AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 1 sur 1
Ce que je veux, c'est le bruit calme de la Nature, celui que les autres ne comprennent pas - [Abandonné]
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Ce que je veux, c'est le bruit calme de la Nature, celui que les autres ne comprennent pas - [Abandonné] Empty
Ce que je veux, c'est le bruit calme de la Nature, celui que les autres ne comprennent pas - [Abandonné]
Elida Cestero, le  Sam 08 Fév 2020, 18:12

Hiver - saison 30
Avec 65 - soir/nuit

Poudlard, c’est vraiment le gros bazar. Même l’école avant Poudlard était plus calme, plus… Normale. Peut-être pas plus agréable, mais plus normale, oui. Clairement ici, il y n’y a rien de normal. Rien de rien, absolument rien ! C’est vrai qu’à partir du moment où la magie fait partie du quotidien, rien n’est normal. On utilise des ingrédients bizarres et généralement inconnus pour faire un mélange soit disant magique qui peut aider, ou au contraire tuer  je crois selon les ingrédients, et même si je n’ai jamais essayé d’y goûter je veux bien croire que ça fonctionne vraiment, sinon on n’apprendrait pas ça. On a aussi une baguette magique qui, selon le geste et les paroles, peut faire pleins de trucs. On a les plats qui arrivent tous seuls sur la table devant nous. On découvre des créatures magiques qui existent réellement alors qu’elles n’étaient pas censées exister lorsque j’étais enfant. On apprend à voler sur un balais. Tout ça, j’aime, j’adore même ! Enfin, sauf voler dans le ciel pour le moment et certainement pour toujours, mais passons, j’aime la magie, c’est ce qu’il faut retenir et comprendre. Le problème, c’est que Poudlard n’est pas que ça. C’est aussi une flèche qui vient blesser un élève pendant un cours, c’est aussi une élève morte parce qu’elle s’est tuée toute seule, c’est également des affaires échangées de manière idiote, et qui sait quoi d’autre encore ? La prochaine fois, ça sera un dragon qui viendra s’écraser sur le château ? Alors oui j’aime la magie, mais il ne faut pas exagérer non plus, ça commence à faire trop de choses là. Et surtout… Les élèves sorciers sont aussi bruyant que ceux moldus. Ils se disent différents, mais à part les habitudes vieilles des sorciers, et leur magie, je ne vois pas de différences. Autant de bruit, de moqueries, de méchancetés, de sournoiseries, et la liste est longue…

Encore cet après-midi après les cours, les élèves sont excités et énervés de partout. C’est fou ce qu’ils peuvent faire du bruit en bavardant ! Pourtant, la bibliothèque est généralement calme, mais ce soir il y a dans le fond une table particulièrement bruyante à mes oreilles remplie d’élèves en train de s’essayer à des sorts qui me sont inconnus, et qui ne m’intéressent absolument pas. Je suis occupée à dessiner moi, pas loin d’une fenêtre, et évidemment ils me dérangent dans mon observation d’un parc sombre sous la nuit qui tombe encore tôt malgré l’hiver bien avancé. C’est joli la nature dans la nuit, avec la lune et les étoiles d’un ciel découvert qui l’éclaire un peu. Dans mon carnet ça commence à rendre bien même si ne sont que des légères silhouettes. En même temps, j’ai du mal à me concentrer. Et je déteste ça, ne pas savoir me concentrer. Ils ne pourraient donc pas aller travailler ailleurs ? Pourquoi une bibliothèque pour pratiquer leurs sorts ? Normalement ici, on se tait, la voix ne s’élève que dans la tête lorsqu’on lit un livre ou qu’on réfléchit, c’est tout. Mais pas pour eux, oh non. Et clairement, je commence à en avoir assez. Dessiner dans le bruit, ce n’est pas mon truc, et encore moins aujourd’hui après une journée entière de cours.

