AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
-56%
Le deal à ne pas rater :
Compresseur digital programmable Michelin 12V – 6,9 Bars
35.27 € 79.90 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 1 sur 1
[Terminé] Joyeuse rencontre
Charlie Primrose
Charlie Primrose
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Quatrième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Terminé] Joyeuse rencontre Empty
[Terminé] Joyeuse rencontre
Charlie Primrose, le  Mar 4 Fév - 15:54

Saison 30 - Hiver
Cabane Hurlante
Avec Mangemort 32

C'est les vacances. Si je suis en ce moment même dans cette étrange bâtisse que l'on appelle communément Cabane Hurlante, c'est grâce à Blake Adams qui m'a affirmé y avoir aperçu des tire-bouchons abandonnés qui feraient mon bonheur. Je lui suis très reconnaissant pour cette précieuse information mais voilà dix minutes que je cherche activement et que je ne trouve pourtant rien du tout. Je n'ai pas précisé ma destination à mes parents, restés dans les rues de Pré-au-lard pour faire les boutiques. Papa aurait dit non. J'ai juste dit que je pouvais me débrouiller tout seul, ce qui est parfaitement vrai, et ils ont certainement compris que j'allais faire mes achats comme un grand. Cela leur a fait plaisir, et ils m'ont glissé trois pièces rondes dans la main.

Mais je ne suis pas dans une boutique. Je suis dans un endroit poussiéreux, et je n'ai que ma baguette magique pour m'éclairer dans cet environnement sombre. Je ne suis pas bien doué en magie : la lumière de mon Lumos n'est pas bien forte. Mais c'est suffisant. Mes doigts sont un peu engourdis, tout comme mes pieds que je sens à peine. Frissons. Le sol est collant. C'est bizarre. Je baisse ma baguette magique et aperçois du sang sur mon pied gauche nu. Ah. J'ai probablement marché sur quelque chose de pointu qui traînait par là.

Aurais-je dû conserver mes chaussures ? Papa et maman m'ont appris que lorsqu'on entre dans une demeure, il faut enlever ses souliers et son manteau. Alors aussitôt la porte de la Cabane Hurlante franchie, je me suis exécuté. J'ai délicatement posé mes chaussures à côté de la porte, constatant par la même occasion que j'ai oublié de mettre des chaussettes le matin, et j'ai enlevé et plié soigneusement ma cape, déposée à côté.

Attendez ! Je sais : je crois que j'ai froid ! Ce doit être ça, parce que je tremble beaucoup et que mes gestes sont encore plus maladroAiaits... Je n'avais pas vu l'obstacle. Voilà une splendide chute dans un grand fracas, ça a soulevé tout un tas de poussière qui me fait aussitôt tousser. Eh mais, c'est un tire-bouchon sous ce meuble ? Je profite que je suis à terre pour passer mon bras sous ce vieux tas de bois fissuré. Ce que je sens sous mes doigts est étrangement mou, mon index s'enfonce dedans et rencontre une surface plus dur. Je tire difficilement ma trouvaille et crie en découvrant une souris en état de décomposition avancée. Adams, où sont tes fichus tire-bouchons... ?!


Dernière édition par Charlie Primrose le Ven 6 Mar - 13:35, édité 1 fois
Mangemort 32
Mangemort 32
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Terminé] Joyeuse rencontre Empty
Re: [Terminé] Joyeuse rencontre
Mangemort 32, le  Mar 4 Fév - 20:20

La nuit tombe rapidement en hiver. La fin d'après-midi montre tout juste le bout de son nez, et pourtant les rues sont déjà sombres. Le soleil disparaît peu à peu, ne laissant qu'un paysage désolé sur Pré-au-Lard malgré les nombreux passants qui s'y trouvent encore, que ce soit dans les bars ou les boutiques qui ne fermeront que dans une bonne heure. Trente-Deux profite de l'ombre pour se glisser, presque invisible. De la Forêt de Pré-au-Lard à un autre endroit qu'il affectionne tout particulièrement : la Cabane Hurlante.

