AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 1 sur 1
Le début du reste de ma vie [RP unique]
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Le début du reste de ma vie [RP unique] Empty
Le début du reste de ma vie [RP unique]
Loredana Wildsmith, le  Dim 26 Jan 2020 - 1:05


Le début du reste de ma vie


Saison XXX - Hiver

Comme un goût amer de regrets dans la bouche. Les papilles encombrées ne ressentent plus de sensations sucrées. Le sens complètement manipulé par les jours passés. C’est par mécanisme que je me lève le matin, par habitude que je me nourris – très peu – par obligation que je me couche, serrant fort les paupières pour empêcher tout rêve de pénétrer dans mon esprit. Parce que je savais très bien les images que l’on voulait me renvoyer. Son image à lui. Je ne voulais plus, je ne pouvais plus me l’imaginer. Son visage apparaissait trop nettement, trop facilement, je connaissais les moindres traits, les moindres cicatrices. Des détails dont il fallait me débarrasser. Le temps était-il capable de tout effacer, estomper ? L’on m’avait toujours assuré que les souvenirs se dissipaient, se modifiaient, devenaient faux. Était-il possible que je finisse par oublier son visage, le son de sa voix, le goût de ses lèvres et leurs sensations sur les miennes ? Car tout cela était encore clair dans ma tête. Je pouvais presque sentir son toucher d’une façon extrêmement réelle. Combien de temps fallait-il à un cerveau humain pour oublier quelqu’un ? Pour supprimer l’habitude de l’avoir près de moi, d’avoir besoin de lui à chaque heure du jour et de la nuit.
Vingt et un jour. C’est ce que j’avais lu dans une revue moldue lors de mon séjour à l’hôpital. Un délai de vingt et un jour était nécessaire pour supprimer une habitude. Était-ce prouvé ? Est-ce que cela me permettrait de trouver un nouvel équilibre ? Réapprendre à vivre sans lui. Vingt et un jour. On en était à combien à présent ?

D’un pas traînant, je ne me facilitais pas la tâche. En cette soirée d’hiver glaciale, un vent hiémal qui traverse une couche de vêtements déjà importante, je marche sur nos pas fantômes en direction du restaurant où tout avait vrillé. Le cœur se déchire de plus en plus à mesure que je me rapproche. Cette soirée qui aurait pu être parfaite et qui avait tourné au cauchemar. Ce n’est pas pour raviver les souvenirs, mais pour vérifier. Vérifier que je n’avais pas impulsivement tué la serveuse de ce restaurant. Même si elle avait été idiote de penser qu’elle pouvait lui plaire, elle ne méritait sans doute pas de quitter ce monde à cause d’une crise de colère qui s’était emparée de moi : mélange de l’humiliation du sort que j’avais reçu et de la jalousie maladive. Comme une envie de me venger sans lui faire de mal à lui, jamais. Parce que je le respectais bien plus que lui m’avait respecté ce soir-là.

Devant la devanture du restaurant toujours ouvert malgré l’heure tardive, cachée derrière une voiture, j’observe attentivement, balayant des yeux tout ce que je pouvais voir de la salle. Pas de trace de la serveuse, juste un homme derrière le comptoir, maladroit. Quelques clients finissant leur repas, aucun patron aux alentours. Profitant du calme pour prendre une pause, le jeune homme sort quelques minutes. J’en profite pour m’approcher de lui, l’écharpe me couvrant la moitié du visage. Ne pas prendre le risque d’être reconnue, même si je savais qu’il n’était pas là ce soir-là. J’étais sans doute recherchée quelque part. Excusez-moi, une voix que je voulais naturelle, bien que légèrement tremblante, la serveuse ne travaille plus ici ? Il était jeune, vraiment jeune, dix-huit ans tout au plus. Un pauvre moldu qui cherchait par tous les moyens de trouver un travail à mi-temps pour payer ses études. Il me répond simplement, sans cacher la vérité. Elle avait été agressée quelques jours plus tôt et était toujours à l’hôpital, se remettait doucement. D’une nature, apparemment, bavarde, il entre dans les détails. C’est une femme qui l’a agressée, il paraît qu’elle était folle. Son mec draguait Maria – on va dire qu’elle s’appelle comme ça – devant elle le jour de la Saint-Valentin un truc de fou… D’accord d’accord merci, au revoir. Je n’étais pas d’humeur à faire la discussion. J’avais eu ma réponse. Je ne l’avais pas ratée, mais au moins, je n’avais pas une nouvelle mort à écrire sur ma courte liste.
Légèrement soulagée, je tourne les talons, en direction d’un square qui se trouvait à côté. L’endroit était vide, la neige recouvrait l’herbe habituellement verte. Un regard à gauche, puis à droite, avant de difficilement transplaner en direction de Londres. Il me fallait un endroit pour dormir. Souvenir de mes dix-sept ans, un retour en arrière, à la case départ. À croire que c’était comme ça qu'il fallait que ça se termine.
Le début du reste de ma vie.
Page 1 sur 1

 Le début du reste de ma vie [RP unique]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.