce ne serait pas juste quelques minutes, mais elle se doutait qu’il allait devoir signaler l’incident à la directrice du Château, peut-être même faire de la paperasse, raconter ce qu’il s’était passé… Agiter sa nuit d’inquiétude et de craintes d’une altercation annoncée… elle aurait tant voulu que ça se passe autrement…. Une pression sur les doigts de la main qu’elle avait capturée, c’était d’un je suis désolée muet -qu’il ne pouvait supposer- qu’elle attendait qu’il lui dise un peu plus ce qu’il avait vu, entendu, ou cru comprendre….
Ulysse Daiklan
Ulysse Daiklan
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Panthère de Chine


Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Re: Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Ulysse Daiklan, le  Mar 7 Jan 2020 - 12:09

L.A Mutuels

Sa douceur, ce sourire. Elle arrivait à faire s’envoler un peu du poids qui pesait sur mes épaules, quelle était cette magie ? Je ravale ma salive, légèrement calmé mais toujours inquiet. Ses lèvres sur le haut de mon crâne font remonter la commissure de mes lèvres de façon légère. Elle a ce quelque chose contre lequel je ne peux pas lutter. Je la savais capable de se défendre seule – mon poignet était un rappel visuel de ce fait –, mais les soirées comme ce soir recréaient la peur de la blesser, de l’attaquer. Quand bien même je m’en sens incapable, il a sept ans je me croyais incapable de faire ce que j’ai fait. Et il y a constamment cette voix qui me murmure que je ne la mérite pas. Quand je la vois être si douce, gérer les choses avec autant de facilité tout en pardonnant mes actes stupides, je n’arrive pas à me dire que je la mérite. C’est inimaginable à mes yeux.

Je fronce les sourcils, plus pour m’assurer de garder les yeux ouverts que par contrariété. Mon état de fatigue ne lui aura pas échappée, j’étais à deux doigts de m’endormir en vérité. J’acquiesce quand elle em dit que je vais devoir rester là, déjà je n’ai pas la force de lutter, et en plus j’ai envie d’être encore un peu avec elle. Je me raccroche à ce que je peux, c’est-à-dire la question qu’elle m’a posé, essayant de comprendre ce qui m’avait autant fatigué, ce qui n’était pas très compliqué quand je résumais ma journée en fait.

- J’ai passé mon après-midi à faire des sorts d’extension terrestre pour préparer le cours, avant d’apporter les coussins et les biscuits. Je me suis transformé avant qu’ils arrivent pour les attendre et suis revenu à la normal après, puis pendant que les élèves passaient je maintenais un Interstellas Maxima assez gros pour qu’ils le voient tous.

Ça déjà c’était pour avant la flèche. Je haussais les épaules avec un petit sourire.

- C’était déjà une journée conséquente, juste assez pour bien dormir le soir-même. Puis après la flèche est partie de je ne sais où, j’ai lancé un protego pour éviter qu’on se reprenne quelque chose, je t’ai envoyé le patronus et fait des Curo as Velnus pour essayer de le soulager. Quand j’ai senti ma panthère disparaitre je me suis dit que y’aurais jamais assez de temps pour qu’il tienne…

Ou que la faim l’emporte, me chuchote ma conscience loin d'être tranquille.

-… Donc j’ai tout lâché. J’ai fait le seul sort que je connais qui peut réparer ça, puis je l’ai oublietté pour la douleur. Je sais à quel point c’est horrible, je ne voulais pas qu’il s’en souvienne.

Un sourire faible. Je ne pouvais pas lui parler de ce qu’il y a dans ma poche, à vrai dire ça me traversait à peine l’esprit. Pourquoi s’encombrer de ce détail alors que pour elle le plus important c’est la santé de Fañch. Et puis je ne pouvais pas lui en parler avant d’en avoir discuté avec Azénor. Ou Tara. Enfin Azénor me semble plus logique. Mais Tara… Bon, la question serait réglée plus tard. Je déglutissais, avalant les potions qu’elle avait à me donner, restant juste assez de temps pour me reposer un peu.

- Merci. Et merci d’être venue aussi vite.

Une chance qu’elle ne dormait pas. Si elle avait mis plus de temps j’aurai passé bien trop longtemps allongé au sol avec des élèves en danger d’une nouvelle attaque. C’avait été un véritable soulagement d’entendre sa voix, sans elle je sais pas ce qu’il se serait passé.

Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Re: Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Elhiya Ellis, le  Mar 7 Jan 2020 - 13:20




LA signa

Un coup d’œil à l’elfe de maison qui luttait avec l’administration de la potion à un Fanch encore assoupi. Ça ne semblait pas facile, et même si c’était son rôle à elle, égoïstement, elle préférait ne pas s’occuper de l’élève pour le moment. S’il se réveillait, elle le blâmerait de reproches qu’il ne comprendrait certainement pas. La colère, la peur, l’angoisse, l’incompréhension d’un tel choix se déverserait sur lui en cascade qu’elle n’était pas certaine de savoir maitriser pour le moment. Alors, pour se calmer, elle l’utilisait Lui, son P'tit Loup, comme toujours. C’était une évidence si simple qu’elle avait bien plus besoin de lui que lui d’elle, et pourtant, elle était persuadée qu’il pensait l’inverse, sinon pourquoi ces excuses à son arrivée ?

Attentive, l’écoute analysait la journée expliquée d’un enseignant en astronomie. Il avait usé de pas mal de magie au fil des heures, sans prendre un petit boost ou le temps de se reposer. Pas étonnant qu’un simple Revigor ne suffisait pas. Le nez dans le placard, elle récupérait deux fioles de filtres revigorant. Un pour de suite, un pour le lendemain. Cette potion était assez simple à faire et peu couteuse, une journée à en refaire ne serait pas dérangeante. Détour dans son bureau, toujours à l’écoute de son blond. Le cours avait été également gourmand en ses capacités, il en avait trop fait, même s’il était adulte et que son potentiel s’était forcément développé, la moue réprobatrice ne pu s’empêcher de tordre le minois rapidement. Mais dans le fond, elle était impressionnée, elle le savait doué, elle l’avait toujours su, mais ne connaissait pas l’étendue de ses pouvoirs. Encore cette pointe de fierté se dessinant dans la façon qu'elle avait de le voir.