Il s'y rend souvent, ressassant tous ces moments où le masque n'était pas encore sien mais qu'il faisait tout pour plaire à ceux qui le portaient. Il était à présent une pièce à part entière de la grande machinerie de l'Ordre Noir, et il était de son devoir d'en trouver de nouvelles. L'armée des Ténèbres n'était jamais assez grande. Il fallait être sûr de chaque soldat la composant, mais il fallait aussi en trouver un certain nombre. D'où les sorties, toujours plus nombreuses, à la recherche d'âmes esseulées à rameuter.

A peine est-il entré qu'il voit des chaussures, soigneusement déposées. Une cape également. Il se penche, observe les vêtements. La taille ne fait aucun doute, ils appartiennent à un enfant. Des étiquettes le renseigne sur le nom du propriétaire. Le gamin doit être sacrément courageux pour oser laisser ses effets personnels sur le pas de la porte de la Cabane la plus hantée de Grande Bretagne. Un fracas se fait entendre, suivi d'un cri. Le Corbeau prend le temps de prendre les vêtements avec lui, moyen de pression évident si l'enfant se montre trop insolent.

Trois-Deux avance dans la demeure abandonnée, nullement pressé. Pour finalement trouver le fameux Charlie Primrose par terre, un cadavre de souris devant les yeux. « Monsieur Primrose... Vous devriez être plus vigilent à là où vous laissez vos affaires, quelqu'un de mal intentionné pourrait vous les voler facilement. » Devant cette scène des plus pathétique, il préfère déposer les chaussures devant l'enfant, tout en laissant sa cape lui tomber dessus. Le voilà aussi efficace qu'une nourrice anglaise... Quoi que le ton de sa voix restait plus... Caverneux.
Charlie Primrose
Charlie Primrose
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Quatrième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Terminé] Joyeuse rencontre Empty
Re: [Terminé] Joyeuse rencontre
Charlie Primrose, le  Mar 4 Fév - 22:32

C'est absolument répugnant. Cette maison est dans un état pitoyable. Pour un lieu plus ou moins touristique -enfin, je crois ? l'effort n'est pas mis sur la propreté. L'odeur du cadavre me donne aussitôt la nausée. Je suis incapable de détourner mon regard de ma main tremblante et couverte du jus immonde de la souris. Je l'ai lâchée juste après l'avoir identifiée mais malgré mes doigts engourdis, je la sens encore comme si elle était dans ma main. L'odeur. L'odeur. Pourquoi les fenêtres sont-elles fermées dans cette maison, comment l'air est-il censé circuler ? Diantre, quel flagrant manque d'entretien !

Il y a quelqu'un qui me parle. Je lève la tête et aperçois une grande silhouette tout de noir vêtue, avec un long et intrigant masque. Je lève légèrement ma baguette magique pour mieux observer le nouveau venu. Il est aussi sombre que cette cabane. En outre, il se fond parfaitement dans le décor. Voilà qui rajoute un peu d'immersion à ce lieu touristique. Fort aimable, ce dernier a déposé mes chaussures devant moi, et ma cape sur mes épaules.

Je garde ma main qui a touché la souris la plus éloignée possible de mon corps, dégoûté tant par l'odeur que par l'abominable substance qui reste sur mes doigts.

« Chaussures. » m'étonné-je d'une voix un peu atone en réalisant que le nouveau venu n'a pas ôté les siennes. Je ne peux pas mettre les miennes : j'ai une main sale, et l'autre tient ma baguette. Tant pis. Je penche légèrement la tête en observant à nouveau le masque du sorcier.

« Il n'y avait ici qu'un voleur de tire-bouchon, jusqu'à votre arrivée. » réponds-je en tentant de me relever. Je hausse légèrement un sourcil en ressentant un léger tiraillement dans mon pied. Finalement, ça fait un peu mal. Et j'ai froid, et je suis mal à l'aise. Alors finalement je me rassois car c'était plus confortable ainsi, et je me balance doucement de gauche à droite tout en fixant ce très beau masque. « Mais il n'y a pas de tire-bouchons, et je ne suis pas un voleur, puisqu'ils sont abandonnés. Si tant est qu'ils existent. » Je marque une légère pause, le temps de jouer un peu avec l'une de mes bouclettes, avec la main qui tient ma baguette. « Vous arrivez bien à respirer, là-dedans ? »
Mangemort 32
Mangemort 32
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Terminé] Joyeuse rencontre Empty
Re: [Terminé] Joyeuse rencontre
Mangemort 32, le  Lun 17 Fév - 1:04

