AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -35%
KARCHER : promo sur nettoyeur haute pression K5 ...
Voir le deal
241.99 €
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Bibliothèque
Page 1 sur 1
Chasse instrumentale [En cours]
Everard Lloyd
Everard Lloyd
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Chasse instrumentale [En cours] Empty
Chasse instrumentale [En cours]
Everard Lloyd, le  Mar 11 Fév 2020 - 22:49

Chasse instrumentale


La lecture n'avait jamais vraiment été sa tasse de thé. Cependant, ce dernier était complètement froid tant il avait cessé de vivre dans le monde réel. Il était plongé dans ce livre, relatant des événements du monde sorcier d'il y avait plus de deux-cents ans. Le livre était d'ailleurs dans un état lamentable, les images étaient nettement moins fluides qu'elle ne l'était alors à son époque. Dans ce cadre, il effleurait chaque page, pour ne pas risquer d'en abîmer la moindre once de cellulose. Son contenu valait de l'or au moins à ses yeux. Les instants de la guerre, la seconde guerre mondiale opposants les moldus de toutes origines. Dans quelques années, ce livre aurait tellement pris la poussière que ses lignes demeureraient à tout jamais illisibles.

Cette encyclopédie, Magie Italienne de tout temps, dont l'auteur lui était parfaitement inconnu, s'arrêterait bientôt là. Il était d'époque, il fallait dire, et les dernières pages ne seraient pas oubliées du serpent. En 1928, la sorcière savante Fiameta Giangucci commença ses travaux sur un artefact magique destiné à venir en aide aux adeptes d'instruments à cordes, et plus précisément le piano. Voilà qui devenait tout particulièrement intéressant. En 1931, Giangucci, après de nombreuses expériences ratées, parvient à fabriquer le premier prototype de clavecin autonome. Le résultat quelque peu hasardeux, elle réussit l'exploit le 5 juillet suivant de concevoir plus simplement le phénomène sur un piano à queue. Après l'enchantement du troisième exemplaire, elle le baptise "Chiavemorius", de la compression italienne « Chiave » et « Memoria » selon la déclinaison latine, traduite par « Toucher mémoriel ».

Les yeux d'Everard s'emplissaient de joie et d'avidité d'en connaitre plus à ce sujet. Il était déjà dévoré par les histoires de ce livre, chose exceptionnelle, mais découvrir l'existence d'un pareil prodige lui donnait simplement l'envie inévitable de le découvrir, pour de vrai. Happé par l'histoire de cette magie vraisemblablement perdue, vu que malgré ses voyages en méditerranée il n'avait jamais entendu parler de ce type d'artefact. Et il n'en aurait jamais entendu parler si l'ouvrage n'était d'époque. Il continuait sa lecture.

L'oeuvre de toute une vie était donc cet instrument de musique autonome. Aux yeux de n’importe qui, le chiavemorius est un simple piano à queue tout à fait classique. De taille similaire à celle de ce dernier et disposant des exacts même fonctionnalités. Il ne réagit pas différemment d’ailleurs lorsqu’un moldu en fait usage. Cependant, il peut mémoriser la musique jouée et ainsi, s’il reconnait les premières notes de musique d’une composition, plus tard, jouer tout seul la mélodie qui s’y rapporte, quelle que soit sa longueur. Il a aussi la faculté d’ajouter sa touche personnelle à une composition nouvelle en train d’être jouée, toujours avec justesse. Le Chiavemorius est donc un instrument de musique parfait pour apprendre à jouer de nouvelles compositions, et pour laisser un air de musique en allant faire autre chose. Il convient donc aux pianistes les plus aguerris qui ne se lassent pas de leur musique, mais aussi en tant qu'instrument d'entrainement pour les sorciers avides d'apprendre à mieux jouer du piano. Il se singularise par sa capacité à, parfois, jouer une note seule de manière extrêmement brève lorsqu’un objet ou le vent vient l’effleurer. Ce genre de phénomène est dû à une fausse interprétation de ce qui l’entoure. Comme s’il pense reconnaître ce qui l’a touché. Ce genre de situation se voit parfois chez certaines personnes possédant un chiavemorius et pensant avoir un piano. Ces personnes étant le plus souvent moldus, ils ont l’habitude de penser que ça vient de leur tête.
Malheureusement, la deuxième guerre mondiale et le régime fasciste moldu se faisant ressentir en Italie, la commercialisation du chiavemorius a été lourdement impactée et aucune exportation légale n’a jamais été déclarée à cause de la position du pays dans le conflit, les autorités magiques décidant qu’il était trop dangereux de se lancer sur un projet international dans cette situation. Le projet a finalement été abandonné à la mort de sa conceptrice en 1944. Aujourd’hui, de nombreux modèles ont été détruit par la guerre et la campagne d'Italie, et le peu de chiavemorius encore existants sont cachés parmi les pianos à queue classiques ayant survécus aux conflits.