Une part de brownie récupérée, de nouveau assise à son coté gauche la sucrerie et le filtre à avaler étaient tendus en première réponse silencieuse. C’était si peu face à ce qu’elle aurait voulu lui prodiguer. Un peu de chaleur, un de réconfort, un peu de douceur, des excuses par dizaines, la vérité sur ses Lapis qui fuyait à ses remerciements. Comment soutenir son regard ? Comment lui dire qu’elle savait juste avant qu’il lui envoie son patronus ? Comment lui dire qu’il s’était épuisé pour rien ? Comment lui dire que la prévenance dont il avait fait preuve auprès de Fanch était tellement adorable, que c'était tout ce qui le représentait, tout ce qui la culpabilisait encore plus, tout ce qu’elle ne pouvait accepter de tromper. Alors, silencieuse, les opales ternies regardaient les doigts libres de son P’tit Loup devenu bien grand. L’index courait sur le haut de sa main en timide caresse, courant sur le poignet, dévoilant la cicatrice d’un plaginit toujours encré en lui, en elle, de ce début de vie "commune" qu’elle n’aurait jamais cru si décisif.

Machinalement un faible sourire éclairait son visage, désormais Fanch aurait la même. C’était sa faute également, à croire que ceux à qui elle tenait devaient forcément passer par ce genre de supplice… « C’est gentil à toi d’avoir effacé la douleur de sa mémoire. Le corps s’en rappellera certainement, mais… Merci.. » Elle avait levé le nez avec douceur, posé un baiser à sa joue avec tendresse, capturant ses doigts pour les conserver à elle. Un faible réconfort à son besoin de le savoir toujours près d’elle. La prise se serrait, craignant qu’il ne disparaisse réellement de son monde s’il apprenait ce qu’il en était vraiment. Angoisse visible pour lui qui la connaissait, à moins qu’il ne soit trop fatigué pour s'en rendre compte chose qu’elle espérait pour le moment. Aussi elle souriait un peu plus, se raccrochant à la simple idée que ce qu’il ignorait ne pouvait lui faire de mal, alors, elle pouvait se concentrer tout simplement sur son état physique actuel. Le reste attendrait. « Mange un bout. Et.. ne t’en fais pas, je ne dormais pas, je travaillais mes croquis d’anatomie humaine » Vérité réelle, elle ne précisait pas la raison des dessins, ce qui était valable pour ne pas gonfler les remords. Retour à la situation actuelle. Lui, elle, une fiole.

Un mouvement de mèches blondes montrait la seconde fiole laissée sur le drap blanc. « Tu la prendras demain matin, même si normalement une nuit de sommeil devrait te remettre sur pied. Juste au cas où…. Tu n’es pas blessé au fait ? » Logiquement non. Ce n’était pas prévu. L’elfe de Fanch avait pour consigne de venir, viser son maitre et repartir à la demeure familiale. Il ne devait pas y avoir de dommage collatéraux et encore moins son Chéri. Inquiétude viscérale soudaine dénuée de logique, les mirettes inspectaient rapidement l’amoureux dans le plus grand des sérieux. « T’as parlé d’une flèche. Une seule ? Le sort c’est bien trois non ?  Elle venait d’où ? Un autre élève qui visait dans le tas ? T’es sûr t’as rien ? » Aucune trace carmine, aucun écoulement sanguin, elle le voyait parfaitement, le savait parfaitement, mais la Raison se fanait un peu à l’idée qu’il ait pu avoir été touché aussi. Et puis… Elle devait savoir ce qu’il avait vu, ce qu’il avait compris de la situation. Si l’elfe s’était fait voir ce serait le statut de ces créatures magiques qui serait mis à mal… Conséquence bien éloignée de ce que le Serpentard était censé lancer. Et en vrai, le dernier souci de la blonde qui soupirait de soulagement en voyant aucune trace de meurtrissure sur un Ulysse qui devait se demander pourquoi tant d’inquiétude soudaine.
Fañch Guivarch
Fañch Guivarch
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Re: Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Fañch Guivarch, le  Mar 7 Jan 2020 - 22:16



Fañch Guivarch rp numéro 442 :

Le sommeil, doux refuge de l'inconscience, pas de pensées, pas d'élément à analyser et surtout le mensonge de son existence n'était aucunement en danger. Fañch aimait ce moment de repos et de répit, surtout l'instant avant de plonger vers le néant, même un peu trop, car parfois son esprit glissait vers des idées sordides d'un repos bien plus éternel.

La situation était simple dans la tête du géant, il allait bientôt avoir cours et en se réveillant il aurait simplement à se lever de sa petite sieste et se diriger vers le parc. Le cerveau n'est-il pas fascinant ? La disparition d'un souvenir ne le met pas en défaut et l'organe le plus complexe du corps comble simplement le vide avec une histoire, une histoire qu'il suffit de faire accepter à la conscience et ça tombe bien car c'est aussi le cerveau qui gère cette fonction, il n'y avait donc rien de plus facile, c'était comme se donner à soi même une autorisation.

Le celte ouvrit les yeux, et en même temps que ses globes faisaient la mise au point ses autres sens se rebranchaient peu à peu. Le sens du toucher s'éveilla, et c'est à ce moment qu'il sentit qu'il y avait un problème. En effet ses lèvres étaient imbibées d'un liquide inconnu et visiblement quelqu'un essayait de lui en faire ingurgiter un peu plus.

Cerveau reptilien
Danger
Combat fuite ?
Fuite ?
Allonger : impossible
Combat !

