AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -20%
Microsoft Manette Xbox One sans Fil + Câble pour ...
Voir le deal
47.99 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: La Forêt Interdite
Page 1 sur 1
N'allons pas dans les bois ... [En cours]
Daisy Wellington
Daisy Wellington
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Troisième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


N'allons pas dans les bois ...  [En cours] Empty
N'allons pas dans les bois ... [En cours]
Daisy Wellington, le  Lun 2 Mar 2020 - 21:02

Saison 30 - Hiver - Pv avec Ulysse


Il fait diablement froid aujourd'hui. On est en plein hiver, tout est blanc dehors. Et pendant que la majorité des autres élèves grelottent à l'intérieur ou préparent Noël, moi je brave les éléments. On est en fin d'après-midi. J'ai encore eu une mauvaise note en défense contre les forces du mal, (je suis vraiment nulle dans cette matière ...) et j'ai  besoin comme jamais de me défouler !

Alors me voilà, batte en main dans le parc. Je me suis un peu éloignée des lieux fréquentés (J'aimerai pas assommer un autre élève par accident !) et je profite de la solitude pour aller taper quelques cognards. Le silence hivernal n'est entrecoupé que par le piaillement de la sphère métallique qui fonce dans ma direction suivi des **ZBOT** sonores qui retentissent à chaque fois  que je la renvoie d'où elle vient d'un bon coup de batte bien senti.

Je me destine pas plus que ça au poste de batteuse, je manque clairement de bras pour le rôle. Mais faire ça me vide l'esprit. Je profite du moment. Le temps avance et je commence à sentir les effets de la fatigue.

Ça fait une petite demi heure que les swings de ma batte s’enchaînent et que le cognard revient à l'attaque, infatigable. Les bras commencent à me tirer et je sens que j'attrape une suée à l'intérieur de mon grand manteau. C'est bien ! Il va bientôt être temps  pour moi d'arrêter.

Un dernier coups de batte et ... VLAN ! J'expédie la sphère tourbillonnante qui part au loin dans une vrille plutôt comique. Je lâche la batte dans la neige et m'apprête à récupérer le cognard. Je me campe sur les pieds, me prépare à l'impact.

Même si ce sont des petites saletés, ces ballons ont l'avantage d'être très prévisibles. Une fois la crainte passée, il suffit de savoir comment s'y prendre avec eux. Rien de dangereux là-dedans quand on s'y habitue. J'adore voir la tête des autres premières années qui me voient attraper un cognard. Je passe pour un genre d’héroïne à leurs yeux si ça tombe. Ou une grande barjot, qui sait ?

Voilà mon client qui revient ! Droit vers mon estomac. Je me plie en deux au moment de l'impact et l'entoure de mes bras pour le bloquer. Ça fait l'effet d'un coups de poing qui me coupe le souffle un bref instant. Malgré l'habitude, je recule d'un pas sous l'impact. Et c'est là que mon étourderie légendaire me joue un vilain tour. Je heurte du talon la boite en bois qui contient toutes les balles de quidditch et je trébuche dessus. Misère, je la pensais un peu plus à gauche celle là !

Je me retrouve les quatre fers en l'air, fesses dans la neige, les deux jambes sur la caisse en bois. J'ai heureusement eu le réflexe de garder le cognard contre moi. Celui-ci s'agite, proteste. Je me démène pour le ramener jusqu'à sa boite et fixer son entrave.

Pfiou ! Voilà qui est fait. Je pousse un soupir de soulagement mais un cri de surprise m'échappe en voyant une petite sphère jaune s'arrêter à quelques centimètres de mon nez.

-Qu'est ce que ...? AH NON LE VIF D'OR !

D'un geste rapide, j'essaye de m'en saisir. La saleté se défile avec un bruit moqueur et va deux mètres plus loin. La petite balle a du se libérer quand j'ai bousculé la boite. La grosse boulette !

-Non reviens, c'est la cata si je te perds !!

Je me jette dessus. Le vif se dérobe juste avant que je l'atteigne. Je me retrouve à plonger nez en avant dans la neige. C'est pas possible que je le perde ! J'ai emprunté le matériel d'entrainement de l'école, si je le rend pas, madame Cojocaru va m'écharper !

