AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-33%
Le deal à ne pas rater :
Microsoft Manette Xbox One sans fil
39.99 € 59.99 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 1 sur 1
Lorsque tout s'arrête [En cours]
Emily Lynch
Emily Lynch
DirectionPoufsouffle
Direction
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Lorsque tout s'arrête [En cours] Empty
Lorsque tout s'arrête [En cours]
Emily Lynch, le  Lun 13 Jan 2020, 01:39

Saison 30 ~ Hiver
Azénor P. Benbow
Cara de Lanxorre
& Cie

Lorsque tout s'arrête
Ce RP fait suite à ce RP

Musicalité

Je croise les regards interrogatifs de plusieurs élèves de Poufsouffle tandis que je traverse la salle commune. Non pas qu’ils soient intrigués par ma présence, mais plutôt par mon visage entièrement blanc, comme si moi aussi je venais de mourir, comme si une part de moi était partie avec elle, comme si je n’étais plus totalement moi-même, comme si elle avait fait partie de moi… Ça n’a jamais été loin d’être la vérité, jamais un seul instant je n’ai cessé d’avoir une pensée pour elle, même dans les moments les plus durs pour moi, c’est elle qui avait été présente quand j’en avais le plus besoin, c’est elle qui avait gardé mes plus lourds secrets. Je sortais de la salle commune, essayant de ne pas trop laisser paraitre mes émotions, mais c’était trop dur, je n’arrivais pas à faire semblant, pas cette fois, pas aujourd’hui. Je parcours les couloirs de l’école sans trop savoir où je vais même si je sais où je dois aller, je n’ai pas envie, je refuse une dernière fois d’admettre la vérité dans ces couloirs qui me semblent extrêmement longs, interminables, chaque pas est comme une pénitence. Je m’arrête durant quelques instants, je regarde autour de moi puis m’attarde sur le chemin que j’ai parcouru pour réaliser que je ne suis pas bien loin de mon point de départ, j’ai toujours en ligne de vue l’entrée de la salle commune et j’espère une dernière fois, j’espère que tout ça n’était qu’un cauchemar, que je vais la voir sortir de la salle commune et aller assister à son prochain cours. Je reste là à attendre, mais rien ne se passe, pas un élève, pas une blondinette… Personne, j’hésite même un instant à faire demi-tour, peut-être que… Non, je dois admettre la triste réalité, ce monde compte une personne en moins, une personne qui m’était chère… Résignée à devoir admettre la vérité, je continue mon parcours pour atteindre le bureau de la directrice, je n’ai pas envie d’y aller, par pour ça ! Qui veut entrer dans un tel lieu pour annoncer une telle nouvelle ? J’aurais tellement préférer m’y rendre pour annoncer une bonne nouvelle, je ne sais pas, j’aurais même préféré ne jamais m’y rendre… Pourtant je m’apprêtais à pénétrer dans le bureau, bureau dont l’accès était libre, je ne l’avais pas remarqué, mais je n’ai guère eu besoin des manipulations habituelles pour me retrouver face à la porte du bureau. La main levée à hauteur de mon visage, je serais le poing pour me préparer à frapper sur la porte, durant un court et dernier instant j’hésitais, impossible, improbable, la réalité… J’aimerais pouvoir m’envoler loin d’ici, effacer ces souvenirs de mon esprits, remonter le temps pour corriger tout cela, mais à quel prix ? Le jeu en vaut-il la chandelle si ça n’est que pour retarder l’échéance, elle l’a fait, c’est qu’elle devait avoir ses raisons…

Je frappais à la porte pour ensuite pénétrer dans la pièce qui n’était pas occupée que par la directrice, son adjointe l’accompagnait, peut-être que je venais d’interrompre une discussion importante, mais la raison de ma présence et de cette irruption était au-dessus de toute autre discussion, du moins de mon point de vue. Je sentais leurs regards sur moi, peut-être attendaient-elles que je parle, mais je n’y arrivais pas, je tentais de pousser quelques mots, mais le silence restait seul maitre dans la pièce. Je pris alors une grande une inspiration dans l’espoir de trouver assez de force. Le teint pâle, le regard vide et les larmes qui coulaient le long de mon visage, je prononçais alors ces quelques mots difficiles pour moi…

« Pardonnez-moi si je vous interromps, une élève… je… j’ai retrouvé une élève sans vie dans les dortoirs… Je… trop tard… je n’ai rien pu faire. »