Tout se passait très vite et malheureusement pour lui il n'avait pas encore remarqué qu'il n'était pas dans sa chambre et sa main droite se tendit brusquement essayant d'attraper sa baguette sur sa table de nuit qui n'était malheureusement pas là. En effet il nétait pas dans son dortoir et la baguette était resté dans la poche intérieure de son uniforme, qu'il ne portait d'ailleurs plus. Le bras gigotait en palpant précipitamment les alentour à la recherche de sa baguette.

Les mouvement de son bras se répercutèrent sur son flanc qui en reçut les répercussions. Les nocicepteurs aux alentours de ce dernier s’activèrent à pleine puissance, le cri de peur qui avait commencé dans la bouche du serpentard s'imbiba de douleur. Pendant qu'au même moment il essayait de repousser le récipient inconnu de sa bouche agitant sa tête violemment.

Il n'avait pas le temps de chercher à comprendre, son corps sentait un danger et il fallait l'éloigner au plus avant de déterminer si la menace était réelle, d'autant plus que la douleur lancinante qui lui était d'origine inconnue ne l'aidait pas à se calmer. Le marbre de son visage était complètement brisé, chose rare, et l'on pouvait lire la peur et la douleur transir ses muscles faciaux si peu souvent révélateurs.
Ulysse Daiklan
Ulysse Daiklan
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Panthère de Chine


Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Re: Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Ulysse Daiklan, le  Ven 10 Jan 2020 - 12:24

L.A Mutuels

Je souriais, le cœur attendrit à la vue du brownie. Certaines choses ne changent jamais et le rapport de ma blonde aux sucreries semblaient en faire partie pour le plus grand bonheur de mon estomac, bien que de la viande aurait été plus appréciable. C’était l’un des problèmes de ce passage en Afrique, je raffolais davantage de la viande que du reste. Là, ça restait quand même une petite compensation de la faim enclenchée par la vue et l’odeur du sang. Je buvais ses paroles alors que son baiser sur ma joue me nourrissait d’une chaleur qui me manquait au quotidien. J’essayer d’oublier pour la cicatrice de l’élève, après tout j’avais eu la même à son âge. Bon pas dans le ventre mais cela comptait quand même non ?

La main de la louve dans la mienne, je la sentais se resserrer contre moi. Une pression à laquelle je réponds comme un automatisme sincère. Quelque chose semblait la gêner mais je ne savais pas quoi. Si j’essaye de me mettre dans sa position qu’est-ce que ça donne ? Moi, infirmier resté éveillé pour travailler un peu plus tard, apprends par un patronus qu’Elle venais d’essuyer une attaque, sans savoir les dégâts, juste qu’un élève était blessé et en plus un élève que je connaissais. Le tout pour arriver en la trouvant épuisée et se retrouver avec les deux à l’infirmerie.

Effectivement. Aucune raison de s’inquiéter. Rien qu’imaginer le scénario pouvait me faire vriller mais aucune raison de s’inquiéter. Même si je comprends l’avalanche de questions qui arrivait à mes oreilles. Des détails auxquels je n’avaient même pas pensé. Forcément que les autres élèves n’avaient rien sinon ils auraient paniqué, ou je l’aurai su en les raccompagnant. Heureusement d’ailleurs, sinon je m’en serais voulu encore plus et j’aurai clairement été incapable de résister à l’attrait de la panthère. Réalisant mes pensées une vague de culpabilité me percutait encore plus. Ne plus penser c’est bien. Par tous les dieux ce que j’aimerai ne plus penser. Mieux vaut répondre, c’est bien ça répondre. Je clignais des yeux, essayant de rassembler mes souvenirs, réfléchissant à voix haute.

- Oui il y avait qu’une seule flèche, et elle venait de nulle part. Certainement pas de la direction des élèves. Peut-être que la seconde et la troisième flèche sont juste passés sans toucher qui que ce soit, mais il y avait Gabriel Michaels juste à côté, s’il y en avait eu trois il aurait dû être touché aussi. Non vraiment on aurait dit que c’était lancé vraiment contre Fañch. Il venait de se lever, c’était facile pour le tireur de juste attendre qu’il soit debout vu qu’il venait de passer la soirée assis. Peut-être justement qu’un autre élève lui bloquait la vue. Puis si ça avait visé tout le monde, il aurait mieux fallu le faire quand ils étaient assis, au moins pas d’esquive possible. Mais pourquoi viser Fañch, ça n’a aucun sens.

Ma voix baissait au fur et à mesure de mes réflexions. Plus je parlais moins tout ça n’a de sens. C’est pour ça que je laisse les autres essayer de comprendre d’habitude, ils arrivent toujours mieux que moi à faire des liens. Par exemple, je n’arrive toujours pas à savoir ce qui est arrivé à Khowl, le hibou cool. Je finis par sourire à l’infirmière en me grattant la nuque d’un air gêné.

- Désolé, je crois que réfléchir quand je suis fatigué n’est pas très bon pour moi. Je crois qu’il vaut mieux que j’aille dormir.

Ça fait bien quelques minutes que je me repose de toutes façon non ? Je me lève tranquillement. Elle m’embrasse, trop court à mon goût mais je suppose que dans cette situation ça reste normal. Je lui souris encore une fois, déjà ravis d’avoir ce traitement de faveur.

- Bonne nuit Lhiya

Je fais la moue en hésitant une demi seconde mais finis par l’embrasser de nouveau avant de partir. Il faut que j’aille à mon appartement me reposer. Enfin il ne faudrait pas que j’aille parler à Azénor avant ? Le papier brûle légèrement dans ma poche, il est une autre personne qui devrait le savoir avant. Les questions se bousculent, je remarque à peine la présence impromptue de Zorein auprès de moi. Trop de questions, pas assez de repos. Vivement que cette nuit se termine.


