AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré
Page 1 sur 5
Occamy Doré - Salle de réception
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Occamy Doré - Salle de réception Empty
Occamy Doré - Salle de réception
Élius Askin, le  Dim 19 Jan 2020 - 22:40


Fermée la plupart du temps, cette pièce où lumières et ombres s’entrelacent autour de matières luxueuses abritera vos soirées les plus secrètes. Derrière la porte dérobée du vestibule, son propriétaire y a mêlé les souvenirs du petit cabaret dans lequel il a grandi avec l’essence même de sa personnalité ; un lieu sensuel et exubérant.

Laissez-vous guider par l’odeur de cire chaude jusqu’au cœur palpitant de l’Occamy Doré. Plumes de paon et paillettes sur les murs y côtoient le cuir des fauteuils moelleux et le plancher en toute impunité. Côté cour, un bar en bois d’amourette laqué contenant diverses boissons avec ou sans alcool longe le grand miroir au décor “années folles”. Vous y trouverez aussi une coupe de confiseries en libre service, symbole même de la gourmandise suggérée par le lieu.

Si cinq ou six petites tables rondes peu éclairées sont juste au pied de la scène en demi-cercle, accompagnées de leurs chaises-bistrot, les fauteuils plus confortables s’étalent en arrière plan, autour de tables basses en bois foncé.

Contrairement aux autres pièces, il est autorisé de fumer dans la Salle de Réception ; ce qui épaissit souvent encore un peu plus l’atmosphère, embrume les esprits et perturbe les sens...







RAPPEL DES TARIFS ET DÉTAILS DE LA PARTIE SPECTACLE => Panneau d'Affichage
Sariel Fawkes
Sariel Fawkes
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Occamy Doré - Salle de réception Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Sariel Fawkes, le  Dim 9 Fév 2020 - 14:00

> Valentin, Valentine & Cie.
Présenté par l'Occamy Doré

Je ne suis pas du genre à être stressée. Non, très loin de là, même. Mais ce soir, c'est un peu différent. Je ne sais pas vraiment comment l'expliquer, voyez-vous. Mes mains sont un peu moites, j'ai le cœur qui bat bien plus vite que d'habitude, et j'ai la tête qui tourne quand je me pose un instant pour réfléchir. Je ne crois pas pouvoir appeler ça stress, mais plutôt agitation. Excitation bien justifiée. Parce que ce soir, c'est ma première soirée à l'Occamy Doré. Non pas première soirée mondaine, non, je me suis déjà incrustée dans des événements qui paraissaient parfaitement adaptés à mon semblant de vie de socialite. Mais première soirée que j'organise véritablement.

Pas seule, vous vous en doutez. Le boss était là pour orchestrer les éléments. Et je crois qu'on est plutôt sur la même longueur d'ondes, lui et moi. Il ne nous reste plus qu'à mettre en place la petite touche finale et à vous accueillir. Mais passons.
Je dois admettre qu'il y a de quoi flamber les cœurs, ce soir. Rien que l'entrée de l'établissement, qui scintille sous mes yeux, m'en met plein la vue. Et sans me vanter, je pense que sans certaines de mes idées, cette soirée n'aurait pas la même saveur. Pour tout vous avouer, j'officie plutôt au niveau du goût, par ici. Pas que j'aime toujours avoir quelque chose d'agréable sur la langue, mais presque. Bon, j'admets que le stagiaire a gracieusement aidé même s'il n'a pas le droit d'être là ce soir. Quel dommage. J'avais dans l'esprit de le prendre sous mon aile.
Enfin, pour l'instant, c'est plutôt une cigarette qui officie entre mes lèvres. Je ne sais pas si c'est une bonne idée de fumer à l'entrée, ainsi, mais mes cheveux sont encore confortablement enveloppés dans leurs larges bigoudis et il ne fait pas tout à fait nuit. J'ai le temps de tout. Même de me préparer. A briller, évidemment.

Vite, vite. Vous pouvez me suivre, bien entendu. Vous allez tout rater, sinon. Une visite exclusive, en avant-première, vous imaginez ? Parce que, qu'on se le dise, je ne suis même pas sûre que vous ayez le temps de profiter de la vue, tout à l'heure. On a prévu beaucoup trop de choses pour vous laisser le temps de reprendre votre souffle. Et vous n'imaginez pas à quel point celui-ci va être coupé.
Soit, venez, traversons déjà le hall et le vestibule. Il s'agit du même code couleur qu'à l'extérieur, et des mêmes détails savamment choisis : du beige, du chair, du noir dans le satiné du cuir, quelques plumes également, sans oublier le miroitant des paillettes. L'Occamy Doré n'en démord pas, question clinquant. C'est un peu la marque de fabrique de la maison, après tout. Vous êtes censés être au courant en vous aventurant par ici.
La Salle de réception brille des mêmes atours, et a été réaménagée pour l'occasion : aux tables rondes et chaises succèdent des fauteuils de cuir noir et des tables basses en bois d'amourette qui font face à la petite scène. Le buffet, quelque peu excentré mais non loin du bar, propose les différentes bouchées sucrées et salées imaginées pour l'occasion, et sa décoration de plumes noires et roses et de paillettes éparpillées jure à peine avec le large rideau rouge d'Andrinople qui couvre une partie de la salle. Vous verrez bien assez tôt ce que ces voilages d'épais velours vous réservent...

D'ailleurs, je vous laisse ici. Une histoire de cinq minutes. Après tout, c'est à mon tour de me préparer, et l'heure tourne... Car le Grand Soir n'attend pas.

*

Oh, toutes mes excuses. Je vous ai fait patienter ? Il faut dire que nous avions encore du pain sur la planche, avec Mr. Askin. Celui-ci s'est volatilisé après une énième entrevue afin de vérifier que tout est au point, niveau cuisine, bar et animation. J'imagine qu'il est en train de se changer. Et maintenant, c'est à moi de jouer. J'ose espérer avoir le meilleur jeu pour cette nouvelle partie, même si je ne me fais pas trop de souci. Puisque ce soir, les règles sont simples : ce sont celles de l'Amour et du Hasard. Et de tout ce qui gravite autour.
J'ai opté pour les paillettes et le rose proche de la chair ; il faut croire qu'en voulant rivaliser avec la décoration, j'opte volontiers pour le coup d'éclat. Ma robe est certes courte, mais il me semble avoir décidé avec Élius que la prérogative principale de cette soirée était d'oser. Alors, moi aussi, je donne rendez-vous au démon de chair qui sommeille en chacun de nous.

Impatiente, c'est un peu le mot, oui. Et pour m'assurer de l'exactitude du tombé délicat de mes cheveux dorés ainsi que du scintillant des paillettes dorées sur mes deux icebergs figés, je m'arrête devant l'un de ces grands miroirs baroques au cadre doré qui constellent les couloirs. Parfaite. C'est le maître mot, je crois. Ne croyez pas que je m'aime un peu trop pour être réaliste ; j'ai appris, à mes dépens, qu'il fallait y croire. Y croire, encore et toujours.
Grosse vérification de dernière minute au niveau du hall et du vestibule. Un dernier regard jeté à la Salle de Réception qui accueillera nos chers invités ce soir. Tout semble divinement bien achevé, et je ne peux m'empêcher de ressentir une immense satisfaction à l'idée de partager toute cette effervescence avec cette poignée d'élus. Ainsi que la satisfaction du travail bien fait, cela va de soi.
Tout semble bon, Trevor. L'équipe de sécurité est-elle prête, de votre côté ?
Mon accent slave se développe un peu, sous le stress, mais je ne perds rien de mon apparente grâce de félidé. Il m'assure que tout est bon, et que si l'artiste n'est pas encore là, sa prochaine arrivée saura se faire discrète afin de laisser la surprise aux convives.
Parfait. Tout est donc parfait.

