AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 1 sur 1
"L'inimitié que je te porte" [terminé]
Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


"L'inimitié que je te porte" [terminé] Empty
"L'inimitié que je te porte" [terminé]
Aysha Brayd, le  Jeu 26 Mar 2020 - 19:31

"L'inimitié que je te porte..."
Ronsard


Saison 30 - Hiver
avec Winniemae Bishop

Les couloirs ne voyaient pas passer grand nombre d'élèves à cette heure. En pleine après-midi, la plupart d'entre eux étaient en cours, à rêvasser sur leur table ou, pour les plus courageux, à écouter leur professeur. Aysha avait fait le choix de ne pas aller en cours de Sortilèges ce jour-là. Elle savait que cette absence pourrait lui coûter les remontrances de la Miss Peony ou de son professeur, mais elle ne s'en souciait pas pour l'instant. Les remontrances étaient toujours faites dans un souci d'impartialité, mais elles n'avaient jamais véritablement de conséquences. Aysha était une préfète et une élève modèle, et ses quelques absences, rares, n'avaient généralement aucune conséquence sur ses résultats scolaires. Il n'était tout de même pas fréquent qu'elle fasse ainsi l'école buissonnière. Mais cette fois là, elle avait simplement eu besoin d'échapper un peu au brouhaha de la classe, aux explications sans fin du professeur. Elle avait eu envie de passer une petite heure, toute petite, seule, à se promener dans les couloirs, en profitant du calme éphémère de ceux-ci. Elle ne savait pourquoi, elle se faisait plus solitaire ces derniers temps. Elle continuait à voir ses amis, à apprécier leur compagnie, et à considérer Poudlard comme sa maison, ses élèves comme sa famille, à quelques exceptions près. Cependant, son esprit était si tout le temps submergé de pensées en flots incessants qu'elle ressentait le besoin de prendre des pauses. Pour penser, en silence, calmement. Pour s'échapper un peu. Pour faire le point. Les changements dans sa vie bouleversaient tant son esprit qu'elle ne pouvait garder ses habitudes.

La bleue s'approcha d'une alcôve creusée dans le mur de pierre. Dans celle-ci, les vitraux formaient quelques arabesques sans vraiment représenter quoi que ce fût et, de leur bleu pâle et gris perle, laissaient apercevoir le parc désert. Une légère pluie, fine, maculait les carreaux de petites gouttelettes. Elle observa le parc un instant. Cette sérénité, ce parc désert, cette pluie calmaient son esprit. Elle laissa ses pensées divaguer un instant, sur le visage d'Eden, le masque, le port, les souvenirs de cette maison, les égouts, les mois épuisants qui s'étaient enchaînés. Oui, elle avait besoin de ces petits instants de calme. Elle avait l'impression d'avoir mûri trop vite.


Dernière édition par Aysha Brayd le Mer 16 Sep 2020 - 14:53, édité 1 fois
Winniemae Bishop
Winniemae Bishop
Serpentard (DC)
Serpentard (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


"L'inimitié que je te porte" [terminé] Empty
Re: "L'inimitié que je te porte" [terminé]
Winniemae Bishop, le  Sam 4 Avr 2020 - 14:47


Des fois encore, je me tournais retournais sur les pieds afin de retrouver mon chemin dans les couloirs alambiqués. Les chaussures vernies devaient être bien usées de ces virevoltements désespérés, fichue école toute de guingois. Une fois n'est pas coutume, balader ma mauvaise humeur contrariée dans les escaliers pouvait me permettre de me calmer, peut-être. Comme une étrangeté dans l'air lorsque mes yeux surpris remarquent le vide et l'absence de gens. Une interrogation balancée par un haussement vague d'épaules alors que je continue mon chemin, essayant de retenir les différents virages pris à la tête des sorciers coincés dans les tableaux. Tourner à droite, un gros monsieur moche se bat avec son encrier, tout droit tout droit, un couple de jeunes sorciers se cachent derrière un canapé - c'était autorisé ? encore un virage à droite et c'est un explorateur sorcier qui me dit de ne pas m'inquiéter, les hautes herbes lui fouettent le visage. Je soupire, je ne sais faire que ça. Me repérer me grignotait plus de temps que de travailler, cela devait soulager les vieux grimoires que mes doigts avides n'avaient pas encore tâchés.  

Je n'avais pas vraiment prévu, aujourd'hui, de desceller mes lèvres autrement qu'en chuchotant des entraînements de sortilège. Pourtant, les frisottis de ma tignasse surprennent brutalement une silhouette cachée dans un recoin. Je ne devrais pas m'y intéresser, ça ne m'intéresse même pas. Les déboires des uns des autres, leurs méditations intempestives avaient le don de me faire rouler des yeux, mais je m'arrête quelques instants. Les pensées au rythme des gouttes qui s'écrabouillaient sur la vitre, comme un minuteur avant que je prenne ma décision, avancer, ne pas avancer. Une lèvre inférieure mordue plus tard, un et puis zut qui chevrote dans les pensées, et me voici en face de ce qui apparaît être comme une Serdaigle. Un simple frôlement et frottement des uniformes comme salut et je m'assois à même les pierres du carrelage. Je ne sais même pas quoi dire, ce que je fais là, mais je le montre pas. C'est ma nonchalance qui se chargera de faire les présentations alors que je sors de mon sac à dos un livre de sortilèges. T'as pas l'air dans ton assiette, alors j'vais rester là. J'veux pas qu'on vienne me chambouler les oreilles après si jamais il t'arrive un truc. Si jamais elle décidait d'aller voir ce que ça ferait de tomber aussi vite que la pluie sur le parc. C'est pas mes affaires, mais parfois, l'empathie fait frissonner mes narines.