~
Départ d'Ulysse avant que Fañch de pète ENCORE un plomb. Merci les loulous :kiss:
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Re: Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Elhiya Ellis, le  Dim 12 Jan 2020 - 23:26




LA signa

Un sourire, celui qui la désarmait instantanément, celui qui la déstabilisait au point de perdre un battement et perdre le fil de ses pensées un instant. Ça n’avait pas changé, c’était comme avant, en pire même, non, en mieux, car elle s’en rendait compte et pouvait se ressaisir assez facilement aimant cette sensation trop douce pour s’en vouloir d’avoir ainsi succombée des années auparavant. Attendrie malgré l’interrogatoire qu’elle lui faisait presque passer, elle écoutait attentivement son blond remettre en ordre le fil des évènements et nourrir ses interrogations. L’attaque sur Fanch était clairement visible et ne laissait aucune autre alternative possible. Pas de tireur visible, un premier point de quasi soulagement, mais la culpabilisation à la mine gênée de l’Amoureux empêchait d’en vouloir un peu moins au Serpentard toujours allongé.

Les mots se perdaient dans les remords et l’envie de le rassurer, les gestes hésitaient partagés de désirs de le réconforté et le forcer à se reposer pour reprendre des forces. Renaissance de conflit intérieur tirant entre ce qu’elle devait être –l’infirmière et la porteuse de masque- et ce qu’elle était toujours malgré tout –l’amie, l’amante, l’amoureuse-. Une chance qu’il veuille fuir, rendant la déglutition compliquée et les paroles vaines. Elle se contenait d’acquiescer d’un mouvement de tête, offrant la caresse d’un sourire et la douceur d’un baiser trop court. Ils étaient toujours trop court depuis qu’il était revenu, pourtant elle ne réclamait pas plus concédant qu’il avait réellement besoin de repos. Nul besoin de s’en vouloir encore plus en l’empêchant de se remettre sur pied pour une simple envie égoïste de le garder près d’elle.

Un Bonne nuit scellant la suite de soirée avec Lui, un nouveau baiser au gout trop léger, les Lapis ternis le regardait partir sans protester. Elle n’aurait su quoi lui dire pour le retenir, et il y’avait un Fanch à veiller, des soins à prodiguer, la culpabilité à noyer….  La porte fermée sur son cœur pincé elle soupirait se laissant tomber sur l’oreiller du lit de fortune emprunté. L’étoffe n’avait même pas eu le temps de s’empreigner de son odeur, ne lui laissant aucune trace de son passage trop court ici. Au moins n’avait-il pas été blessé, ce pouvait l’apaiser un instant. Faible réconfort à devoir lui mentir ainsi, elle n’aimait pas ça, ne savait pas si elle serait capable de tenir longtemps s’il fallait maintenir ses ardoises confuses…


Un détail, rien de plus,
Le palpitant s’affolait,
Conscience râlait,
Mais elle n’en avait point le temps.
Plus maintenant.

Du bruit fondu derrière, des mouvements désordonnés : l’Enfant partisan se réveillait, désorienté. Les mèches d’or se redressaient, les opales le regardaient, froidement, durement en s’avançant à ses côtés. Un cri ricochait sur les murs de l’infirmerie, l’Inconscience s’abandonnait, délivrant réalité et conséquence de ses choix. C’était douloureux, extrêmement, mais moins que cela aurait dul’être. Grace à Ulysse, grâce à l’implication de celui qu’elle ne voulait jamais voir embringué dans ce genre de conflit politisé. Elle aurait voulu le protéger, son blond, de tout ça, de ce monde, de toutes ses bêtises gravées dans le monde magique, mais non, bien sûr, c’était impossible. Il avait fallu que l’adolescent, ami de maison, partenaire de serment, choisisse de mêler la seule personne qu’elle voulait tenir éloigner de tout ça à cette histoire.

L’irritation pointait, agacement aux hurlements, exaspération à la mise en danger volontaire d’un groupe d’étudiant, Patience volait tout simplement en éclat. « Ca suffit tu veux. #Petrificus Totalus et maintenant tu vas m’écouter #bloclang » Frêne toujours à la main, soupir désabusé, la blonde tachait de ne pas se laisser emporter. Le minois sévère se portait sur le champ de vision du garçon, pas un sourire, pas un geste pour consoler sa panique et son incompréhension. Trop à lui reprocher pour arriver à le materner et le couver comme ça aurait été le cas usuellement. « T’es à l’infirmerie, tu as été blessé en plein cours, ça aurait pu être bien pire, même si.. » La mâchoire serrée déchirée entre le picotement des doigts, brulant de lui coller une gifle, et la nécessité d’évacuer le flots d’émotions qu’il la forçait à gérer, les lèvres se pinçaient, l’inspiration se faisait profonde, le fessier se posait à côté du jeune homme en se forçant à se calmer.

La gestion des émotions, le calme et la maitrise de soi dans son travail n’était qu’une belle façade. Un joli masque porté et portable quand elle traitait avec des inconnus ou de simple connaissance de passage. En dehors de ce cadre brodé d’indifférence, dès que le petit monde privé de l’infirmière était impacté, elle avait toujours la même difficulté à gérer. A se gérer elle, à gérer leur besoin de manière rationnelle, à prendre de la distance. Alors… Le silence s’imposait lourdement pendant qu’elle fermait les yeux pour tâcher de se reprendre, de se remémorer ce que la lettre disait. Pas de souvenir, mais ne pas lui en parler de suite ; le convaincre mais sans expliquer... Comme si elle avait été douée une seule fois dans sa vie avec les mots... Nouveau soupir, mirettes glaciales posées sur l’étudiant et fiole de régénération sanguine arrachée des mains de l’elfe de main. Ce dernier pas offusqué, s’occupa de nettoyer les vêtements souillés avant prendre congés des lieux.   « .. Je vais retirer les sortilèges, t’évites de bouger où je te le ferais clairement regretter. » Ton polaire, très certainement la première fois qu’il l’entendait parler ainsi. Tant pis, elle ne pourrait faire mieux, elle le savait.

