AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 1 sur 1
La Couleur du Sang [Terminé]
Riley Callaghan
Riley Callaghan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Couleur du Sang [Terminé] Empty
La Couleur du Sang [Terminé]
Riley Callaghan, le  Sam 22 Fév 2020 - 18:27

« La Couleur du Sang »,
RP Unique - Première Partie



Flashback, Saison 28
Printemps



Les londoniens, bringuebalés par les secousses du métro de la ligne Picadilly, représentaient à eux seuls l’échantillon parfait pour une enquête standardisée. Il y avait des vieillards, la cane appuyée contre l’assise, des adolescents en uniformes qui se chamaillaient sur l’implication d’une certaine « Britanny » dans leurs problèmes, des jeunes femmes isolées, qui, un livre à la main, écoutaient passivement la voix du métro annoncer le prochain arrêt. Un groupe d’hommes maghrébins se tenait également près des portes, laissant défiler devant leurs yeux le ballet des stations, et également un certain nombre d’individus isolés, le regard vide et le visage las. D’autres encore n’étaient pas coutumiers de ce moyen de transport, demandant à tout va si le prochain arrêt était bien le bon, ou vérifiant nerveusement le sens de la ligne. Ceux-là étaient des étrangers, probablement montés dans la station de l’aéroport d’Heathrow et découvrant pour la première fois le réseau étriqué mais organisé du métro londonien.

Turnpike Lane, Wood Green, Bounds Green... À l’approche du terminus, la masse des occupants de la rame s’était allégée, tant et si bien qu’il ne restait que des travailleurs regagnant leur domicile après une longue journée de service. La solitaire que j’étais appréciait d’autant plus cette soudaine tranquillité, qui après s’être fait pressée le corps contre ceux d’inconnus, se délectait de l’espace à présent inoccupé autour d’elle. L’air frais, qui parvenait des petites fenêtres entrouvertes au plus proche du plafond, terminait de compléter cette sensation de liberté, de plaisir du regain d’espace. À Oakwood pourtant, mes projets obligèrent mes jambes à passer les portes et emprunter les tourniquets de sortie, regagnant cette fois la fraîcheur brute du sol anglais. Je me déplaçai ensuite dans cette banlieue aisée, à la recherche du n15 de la Prince George Avenue.

Les maisons se suivaient et se ressemblaient. Jamais je ne voudrais habiter ici, aucune originalité. Tout est tellement terne, sans trace d’exotisme, que je me contente de poser mes yeux sur la route. Ce rendez-vous a intérêt à être à la hauteur... Au n13 de l’avenue je m’arrêtai brusquement, les mains crispées à l’intérieur des poches de mon manteau. Au même moment, la porte blanche du n15 s’ouvrit, découvrant une silhouette fine comme une allumette. Elle s’était tournée directement vers moi, comme si elle avait guetté ma venue.

- Riley !
- Bonsoir, Chloé.

...

Le canapé moelleux de Chloé, les petits napperons sur la table basse ou encore la boîte de madeleines posée dessus, n’allaient pas pouvoir compenser la dureté de notre conversation. Chloé, toujours impeccablement vêtue se tenait assise en face de moi, les genoux serrés et les lèvres pincées.

- Je sais pourquoi tu es venue. Ne crois pas que je sois idiote, je savais qu’un jour tu viendrais avec cet... ces questions. Et avant qu’on ne commence cette conversation qui débouchera sur des frustrations et des déceptions, j’aimerais savoir comment tu vas ? Ton internat se déroule bien ?

Chloé, Chloé, Chloé... J’ai pas le temps pour ça. Mais je me mords les lèvres, tiraillée entre l’envie de l’envoyer balader et l’envie de rire de l’ironie de sa question.

- Ça va, je me contente de répondre, je suis bien traitée. Mieux traitée.
- Tant mieux, ça me fait plaisir de l’entendre.

Sa mine s’assombrit pourtant, rivalisant avec l’obscurité de la nuit qui tombait au-dehors.

- C’est vrai Riley, j’en suis sincèrement soulagée. Après tout ce que tu as vécu, tu le mérites...

Je ne peux m’empêcher de grimacer lorsque des larmes s’échappent de ses paupières pour couler lentement sur ses joues. C’est trop... bizarre. Chloé avait toujours été d’un comportement respectable envers moi. Elle avait fait du mieux qu’elle pouvait, j’en étais persuadée. Mais elle avait clairement chié dans la colle, à chaque fois.