Après un soupir surtout destiné à défroisser mes muscles tendus, je récapitule dans ma caboche : les invités arrivent donc par le vestibule, où ils pourront laisser leurs manteaux et leurs affaires. Et moi, moi, je les attendrai à l'entrée de la Salle de réception, leur proposerai de déguster nos cocktails spéciaux, etc etc. Je ferai mon boulot, quoi. Ils auront certainement du mal à ignorer ce magnifique rideau rouge d'Andrinople qui tapisse une partie de la salle, mais l'idée est de garder la surprise jusqu'à l'instant t. Et dès les premiers arrivés, il m'appartiendra de lancer la bande-son de cette soirée de rêve. Pour ça, un coup de baguette suffira. Et... Et... Je crois qu'on y est, là. Ça y est.
Ouvrons les cœurs à l'infini des possibles.





Carte des Cocktails & Bouchées pour la soirée :
 

Informations HRPG :
 
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Occamy Doré - Salle de réception Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Azaël Peverell, le  Dim 9 Fév 2020 - 15:41

En apprenant que l'Occamy Doré faisait sa soirée de réouverture pour la Saint-Valentin, tu n'as pas hésité une seule seconde. Non pas que tu sois réellement intéressé par les événements mondains du genre, tu n'as pas besoin de t'y montrer pour être connu, ni même que tu apprécies cette fête particulièrement commerciale et stupide, mais t'as appris que Velina Adams travaillait là-bas. Et donc qu'elle sera forcément présente. Et cette seule raison fait que tu n'aurais raté cela pour rien au monde. Le dress code étant des plus vagues, tu ne t'es pas franchement embêté à te préparer.

Il faut dire que t'es toujours très bien habillé, et que cette soirée te permet simplement de mettre un peu de couleur à ta garde-robe habituellement bien plus sombre. C'est donc vêtu d'un costume à queue de pie en velours vieux-rose, assorti d'un gilet sombre à motifs originaux et d'une chemise blanche que tu te présentes devant l'établissement après un transplanage. Tu vérifies une dernière fois que tes cheveux n'ont pas bougé durant le trajet, et tu te décides à entrer, passant le vestibule sans prendre la peine d'y déposer quoi que ce soit, tes objets de valeur restant avec toi.

Passant rapidement la pièce, tu te retrouves alors à l'entrée de la salle de réception, pile devant celle que tu voulais voir. Un sourire charmeur prend aussitôt place sur tes lèvres tandis que tu prends le temps de la détailler d'un regard appréciateur. Elle est vraiment splendide... Somptueuse.

- Velina... C'est un véritable plaisir que de te revoir. J'espérais te croiser ici. Cette robe te va à ravir.

Le compliment est des plus sincères. D'ailleurs, ce n'est pas toi qui risque de te plaindre que sa tenue soit trop courte. Bon sang, cette fille te retourne la tête. Un regard autour de toi te suffit pour voir que cette soirée risque de fort bien te plaire étant donné la décoration. Tu reportes alors ton attention sur la serveuse qui, tu l'espères de plus en plus, n'a personne pour l'accompagner ce soir. Un regard appuyé lorsque tu choisis ton cocktail.

- You're mine !

Tu ne caches nullement tes intentions. Depuis votre première rencontre, elle est restée dans ton esprit. Hors de question qu'elle t'échappe.
Tresor Burton
Tresor Burton
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Occamy Doré - Salle de réception Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Tresor Burton, le  Dim 9 Fév 2020 - 18:56

Rares étaient les fois où j’agissais sur le coup de la folie. Routine sempiternelle à laquelle je m’agglutinais férocement. Quitter ma tour d’ivoire pour une réception telle que celle-ci relevait du miracle. Désenchanté, je l’étais. Alors ce qui me poussait à me rendre à l’Occamy Doré me dépassait plus encore. Je n’avais non plus pas envie de me torturer l’esprit à coup de grandes questions existentielles sur le pourquoi du comment. En ce jour j’avais à coeur à un peu de chaleur — Aux échanges sans prétention, aux rencontres fortuites peut-être. Quoi de mieux que la Saint Valentin pour s’y atteler. Ainsi je scindais la foule immuable du chemin de traverse, davantage marquée à cette heure avancée. Il était écrit sur le prospectus roulé en boule au fond de ma poche qu’il fallait oser. Pas de quoi s'extasier la bouche grande ouverte devant pareille banalité dans ce cas, vous en conviendrez.

Au détour d’une ruelle, les portes pourpres s’offrent enfin à mon regard impartial. Je m’arrête un instant avant d’envisager d’en pousser une du coude. Autour de moi personne ne daigne s’arrêter. Du passage encore et toujours. Je me résigne au bout d’une longue minute à tergiverser de fouler le velours émeraude de l’Occamy Doré. Je compte bien garder mon manteau sur moi, imaginez si un drame venait à se produire, j’aimerais ne pas oublier ma seule et unique veste d’hiver ici. Je fais donc faux-bond au vestibule que je m’empresse de passer pour me retrouver à l’entrée de la salle de réception. Un haussement de sourcils et plusieurs battement de cils plus tard, une femme vraisemblablement consciente de sa beauté se tient à présent face à moi. Non loin d’elle un homme qui ne m’est pas du tout étranger ne la quitte pas des yeux.

Au vu des nombreux cocktails présentés, elle n’est pas là pour faire joli mais bien pour nous refourguer tout ce dur labeur. Pris de court. Bonsoir… Hum, celui-là ! L’index en désigne un au hasard. Une marguerite à chaud ! Bonne dégustation J’hausse les épaules. Un sourire de sa part. Je réceptionne mon dû avant de me diriger vers l’épais rideau rouge d'Andrinople qui me laisse de marbre.
Jude Hopkins
Jude Hopkins
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Occamy Doré - Salle de réception Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Jude Hopkins, le  Dim 9 Fév 2020 - 21:25

Jude avait reçu une invitation de la part d'Ezequiel pour une soirée spéciale Saint-Valentin à l'Occamy Doré. Les mots de cette lettre résonnaient dans l'esprit du serpent, s'enchaînant les uns après les autres pour former une sphère infernale. Il n'avait pas répondu à celle-ci, préférant se laisser du temps pour y réfléchir. Il se mettait à la place du Poufsouffle et se sentait complètement inhumain de lui faire subir ça alors qu'Ezequiel venait seulement chercher une oreille attentive. La situation avait dégénéré et ces sentiments étaient nouveaux pour Hopkins. Il ne comprenait pas très bien ce qu'il éprouvait. Alors qu'il aurait très bien pu se laisser-aller dans ce tourbillon d'amour et d'espérance, il avait préféré fuir. Pour mieux revenir, peut-être mais l'acte était impardonnable. Il s'en voulait de s'être comporté comme un lâche.

Pour se faire pardonner, il avait décidé d'être présent à cette soirée. Après tout, il ne s'engageait pas et même si c'était pour la Saint-Valentin, il n'avait aucun compte à rendre. Au fond de lui, il se sentait coupable et n'avait aucun autre choix que de s'y rendre. Peut-être que ça allait être le meilleur moyen de mettre les choses au clair. Les deux avaient besoin de se parler et c'était une bonne occasion plutôt que de se croiser dans les couloirs sans s'y être préparé. Surtout qu'à Poudlard, les choses pouvaient vite dégénérer avec les gens aux alentours. Tandis que là, personne n'allait se préoccuper de deux adolescents qui parlaient entre eux. Il suffisait seulement de musique forte pour qu'ils soient tous dans l'ambiance et ne s'occupent pas des autres. Enfin, c'est ce que le serpent espérait ; être tranquille lors de cette soirée auprès d'Ezequiel. Du moins un instant de manière à régler certaines choses.