Elle est gentille mais il y a des limites. Si je perd son vif d'or, plus jamais je pourrais emprunter du matériel. Adieu les séances d'entrainement ! Je me relève d'un bond, couverte de poudreuse. Le vif d'or est en train de filer ... droit vers la forêt interdite ! Ah non non non ! Je commence à courir après, clairement en panique. La poudreuse m'empêche de piquer le sprint que j'aurais voulu.

-Reviens ! Reviens j'ai dit ! Va pas par là ! Idiot de viiiif !

Autant dire qu'à pied, dans la neige, je me fais bien vite distancer. Je vois l'impertinente petite bille ailée s'arrêter à l'orée de la forêt interdite, y briller un instant comme pour me narguer avant de s'enfoncer. J'enrage intérieurement.

-Saleté de joujou à la noix !

Je me démène pour extraire ma baguette du plus profond de ma poche. Quand enfin je l'empoigne, je cours jusqu'à la forêt et depuis l'orée, je tente en vain d'agiter mon instrument de magie en direction des sous bois :

-Achlfo !

Je bafouille dans mon écharpe qui me couvre la bouche, mon sortilège rate évidemment. Je grogne et baisse mon cache nez.

- Axio Vif d'Or ! Non ! Actio ! Actio vif D'ooor ! Nooooooon !! Haaaactiooooo !

J'aurais du davantage réviser mon tp de sortilèges !!  Crotte ! Non non non !  La petite boule dorée est encore en vue, elle oscille de gauche et de droite, comme si elle m'attendait.

#Accio Vif d'or !

Cette fois, je sens que mon sortilège fonctionne. Ma baguette est parcourue d'un bref frisson. Mais en vain. Ça ne marche pas dessus ... Ah misère, j'avais pas besoin de ça ! Je range ma baguette et je fais les cent pas devant le sous-bois, hésitante. Le vif d'or disparaît hors de ma vue.

La forêt interdite ... ou perdre le vif d'or ... ? Quel dilemme !

Bon zut de zut ... cette forêt est sans doutes pas aussi dangereuse qu'ils le disent. Sinon ils mettraient une barrière ou quelque chose dans le genre ... non ? Je m'élance à la poursuite du vif, pénétrant dans la forêt interdite.

Je passe une demi-heure à poursuivre mon insupportable proie. A chaque fois que je l’aperçois du coin de l'oeil et que je m'en approche, la saleté se met à accélérer. Au bout d'un nombre innombrable de vaines tentatives d'approche, il finit par traverser un buisson épineux et s'y prend les ailes. Evidemment, il est pas "programmé" pour gérer ce genre de terrain. C'est ma chance ! Je pique un cent mètre et je me jette dessus.

Mon plaquage me fait valdinguer dans le buisson épineux mais je sens enfin la petite boule agaçante se loger au creux de ma paume. Elle cesse immédiatement de se débattre et replie ses ailes.

Essouflée, épuisée, je me retourne et finis bras en croix au milieu d'un buisson épineux. Mon manteau, mon pantalon, même mes cheveux sont piqués de dizaines de petites épines ...

-Whoah ... quelle journée pourrie.

Et pour couronner le tout, je crois que je suis tombée dans une flaque .... Je sens l'eau froide traverser les couches de mon manteau et tremper mon pantalon, me gèlant littéralement les fesses ... Aucune vraie blessure à déplorer hormis mon égo passablement meurtri.

Je reprend mon souffle, coeur battant la chamade. Au dessus de moi, ma respiration crée de grands panaches blancs ... ça serait presque beau. Si je n'étais pas ces bois ténébreux ...

Je regarde alentour. Je me suis enfoncée bien plus loin que je ne l'aurais voulu !  Le soir est sur le point de tomber. Déjà les frondaisons s'assombrissent, ce qui ne me plait que moyennement ... Heureusement, j'ai laissé des traces ... il me suffira de les remonter pour retourner jusqu'à Poudlard.

Il ne me reste qu'à m'extirper de ces satanés buissons ...


Dernière édition par Daisy Wellington le Jeu 5 Mar 2020 - 17:32, édité 1 fois
Ulysse Daiklan
Ulysse Daiklan
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Panthère de Chine


N'allons pas dans les bois ...  [En cours] Empty
Re: N'allons pas dans les bois ... [En cours]
Ulysse Daiklan, le  Jeu 5 Mar 2020 - 17:31

Trois semaines après ma fuite

J’avais arrêté de compter les jours, les heures, les minutes, cela n’avait plus d’importance. Je chérissais chaque instant de cette léthargie émotionnelle dans laquelle je m’étais moi-même plongé. Je regardais mon animal me contrôler, de loin, sans avoir besoin de réfléchir. Lorsque mes pensées commençaient à s’agiter, j’allais chasser, c’était le plus simple.