Je ne pouvais plus, pas un mot de plus, impossible de prononcer son nom, c’était comme si je la tuais une deuxième fois, comme une manière pour moi de refuser sa mort, comme un ultime espoir alors que je sais pertinemment que ça ne sert plus à rien d’espérer. J’ai tout tenté, tout essayé, mais je n’ai pas su être plus forte que la mort.
Azénor P. Benbow
Azénor P. Benbow
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Lorsque tout s'arrête [En cours] Empty
Re: Lorsque tout s'arrête [En cours]
Azénor P. Benbow, le  Jeu 16 Jan 2020, 17:18

LA de Cara

Azénor se trouvait dans son bureau, à moitié assise sur ce dernier, un tasse de thé chaude qui fumait encore à la main. Les deux amies parlaient de tout et de rien. Elles le faisaient souvent, et aimaient passer beaucoup de temps ensemble. Pour Azénor, Cara était un peu son pilier qui la maintenait en vie, qui lui dictait d'avancer, de ne jamais baisser les bras. Elle avait trouver en de Lanxorre une amitié qu'elle n'était même pas venue chercher. Bien qu'elles étaient différentes sur de nombreux points, elles se comprenaient, oh oui Dieu qu'elles se comprenaient si bien. La directrice se confiait beaucoup, chose qui était rare pour elle, elle avait placé en Cara une confiance aveugle, une confiance indestructible. Elle était devenue bien plus qu'une simple amie. Elle était devenue une Lydie.
C'était une des seules qui réussissaient à lui faire retrouver le sourire le temps d'une plaisanterie ou d'une histoire à coucher dehors. Il n'y avait que Cole, Skyline, Tobias, Harmony qui lui permettaient encore de tenir debout. Ces enfants, ces jeunes pour qui elle se devait d'être toujours debout, de les élever, les protéger, et être là pour eux, quoi qu'il arrive.

Alors que la brunette engloutit une gorgée de thé brûlant, elle entendit frapper à la porte; présence qu'elle n'avait pas détectée, distraite par sa discussion avec Cara. Azénor tourna donc sa tête de quarante-cinq degré vers la droite pour se tourner et engager la discussion avec son nouvel interlocuteur. Assez surprise, la directrice découvrit Emily Lynch au pas de sa porte. Tout de suite, Azénor remarqua sa mine déconfite. Les deux femmes déjà présentes dans le bureau depuis une petite heure n'osèrent dire quoi que ce soit  et attendirent que la directrice de Poufsouffle déclara douloureusement qu'une catastrophe était arrivée. Une élève avait perdue la vie dans les dortoirs.

Immédiatement après la découverte, Azénor se dirigea vers Miss Lynch, et déposa sa main sur son épaule. Emily était bouleversée, pire, elle avait l'air totalement désemparée, vidée de toute âme, de tout espoir. Une élève sans vie dans les dortoirs. Rien d'aussi grave n'était déjà arrivé à Poudlard, du moins pas sous la directive d'Azénor. Cette dernière tâcha de garder son sang-froid. Elle déglutit, prit une grande respiration; elle aussi quelque part, était bouleversée. Tous les élèves étaient ses petits protégés. Très vite, mais d'une voix douce Azénor demanda à Emily C'est à dire, sans vie? Savez-vous ce qu'il s'est passé? Avez-vous bloquer l'accès? Puis elle l'invita à s'installer dans le fauteuil en face de son bureau. Elle claqua des doigts et une tasse se servit toute seule de thé pour en proposer à Miss Lynch. Azénor se mit près de la directrice de Poufsouffle; De qui s'agit-il Emily?

Azénor prit une grande bouffée d'air. Elle regarda Cara. Son sang-froid prenait le dessus. Elle aurait pu hurler, s'enrager, courir sur les lieux. Au lieu ça, elle préférait calmer Emily, qu'elle exprime très clairement ce qu'elle avait vu. Elle cria à Cara en regard que cette fois-ci, la situation était très grave. Elle retourna son regard vers Miss Lynch, et essaya discrètement: Pouvez-vous nous y conduire?

Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Lorsque tout s'arrête [En cours] Empty
Re: Lorsque tout s'arrête [En cours]
Cara De Lanxorre, le  Ven 17 Jan 2020, 14:28


    Une élève sans vie dans les dortoirs. La phrase avait tailladé la discussion légère qui animait la pièce, anéanti l’atmosphère douce qui y régnait. Une phrase. Au demeurant peu compréhensible, tant les mots se mélangeaient, sans grand sens. Mais le message était cependant passé. Sans vie.

    Le corps de Cara avait pivoté vers la nouvelle venue, regard de haut en bas, plusieurs fois – la jauger. Ce n’est qu’après un examen détaillé de la tenue (et vous n’avez pas la moyenne, Lynch), que de Lanxorre percute. Ou alors, c’est peut-être le regard d’Azénor, la panique qu’elle y lit, comprendre enfin qu’il s’est passé quelque chose de grave. Tourner davantage le corps ; attention totale, désormais.

