AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le CrocoDeal du moment : -27%
PC Portable Gamer Alienware M15 – ...
Voir le deal
1599 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 3
Page 1 sur 2
Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Loredana Sparks
Loredana Sparks
MDJ-G en formationHarryPotter2005
MDJ-G en formation
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Loredana Sparks, le  Jeu 13 Fév 2020 - 13:28

Saison 30 - Printemps


La lettre avait été immédiatement déchirée et jetée à la poubelle. Non, je n’avais absolument pas l’intention de répondre à cette convocation, ni de m’y rendre. À quoi cela servirait-il ? Cela ne ferait pas disparaître le don, cela ne m’apprendrait pas à me contrôler. Décidément, le Ministère n’avait absolument aucune logique et devenait de plus en plus inutile à mes yeux. Évidemment, la colère avait rougi mes cheveux, avec l’envie de mettre un coup de pieds à cette sataner poubelle, d’y mettre le feu. Je n’en fais rien, préférant prendre mes affaires, aller prendre l’air et laisser le corps se détendre de cette nouvelle. Et puis d’ailleurs, d’où il me connaissait ce Mathworth je ne sais quoi ? J’avais beau essayer de trouver une occupation, je n’arrivais pas à me sortir cette idée de la tête : Est-ce que l’on me suivait désormais afin d’être certain que je ne mette plus en danger ce satané secret magique ? Est-ce que j’allais finir par me faire arrêter et envoyer en cellule si cela venait à se reproduire ? Cette simple pensée me rendait nauséeuse, je n’avais aucune envie de me retrouver derrière les barreaux. C’était la raison pour laquelle j’essayais toujours de rendre mes bêtises les plus discrètes possibles.

C’est en poussant un soupire de mécontentement que je me décide à me rendre au Ministère, le plus tôt serait le mieux afin d’être débarrassé de ce fardeau. De toute façon, qu’il le veuille ou non, le risque serait toujours présent. Je quitte la maison pour me rendre dans la zone où il était possible de transplaner. Pas de temps à perdre à marcher, flâner dans les rues. Il fallait que cela se fasse rapidement. J’atterris dans une petite ruelle de Londres – une habitude – proche de l’entrée des visiteurs, loin des regards indiscrets des Moldus. Je me concentre pour retrouver une couleur de cheveux tout à fait normale, un brun naturel colore ainsi mes ondulations des racines jusqu’au pointes. Parfait. Sans plus attendre, je me rends au Ministère pour la première fois de ma vie. Un jour que j’aurais aimé éviter. Je ne savais même pas où aller alors je finis par suivre une personne, puis une autre, soufflant, marmonnant, prête à faire demi-tour.

Après de nombreuses minutes, me voici arrivée au niveau 3 : Département des accidents et catastrophes magiques. Sérieusement, il ne fallait pas exagérer. Il y avait bien pire qu’une sorcière qui passait d’une couleur brune à rouge en un clin d’œil. Au contraire, les moldus feraient mieux de profiter du spectacle, d’applaudir au lieu de pleurnicher et de fuir de peur que mes cheveux ne se changent en serpent et les transforment en statuts de pierre – ce qui serait drôlement amusant soit dit en passant. Je frappe à la porte. Je m’attends à quelque chose de sérieux, un garde qui pourrait ouvrir la porte et me diriger vers le fameux Solal qui m’attendrait, installé à son bureau. Il n’en est rien, c’est un entrez qui retentit de l’autre côté de la porte. Levant un sourcil, j’ouvre doucement, passant ma tête avant de rentrer. Loin du sérieux dont je m’étais attendue, c’est un Surprise enthousiaste que j’entends, suivi de l’apparition d’une personne que je ne connaissais que trop bien. La question : qu’est-ce qu’il faisait là ? Néanmoins, le soulagement était bien trop important pour lui en vouloir. Sans attendre davantage, je prends ma baguette pour la lui lancer. Mais tu te fiches de moi ? C’est un rire qui s’échappe de ma bouche tandis que je m’approche de lui. Tu te rends compte de l’effort fourni pour être sûre que mes cheveux ne changent pas durant l’entrevue ? Je pousse un soupir de soulagement, passant mes mains sur mon visage avant de jeter un regard dans le bureau. Mais qu’est-ce que tu fais là ?
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Re: Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Artemis Wildsmith, le  Jeu 13 Fév 2020 - 14:11

Il n’y avait pas meilleur moyen pour inaugurer son arrivée au Ministère que par une farce. Arty avait caché les démarches, l’hésitation, les doutes qui l’avaient mené jusque dans son nouveau bureau. Une cachotterie parce qu’il craignait qu’on lui crache dessus, qu’on lui refuse un poste à cause de son passé, son passif de Fripon. Ils auraient eu entièrement raison. Et pourtant, le voici trônant parfaitement sur son siège de bureau, attendant patiemment Loredana. Une façon de lui annoncer gaiement son revirement de carrière, soudain, et pourtant si réfléchi. Un pied dans le Ministère c’était un pied sur le chemin du pouvoir, et il avait comme l’étrange agréable sensation que rien ne pourrait tourner mal.
Il laisse de côté les rapports d’incidents, les dépositions dont il devait urgemment prendre connaissance afin de résoudre quelques couacs magiques par-ci par-là, il en profite pour se demander comment il pourrait décorer le bureau afin de le rendre davantage pétillant, accueillant, chaleureux – rigolo.

Jusqu’à ce qu’un tapotement le sorte de ses pensées pour accrocher sur son visage un sourire enjoué. Un simple entrez immédiatement suivi d’un cri de joie SURPRISE ! Il voit les traits de l’Amoureuse s’animer de multiples émotions amusantes, entre l’étonnement, le soulagement, la joyeuseté aussi. Dire qu’elle avait cru se faire remonter les bretelle par un Oubliator Ennuyeux, qu’elle avait du angoisser à l’idée que sa Métamorphomagie soit repérée et discutée par le Ministère.
Il rit aussi en attrapant au vol la baguette balancée à son encontre. Rapidement, la laisser sur le bois du bureau désordonné avant de se lever brutalement de sa chaise, reboutonnant consciencieusement le bouton de sa veste. Élégant costume à carreaux d’un travailleur sérieux. D’un tadaaa il désigne, guilleret, la pièce qui occuperait désormais ses journées. Effectivement, ce n’était que les premiers jours, mais bientôt, ce bureau serait extraordinairement magnifique.