L'enfant observe Trente-Deux qui ne bouge pas. Il n'a pas l'air effrayé, étrangement, juste surpris que ses chaussures atterrissent ainsi devant lui. Ce n'est cependant pas pour autant qu'il se décide à les enfiler. S'il préfère rester pieds nus, grand bien lui fasse, le Corbeau ne joue pas la nounou jusqu'à lacer les chaussures des gamins qu'il croise. Un petit jeu de regard semble s'installer entre les deux protagonistes, et Trois-Deux ne peut que confirmer son impression première : l'autre n'est pas le moins du monde impressionné par le fait qu'un masqué se tienne devant lui.

Quel étrange garçon que voici. Les autres ont toujours peur, ou essaient de jouer les braves. Mais les réactions ne sont jamais si neutres. Et c'est bien la première fois qu'on lui parle de tire-bouchons. C'est au tour du Corbeau de pencher légèrement la tête sur le côté. Sur quel énergumène est-il encore tombé ce soir ? Qui pourrait voler des tire-bouchons ? Qui pourrait chercher des tire-bouchons ? Soit c'est un code, soit le gosse est complètement perché. D'ailleurs, ses bouclettes blondes lui rappellent un être des plus perchés. Tout comme ses mots qui ne parviennent à trouver sens dans l'esprit sinueux de Trente-Deux.

C'est que l'autre ne lâche pas ses tire-bouchons, qui ne font que laisser le Mangemort de plus en plus perplexe. Ce n'est sûrement pas un code, juste une étrange lubie du petit personnage. D'ailleurs, une question suit, qui n'a aucun rapport. « Il est bien aimable à vous de vous en enquérir, mais oui, je respire bien dedans. Ce masque n'a pas été choisi à la légère. » Le ton de la voix est plutôt amusé, il ne s'attendait pas à tenir un tel dialogue. Pourtant, il sait depuis longtemps que cette Cabane favorise les rencontres les plus incongrues.

Il regarde toujours l'enfant, n'arrive pas à en détacher son regard. De ses boucles blondes et de son air ingénu. Il semble avancer dans un autre monde, plus insouciant, incompréhensible pour ceux qui n'y ont pas accès. Il flotte entre les dimensions, comme le Perché. Oui, il a l'impression de revoir son étrange ami, là, devant lui, avec quelques années de moins, son obsession pour la mode remplacée par des tire-bouchons. #Accio Tire-Bouchons lancé par une baguette qui glisse de la manche, mais rien n'apparaît. « Je crains que le voleur ne soit déjà passé. » Pour ne pas lui dire que les tire-bouchons n'ont probablement jamais existé. Le laisser rêver.
Charlie Primrose
Charlie Primrose
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Quatrième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Terminé] Joyeuse rencontre Empty
Re: [Terminé] Joyeuse rencontre
Charlie Primrose, le  Lun 17 Fév - 15:47

Lancer un sortilège d'attraction sur un tire-bouchon, c'est céder face à la facilité, prendre le risque d'abîmer l'objet s'il heurte accidentellement un obstacle, mais surtout le déloger sans délicatesse de sa position initiale. C'est inutilement risqué, et on ne tire aucune satisfaction en obtenant l'objet de son désir de manière aussi simple et indélicate. Mais je ne fais aucune remarque à ce sujet à l'inconnu -ma contrariété ne se traduit que par un léger haussement de sourcils. Aucun tire-bouchon dans les mains de l'inconnu : soit un voleur est effectivement passé par là, soit Adams est un menteur. Dans un cas comme dans l'autre, j'ai perdu mon temps et sali ma main pour rien.