Se penchant à son niveau, le goulot de la fiole posée sur ses lèvres pour le faire boire la fin du contenu, Elhiya continuait à faire claquer les mots entre ses dents. « En souvenir à cette nuit dans la maison délabrée où ta paranoïa nous a conduit à faire une nuit blanche dans la salle commune avant d’arriver à la salle sur demande, tu vas être un gentil garçon et boire ceci En-ti-ère-ment. Compris ? » Les yeux plongés durement dans les siens, Elhiya attendit deux secondes avant de libérer son patient d’un #Finite Incantatem et pencher le contenant transparent pour faire glisser la mixture qu’il n’avait pas d’autre choix que d’avaler. Pour l’instant, la priorité était de le « réparer », le reste, les discussions et les explications attendraient.
Fañch Guivarch
Fañch Guivarch
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Re: Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Fañch Guivarch, le  Mar 14 Jan 2020 - 15:01




Fañch Guivarch rp numéro 445 :

Le celte se débattait contre l’inconnu, la situation n’était pas bonne à ses yeux il ne contrôlait rien, ni sa position, ni les informations à disposition. Il ne savait même pas d’où venait la douleur qui l’assaillait l'empêchant de réfléchir correctement et posément.

Soudain une voix s’éleva, une voix familière qui prononçait la formule d’un sortilège. Même si le serpent avait un doute sur la nature du sort employé, l’immobilisation magique que subissait son corps indiquait clairement qu’il venait de subir le maléfice de saucissonnage.

Les globes en hyperactivité, à essayer de comprendre ce qui se passait, où il était, qu’est-ce qu’il faisait ou plutôt qu’est-ce qu’on lui faisait. Le cerveau reptilien ayant échoué dans la réponse primitive qu’il avait fournie, ce dernier se rendormit. La voie désormais libre le réveil des fractions de l’âme de Fañch se fit entendre dans sa tête.


C’est quoi cette douleur de m*rde.


C’était la voix d’Elhiya, elle va nous aider.


Il faut comprendre ce qu’il se passe.


Des explications suivirent mais il y avait quelque chose de différent dans le comportement d’Elhiya, comme si sa bienveillance naturelle n’était pas là comme si ce n’était pas vraiment elle. De plus y avait un autre problème, le serpentard n’avait absolument aucun souvenir de ces événements, même pas un flash, pas une bribe. La conjonction de ces des éléments fit naître le doute dans l’esprit du partisan des ombres, qui pensait de plus en plus être au centre d’une mise en scène visant à le piéger. Mais pour l’instant il devait jouer le jeu, car après tout il n’était pas sûr de sa théorie et même si cette dernière s'avérait exacte, il valait mieux garder l’effet de surprise.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Re: Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Elhiya Ellis, le  Mar 14 Jan 2020 - 16:12




Pas un mot de mécontentement, pas une question, ni même un râle ou un grognement, l’étudiant avalait sans broncher la mixture portée à ses lèvres. Avait-il le choix ? Penchée au-dessus, mine sérieuse, regard un peu trop dur, Elhiya ne le lâchait que lorsqu’il avait fini de tout ingurgiter. Le tintement de la fiole vide résonnait en ses tympans désagréablement. Trop de silence dans cette pièce, trop de choses non expliquées, non avouées... cachées. Compliqué de gérer cette impression que rien n’était sous contrôle, que tout pouvait vriller au moindre mots de trop délivré. Il fallait prétendre, comme avant, alors qu’elle n’avait jamais su faire.

Un soupir de plus ponctuait l’instant, marquant le temps qui s’égrenait inexorablement sans qu’elle ne puisse rien y faire, sans que celui-ci n’apaise la colère ou la culpabilité toujours en train de gratter à la porte de l’esprit. Il ne fallait pas, laisser l’un ou l’autre prendre le dessus. Pourtant, à glisser les yeux sur l’ami-étudiant, impossible de ne pas avoir envie de lui rendre la douleur que le blond lui avait fait oublier. Elle se refreinait, il ne comprendrait pas pourquoi elle lui en voulait, au même titre qu’il ignorait ce qu’il faisait là. Pénible situation, agaçant jeu de rôle où elle devait devenir gardienne d’une vérité et des maux à soigner. « Tu restes ici pour la nuit, tu seras certainement remis sur pied demain, mais possiblement trop faible pour aller en cours. Tu dois garder le repos pour le moment. Tu devras remercier Ulysse pour ça.. » Le coup de menton montrait la cautérisation encore brulante effectuée sur le flan. Pas très bien maitrisée, Fanch en gardera la marque à vie, souvenir d’une abnégation de soi dont il n’avait plus le souvenir. Relent d’irritation, c’était stupide, les choses auraient pu se passer autrement….

Impossible de cacher l’agacement, les opales ne réconfortaient aucunement, la voix de brodait d’un ton neutre et distancié. Pas que le serpentard méritait ce genre de traitement, mais la blonde était bien incapable de vêtir le masque du sourire une fois de plus, le meilleur de sa performance ayant été offerte à son Cœur meurtri. « Tu as été touché par une flèche, bien placée, il a donc préféré stopper tout écoulement plutôt que tu ne perdes trop de sang. Mais tu es hors de danger, ne t’en fais pas. Je ne te demanderai qu’une chose à présent. » Se taire, ne pas poser de question, se rappeler du serment, se faire discret et juste écouter. « Fais-moi confiance tout simplement ». Sourire en coin forcé, jusqu’à présent, à aucun moment elle n’avait demandé de l’écouter et le suivre aveuglement. Pourtant, tant qu’il était impossible de connaitre les répercussions de cette fausse attaque, peut d’autres choix s’offrait à elle. Un mal pour un bien certainement, plus facile pour lui-même après tout.