Alors je décide de sortir de là, parce que si le bruit ne s’en va pas c’est à moi de m’éloigner. Jeter le crayon dans le sac, y ranger bien soigneusement le carnet, objet de valeur et fragile, se lever discrètement, abandonner fenêtres, table et chaise pour rejoindre les couloirs sombres, un peu froids, mais silencieux, eux. Sauf quand je croise un autre groupe d’élèves, mais ce n’est que passager, personne ne s’attarde. La maison me manque pour son calme… Je peux y dessiner à longueur de journée dans un calme profond tandis que Lylianna lit, même si parfois je lis à côté d’elle. C’est vrai qu’elle peut faire peur parfois, mais c’est comme ça et je préfère être avec elle qu’être entourée d’élèves bruyants. Même si à la maison, il n’y a pas beaucoup mes parents ni mon grand-frère, quoique, Mark se débrouille souvent être là quand je suis là. Pour jouer avec moi, lire avec moi, parfois dessiner avec moi. Généralement dans le calme. Oui vraiment, ce calme me manque, je n’arrive pas à comprendre comment tous ces gens peuvent apprécier, ou du moins ne pas trouver dérangeant, tout ce bruit incessant. Ça m’énerve ! À quand les prochaines vacances ? Je n’en sais rien. Mais en les attendant, il faut trouver de quoi faire. Et comme je ne suis pas sûre que les adultes apprécieraient croiser une élève déambulant dans les couloirs, mes pas me mènent presque naturellement dans le parc. À cette heure-ci, il n’y a presque personne d’autre que les petites bêtes nocturnes. Hiboux et chouettes, lapins et renards au abords de la Forêt, petites souries tout près dont on entend les discrets bruit de pas dans le silence avec une bonne oreille. Franchement, qui pourrait dire que le silence n’est pas agréable alors que grâce à ça on entend et on observe la vie extérieure ? Moi, j’aime bien les animaux, ils sont bien plus gentils que les Humains. Sauf les Acromentules, je ne les aime pas du tout celles-là, et il n’y a pas grand-monde qui doit les aimer… Elles étaient si méchantes ! Il ne vaut mieux pas y penser et regarder ce qu’il y a ce soir tout en marchant dans le parc pour me réchauffer, je ne suis pas vraiment habillée pour aller dehors mais ça va, marcher suffit à réchauffer. Il y a non loin, posée sur un arbre, une petite chouette, une chouette effraie si le manque de lumière ne donne pas de fausses images. En train de chasser ? Maintenant que la nuit est tombée, c’est sûrement ce qu’elle fait. Ça doit être l’animal d’un des élèves de l’école, généralement c’est pour ça que ces oiseaux se trouvent par ici. Petites créatures pas toujours choyées… Heureusement, la Forêt Interdite regorge de petits rongeurs, et même si ce n’est pas pour cette chouette le terrain idéal, elle peut toujours s’en contenter si elle a vraiment faim.

Tu veux jouer avec moi ? Un petit espoir arrive, une possibilité de pouvoir m’amuser autrement que par le dessin qui s’est finalement révélé être presque une torture puisque je n’y arrivais pas tout à l’heure. Mais l’oiseau s’envole, alors tant pis je le suis. Je ne suis pas à une promenade près dans cette forêt maintenant… Les petits pieds sur le sol malmené par la nature qui pousse de partout font des cracs sonores, et suivre le bel animal n’est pas facile avec toutes ses branches. Mais j’y arrive tout de même, et rejoint en douceur l’oiseau qui s’est posé sur une branche basse. Comme s’il savait que je voulais rester avec lui. «Coucou» Je souris à la jolie bête dont la présence suffit déjà à me faire oublier le bruit de tout à l’heure. Main tendue, je m’approche, doucement, mais l’oiseau a l’habitude des Humains ça se voit car elle ne s’éloigne pas. Elle descend même un peu plus, posée sur un gros rocher. Alors la main vient se poser sur le plumage, douce, légère, puis finalement je m’installe à côté pour lui murmurer «Toi au moins tu es gentille, tu ne fais pas de bruit inutilement. Tu veux rester avec moi ? On est bien ici, c’est calme. Puis c’est un peu chez toi ici, non ?» La chouette ne répond pas bien sûr, j'ai droit à un regard un peu curieux, mais ça m’est égal. Elle est là, je suis là, et on se contente d’observer la forêt peu illuminée aux formes étranges et imagées qui font rêver.
Mangemort 65
Mangemort 65
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus (Furet)


Ce que je veux, c'est le bruit calme de la Nature, celui que les autres ne comprennent pas - [Abandonné] Empty
Re: Ce que je veux, c'est le bruit calme de la Nature, celui que les autres ne comprennent pas - [Abandonné]
Mangemort 65, le  Sam 15 Fév 2020, 18:29




La nuit avait fini par envelopper le château de son manteau d’ébène, amenant avec elle le besoin de sortir. Autre fois, nos pas glissaient hors du bâtiment, sachant parfaitement où aller. Mais désormais, tiraillée entre le devoir de veiller sur Fanch, le besoin de vérifier que l’Aimé arrivait à respirer, la nécessité de respirer un air renouvelé, nous ne savions pas trop où aller. Instant d’errance sans le masque, sagement rangé dans la cape, caché sous une apparence tout autre pour éviter de ne se faire remarquer. Nous avions marché jusqu’à pré-au-lard avant de nous raviser. Pas envie de foule, pas envie de civilisation, juste envie de tranquillité.