Elle tremble, cette main. Je n'aime pas cela. Ce lieu est trop sale pour moi : cette habitation mériterait un bon coup de nettoyage. Depuis combien de décennies laisse-t-on la poussière s'accumuler ici ? Mes balancements s'intensifient alors que l'odeur me semble de plus en plus forte et insupportable. Elle ne l'est pas : c'est juste que j'y prête plus attention. Mais ça me donne envie de vomir, et ça me dégoûte au plus haut point. Encore une fois, je ne fais aucune remarque. Le sombre inconnu se fond si bien dans ce décor lugubre qu'il ne me paraît pas incongru qu'il puisse s'agir de son lieu de vie.

Et ça me rappelle des souvenirs douloureux : plusieurs jours privé de repas en punition pour avoir dit à Miss Brown, tout sourire, que son appartement puait la vieille charogne putride. J'avais huit ans et j'étais fier d'avoir appris ce nouveau mot : putride. Dix coups de bâton sur les mains pour avoir suggéré au patron de Papa de se brosser les dents plus régulièrement et de se laver avec beaucoup de savon. Papa et Maman ont travaillé dur pour m'inculquer correctement les règles de politesse. Même si je n'en comprends pas toutes les nuances, car Maman aussi a critiqué l'appartement de Miss Brown, et l'haleine du patron de Papa et elle n'a ni reçu coup de bâton, ni été privée de repas : mais elle l'a fait loin des concernés. Et pour moi, ce n'est pas logique d'en parler en privé et loin des concernés, alors que ce sont justement eux qui peuvent remédier à ces problèmes incommodants. Je ne comprends pas, mais Maman me dit que c'est parce que je réfléchis trop.

Puisqu'ils m'ont appris si longuement et douloureusement les règles de politesse, j'ai enlevé mes chaussures et ma cape en entrant dans cette cabane, et je ne critique pas la propreté des lieux devant l'inconnu. Je me contente de le fixer, tantôt lui, tantôt ma main tremblante. Et ce qui me perturbe le plus dans cette étrange situation, ce n'est pas la présence du sorcier masqué. C'est ce liquide répugnant à l'odeur pestilentielle sur ma main, et le fait qu'Adams ne soit potentiellement qu'un sale petit menteur.

Alors je tente de me changer les idées, car l'odeur me tourne la tête, j'ai la gorge sèche et ma respiration s'accélère. Ça ne va pas, mais ce n'est pas le lieu pour exploser. C'est le terme que j'utilise : exploser. C'est quand le monde qui m'entoure me semble si insoutenable que je ne peux plus le supporter, que mes émotions débordent et que je ne peux plus les contenir, que chaque perturbation, odeur, contact, bruit, lumière semble me transpercer d'un coup de couteau. Je ne me suis jamais pris un coup de couteau, je ne sais pas à quel point ça fait mal. Mais parfois, je ressens de grandes douleurs. Et alors je m'éteins, ou j'explose. Mais ni l'un ni l'autre ne doit arriver dans un lieu inconnu, entouré d'inconnus : ce sont les règles de Papa et Maman.

Je bouge, beaucoup. Ma main qui tenait ma baguette l'a définitivement lâchée, elle tire nerveusement sur mes bouclettes. L'autre est prise de violents tremblements qui se prolongent dans mon bras, mon corps. Je me concentre sur autre chose : ce masque dans lequel il est, d'après son propriétaire, facile de respirer. Je me demande s'il dispose d'un filtre pour les odeurs. Cela m'intrigue.

« Si j'avais un masque comme le vôtre, » commencé-je d'une voix légèrement plus tremblante que tout à l'heure. « alors, je le peindrais en bleu et je dessinerais des altocumulus dessus. »

Un masque comme le ciel. L'idée me fait rire. Je suis mal à l'aise mais je ris quand même. Un rire discret, légèrement secoué par mes tremblements et mon balancement régulier. Quelque part, la présence de cet inconnu me rassure. Cela ne devrait pas, mais j'aurais été bien embêté d'être totalement seul dans cet endroit immonde et lugubre.