Pour l'occasion, il avait mis un costume. Plutôt extravagant, sûrement un peu trop pour Jude. Il ne se sentait pas à l'aise dans ces vêtements qui ne considéraient pas comme les siens. C'était seulement pour l'occasion, il avait envie de montrer qu'il pouvait être ouvert d'esprit au Poufsouffle. Ce costume n'était pas vraiment destiné à un homme d'une haute virilité et c'était justement ce qu'il recherchait. Montrer que lui aussi avait sa faiblesse. Il avait donc opté pour la neutralité concernant les couleurs mais un vêtement hors du commun. Tout en noir, un pantalon, un haut en dentelle transparent caché - pour le moment - par une veste de costume à l'aide d'un simple bouton. Il s'impressionnait lui-même en ce moment. Jamais il pensait porter ça une seule fois.

Il avait transplané jusqu'à l'entrée de l'Occamy Doré. Il déposa son blouson qui n'avait pas la moindre importance en gardant tout ce qui était le plus précieux sur lui au vestibule puis se dirigea vers la salle de réception. Là-bas, une femme inconnue au bataillon qui était vraisemblablement une serveuse vint proposer un cocktail de bienvenue au serpent. Avant d'y faire attention, il jeta un vif coup d'œil et ne remarqua pas Ezequiel. Faut dire que le serpent ne lui avait pas répondu alors peut-être qu'il avait abandonné l'idée de venir. Quoiqu'il en soit, Jude allait rester quelques temps et si au bout d'un bon nombre de minutes, il n'avait aucun signe de vie de son partenaire, il allait vite prendre la porte. Il n'était pas vraiment patient. Mais revenons-en aux cocktails. Parmi ce qui lui était proposé, son choix s'arrêta sur une marguerite à chaud.

« Une marguerite à chaud s'vous plaît. »

Elle lui donna ce fameux cocktail avec toute l'amabilité possible et Jude s'éloigna de l'entrée. D'autres personnes allaient probablement arriver et lui espérait très vite voir l'arrivée d'Ezequiel, tout en buvant progressivement son verre. Petites gorgées au début, histoire de pas finir par terre dans une heure.
Antonius R. De Lanxorre
Antonius R. De Lanxorre
Maitre de JeuSerdaigle
Maitre de Jeu
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Occamy Doré - Salle de réception Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Antonius R. De Lanxorre, le  Dim 9 Fév 2020 - 21:59



Pourquoi. Pourquoi ai-je décidé de venir à cette soirée ? La question mérite d'être posée. Pourquoi un homme aussi respectable que moi, Premier Magistrat sorcier britannique, me retrouve à me diriger vers l'Occamy Doré pour célébrer la Saint Valentin et sa réouverture ? Le badaud objecterait que je suis là pour assouvir des fantasmes teintées de voyeurisme mais il n'en est rien. Mes raisons sont bien différentes.

Evidemment, les choses ne pouvaient pas être aussi simples. Pour se fondre totalement dans la masse, il allait me falloir oser. C'est donc habillé d'une armure romaine en or, d'une tunique blanche, d'une longue étoffe carmin et d'une couronne de lauriers du même métal précieux que je me présente à l'entrée du club. "Ave moi", ai-je pensé intérieurement. Arrivant dans le vestibule, je décide de garder l'ensemble de ma tenue sur moi. Rien au vestiaire. L'effet n'en serait qu'amoindri. J'arrive au niveau de la magnifique serveuse de l'établissement. Un regard à sa tenue m'apprend que je suis définitivement au bon endroit. Mon regard dur, ma tenue chatoyante et mon maintien exemplaire me procurent un magnétisme teinté de masculinité bien écossaise. Observant la carte, je commande un Pink Occamy. Mon regard s'arrête presque aussitôt sur le pendentif que porte Velina. Portant mon verre à mes lèvres, je lâche après une gorgée, d'une voix monocorde.

- Vous portez un magnifique pendentif, mademoiselle. Certainement le gage d'un passé riche en expériences et en découvertes. Demandez Mathusalem et vous me trouverez.

Pas un mot de plus et me voilà en train de m'enfoncer dans les lieux animés par une ambiance qui est très loin de m'être familière. Il est heureux qu'un bon agent ne soit jamais décontenancé par si peu. Ca y est. La partie était lancée. Encore des heures supplémentaires à déclarer.

Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Occamy Doré - Salle de réception Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Cara De Lanxorre, le  Dim 9 Fév 2020 - 22:30

LA Kathleen

    « Kathleen, tu es infernale. » Cara s’était retournée avec agacement sur la silhouette indécemment attrayante trainant des pieds. Elles étaient à deux pas de l’entrée, et la blonde semblait prendre un plaisir sadique à retarder leur arrivée. « Écoute » et la Directrice adjointe s’avance vers sa compagne du soir, ses talons d’une hauteur obscène claquant sur le pavé ; « Ton père a dit que tu devais venir. Alors tu arrête de faire la tête, et tu viens. » Inutile de revenir sur la raison de son comportement exécrable ; oui, elles avaient été amantes avant que Cara ne se fiance à son père, mais rien qui mérite de lui gâcher sa soirée. Elle tente de lui prendre la main, se fait rembarrer, se remet à avancer en soupirant. Elle passe, seule, la porte de l’Occamy, se plante devant les vestiaires et ouvre son manteau de fourrure lui arrivant jusqu’aux genoux ; « Prenez ça » qu’elle intime sans même regarder à qui elle confie le vêtement.

    En dessous du lourd manteau, changement d’ambiance. Débarrassée des poils d’un animal mort pour elle, de Lanxorre exhibe sa tenue du soir. Une combinaison en latex d’un noir brillant, épousant sa peau de la base de son cou à ses chevilles. Difficile de savoir comment elle a pu enfiler ça tant la matière lui collait au corps, mais je suis certaine que vous trouverez une fermeture éclair à un endroit inapproprié, si vous cherchez.

    Replaçant ses boucles brunes autour de son visage, la voilà qui avance dans la salle de Réception. Ne pas voir Azaël - laissez-moi l’épargner, juste un peu – et tenter de se faufiler près du bar. Y parvenir après qu’une silhouette étrangement familière se soit écartée. Le regarder s’éloigner, la bouche ouverte, lui et sa tenue qui donnait à la professeure de sales envies de jeux de rôles. « Deux sublimes, dont un sans alcool, s’il-vous-plait-merci-bien » - et elle a l’air irritée Cara, comme s’il y avait urgence. Mais non, elle est simplement agacée de devoir patienter. Enfin, les précieux cocktails dans les mains, retrouver la cavalière à la moue boudeuse, finalement décidée à la suivre : « Tiens. C’est un Sublime. Comme toi. » Ces ficelles, Cara !
Fanny Gwin
Fanny Gwin
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Occamy Doré - Salle de réception Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Fanny Gwin, le  Lun 10 Fév 2020 - 1:57

Fanny Gwin RP numéro 7 :

J'aime beaucoup la saint valentin c'est une fête entourée de tellement de magie, les cœurs s'ouvrent au plus beau des sentiments : l'amour. Cette si belle sensation qui rend démunie le plus fort des hommes, la plus intelligente des femmes ou le plus respectable des humains. Même si je ne peux me targuer d'être une de ces trois personnes je suis toute autant démunie face à l'amour. Et aussi bien que quiconque je le cherche ardemment.

Malheureusement cette année je n'ai pas de valentine avec qui partager une soirée des plus romantiques. Mais je ne me laisse pas décourager pour autant, la tristesse n'est pas digne de mon optimisme exubérant. J'ai donc décidé d'aller à la soirée que propose l'Occamy Doré, et comme le dress code de la soirée est "Osez" je me suis pas mal creusé la tête. Mon style vestimentaire est déjà unique et il faudrait oser encore plus ? Ce n'était pas une chose facile. j'ai réfléchi pendant longtemps sans trouver une solution qui me plaisait, et au final j'ai décidé que changer d'habitude vestimentaire n'était pas une nécessité. Il suffisait d'oser mettre un peu moins de tissu et le tour était joué.

