AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré
Page 2 sur 5
Occamy Doré - Salle de réception
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Sariel Fawkes
Serpentard
Serpentard

Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Sariel Fawkes, le  Mar 11 Fév - 14:09

> Valentin, Valentine & Cie.
Présenté par l'Occamy Doré

Oui, je reconnais sans nul doute ce sourire. Ces yeux qui côtoient bien trop ma chair, et celle plus aventureuse de mes lèvres. Je reconnais cette moue qui ne trompe pas ; surtout pas moi. Sans jouer à l'expertise insolente de sens qui ne m'appartiennent pas, je devine assez aisément ce qu'il se passe en Azaël. Il ne me trompera pas. On ne me trompera jamais, à ce petit jeu-là.
Et si ma moue s'étire en une joie toute en dents éclatantes, elle s'éteint assez vite lorsqu'il ose. Que vient-il de me demander, là ? S'est-il laissé happer par ce petit manège à ce point-là ?

Non, ne vous méprenez pas. Il ne s'agit pas de déception. Plutôt d'une surprise et d'une gêne que j'ai du mal à modérer, pour le coup. Car s'il s'agissait auparavant d'une agréable loterie, de fameux hasards au détour de mots qui signifiaient tout et à la fois rien, sa requête devient désormais bien plus certaine. Affirmée.
Vous vous en doutez, j'aime les hommes entreprenants. Cela ne devrait donc pas me déplaire. Mais soudainement, ma perspicacité m'indique qu'il s'agit d'une pente glissante. Qui va bien au-delà de mes principes.
— Je vois que nos somptueux breuvages ne tarissent pas en terme d'effets...
Mon sourire, tout en quenottes, se répand à mon interlocuteur. Je tente clairement de l'endormir, sans repousser pour autant sa main autour de ma taille. Il ne doit être question que de l'effet du cocktail, dans cette petite entrevue, et dans sa proposition. Non ? Non, je ne suis pas sûre non plus.

La survenue lutine de Mr. Askin intervient comme une éclaircie dans un ciel un peu trop sombre. Dieu merci. Pas que je désespérais, mais j'avais plutôt peur de devoir réellement répondre. Peur de l'insistance du sourire, de la patte sur mes hanches. Peur de ce qu'Azaël ferait en cas de non aussi peu direct que mon regard, glissant partout, à la fois sur lui, et trop loin de lui. Un naturel qui revient au galop.
— Tout ça pour notre chère clientèle, vous vous doutez bien, Mister Askin.
Je lui assène le même sourire que je réserve, par habitude, aux connivents. Puisque je reste persuadée qu'un fil conducteur nous lie et nous mène tous les deux. A la même table de jeu, aux mêmes horizons et mêmes limites. Le même fluide coule dans nos veines, que je reconnais également chez Benedict. Avec Elius également, rien n'a le temps de faner qu'il s'échappe déjà. Encore un point commun.

— Mais, pour reprendre, est-ce le cocktail qui parle ou...
Je n'ai cependant pas le temps d'achever mon interrogation. Une nouvelle entrée (Never) dans mes paysages me stoppe, et affirmer que je pourrais la reconnaître entre mille tient sans aucun doute de l'euphémisme. J'aime me dévêtir de contraintes, mais pas de souvenirs. Et lui, en restera tout à fait un. Ou peut-être plus seulement, à en juger par cette arrivée surprenante.
— Je ne sais lequel des deux suit l'autre, mais j'aime songer à la certitude de certains hasards.
Je vois bien les piques, qui surviennent tout à coup, entre les deux autres protagonistes. Je les sens même. Je me vois presque cheptel, sur l'instant. Sans me toucher, ça m'assaille pourtant, me donnant l'impression d'être figée entre deux fauves aux motivations inconnues.
Je crois avoir oublié le prénom du pianiste. Mais étrangement, je n'ai pas oublié ses doigts qui attrapent ma main pour la baiser, ni même sa voix. Je devine même l'amertume de l'amande lorsqu'il s'agite. J'ai oublié son prénom, mais bizarrement, pas le reste.

— J'espère qu'il saura vous apporter bonne fortune, ce soir. Mon petit doigt, astrologue à ses heures perdues, me souffle que vous avez juste à vous laisser aller. Les opportunités ne manqueront pas.
A voir quelles opportunités, cela dit. Et mon sourire, qui en dit long sans vraiment le dire, l'accompagne jusqu'à sa disparition au cœur de la foule. Trop espiègle ? Peut-être. Vous commencez à connaître la mélodie. Et je ne sais pas vraiment ce qui m'a pris. Peut-être est-ce la crainte de voir Azaël s'adonner à pareille possessivité, au détour de seulement quelques gorgées. Et de ce que tout cela signifie. Ou mes craintes personnelles qui s'expriment, mes barrières que j'aimerais pourtant bien figées. En dehors de tous ces petits jeux qui nous entourent, je me demande bien qui va gagner, et qui va perdre, à la fin de la partie.

— Azaël ? Je lance, alors que mes prunelles sondent la salle, les dos, les profils, tout ce qui se porte à ma vue, tout ce qui ne peut m'échapper. Et si nous jouions à un petit jeu ? Mes doigts me fabriquent, comme dans un mécanisme bien rôdé, un énième Pink Occamy. Si tu gagnes, la nuit sera à nous. Qu'est-ce que je fous, exactement ? J'en sais rien, mais le fait est là, pour m'échapper, je dois m'amuser à ce petit jeu-là. M'extirper grâce à ça. Si je gagne, je saurai choisir mon prix en temps voulu. Après une gorgée, la demande, plus franche : Les règles t'intéressent-elles ?



Commandes:
 
Ezequiel Espinosa
Ezequiel Espinosa
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : - Permis de transplanage


Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Ezequiel Espinosa, le  Mar 11 Fév - 21:04

Voilà, le jour de la Saint-Valentin est arrivé. Techniquement, je devrai être heureux. Et pourtant, ce n'est pas le cas. Il y a une soirée organisé à l'Occamy Doré, mais je me demande si cela vaut la peine que j'y aille. Mon "copain" n'est pas là et Jude n'a même pas daigné répondre à la lettre que je lui ai adressé. En même temps, je peux comprendre. Je l'ai embrassé, ce qui a eu pour résultat de le faire fuir. J'ai l'impression d'être maudit en amour, comme si je n'étais pas destiné à être heureux. Je regarde à travers la fenêtre de ma chambre. Mon regard est perdu dans le vide au lieu d'être plongé dans celui d'une personne que j'aime. Je ne peux pas compter sur la présence de Jackson, je suis habitué à son absence et potentiellement au fait que lui et moi c'est terminé. Cette pensée fait monter une larme. Une larme qui coule sur ma joue. Une larme qui n'a pas lieu d'être en ce jour normalement heureux. Je suis vraiment d'humeur morose et je n'ai qu'une seule envie, celle de broyer du noir dans mon coin. Mes yeux se ferment doucement, volontairement et je revis l'instant où Jude et moi vivons un moment qui n'appartient qu'à nous. Un moment unique. Un bruit provenant non loin de moi me ramène brutalement à la réalité. Il est temps que je me réveille. Je dois me reprendre en main et je sais que je dois aller à cette fameuse soirée. Peut-être que je trouverai quelqu'un au cœur solitaire comme moi, qui sait ?

Il y a quelques minutes, je broyais du noir. Mais l'idée de rester seul m'est insupportable et il est hors de question que je me rende malheureux simplement parce qu'un mec m'a complètement abandonné et parce que l'autre n'assume pas ce qu'il est. C'est vrai, je suis cru dans mes pensées, mais ils ne me laissent pas le choix, l'un comme l'autre. Néanmoins, si je croise ce beau brun, ce gentil Préfet, ce mignon petit serpent, je pourrai éventuellement reconsidérer la situation. Lui et moi devons nous expliquer de toute manière. Il n'aura pas le choix. Sinon, il va se torturer l'esprit pour rien et je doute fortement qu'il résiste longtemps avant de me parler. Quelle prétention de ma part... Cela ne me ressemble pas pourtant. En fouillant dans mes affaires, je trouve un beau costume pour la soirée. Il est sobre et cela ira très bien pour la soirée. Je n'ai pas besoin de m'habiller mieux que ça. Je ne suis pas accompagné, alors à quoi bon ? En regardant l'heure, je vois qu'il est temps de partir. Vais-je y aller à pied ou en voiture ? Je suis hésitant. Mais je n'ai pas le permis et mon frère ne peut pas m'emmener à la soirée. Et comme je n'ai pas envie de demander à qui que ce soit d'autre, je n'ai donc pas le choix.