Il pourrait saluer la Gryffondor d’un baiser poli de bonjour, mais il est trop surexcité par le rôle qu’il avait à jouer, employé modèle du Ministère. Il tire alors une des chaises dédiées aux invités – aux interrogés – j’vous en prie Madame Wildsmith, - eh oui, ça y’est, et ça lui procure toujours autant de papillonnements un peu partout - afin qu’elle s’y installe confortablement. Lui, se détourne vivement pour aller s’asseoir sur un coin du bureau qu’il débarrasse prestement. J’ai postulé et MIRACLE, ils m’ont pris, tu as en face de toi un nouvel agent-de-la-brigade-de-réparation-des-accidents-de-sorcellerie, il faudrait vraiment trouver un diminutif mignon, impressionnant n’est-ce pas ? Ce qui était impressionnant c’était surtout le Wildsmith dans un bureau, un travail d’une convenabilité étrange. Pourtant, ça continue de le faire sourire facétieusement. Ce nouveau travail offrait une porte d'une luminosité incroyable, il avait cette vision de lui comme une maladie qui s’infiltrerait merveilleusement bien dans les couloirs du Ministère. Le remuer de l’intérieur, être acteur d’un changement qui tardait trop.
Loredana Sparks
Loredana Sparks
MDJ-G en formationHarryPotter2005
MDJ-G en formation
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Re: Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Loredana Sparks, le  Jeu 13 Fév 2020 - 14:46

La baguette rattrapée en plein vol n’avait pas été endommagée, heureusement. Je ne me voyais pas me retrouver chez Ollivander’s juste pour avoir voulu chahuter trente petites secondes avec Arty. Le voilà sérieux dans son joli costume, très sexy. Ce petit côté de lui ne me laissait pas du tout indifférente, c’était une agréable surprise, même si je ne m’étais pas douté une seule seconde qu’il comptait quitter son poste aux Trois Balais pour travailler au Ministère. Le fait qu’il n’ait plus Underlinden en guise de patron me convenait parfaitement. En quelques mois seulement, j’étais passée de la petite-amie du Gérant, à la femme d’un Agent du Ministère. Cette pensée faisait frétiller un cœur épanoui. Vraiment, pour le moment, il n’y avait plus de nuages dans notre relation. L’évolution était-elle réellement possible même entre nous deux ? J’avais envie d’y croire et c’était la raison pour laquelle je n’avais pas hésité une seconde avant d’accepter de l’épouser, malgré tout ce qu’il s’était passé entre nous ces derniers mois.

Sans plus attendre, je prends place sur la chaise qu’il me proposait tout en balayant la pièce du regard. Pas très ressemblant à la personnalité du Poufsouffle, mais je lui faisais confiance là-dessus, les couleurs et la joie de vivre allaient faire de cette pièce, un endroit singulier, à part entière. Mais c’est génial ! Pourquoi tu ne m’en as pas parlé ? Une voix enthousiaste, un sourire aux lèvres, même si l’incompréhension de ce secret devait peut-être se voir dans mes yeux. Je prends une position confortable, je pouvais enfin souffler, éliminer dans ces expirations toute la tension qui m’avait compressé l’estomac durant plusieurs heures. Sans lâcher mon Amoureux des yeux, je décide qu’il était temps de s’amuser un petit peu. Après tout, puisque je ne l’avais pas aidé à postuler, il était toujours possible de l’entraîner.

Je me redresse doucement sur ma chaise, les cheveux regroupés d’un seul côté, la robe colorée laissant entrevoir des jambes croisées, les deux mains posées sur les genoux. La position d’un rendez-vous sérieux, officiel, sans oublier le côté sexy parce qu’il s’agissait du Poufsouffle. Bien si on passait aux choses sérieuses, Monsieur Wildsmith. Pourquoi ai-je été convoquée ? Il fallait endosser le rôle de la parfaite Métamorphomage rebelle – pas très compliqué. Le regard faussement interrogateur qui ne lâche pas le Poufsouffle, les yeux se baladent malgré moi sur le costume, du haut vers le bas et inversement. Je me pince les lèvres pour camoufler le sourire qui se dessinait doucement.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Re: Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Artemis Wildsmith, le  Jeu 13 Fév 2020 - 21:50

Aaah les jeux de rôle, cela avait toujours quelque chose de particulièrement enivrant. Arty n’allait pas tarder à se faufiler dans le déguisement sérieux de l’agent du département des accidents et catastrophes magiques, juste après avoir essayé d’expliquer pourquoi ce fameux secret que le changement de carrière : j’voulais pas être déçu, te décevoir aussi, un haussement d’épaules bref, et puis ça fait une jolie surprise ! Parce qu’après tout il ne vivait que pour les rebondissements de la vie quotidienne.
Un claquement de mains joyeux pour signifier le début de la scène à jouer. Il aurait pu retourner immédiatement derrière son bureau et s’affaler dans son trône de fonctionnaire, mais il prend quelques courtes et volages secondes pour se mordre l’intérieur de la joue. C’est qu’il n’était pas étranger au jeu de la Métamorphomage ainsi qu’à sa robe qui laissait délicatement apparaître les cuisses. Les boucles s’agitent alors pour chasser le sourire en coin et les images tendancieuses, finalement, il s’affale dans son siège.

Aloooooors. Posture absolument parfaite, la veste se déboutonne pour ne pas être froissée, évidemment. Il passe même la main dans les boucles pour tenter de les ordonner sagement - inutile - et s’empare d’une plume efficace afin de faussement gratter sur un bout de parchemin traînant. Vous ne niez pas être Métamorphomage Madame Wildsmith hmm ? Il adorait prononcer ce Madame Wildsmith, ne s’en lasserait certainement jamais. Or, un tel statut se doit d’être déclaré au Ministère de la magie à cause des risques que vous faites encourir à la communauté sorcière. Il choisit ses mots avec précaution, se trouve lui-même terriblement ennuyeux avec ce blahblah législatif. L’usage de magie devant les moldus vous fait risquer l’emprisonnement, la confiscation de votre baguette - tiens, ça tombe bien, elle était juste là, il la désigne rapidement. Loi absolument ridicule selon lui puisque la baguette ne réglementait pas la métamorphomagie mais que voulez-vous, le Ministère était loin d’être un foudre de guerre et une amende. Qu’il croit, il n’est pas tout à fait sûr et la constitution magique se trouvait dans ce tiroir-là, ou cette armoire-ci, enfin quelque part. En résumé Madame Wildsmith, ça peut vous coûter cher. Et l’espièglerie qui danse subitement sur les pommettes du Fripon alors qu’il fixait intensément la nouvelle Épouse annonce qu’il ne parlait absolument pas de gallions.
Après de vagues gribouillages sur le parchemin, il soupire comme si le travail qu’il était à faire était rébarbatif - pas du tout. Puis, il se relève lestement, mais avant toute chose, laisser en suspens les propos volontairement mystérieux avant de prendre place en face de l’Amoureuse.