Comme à l’accoutumée je prenais le plus grand soin de mes cheveux, les arrangeants en deux jolies tresses nuancées de rose. Sur ma tête je plaçais ce qui était en quelque sorte ma signature, une corne de licorne. Je passais ensuite au maquillage, j'apposais généreusement des paillettes sur mes lèvres ne lésinant pas sur la quantité. Puis je m’occupais de faire apparaître un arc-en-ciel pastel autour de mes yeux, ajoutant bien évidemment ma touche personnelle en forme de corne. Enfin pour les ongles un vernie aux couleurs irisées vint enluminer le bout de mes doigts.

Ça c'était pour le maquillage je passais ensuite au plat de résistance : la tenue. Aujourd’hui pas de longues robes pleines de dentelle et de froufrous, j'avais choisi un vêtement plus léger qui laissait un peu moins de place à l'imagination. La jupe et le haut sont roses ainsi que les deux bracelets proches des épaules, bien évidemment c'est ma couleur préférer. Ensuite j'ai pris mes plus beaux collants à paillettes. Pour compléter ma tenue je mets mon ras du cou avec son pendentif, et enfin une queue de licorne un peu spéciale qui s'accordait à la couleur de la jupe.

Je rentre dans la salle de réception après être passé par le vestibule où j'y ai déposé mon gilet et un détail capte rapidement mon attention "Oh ! Des paillettes" Petit cri joyeux devant ce matériau que j'adore particulièrement, il n'en fallait pas plus pour que cette soirée débute bien. Une autre chose qui attire rapidement mon attention est une femme qui brille tout autant que sa tenue pailletée. Je m'approche en d'un tour sur moi-même avant de m'adresser à la demoiselle avec un sourire joyeux "Je prendrais un cocktail de la même couleur que votre magnifique robe."

Je me balade parmi les invités dans des volettements circulaires, ignorant les garçons aux tenues plates ou incolores. l'un d'eux à de la belle dentelle sur le torse mais la noirceur de son costume est d'une tristesse. Une autre porte une veste d'un joli rose, c'était le moins pire de tous, le pire étant celui qui est habillé d'une sorte de pyjama et de lunette de soleil, il doit pas très bien voire. Lui il n'a pas compris le dicton, il souffre et en plus il est moche. Le dernier est un vieillard habiller de manière ... intéressante, la tenue irait sans doute mieux à un jeune, car la décrépitude de la peau de l'ancien nuit à l’appréciation du tissu.

Mes virevoltements m'amènent jusque devant une serpentard entièrement recouverte de latex, je m’arrête devant elle pour contempler quelques instants la grande beauté de cette femme. Après plusieurs secondes je reconnais son visage, il s'agit de la sous-directrice ou de la directrice, je ne sais plus tout ça change tout le temps. Mais une chose est sûre : Elle est ravissante. J'effectue alors une courbette pour la saluer : "Madame la directrice. C'est un plaisir de vous voir, cette tenue vous vas à ravir."
Sariel Fawkes
Sariel Fawkes
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Occamy Doré - Salle de réception Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Sariel Fawkes, le  Lun 10 Fév 2020 - 14:33

> Valentin, Valentine & Cie.
Présenté par l'Occamy Doré

Dans l'attente des premiers convives, mes yeux papillonnent, mon regard virevolte. Et le premier que je croise, au détour d'un battement de cils, est bien loin de m'être inconnu puisqu'il s'agit d'Azaël. Le frère d'Alhena, certes, mais au-delà de cela, une rencontre des plus intéressantes, en plus d'être suffisamment récente pour me troubler. J'avais presque oublié que je lui avais indiqué travailler ici.
En voilà une agréable surprise, Azaël.
Mon sourire s'élargit alors qu'il m'annonce vouloir goûter à la possessivité, ne serait-ce que le temps d'un verre. Je suis plutôt douée avec les sous-entendus, je dois l'admettre, et en lui tendant son breuvage, ma main libre vient effleurer son biceps. Je dois admettre qu'en plus de sa venue, l'agréable surprise qu'est son costume me donne du fil à retordre niveau impassibilité. Je l'ai déjà dit quelque part, que je le trouvais un peu trop beau pour mes nerfs, non ? Ouais, sans aucun doute. L'amour des belles choses me fera la peau un jour.
Je compte sur toi pour m'en donner des nouvelles, mh ?

Un nouvel oiseau de nuit (Tresor) fait son apparition et, à contrecoeur mais sans le montrer pour autant, mon attention se détourne de mon intérêt journalier. En lui présentant nos cocktails, il semble vouloir se laisser aller au hasard. Et celui-ci tend vers notre Marguerite a chaud !. Ouh. A mon avis, son manteau ne fera pas long feu. Le sourire qui m'échappe en dit long.
Une Marguerite a chaud ! Bonne dégustation !
Le jeune homme (Jude) qui lui fait suite se destine d'ailleurs au même caprice et une inquiétude, bien plus amusée qu'autre chose cela dit, me prend à la gorge. A ce train, la soirée finira très vite par jouer à la presque nudité. Par chance, je me doute bien qu'il sera inutile d'augmenter la température de la Salle de réception.

C'est plutôt la rencontre suivante, qui me met dans un semblant d'embarras. Pas par souhait de la rejeter, mais plutôt parce que je ne m'y attendais pas. César (Antonius), en personne, qui s'accompagne d'un commentaire sur mon pendentif.
Enchantée, Mathusalem, me vois-je répliquer, sibylline et comme accordée à son ton. J'ai comme dans l'idée que je saurai vous trouver. Note à moi-même : ne pas le perdre de vue ce soir. Tout en gardant un oeil sur Azaël, cela va de soi.
Malheureusement, je n'ai pas franchement le temps pour lui, à l'instant. C'est que je suis encore seule au service, c'est que le mal et le mâle rôdent ce soir, tout comme l'envie de bien faire. C'est mon job, et je ne suis pas du genre à me laisser distraire, même lorsque la distraction s'avère être friandise pour mon appétit exacerbé.
Une femme à la beauté plus que fatale (Cara) s'approche, sans vraiment prendre le temps de m'observer. Pas que je sois piquée à vif, mais je sens en elle une rivale loin d'être éphémère. Ne me demandez pas pourquoi, je crois avoir toujours eu une intuition sur-développée. C'est surtout que je n'aime que trop moyennement ce qu'il y a d'aussi charmant que moi.
Et deux Sublimes, Miss. Passez une agréable soirée.
Langue de vipère, même si elle ne s'en rend pas compte. Son attention n'est pas sur moi. Et mon sourire en porte-à-faux s'efface aussi vite que les verres ne s'essuient, seuls, autour de moi.
C'est clairement à ce moment-là qu'une petite silhouette assortie à notre soirée se présente à moi (Fanny). Avec une corne de licorne sur la tête. Voyez-vous, je n'ai jamais eu de mal avec le rose et les paillettes, mais celle-là, on ne me l'avait jamais faite. Une drôle de grimace, proche du sourire en coin, m'échappe lorsqu'elle me demande, à mots couverts, un Pink Occamy que je lui sers sans attendre.
En espérant vous voir trouver le parfait cavalier.

Bon, j'ai l'air tranquille pour le moment. Et j'ai quelques affaires à régler de mon côté. Sans m'éloigner du bar, auquel je réserve toujours un regard en coin, ma silhouette coule jusqu'à ma proie (Azaël). La mienne. Mes lèvres, toutes proches de son oreille, l'orientent naturellement vers moi, simplement glissée derrière lui.
Alors ? Le cocktail est à ton goût ?