Après avoir marché de longues minutes dans le froid, j'arrive enfin au Chemin de Traverse. Il y a du monde mine de rien. Est-ce qu'ils ont aussi envie d'aller à l'Occamy Doré ? Bah, peu importe. Je suis là pour moi. Et pour Jude s'il décidé à se pointer. Dans ma tête, il y a une sorte de duel... Si Jude est là, j'aurai bien envie de lui exposer ma façon de penser méchamment. Et d'un autre côté, j'ai envie de lui pardonner parce que je sais qu'il est perdu avec toute cette histoire. Et comme je suis le roi pour tout faire foirer, je dois faire attention. En arrivant à l'Occamy Doré, je dépose mon manteau dans le vestibule. Puis, je m'avance vers la salle principale. C'est somptueux. Le décor est juste magnifique. Je suis toujours aussi émerveillé par ce que la magie peut faire. Je m'avance vers le bar afin de prendre à boire. Mais sans alcool, bien sûr. J'observe la serveuse et lui demande :

- Bonsoir, pourrais-je avoir un chocolat chaud s'il vous plait ?

En me retournant, je guette les alentours pour voir si le Préfet est là, mais je ne le vois pas. Je suis vraiment déçu par son attitude. Ou alors, il viendra peut-être plus tard. J'espère. En fait, je dois avouer quelque chose : il me manque. Depuis que je l'ai vu, je ne pense plus qu'à lui. C'est... une obsession en fait. J'crois que je suis amoureux. Mais patience...


Dernière édition par Ezequiel Espinosa le Mar 18 Fév - 21:33, édité 1 fois
Invité
Anonymous
Invité

Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Invité, le  Mar 11 Fév - 23:09

Valentin, Valentine & Cie.
Ft. Animation à l'Occamy Doré.
Froid. Il fait si froid dans mon nouveau monde.
Il fait si froid dans mon cœur et ma tête. Me pardonnera-t-elle, un jour, de ne pas lui avoir donner de nouvelles depuis tout ce temps. Et pourtant, maintenant, tout semble différent.

J’ai froid. Je tremble. Tremble comme cette peur qui s’écoule dans « nos » veines. Nouvelle vie, nouvelle façon de concevoir la vie. Ma vie. Nos vies. Zélie… Que fera-t-elle quand elle le saura ? Je l’ignore. Cet inconnu qui me laisse de glace.

Je tremble comme cette peau qui frissonne au contact du tissu, qui frissonne sous l’effet chair de poule, que celui-ci dessine lors de son passage sur mes bras. Mon cœur s’emballe lorsque mon regard vert-gazon décide de se reporter sur mon reflet dans la glace.

Ce bleu intense, ce blond presque blanc qui perturbe mes sens. L’indescriptible se lit dans mon regard. Je suis méconnaissable. Ni ce « Lui » ne se lit sur mon visage androgyne, ni ce « Elle » permet de me dire si je suis l’un ou autre. J’ai l’air d’être une poupée fragile que l’on doit manipuler avec précautions. Et pour cause, ma peau à l’allure d’un cachet d’aspirine, n’aide en rien.

Branché au flot vermeil qui s’écoule dans mes veines, je ne saurais dire ce qui me maintient parfaitement en vie. Lorsque mes paupières sont closes, je revois encore ses crocs m’agresser si sauvagement, son regard perçant me filer une peur si bleu. Inconsciemment, je me mords la lèvre et ce n’est qu’en sentant le goût du sang en bouche, que je m’étonne d’aimer étrangement ce nouveau goût, alors qu’il y a quelques jours ou quelques petites semaines, j’en aurais été parfaitement incapable.

J’en ai les muscles qui trésaillent, des frissons plein la nuque. J’ai la tête qui déraille. Et ça me laisse penser que je me demande encore si je suis de taille à pouvoir reprendre du poil de la bête… Et cette réflexion m’arrache aussi un sourire nerveux.

- « Allez… Voyons voir si je n’ai rien oublié. »

Cette sensation de m’en foutre de tout, même de l’accoutrement dans lequel je m’étais affairé. Cette robe digne de la « Reine des Glaces » avec mes cheveux blonds platines, voir presque blanc. Et ces cheveux tressés à la manière d’Elsa, grâce à cette longueur démesuré. J’pensais avoir pris l’essentiel et c’est, donc, comme ça que je me suis retrouvé sur le chemin, me menant à l’Occamy Doré.  Et puis, tout commence par le vestibule, je pousse la porte d’entrée, me dirige vers ce que « j’appellerais un bar à cocktail et petits-fours ». J’évite soigneusement de regarder les autres, si toutefois, j’aperçois quelque chose d’intéressant, ce soir. Pour moi, seul mon regard dans les matériaux qui permette de le réfléchir, m’intéresse. J’ai cette peur de blesser quelqu’un depuis que l’ami d’Elhiya m’avait expliqué les derniers détails de ma « nouvelle condition ». Cette nouvelle existence m’inquiète un peu, même si j’m’étais jamais préparer à la manière dont je l’avais acquis.

Me voir au travers de ces verres, me filait de grands frissons dans la nuque. Je tremble si fort que la tension monte, pendant que ladite fête battait à son comble. Je ne comprends rien à ce qui se passe, ni même ce qui en était à l’origine. Je débarque d’outre-tombe, j’ai la tête ailleurs. Probablement dans les nuages, à des kilomètres d’ici. Le cœur prit en étau, parce que revoir cette fille, celle qui m’a « donné l’envie de vivre et de mourir », bien que je la rejettes corps et âme. Je sais qu’elle fait partie de moi. Elle l’a toujours été, depuis cette fameuse nuit, dans ce couloir.

Puis, je m’adresse à ce que je pense être un membre du personnel. Si toutefois, j’suis pas assez à côté de la plaque pour le.a confondre avec un.e des invité.e.s. J’évite aussi poliment que courtoisement de poser mon regard sur eux. En général, je ne le laisse qu’une demi-seconde pour ensuite, regarder ailleurs, comme si j’étais quelqu’un de timide. Sous cette apparence, j’voulais être quelqu’un d’autre. La version des plus innocentes de « moi-même ».

- « Un Sublime & Dolci Desideri, svp. Ça me ferait énormément plaisir, merci. »

Et voilà. Le choix est fait. Les mots prononcés, il ne me reste plus qu’à trouver un endroit où m’assoir, m’éloigner de cette jungle de gens bizarres. Où du moins, c’est l’idée que j’avais en tête. Mon regard se porte sur mes ongles, fraichement manucurés pour le coup. Tout jusqu’au moindre petit détail, avait été calculé. Rien n’était laissé au hasard, si ce n’est que les traces de morsures et tatouages avaient été dissimulés comme cette marque mangemoresque. Suffisamment aidé à l’aide d’un sort et surtout de ma baguette. Pour finir, je soupire tout en massant un peu, ma nuque, tout en levant le regard au plafond. Profitant aussi de cette rare période d’accalmie pour pouvoir mater la déco’ en totale discrétion, le temps d’être servi.
by Epilucial - Saison 30 - Printemps.



Commande : :
 


Dernière édition par Eden L. Maddox le Ven 14 Fév - 8:02, édité 1 fois
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Cara De Lanxorre, le  Mer 12 Fév - 0:21


    « C’était gratuit » qu’elle répond, Cara, la bouche pleine d’un canapé tout juste attrapé – à défaut d’une bouche pleine sur un canapé. Le Phantasiae est mâché sans regarder la cavalière agoniser d’animosité, faire traîner les yeux sur les autres bouchées. Pas pour longtemps. Des menaces, vraiment ?

    I think you're kind of crazy, and not the good kind, baby, 'cause you're acting super shady ♪ Elle égrène, les mots froids, Kathleen, et le visage de la professeure se durcit. Silence de mort dans le brouhaha. Et puis, une licorne interrompt la scène dramatique qui se joue. Cara ne regarde même pas l’impétueuse, se contente de prononcer d’une voix froide « Pas maintenant, dégagez » ; appuyer trois de ses doigts sur le front de l’élève, et étendre le bras, pour l’écarter – hors de la scène. Laisser le silence s’installer, comme une bulle en plein milieu de la salle qui bruisse. Porter le cocktail à ses lèvres, détailler l’Amante ; « Pourquoi tu ne lui as pas dit, alors ? Pour nos regards, à nous deux ? » Avaler une gorgée.

