AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Etui de protection pour iPad
15 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 1
À la découverte de l'Inconnu - [En cours]
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Première année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


À la découverte de l'Inconnu - [En cours] Empty
À la découverte de l'Inconnu - [En cours]
Elida Cestero, le  Ven 14 Fév 2020 - 17:04

Saison 30 - début des vacances de printemps
RP avec
Jackson

Le train fait Tchou, Tchou Tchooouuu ! C’est le bruit joyeux qui annonce les vacances, deux semaines à la maison après les longues semaines, que je n’ai pas compté, depuis la rentrée des vacances de Noël. Des semaines qui, en vérité, avaient la même taille bien évidemment : sept jours de 24 heures chacun. Mais parfois c’est long, parfois c’est court, ça dépend de ce qu’il s’y passe, ça dépend des cours, des devoirs et des activités. Et franchement, ces semaines n’ont pas été de tout repos. Normal me direz-vous, les cours c’est fatigant, je ne suis pas à l’école pour me reposer tout le temps ! Sauf que ça je le sais, dans une école moldue ce serait pareil, l’école c’est fait pour travailler et je suis d’accord, en plus j’aime apprendre moi. C’est juste qu’à Poudlard, il se passe des trucs bizarres, très étranges, vraiment. Et c’est ça qui est épuisant ! Déjà, les élèves sont bizarres, comme moi tout en étant différents, ils aiment le bruit, crier, chanter, bouger, chahuter, blaguer, tout ce que vous voulez qui est très dérangeant à mes oreilles. C’est peut-être ainsi partout ? En tout cas à l’école d’avant, c’était plus calme, on était moins nombreux, ça faisait moins de monde et de bousculades dans les couloirs… Et puis il se passe des trucs bizarres aussi, et je ne ferais pas de liste parce qu’elle est interminable. En même temps, à quoi fallait-il s’attendre de la part d’une école magique ?

Alors oui, je suis contente de rentrer à la maison. Deux semaines de calme, ça va faire du bien. C’est vrai que j’aime beaucoup apprendre des nouvelles choses, surtout que presque tout est inconnu à Poudlard, mais il y a d’autres moyens de faire : des livres, des livres, des livres ! Et aussi de la visite. Il paraît qu’à Londres, il y a des endroits de Sorciers, j’ai entendu des élèves en parler plusieurs fois. Comment ça, c’est pas bien d’écouter les conversations ? Je n’écoutais pas, j’ai entendu, ce n’est pas pareil. Quand je cherche un modèle pour mon dessin, je regarde autour de moi et c’est généralement ainsi que le son entre lorsque je ne suis pas concentrée sur une chose précise. J’ai entendu parler de beaucoup de choses d’ailleurs… Même s’ils ne parlaient pas que de Londres, car j’ai entendu parler du magasin de baguettes magiques, et ça je sais où c’est ! Enfin, je ne saurai pas y aller. Peut-être faisaient-ils un récapitulatif du monde magique ? Non mais, on s’en fiche un peu de ça ! L’important, c’est que je vais pouvoir faire une nouvelle visite de Londres, tant pis pour le monde, il faut que je vois tous ces endroits de magie dans ma ville. Et l’idée est belle, un peu effrayante comme beaucoup de choses, alors je souris, toute seule contre la fenêtre du wagon, ignorant complètement comme d’habitude les autres élèves.

Se lever lorsque le train est à l’arrêt, récupérer les affaires, se faufiler tant bien que mal entre tous ces grands, sortir de cette foule d’inconnus pour atterrir au milieu d’inconnus encore une fois, j’ai pris l’habitude. Même si je n’aime pas ça du tout… Pourtant je le fais, et j’arrive à sourire à mon grand frère lorsque j’arrive devant lui. Il n’y a pas les parents, oh j’y suis habituée, mais j’admets qu’un instant l’espoir de les voir était né, après pour Noël ils avaient été là quatre jours ! De toute façon, ils ne peuvent pas toujours être là, alors ces vacances seront sans eux. Sauf le dimanche, parce que quand même, il faut bien se reposer un peu. Donc à part ce jour, je serais avec Mark et Lylianna. Et des choses à découvrir, même s’il est prévu que je fasse mes recherches et découvertes seule, ne sachant pas s’il est autorisé de tout montrer à des moldus. J’aurais bien voulu leur montrer, je suis sûre qu’ils auraient beaucoup aimé ! Mais déjà que sortir dans la Forêt Interdite est interdit, je n’ai pas envie de faire d’autres bêtises, donc je visiterai seule. De toute façon, Mark aussi travaille un peu pendant que je suis en vacances, il ne peut pas prendre deux semaines de vacances complètes non plus… Et je ne lui en veux pas pour ça, je suis assez grande pour comprendre vous savez, déjà je l’étais assez même en étant petite.