Commandes:
 
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Occamy Doré - Salle de réception Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Azaël Peverell, le  Lun 10 Fév 2020 - 17:01

Elle te sourit. Et son sourire la rend plus jolie encore. Tu ne te souviens pas d'avoir déjà été à ce point attiré par quelqu'un. Cette fille a vraiment quelque chose, t'arrives pas à détourner ton regard d'elle. Tu te saisis du cocktail qu'elle te tend, appréciant pleinement le contact qu'elle initie ce faisant. Un sourire en coin pour lui répondre avant de t'éloigner.

- Avec plaisir.

Tu prends sur toi pour ne pas rester à ses côtés. Après tout, les autres invités arrivent un à un, elle doit s'occuper d'eux également. Tu avales une gorgée du breuvage. Pour quelqu'un qui n'est plus censé boire d'alcool, tu fais une exception ce soir. Et le cocktail est délicieux. Tu vois débarquer ton patron en personne, déguisé en empereur romain. C'est... Original. Mais ça ressemble à rien. Il parle avec Velina. Un peu trop. Comment ose-t-il lui adresser la parole ? Et pourquoi est-ce qu'elle lui répond ? Mâchoires crispées, t'as bien envie de lui dire d'aller faire son empereur ailleurs, mais ton regard se pose sur de Lanxorre qui débarque tout juste.

Sa tenue te fait étirer un sourire moqueur. Sérieusement... Elle serait bien plus à sa place en tenue de soumise qu'en une combinaison pour celle-ci. Et tu as bien l'intention de lui en faire la remarque dès que tu iras lui adresser quelques mots. Avant cela, t'as bien envie d'aller parler à ton patron, histoire qu'il comprenne qu'il a plutôt intérêt à ne plus parler à Velina s'il ne veut pas que tu lui éclates la tronche directement. Mais une voix dans ton dos te tire un frisson de plaisir. Tu te retournes, sourire à nouveau aux lèvres. Tu vois une nouvelle gorgée en la regardant droit dans les yeux, et t main libre vient se poser sur sa taille sans la moindre gêne.

- Tout à fait. Tu l'es aussi. Sois ma Valentine pour ce soir.

Regard appuyé, t'es plus que confiant. Tu la veux. Tu la veux du plus profond de ton être, et tu ne supporterais pas la frustration d'un refus. Tu veux qu'elle soit à toi et rien qu'à toi, que Ravental ne l'approche plus jamais, que plus personne ne l'approche plus jamais. Sa beauté ne peut être partagée.
Kathleen Gold
Kathleen Gold
Serpentard (DC)
Serpentard (DC)
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Occamy Doré - Salle de réception Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Kathleen Gold, le  Lun 10 Fév 2020 - 18:21

Mais quelle garce.
Trainée
Ici par le coup du sort ou de ses reins dans le lit du Père, tu te demandes de nouveau qu’est-ce que tu fous là.
« Je sais que tu n’es pas ravie, mais essaie d’apprendre à la connaître ».
Eh bien, d’accord Papa, tu ne le remercie pas de te rendre pas la tâche plus difficile en te tentant de lui annoncer que tu la connais sous toutes ses absences de couture ta Dame.
Sois gentille, qu’il disait, elle ne demande qu’à t’apprécier, qu’il disait.
Tu supposes qu’il était créatif, parce qu’un Serdaigle avec autant de conn*rie, on en fait plus.

Entre ne pas voir que Cara avait croqué plus de paires de pierres qu’elle n’en portait les trois quart du temps ET vouloir l’épouser, tu peux maintenant comprendre pourquoi ton grand-père disait que le génie de la famille avait sauté une génération.
Cela tombe à pic, ta belle-mère l’a fait sur deux d’entre elles.

On peut donc dire que tu n’étais pas ravie-ravie d’être ici, jetée dans ses pattes comme ses élèves sur (sous ?) son bureau.
Avec la tenue que tu devines sous sa masse poilue, tu devines bien que l’élégance sera inexistante à cette soirée.
Mais qui envoie sa fille sympathiser avec sa future femme à une soirée Saint-Valentin bon sang ?!

Ta compagne est bien impatiente d’ailleurs, à trottiner jusqu’à l’Occamy. Même le repaire sacré de la famille Gold allait être gâché par sa présence. Fini les escapades dans les toilettes avec des demoiselles, tu aurais trop peur de t’asseoir sur le même comptoir qu’elle.

Tu étais apparemment infernale.
Bien, elle apprend vite. Et encore, tu te contentes seulement de traîner des talons sur le pavé. Tu ne portais après tout que trois vêtements sur toi, et il ne fallait pas abîmer deux d’entre eux en besognant ces chaussures.

-Ton père a dit que tu devais venir. Alors tu arrêtes de faire la tête, et tu viens.

Quel
Toupet.
Si cela l’amusait de vous rappeler à toutes les deux que tu n’étais pas là par choix, grand bien lui fasse. En attendant, tu te demandais si tu allais lui faire bouffer son manteau ou si ce ne serait pas trop faire gonfler la dinde.

-Oh, tu te souviens de mon nom ? Ravie que cela ne t’ai pas écorché la langue quand mon père te l’a rappelé.

D’autres critiques acerbes te viennent en tête, mais il faut bien avancer et rentrer en scène.
Lorsque tu passes le pas de la porte, tu observes d’abord les changements opérés sur les lieux. Tellement de souvenirs, tous amers, sont attachés à l’Occamy.
Shae, et le repas des Révélations avec votre père.
Les retrouvailles du désert et
Jade…
Tu ravales un soupir un peu rauque. Les pierres pouvaient changer, mais rien ne pourrait effacer les mauvais songes. De nouvelles paillettes, quelques aménagements…
Peut-être que si le passé avait été différent, tu aurais aimé l’endroit. Son ambiance et ses parures.
Mais tout ce que tu voyais pour l’instant, c’était une soirée censée être destinée aux amoureux,
Servant de prétextes pour les uns et les autres de pavaner et de provoquer.

La tenue de ta future (ex) belle-mère en dit long. Tu avais longuement hésité sur ta propre toilette, à choisir une magnifique robe dorée pour lui signifier que tu restais la seule Gold de la famille.
Tu es bien contente de ne pas l’avoir fait, puisqu’elle ne t’a pas déçue : le latex brillant reflétait parfaitement la déchéance de la lignée.
Tu secoues la tête en direction du personnel venu te débarrasser.

-Merci bien, mais comme vous pouvez le constater, cela ne sera pas nécessaire.

Tu réajustes ton manteau d’un crème à te faire pâlir. Deux-trois boutons fermés pour ne cacher que le strict nécessaire. Cinq sont ouverts, adroitement placés pour dissimuler les roses et ceux restés clos recouvrent le peu de modestie qu’il restait à cette pièce.
Le bout du manteau vient chatouiller tes escarpins, et tu passes tes mains dans tes cheveux artistiquement plaqués en arrière, avant d’avancer dans la pièce.
On t’avait dit d’oser, et bien, les voilà servi.

Quelle agonie déjà.
Tu entraperçois un empereur romain sans voir son visage
Il semble pourtant vaguement familier...
Et une tornade d’étincelles du coin de l’œil, que s’en ai déjà trop.
Tu veux désespérément rentrer.

Tu as à peine le temps d’aviser la pièce, que Cara revient déjà, deux verres en main. Tu l’avais observé passer commande sans aucune forme de politesse, et tu soupires déjà – dès son arrivée, elle crée un chemin te guidant à travers ses dégâts.
Tu sens ta commissure se relever dans un rictus désagréable à sa phrase, et le bout des doigts brûlent de lui jeter son Sublime à la figure.
Il faut pourtant se contenir,
Qui sait ce que ferait le cocktail sur son apparat déjà plus que collant.
Tu saisis une pomme d’amour sur un plateau passant, avant de te tourner vers elle, prenant ton temps pour lui répondre.