La foret s’imposait à Nous, ses effluves d’herbes mouillées, les parfums de mousses et autres occupants. Le Temps avait vraiment filé depuis que Nous n’avions pas repris un instant pour profiter de ce genre d’instant. Flaner n’était pas trop au programme encore moins avec les traits de l’Ordre Noir. Pourtant, nous avions déviée machinalement, écrasant quelques brindilles signalant notre présence à quelques insectes fuyards, attirant notre attention. Et si… Et si, nous nous glissions dans nos pattes de velours, pour s’évader quelques instants ?

Le craquement des os résonnait désagréablement dans les tympans. La chair brulait toujours autant, la douleur rageait de la transformation que passablement mise de côté ces derniers mois. Et finalement, le museau au vent, les coussinets dans la fraicheur du sous-bois, nous inspirions profondément avec délectation. Notre apparat de furet était toujours aussi plaisant et agréable. Plus petite, plus discrète, nous nous faufilions entre les fourrées, courant après un mulot ou une musaraigne, laissant l’instinct se libérer un peu. Un délassement presque oublié malgré le nombre de fois où nous avions voulu fuir nos responsabilités.

La balade agréable fut interrompu par des bruits de pas, un bruissement d’aile et le passage d’une gamine sur le sentier que nous foulions auparavant. Terrée dans un buisson, nous l’avions sentie passer rapidement, avant qu’elle ne prenne de la hauteur. Si la vision n’était pas parfaite, nous l’entendions sans trop de souci. Voilà qu’elle conversait avec… un volatil…. Etrange enfant que voici. Sa voix était fluette et aigue, trahissant son jeune âge et la déraison de sa présence en ces lieux. Les mirettes plissées nous l’observions, nous demandant la raison de sa présence ici, finissant par conclure qu’elle avait juste fait le mur et décidé de se promener dans le coin. Petite inconsciente

Les enfants nous semblaient de moins en moins prudents, nous faisant nous poser des questions sur leur capacité intellectuelle. A quel moment la foret interdite était le meilleur endroit pour profiter de la nuit ? à quel moment le mot interdit n’avait-il plus aucun sens dans le vocabulaire des plus jeunes ? et depuis quand les petites filles ne restaient pas blotties dans leur lit ? Sortant de notre cachette sans un bruit, nous reprenions forme humaine, grimassant un peu et reposant les yeux sur la gamine que nous distinguions mieux qu’en état de furet. Un soupir nous échappait, elle semblait vraiment petite, bien qu’assisse. Nul doute que si nous allions la voir, sous couvert de l’image de l’adulte qui la houspille d’être partie, elle n’aurait que faire de nos conseils et re-commencerait à la première occasion à errer dans le coin. Un petit chaperon n’avait pas peur sans Loup. Et ce role n’était pas vraiment inné chez nous…

Alors, la baguette sortie de la poche, le masque posé sur le nez, nous ciblions l’oiseau que la petite prenait pour son ami, soufflant un simple #Gonflus sur l’animal. Notre amour pour les chouettes n’avait toujours pas grandi, mais il n’était pas vraiment question de cela. L’oiseau doubla de taille battant ridiculement des ailes pour contrôler son envol en vain. Il y avait certes mieux pour effrayer une petite fille, mais brusquer les enfants n’était pas dans nos capacités… Autant juste lui rappeler qu’elle n’avait rien à faire ici. Les drames arrivaient si vite « Elle ne restera pas, et toi non plus. Cette foret est loin d’être la plus calme qu’il soit, ne devrais-tu pas être dans tes draps ? »
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Ce que je veux, c'est le bruit calme de la Nature, celui que les autres ne comprennent pas - [Abandonné] Empty
Re: Ce que je veux, c'est le bruit calme de la Nature, celui que les autres ne comprennent pas - [Abandonné]
Elida Cestero, le  Sam 29 Fév 2020, 14:43

La jolie petite chouette reste ici, posée sur son rocher, et dans ses yeux semblent briller les étoiles, points lumineux dans le ciel difficilement visibles depuis la forêt. Elle ne parle pas, le langage humain est réservé aux Humains, mais elle a son langage à elle qui passe par des hululement ou des regards expressifs. Comme un langage codé que seuls la patience et l’observation peuvent tenter de décoder, sans forcément y arriver. On ne peut faire que des suppositions, la nature restera à jamais secrète et mystérieuse. Pourtant elle peut partager, elle le fait d’ailleurs, généralement forcée, mais parfois d’elle-même. Secrets dévoilés, mais petits secrets. Cette chouette fait partie des secrets, et au final l’Homme aussi. Sinon, je n’aurais pas tant de mal à comprendre les élèves de l’école. Je ne serais pas si embêtée par tous leurs sons qui emplissent sans cesse le château. Je pourrais dessiner n’importe quand, n’importe où. Qu’est-ce que j’aimerais pouvoir faire ça ! Ne pas être aussi dérangée par les autres… Je n’arrive pas à comprendre comment ils font, ces gens, pour supporter leur bruit. Certainement est-ce parce que le bruit vient d’eux. Ils ne doivent pas se rendre compte.