* * * * *

Le grand-frère travaillera cinq jours sur sept la première semaine, et quatre la seconde. Ça nous fait quelques jours ensemble ! Mais aujourd’hui, il travaille. Parce que pour vivre dans ce monde, il faut de l’argent sinon on n’a rien, et pour avoir de l’argent il faut travailler. Ce n’est pas bien compliqué comme système, quoique un peu embêtant par moment. Parce que je me retrouve seule à la maison avec Lylianna, même si en vérité ça ne me dérange pas, même que j’apprécie ces moments de solitude où, posée dans ma chambre, je lis des livres sans les compter, je remplis ma tête de nouvelles connaissances, je dessine sans arrêt, je rêvasse à la fenêtre et regarde les gens dans la rue. De là-haut, à l’étage, c’est rigolo : je vois tout, mais personne ne me voit. Qui lève la tête pour regarder aux fenêtres là-hauts ? Pas grand monde, croyez moi. Sauf moi, oui moi quand je m’assois quelque part, j’aime regarder les fenêtres des maisons. N’allez pas croire que j’observe les gens derrière non plus… La plupart du temps je n’en vois, car les reflets de l’extérieur sont plus lumineux sur les fenêtres que les êtres vivants derrières.

Aujourd’hui sera donc une journée parfaite pour sortir visiter Londres. La grand-mère est plongée dans une de ses lectures au salon, je la préviens rapidement que je sors d’un «Je pars me promener» murmuré non loin d’elle pour ne pas la surprendre. Les habitudes sont toujours là malgré les nombreux jours passés loin d’ici. Et c’est un «D’accord» qu’elle me souffle pour me faire comprendre qu’elle m’a bien entendu. Oui, ça m’est déjà arrivée de sortir ainsi, tant que je préviens elle ne s’inquiète pas : dans une famille où les adultes sont généralement très occupés, les petits doivent apprendre à se débrouiller seuls. Alors, même si je ne connais pas vraiment la ville, il m’est déjà arrivé de sortir, souvent pour aller dans des endroits connus et habituels. Et je saurais retrouver mon chemin même en allant dans des lieux inconnus. Sortir de la maison, bottes aux pieds, manteau sur le dos même si nous sommes au printemps, il ne fait pas très beau, c’est tout gris. Et ensuite, marcher, marcher, suivre les trottoirs au hasard, essayer de ne pas se faire pousser par les passants. C’est les vacances pour tous les enfants ici, et comme il ne pleut pas, tout le monde en profite. Des cris de joie de la part de certains, des pleurs capricieux par d’autres car ils ne veulent pas aller faire les courses. Des adultes se plaignent du monde, de la queue à la boulangerie. À Poudlard, ça ne se plaint pas pour ça… Pour la quantité, pas toujours aussi grande ce qu’ils disent, de devoirs à faire, pour les examens de certains qui approchent, pour beaucoup de choses en fait.

Bon alors, on va où ? Je suis partie un peu tard de la maison, bientôt ce sera l’heure de manger. Mais la grand-mère sait que quand je sors, ça peut être long, donc elle ne m’attendra pas, ça aussi je le sais. C’est un peu ma faute, parfois je sors vraiment longtemps, quand je dessine notamment, car je perds la notion du temps. Sauf que là, je ne dessine pas ! D’ailleurs, j’ai beau avoir pris mon carnet et son crayon dans le sac que je porte presque toujours sur mon dos, je me suis promis de ne pas l’en sortir. Aujourd’hui, on marche et on cherche. Les enfants parlaient d’un hôpital au drôle de nom je crois, et aussi d’un chaudron qui bave, ça je n’ai pas trop compris je l’avoue, et d’une bibliothèque. Et de pleins d’autres trucs aussi, mais je crois que c’est ailleurs le reste. Donc il faut marcher, et chercher. Trouver des rues où il n’y a pas beaucoup de monde. Pourquoi tout le monde semble avoir été intéressé par l’idée de se promener dans la ville ? C’est vraiment pas gentil… Mais il faut faire avec. Marcher sans montrer que je n’aime pas ça, marcher sans trop se faire pousser, pour atterrir dans les rues un peu moins bondées. Encore, et toujours, je trouverais.
Jackson Emerenziana
Jackson Emerenziana
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


À la découverte de l'Inconnu - [En cours] Empty
Re: À la découverte de l'Inconnu - [En cours]
Jackson Emerenziana, le  Lun 17 Fév 2020 - 17:36

À la découverte de l'Inconnu Saison 30 - Début vacances de printemps - Feat ElidaL'hiver est bel et bien là, accompagné perpétuellement de la pluie, de nuages gris et de vent glacial. Le soleil haut dans le ciel bleu, la chaleur de l’Italie, le fait de bronzé en plein hiver, cela manque énormément à Jackson. Ce jour-là, il c'était réveillé tard, au grand dam de son père qui pensait qu'il avait à faire à un jeune adulte flemmard. Mais l'Italien n'était pas dans cette optique-là, c'est ainsi qu'il invita son père à marcher avec lui dans les rues de Londres, cela faisait bien longtemps qu'ils n'avaient pas parler d'homme à homme. Les deux Hartman avaient pris la voiture du plus jeune et étaient partis vers les abords de la ville de Londres, seul le silence était présent durant le voyage, mais il était bientôt l'heure de parler pour Jackson, bientôt l'heure de s'excuser auprès de son père et tout lui raconter.