C’était risqué, revenir ainsi sur le devant du bureau pour y poser des fesses nonchalamment appuyées. Il sait qu’il ne peut empêcher les rétines de naviguer sur le tissu de la robe qui dévoilait toujours la peau des jambes ; sur les cheveux coiffés de telle manière qu’ils offraient toute une partie vulnérable du cou - à en faire tressaillir les cabines. Les entrailles se crispent, tentent de ne pas imaginer des doigts serpentins charmés par la douce chaleur des cuisses, se concentrer, cramponner les doigts au rebord du bois pour les maîtriser. Je vais devoir établir à quel point votre don vous est incontrôlable, un petit test si vous voulez. S’empêcher de trop sourire, car s’il souhaitait échauffer la Gryffondor, il ne parlait pas de la mettre en colère, non non non.
Loredana Sparks
Loredana Sparks
MDJ-G en formationHarryPotter2005
MDJ-G en formation
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Re: Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Loredana Sparks, le  Jeu 13 Fév 2020 - 23:20

La tension était en train de monter, il fallait bien l’avouer. Je peux voir ses yeux se balader sur ma robe, mes jambes et me retiens d’esquisser un sourire de satisfaction : C’était exactement ce que je recherchais en prenant ce genre de position pour le rendre nerveux. Après tout, j’avais bien le droit de m’amuser moi aussi. Et dire que j’avais failli ne jamais me présenter à ce bureau. Il prend son rôle très au sérieux, s’il n’était pas lui, je le trouverais rapidement ennuyeux. Une petite leçon de morale sur ma Métamorphomagie non-contrôlée. Comme si ce don était en fait une malédiction puisque très dangereux pour ce stupide secret magique. Si l’on m’avait sorti ces mots pour de vrai, je me serais sans doute agacée. Pourtant, je conserve ma position, fais semblant de prendre un air coupable, désolée, telle une accusée qui attend sa sentence. Je ne lève même pas les yeux au ciel, prends un air faussement choqué lorsqu’il m’annonce la possibilité d’être enfermée et privée de magie. Dire que certains sorciers avaient certainement dû subir ce genre de punition ridicule pour quelque chose de stupide. Si le secret magique était supprimé, tout se passerait sans doute très bien.

Je garde le silence, laisse le Poufsouffle terminer sa tirade avant de revenir près de moi, me propose un test. Une petite hésitation peut peut-être se lire dans mon regard. Le dernier test n’avait pas été très concluant, s’était même mal TRÈS mal terminé. Pourtant, je n’abandonne pas mon rôle. Vous voulez tester mes capacités de contrôle Monsieur…. ? Le nom fictif avait déjà été avalé. C'était surtout son costume qui me faisait perdre la mémoire. Je me redresse doucement sur ma chaise, en profite pour changer de jambe. Je le regarde intensément dans les yeux. Je suis née Métamorphomage. Seulement, je ne l’ai découvert que très tard. Je ne me suis pas recensée parce que j’en ai rien à f**tre. Je souris avant de poser mon dos contre la chaise, bien plus confortable. Et en plus je parle mal, ça va me coûter encore plus cher ça, n’est-ce pas ?

Le sourire camouflé par un pincement des lèvres, je tente de me contrôler pour ne pas laisser mes émotions apparaître au grand jour. Pas de cheveux colorés, toujours ce brun. Allez-y, testez-moi. Une voix peut-être un peu trop aguicheuse, plus que je ne l’aurais souhaité. J’écarte les bras avant de passer une main dans mes cheveux. Vous voulez que je refoule ce don ? Le supprime ? Dites-moi tout. Chose impossible en somme. Si la Métamorphomagie pouvait être bloquée en cas d’une forte dépression, il était simplement impossible de la supprimer totalement. C’était en moi. Vivre sans serait ne plus vivre du tout.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Re: Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Artemis Wildsmith, le  Ven 14 Fév 2020 - 9:00

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme





Il n’avait su empêcher le regard de vagabonder sur le tissu ondulant avec le changement de position de la Gryffondor. Doux jeu où il s’agissait d’attiser le bouillonnement de l’Autre jusqu’à ce que l’implosion ne puisse être réfrénée. Le bas-ventre s’enflamme involontairement, rendant le pantalon de costume serré-affolé de ne pouvoir cacher l’érection qui pointait le bout de son nez. Avant de se rendre compte qu’il n’avait pas à dissimuler le fait que Loredana le rendait ivre de désir, après tout, ce n’était pas lui qui était interrogé. Évidemment, si lui-même avait été Métamorphomage, ses mèches incontrôlables se seraient déjà colorées depuis quelques minutes déjà, dès que la tension lubrique s’était installée dans la pièce.
Il rit du langage employé par la Demoiselle, reconnaît bien là la Femme qu’il a épousée. Une insubordination qui la rendait adversaire tenace lors des disputes, une insubordination qui, il devait l’avouer, le faisait complètement chavirer. Effectivement, vous augmentez votre dette. Outrage à un agent du Ministère. T-t-t-t, c’est mal. Doucement, Arty retire alors la veste de costume, c’est que la température corporelle commençait à augmenter, pour la plier et la déposer majestueusement sur le bureau. Il retrousse délicatement les manches de sa blanche chemise à la manière dont il convoque doucement l’instinct de prédateur. Il sait, qu’il doit faire attention, agir avec grande précaution pour éviter tout dérapage. S’approcher ensuite calmement de la Demoiselle, déposer les mains sur les genoux découverts. Un temps suspendu durant lequel il accroche le regard de l’Amoureuse avant de contraindre délicatement les jambes à se décroiser, s’écarter un peu.