    Une autre interruption. Mais pas du genre à être rabrouée, celle-ci. Même si le cygne s’allège de quelques paillettes sur le latex en approchant, même si son ton d’enfant devenu grand est inutilement provocateur. S’accrocher, cependant, au baiser donné, exception à la règle nouvellement instaurée. Et le regarder s’éloigner, comme il était venu – flamboyant.

    Cara porte de nouveau son attention sur la cavalière. Finir son verre d’une traite, le laisser sur le premier plateau qui passe. Et poser ses lèvres près de l’oreille de l’Amante agacée ; « Je serai exemplaire ce soir, chère belle-fille ». Demi-tour, ne pas annoncer son envie de bouger. Disparaître dans la foule, laisser Kathleen assurer son rôle de chienne de garde de la vertu. Se rapprocher en silence des deux silhouettes familières, amis de la Rose ; « Vous tenez une réunion ? » - le demander, sourire étiré.

    ♪ : Je crois que tu es un peu folle, et pas de la bonne manière chérie, parce que t'agis super bizarrement.
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Kohane W. Underlinden, le  Jeu 13 Fév - 19:13

Je suis presque en retard mais pas trop
C'est tout mwa, ça.


Je cours.
Enfin non, pas trop. Mais je marche. Vite.
J'ai raté le coche. Ca m'arrive, parfois. J'étais tranquillement installée dehors, à repeindre un des murs extérieurs de Thermidor. Repeindre est un bien grand mot. Disons que j'y mettais un peu de couleur. De gaieté. C'est Elias qui m'en a donné l'idée. Je la trouvais rudement bonne. Pour partir sur une nouvelle base, quoi de mieux que métamorphoser son quotidien ?
Bref, en peu de mots.
J'ai peint.
J'ai laissé filer le temps. Il est traître, lui, on le voit jamais passer (c'est un peu ce à quoi est en train de penser celle qui écrit ces lignes, d'ailleurs).
Et, dans un sursaut, je me suis rappelé qu'il fallait que je me prépare, tout ça tout ça.

Je finis quand même par parvenir sur le Chemin de Traverse, habillée assez simplement mais joli tout en étant confortable. Alors que j'aperçois l'Occamy Doré, mille questions se bousculent en moi. Je ne suis pas là par hasard. On m'a proposé de venir. Mais pourquoi ? Quel intérêt ? Quel but ? Quel dessein ?
Je ne sais pas tellement sur quel pied danser ce soir. D'où le fait que je ne sache pas trop non plus comment m'habiller. Trop soirée, trop robe et froufrous, ça pourrait me bloquer si jamais y'avait un truc méga important de méga action à faire. Mais trop sweat à capuche et jeans, ça fait pas assez classe. Pourtant, lorsqu'on m'attribue une mission, c'est plutôt ce genre de tenue sur laquelle je jette mon dévolu. Mais en fait... je ne sais même pas si c'est une mission. C'était juste... un peu flou, une invitation, que je n'ai pas pu décliner. Voir jusqu'où ça va me mener.

La première salle que je traverse est un vestibule où, apparemment, je peux laisser mes affaires. Je me regarde. De haut en bas. Je n'ai rien à laisser. Je n'ai même pas pris de sac. Juste mes sous dans une poche. Ma baguette dans l'autre.
Des filets de voix me parviennent.
Lorsque je les attrape, je vois qu'il y a déjà pas mal de monde arrivé. En même temps, j'étais en retard. Donc, logique. Tout le monde ne peut pas être en retard comme moi. Sinon, ça ne serait pas vraiment du retard. Juste une mauvaise compréhension sur l'heure du rendez-vous, dirons-nous.
Mes yeux farfouillent.
Il y a une serveuse que je ne connais. Des gens que je ne connais pas. Des cocktails de bienvenu -on a même droit à en choisir un.
L'Occamy Doré est devenu vraiment très claquant clinquant. Ca faisait bien longtemps que je n'y avais pas mis les pieds. La dernière fois, le cabaret n'était pas aussi... éclatant. Je repense à Peter, qui y a travaillé. Ca lui aurait tellement plu, ce genre de soirée.
Mes yeux s'attardent un peu sur le décor. Le rideau rouge qui donne envie de tirer dessus, juste pour voir s'il tient. Non, je ne suis pas une peste. Que nenni !
Mon attention revient vers les cocktails, aux noms intrigants.
Après un salut poli à la serveuse, je demande un You're Mine. Parce que le nom est rigolo.

Mon cocktail en main, je parcours un petit peu la salle. A petits pas pas trop rapides.
Je sais qui je cherche. Tout en ne sachant pas trop, en fait.
Je cherche la personne qui m'a conduite jusqu'ici. On dirait le début d'une chasse au trésor, avec le premier indice reçu dans ma volière. A présent, il faut trouver la suite !
Mangemort 87
Mangemort 87
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Mangemort 87, le  Jeu 13 Fév - 19:16

Apparence de Leif Rivers, un mage marqué au stress:
 

Tu as le coeur battant plus fort que les larmes de l’ouragan quand elles rencontrent un tambourin. Pourquoi as-tu envoyé cette lettre ? Tu aurais pu la signer d’une autre main, ou ne jamais l’envoyer, ou trouver quelque prétexte. Non, tu es lâche, si lâche que tu ne peux l’inviter à sortir que sous un autre nom. J’espère que tu as honte. Et en même temps, il est trop tard pour cela. Puisqu’elle a dit oui, puisqu’elle t’accompagne en « mission » à l’Occamy Doré, tu as intérêt d’être unique en ton genre, Leif. Le meilleur cavalier dont elle puisse rêver à part moi, c’est compris ?

Tu passes rapidement au Vestibule, où tu n’échappes pas à un Pink Occamy. En même temps, il paraît que c’est la boisson phare de l’établissement. On te tend aussi un dessert au nom alléchant : extase suprême. Qu’ont-ils concocté cette fois ? Qu’importe : tous les remontants sont bons pour t’armer d’un peu de courage pour ce soir. Ce n’est pas tout de l’appeler : il est à présent temps d’aller retrouver ta belle. Sauras-tu faire autre chose que la saluer et parler, comme d’ordinaire, du Secret ? Les silhouettes se succèdent, tu reconnais même une de tes plus tumultueuses dulcinées, mais tu ne lui accordes pas un regard. Cara pourrait être écrasée par un piano que tu n’en réagirais pas plus.

Kohane. Kohane. Peut-être qu’elle ne viendra pas. Tu iras te concentrer sur la performance de Merlin's Ore’Hoe, et son absence te permettra de reprendre un peu de contenance. Un rire nerveux te secoue dans ton coin. Ce serait sans doute plus simple qu’elle ait tout bonnement oublié. L’idée te déchire silencieusement. Elle n’est pas là, mais cela ne veut pas dire qu’elle ne viendrait pas. Elle n’a pas répondu, mais cela ne veut pas dire qu’elle ne t’aime pas. De toute façon, qui es-tu pour elle ? Que signifient ces brefs traits sur le papier que constituent les chiffres huit et sept ?

On n’a jamais vu un Mangemort aussi anxieux. C’est d’un ridicule des plus sournois. Ton ancien mentor, 39, t’aurait dit qu’il ne faut pas se creuser de faiblesses dans le ventre. A la fin de cette chanson, si elle ne vient pas te rejoindre, tu partiras. Croix de bois croix de fer, si tu mens tu iras en enfer. Tu partiras. T’en crois-tu capable, de ne pas attendre jusqu’à la dernière note, la dernière chance, de jeter l’éponge sans avoir l’absolue certitude qu’elle a décidé de passer la Saint Valentin avec une autre ?

Il est heureux que personne ne sache que Leif est 87, et que 87 est Lizzie. Non seulement pour t’éviter de finir en prison mais aussi, et surtout, parce que tu briserais sans doute le mythe de l’Ordre Noir. Ah, vous qui pensez qu’être un Mangemort c’est l’équivalent d’être un rockstar, détrompez-vous ! Un tatouage ne suffit à obtenir l’amour de celle qui vous est chère. Pianotant de tes doigts contre le pied du verre, tu cherches du regard la partisane et Reine du jour. Ta Valentine d’une minute ou de cent ans.