Cette partie sur les caractéristiques de cet objet emplissait encore Everard d'excitation. Il n'aurait jamais espéré lire une telle chose. Cela lui ouvrait tellement de possibilités. Combien d'autres artefacts de la sorte, combien d'enchantements perdus par le temps fallait-il retrouver? Il ferma le livre. Il en avait presque assez vu, mais le reste de ses réponses était ailleurs. Il déposa Magie Italienne de tout temps dans son rayon, et changea de couloir. Il cherchait un registre, ou un annuaire d'époque. Il avait un contexte, une histoire, un objectif, il lui fallait maintenant éclaircir la piste. Il ouvrait un ouvrage sur les sorcières qui marquèrent les époques du monde magique, sans trouver le nom de Giangucci en son intérieur. Il le referma et le rangea comme trois autres livres sans résultat. Étrangement, c'est dans Alliance, Entente et désillusion, un feuilleté de pages sur l'implication des sorciers italiens dans les guerres moldus, qu'il trouva sa réponse. Page 79, septième nom, septième paragraphe.

Fiameta Giangucci était une sorcière italienne née en 1908, passionnée par la musique qui consacra la plus grande partie de sa vie à développer le potentiel musical de la magie. Ses travaux sur les enchantements et les sortilèges complexes ne traversèrent cependant pas les limites de son pays, si bien qu'elle ne fût connue qu'à son époque, dans son pays et dans sa ville natale, Florence. Fiameta Giangucci, en même temps trop impliquée dans la seconde guerre des moldus, mourut le 6 janvier 1944, ne laissant aucune trace autre que sa notoriété locale derrière elle.

Bingo. Everard n'avait pas besoin d'en savoir tellement plus. Il continuerait ses recherches à cet endroit. Prochaine destination: Florence, à la recherche du chiavemorius. Enfin relaxé de toutes ces questions, il étendit ses jambes devant lui et reposa tout son dos sur le fauteuil qu'il occupait, attrapant son thé refroidit d'une main gauche un peu tremblante d'envie. Portant presque un toast seul. A cette magique découverte à venir.


Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Chasse instrumentale [En cours] Empty
Re: Chasse instrumentale [En cours]
Alhena Peverell, le  Dim 19 Avr 2020 - 15:11

Saison 31

Peut-être qu'Alhena passait trop de temps au département des mystères, alors il fallait qu'elle change un peu d'air. Alors pourquoi pas la bibliothèque ? En fait, c'était si peu original de sa part au final. Elle tournait autour des mêmes choses, des livres, des recherches, la magie, noire ou blanche. Personne ne savait vraiment ce qu'elle faisait dans son département, en même temps, il ne portait pas son nom par hasard. Et c'était le mieux pour ses affaires, elle n'avait aucune envie que quelqu'un vienne lui chercher des noises là-bas. Encore moins ses collègues directeurs, certains hormis Finrod, pouvaient être difficile à gérer. Elle préférait largement rester dans son coin et laisser les autres s’entre-tuer. Elle avait assez donner à une époque. Aujourd'hui elle préférait largement prendre en otage Izsa ou Finrod pour partir chercher des ingrédients incongrus, découvrir une magie peu exploitée, se mettre en danger sans trop en faire. C'était devenue sa passion et ça n'allait pas changer avant longtemps. Elle était en plus sur le point de découvrir un nouveau sort très intéressant, mais là, elle avait besoin de se détendre un peu et de réfléchir sur autre chose. C'était comme face à une page blanche, c'est en faisant autre chose qu'on trouve la solution.

L'archétype de la bibliothèque dans son silence glaçant et sérieux. Elle s'assoit non loin d'une personne avec un livre sorti de nulle part. Quelque chose qui parle de musique, bien éloigné de la vieille magie. Alhena adorait la musique, ne pas en écouter, ne pas en jouer, c'était comme ne pas respirer. Cela n'avait pas d'intérêt quand on ne pouvait pas écouter le monde chanter, crier et vivre. Être sourde serait quelque chose que la belle aurait énormément de mal à surmonter. Rien que pour cette idée, son cœur avait un peu accéléré. Après quelques minutes à feuilleter le livre, elle finit par le trouver peu intéressant. Elle se dirige alors à nouveau vers la section adéquate et cherche. Ses doigts caressent les couvertures comme s'ils étaient ses enfants. Qu'est-ce qu'elle aimait cet endroit, cette sensation. Puis soudainement elle s'aperçoit qu'il manque quelque chose, quel était le livre ? Aucune idée, tant pis, peut-être qu'il n'était pas très intéressant.

Cherchons encore.

Page 1 sur 1

 Chasse instrumentale [En cours]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Bibliothèque-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.