Dernière édition par Winniemae Bishop le Lun 20 Avr 2020 - 13:41, édité 1 fois
Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


"L'inimitié que je te porte" [terminé] Empty
Re: "L'inimitié que je te porte" [terminé]
Aysha Brayd, le  Dim 5 Avr 2020 - 12:08

Un frôlement de tissu sortit Aysha de ses pensées, et elle tourna brusquement la tête en direction du couloir. Ses yeux se posèrent sur une silhouette auréolée de cheveux bouclés. Elle resta muette, le regard interrogateur, tandis que la jeune fille s'asseyait par terre et sortait un livre. Le vert de sa cravate ressortait brillamment sur sa chemise blanche. La bleue coula un regard vers le livre qu'elle venait d'ouvrir puis revint à son visage. Non, décidément, elle ne la connaissait pas. Elle n'avait d'ailleurs aucune envie de la connaître, pour le moment en tout cas. Autant était-elle toujours heureuse de faire de nouvelles rencontres en temps normal, autant n'était-elle absolument pas d'humeur à faire la conversation en cet instant. Ce n'était visiblement pas le cas de l'autre sorcière, qui décréta avec autorité qu'elle allait rester là. La préfète ouvrit deux yeux arrondis de surprise. Ainsi, la verte décrétait non seulement qu'elle n'allait pas bien - ce qui n'était pas tout à fait vrai -, qu'elle avait besoin que l'on reste près d'elle, et qu'elle pourrait faire quelque chose d'insensé. Sans savoir vraiment pourquoi, chaque petit mot de phrases prononcées par la verte lui hérissèrent la chevelure.

- Pardon ?

Elle n'était pas d'un naturel désagréable, elle était même plutôt aimable avec toute personne qui croisait son chemin, mais elle était également du genre à se laisser envahir par des émotions sans queue ni tête, et elle pouvait contenir son énervement cette fois. Elle détestait par-dessus tout être interrompue dans les rares moment où elle recherchait la solitude. Elle contempla sa camarade en notant malgré elle chaque détail de son visage. L'ensemble lui devint très rapidement insupportable. La sorcière s'était assise avec une nonchalance provocatrice et parcourait son livre sans tenir compte de la volonté - très apparente - d'Aysha d'être tranquille. De quel droit d'ailleurs s'imaginait-elle qu'elle avait besoin qu'on veille sur elle ainsi ? La verte semblait plus jeune qu'elle. Elle n'avait pas le visage de celles qui viennent volonté en aide aux autres, elle n'avait pas un visage de gentille, en définitive. Alors de quel droit se permettait-elle d'envahir ainsi l'espace vital d'Aysha ? Cette dernière avait l'impression qu'on était entré en force dans son intimité. Elle savait que son irritation grandissante n'était pas des plus justifiées, mais elle ne pouvait s'empêcher de ressentir un violent ressentiment envers cette élève de Serpentard sortie de nulle part. Elle retint son envie de lui asséner fermement la nécessité qu'elle avait de déguerpir au plus vite. Elle aurait aussi bien pu s'en aller elle-même, mais elle ne voulait pas lâcher l'affaire ainsi.

- Il ne va rien m'arriver du tout, merci. Je n'ai pas besoin que tu restes là, tu peux t'en aller.

Elle n'aimait pas le conflit et savait que son attitude n'était pas mature. Elle aurait aussi bien pu lui offrir un sourire, la remercier et lui dire qu'elle pouvait continuer son chemin. Néanmoins, elle n'avait pas été en mesure de contrôler son irritation et les mots étaient sortis de sa bouche embaumés d'un ton ostensiblement énervé.
Winniemae Bishop
Winniemae Bishop
Serpentard (DC)
Serpentard (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


"L'inimitié que je te porte" [terminé] Empty
Re: "L'inimitié que je te porte" [terminé]
Winniemae Bishop, le  Ven 17 Avr 2020 - 10:09


Maintenant que j'étais là, presque bien installée contre la pierre, on me sommerait de partir ? La gentillesse ne coulait pas dans les cheveux bruns de la Serdaigle, c'était su. Ce qui partait d'une bonne intention de ma part tournicota, se transforma en un certain air de défi sur ma frimousse enfoncée dans les pages de Sortilèges. L'irritabilité et l'agressivité de la jeune fille tourbillonna pour aller s'évacuer dans les nombreux courants d'air de l'école, dans tous les cas, cela ne m'atteint pas. Pas vraiment. Je ne relève absolument pas le nez devant la prestance de l'autre élève, c'est que dorénavant, j'avais bien envie de rester là. Non, c'est joli ici. Un ridicule duel à propos de ce territoire qu'était cette pauvre alcôve, l'égo était si vicieux. Je tourne délicatement la page que je n'ai absolument pas lue - mais j'ai fait semblant, c'est déjà bien - bruissement rassurant du vieux papier. Aussi réconfortant que les gouttelettes frappant la vitre à quelques centimètres. Incroyable, mais le besoin de rivaliser s'estompe lentement dans les frisottis de mes boucles alors que l'extérieur appelle mon regard. Cette demoiselle pensive ressentait peut-être la nécessité de me crier dessus, je pouvais encaisser - largement. Si tu voulais être seule, c'était pas un endroit de passage qu'il fallait choisir. Voilà tout, tandis que la remarque s'accompagne de mes épaules haussées. Avant de la fixer de nouveau, essayer d'enfoncer mes pupilles dans les pores de sa peau, deviner ce qui pouvait bien s'agiter derrière ses traits froncés. Curiosité mal placée, mais plutôt assumée. Ça me fait penser à la tante, Francelle, qui excellait dans la divination et la spiritualité, une sorcière des sentiments qu'elle disait. Elle aurait pu savoir elle, ce qui turlupinait cette Serdaigle.

Excepté que l'agressivité n'allait pas assouvir le besoin de savoir, absolument savoir. L'autre faisait partie entière de ma journée, elle ne serait pas ignorée. Dans un bruit sourd, je referme vivement le grimoire de sortilèges, bon ! timbre de voix plus élevé qui m'avait échappé, tu me connais pas, j'te connais pas, j'suis le meilleur auditoire pour que tu déverses tout ce qui te chagrine l'esprit. Peut-être que moi aussi, je pouvais devenir voyante, décortiquer les émotions et les sentiments des gens. Bizarre, comment habituellement ça ne m'intéresse pas, mais là, présentement, pourquoi pas ainsi occuper le temps. Est-ce qu'il fallait sourire dans une pareille démarche ? Peut-être, j'essaie, je pense que ça ne fonctionne pas, mes lèvres grimacent, se rabaissent, se contorsionnent. Encore un peu de travail pour inspirer la confiance.