Fuir. Peut-être la décision qui m’aura le plus soulagée depuis des années. Retourner à ne plus rien ressentir. Mais cette fois, je voyais le temps passer. D’un côté, cela me soulageait encore plus. Pas juste m’évanouir et me réveiller six mois après. Sentir, que mes émotions s’apaisent. Disparaissent. Se complaire dans un vide sentimental seulement nourrit par la crainte de la souffrance qui compte bien revenir.

Comme chaque fois, j’avais survécut sans vraiment savoir comment. Regarder les bêtes de la forêt interdite mourir sous mes griffes sans une once de compassion. Il fallait bien manger, et je préférais ça que de reprendre le contrôle. Oui, mieux valait assister à la souffrance d’animaux innocents qu’à la mienne d’humain coupable.

Mon épais pelage me permettait de passer les nuits sans trop de difficultés malgré l’hiver, une chance. Bien moins pesant que sous le soleil brûlant d’Afrique. Je pourrais rester ici des mois encore, sans aucune difficulté. J’ai de quoi manger. Je peux dormir. Rien pour souffrir. Oh bien évidemment je me suis blessé, quelques petites plaies par-ci par-là, mais rien de bien grave. Juste le temps de reprendre l’habitude de la nature. J’étais enfoncé plus loin dans la forêt, là où les humains n’allaient pas généralement.

-  #Accio Vif d'or !

Oh non. Je voyais mon corps bouger et se préparer. Les sons étaient humains, et je ne pouvais recommencer ça. Cette voix… trop court pour pouvoir vraiment en déterminer l’âge ou même le genre. Je remets peu à peu en route mon esprit, mais ça reste compliqué, comme de se réveiller d’une terreur nocturne. Terreurs que je n’avais plus eu depuis…

Une libération. Et pourtant compliqué d’en sortir actuellement. Mes pattes font le moins de bruit possible tandis que je poursuis ma proie. J’essaye, de reprendre le contrôle, de m’en éloigner. Mais il semble que sous cette forme, mon animal ne m’écoute plus.

- Whoah ... quelle journée pourrie.

J’essaye de l’avertir et de grogner, mais seul un petit miaulement à peine audible sort de ma gueule. Elle est coincée. Je ressens l’excitation de l’animal, et ma propre crainte. Sa voix, clairement celle d’une petite fille. Mes pattes massent le sol, griffes sorties, je me prépare à attaquer. J’essaye de toute mes forces de me contrôler mais rien n’y fait. Dans un feulement, mes pattes s’étirent pour bondir.

NON !

A la vue des cheveux blonds et du visage de la petite, un regain de volonté me prend et je me transforme dans les airs. Mon poids, doublé par la transformation me fait retomber lamentablement au sol comme un sac de viande. A peine le temps de protéger ma tête de l’impact. Je regrettai presque immédiatement mon geste.

Quelques secondes suffisaient, pour que la tristesse reprenne le dessus sur tout le reste. Je n’avais plus ce loisir de tout oublier, et tout me revenait en pleine face. Où avais-je la tête ? Mais sa mort semble à nouveau planer sur moi. Les premières impulsions avaient maintenant disparut et seule la douleur vive et tranchante restait avec moi. Je me suis tourné vers l’enfant, ravalant difficilement ma salive.

- Tu ne devrais pas être ici.

Ma voix était rauque et profonde. Ne pas avoir parlé depuis presque un mois rends l’action plus compliquée à exécuter. Un rapide coup d’œil vers mes mains, j’avais envie de pleurer. Le sang, toujours présent sur les manches. Les vêtements n’ont pas bougé. Toujours propres, si ce n’est qu’ils sont imbibés… d’elle.

Je ferme les yeux, n’ayant quelque part, pas envie de me nettoyer. Une impression glauque que c’était la seule façon que j’avais d’être proche d’elle désormais. Je ne voulais pas être celui qui l’effacerait de mon existence. Je me penche mécaniquement pour aider la petite.

