AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré
Page 3 sur 5
Occamy Doré - Salle de réception
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Tresor Burton
Gryffondor
Gryffondor

Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Tresor Burton, le  Sam 15 Fév - 16:19

Antonius me fauche l’herbe sous le pied. Prévisible. Je ne pipe pas un mot de plus et emboîte le pas après lui. Que puis-je dire de plus de toute manière ? Une énième déglutition pour garder contenance et ne pas vaciller. La salle de réception a pris des allures de fournaise où est-ce le fruit de mon imagination ? La langue flâne sur mes babines désormais desséchées. Machinalement. Le contenu de mon verre à Sherry ne suffira pas à étancher cette anadipsie soudaine. Je me cloisonne dans un lourd silence tandis que le directeur du département de la Justice Magique m’assène de son discours solennel. Prévisible aussi. Faute de dire, je me contente d’acquiescer d’un sobre mouvement de la tête. La bouche demeure scellée. Inutile donc de mentionner mon départ imminent pour regagner l’oiseau sauvage. Je tourne des talons dans un claquement entendu, mon avant-bras plié contre mon torse bombé de tous ces soupirs que je m’apprête à pousser.

Le tissu de mon pantalon me colle à la peau — Façon sangsue, la douleur en moins. Le front luit de toute cette sudation, entre autres. Je patauge et opte pour ôter une seconde couche de laine qui rejoint bientôt mon manteau. Croisons les doigts pour que je n’ai pas à retirer mon marcel. Sans lequel je me retrouverai assurément torse nu. Une oeillade dessus m’atteste de la présence d’auréoles plus ou moins étendues. Un regard curieux pourrait croire que l’on m’a versé un seau d’eau tant je moitis. Élius en vue après toutes ces enjambées à travers l’aridité des lieux. Il n’est pas seul. Cela ne freinera en rien mes intentions que je porte à son égard. Un regard sur cet homme dont je ne connais même pas le nom, je le salue d’une tape dans le dos. Sans doute un peu trop intrusif mais l’heure n’est pas aux tergiversations.

— Puis-je vous emprunter Élius un moment s'il vous plaît ?

L’ébauche d’un sourire pour appuyer mes dires. Je darde enfin l’oiseau convoité de mes mirettes opaques. Une main tendue vers la sienne. Lui signifier mon désir pressé de l’avoir pour moi seul.
Invité
Anonymous
Invité

Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Invité, le  Dim 16 Fév - 11:11

Valentin, Valentine & Cie.
Ft. Animation à l'Occamy Doré.
Je m’éloignais jusqu’au bar à gourmandise pour aller chercher ce dont j’avais demandé pour ne prendre qu’une bouchée de ma pâtisserie. Puis, mon regard se reportait sur la scène, là où le show débutait sans encombre, allant de mon ancien directeur de maison jusqu’à cette personne à l’allure très déconcertante. Un sourire s’étirait finement sur mes lèvres. J’étais comblé, je n’aurais pas pu rêver mieux comme soirée pour me changer les idées. Une gorgée de ma boisson et je me sentais déjà poussé des ailes comme jamais. Là, tout de suite, je voulais me confronter à cette fille, celle qui n’était rien de plus qu’une véritable drogue pour moi. Je n’arrivais pas à me la sortir de la tête, malgré tout les efforts accomplis pour y arriver. Nerveusement, je reporte mon regard sur la fenêtre, n’y voyant mon reflet comme une principale étrangère. Puis, je baissais le regard sur mes poignets, regardant aussi ces vilaines cicatrices que je voulais recouvrir, même si j’avais fais en sorte que personne ne puissent les voir. Je déglutissais un peu jusqu’à reporter mon regard sur le show qui se déroulait sur scène. Et quand l’acte final sonnait, j’applaudissais très légèrement, accordant un simple sourire, presque factice sur mon visage légèrement détendu. Quelques minutes plus tard, je déposais mon verre vide quelque part où je n’aurais plus besoin de m’en soucier. Puis, je finissais ma gourmandise jusqu’à m’essuyer les mains. Et pour finir, je cherchais une chaise de libre, ne serait-ce que pour m’y mettre assis, sans me tourner vers qui que ce soit d’autres. J’aimais ce petit coin « privatiser » par mes soins. Cet endroit où j’me sentais à l’abri des autres, même si ils étaient là. Et de là où j’étais, j’avais tout le loisir de pouvoir repenser à certaines choses et à en prévoir d’autres. Notamment, celui de devoir arranger les choses entre Aysha, Lizzie et moi… Pour commencer.
by Epilucial - Saison 30 - Printemps.

Fanny Gwin
Fanny Gwin
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Fanny Gwin, le  Dim 16 Fév - 16:27

Fanny Gwin RP numéro 8 :

Bon est-ce que je m'attendais à me faire recadrer ? Oui clairement, l'ex-directrice des serpentard n'était pas connue pour son ouverture aux autres.
Est-ce que la manière de me faire repousser m'a surprise ? Absolument pas, le latex était un signe ostentatoire que la politesse ne serait pas de mise pour la maîtresse des cœurs.
Est-ce que j'ai apprécié être traité de la sorte ? Je ne sais pas vraiment, c'était à la fois très excitant et très frustrant, mais n'est-ce pas cette frustration qui est si bonne ? Qu'importe la réponse je souriais béatement à la dame en noir qui n'avait même pas pris la peine de me regarder.

Le maître de soirée arrive ensuite, et en un instant il se propulse sur la première place des personnes les mieux habillées, après moi bien sûr, ça manque cruellement de rose pour surpasser mon style. J'avoue que j'ai hésité avec le vêtement sombre de la sous-directrice, cependant je pense qu'il est plutôt ... hors catégorie. Quoi qu'il en soit ce majestueux signe adore ma tenue et me fais une tiraille sur ma queue de licorne. Cette pression curieuse me provoque immédiatement un gémissement entremêlé de surprise et d'un autre son que l'oreille ayant profité des draps d'une demoiselle saurait à coup sur reconnaître.

Mes joues sont désormais légèrement teintées des couleurs rosées de la honte je me dirige vers le buffet pour grignoter une bouchée sucrée espérant reprendre un peu de contenance. Je ne sais pas ce qui m'arrive mais le début du show coïncide avec une impérieuse envie de danser, je ne résiste pas une seconde et me lance de tout mon corps dans un ballet des plus énergiques, mes tresses suivent les mouvements de mon corps tandis que mon maquillage s’allège de quelques paillettes. Durant mon élan artistique je glisse ma main sur les murs pailletés, mon dieu qu'ils sont beaux, sauf que je n'avais pas remarqué les plumes de paon et dans la manœuvre j'en arrache une du mur. Oupsi. Du coup je décide de la garder, après tout ce n'est pas perdu, ça me fera un souvenir.