Dernière édition par Winniemae Bishop le Lun 20 Avr 2020 - 13:43, édité 1 fois
Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


"L'inimitié que je te porte" [terminé] Empty
Re: "L'inimitié que je te porte" [terminé]
Aysha Brayd, le  Ven 17 Avr 2020 - 14:14

La demoiselle avait dans les yeux cette espèce d'éclat insolent qui avait le don d'irriter Aysha. Elle n'avait donc pas mieux à faire ? Le château était plein d'autres couloirs, d'autres élèves à aller importuner. La vie elle-même était pleine de choses qu'il fallait faire, de choses que l'on avait jamais le temps de faire, et elle perdait son temps à venir embêter la bleue ? Franchement. La préfète la toisa. L'irritation s'était durablement incrustée dans sa poitrine désormais et elle doutait fort qu'elle pût en disparaître. Elle cherchait ses mots en évitant soigneusement de lâcher quelque remarque spontanée qui, elle le savait, serait une preuve d'immaturité. Elle ne voulait pas donner à l'autre la satisfaction de la voir s'énerver plus que de raison. Elle avait un rôle à tenir. Et d'autres chats à fouetter.

Pour courronner le tout et ajouter encore un peu d'aigreur à la situation, la verte se permit de lui faire un commentaire sur son choix de couloir. Ainsi donc, elle sous-entendait qu'Aysha ne pouvait s'en prendre à elle-même. Le château était grand, les couloirs ne manquaient pas et la majorité des élèves étaient en cours ou dans leur salle commune. Jusqu'à preuve du contraire, ce couloir était l'endroit idéal pour s'isoler. La préfète foudroya l'autre du regard. Elle ne répondrait pas. Elle l'aurait à l'usure. Au bout d'un moment, elle serait sûrement lassée de s'asseoir dans un couloir froid pour le simple plaisir d'importuner une autre élève, c'était certain. La verte la fixait. Elle ne se gênait pas pour laisser ses yeux parcourir son visage, et Aysha ne lui rendit pas son regard. Elle n'appréciait pas vraiment être détaillée de la sorte. Elle avait l'impression que la sorcière cherchait à pénétrer son intimité sans son accord, et elle n'avait aucune envie qu'elle ne poursuive son entreprise.

Considérant sans doute que son observation ne suffisait pas à percer la préfète à jour, la verte referma son livre d'un claquement sec. L'agressivité qu'avait manifesté Aysha ne suffisait donc à pas la dissuader de chercher à comprendre ce qui se tramait dans son esprit ? Et si elle n'avait aucune envie de le partager ? Cela ne lui traversait pas l'esprit qu'on puisse vouloir garder ses sentiments pour soi ? A l'irritation se mêlait une certaine surprise désormais. La verte n'avait de toute évidence aucune barrière. Elle se permettait des choses que la bleue ne se serait jamais permise avec un-e inconnu-e. Elle était également légèrement décontenancée par la gentillesse qui semblait tout de même pointer son nez derrière cette question pleine d'empathie. Ou peut-être était-ce seulement de la curiosité mal placée, après tout. Oui. Et si Aysha avait effectivement envie de se confier à quelqu'un, parfois, elle n'était pas vraiment disposée à raconter ses tourments à la première venue. Pour qu'elle aille la dénoncer ? Non merci.

- Je suis pas sûre que tu puisses comprendre.

Oui après tout, elle semblait plus jeune. Elle était en quoi... cinquième année ? Sixième peut-être ? Elle avait sûrement d'autres préoccupations, moins complexes. Aysha se souvenait avoir eu pour seuls tourments des choses qui lui semblaient aujourd'hui être des broutilles, lorsqu'elle était dans les classes inférieures. Le passage en septième année avait été accompagné de tout un tas d'événements qui l'avaient propulsé dans le monde adulte sans prévenir. Elle n'était pas triste. Elle n'avait aucun chagrin, comme l'avait supposé l'intruse. Non, elle était perdue. Elle se posait des questions, elle avait l'impression de flotter dans un entre deux inconfortable. Elle avait l'impression que des pensées contradictoires affluaient sans cesse dans son esprit sans qu'elle ne puisse mettre un nom dessus. A quoi bon raconter tout cela à quelqu'un ? La personne en question aurait vite fait d'en conclure que tout, chez Aysha, était trop compliqué. Elle se dirait sans doute que l'écouter était ennuyeux, voire même proche de la torture. Ou bien elle se dirait que la bleue n'était pas très saine d'esprit. Quoi qu'il en était, elle ne pourrait comprendre. D'ailleurs, raconter tout cela nécessitait un minimum de contexte. Aysha ne pouvait raconter à n'importe qui qu'elle servait désormais une cause reniée de tous. Elle ne pouvait pas non plus parler de son père à des inconnus, non. Il était aussi risqué de confier à une élève lambda que son petit ami était désormais un Loup-Garou, et qu'ils étaient fiancés, alors qu'elle était à peine majeure. Que dirait-on d'elle si tout cela venait à se savoir ?