Le temps n'avait pas changé durant le trajet, toujours aussi gris et toujours autant de vent. Le paternel s'impatienta très rapidement, il avait demandé - ou plutôt supplié - son fils de rester vivre avec lui, après avoir perdu sa femme, Jackson avait mystérieusement disparu sans laisser de trace, puis ce fut le tour de Morgana qui décida de fuir la demeure familiale. Ainsi le vieux Harold finis seul dans sa maison au bord de la mer, dépérissant au fil du temps, ne voyant plus ni sa famille ni ses amis. Alors qu'il pensait enfin à se suicider, croyant que ces enfants étaient décédé, son fils revint mystérieusement en Angleterre. Harold ne posa aucune question au fiston et resta silencieux durant plusieurs mois.

Jackson demanda à son paternel d'entrer dans un bar afin de pouvoir parler tranquillement, il allait parler du monde magique, il fallait être discret, les autres moldus ne devant rien connaître des sorciers ! Les deux hommes choisirent un petit bar discret et n'ayant pas beaucoup de clients. Comme à son accoutumée, l'Italien choisit une table au fond de la pièce principale puis commanda un chocolat chaud, c'était encore l'heure du petit déjeuner et il se devait de ne pas boire comme un alcoolo devant son père.

Inspirant un grand coup, Jackson expliqua à son père les raisons de son départ. Il parla tout d'abord de sa famille biologique, les Emerenziana et de la pureté de leur sang, leur histoire, d'où ils venaient, qu'elles étaient leurs idéologies. Ensuite il expliqua que la mort de sa mère l'avait profondément attristé et qu'il avait envie de se trouver et de savoir qui il était réellement. À cette annonce, Harold Hartman s'énerva, il ne comprenait pas la décision de son fils, lui aussi avait été durement touché par la mort de sa femme. Jackson haussa la voix et continua à raconter son histoire, le fait qu'il avait trouvé son oncle et son frère jumeau, autre héritier des Emerenziana, il rajouta qu'officiellement et aux yeux des Ministères Italiens et Anglais, il était devenu un Emerenziana. L'Italie rajoute qu'il avait reconstruit la demeure de ses parents et que bientôt il allait s'acheter une demeure en Angleterre afin de laisser en paix son père. Celui-ci se leva en colère mais se rassit quand son fils rajouta qu'il avait été torturé durant son séjour. Le moldu s'excusa auprès de Jackson puis sorti de l'établissement où ils se trouvaient.

Jackson resta une telle minute seule à cette table, quand il décida de marcher dans les rues de Londres, l'heure du repas s'approcher. Il ne pouvait pas rentrer maintenant à la maison, il devait laisser son père seul afin qu'il puisse réfléchir à cette histoire. L'Italien se demanda s'il devait dormir chez un ami, ou bien dans un hôtel. Peut-être qu'Élius lui laisserait gracieusement une chambre de l'Occamy Doré en échange de quelques galipettes ? De toute façon c'est l'heure de prendre un bon repas, le sorcier ne voulait pas manger dans un établissement moldu, il voulait retrouver les plats sorciers qu'il lui a tant manqués durant son voyage. Alors qu'il marchait d'un pas décidé vers le chaudron baveur, les yeux de Jackson s'attardèrent sur une jeune fille, une dizaine d'années, seule dans la rue, entourés d'Adultes la bousculant sans s'excuser.

L'Italien s'avança vers la petite et poussa un grand qui venait de la bousculer, d'un regard qui voulait tout dire, l'adulte se dépêcha de prendre la poudre d'escampette en murmurant un petit "pardon" à la petite. Jackson s'agenouilla de sorte à être de la même taille que la fille. Il essaya de faire un petit sourire qui se voulait rassurant mais cela était bien difficile... Les émotions se bousculent dans sa tête, il ne sait même plus les reproduire.

Bonjour petite. Que fais-tu toute seule dans Londres ? Où sont tes parents ?
       