- Je ne vais pas te faire de mal. Comment tu t’appelles ?

Mon apparence doit faire peur mais tant pis. Je m’écarte une fois qu’elle est dégagée et crois les bras sur ma poitrine. Des plaies dispersées sous les vêtements, des vêtements propres si ce n’est du sang dessus.  Oui y’a pas à dire, je devais vraiment inspirer confiance. Mais ça je m’en fichais un peu, je n’écoutais quasi pas ce qu’elle disait en fait.

Je n’avais en tête que mes derniers souvenirs humains, qui revenaient me gifler. Au fur et à mesure. Inlassablement. Alourdissant mon cœur, et menaçant de me faire m’effondrer. Mais pas devant la petite. Lorsque je serais dans mon appartement, seul, oui. Mais pas là. Pas tout de suite.

Daisy Wellington
Daisy Wellington
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Troisième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


N'allons pas dans les bois ...  [En cours] Empty
Re: N'allons pas dans les bois ... [En cours]
Daisy Wellington, le  Ven 6 Mar 2020 - 9:55

Un grand bruit, un grondement bestial qui me fait sursauter et lâcher un cri d'effroi. Pendant la demi-seconde que ca dure, je me vois déjà morte, dévorée par une bête innommable de la forêt interdite ! Plutôt que de bouger, j'ai l'instinct de me replier sur moi même, fermant les yeux fort. C'est idiot mais ca n'a juste pas eu le temps de passer par la case cerveau ...

Quelqu'un de courageux aurait tenté de fuir, de se dégager du buisson, de se protéger avec ses bras, ou même de saisir sa baguette ! Aucune de ces réactions ne m'est venue à l'esprit sur le moment. Le degré zéro de l'instinct de survie ... Je suis là tremblante, recroquevillée dans une flaque d'eau, agrippée par une végétation malveillante. Je suis terrorisée.

Et j'entends alors la voix, masculine, forte et éraillée.

- Tu ne devrais pas être ici.

Elle me fait ouvrir les yeux, je lève un regard apeuré vers la silhouette à contrejour, au milieu de la pénombre du bois. Un centaure ? Non c'est un homme. Il se penche vers moi, écarte des branches de l'arbuste pour m'aider. Je parviens à m'extirper tant bien que mal de là et à me remettre sur pieds. Je suis mouillée, le froid me gagne rapidement. Alors je serre les bras contre moi même, les lèvres tremblantes. De froid ou de peur ? Je ne saurai dire.  Je ne peux m'empêcher de remarquer les tâches rouge sombre qui maculent les manches de mon "sauveur".

- Je ne vais pas te faire de mal. Comment tu t’appelles ?

Encore une fois, j'articule la réponse mécaniquement. Bêtement. Un automatisme depuis ma maternelle de donner son nom quand quelqu'un le demande.

- Je m'appelle Daisy

J'ai l'air perdue et effrayée. Mon coeur bat encore la chamade après la peur que j'ai eue. Ce n'est qu'une fois debout que je reconnais celui qui me fait face. Monsieur Daiklan. Le prof d'astro' qui est "absent" depuis plusieurs semaines. Sans qu'on nous ait donné beaucoup de détails. C'est vraiment lui ? Ou une créature qui a pris son apparence ? Qui a volé sa peau et s'en sert maintenant pour me tromper ?

Je regarde autour de moi, un peu affolée. Où est la créature que j'ai entendue ? C'est lui ? Ou il s'est battu contre elle pour me sauver et a été blessé ?  

Les pensées se bousculent en moi, sans qu'aucune ne parviennent à s'imposer. Seule la morsure du froid finit par me rappeler que j'ai littéralement une bonne partie du corps gelé. Je le regarde avec des yeux ronds, hésitant entre prendre mes jambes à mon cou (Quand bien même je ne ferais sans doutes pas dix pas avant d'être rattrapée) et rester pour aider mon professeur qui a l'air blessé. (Evidemment j'ignore que le sang a cette couleur quand il est "vieux". Comment le saurais-je ?). J'opte pour une solution à mi chemin entre les deux. Incertaine de moi, je demande un timide.

"-Heu ... Monsieur Daiklan ? Vous allez bien ? C'est vraiment vous ?"