Tu ne bois pas. Tu ne manges pas. Tu renifles à la rigueur, mais tu ne baisses pas les yeux vers tes mains. Ton oeil valide fourrage la salle en quête de celle qui rendra un rythme normal à ton muscle cardiaque. Pourquoi est-elle en retard ? T'a-t-elle tendu un piège, est-ce pour ça que tant de membres du Ministères sont présents ? Elle ne ferait pas ça. Pas Kohane. De temps à autre, on peut lire son nom sur tes lèvres, comme une invocation que tu n'oses formuler tout haut. Pathétique. 87, rends-toi à l'évidence : tu n'es pas faite pour aimer.

Alors que ton coeur se porte déjà sur le déclin, une apparition se fait reconnaitre. Dans sa discrète veste à rayures, elle rayonne plus que toutes les étoiles de votre galaxie et de celles que vous ne connaissez pas encore. Tes bras sont animés d'un frisson, et tu tentes de garder ton calme. D'un Sortilège de Communication instantanée, tu attires son attention. Merci d'être venue. Me reconnais-tu, ou as-tu besoin de lunettes ? Un sourire taquin illumine tes pommettes, éloignant l'angoisse excessive à laquelle tu étais en proie.

Après tout, pourquoi pas ? Pourquoi n'aurais-tu pas le droit de lui dire que tu l'aimes ? Arrête de te mettre des bâtons dans les roues, 87.
Jude Hopkins
Jude Hopkins
Serpentard
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Jude Hopkins, le  Jeu 13 Fév - 19:27

Les invités entrèrent petit à petit dans la salle de réception. Jude peinait à reconnaître certaines têtes. Il y avait l'ancienne directrice de Serpentard, désormais directrice de Poudlard. Elle a été remplacée par le propriétaire de l'Occamy Doré, d'ailleurs. Jude ne le connaissait pas réellement, il savait simplement à quoi il ressemblait mais les deux n'avaient pas eu l'occasion de se rencontrer officiellement, ni officieusement d'ailleurs. Malheureusement, de plus en plus de monde se présenta à l'accueil mais aucun ne semblait être Ezequiel. Buvant petit à petit son verre, seul, il commençait à se révéler paniqué. Il n'osait pas imaginer sa réaction si le Poufsouffle ne débarquait pas à la soirée. Il ne pouvait pas lui en vouloir, au fond c'était de sa faute à lui d'avoir fui. Mais il fallait le comprendre, tout ça était trop bien récent pour pouvoir l'accepter.

Pressé de savoir si Ezequiel allait venir à la soirée, Jude en oubliait presque les invités à ses alentours. Il fut très vite perturbé par un aigle humain. Il s'agissait du maître des serpents. Son costume semblait bien aller à son image, il avait l'air de s'y plaire lui au moins. Y'avait de l'imagination dans sa tête, ce n'était pas possible autrement pour dénicher des idées pareilles. Celui-ci s'étant approché du Préfet, enleva le bouton de sa veste, laissant apparaître son haut en dentelle transparent. Lui rappelant que le thème était d'oser. Jude lui lança un grand sourire mais n'eut rien le temps de dire, le directeur des lieux s'était déjà échappé pour aller rejoindre d'autres personnes. Plutôt sympathique comme première rencontre. Presque torse-nu, l'idée de rattacher le bouton lui était parvenu mais il préférait écouter attentivement le conseil que le grand reptile avait pu lui donner.

Les minutes passèrent, le temps commençait à se faire long et Jude avait presque déjà avalé le cocktail. Le sentiment de frustration devint important et la colère commença à monter. La déception également. Dès que quelqu'un entrait, il regarda à la seconde qui suivait, espérant croiser les yeux de l'étudiant. Une personne, deux personnes, puis trois... La patience commençait à lâcher prise. Il vida l'entièreté de son verre, cul sec puis s'élança pour quitter cette soirée avec un regard noir. Même si elle avait bien commencé et qu'elle annonçait de bons moments, il se sentait obligé de partir. Il avait été invité par une personne qui n'était pas présente par sa faute et s'en voulait. Sans lui, rester ici ne valait rien.

Il déposa donc son verre et empruntale chemin de la sortie, une légère larme à l'œil. Il avait la vive impression d'avoir tout ruiné. Mais alors qu'il se trouvait à côté du bar, une voix se fit entendre. Pas forcément familière mais suffisamment reconnaissable pour pouvoir se retourner et découvrir la raison de cette soirée. Ezequiel était présent et demandait un chocolat chaud. Petit rictus avant de s'essuyer les yeux pour se diriger vers lui. Le cœur chaud, à cause du Poufsouffle et peut-être aussi à cause de l'alcool, Jude attrapa la main du brun pour l'attirer vers soi.

« Désolé. J'ai été c*n. Pardonne-moi. »
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Azaël Peverell, le  Jeu 13 Fév - 19:39

Le sourire de Velina disparaît à ta demande, ou plutôt à ton ordre. T'aimes pas trop ça. T'étais persuadé qu'elle dirait oui, que cette attirance incontrôlable qu'elle exerce sur toi était forcément réciproque, sans vraiment savoir pourquoi. Tu n'es pas si direct habituellement, du moins pas dans un tel contexte. Mais les mots ont été plus rapides que ta pensée, tu n'as pas pu les retenir tellement ils se contentaient de refléter ton envie profonde du moment. Elle te fait plus d'effet que n'importe quelle autre femme jusqu'à présent, et tu ne peux sciemment la laisser dans l'ignorance. Elle sourit de nouveau en te répondant, et tu ne fais que t'approcher un peu plus d'elle en secouant doucement la tête de gauche à droite, main toujours sur la taille.

- Je doute que seul le cocktail soit à blâmer.

Tu assumes ta demande, tu n'as pas l'intérêt de la retirer. Tu la veux, beaucoup trop. Et plus tu t'en rends compte, moins tu parviens à éloigner ton esprit de cette idée, comme une obsession. C'est un cygne noir qui vient interrompre tes pensées, en débarquant avec un enthousiasme débordant. Tu t'éloignes légèrement de Velina, sans pour autant rompre le contact que tu as instauré. Et tu observes le cygne qui apparemment te connaît. Et tu le remets rapidement, le petit Askin. Il semble avoir bien grandi. Un sourire passe sur ton visage en lui répondant.

- T'as changé, Askin...

Et si tu comptais en dire un peu plus, te montrer amical avec ce gamin qui avait réussi l'exploit d'être apprécié de toi, tu perds bien vite cette envie en le voyant se montrer un peu trop proche de Velina. Les doigts dans les cheveux, le regard vagabond... Ta main se serre légèrement sur la hanche de la demoiselle tandis que ta mâchoire se crispe. T'as comme une envie de lui rappeler qu'il ne doit pas aller trop loin, qu'il n'est pas celui qui décide en ta présence, et que si tu acceptes certains caprices d'enfants gâtés, d'autres sont totalement hors de sa portée. Comme Velina. Mais il s'en va de lui-même, te permettant de souffler un coup pour retrouver ton calme.

Mais tandis que votre conversation reprend, elle est de nouveau interrompue. Tu lances un regard glacial à l'homme qui fait un baise-main à ta future valentine. Parce qu'elle va te dire oui, sans aucun doute. Mais pour qui se prend ce type, avec son sourire charmeur et ses fausses manières ? Tu le toises avec mépris tandis qu'il se contente d'un signe de tête en guise de salut. Signe de tête que tu ne prends même pas la peine de lui rendre. T'es un peu trop tendu, t'as comme envie de lui exploser sa tronche pour qu'il arrête de sourire comme un benêt. C'est qu'elle lui répond en plus. Ta main libère aussitôt sa taille. Tu n'as aucune envie de la partager. Heureusement que l'autre se tire, tu n'aurais probablement pas tenu plus de quelques secondes supplémentaires avant de le coller en garde-à-vue uniquement pour ne plus voir sa tronche.