La volonté se raccrochait à cette idée, c’est plus facile ainsi, il lui suffisait à elle de continuer à être l’amie prévenant et présente, prétendant ne pas savoir. A croire qu’il l’avait toujours cru capable de gérer ce genre de chose, alors que malgré les années, elle n’avait que peu progressé, de la colère et la culpabilité trouveraient un autre moyen de s’exprimer. Pourtant, c’était bien ce qu’il lui demandait pour le moment, de sourire et prétendre que « Tout va bien. » Après tout c’était le cas. Pas de mort à déplorer, pas d’attaque à craindre. Juste un tas d’élèves possiblement perturbés, un enseignant, non, son amoureux totalement déboussolé, un secret à conserver, rien de bien saugrenu dans le monde magique après tout…

L’index tapotait la chevalière du garçon faisant écho avec la bague que la blonde portait, en rappel. Les lapis la fixait, préférant éviter tout contact visuel pour le moment –trop de possibilité de se trahir d’un coup d’œil pour ceux qui la connaissait- « Sers-t’en si besoin, mais ne cherche pas de réponse pour le moment. On ne sait pas qui a tiré, ni pourquoi. Ne cherche pas à te venger, ni même à fouiner. Contente toi de te faire discret, ici, comme dehors. Je préviendrai tes parents et autres amis communs. » Masqués à informer, que l’ordonneur de mission soit au courant. Juste au courant rien de plus, idéalement, qu’iel ne contacte pas l’enfant pour le moment. Pause marquée. Inspiration profonde gonflant les poumons, calmant un petit peu le pincement au cœur et l’angoisse viscérale du « et si tout dérapait désormais ? ». Ne pas y penser, juste lever le nez, dessiner une courbe légère à ses lèvres pour s’assurer que sa requête, non négociable, était comprise et bien intégré. « D’accord ? »
Fañch Guivarch
Fañch Guivarch
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Re: Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Fañch Guivarch, le  Jeu 16 Jan 2020 - 18:24



Fañch Guivarch rp numéro 448 :

Le comportement de la supposée Elhiya était beaucoup trop étrange, ce n’était pourtant pas la première fois qu’il était à l’infirmerie et il ne l’avait jamais vu de cette manière.

Le celte suivit du regard le geste de l’infirmière qui faisait une remarque sur la future cicatrice. La blessure n'était pas belle en effet, mais bon la plastique de son corps n'avait jamais vraiment intéressé le géant.


La confiance c'est important, il faut lui accorder.


Non ça pue, c'est un pu*ain d'usurpateur qui essaye de nous la mettre à l'envers.


Quoi qu'on en dise tout ça est suspect et il nous manque des explications.


La dernière fois que tu m’as demandé de te faire confiance on a fini par se faire courser par une créature dangereuse dans la forêt tu te souviens ?


Fausse anecdote, hameçon discret pour débusquer l’éventuelle supercherie. Puis doucement il plonge son regard dans les lapis de la blonde, et même si le visage du fou s’était à nouveau fusionné avec le marbre, ses yeux émanaient une sorte de puissance qui essayait de sonder les intentions de la personne qui semblait être son amie.


Ne t'inquiète pas je l'utiliserai si je suis en danger … Par contre ... La personne qui a fait ça court toujours et pourrait recommencer, alors pourquoi je devrais la laisser s’en tirer ?
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Re: Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Elhiya Ellis, le  Sam 18 Jan 2020 - 22:24





LA signa

L’attente se parait de silence, intriguant, inquiétant, agaçant. Le Temps se devait être un allié, mais sur l’instant il ressemblait à un enfant capricieux qui refusait d’avancer correctement. Un tic à nouveau, un tac de trop, l’inspiration profonde une seconde fois se devait salvatrice. La Patience devait devenir seconde peau, les pensées devaient se calmer et se regrouper. L’arrete du nez pincée, de l’index et du majeur, les yeux se fermaient un instant avant de se rouvrir subitement sur une histoire étrange venue de nulle déballée par Fanch. Les sourcils froncés une seconde, la moue circonspecte inspectait le front de l’adolescent à la recherche d’une bosse non aperçue. « Tu t’es cogné ? D’où sort ces divagations ? » Une chute aurait pu avoir lieu sans que son blond n’ai pensé à le mentionner. Alors, même si la Colère restait, l’inquiétude se réveillait.

La main droite tâtonnait doucement le haut de la tête, regardant si du sang pouvait s’en écouler, même si rien n’était présent sur l’oreiller. Pas de cri du garcon, pas de bosses pour le moment, soupire de soulagement, et sourire devenu en coin. [color=lightpink) « Tu as besoin de sommeil, tu commences à divaguer. La seule fois où nous avons été dans la foret interdite ensemble c’était lors d’un cours de soin aux créatures magiques, on y a vu un Centaure »[/color] Ca datait. Ça semblait si loin que forcer la mémoire de l’adolescent n’était peut-être pas le mieux à faire. Raviver des souvenirs dans l’esprit d’un fraichement blessé n’était pas judicieux, les pensées pouvaient s’emmêler, le faire douter de sa réalité, être plus néfaste qu’autre chose.

Mais plus que réminiscence du passé, le raisonnement du serpentard s’offusquait. De vengeance il voulait s’acquitter, arrachant à la blonde un soupir désolé. Un mouvement de tête négatif faisait danser les mèches d’or passablement attachés d’un élastique. En adulte responsable elle aurait dû lui affirmer que la vengeance n’était jamais une solution quelque fut la situation. Mais l’hypocrisie habillerait que trop ce genre de paroles,  et puis. « Il n’y a pas grand-chose à venger, tu es en vie. Il y’a plus important pour le moment. Tu dois te reposer, l’auteur du tir de cette flèche doit être loin à l’heure qu’il est » Supposition probable bien qu’elle n’en savait rien. Le ton s’était radouci bien que passablement ourlé d’une voix digne d’une maman apprenant à son môme ce qu’il y’avait de mieux pour lui, et surtout qu’il n’avait rien à en redire. « Maintenant, si tu n’as pas faim, je vais baisser les lumières de l’infirmerie, il serait temps que tu dormes, moi aussi d’ailleurs » Même si à une nuit capricieuse le sommeil serait capricieux.