Mon envie de danser s'amenuise âpres plusieurs longues minutes et je reprends peu à peu possession de moi, je remarque rapidement que bon nombre des invités se sont amassé en petit groupe. Et si j'allais les embêter ? J'attrape une bouchée salée au hasard et je me dirige vers le groupe de De Lanxorre, mais sur la route je croise le maître de cérémonies dont on semble se disputer l'attention. "Vous êtes très beau mister Askin, les autres devraient en prendre de la graine" Pour accompagner ma remarque je chatouille avec ma plume le visage du comte en nœud papillon et du policier en pyjama.

J'arrive enfin vers le regroupement que je souhaitais rejoindre et d'un grand sourire je m'adresse à l'ancien en tenue de l'antiquité "Monsieur le Roumain, je vous ai apporté un amuse-gueule" pourquoi je fais ça ? Car je suis gentille évidemment ! Par contre en y repensant j'ai un doute sur ma prononciation. Je me tourne ensuite vers la femme toute de latex vêtu et après une courbette qui frôle presque le sol je lui adresse la parole poliment "Madame, si vous avez besoin de quoi que ce soit, je suis à votre service" Est-ce que je cherche l'attention de cette personne tout en sachant que je vais me faire rejeter par une violence chirurgicale de ses mots ? Oui totalement. Mais n'est-ce pas ce qui est si beau ?
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Kohane W. Underlinden, le  Dim 16 Fév - 21:21

-Merci d'être venue. Me reconnais-tu, ou as-tu besoin de lunettes ?

Mon regard, mon corps, mon attention toute entière se tourne vers la personne qui vient de s'adresser à moi d'un petit sortilège de communication instantanée. Le visage n'est pas reconnaissable. Mais vu l'individu, qui se montre ici sans masque ni capuche, je sais qu'il ne s'agit pas là de sa véritable apparence. Mais il n'y a aucun doute : c'est bien elle, la personne qui m'a amenée jusqu'ici. Etrange alchimie qui semble se mettre en place. Comme si on se connaissait. D'une autre vie ? Ou juste d'une vie loin des masques et des cachotteries.
Je fais un pas en direction de 87 (puisque tel est le matricule avec lequel il a signé sa lettre), me plante devant lui -devant elle ? Un sourire en miroir de celui, taquin, qu'il affiche.

-J'aurais peut-être besoin de lunettes, qui sait, je réponds en tendant ma main droite vers lui.

Doucement, je lui retire les lunettes qu'il porte et les glisse devant mes yeux. De faux verres. Qui me permet d'y voir parfaitement bien, contrairement à ce qui aurait pu être si ça avait été de vrais verres. Un nouveau pas, pour me glisser, non pas face à lui mais à côté. D'un geste, je réajuste la pair de lunettes sur mon nez et, d'un air d'inspectrice, je regarde la salle.
Quelqu'un que je ne connais absolument pas a commencé à chanter une chanson de circonstance, caliente caliente à mesure que ça avance.
D'après les dires du propriétaire, notre chanteur du soir se prénomme Merlin's Ore'Hoe. Quel drôle de nom pas facile à retenir. 87, c'est plus court, au moins.

-Alors, c'est quoi l'objectif de ce soir, je glisse à l'Ombre qui m'a menée jusqu'ici.

J'ai l'air d'une conspiratrice qui commente et critique tous les invités, à moitié penchée vers l'oreille de mon voisin tout en balayant la pièce du regard. Y'a un peu de ça, en vérité. Car j'enchaîne :

-Je connais pas trop les gens ici. Le vieux là-bas, il est du ministère. Ah, y'en a un autre, aussi, qui est de la brigade je sais pas quoi police. Il est venu nous em*erder aux Trois Balais pour des histoires de sous. Ces voleurs, au ministère. Sinon les autres...

Mon attention tombe sur mon frère étoilé. Occupé à dragouiller un peu plus loin. Enfin, dragouiller, si ça se trouve, il discute juste. Ou alors... une coïncidence que le dénommé 87 et lui soient là à cette soirée ? Je me rappelle que, dans un rêve qui n'en était pas un, un masque de Corbeau s'est un jour soulevé pour dévoiler les traits de mon frère astral. Alors, deux Ombres présentent à la même soirée... pour une même raison ?
Mon regard revient lentement vers 87. Un peu interrogateur.
Puis je me rappelle que ma main gauche tient toujours mon verre de cocktail. Que je n'ai pas goûté. Que je m'empresse donc de goûter. Une lampée. Une gorgée. Ca fait du bien.
Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Élius Askin, le  Dim 16 Fév - 23:03

> Valentin, Valentine & Cie.
(L.A. des personnes concernées) Trois-pièces et pas une qui soit comédie. Les paillettes bruinent autour de nous, secouées par la gorge de Merlin's Ore'Hoe, entraînées dans son langoureux sillage, agitées au dessus du mien, brassées au milieu de la foule bouillonnante. Partout, musique & pénombre étouffent la Petite Salle de Réception. Des plumes aussi. Vous ressortez peu, Monsieur Lloyd, en noir dans ce décor vaporeux. Pourtant, il suffit d'un nom, d'une main tendue, et je m'empare de vos doigts. On y voit des œuvres entières, empreintes en ivoiriens sillons. Le contour délicat et précis, la courbe inquiète de n'avoir rien à accoter ce soir, vos phalanges semblent dessinées pour une seule chose. Le pianiste ! Mes iris déposent leurs étincelles depuis l'angle impeccable de vos ongles jusqu'à votre regard électrique où s'installe mon sourire ravi. Évidemment. Sans lâcher cette poigne providentielle, presque comme si j'avais pu me nourrir d'elle - danseur assoiffé, mon aile libre s'étend en direction de la scène. Il est là pour vous... Et mes Dr Martens, incapables de tenir en place, à l’instar de mon esprit cette nuit, tapotent le rythme hasardeux qu'elles entendent alors que je poursuis :

— Faites-moi danser et c'est gagné ! Sauf que mon attention semble rattrapée soudain, défléchie par l'interruption salée d'un torse moite. Tresor... Puis-je seulement résister, ma salive affluant déjà derrière deux lèvres étendues ? D'une main, je passe à l'autre - l'histoire de ma vie en quelque sorte, concluant notre conversation. Pas tout de suite, d'abord, l'animation ! Ce que je répète, plus bas, à votre intention Mr Burton, appuyé d'une paume foncée contre le tissu imbibé, quand la deuxième vous appartient désormais. Après... Murmure enjôleur à peine soufflé contre votre cou perlé de Marguerite a Chaud. Et je ris, me délecte sans gêne de votre état, aussi de cette réflexion, tout droit décochée d'une Licorne passant par là, et sa plume intrusive. Tirant pour la deuxième fois sur la queue multicolore, elle s'arrache, cette fois, et mon éclat amusé. Alors, je la fais tourner dans les airs en m'éloignant, fendant la cohue jusqu'à rejoindre ma serveuse préférée. Aux boucles entreprises, s'ajoute mon incontrôlable effronterie, ma douce autorité. On lance l'animation Miss Adams. Suffit d'le dire pour constater que la lumière baisse encore d'un cran. Si vous voulez à boire ou à manger, c'est maintenant !