Tu termines ton cocktail d'un trait. Tu n'es pas censé boire d'alcool. Mais t'as pas franchement envie d'arrêter. Si chaque homme passant près de Velina se met à la draguer ouvertement, tu risques d'en avoir besoin pour garder ton calme. Elle propose alors un jeu, pour savoir si la nuit sera à vous ou si elle aura un prix plus tard. Tu fronces légèrement les sourcils avant d'étirer un léger sourire.

- Intéressé si tu m'offres un avant-goût de mon prix avant même de me donner les règles. Et je prendrais également un cocktail.

Sans attendre davantage, ta main s'empare de celui qu'elle s'est elle-même concocté pour le lui dérober et en boire une gorgée. Petit clin d'oeil, suivi d'un sourire un peu plus appuyé.

- Celui-là fera parfaitement l'affaire, je te remercie.


Commande :
 
Hugo Mourlevat
Hugo Mourlevat
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Vampire



Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Hugo Mourlevat, le  Jeu 13 Fév - 22:25

Vous avez mon LA pour dire que vous êtes une personne avec qui je danse à n'importe quel moment où je mentionne une personne externe.



Depuis tout à l'heure j'étais là, derrière le rideau de la petite scène en compagnie d'un piano qui ne me serait pas utile. J'aurais pu m'allonger dessus, ça aurait fait classe. Mais nan, je ne voulais pas abîmer de matériel. J'entendais les gens rentrer au fur et à mesure. Je zieutai Théodore, mon assistant du soir. C'était lui qui allait s'assurer que je puisse réellement en mettre plein les yeux à tous ces gens dans la salle. Je pianotais de mes faux ongles sur le piano, provoquant des "clac clac clac". J'avais envie d'y aller. Le trac était là mais l'excitation aussi. Alors Théo' me fit signe. Il allait prévenir de lancer la sono, qu'il fallait que je me mette en place.

Alors je pris place. J'étais debout, une jambe devant l'autre, dans ma belle tenue couleur prune. Ce beau caftan me permettait de cacher ou montrer mes formes selon mes désirs. Je vois la lumière sous le rideau qui se tamise. Un bras le long du corps, une main posée sur la hanche, je lève haut la tête. Le rideau s'ouvre et je suppose quelques applaudissements. La musique se lance, et mes lèvres aussi.

What an amazing time
What a family


J'ouvrais grand les bras comme si j'allais enlacer tous ceux qui me faisaient face. How did the years go by ? Une main sur le front, dramatique. Now it's only me Je baissai la tête, une main sur le cœur. Et vlan, tik tok tik tok, je secouai ma belle perruque blonde dans tous les sens. Les paroles démarrèrent et je me calmai histoire que tout le monde puisse voir chacune des paillettes posées délicatement sur mes lèvres briller tandis que je balançai ce que cette ancienne chanteuse moldue chantait dans sa chanson. Mon caftan bougeait dans tous les sens, laissant mes formes se désirer. Pensez-vous les voir qu'elles disparaissent déjà sous le tissu pour réapparaître ailleurs. Et alors, au bout d'un moment (1:09), un scratch se fait entendre.

Je prenais alors une pause droite, mes paumes l'une contre l'autre à l'horizontal face à moi et débitai le petit texte.

Goodevening everybody
I'm so happy ya'll was up in here
My name is Miss Valerie Valentine
I'll be your hostess and MC this evening
How's everybody doing?


En même temps que je récitai, ma tenue changea pour une autre (sans la cape), dévoilant alors toutes les formes dont vous avez tant envie.

Kiss me like you miss me
Hump me like you hate me
Shoot a movie on my face


Grand écart histoire de vous montrer à quel point je suis souple. Mes mains formaient un cadre devant mon visage.

Take another picture
Put it on Insta
Common give me nother taste


Oh oui darling, si tu veux faire une photo c'est le moment, ça ne durera pas longtemps. Je remontai doucement sur la pointe des pieds.

Scammin money, don't make me money
But freaky money, you get the money
Cause freaky money, you get the money
Cause freaky, freaky


J'agitai les hanches en reculant un peu, agitant les doigts comme si j'avais des billets en main. Et là, je me retournai d'un coup.

Money money money money
Money money money money
Money money money money
Money money money money...


Tandis que je twerkai ma vie sur la piste, des billets se mirent à pleuvoir. Pas des vrais, dommage pour vous, mais en tout cas des comestibles. J'agitai les bras et mes fesses rembourrées. Je me tournai alors, prenant des pauses lassives.

All up in the club, I'm making (money money money money)
Waking down the street, I'm making (money money money money)


J'étais de profil au public, je me penchai en avant, leur lançant un regard plein de sous-entendus.

When I shake my ass, I'm making Et tandis que je me relevai... Oh non, mon pantalon craque dans un bruit clairement audible à l'audio. Zut alors, je suis vraiment une empotée. Mais ce n'est pas grave, j'arrache tout, dévoilant un mini-short à rayure blanches et bleues et un corset dont les bonnets étaient deux grosses chupa chups. Une nouvelle musique se lanca et moi je descendis dans le public histoire de faire un tour.

‘Cause I’m all that you want, boy
All that you can have, boy
Got me spread like a buffet
Bon appétit, baby


Je rejoignis alors un.e premier.ière invité.e, posai mon délicat fessier sur la table et d'un grand écart avec les pieds en direction du plafond, je roulai de l'autre côté de la table. Je restai assis, ma main venant se poser sur sa joue.

Appetite for seduction
Fresh out the oven
Melt in your mouth kind of lovin’
Bon appétit, baby


Je profitai de la petite pause pour luielle claquer une bise sur la joue avant de m'enfuir vers une autre table. Je m'assis sur les genoux de la personne, lui parlant directement.

Looks like you’ve been starving
You’ve got those hungry eyes


J'attrapai sa main et la fit passer délicatement le long de mon torse tandis que je me penchai en arrière, la tête proche du sol. Mes talons vinrent se poser de chaque côté de ses jambes, et je fis une pirouette histoire de me réceptionner debout devant luielle tout en continuant de lipsyncher :

You could use some sugar
‘Cause your levels ain’t right
I’m a five-star Michelin
A Kobe flown in
You want what I’m cooking, boy


Je posai mon talon entre les cuisses d'une personne, la forçant à écarter les jambes s'iel ne voulait pas se faire piétiner. Je grimpai alors debout sur la table, offrant mon corps à tout ceux qui voulait l'observer.

La musique changea une nouvelle fois, et moi je me déhanchai langoureusement, mes mains parcourant mon corps.

Take a breath. J'arrachai les chupa chups, délivrant ainsi un soutien-gorge pailleté à la vue de tous et jetai le haut au loin.

Rest your head
Close your eyes
You're alright


Le short rejoignit rapidement le haut, et une guêpière transparente mais dorée et pailletée se figea sur mon corps quasiment dénudé. Et voilà que je continuai de me déhancher. J'approuvai les gens qui s'approchaient, leur offrant le loisir de pouvoir me voler un contact restreint sur ma peau nue.

Just lay down
To my side
Do you feel my heat
On your skin


J'attrapai alors une main au hasard et sautai de la table, histoire de me diriger vers la scène en dandinant bien.

Take off your clothes
Blow out the fire
Don't be so shy
You're all right
You're all right
Take off my clothes
Oh bless me father
Don't ask me why
You're all right
You're all right


Je remontai sur scène, continuant de m'agiter, aguicheuse au plus au point.

Take off your clothes
Blow out the fire
Don't be so shy
You're all right
You're all right
Take off my clothes
Oh bless me father
Don't ask me why
You're all right
You're all right


J'attrapai alors le.a premier.ière venu.e, la faisant s'installer sur une chaise de profil au public. La musique changea encore. J'étais dos à l'heureux.se élu.e. J'agitai mon popotin qui rebondissait autant qu'il en pouvait avant de tourner sur moi-même pour finir sur les genoux. Mes mains allèrent sur ceux de la personne assise. Elle écartèrent ses jambes tandis que je m'y frayai un passage. Je remontai sensuellement, ma bouche dangereusement proche de ce torse puis de la bouche étrangère. Et au dernier moment je me retirai, refermai ses jambes et m'installai dessus. J'attrapai la tête de la personne, lui offrant une belle vue avant de plonger sa tête dedans. Je le retirai alors, lui glissai un baiser et le.a faisait se lever pour quitter la scène sous quelques applaudissements.

Il était temps de leur offrir le dessert. Le dessert, c'était moi.