Car elle lui avait donné son accord, afin qu’il puisse tester allègrement la résistance dont elle pouvait faire preuve. Mais il le sait, la métamorphomagie ferait scintiller le bureau de lumineuses couleurs, il en avait fait son ultime but. Elle finirait par le réclamer entièrement, supplier les boucles brunes de danser entre ses cuisses, de la prendre pour inaugurer cet ennuyeux bureau. Pour l’instant, simplement glisser des doigts bienheureux sous le tissu agréable de la robe, remonté ainsi sur le haut des cuisses. Il sent sous la peau attentive qu'il effleure les marques qu’ont laissées les précédentes morsures – immédiatement, les babines se pourlèchent. Mais je suis sûr que vous trouverez un moyen de payer Madame, tandis que les visages se rencontrent presque dans une proximité électrique. C’est à ce moment-là qu’il eut l’urgente envie de mêler ses lèvres à celles de l’Épouse, d’où la nécessité de se reculer, vivement, de prendre place derrière la chaise sur laquelle elle était assise. La surplomber ainsi fait lorgner le regard vers le léger décolleté, ferait presque accélérer le souffle qu’il lui faut absolument contrôler. Car il n’avait pas terminé – loin de là. Ses mains serpentent alors sur les bras de la Métamorphomage pour qu’elle les dépose sur les accoudoirs du siège, une Proie qu’il s’agit de tourmenter avec facétie. En profiter pour faire apparaître malicieusement la Marque des Ténèbres sur l’avant-bras. Cela le fait sourire, il n’ignorait pas les penchants de Loredana pour son côté mangemoresque. Lui qui n’avait jamais imaginée la Marque accessoire sensuel – une bonne chose.

Le visage éclairé d’une ardeur impatiente, les lèvres s’approchent de l’oreille de la jeune femme, y chuchoter simplement : je veux juste que vous me montriez le contrôle que vous exercez sur votre don. M’assurer que vous saurez vous contenir devant des moldus. Pour cela, rien de tel que de pousser la résistance du désir, du plaisir dans ses retranchements. Le nez déambule alors dans la nuque demi-découverte, y frôler l’épiderme qui, il l’espérait, devait commencer à s’enfiévrer. Après tout, comment puis-je vous faire confiance pour maîtriser votre don alors que vous ne savez même pas tenir votre langue ?
Loredana Sparks
Loredana Sparks
MDJ-G en formationHarryPotter2005
MDJ-G en formation
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Re: Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Loredana Sparks, le  Ven 14 Fév 2020 - 12:28

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme




Outrage à Agent. Voilà une chose qui pourrait me faire sourire, rougir. Sorti de sa bouche, cela sonnait comme une invitation à poursuivre dans ce sens-là. Plus je suis insolente, plus il apprécie, je le sens, je le vois presque. Comme un pantalon qui se fait subitement trop serré, je peux le deviner. Je ne fais aucune remarque à ce sujet, tente de conserver une expression impassible afin de ne pas quitter mon rôle. Je ferme les yeux pour me concentrer. Ne pas laisser la Métamorphomagie prendre le dessus. Oublier les mains qui se baladent sur mes cuisses dénudées. Les visages se rapprochent, ma respiration s’accélère tandis que mes yeux rencontrent les siens. L’effort est presque surhumain, mais je parviens à conserver une nouvelle fois ma chevelure brune. La bouche s’entrouvre pour laisser passer un soupire tandis qu’il se relève pour se placer derrière moi. Je ne peux m’empêcher d’esquisser un sourire, qui s’échappe. Il était en train de me rendre dingue et les efforts fournis pour rester stoïque me faisait tourner la tête.

Le contact se faisait de plus en plus sensuel, je savais très bien où il voulait en venir. Se servir de mes faiblesses pour me faire exploser. Si ce n’était pas la colère, il s’agissait du désir que je ressentais pour lui. Résister devenait de plus en plus difficile, mais contre tout attente, j’y parvenais pour l’instant, comme si sans m’en rendre compte, j’avais progressé de ce côte-là. N’est-ce pas une preuve suffisante ? C’est un murmure presque un soupir, mais je ne bouge pas. Je ne laisse pas ma tête se pencher en arrière pour intensifier le contact. S’il souhaitait que je résiste, j’allais lui obéir, qu’importe la difficulté. J’avais espoir que lui finirait par craquer totalement. Que les rôles soient inversés. Je sais tenir ma langue. Je me débrouille pour trouver ses yeux, qu’il voit mon visage. J’ai un total contrôle sur elle. La langue sort, fait quelques petits mouvements aguicheurs, lents, sensuels, avant que la tête ne reprenne sa position initiale.

Je regarde devant moi, accrochant mes doigts aux accoudoirs et resserrant des jambes qui commençaient à se faire gourmandes, à réclamer plus d’attention. Laisser de côté cette envie d’envoyer en l’air les objets sur le bureau et se concentrer à nouveau sur mon rôle, fermant les yeux pour cacher des iris qui, je le sentais, avaient pris une toute autre couleur. Vous utilisez toujours ce genre de méthodes Monsieur ? Un ton interrogateur, sincère, comme si je parvenais avec succès à contenir mes pulsions, mes envies de me lever pour lui arracher sa chemise. Je ne trouve pas ça très...approprié. Et pourtant, j’adorais ça.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Re: Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Artemis Wildsmith, le  Ven 14 Fév 2020 - 13:41

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme





Non, ce n’était pas une preuve suffisante. Parce que la métamorphomagie ne s’était pas encore révélée, et il était bien décidé à creuser, creuser, creuser pour titiller le désir de la jeune femme. Ne pas s’arrêter, prendre son temps, savourer les effleurements qui ne faisaient qu’accroître le bouillonnement intérieur. Sentir que la Demoiselle se crispait d’essayer de se contrôler – délicieuse sensation.