Mais je n'ose pas m'approcher comme je l'aurais fait en temps normal en voyant quelqu'un en difficulté. Je garde une distance entre nous, tendue, je suis prête à m'enfuir et rebrousser chemin en suivant mes traces à la moindre alerte. Et bien sûr comme je suis une nouille, à aucun moment je ne pense à sortir ma baguette ...
Ulysse Daiklan
Ulysse Daiklan
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Panthère de Chine


N'allons pas dans les bois ...  [En cours] Empty
Re: N'allons pas dans les bois ... [En cours]
Ulysse Daiklan, le  Jeu 9 Avr 2020 - 18:40

Les sourcils sont froncés et mes bras sont croisés. Les instincts se mélangent. Le devoir veut que je la ramène, la peine veut que je fuie, encore. Je toise la gamine, sans vraiment m’en rendre compte. Elle est blonde. Et ses traits ressemblent tellement à ceux de… aux siens. Elle aurait pu être sa petite sœur. Mais encore une fois, Jade avait déjà un petit frère. Les larmes me montent aux yeux, mais j’essaye de garder la face. Elle dit son prénom. Daisy. Une chance que j’essaye de retenir tous les noms pour mes cours, bien que ceux-ci datent. Wellingmone ? Un truc du genre.

Peu d’utilité de toute façon, je n’avais pas envie de parler. Ma gorge formait un nœud depuis que je l’avais vu. Un nœud compliqué à enlever, qui après plusieurs jours, semaines ? Ne s’était pas dénoué. J’acquiesce à son prénom. Je n’ai rien à ajouter. Elle a l’air d’avoir froid. Elle pourrait tout aussi bien être Calypso. Il est des impulsions que je ne peux refouler et celui de protection est depuis longtemps plus fort que moi. Je sors ma baguette, collée à moi depuis ma transformation, et la pointe vers elle en silence. Un informulé, un simple Consectetuer Dryer pour sécher ses vêtements qui sentent l’humidité jusqu’ici.

Je lui fais signe de me suivre, ce qu’elle ne fait pas. Trois questions, qui me font lever un sourcil les mâchoires toujours serrées. Monsieur Daiklan… C’est ce que je suis désormais. Plus d’Ulysse. Monsieur Daiklan. Un pas de plus vers Le Sérieux. Le Nouveau. Un pas de plus pour enterrer l’Ancien, probablement avec le cadavre observé. Les questions suivantes sont les pires.

- Oui, c’est moi.

Ne répondre qu’à l’une d’entre elle, avec un affreux mensonge. Oui c’est moi. Non, je ne suis pas ce que tu crois gamine. Non, je ne suis pas Monsieur Daiklan. Juste Daiklan, et encore ça de moins en moins. En si peu d’années trop de choses sont mortes en moi. Puis si je vais bien… J’avais envie de hurler que non, je ne vais pas bien. Que rien ne va bien. Que la seule chose que j’ai de positive dans ma vie c’est ma copine, et qu’à chaque fois que je m’imagine aller la voir depuis plusieurs semaines je me demande si je ne la mets pas en danger. Que j’ai peur. J’ai la peur d’amour. La peur qu’elle disparaisse. Comme Jade. Comme mon innocence. Comme ma jeunesse. Comme ma santé. Comme mon humanité. Tout, évaporé. Tout, mort, avec pour seul confort un animal enragé dansant sur les cendres de ce qu’il reste de moi. Mon sang boue, mes bras refusent de bouger, quand bien même j’ai envie de laisser mes nerfs m’échapper.

Mais les visages, les leurs, me reviennent. Et en la voyant, je n’ai pas envie qu’elle les rejoigne. Me maîtriser, c’est la seule option que j’ai. Et visiblement la petite n’était pas rassurée.

Elle a raison.

Je ne le suis pas non plus. J’ai peur, de moi-même, chaque instant. Et je vais devoir me rendre dans des salles remplies d’élèves mis en danger par la seule présence de moi et de mes émotions. Quelque part, j’entends la voix de Zorein me chuchoter que je n’ai plus rien à perdre. Plus rien ne peut me faire autant perdre le contrôle. Mais Lhiya, Calypso… Il le sait. Je le sais. Elles sont ma drogue, je les aime et elles ont le pouvoir de me détruire. Que l’on m’en prive me rendrait fou. Il n’y a que deux issues dans ce cas-là. Le sevrage, la folie ou la mort.