Remontant le drap blanc sur le garçon, d’un coup de baguette Elhiya récupérait une couverture à rajouter par-dessus. Lit certaine moins confortable que ceux des dortoirs de Serpentard, mais vue l’heure tardive, c’était toujours mieux que s’assoupir dans un canapé, tout recroquevillé comme il l’avait déjà fait. « Tu veux que je reste ici pour la nuit ? Si non je peux appeler Jasper, mais ca ne fait pas partie de ses fonctions » D’origine la créature avait été achetée pour s’occuper de la tribu d’animaux de la blonde, avec le temps, il avait pris l’habitude de passer au château le soir quand sa maitresse ne rentrait pas pour nourrir le furet et le flaireur. Il en profitait pour l’aider rapidement à ranger son bureau et remettre l’infirmerie en ordre mais ne servait pas de baby sitter aux blessés pour autant. Néanmoins, Elhiya voulait bien concéder à le faire revenir pour garder un œil sur Fanch si ce dernier préférait.
Fañch Guivarch
Fañch Guivarch
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Re: Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Fañch Guivarch, le  Sam 18 Jan 2020 - 23:06



Fañch Guivarch rp numéro 449 :

Soulagement, l'hameçon n'avait pas été mordu par la blonde, elle paraissait surprise et cherchait une bosse sur le crane du géant, attention discrète mais néanmoins noté par le serpentard.


Vous voyez, c'est bien Elhiya et elle est gentille.


Elle peut très bien avoir torturé la vraie Elhiya ou pire, voir pénétrer son esprit avec de la légilimancie, je suis sur que c'est ce con d'Artémis derrière le polynectare.


Les deux cas sont toujours possibles et il ne faut pas les négliger.


Tu as raison je dois mélanger des souvenirs.


La blonde, insista sur le fait de ne pas chercher vengeance, puis elle indiquait que le temps du sommeil était venu, elle proposa même à Fañch de rester passer la nuit.


Non on ne va pas la déranger.


Ouais qu'elle se casse de là !


Non, si elle reste là on pourra vérifier si elle boit un liquide qu'on ne voit pas, si ce n'est pas le cas la vraisemblance de la thèse du polynectare prendra un sacré coup.


Je veux bien que tu restes, il est possible que celui qui ait essayé de me tuer tente de finir le travail.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Re: Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Elhiya Ellis, le  Sam 18 Jan 2020 - 23:50





LA signa

Mélanger les souvenirs, une conclusion rapide qu’elle acceptait à cause de l’heure tardive, un peu de repos était le bienvenu. Pour lui, pour elle, pour calmer les esprits et laisser le temps couler sans penser à rien. Juste fermer les yeux, et attendre que le jour se lève pour… Elle ne savait pas pourquoi un nouveau rayon de soleil pouvait être utile, mais les idées seraient moins embrouillées par l’urgence et les pointes de fatigue qui se montraient désormais que le stress et l’anxiété disparaissaient peu à peu. Un simple hochement de tête pour clôturer la discussion de l’incident et le besoin de vengeance avant de remonter la couette la couette correctement sur le malade. Prémices d’aurevoir finalement interrompu par le choix du garçon. Sourire en coin mi-amusé mi-surpris avant de céder « Hum ok, je vais chercher ce qu’il faut dans mon bureau ». Veiller nécessitait de quoi rester éveillée.

Sans relever la crainte suggérée par Fanch, la blondinette disparaissait dans la pièce d’accoter pour empiler coussins moelleux et plaid chaud sur le seul siège de salon qu’elle avait. Le bloc de note, un autre calepin à dessin et la trousse de crayons finirent tout en haut de la pile. Le tout transporté du bout de la baguette, elle s’installait à côté du lit du jeune homme, prenant place sur son trône de fortune, s’installant confortablement matériel d’écriture et griffonnage à portée de main. Elle avait des hiboux à envoyer, mais seul celui des parents du blessé serait écrit ici. Des croquis attendaient aussi, la synthèse des derniers entretient avec Elhëna également, de quoi garder les yeux ouverts logiquement. Une feuille découpée de son cahier, un stylo à la fin, le nez se relevait, très sérieusement. « Quelqu’un d’autre à prévenir que tes parents ? » Une petite amie, un meilleur ami ou quiconque ayant besoin de savoir ce qu’il se passait à l’école.

Soudainement, Elhiya se rendait compte qu’elle n’avait jamais pris le temps de réellement connaitre son partenaire de courses dans les escaliers. Jamais elle ne lui avait demandé d’où il venait ni ce qui composait son monde. Elle s’était juste contentée de le laisser rentrer dans le sien sans chercher à savoir plus. Pourtant, ils s’étaient baladés dans les méandres de leurs esprits ensommeillés, réveillés Lizzie tôt dans la matinée pour ouvrir une salle sur demande, échangés des pintes et des heures de shooping, sans que le manque d’information ne gêne leur proximité. Impression étrange dessinée très certainement par le besoin de sommeil qui se voulait capricieux, encore empli du reste d’adrénaline encaissé brutalement, et de la marée d’émotions gérées à la toute hâte plus ou moins correctement. Bien qu’incapable ne de pas continuer à lui en vouloir un peu, l’absence de son P’tit Loup permettait à l’impulsive émotivité de s’assagir. Pas plus mal pour finir la soirée.

Les mirettes dépossédées de la froideur du réveil de Fanch, mais inapte à s’ourler de tendre affection pour autant avait attendu la liste des personnes à informer. L’encore s’était couchée sur le papier avant qu’elle ne plie le tout te ne les pose sur la petite table proche du lit. Le passage à la volière patienterait le nouveau jour, nul besoin d’alerter et paniquer les gens dans la nuit. Un « Bonne nuit alors, il n’y a rien à craindre ici, tu peux dormir » Sourire sincère à cette vérité que trop valable à la vue du manque d’assassin capable de venir finir quoi que ce soit. Il pouvait se reposer, et elle, noyer les dernières ébullitions de l’esprit en noircissant le grain de papier blanc de coup de fusain.