Ouais parce que Velina ou moi, on pourrait d'un moment à l'autre occulter délicatement votre regard pour vous entraîner doucement vers le rideau rouge d'Andrinople. C'est qu'il y a des cabines sombres, des boîtes noires, derrière celui-ci. Tout est aussi confortable que le reste de l'endroit, banquette double en cuir et mur tapissé de velours. Un détail seulement ; on n'y voit rien et le son n'en sort pas - même si la musique entre. En hommage au questionnaire, une sucette est glissée dans votre main. Libre à vous de jouer ou d'abandonner ce soir, il n'y a qu'une légère paroi à pousser pour retrouver la sortie.




Informations HRPG :
 

Carte des Cocktails & Bouchées pour la soirée :
 
Invité
Anonymous
Invité

Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Invité, le  Lun 17 Fév - 0:13

Valentin, Valentine & Cie.
Ft. Animation à l'Occamy Doré.
Mes pas me guident jusqu’à la boite noire, malgré qu’on me bande temporairement les paupières pour ne pas savoir qui sera la personne qui m’accompagnera. Alors que je rentre à l’intérieur de la fausse pièce clandestine, je retire ce qui me cache la vue. Constatant sans trop d’étonnement que je ne pouvais rien voir, ni distinguer. Du bout de mes doigts, je touche les parois de ladite pièce minuscule. J’ignore la matière de celle-ci, ni la grandeur qui sépare d’un mur parallèle à l’autre. Alors, doucement, je me mets à soupirer tandis que je croise momentanément mes bras devant mon torse. Puis, d’un geste purement nerveux, je joue avec ma tresse de cheveux, remettant même en place, quelques faux flocons de neige. Baillant discrètement, je me disais momentanément qu’après cette soirée bien perturbante, que je ferais mieux de me détendre devant mon feu de cheminée en compagnie de mes animaux. Au moins, ça sera toujours plus distrayant que ce long moment où je me sentais toujours aussi seul. En parlant de solitude, mes pensées redivaguent encore vers elle. C’est décidé, demain, je lui parlerais. Elle a tout à fait le droit de savoir que celui qu’elle prétend encore aimer, n’est plus le même mec qu’elle a connu auparavant. D’un geste nerveux, je me mordais la lèvre inférieure. Je déteste vraiment les espaces clos. Encore moins lorsque je ne peux rien y voir. Alors, je me concentre sur ce que j’entends pour déstresser. Des battements de cœur, les miens, bien plus fort que les paroles des divers chansons que je pouvais percevoir de temps à autres en fond. Au moins, mes mains ne tremblent plus si nerveusement. Ainsi, tant que je pense qu’à faire ça et à m’assoir sur la banquette de cuir tout en déballant la sucette pour rapidement l’enfourner entre mes lèvres, je peux prédire aisément qu’il ne m’arrivera rien pour l’instant.
by Epilucial - Saison 30 - Printemps.

Tresor Burton
Tresor Burton
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Tresor Burton, le  Mar 18 Fév - 11:07

LA d'Élius et de Jude, dans le rôle de la cheville.

Pareil à lui-même, l’oiseau sauvage polarise toute l’attention de notre petit comité clandestin. Intenable. La paume pressée contre mon torse moite de tout ce breuvage ingurgité me fait tituber. Décontenancé par les vapeurs de l’alcool ou par cette proximité exaltante ? Je ne saurais vous dire. L’envie irréfutable d’emprisonner votre main dans la mienne me fait déglutir douloureusement. De vous arracher égoïstement aux griffes acérées de vos convives. Votre bouche s’articule de nouveau, mais pour dire quoi ? Qu’importe ce que vous me dites, l’iris se plante telle la lame du couteau contre votre peau d’ivoire. Je ne perds pas une miette de ce visage qui me trouble plus que de mesure. Un autre souffle de votre part pour me faire perdre définitivement pied. Le cou s’hérisse et mon coeur bat de tout son sang. Qu’avez-vous bien pu mettre dans mon cocktail — vous ou toute autre personne responsable de mon état dérisoire — pour que je perde à ce point le contrôle ? Bientôt, une plume à laquelle je ne prête aucune attention s’écrase contre mon visage, l’échine se raidit en moins de rien par les frissons qui la parcourt. Vous parvenez à vous extirper sans omettre de rire à gorge déployée. Être volatil que vous êtes. Cette apparence éphémère vous sied à merveille.

Voyez ce que vous faites de moi ; une hyène affamée. Languissant le moment opportun pour se sustenter des restes que l’on daignera lui laisser. Je suis là, à quelques pas de vous, mais vous êtes bien trop affairé à ce que tout se déroule comme vous l'espérez. À présent vous lancez les hostilités de je ne sais quelle animation. C’est vous que je veux. La lumière baisse en intensité. Tant-mieux. Une oeillade à ma gauche pour m’assurer de sa présence au loin. Éphémère cela-dit. Je ne voudrais pas que mon cygne s’évapore sans que je ne puisse rien y faire. Vous nouez un bandeau à une première personne qui ne tarde pas à s’engouffrer derrière le rideau rouge d’Andrinople. Puis une autre, jusqu’à ce qu’il ne reste plus personne à guider. Aux aguets, je m’empresse de vous rejoindre à grandes enjambées. Face à vous mes yeux sondeurs vous enveloppent de leur entièreté. Aucun mot de ma part, sinon un sourire tout en denture. Il ne vous faut peu de temps pour musser mon regard. D’une main vous soulevez l’épais rideau tandis que je marche devant vous à tâtons. La douceur de votre paume enceint mon bras ; un vertige. La hyène est devenue marionnette. Un arrêt, je pivote, le cliquetis de ce qui me semble être une porte me laisse croire que nous entrons quelque part.

— Attendez … Élius, je ne me sens pas bien.