-Merci pour ce verre, mais après tout, tu auras bientôt les clés de la trésorerie, je suppose que tu peux te le permettre.

Tu baisses d’un ton, te rapprochant. Tu sens littéralement tout ce qu’il y a chauffer sous la couche noire qui la recouvre,
Pourtant, tut ne comptes pas flancher. Plus maintenant, ni ce soir
Ni jamais.

-La flatterie ne changera rien. Je sais déjà tout ce qu’il y a savoir, plus rien à découvrir –

Regard vers la fermeture qui se trouvait évidemment juste ici.

-Maintenant, écoute moi bien. Mon père est peut-être suffisamment stupide pour ne vouloir baiser
Que tes mains,
Mais ne crois pas que je ne vois pas tes regards ici et là dans cette salle. Tu as voulu faire partie de cette famille, réjouis-toi. Tu vas avoir une belle-fille extrêmement attentive ce soir.


Il était hors de question que tu la laisses continuer ses frasques, et ce en public. Plus qu’un nom, d’autres responsabilités en dépendaient à présent.
Tu trempes ainsi le bout de tes lèvres dans le cocktail. Tu es surprise de sentir les saveurs fruitées riches couler le long de ta gorge, et tu finis presque sans t’en rendre compte le verre, la pomme dans l'autre main.

Heureusement que l’alcool était bon, car cela risquait d’être une longue soirée.
Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Occamy Doré - Salle de réception Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Élius Askin, le  Mar 11 Fév 2020 - 2:04

> Valentin, Valentine & Cie.
Du profil gracile de l'acanthe, j'ai gardé la colonne en courbe dentelée. Chaque vertèbre emprisonne en son sein la lumière vacillante des bougies quand je me maquille devant le miroir derrière les épais rideaux des coulisses. N'est pas le Cygne qui veut, pourtant les plumes holographiques habillent mes épaules, et un bec noir orne mon nez. Si je n'ai pas pu m'empêcher - par amour du geste - d'étaler du crayon pour souligner mes yeux, des paillettes pour illuminer mon torse nu, le reste n'est que métamorphomagie. On pourrait croire à un masque, et quelques artifices. Mais il s'agit seulement du fantasque don que j'ai travaillé pendant presque dix ans grâce à la mystérieuse faille. Et la danse, aussi, qui n'a jamais arrêté d’insuffler son énergie à ma silhouette parfaite. Laissant notre charismatique intervenant se préparer, c'est avec un port de tête altier que j'écarte le premier velours, du bout de mes doigts sombres pour fouler la scène vide et contempler le berceau de sièges déserts. Une grande inspiration soulève mon buste étincelant alors que je réalise une nouvelle fois ; l'Occamy est à moi. Un frisson secoue mes jambes sous le confortable bas de plumes colorées. Il avait fallu user de méthodes plus que dignes des valeurs de Serpentard, mais au fait, n'en suis-je pas le représentant aujourd'hui ?

La baguette d'ébène et son cœur de Focifère coincés contre ma cuisse, le cuir des Dr Martens heurte le sol quand je saute depuis la scène jusqu'à l'allée centrale en riant. Il y a cet éternel air de liberté dans chaque éclat de ma voix qui rebondit contre la voûte et résonne partout sur les moulures flavescentes. La moindre fioriture ici me convient. Armé d'un éblouissant sourire, je laisse mes boucles indomptables traverser l'arche, puis le vestibule et pénètre enfin le nuage lacté de la soirée. Immédiatement, la musique étoffe l'ambiance déjà onctueuse de la pièce et mes prunelles caressent chaque invité délicatement dessiné d'ombre et de lumières poudrées. Peu m'importe à vrai dire, de les déranger, tandis que j'approche chacun d'eux pour me faire voir, un Pink Occamy kidnappé au passage. Et ce bouton, aussi ; beaucoup trop chaste pour la fête. Qu'il s'agisse de mon préfet, j'en sais rien. J'crois même jamais l'avoir rencontré. Pourtant, le clin d’œil est bien présent, en direction du brun à qui je murmure que le thème dit qu'il faut oser. Surtout avec pareille dentelle. Ma main libre ne peut s'empêcher de passer sur le ventre ainsi à demi-dévoilé alors que je m'éloigne déjà en laissant le garçon visiblement échaudé. Ce qui n'est pas pour me déplaire.

À droite, un visage familier semble en pleine séduction de ma serveuse fraichement recrutée. Sans gêne aucune, j'impose ma présence afin de m'exclamer. Aza p*tain ça fait tellement longtemps ! Évidement, encore plus quand t'ajoutes la dizaine d'années que je viens de passer on-ne-sait-trop-où. Son regard - d'abord amical, retrouve un côté ténébreux pendant que j'enroule mes doigts fin et vernis de noir aux mèches dorées de l'Employée. On apprend seulement à se connaître mais son accent slave et ses origines cirquiennes sont autant de fils invisibles liant nos esprits. Vous semblez à votre aise Miss Adams, comme mes iris, n'en finissant pas de dévaler ce décolleté juste avant de s'évaporer vers d'autres horizons. Ceux, drapés, d'une toge, abritant un vieil homme aux prunelles acérées. Serpentant entre les canapés jusqu'à son visage sérieux, je devine qu'il va falloir jouer les présentations et entame une révérence telle que les précepteurs me l'ont enseignée. Décliner mon identité, je sais le faire. C'est un plaisir d'y ajouter les deux joyaux clinquants que sont le titre de Propriétaire des lieux et Directeur de la Fière Maison des Verts. Hochement de tête, verre levé, et compliment ; le sorcier renvoie aussitôt les politesses d'usage en me libérant par la même occasion. Hey ! Vous aviez vu La Licorne vous ? J'adore, j'adore, j'adore, et je lui dis, tirant un peu sur sa queue en ricanant. Cependant, mon insolence continue son chemin, en rythme avec les langoureuses basses. Habilement, mes hanches glissent derrière le long manteau couvrant à peine ce délicieux fantôme du passé, le contournent, et repassent devant. Souriant à ces lèvres goûtées par deux fois - dont la première au creux d'une tulipe ouverte - ma boisson se lève ; cherche à trinquer :

— Une soirée pleine de surprises, à n'en pas douter. Les mots traînent, ainsi susurrés, et mon attention, finalement rattrapée par mes bonnes manières - sisi. Car il y a quelqu'un ici qui cherche à se faire remarquer. Vous utiliserez tous les moyens Cara et je le sais bien ; pour récupérer votre enfant pourri gâté. Dernièrement, un autre cadeau, presque sous l'oreiller, comme avant. On n'avait pas eu l'occasion de se croiser, alors j'en profite, minaude si merveilleusement que ça pourrait rapidement vous énerver. Mais la moindre de mes considérations agite vos entrailles de Mère attentive et je le sais bien, manie savamment l'effet. Merci Madame, que j'articule doucement à votre oreille, une paume plaquée sur le cuir frémissant. Puis, je daigne déposer un baiser, tendre - rare désormais, sur la peau abîmée, à la commissure de votre bouche pincée. Vous appartenir, toujours et jamais en même temps, adroitement. Et donc, disparaître, déjà, les ailes rieuses, le teint malicieux, vers le fond de la Salle et son rideau rouge d'Andrinople. Là-bas, je ne peux retenir un pas de danse pour mieux soigner mon entrée face au Tasséomancien. Tresor... Le prénom, définitivement délicieux, passe mes babines brillantes de vodka-curaçao que je lèche en demandant au sorcier s'il n'a quand même pas trop chaud ? Une légère œillade me suffit à constater qu'il manque encore du monde et que le discours d'ouverture peut attendre la fin de mon papillonnage. J'en étais où déjà ? Ah oui, Tresor...