Mes yeux sont dans le vide, je les sens remplis d’une eau indésirée. Mais lorsque le focus refait parler de lui, je réalise que je fixais la petite tout ce temps. Et je me sens mal. Rajoutez une couche de culpabilité sur votre fondation de souffrance et bravo ! Vous avez construit votre propre prison d’auto apitoiement sentimentale. Je sers la mâchoire à nouveau, et secoue la tête de gauche à droite. Pourquoi ne m’a-t-elle pas suivi ? Quelque chose la retiendrait-elle dans l’antre des monstres ? Autant lui demander.

J’essuie les larmes naissantes et m’accroupit, pour être à sa hauteur. J’ai l’impression de m’adresser à Calypso, peut-être est-ce pour cela que je sens mon regard d’adoucir significativement, malgré moi.

- Tu as besoin de quelque chose ici ?

Je ne souris pas. J’aimerais, mais je ne peux pas. Je n’y arrive pas.

Je n’y arrive plus.


Daisy Wellington
Daisy Wellington
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Troisième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


N'allons pas dans les bois ...  [En cours] Empty
Re: N'allons pas dans les bois ... [En cours]
Daisy Wellington, le  Ven 10 Avr 2020 - 14:09

Il me file les chocottes. Tétanisée, je ferme les yeux au moment où il pointe sa baguette vers moi. Je ne sais pas à quoi je m'attends à ce moment là mais certainement pas à sentir la douce chaleur d'un vêtement chaud remplacer le froid engourdissant qui s'était insinué en moi.

Je rouvre les yeux. Il avait avancé vers moi et s'était accroupi pour être à ma hauteur. La lèvre tremblante (de froid ... encore ?) je balbutie un faible -Merci ...

Je vois ses yeux briller. Est-ce de la colère ? Bien sûr que c'est de la colère, je me suis mise en danger en venant ici. Je me suis faite prendre en plein milieu de la forêt interdite.  Il est couvert de sang, il a du être blessé à cause de l'animal qu'il a fait fuir pour me sauver.

Je suis évidement complètement inconsciente des tourments intérieurs qui rongent le professeur. Je suis une enfant. Je suis égocentrée, je vois le monde à travers le filtre de mes petites pensées et de ma compréhension bien limitée de la vie.

-Pardon, monsieur Daiklan ! Mon vif d'or s'était enfui, je devais le rattraper. Mais c'était bête, pardon !

Je joins les mains, les larmes me montent aux yeux à moi aussi.

-Madame Cojocaru m'aurait tuée si je l'avais perdu ! S'il vous plait, me renvoyez pas de Poudlard !

Je suis tellement bouleversée et apeurée par l'idée de la sanction qui me pend au nez que je ne me fais même pas la remarque de savoir pourquoi monsieur Daiklan est dans cet état. Ni pourquoi il réapparaît soudainement devant moi au beau milieu de la forêt, alors qu'on le dit "absent" depuis des semaines.
Ulysse Daiklan
Ulysse Daiklan
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Panthère de Chine


N'allons pas dans les bois ...  [En cours] Empty
Re: N'allons pas dans les bois ... [En cours]
Ulysse Daiklan, le  Mar 2 Juin 2020 - 16:12

Désolée pour le temps de réponse ^^"

Je regarde encore, quelques secondes, la jeune Poufsouffle face à moi. Elle panique, je le sens, je l’entends. Et j’espère, au fond, qu’il y a encore autre chose qu’elle est venue prendre dans la forêt. Quelque chose qu’elle ne peut récupérer, que je puisse m’enfuir à nouveau en lui ordonnant de rentrer au château. Mon cœur est lourd et je n’ai qu’une envie c’est l’apaiser. C’est égoïste, je le sais. Bien que mon visage soit impassible, je reste surpris de l’ardeur avec laquelle elle me réponds. C’est…

Épuisant.