    La question passe les lèvres de la Directrice avant celles de Cara. Qui ? Qui pouvait bien avoir le toupet de se suicider à Poudlard ? Evidemment, qu’une liste morbide commence à se dresser dans l’esprit de la professeure. Excitation, presque, à imaginer chaque élève, tenter de trouver lequel de ces visages était désormais blanc. Poufsouffle, forcément, sinon ce ne serait pas Lynch. Elle doit chercher, dans sa mémoire, pour retrouver les élèves appartenant à la plus médiocre des Maisons, tant leur existence l’indiffère. Un première année qui ne supportait pas la vie au Château, peut-être ? Ou quelqu’un de plus âgé, quelqu’un de fragile, facile à détruire – et la réponse lui vient. Dans un éclair, une évidence ; « Wilder » qu’elle souffle.
Emily Lynch
Emily Lynch
DirectionPoufsouffle
Direction
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Lorsque tout s'arrête [En cours] Empty
Re: Lorsque tout s'arrête [En cours]
Emily Lynch, le  Mer 22 Jan 2020, 12:57

On espère tous, on y croit et pourtant quand elle est passé c’est impossible de faire machine arrière. Pourtant on sait bien que c’est impossible de la combattre, mais on essaye quand même… Je n’y suis pas arrivé, j’ai perdu ce combat comme des milliers d’autres personnes avant moi, pourtant j’ai voulu croire pendant un instant que c’était possible. J’aurais tellement voulu que ça n’arrive jamais que cette histoire se déroule autrement et se termine sur la plus grosse frayeur de ma vie… Mais non, les choses se sont passées tout autrement et je me retrouvais dans le bureau de la directrice tel un zombie je prononçais les mots douloureux… Difficile n’était pas assez fort, impossible serait plus adapter, pourtant j’y arrivais tout de même, non sans difficulté, mais j’annonçais la nouvelle… J’aurais dans un sens voulu que ça ne soit pas moi, mais d’un autre côté, c’était mieux ainsi, au moins la découverte douloureuse n’avait pas été faite par un autre élève… La directrice se voulait calme, mais j’imaginais bien qu’elle ne devait pas spécialement être heureuse d’entendre une telle chose, qui le serait sincèrement à part peut-être… Elle m’invite à prendre place dans le fauteuil face à son bureau, une tasse de thé devant moi, je regarde le liquide fumant monter vers le plafond de la pièce, tel l’âme d’une personne quittant son corps pour rejoindre une destination inconnue du monde des vivants. Cette métaphore n’est pas des plus rassurante et je craque laissant échapper quelques larmes, j’ai alors son image d’elle allongée sur son lit tandis qu’Azénor me demande de lui réexpliquer ce que je viens de lui dire, mais de manière plus compréhensible. Et continuant de fixer le thé, j’entendant prononcer le nom, son nom… Mon regard se relève alors vers celle qui venait de le souffler… Ça lui semblait si évident, je ne sais pas trop, comment… En fait si… J’essaye de reprendre mon calme pour parler clairement… « Oui… Wilder… Jade… Elle a mis fin à ses jours dans son dortoir… Je suis arrivée trop tard, j’ai tenté de la ramener à nous, mais je n’ai pas été assez rapide, il n’y avait plus rien à faire… ». Je regarde la directrice, la culpabilité s’emparant alors de moi malgré que je sache parfaitement qu’il n’y avait plus rien à faire, je me sentais responsable. « Elle… J’ai bloqué l’accès au dortoir, aucun élève ne pourra y accéder jusqu’à ce que nous fassions le nécessaire… Tout ça est de ma faute, notre faute… » Je guette la réaction des deux membres de la direction espérant quelque chose comme de l’empathie ou je ne sais pas trop quoi, j’espère que l’acte de Jade ne sera pas vain, qu’il servira d’exemple et nous poussera à faire en sorte que ça ne se reproduise plus. Puis, alors que je pensais redevenir muette, je pense aux autres, ceux qui doivent savoir, ceux qui sont ici, qui tiennent à elle d’une manière ou d’une autre… « Ulysse… Lizzie, ils doivent savoir ce qu’il s’est passé… Je n’aurais pas la force de le faire moi-même, s’il-vous-plait… » Je regarde alors la directrice, instant pour que ça soit fait au plus vite, je ne veux pas qu’ils l’apprennent en même temps que la masse, ils doivent être au courant, maintenant…
Azénor P. Benbow
Azénor P. Benbow
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Lorsque tout s'arrête [En cours] Empty
Re: Lorsque tout s'arrête [En cours]
Azénor P. Benbow, le  Sam 01 Fév 2020, 22:46