Simulacre de bas-étage, vous en conviendrez. Il ne manquerait plus que vous me laissiez à mon sort. Bien que je ne vois rien, vous me semblez concerné. Faussement recroquevillé en bon comédien que je suis, vos doigts arpenteurs englobent la plénitude de mes épaules. Pitoyable mascarade puisque je fais volte-face pour mieux vous empoigner par les hanches, un genou à terre pour me propulser sur mes pieds. Je vous tiens ! Sauf que… Je me mets à chanceler et une cheville qui n’avait rien à faire ici tente de me faire chuter au sol, je me rattrape en moins de rien. Enserre mon emprise sur l’oiseau sauvage. Pommette contre pommette. Les doigts fuselés entremêlés à votre chevelure pour soutenir votre crâne que je ne voudrais voir briser, ma poitrine se soulève d’impétuosité — Collante, si ce n’est poisseuse. Mon souffle saccadé glissant sur votre peau laiteuse. Renfrognant mon buste, mes deux bras croisés contre votre dos pour vous mettre en cage.

— Vous ne m’échapperez pas cette fois-ci ...
Ezequiel Espinosa
Ezequiel Espinosa
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : - Permis de transplanage


Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Ezequiel Espinosa, le  Mar 18 Fév - 22:23

LA de Jude accordé pour s'installer à la table et réciproquement.

J'étais arrivé à cette soirée presque pleins d'espoirs à l'idée que le beau brun soit présent. Mais j'ai le sentiment horrible qu'il ne viendra pas. Cette pensée me hante sans que je ne puisse y remédier ainsi. Je ne suis pas sûr que la magie puisse m'aider malgré ses pouvoirs étendus. J'ai déjà tout gâché alors que rien n'a été commencé entre lui et moi. Même pas un début d'histoire d'amour, bien que l'on se soit embrassé. Pourtant, il s'était laissé faire avant de me jeter ainsi. Et s'il avait vraiment voulu venir, il serait déjà là, avec moi. Et de surcroît, je serai joyeux comme les autres invités, ce qui n'est pas le cas. J'ai le don de tout foutre en l'air, c'est ahurissant. Alors que j'attends mon chocolat chaud, quelques larmes montent et je ne peux pas les retenir. Une seconde fois, je vis une déception amoureuse. Pourtant, j'estime ne pas avoir fait de mal à qui que ce soit pour mériter un tel sort. C'est comme si la vie avait décidé de s'acharner contre moi. Bon, c'est un peu excessif comme réaction, mais c'est ce que je pense. Alors que j'attends ma commande, je sens quelque chose, ou plutôt quelqu'un m'agripper la main pour me tirer. Et là, je dois avouer que mon sang ne fait qu'un tour. Il est là, le beau brun, il est ici. Et le plus inattendu, ce sont ses paroles raisonnant encore dans ma tête :

- Désolé. J'ai été c*n. Pardonne-moi.

Mais non, tu ne l'as pas été. Moi, oui. En effet, s'il est parti quand on s'est embrassé, c'est à cause de moi, puisque je l'ai embrassé le premier. Je n'aurai pas dû me précipiter, mais ce qui est fait est fait comme on dit. Le pardonner, mais le pardonner de quoi ? Bon, j'avoue que je suis un peu rancunier, mais pas à ce point. En le voyant dans ce beau costume, je ne peux pas m'empêcher de vouloir lui sauter au cou, mais je dois me contenir. Sinon, il va me prendre pour quelqu'un qui n'a aucune tenue. Et ce n'est certainement pas l'image que je souhaite renvoyer de moi. Je suis certain qu'entre lui et moi, il pourra y avoir quelque chose, mais je dois faire preuve d'encore un peu de patience. Être en face de lui me procure une drôle de sensation, mais elle est agréable alors qu'elle se diffuse dans tout mon être. Ce qui me dérange, c'est cette odeur... Il sent l'alcool. Il a donc bu, j'en suis sûr. Mais s'il a déjà bu, c'est qu'il est là depuis longtemps alors non ? Et je ne l'ai pas vu ? C'est que je suis aveugle. J'esquisse un léger sourire avant de lui répondre naturellement et sincèrement :

- Je ne peux pas t'en vouloir, au contraire. Le fautif, c'est moi. Je t'ai embrassé et... je n'avais pas à le faire. Je t'ai clairement manqué de respect, donc c'est à toi de m'en vouloir. Mais viens, on va essayer de trouver une table pour en parler si tu veux bien... En restant debout, on pourra continuer de parler un peu et voir ce que la personne fait là-bas.

Une personne offrait un spectacle à tout son public et je voulais voir ça d'un peu plus près. Je prends le chocolat servi par la gentille demoiselle et ne lâche pas la main du petit Préfet, jusqu'à ce que nous soyons proche d'une table pour s'installer plus tard. Il faut maintenant que je me justifie par rapport à tout ce qui s'est passé. Il mérite que tout soit clair et moi aussi d'ailleurs. C'est sûrement ça qui va nous permettre de repartir sur de bonnes bases et on verra bien ce qui se passera par la suite. Il est vraiment mignon dans ce costume, légèrement déboutonné. Ce détail m'intrigue un peu, mais ce n'est qu'un détail, justement. Je prends mon courage à deux mains avant de dire :

- Tu sais, je suis sincèrement désolé de t'avoir fait fuir l'autre jour. Je ne sais pas pourquoi je t'ai embrassé. Enfin, si, je le sais, mais c'était très prématuré et je m'en excuse. Je pensais aussi que tu réagirais à ma lettre et je dois avouer que j'ai été très triste de ne pas avoir de retour. Pour être franc, je suis vraiment venu ici pour toi dans l'espoir que tu sois présent. Et c'est le cas. Sache que je ferai attention à l'avenir. Pour être franc, tu me plais énormément, sache-le. Mais je pourrai aussi comprendre que ce ne soit pas réciproque. Et si tel est le cas, il faut que tu me le dises, vraiment.

A mesure que je parle, j'observe, par intermittence, la personne qui me paraît vraiment étrange depuis tout à l'heure. Je ne fais guère attention à ce qu'elle fait, mais je me demande encore si c'est un homme ou une femme peut-être. Les deux ? Non, je plaisante. La musique change et la personne continue d'offrir son show à son public. Et sans que je comprenne quoi que ce soit, alors que Jude devait sûrement me répondre, la personne l'attrape et l'installe sur une chose. Alors que la musique change une nouvelle fois, elle lui offre un spectacle atroce, de mon point de vu. La jalousie m'envahit, mais que puis-je faire ? Rien, bien sûr. Je n'ose même pas regarder et je me demande comment Jude se sent. Après quelques minutes, le spectacle cesse enfin sous les applaudissement du public, sauf des miens. J'ai une rage folle. Mais inutile de taper un scandale maintenant devant les gens. Je n'ai pas envie de me faire jeter de la soirée.
Kathleen Gold
Kathleen Gold
Serpentard (DC)
Serpentard (DC)
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Kathleen Gold, le  Mer 19 Fév - 22:10

Cette soirée devenait de plus en plus
Inconfortable.
Non, parce que se retrouver à moitié nue le soir de la Saint Valentin avec sa future (ex)belle-mère qui était également sont ex (quoi ? Plan d'un soir ou dix, compagne, tra*née de service ?) amante,
N'était clairement pas suffisant.