Mais c’est lui qui est au bord du vacillement, lorsqu’une désirable actrice fait son apparition sur la scène, lorsque Loredana dégaine une arme ostentatoire : une langue qui se fait badine. Couvrez cette langue que je ne saurais voir, qu’il aurait pu prononcer s’il n’avait pas été si occupé à se pincer les lèvres des incisives fougueuses – se contrôler, se contrôler, se contrôler. Fort heureusement, l’Épouse se détourne, le laissant libre de fondre de nouveau dans son cou. Cette fois, il n’est plus question de vagues frôlements, c’est des baisers brûlants qu’il dépose, goûter un épiderme extrêmement connu. Il ne voit pas tout de suite qu’Elle garde les yeux clos, tout concentré sur sa déambulation. Ne faites pas semblant, cette méthode vous paraît très appropriée, au contraire. Du moins pour elle, évidemment, jamais une telle façon de faire ne dépasserait les relations du mariage, tout mari fidèle qu’il était. Aller vérifier les paroles prononcées avec des doigts davantage déterminés, qui, sans crier gare, s’en vont retrouver les cuisses dénudées, et un sous-vêtement dont la chaleur et l’humidité le satisfont grandement. Votre corps en tout cas, apprécie la méthode, Madame.

A ce moment, la sensation imprimée sur la pulpe des doigts ravis, il ne peut faire autrement que de pirouetter afin de faire face à la Gryffondor, s’emparer de son menton pour l’embrasser fougueusement. Un bref baiser intense, à peine un chatouillement languissant avant qu’il ne se recule. Seulement là, les paupières fermées de l’Amoureuse l’alpaguent. Il sourit, largement, vos yeux, ouvrez-les ; quelque chose lui disait qu’il n’avait rien de perdu de ses habiletés charmeuses. La Métamorphomage s’amuse, rit. Arty attrape au passage les éclats joyeux sortant des lèvres qu’il caresse du bout des doigts, vous trichez. La résistance dont elle faisait preuve afin de cacher ses iris était en réalité un amusant aveu. Il poursuit, donc : refus d’obtempérer, vous aggravez votre cas … Parce qu’il est persuadé que le don s’était manifesté à son insu, il trouve la force de se reculer pour reprendre place contre le bureau. Il était au bord du bord du bord de la victoire.

Je crois qu’il est temps de régler de vos contraventions, Madame Widsmith. Au même moment, tinte dans le bureau silencieux la boucle de ceinture du pantalon de costume qu’il défait, le bouton qu’il déboutonne et la braguette qu’il descend. Elle ne pouvait voir, mais elle devinerait tout à fait. Le contrôle de votre langue pourrait éventuellement vous servir, qu’il prononce alors, taquin, une revanche pour cette langue qui avait osé le narguer. Une invitation à peine déguisée. C’était un nouveau risque, il le savait, que de se montrer si franc, mais il s’agissait du dernier élan de maîtrise qu’il effectuait, après, la robe volerait.
Loredana Sparks
Loredana Sparks
MDJ-G en formationHarryPotter2005
MDJ-G en formation
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Re: Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Loredana Sparks, le  Ven 14 Fév 2020 - 15:17

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme




Il ne me facilitait pas la tâche en déposant des baisers dans mon cou, ni en faisant glisser ses doigts sous ma robe qui s’en allaient toucher un sous-vêtement qui devenait gênant, mais qui se devait, pour l’instant, de rester à sa place. Lorsqu’il se place devant moi, mes yeux sont toujours clos, un refus de le regarder et qu’il remarque le changement. Un baiser qui me fait presque perdre pied. Ne surtout pas craquer. C’est un rire qui s’échappe, un rire amusé qui appréciait ce petit jeu. Évidemment, il comprend rapidement et je me force à tenter de retrouver une couleur bleue afin de montrer que tout allait bien, que je n’avais pas craqué. Je souffle de soulagement tandis qu’il se recule, tente de retrouver un rythme cardiaque correct avant de ne tomber à la renverse à cause de ce surplus d’émotions que je tentais de camoufler. Les mots qu’il utilise me font sourire davantage. Outrage à Agent, refus d’obtempérer. Des mots qui, dans d’autres circonstances, m’auraient rendu irritable au plus au point. Là, je m’amusais et appréciais d'entendre ces mots sortir de sa bouche.

Je ne vois toujours pas, mais j’entends. J’entends la ceinture, le bouton, la braguette. Je me mords les lèvres en souriant davantage. J’ouvre des yeux redevenus bleus – eh oui – et découvre qu’effectivement, le pantalon avait simplement besoin d’être baissé et mes contraventions seraient payées. En voilà une drôle de façon de faire, mais cela m’amusait tellement que je ne pouvais pas le laisser gagner si facilement. Non, autant jouer un petit peu ; lui montrer qu’il n’était pas le seul à avoir le dessus. Doucement, je me lève pour le rejoindre, me coller à lui en passant mes bras autour de son cou, rapprocher ma tête de la sienne jusqu’à ce que les lèvres se frôlent. Vous avez raison Monsieur Wildsmith, le nom fictif complètement oublié n’avait plus d’importance, je suis absolument in-con-trô-lable. C’est complètement fou. Je le regarde droit dans les yeux. Vous préférez cette couleur ? Les cheveux prennent une couleur bleue nuit qu’il avait déjà connue, ou peut-être celle-ci, le fameux violet de notre tout premier baiser, il y a celle-là aussi, mais je crois qu’elle ne vous plaît pas, le blanc des jours sombres, tristes, mais je crois que celle-ci vous conviendrait le mieux. Le fameux rouge, le rouge feu pétillant qui symbolisait une passion intense ressentie à son égard. Mais apparemment, vous préférez les couleurs ternes, banales, et me voilà de retour au brun. Quel dommage…

Mes yeux fixent les siens avec intensité, c’est que tout cela n’apaisait pas l’envie de grimper sur ce bureau. En silence, ma main vient se glisser dans son pantalon pour saisir sa masculinité déjà bien échauffée. Mes lèvres se rapprochent pour mordre doucement les siennes. Le rendre fou, parce que lui aussi devait me réclamer. Une seconde durant laquelle je me demande si la porte du bureau est verrouillée.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Re: Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Artemis Wildsmith, le  Ven 14 Fév 2020 - 17:50

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme





Il rêvait complètement s’il s’attendait réellement que la jeune femme se mette à genoux ainsi, aussi facilement. Rien n’était si simple dans cette relation, et cela le fait sourire avec espièglerie – le simple, Arty détestait ça. La poursuite du jeu par contre, sentir Loredana tout contre lui, était exactement ce qui le faisait décoller. Une ivresse de félicité qui lui ferait presque trembler les doigts plongés dans la chevelure ondulée de la Métamorphomage – l’attrait des couleurs changeantes. La magnificence du don dans toute sa splendeur, peu importait la couleur choisie en réalité, elle restait sublime. Les yeux ébahis du Poufsouffle trahissaient que son rôle commençait à s’effriter doucement, il redevenait le fervent amoureux devant la beauté de celle qu’il aimait.
Avec surprise il exhale bruyamment lorsque l’entre-jambe dressé rencontre gaiement l’Amoureuse, sa bouche se saisit alors avec davantage de vivacité de celle de la jeune femme, la dévorer passionnément tant l’effet de la sentir dans son pantalon le rendait frénétique. L’ardeur vient tout à fait mettre fin au jeu de rôle – ne plus pouvoir se concentrer. Le rouge, s’il te plaît, c’est une véritable supplication qui s’évade des lèvres torrides, réclamer la couleur de la passion tandis que ses mains suivent allègrement les courbes de la robe, qu’il grignote de baisers flamboyants le menton et le cou de la Gryffondor, laissant les dents se régaler aussi – mordiller parfois.