Et puis elle était étrange, avec son demi-sourire.
Winniemae Bishop
Winniemae Bishop
Serpentard (DC)
Serpentard (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


"L'inimitié que je te porte" [terminé] Empty
Re: "L'inimitié que je te porte" [terminé]
Winniemae Bishop, le  Ven 17 Avr 2020 - 18:10


Normalement c'était moi, ça avait toujours été moi, entièrement recouverte d'une solide carapace insondable qui faisait grimacer Maman voulant à tout prix parler. Peut-être tout simplement qu'ici je n'acceptais pas cette inversion des rôles, cette posture interrogative que j'avais pris malgré moi, toute guidée par le besoin avide de savoir ce qui se tramait sous les airs sérieux de l'Aiglonne. L'humaine curiosité m'avait rendue faillible, j'ai comme envie de me cracher dessus. Mais l'autre était là, juste en face, alors plutôt que de s'horripiler soi-même pour un comportement que je détesterai à coups sûrs chez quelqu'un d'autre, autant écrabouiller la Serdaigle. Le pire était peut-être la façon qu'elle avait eu de me considérer comme d'une immaturité qui m'empêcherait de comprendre ce qu'elle vivait - vexée Winnimae. Brève moue irritée que je tente rapidement d'effacer, pas question de briser mon impassibilité habituelle, et certainement pas par cette quelqu'une embêtante qui ne voulait même pas parler de ses soucis d'adolescente. Parce que bon quoi, sérieusement, qu'est-ce qu'elle pouvait avoir comme problèmes cette Mademoiselle Parfaite ? C'était bien à ça qu'elle ressemblait, avec sa silhouette pas désagréable, son teint hâlé et ses airs d'innocente sérieuse élève. T'as été bien élevée, ne pas parler aux inconnus, tout ça tout ça. Rien ne dépassait chez elle, aucun accroc, était-ce à ça que je ressemblais quand je refusais de partager les noeuds serrés de mes pensées ? C'est d'un triste. Sauf que c'est pas fun, t'es pas fun. Maman m'aurait pichenettée pour cette attitude, d'ailleurs, par réflexe, ma tête rentre vivement dans mes épaules, attente de la sanction.

Avant de me détendre. Maman n'était pas là, je n'étais surveillée que par les vagues hormonales de mon adolescence, et c'était bien plus rigolo - plus dangereux, aussi. Il était grand temps de ranger ce livre-accessoire qui ne servirait décidément à rien, puisque ma langue avait décidé de se délier et d'enquiquiner mon interlocutrice modèle. J'm'appelle Winniemae, une pause, les anglais avaient cette fâcheuse habitude de se moquer de mon prénom, allez savoir pourquoi. Mes dents se dévoilent, pas mécontentes de faire la conversation, c'était chose rare depuis mon débarquement à Poudlard, je viens des Etats-Unis, La Nouvelle-Orléans. Je souffle, dévoiler quelques miettes de ma vie pour qu'elle en fasse autant - pourquoi exactement ? J'sais pas. Là-bas j'avais une gigantesque famille, des cousins, la sorcellerie, c'était pas la même qu'ici. Vous êtes tous très, comment dire ça de façon allégée, coincés. Et tristes. Le ciel, c'est comme le reflet de vos visages, c'est-à-dire qu'ils n'étaient vraiment pas très beaux - il pleuvait.
Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


"L'inimitié que je te porte" [terminé] Empty
Re: "L'inimitié que je te porte" [terminé]
Aysha Brayd, le  Ven 8 Mai 2020 - 17:04

L'avait-elle vexée ? Aysha avait vu passer sur le visage de l'inconnue l'ombre d'une moue qui avait aussitôt disparu. Tant pis. Elle n'était pas du genre à aimer vexer les gens, elle ne trouvait jamais son bonheur dans le malheur des autres, mais tout de même. C'était elle qui l'importunait, qui s'évertuait à rester là. Elle en tirait les conséquences, voilà tout. Fallait pas s'étonner. La bleue ne comprenait toujours pas quel plaisir trouvait l'autre à rester là, subissant les foudres d'une inconnue, tout en sachant pertinemment qu'elle n'était pas désirée. Elle-même se serait vite enfuie si elle avait senti un quelconque désir de la voir partir chez quelqu'un. Mais non, l'autre semblait têtue. Si têtue qu'elle s'était même remise à parler, et pas pour lui dire des choses sympathiques, non. Elle n'était pas fun. Ouch. Elle avait touché un point sensible - le savait-elle ? La préfète se coltinait cette image depuis des lustres. Elle était Serdaigle, elle était bonne élève, elle était préfète. Forcément. Et pourtant, elle n'avait absolument aucune envie qu'on la considère comme quelqu'un de pas fun. Elle était fun, comme tout le monde, quand le contexte s'y prêtait. Evidemment, l'autre venait la déranger en pleine session de blues réflexif, ce qui n'était pas le meilleur moment pour être fun. Et elle alors, elle se croyait fun à lui coller aux basques ainsi ? Aysha commençait à se sentir sérieusement énervée, et elle était du genre à accepter très mal la critique. Non pas qu'elle ne soit de nature sanguine, non. Elle ne s'énerverait pas, elle se sentait plutôt blessée. Qui donc disait ce genre de choses à quelqu'un sans avoir une seule indication sur la solidité de son égo ? Celui d'Aysha n'était pas bien robuste. Idiote. Est-ce qu'elle espérait pouvoir poursuivre la conversation après lui avoir balancé ça au visage ?

Mais elle continuait. Elle parlait d'elle maintenant. Un prénom imprononçable, pas vraiment fun non plus d'ailleurs. Et elle venait des Etats-Unis ce qui, aux yeux d'Aysha, expliquait un certain nombre de choses. En premier lieu son arrogance et son insupportable manie de s'imposer là où elle n'était la bienvenue. Finalement, et bien que cela fît naître une petite pointe de culpabilité dans sa poitrine, Aysha se sentait moins dérangée à l'idée de rembarrer une Américaine. A croire qu'elle l'avait bien mérité. Jolie mentalité. Mais décidemment, l'autre, qu'elle appellerait désormais Winni-machin, jouait si bien de la musique qu'elle avait su déceler toutes les cordes sensibles et qu'elle s'évertuait à les pincer avec un talent admirable. Elle n'était pas fun, et maintenant, elle était coincée. Comme tous les anglais, à l'entendre. Aysha serra les dents, et réprima sa furieuse envie de lui dire à quel point les Américains étaient insupportables, idiots, et aussi délicats qu'un camion-benne. Mais elle ne dit rien. Elle n'avait pas vraiment envie de se mettre au niveau de Winni-machin, bien qu'elle n'en pensât pas moins. Coincée ? Non, polie.