Il fallait en plus de cela se retrouver au milieu d'un troupeau d'hommes - et quelques femmes, encore heureux - inconnus.
Le seul point positif pour toi - enfin, positif - était d'avoir aperçu Elius, celui dont le souvenir avait le goût d'océan et de non-dits - de ton côté.

Tu ne prêtais pas vraiment attention au reste du monde.
Il aurait été difficile d'ignorer la performance d'une étrange créature, Sirène peut-être
Au chant... suggestif ? Ou était-ce seulement l'alcool qui passait tout au spectre de l'indécent, même les plus innocentes interactions ?

Tu te contentais donc du coin de la salle, préférant te morfondre plutôt que de véritablement agir.
N'importe quoi, danser, parler, même regarder tes compagnons de la soirée,
Mais non.

Il avait fallu que tu préfères jouer les gardiennes de la moralité - la bonne blague - en épiant chaque fait et geste de la sorcière qui aurait fait enrager bien des ensorceleuses de contes.
Rien à vraiment signaler de ce côté, et tu songeais sérieusement à partir - si le Père n'en avait pas décidé autrement.
Qu'il aille se faire voir.

Après tout, pourquoi se forcer à assister à une soirée de ce genre, et de quel droit t'imposait-il sa
Femme - soyons polis,
Alors que tu avais été très claire sur ton ressenti par rapport à elle ? Ce n'était pas comme si tu avais sauté de joie en apprenant la nouvelle - quel retournement des ressentis auprès de Cara.
Justement.

Peut-être aurait-il fallu jouer la comédie, pour le contenter. Cela t'aurait épargné cette mas-

Oh give me a break* -

Une cabine t'est bientôt montrée, et tu as juste envie d'aller dans l'autre direction - celle de la porte d'entrée.
Mais non - tu obtempères et te retrouves

Paumée. Il fait tout noir - et ta jolie mine ne veut pas se fermer.
Tu tâtonnes et fini par trouver un fauteuil sur lequel t'écrouler.
Eh bien, la voilà cette pause.

Au moins, personne ne vient t'ennuyer ici.

*Donnez moi une pause
Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Élius Askin, le  Jeu 20 Fév - 9:06

> Valentin, Valentine & Cie.
(L.A. des personnes concernées) Ainsi vont les cœurs, s'éparpillent, sous les bulles, sur les plumes et contre le décor étincelant. Qui qu'vous soyez, étouffez vos certitudes dans la gorge chaude et profonde de l'Occamy Doré ; cette nuit n'est pas celle de la dignité ! D'ailleurs, faudrait être inconscient - ou très vaillant - pour penser la préserver au centre de l'intimité burlesque créée par les petites cabines derrière le rideau Andrinople. Un à un, j'y entraîne ceux qui voudront se prêter au séduisant jeu de la découverte. Démarche feutrée, hanches dansantes, et mon sourire parfaitement espiègle accompagnant vos silhouettes aveugles jusqu'aux portes qui leur sont secrètement promises. Cadeau d'encouragement, ou en-cas sucré, la sucette élue au hasard passe de mes doigts métamorphogiquement foncés - tels les gants du cygne en sortie - aux vôtres, juste avant que je ne disparaisse malicieusement. Couples pour une demi-heure ou plus, les duos épousent peu à peu le cuir et l'obscurité. À partir de maintenant, qui sait ce qu'il va se passer ?

Enfin, arrive votre tour, Tresor. Ou plutôt, c'est vous, qui courez jusqu'à moi, comme aimanté - et bâillonné par vos dents. Difficile d'ignorer la fièvre perlant votre front de dentelle moite, quand l'extrémité des Dr Martens se hisse pour me laisser recouvrir deux opaques nébuleuses d'un tissu tout aussi noir. Dirigeant votre corps ruisselant vers l'alcôve, rien ne peut me satisfaire davantage que sentir le trouble vous imbiber. À moins qu'il s'agisse du trac, plutôt ? Celui d'entrer en scène, piètre comédien. Quelle est donc cette histoire ? S'agenouiller à mes pieds n'exige pas autant de stratégie d'habitude. Mais ça a le mérite de me faire ricaner, d'accrocher l'enfant en quête constante de divertissement que je suis à vos épaules musclées & soumises tandis que soudain la situation dérape. Moins de trois secondes suffisent pour finir trempé à mon tour. Les paillettes se noient, collées au truisme du soir : vous me voulez. Oh, j'ai l'habitude, vous savez, ça m'surprend même pas. Après tout, mon charme agit depuis quelques jours déjà. Fallait s'y attendre.

— Vous échapper ? Là, je ris, parce que, nan, c'est pas possible que vous n'ayez rien compris à ce point. Le filet, ça fait longtemps qu'vous êtes tombé dedans. En témoigne l'océan de désir inondant ce torse chaud battant contre moi. Si mes traits se crispent à cet instant, il y a les effets secondaires de la transformation, mais aussi le contact avec toute votre transpiration. À côté de nous, un mouvement, une troisième respiration. On se lève, se rapproche, et je me tourne dans les bras du devin, ébrouant mes ailes pour sentir qui arrive là. Évidement, la pièce est minuscule, il faut se coller, se presser. Sous ma paume, de la dentelle passe, brûlante également. Vous ici... Un bafouillement, excuse rapidement formulée, engouffrée par le rayon doré brisant un moment la pénombre avant l'évasion. Puis, le silence à nouveau, enfin, si on occulte votre hurlement intérieur, juste là, derrière ma nuque. Tresor, arrêtez de réfléchir, ça vaudra mieux - et regardez, je virevolte encore, me remets face à vous. Les plumes glissent sur les ténèbres de votre peau embuée, remontent, s'agrippent à vos cervicales raides pendant que je suspends mes lèvres à quatre petits centimètres de votre menton. Si vous voulez m'embrasser, faite-le. Voix langoureuse, ton de satin, décompte activé. Impact dans trois, deux, un.