Les humains sont compliqués, trop d’émotions, tout le temps. Crouler sous elles quitte à en mourir, quitte à s’oublier. La Panthère est plus facile, Zorein est plus facile. Il suffit de suivre l’instinct. Pour l’un manger, pour l’autre protéger. Pas à penser, pas à souffrir, tout le temps. Tout. Le. Temps. Trop de pardon, en une phrase. Trop d’excuses. Ses mains se joignent et je reste dubitatif. Lizzie. Elle accepte que les élèves l’appellent par son nom maintenant ? Je m’étais fait réprimander un nombre incalculable de fois pour l’avoir fait. Mais il semble que certaines sanctions ne s’appliquent qu’à moi. Un cours mal passé, franche remontrance tandis que des tentatives de meurtre se déroulent dans la sale d’à côté. Rupture maladroite, là où d’autres ne s’attire que la colère de leurs exs, j’attire sa mort. Si les dieux m’entendent, c’est bon, j’ai compris. Toujours dans l’excès. J’essuie mes genoux d’un geste futile car le sang qui y est imprégné a séché depuis bien longtemps. Se relever, encore une fois.

- Lizzie ne vous tuerait plus de vous avoir mise en danger que d’avoir perdu un vif.

Seule pensée cohérente, dans les minutes actuelles. Il faut lui répondre mais j’ai l’impression d’avoir déjà oublié ce qu’elle a dit. Je ne suis que spectateur, je me sens à la troisième personne. J’entends des mots sortir de ma bouche

- Et tu ne seras pas renvoyée. Par contre tu vas aller à l’infirmerie.

La réalisation me frappe. L’infirmerie. Elhiya. Je me suis enfuis sans rien dire, encore. J’ai immédiatement envie de repartir, d'arrêter de penser. Mais je ne peux pas, il faut que j’ai un peu de ma maison qui transparaisse. Gryffondor, franchement. Aurais-je eu la même vie si le choixpeau m’avait envoyé ailleurs ? J’en doute. Je balaye ma tête de droite à gauche. Garder des pensées claires. Concises. Je me vois me retourner vers elle.

- Tu peux marcher ?

Encore une fois le sourire me faillit, bien que j’essaye d’avoir un ton plus doux. Mais ceci échoue tout autant. La seule chose que j’ai besoin de savoir c’est que je la porterai si elle ne peut marcher. Du coup il faut que je sache si elle peut marcher. Et que j’ignore mon instinct fuyard qui pousse mon âme à s’en aller. Juste ça.

Daisy Wellington
Daisy Wellington
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
En ligne
Année à Poudlard : Troisième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


N'allons pas dans les bois ...  [En cours] Empty
Re: N'allons pas dans les bois ... [En cours]
Daisy Wellington, le  Jeu 18 Juin 2020 - 10:41

- Lizzie ne vous tuerait plus de vous avoir mise en danger que d’avoir perdu un vif ... Et tu ne seras pas renvoyée. Par contre tu vas aller à l’infirmerie ...  Tu peux marcher ?

Le vif .. ? Je l'avais complètement oublié jusqu'à maintenant. Je l'avais en main et ... je ne l'ai plus. Un peu en panique je tâte mes poche et finir par sentir la petite sphère à travers la poche de mon manteau. Quand l'avais-je remis là ? Pendant que je m’apprêtais à me faire dévorer ? Quel réflexe idiot. D'accord pour mourir mais je garde mon vif ... pfff quelle nullité.

Il parle d'une voix calme, posée et rassurante. Je ne sais pas contre quoi il s'est battu pour me sauver mais tout à l'air d'aller bien. C'est un adulte, un professeur, je ne serai pas renvoyée. Alors ... je m'apaise. Et je hoche la tête.

-Oui ... je n'ai rien. Quelques égratignures aux mains et sur la tête à la rigueur. Rien de grave. Je passe mon temps à me cogner et m’égratigner. En primaire je passais le temps avec les collants craqués et les genoux éraflés couverts de pansements. Je n'ai plus froid grâce à son sortilège. Physiquement, je suis "bien". L'état de mes vêtements c'est une autre affaire, mais ca ne compte pas. Ne reste que la frousse que j'ai eue qui me laisse encore les jambes un peu flageolantes et le coeur battant la chamade.

Alors oui .. rentrer à Poudlard, je demande pas mieux ! Derrière moi, mes traces dans la neige montrent bien le chemin de retour. Même s'il commence à faire sombre. Limite je serai prête à prendre sa main s'il me la tendait pour me raccompagner jusqu'à l'école.
Contenu sponsorisé

N'allons pas dans les bois ...  [En cours] Empty
Re: N'allons pas dans les bois ... [En cours]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 N'allons pas dans les bois ... [En cours]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: La Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.