:copyright:️ 2981 12289 0
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Première année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


À la découverte de l'Inconnu - [En cours] Empty
Re: À la découverte de l'Inconnu - [En cours]
Elida Cestero, le  Lun 24 Fév 2020 - 4:37

Trouver quelque chose, c’est compliqué lorsqu’on est de petite taille et qu’il y a beaucoup de monde autour de soi : tout ce que je vois, ce sont des corps et des objets peu intéressants de la vie quotidienne, quelques poussettes remplies de poupard, des adultes qui passent sans un regard pour les obstacles sur leur chemin, des enfants qui crient sans cesse, mécontents ou au contraire joyeux. Les Humains sont toujours pressés de rejoindre leur Empyrée mais avant cela ont beaucoup de choses à faire, alors ils vont vite, et même si ce n’est pas de leur faute s’ils sont grands et moi petite, ça m’aiderait beaucoup s’ils pouvaient faire attention et regarder où ils marchent. La ville n’est vraiment pas un endroit pour moi, la Thébaïde je pense serait bien plus adaptée… Sauf que là-bas, il n’y a pas d’école de magie ni peut-être même de magie tout court, alors il faut choisir. Et puis, c’est moi qui suit venue ici, donc il faut faire avec et passer entre les gens en essayant de ne pas tomber, car c’est presque sûr qu’une fois au sol, je me ferais écraser.

Alors je marche, un peu comme une Noctule lors de sa migration qui essaie de contrer le vent repoussant, avancer pour reculer, reculer pour avancer. Parce qu’au bout, à l’arrivée, il y aura la récompense. Pour les jolis chiroptères de la chaleur, pour moi de la magie, enfin je l’espère. Droite, gauche, un petit demi-tour, et encore des bousculades. Dans la ville, arbre, fleur et cépée se font bien plus rares, et pourtant ce sont les rares choses qui ont le mérite d’être agréable à observer et à dessiner. Car l’Humain l’est beaucoup moins, créature vicieuse souvent pleine de méchanceté et amoureuse de la moquerie, toujours en mouvement, ce n’est pas facile à représenter même s’il m’arrive de le faire car c’est parfois utile. Mais là je sais que regarder tout ce monde se déplacer va me donner mal à la tête, alors le regard vient se poser sur le sol et les pieds posés dessus, ne se relevant que quelques fois pour essayer de voir. Sauf qu’à part le ciel au-dessus de nos têtes, je ne vois pas grand-chose.

Et soudain une nouvelle bousculade suivie d’un petit pardon à peine murmuré, un pardon qui veut dire je m’en fiche, mais c’est un pardon. Et un peu étonnée je m’arrête, les yeux cherchent qui a dit pardon, juste par curiosité de voir quel adulte s’est rendu compte qu’il m’a bousculé et donc forcément dérangé, même si je ne dis rien ça ne veut pas dire que je trouve ça très super chouette. En levant le regard, je me retrouve face à un monsieur à genoux sur le sol, un drôle d’air sur le visage. Un essai de sourire, étrange sourire. Enfin surtout, se mettre à genoux par terre, ce n’est pas une bonne idée, on y marche dessus avec nos chaussures sales, il y a de la boue et des excréments de chiens ou de pigeons, bref rien de très recommandable pour un pantalon. Pourtant il le fait, sans que j’arrive à savoir s’il n’y pense pas ou s’il s’en fiche complètement. Ça se voit, cet homme n’a ni grand-mère ni maman ni grand frère ni papa pour lui laver son linge ! Sinon il ne ferait pas ça, c’est un risque de se faire fortement gronder.

Le monsieur, inconnu, parle, poli, il se demande où sont mes parents et ce que je fais toute seule ici. Est-ce que ça ne se voit pas ? En vrai, on peut faire pleins de choses ainsi perdu au milieu de Londres. Se promener, visiter, faire les courses, aller rendre visite à quelqu’un… Oui si, sa question peut être compréhensible. Surtout que je suis petite, alors je vais faire un effort. Mais est-il Sorcier ou non ? On n’a pas le droit de parler de magie aux moldus autres que ceux appartenant à la famille. De toute façon, les adultes me voient généralement comme une enfant, ils ont raison j’imagine, alors si cet inconnu est moldu il croira que j’ai juste un peu trop d’imagination ou que je suis un peu folle. Et si c’est un Sorcier, il comprendra. Parce que je ne peux pas partir ainsi, sans répondre, fuir à grands pas comme je fais souvent. Mark ne serait vraiment vraiment pas content. «Papa maman et Mark travaillent.» Rester organisée, ne pas oublier de répondre aux deux questions posées assez gentiment par l’inconnu. «Et moi je cherche des endroits magiques !» Et ne pas en dire plus, attendre un peu sa réaction, pour voir comment continuer, pour voir d’abord si continuer est une bonne idée ou non.
Contenu sponsorisé

À la découverte de l'Inconnu - [En cours] Empty
Re: À la découverte de l'Inconnu - [En cours]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 À la découverte de l'Inconnu - [En cours]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.