Les minutes passaient, le croquis avançait lentement, les détails brulaient les yeux, les forçant à plisser et se fermer par alternance. Le bâillement collait aux cils maintenant qu’il n’y avait plus rien à gérer, le souffle de l’Enfant à coté berçait le sien jusqu’à l’assoupissement léger. Perte d’attention sous la soudaine tranquillité des lieux. Plus d’agitation, plus d’urgence, juste la pause enfin enclenchée
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Re: Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Azénor Philaester, le  Dim 19 Jan 2020 - 16:02

Autorisation des protagonistes pour poster.
Suite d'ici.
Azénor arrive en compagnie d'Ulysse.

Après avoir été prévenue par Ulysse de l'incident lors de son cours,
Azénor se rend en sa compagnie à l'infirmerie voir l'état de Fanch.



Maintenant qu'elle savait tout, qu'elle avait toutes les informations qu'Ulysse avait, Azénor se devait de me comprendre. De résoudre le pourquoi du comment. Le pourquoi dont avait-on fait subir ça à un élève, et comment diable était-est-ce arrivé. Azénor resta quasi persuadée qu'un elfe avait été sur les lieux. Elle avait entendu un crac, elle en était sûre. Son instinct lui jouait rarement des tours. Mais peut-être était-elle aussi devenue parano, agacée de la situation parce qu'impuissante. Non, elle n'avait rien pu faire, rien pour empêcher cela d'arriver. Et pour être honnête, Ulysse n'aurait pas pu faire grand chose non plus. Si son instinct lui disait vrai, il était bien difficile de contrecarrer un elfe. Ils étaient d'une loyauté sans faille.

D'un commun accord avec Ulysse, les deux Gryffondor se dirigèrent vers l'Infirmerie. Sur le chemin, la directrice se demandait bien ce qu'elle pourrait bien lui demander, lui poser comme questions. Sans doute qu'il ne se souviendrait de rien, Ulysse l'avait oublietté. Mais avait-il senti des signes, des présences bizarres et étrangères ces derniers jours? Azénor ne voulait pas faire appel à la justice magique ni aux aurors pour résoudre l'affaire. Poudlard n'avait déjà pas une réputation des plus clean. Et puis, il y avait un côté un peu personnel, les Mangemorts étaient intervenus d'une façon ou d'une autre. Il était quasiment habituel pour eux de se faire passer pour l'Ordre du Phénix.
Alors qu'elle marchait, que ses pas tentaient de se faire silencieux pour ne pas réveiller la moitié du château, Azénor pensa à une lettre, une lettre qu'elle rédigerait anonymement, destinée à l'Ordre des Mangemorts, leur demandant ce qu'ils voulaient, ce qu'ils cherchaient, ce qu'ils comptaient faire. En fait, en réalité, elle cherchait une raison. Elle n'avait jamais su pourquoi ils s'en prenaient autant aux Phénix, pourquoi il était dans leur habitude de les accuser pour toute sorte de choses. Des incendies de bâtiment, des accidents en plein cours...

Ulysse et Azénor arrivèrent enfin à l'infirmerie. La directrice des lieux rentra la première, et vit un jeune homme couché dans un des lits prévus à cet effet. À ses côtés se trouvait Elhyia; elle semblait endormie. Bien qu'il était vraiment tard, ou plutôt même très tôt dans la nuit, elle s'approcha et tenta d'attirer leurs attentions. Miss Ellis, Mr. Guivarch. Elle attendit quelques temps, pour être sure d'être entendue et comprise. Je sais qu'il est tard, que vous êtes fatigués, mais j'aimerais discuter de ce qu'il vient de se passer. Tant que c'est encore frais dans vos mémoires. Elle se tourna plus particulièrement vers le jeune homme. Que c'est-il passé? Savez-vous qui vous a fait ça? Elle regarda en direction de sa blessure; et changea son regard de direction pour regarder Elhyia: Il est sortit d'affaire, n'est-ce-pas?



Fañch Guivarch
Fañch Guivarch
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Re: Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Fañch Guivarch, le  Lun 27 Jan 2020 - 13:53




Fañch Guivarch rp numéro 454 :

Les événements avaient été violents et d'une rapidité sans égal. Même si le celte sentait le danger d'une menace qui planait sur lui, il n'en était rien. Tout avait été orchestré parfaitement et son elfe avait put quitter les lieux de l'attaque sans se faire remarquer.

Celle qui se présentait comme Elhiya disparut pour récupérer quelques affaires dans le bureau. La blonde réapparut quelques instants après avec de quoi passer la nuit et de quoi noter, elle interrogea le breton pour savoir qui elle devait prévenir de cette attaque.


Je ne pense pas que ce soit vraiment utile de prévenir mes parents, mais je crois qu'on n'a pas vraiment le choix ... Il n'y a personne d'autre a informer.


Le silence tomba peu après dans la pièce et la fatigue se faisait sentir. Il aurait aimé resté éveillé plus longtemps, voir si l’infirmière buvait une gorgée d'un liquide inconnu qui pouvait potentiellement être du polynectar, mais le corps avait besoin de repos et les yeux ne tardèrent pas à se fermer dans l'inconscience.

Le repos fut troublé par l'arrivée de deux lions en quête de réponses et ce fut la directrice qui parla en premier. Le serpentard ouvrit les yeux et tourna la tête vers les arrivants, son visage passait doucement de l’hébétement du réveil a l'expression de marbre habituel.

Une question fut posée et le fou commença a chercher dans son esprit les souvenirs liés à l'attaque mais rien ne venait, c'était étrange et une confusion quasi imperceptible paraissait sur son visage.


Je ne me souviens de rien.
Contenu sponsorisé

Repos du corps, soin de l'âme [Terminé] Empty
Re: Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 2

 Repos du corps, soin de l'âme [Terminé]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Infirmerie-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.