Dans un nouveau souffle chaleureux, tout près de l’oreille que la bouche capture, répéter la doléance, s’il te plaît, le rouge. Confirmer que le vouvoiement s’était envolé devant l’impératif de voir les cheveux retrouver la couleur appropriée de l’instant. Voir ce rouge pendant les ébats était une certaine assurance de la volupté brûlant l’intérieur de l’Amoureuse, une teinte qui flattait l’égo du Fripon.
Les gestes d’Arty se font alors presque confus, désordonnés, tant il en voulait encore, plus. Parfaitement incapable de formuler une phrase complète, tout entier régenté par l’envie de la posséder, d’être possédé. Lui qui croyait que l'ascendance sur la Gryffondor s'effectuerait une fois qu'elle aurait craqué, qu'elle l'aurait touché. Il avait tort. La main occupée de Loredana le rendait en réalité absolument soumis au plaisir qu'elle déciderait de lui procurer. Et puis, difficile de rester focalisé lorsque l’Autre s’amusait avec son intimité, les mains divaguent, entre la robe qu’elles relèvent, les sous-vêtements qu’elles abordent et qu’elles voudraient arracher ; les coutures qu’elles frôlent sans jamais y plonger réellement.
Loredana Sparks
Loredana Sparks
MDJ-G en formationHarryPotter2005
MDJ-G en formation
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Re: Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Loredana Sparks, le  Ven 14 Fév 2020 - 20:43

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme




J’étais satisfaite. Oui, satisfaites de constater que mon petit jeu coloré fonctionnait à merveille. À mesure que ma chevelure changeait, je pouvais voir le Lycanthrope abandonner peu à peu son rôle, semblait même hypnotisé par ce petit spectacle que je lui offrais. Plus encore, il semblait perdre le contrôle, totalement absorbé par la sensation que provoquait lentement ma main baladeuse. Des paroles qui ressemblait à un supplice et j’adorais avoir cet effet-là sur lui. Un jeune couple marié incapable de contenir ses pulsions. Le temps passait, mais la passion était toujours présente. Un seul regard aguicheur suffisait à me faire chavirer totalement. Il en était de même pour lui, c’était une évidence. Je souris alors, n’obéit pas tout de suite ; me contente de savourer les baisers qu’il m’offrait et qui provoquaient des décharges électriques partout, absolument partout. Puis il réitère sa demande et j’abandonne tout contrôle. Les cheveux prennent la couleur rouge passion qu’il semblait tant affectionner. Pendant ce temps, lui en veut plus, toujours plus. Je me recule pourtant quelques instants pour le laisser profiter de la nouvelle couleur. Monsieur est satisfait ? Puis, je ramène ma main à l’extérieur pour commencer à déboutonner sa chemise qui serait clairement bien moins pliée que sa veste à lui. Non, je la lui ôte et l’envoie rapidement se poser, s’écraser sur la chaise, tandis que je reprends possession de ses lèvres.

Je m’avance doucement, me penche, me penche et me penche encore jusqu’à ce qu’il soit contraint de s’allonger sur le bureau, sur la paperasse bientôt froissée. Je m'en fichais totalement. Je l’embrasse sur le visage, les joues, le menton, le cou, puis je descends en passant par son torse, la trace de morsure, la marque que je lui avais laissée, puis je passe au bas-ventre et m’attarde sur celui-ci le temps de lui enlever son pantalon et son sous-vêtement. Je plonge mon regard aux iris violettes – de nouveau - dans le sien. J’embrasse ses cuisses, passe une langue contrôlée tout autour de sa masculinité. Il voulait plus, je pouvais le sentir à sa respiration saccadée. Je voulais le rendre fou, qu’il se souvienne de cela à chaque fois qu’il entrerait dans son bureau. De quoi rendre cette pièce moins ennuyeuse. Mon corps s’embrase entièrement tandis que je m’attaque à des va-et-vient sensuels tant attendus. C’est un rythme lent, mais qui faisait monter la température de mon corps, encore et encore. J’en tremblerais presque de ressentir autant de choses à la fois. Mes yeux ne lâchent pas son visage, ses yeux que je cherche. Je voulais qu’il soit tout à fait à moi. Qu’il ne regrette jamais de m’avoir prise pour femme.

Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Re: Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Artemis Wildsmith, le  Sam 15 Fév 2020 - 22:04

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme





Une bien agréable vision retentit dans le cerveau émoustillé du Poufsouffle alors qu’il se redresse sur un coude. Voir ainsi l’Amoureuse ouvrager à le faire gémir de plaisir, il s’en mordrait tout, les lèvres l’intérieur des joues la langue d’essayer de ne pas trop s’emballer - pas trop vite. Le rouge des cheveux ondule au rythme des oscillations de la jeune femme et grave dans les rétines d’Arty une vision bien plus que satisfaisante. Obligé de clore les paupières pour l’épingler davantage, pour tenter de contrôler les entrailles tordues d’exaltation. Quant au volume sonore et au dérangement des bureaux voisins, tant pis, il n’étouffera pas tous les roucoulements bruyants. Le souffle s’emballe encore et la nuque se contracte en arrière, cela lui demande un électrique effort que d’arrêter l’affriolante rythmique de la Gryffondor d’un geste - se préserver pour la suite.
Dans un vif mouvement se remettre sur les pattes, debout devant une Épouse qu’il embrasse prestement. Des baisers des gestes saccadés visant à la déshabiller, retirer rapidement la robe encombrante, dégrafer le tissu emprisonnant les auréoles libérées qu’il s’empresse de caresser de ses doigts nerveux.