« Auriez-vous un mouchoir s'il vous plaît, monsieur ? » demandé-je poliment. J'observe ma main. Si je pouvais essuyer le liquide nauséabond qui coule encore sur mes doigts, je me sentirais certainement bien mieux et beaucoup plus à l'aise.
Mangemort 32
Mangemort 32
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Terminé] Joyeuse rencontre Empty
Re: [Terminé] Joyeuse rencontre
Mangemort 32, le  Lun 2 Mar - 19:46

L'enfant se balance, d'avant en arrière et d'arrière en avant. Il ne semble pas réellement mesurer ce qu'il se passe ici, qui se trouve face à lui. Il est perdu dans son monde, dans son angoisse, mais le Corbeau ne parvient pas à en deviner l'origine. Cette Cabane est pour lui un véritable havre de paix, il est inconcevable que l'on puisse s'y sentir si mal. Primrose regarde sa main, et le masque qui lui fait face, dans un silence qui commence à s'éterniser doucement mais que Trente-Deux se refuse de briser. Il aime la compagnie du silence autant que celle de la solitude. Un blanc est parfois bien plus parlant que quelques mots.

C'est pour ça qu'il ne parlait pas beaucoup avec le Perché. Enfin, aussi parce qu'il ne comprenait rien à ce qu'il racontait. Mais ça ne les empêchait pas d'être les meilleurs amis qui soient. D'ailleurs, il se balançait lui aussi des fois. Pareil. Le gosse parle de peindre le masque en bleu, avec des trucs dessus dont le Corbeau n'a pas la moindre idée de ce que c'est. Il hausse les épaules. « Les corbeaux sont rarement bleus. » N'empêche que l'idée de peindre les masques en couleur pourrait plaire à 52, à tous les coups.

L'enfant rit de ses propres idées. Et Trois-Deux hésite à lui dire qu'il existe un masque rouge, à défaut d'être bleu, mais que ce dernier n'était pas franchement le plus sympathique à croiser. A voir les réactions de Primrose, il ignorait totalement quel genre de mage noir lui faisait face. « Pas de mouchoir, non. » Il pointe cependant sa baguette sur la main souillée pour faire disparaître toute trace de liquide dessus d'un simple #Récurvite. Une fois la main de l'enfant bien propre, la baguette de Trente-Deux retourne dans sa poche. Il n'a aucune raison de la garder face à un tel énergumène.

Bras croisés, il observe sa proie du soir, ne sachant pas vraiment que faire de lui. Il ne pouvait décemment pas le laisser seul dans la Cabane Hurlante, mais après avoir était aussi prévenant envers l'être, il ne pouvait pas non plus le laisser partir aussi facilement. Il en va de sa crédibilité en tant que Masqué. Si le Maître apprenait qu'il s'occupait des enfants sans même leur parler idéologie, il serait loin d'être ravi. Et le fait que l'enfant ressemble au Perché n'y changeait rien. « Tu sais que les Mangemorts n'ont pas pour habitude d'être si prévenants ? As-tu entendu parler de nous, petit ? »
Charlie Primrose
Charlie Primrose
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Quatrième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Terminé] Joyeuse rencontre Empty
Re: [Terminé] Joyeuse rencontre
Charlie Primrose, le  Mar 3 Mar - 12:07

Le sortilège chatouille ma main. C'est légèrement désagréable, mais bref. Quand le sort s'estompe, j'observe un court moment cette main débarrassée de toute souillure et pousse un profond soupir de soulagement. Tout va bien. Je la ramène à moi et la tiens contre ma poitrine comme une vieille amie retrouvée. Je me sens déjà un peu mieux, ma respiration s'apaise. Yeux clos, je profite quelques secondes du silence. Désormais propre et sachant qu'il n'y a aucun tire-bouchon dans ce lugubre endroit, j'envisage de prendre congé et de retourner près des boutiques où m'attendent probablement mes parents. J'avise mes chaussures à côté de moi, et m'apprête à me saisir de l'une d'elles pour la mettre à mon pied quand j'entends à nouveau la voix de l'inconnu.