- Super. T'as terminé ? Petite astuce pour tes prochaines tentatives de sociabilisation : si t'as envie de faire parler les gens, évite de leur dire qu'ils sont pas fun. Je suis pas sûre que ça les aide.

Elle lui offrit un sourire mielleux ironique. Elle espérait qu'Aysha se confie à elle ? Elle pouvait rêver. Elle n'avait pas pour intention de donner à la première venue des informations qu'elle pourrait utiliser contre elle après. Elle voulait s'imaginer qu'elle était pas fun, et coincée ? Très bien. Elle se fiait à son vernis de madame parfaite qui ne s'écaillait pas malgré ses efforts incessants ? Excellent. Elle n'avait pas l'intention de la contredire, même si elle détestait qu'on puisse la voir comme ça. La contredire aurait signifié se confier. Et cela n'aurait eu aucun sens. Peut-être aurait-elle pu simplement lui lâcher une ou deux insultes au visage et tourner les talons. Aurait-elle toujours eu l'air coincée ? Peut-être pas, mais elle n'aurait pas eu l'air fun pour autant. Aysha se réprimanda intérieurement. Qu'avait-elle donc à faire de l'avis d'une inconnue ? Rien du tout, en théorie. Il fallait qu'elle arrête de se soucier de l'image qu'elle donnait aux autres. Elle avait d'autres chats à fouetter.

- Et je suis pas coincée, ajouta-t-elle tout de même avant de se tourner vers la vitre.

Il fallait tout de même que Winni-machin le sache.
Winniemae Bishop
Winniemae Bishop
Serpentard (DC)
Serpentard (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


"L'inimitié que je te porte" [terminé] Empty
Re: "L'inimitié que je te porte" [terminé]
Winniemae Bishop, le  Sam 9 Mai 2020 - 13:00


Ah ! Voici que la Demoiselle se permettait de me donner – à moi ! – des leçons de sociabilisation. Tsss. Tout simplement, j’suis embêtée. Parce que curieusement, elle avait raison. J’savais pas vraiment comment faire, comment aborder quelqu’un avec la simple idée de faire la conversation, de me montrer affable et avenante, pourquoi ? Tout le monde se baladait par groupe – par troupe – et moi, je n’avais que mes boucles crépues pour me porter compagnie. Est-ce que ça se voyait tant que ça ? Pourtant ça partait presque d’une bonne intention, discuter avec elle, lui enlever cet air à la fois mélancolique et agacé de la frimousse, et me faire passer le temps en même temps. Rien de mal, rien de cruel, malgré ce que le blason vert & argent que j’exhibais. Alors je gonfle les joues, c’est pas de l’air qu’il y a dedans, c’est du doute. J’ai plus envie de l’embêter, j’ai plus envie de creuser. J’m’étais révélée – un peu – l’Aiglonne restait butée, tant pis.
C’est exactement c’que dirait quelqu’un de coincé, que j’ose préciser tout de même dans un haussement d’épaules. Comme un meurtrier qui se proclamait innocent. Les gens cool ne ressentaient pas le besoin d’exprimer de souligner leur coolitude. De la pure provocation, je le sais, peut-être même que la Serdaigle le sait aussi, mais pas question de ne pas avoir le dernier mot – question d’égo.

Finalement, je me lève, renfile le sac à dos, c’est compliqué, les gestes sont lents tant cette alcôve est étroite, ne surtout pas vouloir effleurer la Bleue & Bronze. Je suis à deux centimètres de sentir le délicieux parfum parfait – évidemment ! - de la Serdaigle. Bon, j’vais pas t’embêter plus. Il était grand temps de reprendre mon ordinaire nonchalance, mon indifférence. Ça m’apprendra d’essayer faire copine-copine. J’avais pas la personnalité adéquate, celle qui délie les langues par la tendresse et l’empathie du discours – dommage. Mademoiselle ne voulait pas discuter, j’m’en fichais. Quand bien même l’estomac s’était quelque peu tordu de s’être vu envoyer balader – tout froissé.
Et pourtant, je ne bouge pas, ou à peine, comme une dernière chance, une dernière perche tendue dans le regard figé que je lui lance, presque nez-à-nez.

Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


"L'inimitié que je te porte" [terminé] Empty
Re: "L'inimitié que je te porte" [terminé]
Aysha Brayd, le  Mar 12 Mai 2020 - 17:22

L'autre ne pouvait s'empêcher d'insister, et Aysha sentait bien qu'elle gardait la conviction profonde qu'elle était effectivement quelqu'un de coincé. Elle était arrivée au mauvais moment, certes, mais la bleue avait totalement échoué dans sa tentative de se débarasser de son image de préfète parfaite aux yeux de cette nouvelle personne qu'elle rencontrait. C'était pourtant l'occasion, chaque fois qu'elle faisait la connaissance de quelqu'un de nouveau, de briser cette image et de laisser entrevoir sa nature, plus fragile, plus excentrique, plus sombre parfois. Cette fois-ci, elle n'avait pas su saisir cette occasion, et son échec était magistral. Elle avait d'ailleurs senti que le simple fait d'avoir à préciser qu'elle n'était pas coincée sonnait comme une preuve qu'elle l'était. Logique. Elle n'était pas vraiment sûre que ce fût rattrapable. Pourtant, elle avait un goût amer en bouche et la désagréable sensation qu'elle venait là de rater le coche. Winniemae s'empresserait peut-être d'aller raconter à tout le monde à quel point elle avait été désagréable, voire même hautaine, et Aysha répugnait avoir ce genre d'image alors même qu'elle méprisait l'élitisme et le snobisme parfois propre à la réputation de Serdaigle. Franchement, pourquoi fallait-il qu'elle ait croisé son chemin dans un moment pareil ? C'était le genre de premières impressions qui scellaient une relation pour l'éternité, et là, c'était franchement raté.