C'était comme si le temps s'était arrêté d'un coup trop net. Wilder. C'était Jade qui s'était suicidée, dans son dortoir. Seule appelant à l'aide, sans plus aucun espoir, tellement désespérée que seule la mort semblait guérir ce qui hantait. La mâchoire serrée, Azénor avait accusé le coup comme un énorme poignard dans le ventre. Comment cela avait-il pu arriver sous sa garde, sous sa direction. Emily était dévastée, Cara fidèle à elle-même, ne pouvait pas s'en foutre davantage. How lucky she was.* Azénor restait de marbre, dégoutée, presque énervée. Il n'y avait pas de protocole. Aaron était parti sans rien dire de trop ni d'utile. Il lui avait donné la garde de Poudlard sans manuel, sans règlement, sans mémo. Elle devait choisir, elle devait agir, elle devait tout décider.
Azénor voyait la détresse dans les yeux de Lynch. Calmement elle lui chuchota Ce n'est pas votre faute, Emily. Elle avait supplié que l'on prévienne Ulysse et Lizzie. L'idée lui était égal, à Azénor. Alors elle s'exécuta. Elle siffla un sortilège de patronus avec sa baguette magique qu'elle tenait dans sa main gauche; dictant à son Coyote de dire à ses employés de venir le plus vite possible, quelque chose de très grave est arrivé.

C'était l'une des premières fois de sa vie qu'Azénor ne savait pas quoi dire. Elle savait toujours trouver les mots, ceux trop justes qui crachent la vérité criant d'honnêteté dérangeante. Elle savait dire ce qu'il fallait pour apaiser, faire comprendre, compatir, toucher, blesser, se souvenir à jamais. Mais cette fois-ci, elle était restée silencieuse, appuyée contre son bureau. Elle avait décidé d'attendre la venue des deux autres sans piper mot. Trois ou quatre minutes de rien qu'elle fit passer en fermant les yeux vers le ciel; Toutes mes condoléances., qu'elle chuchota à Emily sans la regarder. Toutes mes condoléances, qu'elle se répéta dans sa tête. C'était tout ce qu'elle avait trouvé.


*Quelle chance.
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Lorsque tout s'arrête [En cours] Empty
Re: Lorsque tout s'arrête [En cours]
Cara De Lanxorre, le  Sam 01 Fév 2020, 23:07


    Evidemment, qu’elle avait raison. Comme toujours. Perspicace, même quand il s’agissait de deviner la morte du jour. Cara se contient, réfrène son envie de lever les yeux au ciel en entendant la Poufsouffle pleurnicher sur le sort de sa comparse. Tes gémissements et tes yeux rouges ne la feront pas revenir, tu sais.

    Suivre du regard les traînées lumineuses qui disparaissent du bureau, porteuses du macabre message. S’imaginer Ulysse et Lizzie recevoir la nouvelle, se figurer chacune de leurs réactions. Elle est indifférente à celle qu'aura le professeur d'Astronomie ; l’homme la laisse de marbre, la relation qu’il entretenait avec Jade aussi. Mais Lizzie, Lizzie, c’est plus fort. Elle espère que ça lui fera mal, que la mort de la préfète lui tordra le ventre et lui arrachera des larmes de regret. Qu’elle s’en veuille de ne pas avoir pu l’éviter, qu’elle s’en veuille à en défaillir – s’évanouir. Que l’annonce la détruise, tout comme l’annonce de la rupture avait ébranlé Cara – dent pour dent. Les deux évènements se valaient. Non ?

    L’adjointe se lève brusquement. « Je dois informer le Ministère. » Aucune émotion dans la voix. Passer devant les deux femmes, traverses la pièce, jusqu’à la porte. Et se retourner, un œil vers Azénor ; « Je vous rejoins là-bas. » - Dans le dortoir. Elle aussi, voulait avoir le privilège de voir le spectacle.