Dernière édition par Élius Askin le Mar 11 Fév 2020 - 11:27, édité 1 fois
Everard Lloyd
Everard Lloyd
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Occamy Doré - Salle de réception Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Everard Lloyd, le  Mar 11 Fév 2020 - 4:04

J'aime pas trop, les 14 février

Ça n'était clairement pas son style de participer aux festivités de la fête de l'amour, surtout qu'il n'avait pas connu cela depuis de nombreuses années. Si la situation n'avait pas voulu qu'il joue au piano ce soir là, qu'il montre un peu de son talent, il l'aurait tout de même fait, chez lui. A côté de ça, difficile de manquer une animation pareille, et surtout une boisson gratuite. Il n'était pas très loin de l'Occamy Doré. Il n'y était allé que de rares fois, mais le côté atypique du bâtiment et surtout de son intérieur lui rappelait de sacrés souvenirs. Pas le genre de souvenir qui laisse une ellipse de six heures avant de se réveiller chez soi la gueule déconfite, mais plutôt Sarah. C'était probablement ses meilleurs souvenirs de cet endroit. Qu'est-ce qu'il avait pu jouer au con. Un sentiment de regret, en ce jour et en ce lieu, s'installait, mais ne durerait pas.

Tout fin tout prêt, il transplana devant l'entrée de l’hôtel de luxe. Il s'était appareillé d'un trois pièce, veste alors cachée par son manteau de cachemire oriental. Il avait fait l'effort, au cas ou la situation le voudrait, de sembler le plus attrayant possible, bien qu'il n'aimasse guère porter ce genre d'accoutrement. Cela dit, il avait toujours favorisé le nœud papillon à la cravate, bien trop professionnelle pour des festivités de ce type. Montre de marque au poignet, cheveux bien rangés en arrière, barbe taillé avec propreté. Il était objectivement beau, et sentait le parfum boisé aux soupçons d'amande. Le fracas de la téléportation fit voler son manteau dans un style particulier, donnant tout son charme à un amateur de sensations presque fortes. L'entrée était là, grandiose, il fallait le reconnaître. Il déposa son manteau au vestiaire, pensant pouvoir être assez fou pour se donner trop chaud une fois à l'intérieur. Ce n'était pas vraiment le genre de l'Occamy qu'il connaissait de faire acte de débauche passagère, mais on ne savait jamais, et ça lui aurait fait ça en moins à porter. Ceci-fait, il déboutonna les jointures de sa sombre veste en soie pour dévoiler un gilet brodé à la main par une célèbre marque moldue de vêtements sur-mesure, par ailleurs hors de prix. Ce style là ne voulait pas de ceinture, et c'est ce détail qui le rendrait bien plus élégant. Un style vieux mais toujours aussi impressionnant pour les impressionnables. Il n'avait plus l'âge de se déguiser comme un enfant, mais si l'envie lui prenait, il avait prévu ce qu'il faut. Il en souriait d'avance.

Ses pas légers dans le Hall d'entrée résonnèrent sur le sol froid et brillant jusqu'à poser talon sur une aire plus douce. Aussi douce que la vision qu'il venait d'avoir. Une robe couleur chaire qui donnait l'impression d'être quasiment nue saisit son regard, et à la voire de plus près, il était non seulement clair qu'elle était presque nue, mais il était aussi clair qu'il l'avait déjà rencontré. Et à y repenser, ce soir là, dans ce salon tout aussi somptueux, elle portait déjà ce qui savait la mettre en valeur. A la fois enjoué et surpris de la voir accueillir les invités, il n'en lui fallait pas plus pour mieux l'apprendre, aux côtés d'un jeune homme qu'il jalousait déjà secrètement. Elle était magnifique. Son regard se porta sur l'homme qui l'accompagnait avant d'être assez près pour la saluer. Il eut un hochement de sourcil en voyant son accoutrement faussement élégant. C'était souvent le cas des gens qui poussaient trop le paraître. Oublie de sobriété, oubli de prestance. Il ressemblait à la panthère rose. Et puis il s'approchait, plus il se persuadait de cette réalité. Ses yeux retournèrent vers la vision la plus agréable de la silhouette qu'il avait rencontré quelques jours plus tôt, ou ses ailes illustraient ses pensées.

- Si je m'attendais à une si belle surprise. Vous avez le don de m'attirer dans vos histoires, non pas que cela me dérange!

Il ne prononça pas son nom, puisqu'il l'avait oublié, mais l'avait-il en fait déjà su. Difficile de garder de la place pour retenir des formalités lorsque l'on peut se souvenir de ce visage si parfait et de ces courbes si envoûtantes. Il se contenta d'attraper sa main et d'y déposer un baiser, probablement sous les yeux du jeune homme avec qui elle conversait. Ceci fait, il tourna son regard vers celui-ci hochant la tête en signe de salut.

- Je prendrai le cocktail qui convient le mieux à cet accent qui commençait à quelque peu me manquer !

Bien qu'elle avait autant de chance d'être serbe, tchèque, polonaise ou russe, son accent slave lui rappelait, à tort peut-être, des répliques de film addictifs accompagnés de verre finissant par "off" ou "ski". Elle lui tendit alors ce cristal rempli de Pink Occamy. Il trempa d'abord ses lèvres, de quoi donner une première impression de ce que ça pouvait donner. Tout à fait incongrue, servi nulle part ailleurs, la nuance double rosée heurta avec douceur son palais. C'était absolument exquis, et ça ne serait pas le dernier verre de la sorte. Faisant part de sa satisfaction accompagnée d'un sourire retenu du charmeur à la belle rencontre, il laissa néanmoins sa chance au plus jeune, préférant rejoindre le reste des convives. Il venait de se rappeler la première raison de sa venue. Il devait trouver le propriétaire des lieux.

A ceci près qu'il fut rapidement rappelé à ses vices, en voyant plusieurs visages familiers. Il voyait plusieurs membres de l'Ordre. Plus précisément le commandeur, se pavanant en amure dorée d'empereur romain, et de Lanxorre, qu'il préférait ne pas regarder d'avantage tant croiser son regard risquerait de réveiller en lui des pulsions qu'il préférait contrôler. Ils ne s'étaient jamais encore réellement parlé, mais il parlait souvent avec son frère, qui lui, avait pu entrevoir des histoires douteuses mais floues à son sujet. Sans même le besoin de savoir lire dans la tête de ses congénères, elle sentait l'envoûtement à plein nez. Le temps de se fixer quelque part avec son verre et ses objectifs, il s'approcha de sa hiérarchie, les doigts autour du pied de son breuvage, jusqu'à mettre les opposés sur son épaule, qu'il puisse se retourner.

- Quand je parlais de partir en guerre, vous saviez que c'était une plaisanterie, n'est-ce pas?

Son sourire exprima son sarcasme bienveillant. Il aimait jouer avec les nerfs d'Antonius, et l'heure était aux plaisanteries et aux rencontres. Il semblait mieux commencer avec un visage familier et quelque peu admiré. Messe basse.

- Ça me fait plaisir de vous voir ici, Lord Orion. Moi qui pensait me jeter dans l'inconnu.