Dernière musique. Il n'était même plus question que de lipsyncher et bouger sensuellement. Je donnai mon âme au public. Chaque cm² carré de la scène avait été foulé par mes talons tandis que je m'éclatai. Ma perruque bougeait dans tous les sens avec ma tête. J'usais de ma souplesse avec parcimonie mais pour le coup il fallait tout donner et rien n'allait me retenir. Les paroles ? Nickel. La danse ? Parfaite. L'énergie ? A revendre. Ma guêpière vola. J'étais maintenant en sous-vêtement sur scène mais je continuai le show, montrant mon corps si gracieux.

Alors qu'il restait une quinzaine de seconde, je défis mon soutien-gorge d'une main, l'autre venant couvrir mes tétons. Alors je me penchai en arrière, la tête en direction du fond de scène mais les bras en l'air. J'agitai mes épaules, les bras bien écartés, tandis qu'un feu d'artifice miniature sortait de ma poitrine. Oui c'est chelou, mais imaginez la scène et ça ira mieux. La lumière couvrait ma nudité et tout s'éteignit d'un coup. J'étais K.O. mais j'avais tout donné. Le show était fini pour moi ce soir.
Antonius R. De Lanxorre
Antonius R. De Lanxorre
Maitre de JeuSerdaigle
Maitre de Jeu
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Antonius R. De Lanxorre, le  Ven 14 Fév - 2:07


Mon regard froid naviguait dans la salle de réception. Certains visages étaient loin de m’être inconnus. Des employés, des fidèles, des pauvres, des moins pauvres, un cygne, un arc-en-ciel … Fichtre, ce cocktail est bougrement puissant. Je l’élève devant moi, l’observe, bercé l’espace d’une seconde par la musique entrainante des lieux. Le cygne finit par s’approcher. Il se présente, m’expose ses charges et ses distinctions. Je le gratifie d’un hochement de tête courtois et de quelques mots bien pensés.

Mon attention est soudainement piquée à vif. Il ne me semblait pas avoir relevé ce détail en préparant ma venue. Le laissant profiter de sa soirée, hymne à la liberté et à la libation, je m’isole un instant et viens me saisir du pendentif caché sous ma cuirasse, attaché autour de mon cou. Un clapet argenté dissimule une miniature ovale animée représentant une vieille sorcière avachie sur un fauteuil à bascule. Je lui murmure à voix basse :

- Élius Askin. Propriétaire de l’Occamy Doré, Directeur de la Maison Serpentard. Question : mentions relevant du décret d’application 8569-M.

La sorcière bougonne en se redressant. Elle disparait par la gauche du petit portrait et réapparait quelques minutes plus tard par la droite. Elle souffle en se rasseyant. Tout en poursuivant son tricot, elle dit d’une voix chevrotante et nasillarde :

- Aucune mention.

Je referme le bijoux d’un geste sec. Mon visage se durcit, mes traits se tirent. Peut-être venais-je de rêver ? Peut-être n’ai-je pas été suffisamment attentif ? Je n’ai hélas pas le temps de trancher cette question. Rangeant à la hâte mon outil de travail, je fais volte-face et me retrouve nez à nez avec un frère juré. Aussitôt, mon visage se radoucit. Dans la mesure de l’humainement possible. Je lève légèrement mon verre dans sa direction.

- Quand je parlais de partir en guerre, vous saviez que c'était une plaisanterie, n'est-ce pas ? Ça me fait plaisir de vous voir ici, Lord Orion. Moi qui pensais me jeter dans l'inconnu.

- Comte Eridan. Pour ce qui est de l’inconnu, des mystères et des ombres, il me semble que nul n’est mieux placé que vous pour s’y jeter tout entier..

J’ajuste mon armure. Si la tenue est clinquante, elle n’en demeure pas moins légèrement inconfortable. Et c’est alors que je l’aperçois. La Sénéchale, la favorite. L’illustre et désirée seconde. Mon regard d’acier se perd en contemplations sur ses courbes soulignées par une tenue pour le moins moulante. Je m’interroge intérieurement. Combien de péchés a-t-elle à confesser ? J’imagine les murs du confessionnal au bois grinçant, obligés d’entendre toutes ces révélations. Tous ces secrets si bien cachés. Je frémis d’en avoir été moi-même acteur. Dépositaire. Je frémis encore davantage en sentant la tentation me gagner invariablement. La refréner. Essayer, tout du moins.

- Vous tenez une réunion ?

- Nous nous interrogions sur le meilleur choix à effectuer. Mon Empire ne saurait se gouverner sans une impératrice. Et manifestement, pour ce qui est d’imposer sa domination …

Je ne termine pas ma phrase. Je laisse seulement une profonde respiration gonfler ma poitrine. Je détaille ostensiblement et de haut en bas Cara de Lanxorre. Un sourire fugace zèbre mon visage au moment où le liquide de ma coupe s’écrase contre mes lèvres. Cette soirée s’annonce véritablement passionnante.

Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Élius Askin, le  Ven 14 Fév - 3:04

> Valentin, Valentine & Cie.
L'écrin est devenu une boîte à bijoux musicale dont le rouage s'anime graduellement au rythme des arrivées. Clic-clac-clic-clac... Chaque pas, chaque regard, chaque main tendue est un nouveau tour de clé. Mille nacres ne rempliraient pas mieux l'Occamy Doré que vos pupilles précieusement semées dans le décor de plumes et de velours ce soir. Tout semble merveilleux, y compris les lèvres découpées en croissant au dessus des breuvages sucrés. Autre chose a l'air parfait, juste devant moi, au pied du flamboyant rideau. En effet, ce cocktail réchauffe, je le connais. Si mon profil sursaute légèrement devant vous - Tresor, ça n'est pas seulement car les formes de votre corps se précisent, délicatement éclairées par les vacillantes flammes des bougies, une fois cet épais manteau enlevé. Nan, ce sont bien les effets de la métamorphomagie ; vicieuse alliée, tordant mes traits en quelques grimaces quand j'ai du mal à me concentrer. D'autres invités entrent, et la pénombre devient vite un délicieux grouillement d'espoirs en mouvement. Déjà, nos verres s'entrechoquent, ramènent mon égard aux vôtres, de désirs, faciles à deviner cette nuit. Flattant cet engouement d'un sourire charmeur, j'arrime mes prunelles minérales aux deux terres d'ombre peuplant vos yeux.

— Et, vous avez osé faire une prédiction sur son dénouement avant de venir ? Sinon, on peut regarder le sucre, gisant au fond de mon verre terminé, alors que je me hisse sur la pointe des Dr Martens, mes doigts libres derrière votre nuque robuste, et le duvet un peu ébouriffé. Pensez-vous que le Felix Felicis y soit pour grand chose ? Vraiment ? Réduire les distances, constamment, se trouve être l'un de mes capitaux pêchés Mr Burton. Chuchoter, aussi, comme on délivre une confiserie au creux de l'oreille en berceau. J'ai pas arrêté d'me demander si vous aviez le goût du chocolat Treso - soudain l'obscurité étouffe mes mots, concluant la confession, détournant même mon attention en direction du rideau qui s'ouvre. Le reste n'est que spectacle, paillettes, apnée et applaudissements. Ce show réalise définitivement mon souhait d'animation pour la soirée ! Sautillant presque sur place, l'admiration peut se lire aisément sur mes traits de Cygne ébloui. Les musiques s'enchaînent, toutes plus impudiques les unes que les autres, successions chorégraphiques délicieusement acidulées faisant saliver mes moindres muqueuses jusqu'à l'inondation. Dès la fin, je jubile, dressant ma silhouette et agitant mes ailes, j'acclame Merlin's Ore'Hoe ! Immédiatement après, il me faut grimper sur une table afin de capter l'auditoire. La musique continue de lécher les murs, mais enfant de scène, j'élève la voix.

— Sublime entrée en matière, merci Merlin's Ore'Hoe ! Posture étirée, col grandi, je désigne une seconde le rideau fermé avant de balayer mon public d'une expression maligne. Bienvenue à l'Occamy Doré, lieu de liberté ! Alors, mes plumes s'évanouissent soudain, remplacées par des écailles tuilant les paillettes de mon torse nu quand j'écarte les bras. Soyez-y qui vous voulez ! Et je mue encore, devient éblouissant comme l'or face aux spectateurs, un rire venant les chatouiller tandis que je tourne sur moi-même. Ce soir, et à jamais, OSEZ ! Car personne ne saurait emprisonner les ambitions d'un artiste en mal de reconnaissance, mes jambes se croisent pour tourbillonner une dernière fois pendant laquelle je redeviens l'illustre Oiseau de Ballet. Puis, sautant à pieds joints sur le sol recouvert de fanfreluches, me voici à la disposition de qui voudra venir saluer mon génie.