Dernière édition par Cara De Lanxorre le Dim 02 Fév 2020, 18:22, édité 1 fois
Azénor P. Benbow
Azénor P. Benbow
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Lorsque tout s'arrête [En cours] Empty
Re: Lorsque tout s'arrête [En cours]
Azénor P. Benbow, le  Sam 01 Fév 2020, 23:38


Le silence était pesant, les yeux toujours fermés, Azénor pensait, réfléchissait, tête levée. Son esprit fut tourmenté par le bruit brusque de son Adjointe, qui l'ôta alors de ses idées enfermées. Azénor se força à retenir un rictus quand sa collègue lui expliqua qu'elle allait en informer le Ministère. C'est sur qu'entre elle et Cara, il valait mieux que ce soit la De Lanxorre qui s'en charge. Bien qu'elle ne savait pas tout, Azénor avait bien compris qu'il se passait quelque chose de peu catholique entre les deux sorciers. Qu'à cela ne tienne, cela ne pouvait pas mieux tomber pour la directrice de Poudlard qui ne pouvait qu'en profiter. Elle laissait alors Cara dealer la plupart du temps avec les affaires de la Justice Magique. Elle ne voulait surtout pas en savoir plus, si le Ministère se mêlait de son cul et de celui de Cara, tant qu'il laissait Azénor tranquille, elle se contenait de fermer les yeux. Azénor rattrapa sa collègue juste à temps pour la prendre par le bras, cacha délibérément son expression faciale à Emily, et sourit mesquinement à son amie: Restes-en à une simple lettre cette fois. Pour ajouter innocemment: Pour l'instant.
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Référent Maître de JeuPoufsouffle
Référent Maître de Jeu
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Lorsque tout s'arrête [En cours] Empty
Re: Lorsque tout s'arrête [En cours]
Lizzie Cojocaru, le  Mar 04 Fév 2020, 15:41

Je leur ai dit que nous avions tous le droit de voler. Je leur ai promis d’autres cieux, j’ai fait courir dans leur corps le frisson de la liberté. Je leur ai dit que tout était possible. La magie ne durera pas longtemps. A l’arrivée du coyote, mille interrogations avaient traversé mon esprit.

Tout m’avait paru vraisemblable : une intervention des Phénix à Poudlard, un élève s’était pris une hache dans le dos (après tout, Fañch s’était bien pris une flèche dans le torse), une descente du Ministère qui accusait Azénor de ne pas avoir su protéger les élèves et voulait maintenant mettre un de leurs pions à sa place, quelqu’un l’avait forcée à lancer cet appel, Cara me dénonçant pour non-respect de l’article 11 du règlement pour me faire virer.

A présent que mon balai accéléré me dirige vers le bureau de la Directrice, elles ont disparu. Elles sont remplacées par
un doute qui avale tout,
une peur floue,
un trou blanc.
Pourquoi Azénor était-elle restée si évasive ? Etait-ce si dramatique qu’elle n’avait pu mettre des mots précis dessus ? S’était-elle rappelée que j’avais cours de vol et que des témoins pouvaient assister à l’arrivée du coyote ? La distance me semble interminable. Le bureau a beau être au deuxième étage, il y a toujours des têtes d’élèves à esquiver sur le chemin, un véritable parcours d’obstacles. Surtout en venant du lac… Ça va que je suis professeure de vol hein, sinon je serai bien incapable de rappliquer aussi vite en situation d’urgence.

Lorsque la gargouille est en vue, je me rapproche du sol, saute de mon balai et me dirige d’un pas pressé vers la porte. C’est lorsque j’identifie la silhouette regnant entre les murs que je ralentis. Même de dos, il est impossible de se méprendre. Evidemment, elle est là. Elle ne peut qu’être là. Pourquoi ai-je espéré qu’il en soit autrement ? Je frémis. Je n’ai pas envie de la voir.

Une urgence à Poudlard, c’est une chose : quelque chose qui nécessite que Madame la Directrice Adjointe soit présente en est une autre. Je déglutis. Je ne veux pas repenser à la dernière fois, ni à celles d’avant. A son bras est accrochée la main d’Azénor. Sans un regard (de plus) pour ma délicieuse nemesis, j’interpelle l’impératrice du château.
— Ms Benbow ? J’ai croisé un coyote..?
Ulysse Daiklan
Ulysse Daiklan
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Panthère de Chine


Lorsque tout s'arrête [En cours] Empty
Re: Lorsque tout s'arrête [En cours]
Ulysse Daiklan, le  Mar 04 Fév 2020, 16:48

Encore une journée de travaux. Revenir dormir à Poudlard en cette absence de cours. Je me lave les mains comme si l’eau pouvait enlever le sang qui reste dessus. Des années. Des années sans pouvoir le retirer. L’on m’avait raconté que c’était l’élément de la purification, du renouveau, alors pourquoi ne faisait-il pas son œuvre ? Un soupire. Se retrouver seul avec ses pensées n’avait jamais été mon fort. Les images qui me traversent, qui ne s’enfuient qu’avec les occupations. Chaque nuit un peu plus réelle. Chaque jour un peu plus lourdes. S’essuyer les mains, toujours tâchées par le passé. La pointe de réconfort apportée par l’idée qu’elles ne se saliront pas d’avantage, pas dans le château. Tout est plus simple, dans le château.