- Arrête de pleurer, ça te vieillit. Si tu veux vraiment m’aider, tu dois comprendre que j’ai besoin de ces réponses. C’est important, je t’en prie, tu... tu dois me le dire !
- Riley, la loi est la loi. J’ai beau vouloir te donner ces informations, je ne risquerai pas de mettre en péril des familles qui ont décidé d’ignorer ta naissance. Peut-être qu’ils regrettent aujourd’hui, je n’en sais rien... Mais ils n’ont jamais rien fait en ce sens.

J’essaie d’ignorer le pincement de mon coeur, tandis qu’elle me jette à la figure mon abandon. Ça fait toujours aussi mal de l’entendre, même si aujourd’hui je suis plus capable d’encaisser les mauvaises nouvelles.

- Je veux juste un prénom ! Ma m...mère ou mon père, enfin Chloé ! Avec tout notre parcours, tout ce qu’on a vécu, je sais que tu peux m’aider.
- Tu te trompes Riley, je ne peux pas.

Ma colère grimpe. Je me lève d’un bond et me dirige vers la fenêtre. Elle ment.. Je suis aveuglée par un ressentiment tel que je sens l’air crépiter autour de moi. Si seulement je pouvais la soumettre... Non, je ne peux pas faire ça.

- Écoute, je ne peux rien te dire à propos de tes parents parce que je ne sais rien de plus que toi. Mais, ceci étant dit... je peux t’avouer quelque chose.
- Quoi ?
- Ça ne va pas te plaire...
- Essaie quand même.
- Je sais qui, toi, tu es Riley. Je sais ce qui te différencie des autres, ce qui coule en toi depuis ta naissance.
- Je ne suis pas sûre de voir où tu veux en venir..., je réponds sur mes gardes.
- Tu es une sorcière Riley. Je le sais parce que j’ai aussi été à Poudlard.

J’ouvre les yeux comme deux ronds de flan.

- Quand tu as commencé à manifester tes pouvoirs, j’ai compris qui tu étais. Je me suis battue pour garder ton dossier, pour toujours avoir un oeil sur toi. Je sais, je sais, tes familles d’accueil ont été les plus gros échecs de cette histoire, mais c’était le seul moyen de te garder ici, près de moi. Je voulais être certaine qu’à tes onze ans, tu rejoindrais l’école de Poudlard. Tu ne le vois peut-être pas aujourd’hui, mais c’était un mal nécessaire.

J’encaisse sa tirade comme une brique de Lego sous le pied. Je ne l’avais pas vue venir celle-là ! Je tombe des nues, pour ne pas dire à terre.

- Alors depuis tout ce temps... depuis tout ce temps tu savais et tu n’as rien dit !

Du venin sort de mes lèvres, mon ton est acide. Comment avait-elle pu garder ça pour elle ? Pourquoi ne m’avait-elle rien expliqué quand j’ai défiguré sans même le vouloir mes colocataires du pensionnat ?

- Je peux t’aider Riley, mais pas comme ça. Il faut agir légalement, respecter les règles. Tu as besoin de réponses, mais tu dois les trouver par toi-même. Je ne dis pas que c’est impossible, mais tu ne pourras pas tout avoir.
- Qu’est-ce que tu veux dire ?
- Et bien je ne suis pas aux faits des avancées en matière de génétique, mais tu pourrais peut-être faire des recherches sur ton sang. Cela serait un bon début, tu ne crois pas ? Je te sens en colère, et en quête de vérité. Cela serait sans doute un moyen de comprendre qui tu es, sans avoir à débarquer dans la vie d’inconnus.

Je réfléchis. Elle n’a pas tord, je pourrais déjà éliminer une partie de la population, ne serait-ce que si je n’étais pas née-moldue. Le vide de mon abandon serait toujours là, mais quelques variables en moins dans la balance ne serait pas de refus.

- Ça ne m’arrêtera pas tu le sais, mais c’est vrai que..., je murmure plus calmement, c’est vrai que ce serait un bon point de départ.
- Alors faisons ça. Je vais faire des recherches, toi, profite de l’école pour poser des questions sur les tests ADN sorciers. Si j’ai quelque chose, je t’appelle. Et s’il te plait, ne fait pas pire que mieux. Sois patiente. Ok ?
- Ok.

Cette promesse implicite, je n’allais sûrement pas la tenir, mais elle s’en doutait non ? Après quelques arrangements sur notre moyen de contact, nous nous quittions sur le seuil de sa porte. Aucune étreinte, aucun mot de réconfort. Juste un regard qui en disait long sur la suite des événement...
Page 1 sur 1

 La Couleur du Sang [Terminé]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.