Jude Hopkins
Jude Hopkins
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Jude Hopkins, le  Jeu 20 Fév - 20:35

J'ai essayé de faire au mieux par rapport à tout ce qui s'est passé récemment et mes accords de LA, s'il y a le moindre problème de cohérence MP

Jude ouvre la plupart des pièces noires pour y retrouver quelqu'un, vous pouvez donc le préciser dans votre RP

Le cocktail commençait déjà à faire son effet. Ses mots, Jude les regrettait. Son geste aussi. Il ne pouvait pas nier son attirance envers Ezequiel. D'autant plus maintenant qu'il avait attrapé sa main pour attirer cette même personne vers lui. Il se demandait néanmoins comment cela pouvait-il être possible. Ce n'était pas dans son genre d'avoir de l'affection si rapidement. Cela lui semblait même improbable. Lui qui avait toujours eu ce petit air solitaire, peut-être un peu erroné finalement au fil du temps, était en train de s'attacher à une vitesse éclaire. Le Poufsouffle assura rapidement être le fautif. Au fond, Hopkins ne pouvait pas le contredire. Il avait agi rapidement, probablement à cause des circonstances de la situation. Il lui proposa ensuite d'aller trouver une table, ce que Jude acquiesça d'un signe de tête. Les deux mains toujours croisées du serpent et du blaireau, ils allèrent s'installer sur une autour d'une fameuse ronde, proche l'un de l'autre tandis qu'un beau spectacle venait à peine de commencer. Il s'agissait d'un homme probablement, habillé en femme qui profitait de la scène pour montrer ses talents. Les mains s'abandonnèrent pour aller rejoindre ses hanches du côté du serpent.

Jude ne faisait pas réellement attention au spectacle. Il se trouvait en face d'Ezequiel et profitait du moment présent, aussi court pouvait-il être. Il plongeait le regard dans ses yeux et ne s'en laissait pas. Ses yeux, d'un mélange de vert et de bleu, transperçaient ceux du Préfet. Le Poufsouffle abusait peut-être de son charme avec son costume. Ou peut-être pas. Mais celui-ci profita du blanc qui venait de s'instaurer dans la discussion pour s'excuser d'avoir fait fuir le serpent, considérant son comportement comme prématuré. Il déclara également qu'il avait été triste lorsqu'il n'avait reçu aucune réponse pour son invitation pour ensuite annoncer que le serpent lui plaisait mais qu'il voulait malgré tout savoir si c'était réciproque. Tout cela, Jude l'entendait et le comprenait. Malgré tout, la situation était trop rapide, trop intense. Il lui fallait du temps pour accepter tout ça. Déjà, avoir des sentiments pouvait le perturber, aussi forts encore plus mais le pire était encore à venir ; il s'agissait d'un garçon.

Néanmoins, le Préfet allait lui répondre lorsqu'il fut coupé brutalement par le spectacle et notamment le danseur qui l'attrapa pour l'installer sur une chaise sans même qu'il ait le temps de réagir à la situation pour refuser son invitation. Il n'avait probablement pas l'air d'avoir le choix et ne voulait pas passer pour le capricieux de la soirée. D'autant plus qu'il pouvait à tout moment être surveillé par des autorités importantes de Poudlard, il se devait d'avoir un comportement plus qu'irréprochable même si cela semblait déjà être raté. Installé sur cette fameuse chaise, un véritable show se proposa face à lui. Plutôt amusant au début, le danseur profitait de ses formes pour ensuite se transformer en véritable dragueuse. Elle déposa ses mains sur Jude pour écarter ses jambes et entrouvrir un passage pour pouvoir s'y faufiler. Tout cela en remontant sa bouche vers le torse du Préfet puis vers les lèvres pour s'exclure au dernier moment. Encore heureux. Elle s'installa ensuite sur les jambes du Hopkins puis attrapa sa tête afin lui faire profiter d'une vue qui ne l'émouvait absolument pas. Au contraire, le brun fut plus dégoûté qu'autre chose pour la simple et bonne raison qu'il avait d'autres préoccupations et que c'était le mauvais moment pour lui offrir ce genre de show. Elle l'embrassa ensuite et l'invita à quitter la scène, auquel il fut très réceptif en s'éloignant rapidement sous quelques applaudissements, tout en souriant malgré tout.

Pas vraiment remis de ses émotions, il retourna s'installer face à Ezequiel qui semblait être contrarié. Il n'avait plus d'autres choix ; il devait désormais lui répondre. C'était peut-être ce que le Poufsouffle attendait, après tout pour être si chagriné.

« Je ne sais pas trop les sentiments que je ressens pour toi. Et je ne veux pas te mentir. J'veux pas te blesser encore plus. J'peux pas te répondre, j'en sais rien. Vraiment. »

Jude s'était senti obligé de le répéter plusieurs fois afin que le Poufsouffle puisse le comprendre. Il espérait que celui-ci allait se montrer compréhensif face à ses doutes. Il aurait adoré lui apporter une réponse mais il n'en était pas capable. Encore une fois, les deux furent coupés par le lancement d'une animation qui apportait beaucoup de réactions. Les gens semblaient n'attendre que ça alors que le Préfet ne voulait qu'une seule chose ; discuter et mettre les choses au clair. Les lumières devinrent opaques, suffisamment pour apporter une ambiance plus douce. Hopkins lança un regard vers Mister Espinosa pour lui signifier qu'il souhaitait malgré tout y participer. Il devait faire bonne figure envers son Directeur. Il s'élança sans faire attention à celui qui l'avait invité à cette soirée. Il s'approcha d'Askin puis fut emmené dans une pièce noire, avec une sucette à la main gentiment proposée quelques secondes auparavant. Impossible de voir, seulement ressentir les choses. Ce qui ne tarda pas puisqu'une personne venait d'entrer. Ou peut-être deux. Dont une qui manqua de tomber à terre de la faute du serpent, qui plaçait ses chevilles là où il pouvait. Puis, une main baladeuse qui vint toucher le haut du brun pour ensuite exprimer sa surprise.

Parmi les dons que Jude avait acquis avec le temps, celle de reconnaître les voix n'en était pas une. Mais il pouvait mettre sa main à couper qu'il s'agissait de son supérieur du côté de l'équipe préfectorale. Il ne devait pas rester plus de temps ici, d'autant plus que Mister Askin ainsi que l'inconnu semblaient bien se connaître et la situation commençait déjà à dégénérer. Il s'échappa en deux-trois mouvements, honteux d'agir de cette façon mais il le fallait. Dommage qu'il ne pouvait pas être dans une boîte, seul, avec Ezequiel. Il devait le retrouver. Il avait envie de partager ce moment seulement avec lui. Voir son directeur s'amuser lui rappela que lui aussi pouvait s'amuser. La pénombre semblait toujours présente dans le couloir, Hopkins semblait y voir quelques poignées de porte. Il s'amusait à ouvrir la plupart, pour y tomber sur une pièce noire, puis deux. Tout en l'appelant. Jusqu'à tomber sur la bonne boîte. « Ezequiel ? T'es là ? » S'il n'y avait pas de réponse, il partait. Des fois, on lui répondit simplement que non, Mister n'était pas là. Vite, son cavalier lui manquait déjà. Il avait une réponse à sa question et allait le lui dire.
Tresor Burton
Tresor Burton
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Tresor Burton, le  Ven 21 Fév - 0:07

LA Absolu d'Élius Askin.