Tresor Burton
Tresor Burton
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Occamy Doré - Salle de réception Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Tresor Burton, le  Mar 11 Fév 2020 - 11:54

Il ne fallut que peu de temps à l’ennui pour m'assaillir de toutes parts. Bien trop vorace pour la combler de quelque nature que ce soit. Tout du moins je m’y attele. La pulpe de mon doigt dressé se presse nonchalamment contre le buvant de mon verre à Sherry, il s’articule et suit merveilleusement bien la ligne pour y former des cercles passionnés. Réitérer le geste à l’infini. Tandis que mes deux onyx glissent onctueusement — Tout comme la brosse du peintre — sur la toile prometteuse de cette soirée. L’ébauche d’un sourire lorsque mon regard vient à se heurter au hasard du côté de l’entrée. Surtout ne pas se risquer à lorgner trop longtemps toute la folie du monde. Les poumons gonflés pour m’enivrer des effluves de cire chaude embaumant mes narines depuis mon arrivée. Une lampée du cocktail suffit à me faire monter le rouge aux joues. Qu’est-ce qu’il y a dedans ? L'oesophage riffaudé, un arrière-goût d’orange sanguine d’une amertume sans pareille me fait racler la gorge. Du verre à l’ovale de ma bouche, ma langue ondulante glane la glace pilée baignant au fond du liquide solaire. Puis l’éclat de voix m’extirpe de ma rêverie.

— Tresor… Un soubresaut pour me faire perdre contenance ; Mon coeur bat à tout rompre. Le silence d’abord afin de contempler l’oiseau sauvage. Une seconde gorgée pour refaire surface. Pas trop chaud ? Rien ne vous échappe, suis-je à ce point prévisible ? Ce n’est pas vous qui me faites perdre mes moyens mais bien le breuvage — Qu’à cela ne tienne. Affreusement je présume que cela confirme vos espérances. Le front brillant et perlant, je souffle comme un boeuf. Un haussement d’épaule pour me défaire du manteau que je ceins séance-tenante à mon avant-bras ; un véritable saltimbanque je fais. De l’autre, exempt de toute veste pondéreuse à l’exception d’une Marguerite a chaud maintenue en son extrémité s’arque dans l’espoir de trinquer avec vous. À vos amours, Élius ! Et à l'Occamy. J’humecte mes lèvres charnues de ma langue flâneuse. Mon regard s’échappe temporairement pour s’attarder sur un autre homme, marqué par les affres du temps, lui. Je déglutis. Si je m’attendais à le voir ici. Vaut mieux ne rien dire et le laisser venir.

— Je vous remercie de m'avoir invité. Cela fait bien longtemps que je ne suis pas sorti.
Sariel Fawkes
Sariel Fawkes
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Occamy Doré - Salle de réception Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Sariel Fawkes, le  Mar 11 Fév 2020 - 14:09

> Valentin, Valentine & Cie.
Présenté par l'Occamy Doré

Oui, je reconnais sans nul doute ce sourire. Ces yeux qui côtoient bien trop ma chair, et celle plus aventureuse de mes lèvres. Je reconnais cette moue qui ne trompe pas ; surtout pas moi. Sans jouer à l'expertise insolente de sens qui ne m'appartiennent pas, je devine assez aisément ce qu'il se passe en Azaël. Il ne me trompera pas. On ne me trompera jamais, à ce petit jeu-là.
Et si ma moue s'étire en une joie toute en dents éclatantes, elle s'éteint assez vite lorsqu'il ose. Que vient-il de me demander, là ? S'est-il laissé happer par ce petit manège à ce point-là ?

Non, ne vous méprenez pas. Il ne s'agit pas de déception. Plutôt d'une surprise et d'une gêne que j'ai du mal à modérer, pour le coup. Car s'il s'agissait auparavant d'une agréable loterie, de fameux hasards au détour de mots qui signifiaient tout et à la fois rien, sa requête devient désormais bien plus certaine. Affirmée.
Vous vous en doutez, j'aime les hommes entreprenants. Cela ne devrait donc pas me déplaire. Mais soudainement, ma perspicacité m'indique qu'il s'agit d'une pente glissante. Qui va bien au-delà de mes principes.
— Je vois que nos somptueux breuvages ne tarissent pas en terme d'effets...
Mon sourire, tout en quenottes, se répand à mon interlocuteur. Je tente clairement de l'endormir, sans repousser pour autant sa main autour de ma taille. Il ne doit être question que de l'effet du cocktail, dans cette petite entrevue, et dans sa proposition. Non ? Non, je ne suis pas sûre non plus.

La survenue lutine de Mr. Askin intervient comme une éclaircie dans un ciel un peu trop sombre. Dieu merci. Pas que je désespérais, mais j'avais plutôt peur de devoir réellement répondre. Peur de l'insistance du sourire, de la patte sur mes hanches. Peur de ce qu'Azaël ferait en cas de non aussi peu direct que mon regard, glissant partout, à la fois sur lui, et trop loin de lui. Un naturel qui revient au galop.
— Tout ça pour notre chère clientèle, vous vous doutez bien, Mister Askin.
Je lui assène le même sourire que je réserve, par habitude, aux connivents. Puisque je reste persuadée qu'un fil conducteur nous lie et nous mène tous les deux. A la même table de jeu, aux mêmes horizons et mêmes limites. Le même fluide coule dans nos veines, que je reconnais également chez Benedict. Avec Elius également, rien n'a le temps de faner qu'il s'échappe déjà. Encore un point commun.

— Mais, pour reprendre, est-ce le cocktail qui parle ou...
Je n'ai cependant pas le temps d'achever mon interrogation. Une nouvelle entrée (Never) dans mes paysages me stoppe, et affirmer que je pourrais la reconnaître entre mille tient sans aucun doute de l'euphémisme. J'aime me dévêtir de contraintes, mais pas de souvenirs. Et lui, en restera tout à fait un. Ou peut-être plus seulement, à en juger par cette arrivée surprenante.
— Je ne sais lequel des deux suit l'autre, mais j'aime songer à la certitude de certains hasards.
Je vois bien les piques, qui surviennent tout à coup, entre les deux autres protagonistes. Je les sens même. Je me vois presque cheptel, sur l'instant. Sans me toucher, ça m'assaille pourtant, me donnant l'impression d'être figée entre deux fauves aux motivations inconnues.
Je crois avoir oublié le prénom du pianiste. Mais étrangement, je n'ai pas oublié ses doigts qui attrapent ma main pour la baiser, ni même sa voix. Je devine même l'amertume de l'amande lorsqu'il s'agite. J'ai oublié son prénom, mais bizarrement, pas le reste.

— J'espère qu'il saura vous apporter bonne fortune, ce soir. Mon petit doigt, astrologue à ses heures perdues, me souffle que vous avez juste à vous laisser aller. Les opportunités ne manqueront pas.
A voir quelles opportunités, cela dit. Et mon sourire, qui en dit long sans vraiment le dire, l'accompagne jusqu'à sa disparition au cœur de la foule. Trop espiègle ? Peut-être. Vous commencez à connaître la mélodie. Et je ne sais pas vraiment ce qui m'a pris. Peut-être est-ce la crainte de voir Azaël s'adonner à pareille possessivité, au détour de seulement quelques gorgées. Et de ce que tout cela signifie. Ou mes craintes personnelles qui s'expriment, mes barrières que j'aimerais pourtant bien figées. En dehors de tous ces petits jeux qui nous entourent, je me demande bien qui va gagner, et qui va perdre, à la fin de la partie.

— Azaël ? Je lance, alors que mes prunelles sondent la salle, les dos, les profils, tout ce qui se porte à ma vue, tout ce qui ne peut m'échapper. Et si nous jouions à un petit jeu ? Mes doigts me fabriquent, comme dans un mécanisme bien rôdé, un énième Pink Occamy. Si tu gagnes, la nuit sera à nous. Qu'est-ce que je fous, exactement ? J'en sais rien, mais le fait est là, pour m'échapper, je dois m'amuser à ce petit jeu-là. M'extirper grâce à ça. Si je gagne, je saurai choisir mon prix en temps voulu. Après une gorgée, la demande, plus franche : Les règles t'intéressent-elles ?



Commandes:
 
Contenu sponsorisé

Occamy Doré - Salle de réception Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 5

 Occamy Doré - Salle de réception

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.