Informations HRPG :
 


Carte des Cocktails & Bouchées pour la soirée :
 
Everard Lloyd
Everard Lloyd
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Everard Lloyd, le  Ven 14 Fév - 15:10

J'aime pas trop, les 14 février

Antonius levait un verre à l'inconnu et aux mystères, verre qui rentra en un contact doux avec celui d'Everard, qui levait le sien discrètement à une belle soirée qui s'annonçait. Il n'avait pas tout à fait tort, et le vieil homme commençait à le connaître. Ils ne s'étaient pas vraiment côtoyé en dehors de leurs responsabilités au sein de la rose-croix, mais il y avait ce feeling. Antonius était un homme de droiture aisément admiré pour sa prestance et les mots qui sortaient de sa bouche quelque soit le contexte. Il savait parler, et était agréable à entendre. Quelques années de moins et il aurait plus eu le profil de l'ami qui manque que le profil du patriarche que tout le monde rêve d'avoir à l'exception de ses propres enfants. S'il en avait, bien évidemment.

Les deux hommes sont rapidement rejoins par la Sénéchal, visiblement avide de savoir si leur entrevue concernait des affaires qui la préoccupait elle aussi. Cela n'avait rien d'une réunion, et Everard se força à regarder la nouvelle arrivante, sans doute par respect. Elle le mettait assez mal à l'aise, mais après tout, ce n'était encore que préjugés, et il s'était autrefois promis de ne pas se faire de mauvaises conclusion dans cette optique. Antonius répondit en premier, dans une phrase des plus exclusives, et surtout des plus gênante pour qui n'est pas spécifié comme appartenant à cette pseudo-famille impériale. Il regarda Cara, parlant pour les deux, avec un rire indissimulable.

- Ne comptez pas sur moi pour être le général de vos armées, encore moins votre conseiller conjugal. Pointant successivement du doigts sans mouvoir le poignet les deux têtes d'un ordre secret ce jour.

Il adorait mettre les pieds dans le plats. Manquer et ne pas manquer de subtilité. Il aurait bien apprécier une réaction, une réponse, mais la seule qui vint fût la pénombre. La seule lumière persistante fût celle éclairant un grand rideau qui s'ouvrait sur un voile de prunelle. A première vue une femme aux mains posées sur un piano, objet qui retint encore davantage l'idéal d'Everard, et qui se leva, chantant en pleine dance langoureuse sur la scène, puis au milieux des participants à cette soirée de surprises. Merlin's Ore'Hoe, nom qu'il apprendrait plus tard, vint soudainement se poser sur la table qui séparaient les trois membres de l'Ordre, dans des gestuelles provocatrices et sexuelles. Sa main vint alors se poser sur la joue d'Everard, sur laquelle se déposa un baiser entre deux vers. Il y avait là un certain talent pour faire le show, en plus d'une certaine qualité de voix, il fallait le reconnaître. Amusé, il laissait bien évidemment Merlin's faire son travail. Il lui souriait alors qu'on disposait de lui, avant de disparaître vers une autre table. Everard leva un sourcil vers Antonius.

Ils regardèrent ensemble la fin de ce concert engagé, jusqu'à ce qu'il y ait plus de vêtements par terre que sur le corps de l'artiste. Une lumière vint alors cacher la nudité, et s'en était terminé. Un silence presque vide comparé à ce spectacle s'installa quelques secondes, le temps qu'Everard aperçoive celui qui prenait à la parole, celui qu'il était venu voir, alors qu'il applaudissait la prestation avec d'autres gens.

- Sublime entrée en matière, merci Merlin's Ore'Hoe! Il s'adressait alors à l'assemblée d'invités. Bienvenue à l'Occamy Doré, lieu de liberté! Soyez-y qui vous voulez! Ce soir, et à jamais, OSEZ!

Un discours bref mais quelque peu révélateur. Le temps d'une seconde Everard se demandait cmment est-ce qu'il avait bien en arriver là. Tout était grandiose, et même en quelques instances comme ce show, un peu trop. Ça ne ressemblait pas vraiment à l'Occamy qu'il avait connu, mais après tout, ce n'était peut-être pas plus mal. Et s'il fallait oser, il oserait.

- Excusez-moi un instant, je reviens.

Il quitta la compagnie pour un temps de Lanxorre et Ravental pour se diriger un peu plus haut vers une table sur laquelle se juchait l'homme qu'il était venu voir. Il venait de sauter pied joins par terre, et attendait qui voudrait bien lui rendre visite. Leur conversation n'allait peut-être pas être des plus joyeuses, mais c'était bien Askin qui lui avait demandé de venir le voir à cette occasion. Avec un peu de chance, il passerait même en pleine soirée pour exposer ses talents et rappeler aux invités l'existence du slow, des danses rapprochées et sensuelles. Il arriva à sa hauteur, tendant une main de salut.

- Bonsoir monsieur Askin, bref discours mais il n'en fallait plus ! Je suis Everard Lloyd. Vous me remettez ?


Tresor Burton
Tresor Burton
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Tresor Burton, le  Sam 15 Fév - 10:09

À ce tintement franc presque grinçant à l’oreille qui me fait aussitôt ciller d’un oeil, geste anodin pour nombreux ce soir, inespéré pour moi; l’empreinte irréfutable d’une entente bourgeonnante d’expectance. À moins que. L’iris d’aplomb, immergée dans l’infinité opaque d’un regard mordant, englobe désormais votre minois d’ordinaire immaculé. Agrémenté ce soir d’un étrange bec noir qui n’est définitivement pas l’oeuvre d’un artiste-peintre, poursuivant ainsi mon exploration de malappris jusqu’aux prémices de vos épaules où les plumes holographiques couvrent leur intégralité, je sens à présent mes tripes se nouer les unes aux autres à mesure que je vous lorgne. Si vous saviez dans quoi vous venez de mettre les pieds. Une phrase de votre part, passée à la trappe. Je vous scrute sans la moindre gêne et davantage encore. Puis vos doigts accrocheurs ne tardent pas à rencontrer la peau moite de ma nuque dont la chaleur ne vous laissera sûrement pas de marbre. La friction me fait déglutir à en avoir la chair de poule. Une seconde phrase pleine de révélation maintenant, occise par mon indifférence et l’obscurité qui s’abat sur nous comme un éboulement de terre. Je ne peux plus rien pour l’oiseau sauvage.

Ce que je viens de voir, Mr Ravental l’a très certainement vu aussi. Mon torse se gonfle d’une grande inspiration qui se conclut bien trop vite en un soupir désabusé. Je me hisse sur la pointe des pieds, le cou étiré et les épaules tendues, où est-ce que vous vous cachez Antonius ? Le spectacle attendra. Je joue des coudes pour me frayer un chemin parmi les invités. Merlin’s Ore’Hoe aussi semble-t-il. Tant et si bien que nos routes finissent par se croiser au bout d'un moment, une pression sur la joue me laisse croire à un baiser volé que j’efface du revers de la main. Antonius en petit comité apparaît sous mes yeux tel un mirage. J’attendrai la fin du numéro avant de le saisir par l’épaule d’une main solide. Je l’ai vu de près et il n’y a nul doute à avoir.

— Mr Ravental, pardonnez mon irruption mais je me dois de vous parler assez urgemment. Nul besoin de le lui chuchoter, le cygne s'attelle d'ores et déjà à captiver l'audience de son discours tout ficelé.

Ce soir je vais oser.
Antonius R. De Lanxorre
Antonius R. De Lanxorre
Maitre de JeuSerdaigle
Maitre de Jeu
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Antonius R. De Lanxorre, le  Sam 15 Fév - 13:45


Le ton de Trésor Burton coupe court à tous mes doutes. Ma mâchoire se crispe, mon regard se gorge d'une colère froide. Contrôlée. Mon poing se serre sur la table. Les veines du dos de ma main ressortent l'espace d'une seconde. Mes yeux se posent dans ceux de Cara de Lanxorre. Deux lames acérées qui ne laissent pas de place au doute. Ce regard froid et acéré. La lame du bourreau qui effleure la nuque découverte du condamné. D'une voix claire et posée, je dis à ma compagne de table bien trop éphémère.