Un frisson étrange me parcourt. Un murmure à mon corps signifiant que je me trompe lourdement sous la forme de mes poils hérissés. Le même sentiment que le capitaine du Titanic devait avoir, lorsqu’il aperçut l’iceberg pour la première fois, persuadé de pouvoir l’éviter. N’avait-il pas écouté les avertissements ? Vu les prémices de la catastrophe, préférant se fier à son affect qu’à l’avis des personnes qui géraient les problèmes au jour le jour ? On sait comment l’histoire se termine. L’une des vieille chanson moldu de mes grands-parents qui me trotte dans la tête, dont les paroles initialement calmes prennent un gout amer avec mes remords.


Au matin sur le lac immense
Il suffit qu'une barque avance
Et l'eau tremble à n'en plus finir
Comme pour dire "Tout se déchire"


Le thé, brûlant que je me sert, aurait pu me mettre la puce à l’oreille. Mais comme le capitaine, je préférais ne rien écouter. Ne rien voir. Tout irait bien. Si mon signe était de feu, il semble que mon ascendant d’eau prend le dessus dès lors que je suis seul. Dramatisation. Anxiété. Attachement au passé.

J’ouvre l’un des bouquins de ma bibliothèque au hasard. Tous avaient été achetés dans deux seuls et uniques but. L’animagie et l’Astronomie. Les Panthères et les étoiles. Une page, qui semble tomber en harmonie avec mes pensées. La Panthère d’eau, encore un jeu de l’inconscient auquel je me soumets avec la facilité la plus exemplaire. Le thé brulant dans la gorge, mes doigts touchent rapidement les mots clefs de la symbolique. Protectrices, serviables. Mais qui apportent.

La malchance.

La mort.

Je fronce les sourcils, ne m’étant jamais rappelé de ce passage. Peut-être que si j’avais écouté cet avertissement six ans plus tôt. Peut-être… Peut-être que..

Quelque chose de très grave est arrivé.

Je ferme le bouquin, le claquant contre le bureau, de surprise et de débarras. Une seconde de réalisation, juste le temps que le coyote s’évapore. Je regarde par ma fenêtre, vers le Lac. Juste à temps pour voir Lizzie s’enfuir de son cours à toute vitesse.

Sur le balais.

Elle avait reçu l’appel elle aussi ? La situation me pesait, mais pas le temps de m’en faire. A peine le temps de récupérer ma baguette, plaquée dans mon pantalon pour qu’elle fusionne, que je claquais la porte et embrasait la destruction. Je traversais les couloirs à toute vitesse, par chance mon apparence semblait faire peur aux élèves présents. Sauf une. Calypso, qui me regarde comme si elle savait ce que je ne sais pas. Ou du moins n’était pas étonnée de me voir dans un tel état. Sans prendre le temps de m’attarder sur le flot des bruits qui percutait mes oreilles, je rejoignais bien vite le courant crée par Lizzie et son balai, qu’elle quittait en même temps que mon endurance s’évaporait. Je la suivais, de quelques pas. Peut-être était-elle trop concentrée pour me remarquer.

— Ms Benbow ? J’ai croisé un coyote..?


A nouveau le frisson, celui de l’instinct pur cette fois. Je grognais, pour faire remarquer ma présence comme si les halètements n’étaient pas suffisant. Je ne me sentais pas de me retransformer. J’étais mieux comme ça. Je regarde Azénor, dans l’attente. Avec ce sentiment. Celui que je n’avais pas eu depuis longtemps. Cette appréhension, ressentie lorsque j’étais partie à ma dernière chasse alors que la hyène m’empêchais de manger. Le sentiment que tout est acté. Que la panthère d’eau, aujourd’hui, n’apporta pas la sérénité.
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Lorsque tout s'arrête [En cours] Empty
Re: Lorsque tout s'arrête [En cours]
Cara De Lanxorre, le  Mar 25 Fév 2020, 15:23


    Cara s’apprêtait à sortir de la pièce après un dernier regard entendu vers Azénor, mais la poignée tourne sous ses doigts, sans qu’elle n’ait fait un mouvement dans ce sens. A peine le temps de faire un bond sur le côté que la Poufsouffle adorée - la seule ! - pénètre dans la pièce. Suivie par une panthère ; bond dans le cœur et mains qui se pressent sur la poitrine, effroi. Avant de se souvenir qu’il s’agit de « Daiklan... » Se reconstituer une contenance « Vous pourriez nous faire l’honneur de vous présenter sous votre forme humaine » - Trouver le moyen d’être contrariée, même dans une telle situation.