La bleue ne s'expliquait pas pourquoi il fallait qu'elle se soucie autant de ce que pourrait penser une personne qu'elle ne connaissait même pas et qui lui donnait d'ailleurs des frissons d'irritation, mais le fait était que ne pas être appréciée, même par ce genre de rencontre, ne lui plaisait pas du tout. Alors que la verte s'était levée et se tenait à quelques centimètres d'elle, sur le point de partir sans doute, Aysha ne pouvait pas croire qu'elle allait la laisser partir sans lui prouver qu'elle avait tort de la voir comme elle la voyait. Pourquoi se basait-elle sur son irritation toute passagère et son insigne de préfète pour lui dresser un portrait pareil ? Ce n'était simplement pas le bon moment. Puis la bleue songea qu'elle avait fait pareil, peut-être. En même temps, quelqu'un qui la dérangeait de cette façon ne pouvait-être que sans-gêne et absolument insupportable, non ? Et puis la verte n'avait pas fait le moindre effort pour donner une autre impression. A moins qu'Aysha ne fût en train de faire exactement ce qu'elle détestait que l'on fasse en l'observant, c'est à dire avoir des aprioris basés sur... pas grand chose. Mais elle était certaine d'une chose désormais : elle ne pouvait pas se permettre de laisser Winniemae repartir dans la nature avec une si mauvais impression.

-J'suis désolée. C'est juste que t'es pas vraiment tombée au bon moment, j'avais besoin de réfléchir un peu. Toute seule, je veux dire.

Aysha se demandait si l'espèce de demi-sourire qu'elle lui avait offert était convaincant ou non. Lui faire ses excuses était particulièrement désagréable, car même si elle avait conscience de ne pas s'être montrée très sympathique, elle gardait en travers de la gorge tous les commentaires que la verte avait fait sur elle et sur les anglais. Elle n'était pas vraiment sûre qu'elle méritât ses excuses. C'était surtout pour se donner bonne conscience et s'assurer de ne pas passer pour une saleté, elle, au moins.

- Et ce que j'aurais eu à te raconter n'aurait pas vraiment été fun de toute façon alors... Loin de moi l'envie de renforcer l'image désastreuse que tu as des anglais.

Elle ne pouvait s'empêcher de rester sur la défensive. Oui, elle voulait s'excuser, mais fallait pas pousser. C'était Winniemae qui avait commencé à lancer ses critiques comme on lance des balles de golf. Et c'était le genre de choses qui blessaient l'égo, mais elle n'avait pas vraiment envie de l'admettre. Elle voulait simplement passer pour un peu plus humaine aux yeux de la Serpentard. Et éviter qu'elle ne s'imagine qu'elle était détestable. Tout de même, ce n'était pas le cas.

- Au fait, je m'appelle Aysha.

Voilà qui était dit, sans l'ombre d'une invitation à lui poser davantage de questions. Le prénom c'était bien, histoire de paraître un minimum abordable, mais elle n'était toujours pas prévu de lui en dire plus. Non seulement elle n'aimait pas se confier, mais en plus, ce qu'elle avait à confier était loin d'être réjouissant ou léger. L'autre voulait parler à quelqu'un de fun ? Sur ce coup-là, mieux valait qu'elle s'abstienne de fouiller dans les pensées qui occupaient l'esprit d'Aysha à cet instant là. Revenez plus tard.
Winniemae Bishop
Winniemae Bishop
Serpentard (DC)
Serpentard (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


"L'inimitié que je te porte" [terminé] Empty
Re: "L'inimitié que je te porte" [terminé]
Winniemae Bishop, le  Sam 23 Mai 2020 - 23:09


C’est comme une victoire qui me fait sourire, j’veux pas le montrer, mais bizarrement, ça me rend presque contente. De voir la parfaite préfète s’excuser pour son impolitesse, je devrais faire de même, mais évidemment, j’le fais pas. J’y pense, c’est déjà pas trop mal. Enfin, je lui renvoie la mine la plus douce que je puisse, parce que peut-être que dans le fond je comprends. Le besoin de s’isoler pour méditer, tergiverser et peser les différents souvenirs et idées. Mais quand même, elle n’avait qu’à pas le faire , juste ici, éclaboussée par les pas précipités des élèves constamment en retard. J’dis rien, pas tellement envie de reprendre la joute verbale insignifiante et inutile, je remue simplement le menton.

Mais la surprise s’étrangle dans ma gorge saisie : c’est ça le problème ? Ton image ? Cette fois je ne peux pas m’empêcher, c’est mon indélicatesse qui guide mon regard de ses cheveux parfaitement bien coiffés jusqu’à ses pieds. De longues secondes où j’observe tout simplement. Ce que je fixe confirme ce que je pensais il y a déjà quelques minutes, et pourtant, j’me sens pousser des ailes de muflerie – j’lui fais part de mes impressions. T’es Madame Parfaite, c’est ça ton image – à toi. Comment tu fais ? J’sais pas, mais t’as rien qui dépasse, y’a rien de travers, même quand t’es en droit d’envoyer balader quelqu’un tu t’excuses. Sérieusement, c’est quoi ça ? Je secoue les remous de frisottis sur ma tête, j’prétends être exaspérée, et pourtant je ris. T’es magnifique, j’suis sûre t’as des notes parfaites, des gentils amis, oh ! tu as un petit-copain parfait, vous filez un amour parfait, faudrait que je change d’adjectif, mais ça me vient pas à l’esprit. Et il ne faut surtoouuut pas que les autres parlent de toi en mal. Les rumeurs dans le dos, je le sais, c’est comme un vacarme qui ne se tait pas dans le cerveau ; mais quand même, de là à s’en préoccuper autant, je ne comprends pas.

Je respire profondément, d’avoir tant activé la mécanique de la mâchoire, et je continue en me baissant (et non vraiment, cet espace réduit n’est pas pratique du tout) pour remettre correctement mes chaussettes hautes – on dirait que je m’apprête à m’enfuir. Alors Aysha, pour changer ton image, quelle est l’idée la plus fun qui te vient à l’esprit ? J’suis d’humeur à tout tenter, là maintenant tout de suite, parce qu’m’en moque, personnellement, de ce que les autres pourraient bien murmurer sur mon passage, tant que ça vient pas me picoter l’oreiller pour m’empêcher de dormir.

Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


"L'inimitié que je te porte" [terminé] Empty
Re: "L'inimitié que je te porte" [terminé]
Aysha Brayd, le  Jeu 11 Juin 2020 - 16:19

Winniemae avait cette drôle de façon de faire des compliments sur un ton de moquerie, ou de se moquer sur le ton du compliment, bref, cette façon de perturber Aysha qui ne savait jamais comment prendre ses commentaires. Peut-être était-elle trop susceptible, en réalité. Elle se renfrogna intérieurement, faisant de son mieux pour cacher sa vexation, alors que l'autre s'étranglait. Elle avait ce don, c'était à noter, d'appuyer pile sur ce qui faisait mal. Et voilà qu'elle lui rabâchait encore cette image de Miss Parfaite, celle-là même qui tourmentait la bleue en lui mettant une pression inimaginable et en rendant toute spontanéité émanant d'elle tout à fait ridicule. C'était de cela qu'elle se plaignait justement, et Winniemae ne se privait pas d'enfoncer le clou. Elle était assez décontenancée, mal à l'aise vis à vis de cette adolescente qui remuait des choses en elle que la plupart des gens se contentaient de penser tout bas. Elle était trop franche, trop franche pour Aysha, en tout cas. Elle n'avait pas l'habitude, et surtout, elle ne savait pas comment réagir. Elle ne savait pas si elle était plus vexée, surprise, ou soucieuse de démentir. Des notes parfaites, des amis parfaits, un petit-ami parfait... A peu de choses près, c'était ça, en fait. Elle n'avait pas tellement tort, mais tout cela n'était que du vernis. En quoi cela changeait-il quelque chose à ce qu'elle pouvait ressentir ? De quel droit Winniemae se permettait-elle de faire des hypothèses - vraies ! - sur sa vie, et de porter un tel jugement. Un jugement qui mêlait positif et négatif dans un méli-mélo inextricable. Elle avait presque envie de s'excuser. Presque honte, en fait. L'autre ne se préoccupait pas de l'avis des autres, de toute évidence. Elle semblait être à l'opposé de la préfète. Elle l'enviait. Elle était aussi exaspérée par elle qu'elle ne jalousait son apparente aisance et sa légèreté manifeste. On disait souvent qu'on était irrité par les gens qu'on enviait. C'était probablement vrai.

Aysha avait presque envie de la supplier un instant de lui apprendre à ne pas s'en soucier. Elle avait presque envie de lui demander son aide pour être fun. Plus fun que ce qu'elle prétendait, en tout cas. Mais elle ne dirait rien. Son égo était trop fragile pour qu'elle ne s'abaisse à admettre cette fragilité face à cette inconnue qui lui hérissait les poils. Elle avait suffisamment de recul sur elle-même pour admettre que oui, elle la jalousait, mais pas assez pour mettre sa fierté de côté. Elle avait commencé à la défier comme Winniemae l'avait fait, elle continuerait sur cette lancée. Fallait bien être cohérente avec elle-même. Mais désormais, qu'elle lui lançait un genre de défi, Aysha ne pouvait que bredouiller. Elle savait qu'elle allait lui donner raison. Elle pourrait dire ce qu'elle voudrait, l'évidence serait là : elle était bien trop encombrée de mille préoccupations vis à vis du regard des autres et de son image pour faire quoi que ce soit de fun. C'était comme une gigantesque barrière. Elle-même savait quel genre de personne elle était, au fond. Mais elle était bien incapable de le montrer au reste du monde. Elle se ficherait d'elle, instantanément. Elle voulait quelque chose de fun ? Aysha en était, en cet instant, incapable. Heeeeeu... était le seul mot qui voulait bien sortir de sa gorge.

- On sort ? On sort dehors, on sort de Poudlard, on s'en va, on s'envole.

Mais surtout, et en cet instant, on sort du château, sous la pluie. Pas sûr que ce soit le genre de choses que Winniemae qualifiât de fun. Elle n'avait pas trouvé mieux. Elle improviserai. Ou elle essuirait un rire moqueur et l'autre tournerait les talons. D'où lui venait ce soudain besoin de lui faire ses preuves ? Elle ne la connaissait même pas. C'était probablement ça, qu'elle avait tout de suite détesté chez la nouvelle venue. Cette manière qu'elle avait de retourner ses convictions en la forçant implicitement à sortir de sa zone de confort. Parce qu'il fallait bien admettre que si elle s'en plaignait, elle n'en était pas moins très confortable, cette zone. Très facile surtout.
Winniemae Bishop
Winniemae Bishop
Serpentard (DC)
Serpentard (DC)
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


"L'inimitié que je te porte" [terminé] Empty
Re: "L'inimitié que je te porte" [terminé]
Winniemae Bishop, le  Ven 26 Juin 2020 - 9:26

LA piqué 😇




J’ai rigolé. Tellement fort que des élèves passants se sont retournés avec l’air curieux sur leur visage, je serre les bretelles du sac à dos, comme déterminée à réaliser l’envie ridicule de la Serdaigle. Elle voulait sortir, sortir alors qu’un rideau de pluie était tombé lourdement sur Poudlard, ça allait faire frisotter davantage mes mèches diablotines, mais qu’importe. C’était le genre d’instants qui se rapprochaient le plus des rituels, comme une danse sous la pluie. Alors finalement, j’exclame un oui ! ravi. Je sais bien que la Demoiselle n’est pas à l’aise, que c’était pour elle comme sortir de sa carapace parfaite, un petit pas vers le refus de se laisser guider par l’avis des autres. Allez on y va ! je mets de l’entrain sur mon visage avant d’avaler les escaliers filous à la volée, j’lui ai pris la main, ça irait beaucoup plus vite.
Pas le temps de lésiner, le temps de descendre, la pluie aura peut-être cessé, réduisant en poussière de gouttes l’expérience importante d’Aysha. Alors j’accélère encore le pas jusqu’à franchir les portes de Poudlard.