C’est comme si mon coeur se trouvait entre les mains tortionnaires d’un martyr. Du caoutchouc que l’on triturait dans le but qu’il cède. Sans ménagement. Ma poitrine se serre — Un haut-le-coeur que je réprime très vite. Les mots d’Antonius tourbillonnent sans trêve, un essaim de pensées que j’aimerais annihiler, croyez-le. Abstraction totale de ce qui nous entoure. Nos souffles se croisent, s’enchevêtrent, jusqu’à l’irréparable. En un fracas, la rencontre fatidique. Pitoyable. Je vous embrasse de travers. Je ne sais pas faire. Les paroles dans ma tête redoublent en ardeur. Hors du temps. Tout mon être palpite à n’en plus finir. Je sais que j’ai l’air ridicule ainsi. Un geste de la main pour arracher le bandeau qui m’occit le regard - rien ne change au final. L’échange est insipide, aucun mouvement de ma part, simplement des lèvres plaquées vulgairement aux vôtres. Je romps le baiser. J’entends déjà votre rire me mettre en pièces. Vous me faites mal. La friction de mon pouce contre votre commissure pour me rassurer.

Votre cou sera sans doute plus à même d’accepter mes bécots maladroits, si l’on me voyait. Les pommettes empourprées, j’en fais tomber ma veste - Et tout comme la brise, j’effleure votre peau de mes lèvres hasardeuses — les clavicules aussi. Les genoux se ploient timidement. L’immensité de mes mains pour vous soutenir à mesure que je dégringole sur ce corps qui me tourmente, je passe le nombril, m’arrête sur la hanche. Baisers sages en dissonance, toujours. L’une de mes mains rejoint votre cuisse, longe son extérieur, la pulpe de mes doigts devinent du bois puis remontent jusqu’à l’embrasure de vos pantalons que je baisse sans crier gare. En arrêt. Je m’en saisis pour m’en débarrasser. Aucun égards. Un bruit attendu confirme son virevoltement dans la cabine. Je me hisse sur mes jambes pour me redresser, vos bas retroussées jusqu’aux chevilles. Un recul. Ma baguette, préalablement nichée dans ma poche, épouse désormais ma paume moite, je la dirige au niveau de vos mollets, il me semble. Vous laissant lamentablement. On a vu mieux comme première fois… Pour finir comme ça. Un Incarcerem articulé péniblement. La corde jaillit pour s’entortiller; se nouer autour d’eux.

Ligoté, vous tombez sur vous-même. Sur les fesses. Un second Incarcerem pour vous lier les poignets, je crois. À vos piaillements désespérés j’imagine qu’il s’agit plutôt de vos épaules. Qu’est-ce que c’est dégueulasse. L’oiseau sauvage a tout du boeuf à la ficelle. Aucune excuse de ma part. Vous devez répondre de vos actes. Une cabriole pour me retrouver face à la porte maintenant. Je m’enfuis comme un lâche. Aucune émotion non plus. Vraiment ? La gorge est nouée en tout cas. Le visage de marbre. Il ne me faut peu de temps pour retrouver Antonius qui n’avait pas bougé d’un iota.

— Il est dans la cabine et ne bougera plus maintenant.
Antonius R. De Lanxorre
Antonius R. De Lanxorre
Maitre de JeuSerdaigle
Maitre de Jeu
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Antonius R. De Lanxorre, le  Ven 21 Fév - 14:44



LA absolu d'Elius pour le tout



Quel métier formidable. Lorsque Trésor vient me trouver, je comprends que l'heure de mon spectacle est venue. Je remercie mon agent d'un hochement de la tête. Bras croisés devant moi, je tiens à peu près ce langage.

- Allez chercher immédiatement les personnes présentes dans les autres cabines, Agent Burton. Je m'occupe du reste.

Je me déplace d'un pas lent jusqu'à la cabine précédemment occupée par Trésor. J'y découvre le navrant spectacle du Cygne ligoté et en presque tenue d'Adam. Je m'agenouille, l'observant avec attention. Un sourire fugace se dessine sur mon visage froid. Je passe une main presque paternelle dans la chevelure d'Elius Askin.

- Bonsoir, Monsieur Askin. Vous vous adonnez à de dangereuses activités, vous savez ? Mais ne vous en faites pas. Je vais prendre soin de vous à partir de maintenant.

Je demeure une seconde ainsi avant de me redresser. Pauvre âme en perdition. Je soupire longuement par le nez et me saisis de ma baguette. Un Mobilicorpus plus tard et voici le propriétaire de l'établissement ligoté en train de léviter à mes côtés. Nous nous rendons rapidement sur scène. Je romps mon sortilège, laissant le cygne s'écraser au sol. J'attends ainsi, quelques minutes, le temps pour Trésor de ramener l'ensemble des convives prêts à interrompre leur petite activité. D'un coup de baguette, je remonte les lumières et déclare.

- Chers convives, navré de vous interrompre. Je suis au regret de vous informer que Monsieur Askin ne sera pas en mesure de continuer à assurer ce soir ses fonctions d'hôte. J'invite le personnel de l'établissement à faire tout le nécessaire durant le temps qu'il passera entre les mains de la justice. Vous tous, soyez témoins. La Loi ne souffre d'aucune exception.

J'arbore pendant une seconde un sourire satisfait. D'un coup de baguette, je fais apparaître une paire d'admoniteurs sur ses poignets. Saisissant mon pendentif, je donne quelques instructions et voilà deux agents de la Brigade en uniforme qui débarquent en transplanant quelques minutes plus tard derrière moi.

Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Azaël Peverell, le  Ven 21 Fév - 15:43

Elle veut savoir ce que tu demandes comme avant-goût. Ton sourire s'élargit un peu plus. Ce que tu veux, c'est tout. Elle, en entier, et sans attendre un jeu quelconque. Elle va bien finir par s'en rendre compte, par le savoir. Et elle sera bien obligée de te céder, pas vrai ? De toute façon, vous êtes interrompus, encore. Par des gens qui arrivent, consomment, puis par un spectacle des plus... original. Tu regardes, d'un oeil distrait, bien plus intéressé par Velina qu'autre chose. Nouvelle gorgée du cocktail, tu te sens de mieux en mieux. Elle passe son index sur ta nuque, te tirant un frisson.

- Un baiser, pour commencer, par exemple.