    C’est Azénor qui accueille les nouveaux venus. Elle est douce avec eux, leur propose de s’asseoir, déjà. Et puis, elle commence ; « C’est Emily qui nous a appris la nouvelle. Et il n’est pas facile de vous en faire part. » Elle hésite, cherche ses mots. Accoudée à son fauteuil de Directrice, elle semble avoir soudainement vieilli. Mais ce n’est pas pour l’aider que Cara s’avance légèrement, pour se retrouver face à Lizzie. Libérer son amie du fardeau pesant sur ses épaules n’est pas ce qui lui dicte d’ouvrir les lèvres. Non, ce qui l’anime, c’est de pouvoir se venger. Écraser son ancienne amante comme elle avait écrasé son cœur, l’écrabouiller sous une avalanche de chagrin. Être la porteuse de la nouvelle qui l’anéantira. Alors, c’est d’une voix sèche, cassante, qu’elle prononce, les yeux rivés sur ceux de Lizzie ; « Jade Wilder est morte ».
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Référent Maître de JeuPoufsouffle
Référent Maître de Jeu
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Lorsque tout s'arrête [En cours] Empty
Re: Lorsque tout s'arrête [En cours]
Lizzie Cojocaru, le  Mar 25 Fév 2020, 18:45

Un grognement attire mon attention — je découvre un léopard à côté de moi. Ce n’est pas une traditionnelle métaphore pour désigner les Rouge et Or, non : dans le monde des félins, il ne s’agit pas d’un lion mais bien d’un léopard. Avec des tâches et des rosettes qu’on n’irait pas mettre sur le visage d’un étudiant. Je reste un instant baguette au poing, incapable d’attaquer, comme sidérée par l’absurde de la situation — sans réaliser que cette créature m’accompagne depuis désormais plusieurs minutes et n’a pas manqué d’occasions de m’attaquer.

C’est De Lanxorre qui me permet de remettre mes pensées en ordre. Cet animal serait la forme animale de Daiklan… Cela a déjà plus de sens, oui, et permet de réorganiser certains souvenirs dans son appartement. Dans le monde du drame et du spectaculaire, j’ai de toute évidence trouvé un rival. La main droite — trop droite, d’ailleurs, assez rigide pour montrer que la surprise n’a pas encore quitté mon corps — je tourne à présent mon regard sur la nouvelle voix s’exprimant. C’est celle qui nous a guidés ici : la sorcière du coyote.

Je n’aime pas les nouvelles qu’il est difficile à annoncer. Je n’aime pas le désespoir que je note enfin dans le visage de ma demi-soeur. Que s’est-il passé ? Les sourcils froncés, j’étudie ses traits. Emily m’a rarement semblé si mal en point, et pourtant, le passé s’est gardé d’être tendre avec elle. Des points de suspension trainent dans l’espace, et me semblent relier les personnes présentes. De Lanxorre était son ennemie jurée ; Emily sa plus fidèle alliée. Qui d’autre justifierait une réunion au sommet, sous le regard troublé de la directrice.

C’est Cara qui met terme au mystère : l’annonce se fait, tranchante comme une guillotine. Enfin, pas une guillotine en biseau, bien effilée : une, au contraire, semblable aux premières. Un de ces supplices qui mettaient des plombes à véritablement séparer la tête du corps, laissant les accusés lâcher leurs meilleurs râles avant de succomber à la douleur. C’est à peu près l’effet que me fait sa terrible annonce. Je bondis, d’une rage presque animale, et accule ma baguette dans la gorge de Cara.

Le calme qu’elle a à m’annoncer ce mensonge — car cela ne peut pas être réel — me répugne. Cette femme est pire de jour en jour : comment ai-je pu un jour l’aimer ? Plissant les paupières, je plonge l’oeil du Cyclope dans ses globes oculaires, plus laids et vitreux que jamais,
et lis
dans sa satisfaction cruelle
l’inéluctable vérité.

Ce ne- Ma main vibre et ma baguette s’enfonce dans sa chair. Les mots s’entrechoquent, trop faibles et désespérés pour être parfaitement intelligibles.