Je lève mon regard en direction du masque sombre. Ses propos m'intriguent. Prévenant. Je repense aux chaussures et à la cape. Au service rendu pour les tire-bouchons même si je n'approuve pas la façon de faire. A ma main désormais propre. Par trois fois, l'inconnu m'a aidé. Bien sûr que j'ai entendu des choses sur les Mangemorts. Et j'ai grandi dans une famille de sorciers, même Papa et Maman en discutent parfois. Je crois qu'ils aiment la destruction, la mort et d'autres lugubres activités. D'ailleurs, ce lieu sied parfaitement à l'un d'entre eux. En repensant à ce qu'a fait cet inconnu pour moi, je constate bien qu'il y a dissonance. Quelque chose qui ne va pas, qui ne convient pas à ce que j'ai entendu sur eux. Prévenantet Mangemort. C'est comme le rouge et le bleu, cela ne va pas ensemble.

Est-ce que cela pose problème à cet inconnu ? A-t-il été à l'encontre de son code de conduite pour moi ? Aime-t-il le sang, la destruction, la mort ? Par trois fois, il m'a aidé. Je peux lui rendre service en retour. Lui apporter ce qu'il recherche, peut-être. Me faire pardonner pour l'avoir amené à être prévenant.

« Oui, j'ai entendu parler de vous. » lui réponds-je d'abord avant de déplier mes jambes. Je relève doucement les pans de mon pantalon jusqu'au niveau de mes genoux, dévoilant dans l'obscurité une peau nue et pâle. Mon regard se pose à nouveau sur l'Inconnu, interrogateur.

« Si vous êtes venu pour ça, vous pouvez le faire ici. C'est là que le fait mon père.» Quand ce n'est pas sur les mains, mais sur les mains c'est moins discret. Du bout de mes doigts j'effleure quelques marques violacées sur mes mollets. Quand on me pose des questions, je dis que je tombe : personne ne s'en étonne car je suis maladroit. « Mais il vous faut un bâton. » ajouté-je avec une pointe de contrariété. Je tourne la tête et observe la pièce, à la recherche d'un objet qui pourrait convenir. Je ne vois rien de particulier, alors je pose juste à nouveau mon regard bleu sur l'Inconnu, en attente d'une idée de sa part.
Mangemort 32
Mangemort 32
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Terminé] Joyeuse rencontre Empty
Re: [Terminé] Joyeuse rencontre
Mangemort 32, le  Mer 4 Mar - 23:24

L'enfant semble soulagé de retrouver sa main dans son état initial. Il est visiblement perturbé par peu de choses, un peu de saleté, un peu d'inconfort, et c'est tout son monde qui s'effondre. Monde apparemment étrange puisqu'il n'évolue pas dans le même que les autres. Les retours à la réalité peuvent être brutaux. Il la connaît d'ailleurs, cette réalité, car l'Ordre Noir ne lui est pas inconnu. Alors pourquoi le Corbeau ne voit-il aucune peur dans son regard, comme dans celui de tous ceux qu'il croise ainsi masqué ? Au contraire, il semble d'un calme olympien à présent que sa main est propre.

Il retrousse son pantalon, sans que Trente-Deux ne comprenne où il veut en venir sur l'instant. C'est ici que son père fait quoi ? Que pense-t-il qu'il est venu faire jusqu'ici ? C'est simplement à la mention d'un bâton que les rouages se mettent en place pour Trois-Deux qui remarque alors les traces violacées sur les jambes de l'enfant. Ses poings se serrent, la rage monte d'un coup tandis qu'il prend sur lui pour se contenir. Il ne supporte pas les parents violents. Il ne peut les tolérer. Plus encore, il ne peut accepter qu'ils vivent. Le Corbeau prend plusieurs respirations afin de se calmer au mieux.

Il ne peut se permettre de laisser paraître son trouble, sa colère. Il ne peut laisser aucun indice sur ce qu'il fera par la suite. Le petit Primrose doit rester dans l'ignorance. A tout jamais. Il ne doit pas savoir qu'il vient de sceller le sort de son père. « Je ne suis pas là pour ça. Tu devrais mettre tes chaussures. » La voix se contrôle. Il ne laisse aucune émotion paraître dans le ton utilisé. Un simple fait, un constat, suivi d'un conseil. Cette rencontre touche à sa fin. Et Trente-Deux espère bien revoir le petit dont les bouclettes blondes l'intriguent tant.