Bah oui, la base. T'as trop envie de goûter à ses lèvres pour te retenir plus longtemps. Pas moyen de laisser passer une telle chance. Mais une nouvelle interruption. Le morveux qui revient, parle d'une animation à lancer. Tu lui lances un regard noir. Il veut vraiment tout gâcher à chaque fois ? Bref, les voilà qui cachent les yeux des gens pour les coller dans des cabines. Mais quand Velina revient vers toi pour faire de même, tu secoues la tête de gauche à droite.

- Pas question d'aller où que ce soit si tu ne me suis pas.

Sourire toujours charmeur, t'es pas prêt de la laisser filer. Tu acceptes cependant la sucette tendue. Après tout, c'est bon les sucettes. Tu regardes les gens disparaître un à un, et soudain, c'est le drame. Ravental entre en scène, sans que personne ne sache pourquoi. Les gens doivent sortir des cabines tandis que Monsieur le Directeur exhibe sa proie du soir, Askin, à moitié à poil et ligoté, pour le laisser tomber sur scène lourdement. Haussement de sourcil en l'entendant parler. Il a cru que c'était la fête ou quoi ? Nullement impressionné par les abrutis ayant transplané, tu rejoins la scène à ton tour, non sans glisser quelques mots à Velina auparavant.

- Ce n'est que partie remise.

Arrivé à hauteur de ton directeur, tu le toises un instant avec mépris avant de te baisser pour remonter le pantalon du morveux qui est quand même tellement baissé que tout le monde peut voir ses bijoux de famille. Et tu te redresses, en l'aidant à se mettre debout, avant de te tourner vers Ravental.

- Et l'humiliation publique, c'est pas puni par la loi ? C'est quoi comme façon d'arrêter les gens d'attendre que leur froc soit baissé ? La justice ne souffre d'aucun honneur non plus ? Peu importe le chef d'accusation, y'avait peu de chance qu'Askin se tire avant la fin de la soirée, pouviez pas attendre quelques heures ? C'est quoi là ? Un exemple pour tous que le Ministère est rempli d'abrutis ? Merci pour l'image renvoyée, Monsieur le directeur.

T'es un peu énervé.
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Cara De Lanxorre, le  Ven 21 Fév - 15:50

    Il y a eu beaucoup de choses. Il y a eu les conciliabules de l'Ordre. La main sur les fesses du Commandeur. Le spectacle contre nature. Kathleen se ruant dans l'une des boites mises à disposition. Cara était restée là. Écoutant distraitement la conversation à laquelle elle prenait part malgré elle, les yeux tour à tour rivés sur l'auguste fessier, puis sur le monstre agité, et enfin sur l'Amante délaissée. Mais rien. Rien n'aurait pu présager de la suite.

    Elle se fige, Cara, quand le corps dénudé entre dans son champ de vision. Mille fois déshabillé qu'elle pourrait le dessiner les yeux fermés, mais le voir ainsi, exposé, la dégoûte soudainement. S'affronte en elle deux instincts ; celui, maternel, qui lui ordonne de couvrir l'Enfant, le libérer du sort qui le fait léviter. Et celui, plus enfoui, qui se gave du spectacle grotesque. Vouloir se précipiter sur Antonius, lui hurler dessus, user de son autorité - et de ses charmes, s'il le fallait - pour qu'Askin soit libéré. Vouloir aussi que chacun ici profite de l'humiliation infligée, que celui qui avait eu l'audace de la faire chanter s'exhibe dans une décadence pailletée. Le sauver du bucher tout en le clouant au pilori.

    Croiser les bras et le regard du cygne déchu. Affrontement, dans le cerveau ; à la faire tanguer. Guerre bouleversante, hésitation douloureuse. La bouche de Cara s'ouvre, mais les mots restent coincés dans la gorge. Il en suffirait de peu, pourtant ; Antonius, arrêtez, deux petits mots, vraiment. Mais elle reste muette. Se mordre la lèvre pour s'empêcher de parler, fixer l'ancien élève, lueur de revanche dans le regard.
Everard Lloyd
Everard Lloyd
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Everard Lloyd, le  Ven 21 Fév - 16:17

J'aime pas trop, les 14 février

Aussitôt leur entrevue avait débuté qu'elle s'était terminé. Il en avait cependant assez, un coup de piano l'attendrait quand on l'appellerait, un peu plus tard. Everard laissait donc son temps au nouvel arrivant qui demandait son reste. Les deux hommes posaient un certains malaise, et s'en allèrent plus loin. Plutôt satisfait de ce qui venait de se passer, verre dans sa main, il fit quelques pas, saluant des inconnues. Les boîtes noires venaient d'être dévoilée. Se frayant un chemin vers son ancienne table, il prenait soin de ne pas renverser son verre, passant d'abord devant la scène. Et au moment où il retrouvait du regard une Cara seule, il reconnu la voix du Commandeur, juste derrière lui. Il vit alors le corps exposé nu du propriétaire des lieux, dont les deux mains furent liées quelques secondes après un discours équivoque. Ça allait un peu trop loin.

Le jeune homme de tout à l'heure, sujet rival à première vue, s'interposa pour rhabiller Askin, lançant des reproches sur les méthodes utilisées par Antonius. Et il n'avait pas tort. C'était beaucoup. Il ne connaissait pas vraiment Elius, mais il suffisait de le regarder quelques minutes auparavant pour reconnaître qu'il était bien entouré, et qu'une intervention pareille n'allait pas seulement faire des ennemis à l'homme qui se tenait debout. Se serait-il alors débattu. Il y avait peu de chance, aucun remue-ménage n'avait eu vent à ses oreilles. Everard n'alla pas sur scène, mais il était juste devant, alors il en toucha deux mots à son supérieur hiérarchique.

- J'ai promis de toujours être franc avec vous, Antonius. Ce jeune homme a raison. Vous vous donnez une sale image, là. Monsieur Askin peut être coupable, cela ne fait pas de lui un ennemi public. Et qu'est-ce que les gens vont penser en vous voyant sortir de cette boîte noire avec un coupable complètement nu ? A quel genre de jeu vous vous adonnez ?

C'était peut-être sa place qu'il mettait en jeu, mais cette scène mettait Everard dans une situation compliquée. Et il ne préférait en fin de compte pas savoir ce qu'il s'était passé dans cette boîte. Il recula, rejoignant son ancienne table. Antonius s'était mis à son sens dans une position délicate. Cara était toujours là, seule à contempler le spectacle. Maintenant, il faudrait recoller les morceaux, car pour un ignorant, il serait facile de faire des interprétations rapides sur la cause de sa nudité. Il ouvra le sujet avec la sénéchal.

- On est pas dans la m*rde.


Contenu sponsorisé

Occamy Doré - Salle de réception - Page 3 Empty
Re: Occamy Doré - Salle de réception
Contenu sponsorisé, le  

Page 3 sur 5

 Occamy Doré - Salle de réception

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.