Son nom m'est impossible à prononcer : le dire à haute voix, ce serait l'admettre comme vrai. Je ne veux pas le reconnaître, mais mon coeur semble descendre de plusieurs centimètres dans ma poitrine pour se cogner au bas de la cage thoracique. Il s'est pris un sous-marin en plein ventricule. Mes épaules se rentrent vers l’intérieur pour accuser le coup ; j’ai le souffle coupé ; mon corps sait.
— C’est toi. Comm- Tu l’as tuée. Tu l’as toujours terr-


Rejetant la tête légèrement en arrière, pour chasser les larmes qui menacent de pleuvoir, j’essaie de rendre ma voix moins tremblante. Je me repositionne face à elle, sans cesser de la menacer de ma baguette. Dissimulant piètrement ma souffrance, je reprends :
— Qu’est-ce que tu lui as fait ?
Ulysse Daiklan
Ulysse Daiklan
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Panthère de Chine


Lorsque tout s'arrête [En cours] Empty
Re: Lorsque tout s'arrête [En cours]
Ulysse Daiklan, le  Jeu 05 Mar 2020, 13:03

Je me lèche les babines en sentant l’odeur de la peur, même brève, émanant de De Lanxorre. Je contiens assez mon animal pour ne pas en tirer profit, il est de toute façon trop occupé par ce sentiment. Celui qu’une catastrophe naturelle va arriver. Un nouveau grognement discret lui répond tandis que j’entre dans l’appartement. Je ne l’écoute déjà pas à mes heures humaines, ce n’est pas sous à la réception de l’animal que je vais m’encombrer de cela, surtout qu’il semble y avoir des affaires urgentes.

La bouchère referme le piège, les effluves m’assaillent. Un coup d’œil vers la senteur des larmes et du désespoir, qui se dirige vers les yeux rougis de ma collègue de Direction. Quelque chose de grave est arrivé. Six mots, suffisant à alourdir mon cœur encore plus que l’atmosphère ambiante, parmis l’odeur de fer que je pouvais reconnaitre entre. Qu’avait bien pu découvrir Emily qui nécessite que Lizzie et moi soyons au courant ? Et pas Élius ou encore Lorelaï ? Cette forme a comme soulagement et comme fardeau, de m’empêcher de réfléchir trop. Je n’ai pas d’autres choix que celui de me laisser envahir par ce bouquet de chrysanthème olfactif.

Le tact d’Azénor ne me rassure pas, elle a toujours été d’une franchise brute et motivante avec moi. Proposer de s’assoir, ce que je fais. Du mieux possible, j’essaye, pour Azénor, de me maîtriser. Mais c’est compliqué, mes muscles réclament l’inverse, ce que ma queue traduit en battant furieusement le sol de temps à autre. Le temps est élastique, tiré d’un bout à l’autre de la pièce. Sommes-nous virés ? Mais Emily n’aurait rien eu à avertir. Un collègue attaqué ? Mais pourquoi ne nous prévenir que nous ? Rien ne faisait sens. Toutes mes pensées se bouscules lorsqu’elles évitent la solution évidente.

Le bourreau s’avance vers l’autre animal de l’abattoir. Prêt à donner le coup de faux pour récolter le cuir. On relâche par vague les catastrophes qui nous ressemblent. La vipère les rend scélérates. Les sons se font sourd et l’odeur insupportable. Deux.

Deux têtes au prix d’une.

Trois.

Jade.

Situation de survie, la bataille de l’animal contre l’humain commence. Interminable. Trop de chose à penser. Jade. Ne pas craquer. Morte. Hurler. Tuer. Se contenir. Résister. Profiter. Se libérer. Encaisser. Réagir. Réaliser. Attaquer. Adrénaline.

Léthargie.


La voix du pirate en électrochoc je m’agite et commence à miauler. Le crochet en bois pointé contre le Kraken de Poudlard. Émotions noyées par le Raz de Marée. Je m’agite et feule plus fort que jamais. Pas le temps d’attendre la réponse. Je continue de tourner.

L’animal souhaite s’échapper. L’humain savoir. Tout ceci est faux ? Ce n’est pas possible. L’empressement dans le cœur. Jade. Les odeurs, suivre les odeurs. Celle d’Emily. Même pas besoin de m’approcher, dans la transpiration et le sang des âmes, c’est l’exhalaison d’eau salé qui se dépeint le plus. Je vais vers la porte, griffant comme je l’avais fait sur mon torse tout le bois proche de la poignée. Morte. Pas le temps de faire dans la dentelle, je veux juste qu’elle s’actionne. Ce qu’elle fait lorsqu’une de mes lourdes pattes tombe sur le mécanisme, actionnant celui de mon corps en course à la poursuite des effluves.

L’humain veut faire face.

La panthère fuit le tsunami.

[Départ Ulysse]
Contenu sponsorisé

Lorsque tout s'arrête [En cours] Empty
Re: Lorsque tout s'arrête [En cours]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Lorsque tout s'arrête [En cours]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.