Il se dirige donc vers la sortie de la pièce, prêt à laisser l'enfant où il est pour qu'il puisse aller retrouver ses parents. Il le suivrait dans l'ombre. Et il fera disparaître son père dès que ce dernier sera seul, et qu'aucune trace ne pourra être laissée. Le Corbeau se retourne tout de même une dernière fois vers l'enfant. « On se reverra, Charlie Primrose. Mais ne parle à personne de cette rencontre. Jamais. Tu pourrais t'attirer des ennuis. » Et il disparaît en un transplanage qui lui fait gagner le toit de la Cabane Hurlante, point de vue parfait pour guetter la sortie de l'enfant.

Départ de 32
Charlie Primrose
Charlie Primrose
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Quatrième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


[Terminé] Joyeuse rencontre Empty
Re: [Terminé] Joyeuse rencontre
Charlie Primrose, le  Jeu 5 Mar - 15:42

J'attends, mais les coups ne viennent pas. L'Inconnu ne fait aucun geste pour me blesser. En fait, il est aussi immobile que moi dans mon attente. Moi qui ai arrêté mes balancements, et qui me contente de tenir les pans de mon pantalon de mes mains tremblantes. Moi qui fixe cet Inconnu avec plus de crainte pour les coups à venir-et-qui-ne-viennent-pas que pour l'identité de la personne qui les donne-mais-ne-les-donne pas. Mais rien ne vient, si ce n'est quelques mots. Je hoche doucement la tête. Je suis un garçon obéissant : mes parents m'ont appris à être toujours poli, et à faire ce qu'on me demande. Et puis, je ne veux pas avoir des ennuis, moi. Je veux être tranquille, c'est aussi pour cela qu'en général, je ne me plains pas et j'obéis. Pour qu'on me laisse en paix. Qu'on ne marque pas ma peau de nouveaux coups.

L'Inconnu disparaît. C'est à contre-cœur que je mets mes chaussures : mes pieds sont sales et l'un d'eux saigne légèrement. Je n'aime pas mettre des pieds sales dans des chaussures propres, je n'ai jamais aimé ça et je n'aimerai jamais. Mais on m'a dit de les mettre. Je les mets. Je ramasse aussi ma baguette, il serait dommage de l'oublier. J'attache ma cape, époussette mes vêtements et me relève. La démarche est lente, un peu maladroite. Bah, ça ne change pas beaucoup de d'habitude. Cette rencontre me laisse une impression d'étrangeté -comme s'il s'était produit quelque chose d'anormal, d'inhabituel sans que je ne parvienne réellement à savoir quoi. Mes pas me ramènent dans les rues de Pré-au-Lard. J'aperçois rapidement les silhouettes de mes parents qui fondent sur moi.

Maman me tient par les épaules et me crie quelque chose. Papa est en retrait, il me regarde avec un air qui me semble sévère. Je reconnais cette expression : je crois qu'il n'est pas content. C'est celle qu'il a quand il estime que j'ai fait une bêtise. On me demande où j'étais, ce que j'ai fait, pourquoi j'étais si long.

« Adams m'a dit que je pouvais trouver des tire-bouchons pas très loin d'ici, mais ce gars est un menteur, ou bien quelqu'un d'autre a récupéré les tire-bouchons. »

Et c'est tout ce que je peux dire, parce que l'Inconnu m'a demandé de ne pas évoquer notre rencontre. Papa et maman ne disent rien de plus : ce n'est de toute façon pas le lieu. Dans les lieux publics, il est important de se montrer toujours sous un bon jour, comme ils disent. Parfaits, irréprochables. Sur le retour, j'apprends toutefois qu'ils m'ont cherché dans tous les magasins du village. Je ne réponds pas, je n'ai rien à leur dire. Je me doute que je serai puni en rentrant. C'est frustrant, toute cette agitation pour un tire-bouchon que je n'ai finalement jamais trouvé.
Contenu sponsorisé

[Terminé] Joyeuse rencontre Empty
Re: [Terminé] Joyeuse rencontre
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 [Terminé] Joyeuse rencontre


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.