- Excusez moi, très chère. L'on ne s'adresse à moi de la sorte que lorsque le sort de l'Etat Magique est en jeu.

Dans ma hargne silencieuse, je laisse un sourire en coin zébrer mes lèvres. Je me retrouve instantanément à ses côtés devant cet autel dressé à la gloire de notre passion pour les tourments et les cris. Je me redresse avec une lenteur défiant l'euphorie du moment. Mon regard ne la quitte pas. Mon sourire a disparu. Mon ombre se projette sur une partie de son visage. J'incline légèrement la tête avant de faire volte-face. Soudain, je sens ma peau brûler d'envie. Avec toute la discrétion dont elle sait faire preuve, l'Amante caresse mon impérial séant. Ma main droite vient instantanément à la rencontre de la sienne pour effleurer son épiderme. Sans mot dire, absolument tout avouer. Vibrer.

Je fais quelques pas pour m'éloigner de la table, accompagné par mon fidèle et attentif brigadier. J'ai abandonné mon verre. Je lève la main droite face à Tresor Burton, coupant court à toute tentative d'explications ou de détails.

- Je sais. Je vous ai vu. Votre seule intervention me conforte dans ma théorie. J'ai consulté nos dossiers depuis mon médaillon. Maintenant écoutez moi avec attention. Je veux que vous ne le quittiez pas des yeux. Que vous restiez dans un périmètre vous permettant d'agir. Le moment venu, vous saurez quoi faire. Disposez à présent. Bon travail.

Je connaissais parfaitement mon travail. Mon ton ne laissait place à aucune forme de contestation. Trop de réflexion paralyse l'action. La partition était écrite, à son tour de l'interpréter. Je demeure quelques secondes immobile, attendant une éventuelle réaction.

Sariel Fawkes
Sariel Fawkes
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Sariel Fawkes, le  Sam 15 Fév - 14:13

> Valentin, Valentine & Cie.
Présenté par l'Occamy Doré

Il me faut l'admettre : j'adore qu'on joue à ça avec moi. Ce petit jeu, là, où Azaël se croit malin en me piquant le cocktail que je viens gentiment de me préparer. Un jeu où il suffit de demander un peu plus pour tout compliquer. Je reconnais sans l'avoir déjà croisé sur son beau minois ce petit sourire goguenard. Celui des sous-entendus, et d'un verbiage pourtant délicat que je maîtrise assez bien moi-même. Il entre dans mes petites combines sans même le savoir, il y plonge la tête la première. Sans même qu'il ne s'en rende compte, ce petit lot m'appartient déjà.
— Je t'en prie, que je lance, certes un peu en retard par rapport à son geste. Cela dit, ma mine laisse entrevoir que j'ai un peu plus à admettre qu'une simple politesse. Et... Si je peux me permettre une petite interrogation, juste comme ça, de quelle nature exactement serait cet avant-goût tant désiré ?
La subtilité n'est pas toujours question de mots, c'est une manie de gestes également. Parce qu'en me penchant vers lui, c'est tout mon sourire qui s'élargit. Qui, petit à petit, prend la place aux doutes possibles à son égard. Qui sous-entend certainement ce qu'il se passera peut-être ce soir. Au moins cette nuit.

Je me fais néanmoins rapidement couper dans mes épanchements lorsqu'on (Ezequiel) vient me demander un chocolat chaud. Sérieusement ? Avec tous les beaux cocktails que notre stagiaire a imaginé ce soir, quelqu'un ose commander un chocolat chaud ? Sans vraiment ciller, cela dit, j'obtempère après avoir lancé un clin d’œil à Azaël. Juste histoire de lui indiquer que je serai à nouveau toute à lui d'ici quelques instants. Que, non, je n'en ai pas encore fini avec lui.
La mousse du breuvage chaud et lacté revenue à son quémandeur, je me charge de deux nouveaux arrivants (Eden et Kohane), après avoir repéré, du coin du globe, un convive (87) pas spécialement intéressé par tout ce que l'Occamy a à lui offrir. Tant pis. Il saura me trouver si besoin est.
— Les Dolci Desideri sont mis à votre disposition au buffet, juste là-bas.
Je le précise, du verbe et de la main, puisque Reine des Glaces vient de m'en réclamer. Elle trouvera sans aucun doute tout ce qu'il lui faut là-bas, puisque j'officie encore dans l'alambic pour l'instant. Notamment en me préparant un Pink Occamy que j'espère bien garder à mon compte cette fois.

Et tout tombe très justement, puisqu'il est l'heure pour notre artiste d'arriver. De quoi accaparer l'attention générale pendant que moi, je m'en siffle un à mon aise. Pas que j'ai peur d'être prise sur le fait ; plutôt qu'à l'excitation générale s'impose mon besoin d’agrémenter mon palais de nouveauté.
Et c'est d'ailleurs le moment parfait pour retourner vers mon dû, ma proie, mon prix, que sais-je encore, pour enfin obtenir ma réponse. Et fixer certaines règles s'il y en a. Ce que je ne crois pas vraiment, au final. Dans ce genre de distractions, parler de règles, c'est se fier à trop austère, trop prévisible. Briguer l'imprévu est bien plus vendeur, je le jure.
— J'ai justement quelques instants pour causer conditions. Et autres détails.
Le détails glisse sur ma langue autant que liqueur dans mon palais... et index rieur sur sa nuque. Sait-il que lui aussi goûte à un peu de chance liquide, ce soir ? A n'en pas douter, même s'il joue avec le feu : en avalant de bon cœur un peu de possessivité, il frôle maintenant bien plus sinueux. Et bien plus intéressant : les mélanges, j'adore ça. Et surtout en être auteure et muse à la fois.



Commandes:
 
Tresor Burton
Tresor Burton
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Tresor Burton, le  Sam 15 Fév - 16:19

Antonius me fauche l’herbe sous le pied. Prévisible. Je ne pipe pas un mot de plus et emboîte le pas après lui. Que puis-je dire de plus de toute manière ? Une énième déglutition pour garder contenance et ne pas vaciller. La salle de réception a pris des allures de fournaise où est-ce le fruit de mon imagination ? La langue flâne sur mes babines désormais desséchées. Machinalement. Le contenu de mon verre à Sherry ne suffira pas à étancher cette anadipsie soudaine. Je me cloisonne dans un lourd silence tandis que le directeur du département de la Justice Magique m’assène de son discours solennel. Prévisible aussi. Faute de dire, je me contente d’acquiescer d’un sobre mouvement de la tête. La bouche demeure scellée. Inutile donc de mentionner mon départ imminent pour regagner l’oiseau sauvage. Je tourne des talons dans un claquement entendu, mon avant-bras plié contre mon torse bombé de tous ces soupirs que je m’apprête à pousser.

Le tissu de mon pantalon me colle à la peau — Façon sangsue, la douleur en moins. Le front luit de toute cette sudation, entre autres. Je patauge et opte pour ôter une seconde couche de laine qui rejoint bientôt mon manteau. Croisons les doigts pour que je n’ai pas à retirer mon marcel. Sans lequel je me retrouverai assurément torse nu. Une oeillade dessus m’atteste de la présence d’auréoles plus ou moins étendues. Un regard curieux pourrait croire que l’on m’a versé un seau d’eau tant je moitis. Élius en vue après toutes ces enjambées à travers l’aridité des lieux. Il n’est pas seul. Cela ne freinera en rien mes intentions que je porte à son égard. Un regard sur cet homme dont je ne connais même pas le nom, je le salue d’une tape dans le dos. Sans doute un peu trop intrusif mais l’heure n’est pas aux tergiversations.

— Puis-je vous emprunter Élius un moment s'il vous plaît ?

L’ébauche d’un sourire pour appuyer mes dires. Je darde enfin l’oiseau convoité de mes mirettes opaques. Une main tendue vers la sienne. Lui signifier mon désir pressé de l’avoir pour moi seul.
Contenu sponsorisé

Occamy Doré - Salle de réception - Page 2 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Contenu sponsorisé, le  

Page 2 sur 5

 Occamy Doré - Salle de réception

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.