Entre de tumultueux baisers, avouer, essoufflé, des choses déjà mille fois répétées, qu’il était fou amoureux d’elle, qu’elle le rendait complètement dingue. Il ne peut s’en empêcher - parler durant l’amour. Car c’était dans ces moments là qu’il était le plus apte à révéler des sentiments sincèrement profonds tant les neurones et le cœur radieux le rendaient vulnérable. Le sexe comme précieux Veritaserum chez le Wildsmith. Un seul moyen pour le faire taire : occuper une langue bien trop bavarde. La faire serpenter sur le corps de Loredana qu’il mène et qu’il assoit sur un petit canapé qui attendait là sagement près de la porte d’entrée, lui aussi saupoudré de dossiers en vrac - aucune importance. La surplomber juste un instant avant de s’aventurer généreusement sur la peau frétillante. L’impatience ne le fait pas trop tarder de baisers sur une poitrine découverte, rapidement, le voici à genoux à faire glisser le dernier sous-vêtement qu’il restait, avant d’écarter les cuisses d’une poigne ferme. Débute alors une danse lente de la langue qui se fait désirer, qui coule sur la poitrine, les côtes et le ventre. Joli prélude avant d’épouser les contours de l’entre jambe, faire grimper davantage la chaleur en contournant habilement la féminité. Finalement, les griffes qu’il enfonce dans les cuisses sonne le départ d’un délicieux gamahuchage. Goûter une intimité déjà maintes fois explorée d’une langue aguerrie - la satisfaction de savoir exactement comment provoquer les tremblements jouissants de l’Amoureuse. Où s’attarder calmement, où presser des lèvres enthousiastes, où chatouiller un brûlant bourgeon.

Si quelqu’un osait actionner la poignée de la porte du bureau, il trouverait le Wildsmith entièrement occupé, voué à faire retentir à son tour les gémissements de la Gryffondor. Que son plaisir vienne peindre les murs de la pièce, qu’il résonne en écho encore pendant des jours.
Loredana Sparks
Loredana Sparks
MDJ-G en formationHarryPotter2005
MDJ-G en formation
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Re: Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Loredana Sparks, le  Lun 17 Fév 2020 - 10:20

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme




Évidemment, je ne pouvais garder le contrôle trop longtemps. Je le sentais s’agiter, souffler bruyamment. Il fallait étirer ces minutes qui n’appartenaient qu’à nous, les faire durer encore et encore parce que c’était dans ces moments-là que je me rendais compte de cette addiction, ce besoin de ne pas être trop éloignée de lui trop longtemps. Une sensation qui s’estomperait peut-être avec le temps, lorsque toutes les pièces du puzzle seront à leur place, lorsque la sensation de vide provoquée par la séparation ne sera définitivement qu’un mauvais souvenir. Que nous étions désormais liés – nous l’étions depuis le début – comme si l’un fonctionnait difficilement sans l’autre. Je ne peux répondre à ses mots passionnés, amoureux, parce que je m’en sens incapable, la tête bouillonnante m’empêche de former les mots correctement. Mais je sais qu’il sait, n’a plus besoin de paroles, de preuves. Il le sait. Je laisse la robe glisser silencieusement sur le sol, le voyage vers le canapé se fait sans que je ne m’en rende vraiment compte, bien trop absorbée par les caresses et les baisers qu’il m’offre. Cette sensation agréable qui supprimait toute l’anxiété ressentie avant de frapper à cette porte.

Une langue contrôlée qui me chatouille, me fait trembler, sursauter. Les doigts accrochés à ses boucles, s’emmêlent, s’agitent, en demande encore. Je me mords la lèvre inférieure pour retenir une voix qui ne demande qu’à sortir, s’exprimer. La pudeur n’était pas vraiment une chose qui me caractérisait, je n’avais surtout pas envie que l’on soit dérangés. Pourtant, les gémissements s’échappent malgré tout. Ils sont doux, légers, mais ils sont bien là, incapable de rester enfermés dans un corps déjà incontrôlable. Le bas du corps s’agite, se soulève légèrement, rapidement suivi par une respiration haletante, irrégulière. Le cœur allait sortir de ma poitrine, il allait s’arrêter d’épuisement. Je murmure un viens presque inaudible pour que le Poufsouffle me rejoigne. Je le pousse à s’installer sur le canapé, s’y asseoir avant de grimper sur lui avec élégance. Je l’embrasse avec fougue tandis que nos deux intimités jouent ensemble sans pour autant se lier totalement. Une attente volontaire pour le rendre encore plus dingue qu’il ne l’était déjà. Que lui aussi ressente la sensation que son corps pourrait le lâcher subitement, qu’il en ait la tête qui tourne, qu’il ait l’envie que jamais cela ne s’arrête. C’est comme une chorégraphie que j’improvise sans me détacher de ses lèvres. Des baisers que je dépose jusque dans son cou. J’en profite pour humer un parfum que je reconnaîtrais entre mille. Son odeur à lui, celle que je ne parvenais jamais à oublier tant elle avait pris possession de moi.

Pourtant, c’est tout naturellement que nos deux corps finissent par se lier. La chorégraphie se poursuit, cette fois-ci en duo. Un rythme d’abord contrôlé pour conserver cette sensualité. Ne pas trop s’emballer pour profiter, appeler encore le désir de l’autre, s’amuser avec jusqu’à ce que l’on se perde de nouveau dans un rythme spontané et nébuleux. Mon souffle se mêle au sien, mes baisers sont brûlants, lents, parfois avec une langue qui s’amuse avec la sienne. Quelques petits sourires complices et aguicheurs. Cette volonté de lui faire perdre la tête, totalement.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Re: Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Artemis Wildsmith, le  Mar 18 Fév 2020 - 16:58

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme,  Sexe (violence)





C’est que les corps se sont depuis longtemps apprivoisés maintenant, que les mouvements sont tintés d’une spontanéité charnelle naturelle, qu’ils ne peuvent s’empêcher de se réunir. Évidemment, le temps étiré avant l’union fait trembler les entrailles du Poufsouffle, impatient d’envahir l’intérieur de l’Épouse, mais il sait, pertinemment, que c’est là tout le charme de la Demoiselle, que de chatouiller ainsi sa fébrilité, afin qu’il la réclame encore et encore.
Mais était-ce l’impulsivité de l’acte dans un bureau du Ministère, ou la passion de consumer un mariage encore bien récent, toujours est-il que la danse débutée enivre le bas-ventre. Un essaim de sensations électrisantes d’un intérieur en éruption, le souffle davantage saccadé alors qu’il ne peut quitter l’Amoureuse du regard, les iris rougeoyantes de désirable plaisir. Sourire, aussi, de la trouver toujours aussi belle ; amusé de la myriade de baisers languissants, incandescents échangés. La fiévreuse rythmique bouscule un aveu sur la langue enthousiaste d’Arty : je veux un bébé, avec toi. Un susurrement chaud au creux de l’oreille. Parce que depuis que l’idée avait été éveillée par cette terrible nuit, elle n’avait pas quitté les méninges. Une perspective qui n’avait cessé de lui aguicher le cœur, devenir Papa.