En tout cas ici, il y a bien moins de bruit, de sons, de voix, de mots et de phrases qui se mêlent et forment un brouhaha pas possible qui résonne dans ma tête. Non, ici c’est le bruit calme de la Nature, celui qui ne déconcentre pas, celui qui fait du bien, celui que j’aime et que d’autres n’aiment pas, n’entendent pas, ne comprennent pas, ne respectent pas. Et avec la petite chouette, je suis bien. Ici, dans cet endroit interdit. Pourquoi empêcher ainsi les élèves de trouver un endroit calme et si agréable ? Bon d’accord, ça peut être dangereux, après tout les araignées géantes en sont la preuve. Mais ici, maintenant et tout de suite, je suis tranquille, et les chouettes n’ont rien de dangereux tant qu’on n’est pas un de ces rongeurs ou autres petites bêtes qui leur servent de repas.

Rêvasser la main posée sur le plumage de l’oiseau n’est pas toujours une bonne idée quand on y pense bien, surtout vu là où on est. Car si l’oiseau reste un instant tranquille, il se met soudainement à gonfler, grossir, doubler de taille ! Dans un sursaut aussi surpris qu’effrayé, je retire ma main et recule de quelques pas précipités pour m’éloigner de l’animal qui se met à battre inutilement des ailes pour tenter de se contrôler. Effrayé lui aussi par ce soudain changement, ça se voit dans ses mouvements, ce n’est pas un monstre mais bien une chouette, petite créature victime d’une méchante transformation. Le monstre est quelque part par là, la magie a porté ses fruits, il y a quelqu’un qui a voulu s’amuser. Mais ce n’est pas drôle, non non, on ne torture pas ainsi un animal qui n’a rien demandé ! C’est méchant. De toute façon, les Humains sont méchants et vicieux, moqueurs et terriblement embêtants… Ils seraient d’ailleurs capables de me faire pareil, oh oui ils n’ont pas beaucoup de considération envers leurs semblables. Je tourne la tête pour voir qui est là, qui a fait ça, qui est méchant ainsi. Et je vois quelqu’un, un Humain comme imaginé, avec un masque -encore un masque. Un masque et une baguette. Ce n’est ni monsieur renard ni monsieur corbeau qui vient de faire ça, mais un masque sans image précise.

Et l’inconnu parle, c’est toujours la même question qui revient, la même remarque. La forêt est dangereuse, elle n’est pas calme, ce n’est pas un endroit où se promener… Mais personne ne comprend que je préfère rester ici plutôt que de subir tout le bruit des élèves de l’école. Ils deviennent presque embêtants eux aussi, ces adultes qui se répètent. Quand est-ce qu’ils comprendront que je ne veux pas de tout ce remue-ménage de l’école ? Je veux juste étudier, apprendre et dessiner, rien d’autres ! Donnez-moi du silence, c’est tout. Plus de bazar, plus de bêtises, s’il vous plaît laissez-moi rêver tranquillement. Mais non, les adultes ne sont pas compréhensifs. Ils aiment faire mal eux aussi, ils aiment forcer les élèves à subir le bruit de l’école en leur disant que seul endroit qui leur paraît réellement calme leur est interdit. Que feraient-ils à ma place ? Ils n’essaient même pas d’imaginer. Alors je recule, encore quelques pas, jetant un regard inquiet à la pauvre chouette torturée. «Je préfère être dans la forêt que dans l’école. Ils font trop de bruit.» Ils, sous entendus les élèves bien sûr. Mais l’étranger va-t-il savoir ? Comprendre ? Il n’est pas à l’école. Il y a été un jour, c’est sûr, pour étudier la magie. Mais monsieur, ou madame, masque n’y est certainement plus. Il a oublié ce que c’est. Le bruit qu’il y a. La douleur qui en naît. Il n'y a donc rien à ajouter.
Contenu sponsorisé

Ce que je veux, c'est le bruit calme de la Nature, celui que les autres ne comprennent pas - [Abandonné] Empty
Re: Ce que je veux, c'est le bruit calme de la Nature, celui que les autres ne comprennent pas - [Abandonné]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Ce que je veux, c'est le bruit calme de la Nature, celui que les autres ne comprennent pas - [Abandonné]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.