Tout de suite, c’est l’odeur mouillée de l’herbe qui vient me chatouiller les narines. Heureusement, il y a comme un petit air d’adrénaline sur mon nez, sans quoi ça m’aurait largement rebutée. Je lâche l’Aiglonne en écartant les bras, j’veux étreindre le tissu pluvieux fort. Je dépose le sac à dos sur le seuil de la grande porte et c’est en me retournant vers la Bleue & Bronze que je glisse sous les gouttes fraîches.
C’est pas forcément désagréable, une fois qu’on a mis de côté l’idée qu’il fallait absolument être protégé. L’eau s’imprègne immédiatement dans les fibres de ma veste, ainsi que dans mes boucles qui ramollissent – pas très contentes. Et j’sais pas, une nouvelle fois, ça me fait rire. Un rire venant des tréfonds des entrailles, libérateur, purgatif, des éclats de voix puissants qui se perdent dans le tintamarre de la pluie. Ça fait du bien, je tournoie, je tournoie le poids sur les épaules s’envole doucement. Cette façon de devoir être absolument sage et carrée dans une école que je venais d’intégrer. L’étiquette de nouvelle/étrangère semble se décomposer aussi avec l’eau qui ruissèle sur mon front. Aloooors ? que je balance gaiement à la Parfaite. J’me demande si elle sentait la perfection stricte couler jusqu’à ses doigts de pieds. Si le fait de se dandiner là, à l’extérieur, avait le même effet qu’à moi.

On rentrerait dans le vieux bâtiment telles des personnes toutes neuves, purifiées de nos réticences, de nos doutes et nos embarras. C’est comme un baptême ! Je crie trop fort je crois, mais c’est l’idée, avec cette eau, nous voici baptisées, une nouvelle naissance.


Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


"L'inimitié que je te porte" [terminé] Empty
Re: "L'inimitié que je te porte" [terminé]
Aysha Brayd, le  Dim 28 Juin 2020 - 19:18

Contrairement à ce qu'elle avait cru, Winniemae ne s'était pas moquée d'elle, n'avait pas tourné les talons en haussant les épaules avec dédain, et contrairement à ce qu'elle aurait pensé, Aysha trouva son attitude plutôt cool, pas désagréable même, et elle lui était limite reconnaissante de la suivre dans ce soudain besoin de changer un truc. Elle ne la suivait pas, d'ailleurs, elle l'entraînait plutôt, lui prenant la main en franchissant toujours plus de limites vis à vis d'une inconnue, la tirant par le bras dans les couloirs tandis que la préfète ne pouvait s'empêcher de regarder autour d'elle, se demandant une fois de plus ce qu'ils allaient penser. Ils. Et en même temps elle sentait son coeur battre un peu plus fort et c'était comme si ce battement retentissait dans tout son corps en lui donnant une soudaine vigueur qui lui manquait alors. L'excitation des choses imprévues, le petit frôlement d'organe contre sa poitrine qui voulait dire qu'elle aimait ça, parfois, sortir de sa zone de confort.

A peine arrivée en bas, Winniemae avait déjà lâché son sac, libéré ses épaules de ce carcan d'écolière, et s'était glissée entre les gouttes sans attendre, dans le parc désert, presque invisible derrière le rideau de pluie. C'était le genre de trucs qu'Aysha avait toujours voulu faire, sans le vouloir vraiment, ou plutôt en sachant parfaitement qu'elle ne le ferait pas, que c'était idiot, et ridicule, un genre de fantasme absurde comme on en voit dans les films. Parce qu'elle ne serait pas sortie toute seule sous la pluie, sans se demander sans cesse ce que les autres penseraient, sans se demander sans cesse comme elle ferait pour se sécher, et si elle tomberait malade, et si elle regretterait, et si elle aurait l'air complètement fêlée. Mais peut-être bien qu'à ce moment là, l'envie de disparaître sous les trombes grises lui semblait plus attrayante, et parvenait même à dépasser les remous incessants de son esprit. Et peut-être bien qu'elle avait juste envie de lâcher prise pour une fois, de lâcher le bord de la piscine, la corde du bateau, le morceau de falaise, et de plonger toute entière dans cette nouveauté, celle qui lui semblait parfois hors d'atteinte. Ouais.

Aysha descendit les marches à son tour et courba l'échine un instant sous l'assaut glacé de la pluie anglaise, qui trempa son uniforme en une seconde, qui stoppa net le battement de son coeur pour l'accélérer ensuite, qui frappa son crane de plein fouet avant de se transformer en un fracas irrégulier et apaisant. C'était comme un tumulte qui s'insinuait dans ses cheveux, ruisselait sur eux, tombait sur ses épaules, glaçait ses chaussures, et lavait avec ses inquiétudes, les laissait filer dans l'herbe, imprégner le sol boueux. Fallait qu'elle se force à ne plus penser, mais elle y arrivait, et c'était bon. L'interrogation de Winniemae entre les gouttes la fit réagir enfin, et elle quitta cette espèce de contemplation apathique, presque figée, qui s'était emparée d'elle en même temps que la pluie. Son coeur battait plus vite, et elle avait envie de sourire, de rire, de crier, de courir en ouvrant les bras dans ce genre de réflexe étrange, un peu artificiel, et pourtant totalement vrai. Elle riait, et à chaque éclat de rire elle manquait de s'étouffer avec la pluie, et elle riait encore plus. Et c'était bon. Et elle avait l'impression que la pluie purgeait tout en elle, que tout glissait, qu'elle pouvait rester là des heures, trempée, sans même comprendre comment une averse glacée pouvait avoir cet effet là sur elle.

- J'veux rester là toute ma vie ! s'écria-t-elle en direction de Winniemae.

Pour oublier qu'à l'intérieur, l'armure se colle à nouveau à sa peau, pour oublier qu'à l'intérieur, elle n'arrive pas à exister, pour oublier qu'à l'intérieur tout est plus compliqué.
Contenu sponsorisé

"L'inimitié que je te porte" [terminé] Empty
Re: "L'inimitié que je te porte" [terminé]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 "L'inimitié que je te porte" [terminé]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.