L’attente d’une éventuelle réponse se fait malheureusement avaler brusquement par l’instinct animal grattant la surface afin de s’emparer des membres du Loup. Ne pas pouvoir interrompre les ébats plus longtemps, aussi romantiques que pouvaient être les révélations intimes du Wildsmith ; le besoin urgent de saisir l’instant, et de faire gémir plus virulemment la Gryffondor. Oui, si la Bête appréciait des oscillations harmonieuses, cela ne pouvait durer. Les griffes s’excitent alors, percent les hanches de la jeune femme pour la saisir résolument avant de se relever, rapidement, la porter et retourner vers le bureau pour l’y asseoir. Car c’était ce mobilier en particulier qu’il fallait inaugurer, célébration narquoise du nouveau travail.
D’autres baisers faisant apparaître des dents plus impétueuses inaugurent une seconde partie du batifolage. Les incisives, ravies d’être de sortie, n’hésitent pas à gratouiller la peau de l’Amoureuse, la marquer partout, n’importe où. L’épiderme comme un tableau qu’il fallait absolument bleuir de coups, de morsures déchaînées. Le balancement des bassins se fait davantage abrupte et désinvolte, une cadence agressive qui ferait devenir écarlate le meuble. C’est avec véhémence que la mâchoire se referme plusieurs fois sur le haut du bras, l’épaule, la clavicule et le cou tandis que résonnent des gémissements plus rauques. Se moquer allègrement que les marques puissent être si ostentatoires. Un désir occulté d’estampiller l’Autre, les traces qu’il laisserait sur la peau de la jeune femme comme une révélation aux futurs regards indiscrets - Loredana était sienne.
Loredana Sparks
Loredana Sparks
MDJ-G en formationHarryPotter2005
MDJ-G en formation
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Re: Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Loredana Sparks, le  Mer 19 Fév 2020 - 22:44

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme, Sexe (violence)




Un jeu de regards, de sourires qui ne peut que confirmer cette complicité désormais indestructible, c’était une évidence. Une danse parfaitement harmonieuse, un échange partagé, apprécié, tandis qu’à l’intérieur, ça s’enflamme encore et encore. Comme une impression que jamais je ne pourrais me lasser de ses ébats pourtant très nombreux, il fallait l’avouer. Pourtant, les mots qui sortent de sa bouche, fait monter une angoisse qui n’était jamais apparue dans ces moments-là. Je m’apprête à stopper, à répondre même, mais le Poufsouffle me coupe dans mon élan en se montrant plus sauvage, impatient. Je remarque que l’instinct animal se réveille, en demande davantage. Sans se détacher, le voici qui se dirige tout droit vers le bureau sur lequel il m’installe. Évidemment, un sourire à la fois satisfait et malicieux se dessine sur mon visage. Il savait à quel point j’appréciais qu’il soit ainsi : Sans retenu, sans la peur de me froisser, me choquer. Je remarque même qu’il ne m’interroge plus du regard avant de se lancer dans cette lubie qu’il avait de tenter de dévorer chaque parcelle de mon épiderme pratiquement recouvert de ses marques à lui, mélangées aux miennes, dont la signification était tout autre.

Mes gémissements se font plus intenses tandis que j’apprécie, savoure la brutalité de ses mouvements. Je plonge la tête dans son cou tandis que mes ongles s’enfoncent dans la peau de son dos, eux aussi complètement charmés par l’intensité de ce moment entre les murs de ce nouveau bureau. Durant ce court instant, je m’imagine les employés du Ministère s’aventurer dans le couloir où les bruits suspects devaient résonner. Mon sourire s’élargit. Je murmure un plus fort à son oreille, car je sentais que mon corps en demandait plus. Je sentais que la flamme souhaitait grandir encore et encore jusqu’à créer un gigantesque incendie qui pourrait se propager à l’extérieur ici dans ce bureau, si cela était possible. Pour cette histoire de bébé, la question était désormais passée aux oubliettes à la seconde où j’avais touché ce bureau. Je n’y pensais plus. De toute façon, lui-même m’avait fourni un moyen de contraception pour éviter que je ne tombe enceinte tout de suite ; pas tant que je serai ainsi : instable, incapable de me gérer moi-même. Est-ce que ce sera le cas un jour ? Je n’en étais même pas certaine. J’espérais simplement que sa pilule soit fiable. Est-ce que les oublis changeaient quelque chose ? Non. Probablement pas. Il ne fallait pas penser à cela.

La tête penchait en arrière, les bras me servant d’appui, les jambes autour de lui qui le pousse, le contraint à aller plus vite, plus loin. Actuellement, ce ne sont pas des mots romantiques qui me viennent à l’esprit. Mais plutôt qui en redemande encore et encore. Je laisse échapper quelques-uns de ces mots, malgré moi. La narratrice ne les a pas en tête, mais ils ne sont pas vraiment difficiles à deviner. Je suis à bout de souffle, je me cambre, pousse un cri qui se ferait sans doute entendre de l’autre côté de la porte, là où se trouvait le monde réel. Une explosion de différentes sensations qui me transpercent, me font trembler de plaisir tant ce dernier est intense. La tête se cogne brutalement contre le bureau tandis que je tire le Poufsouffle vers moi, ignorant totalement les papiers froissés, déchirés qui se trouvaient là. Tant pis.

Contenu sponsorisé

Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours] Empty
Re: Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 2

 Quand les couleurs deviennent dangereuses [En cours]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 3-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.