AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
-40%
Le deal à ne pas rater :
Lacoste : -40% sur la ceinture sangle siglée à boucle plaque gravée
33 € 55 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 2 sur 2
Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Aller à la page : Précédent  1, 2
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle

Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé] - Page 2 Empty
Re: Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Artemis Wildsmith, le  Dim 19 Avr - 22:11

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Substances illicites





L’air rafraichi de la nuit printanière calme aussi les effluves de l’alcool, l’estomac en surchauffe. Gigantesque inspiration puisqu’il s’agissait de se concentrer pour exploser des lumières dans le ciel noir. L’impression fournie par la graine avalé, ils étaient là, tous les deux, les pieds frôlant la rosée presque matinale maintenant, bientôt, il se ferait avaler par l’obscurité. D’où cette nécessité suprême-extrême de jouer des feux d’artifice, de faire tonitruer leur booms afin d’exorciser les douleurs intérieures. Et puis il y avait le visage de Loredana, d’une sublime netteté malgré la pénombre, malgré le kiwicot. C’est les lèvres pincées, large sourire dissimulé, que le Poufsouffle profite de cette façon qu’elle avait d’être d’un tactile accentué sous les effets de la substance magique. Si t’étais un feu d’artifice, tu serais multicolore, évidemment, la métamorphomagie ne permettrait pas une certaine dominance, ou peut-être du rouge. Si tu veux, alors qu’il rapproche ses paupières papillonnantes de celles de l’Amoureuse, quand tu seras morte, on mêlera tes cendres à la poudre d’un feu d’artifice. Parfaite conversation romantique, comme ça, pouf, les mains dessinent l’explosion en dessous des nuages, tu seras pleeeein de petites lumières volantes, il n’empêche, ce n’était pas une si piètre idée, fabuleusement merveilleuse en réalité.
Pourtant, malgré cette pensée de funérailles feux d’artifice, il l’embrasse comme si c’était la dernière fois, les lèvres font provision de la douceur de celles de l’Épouse, mais j’veux pas qu’tu meurs. Joyeuse graine dans l’estomac qui fait divaguer les idées jusqu’aux plus macabres, à en oublier Bélésaire et les fusées qu’il contenait.

Comme une envie de faire aussi des provisions d’autre chose alors que les mains du Loup-garou s’en vont réchauffer le corps de la Métamorphomage sous le simple tee-shirt qu’elle porte. Les doigts courent, volètent sur la peau frissonnante, essaient de la rapprocher tant qu’il voudrait la mettre dans la poche de son pull à la manière d’une maman kangourou. Mais s’il soulève son sweat ce n’est pas pour initier une étreinte plus ardente, la galanterie le fait respirer brièvement et tendre le pull à la jeune femme, tiens, tu vas avoir froid. Étonnant, alors que le ventre bouillonnant aurait plutôt aimé la défaire de la seule épaisseur de tissu qu’elle portait.
Sans jamais la quitter du regard, les pupilles désireuses harponnées aux traits de l’Amoureuse, j’peux p’tet faire un feu d’artifice avec ton visage, si j’pense fooooort fort fort à toi en fermant les yeux, ça devrait fonctionner ! Oui, parce que la magie c’était comme les vœux – bien évidemment. Il rit de sa propre imagination enfantine, en allant soutirer une des fusées moldues du sac. La déposer doucement dans l’herbe humide et s’accroupir près d’elle, accompagnée d’Odette III pas totalement réveillée. Lancer un sort, enchanter le feu d’artifice pour qu'il fasse scintiller la frimousse de l’Aimée dans le ciel de Pré-Au-Lard endormi, l’enthousiasme lui picote les doigts, mais par où commencer ? Se laisser entièrement guider par la drogue magique et simplement articuler les formules tanguant sur ses papilles. #Abracadabra boom boom Loredana, le bois pointé sur la fusée.

Ce n’était pas glorieux, mais pour les boucles curieuses du Fripon, c’était largement suffisant, ne restait plus qu’un #Incendio pour allumer la mèche. Le dos bascule en arrière pour s’allonger sur le sol mouillé, observer son exploit pyrotechnique, qui, en réalité, éclate de façon parfaitement traditionnelle, deux couleurs allumant les quelques nuages paresseux. Enfin, ça n’empêchait pas le Wildsmith de sourire béatement, les rétines suspendues aux étincelles tombantes.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé] - Page 2 Empty
Re: Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Loredana Wildsmith, le  Mar 21 Avr - 10:03

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Substances illicites




Cela aurait pu hérisser les poils d’une autre oreille attentive si elle avait entendu un tel discours. Qui aimerait entendre son Amoureux parler de ce qu’il ferait à la mort de sa femme ? Aussi coloré soit l’enterrement. Mais pourtant, mon sourire s’était agrandi agrandi agrandi et avait accueilli avec plaisir son baiser. Je n’avais pas peur de mourir, n’y pensais jamais. Pour moi, si cela arrive, cela arrivera. Évidemment, ce sentiment s’était légèrement estompé depuis que nous étions ensemble, mais il m’était encore difficile de résister lorsque la mort me tendait la main. Il y avait toujours cette hésitation, ce court instant où je regardais sa main squelettique avec un regard hésitant. Si de mon vivant je faisais preuve d’une réelle force, j’avais tendance à baisser rapidement les bras quand la fin était proche. Comme si une chose invisible me poussait vers elle, comme une voix qui me murmurait d’y aller, de saisir cette main et m’en aller. Alors, au lieu de confirmer, être d’accord avec ses paroles, je m’étais contentée de répondre moi je ne veux pas que tu meures. Une conversation quelque peu étrange, une manière subtile d’annoncer que je laisserais ma vie pour la sienne. Je serai le feu d’artifice de ton prochain mariage.

Se laisser ensuite aller à l’explosion colorée, rire au surprenant sortilège qui n’avait pas fonctionné. Oh mais c’est moi morte ça !! Je montre les étincelles d’un doigt impressionné avant de le rejoindre, allongé sur l’herbe un peu trop fraîche, mais je ne le sentais pas. Mon corps tremblait malgré l’épaisseur du pull d’Arty. Je scrute le ciel des yeux, toujours impressionnée devant un tel spectacle. Une main s’en va doucement à la rencontre de la sienne. Je l’attrape, joue avec ses doigts, la caresse. Les yeux toujours rivés sur le ciel coloré, tendant l’autre main comme je pouvais attraper chaque lumière. Je pourrais rester là toute ma vie à essayer de devenir un feu d’artifice. Le regard dans le vague, la main toujours en train d’aguicher sa fidèle partenaire. Que veux-tu faire plus tard Loredana ? J’avais pris une petite voix de mamie Oh moi ? Oh bah Feu d’artificienne ! Puis j’éclate de rire, la main libre posé sur le front. Feu d’artificienne… ridicule mais joli. Tu devrais vraiment bosser sur un sortilège pour les enchanter et là…et là… le doigt qui était pointé vers le ciel redescend doucement, tout doucement pour se poser sur le nez du Poufsouffle, je t’épouse encore et trois fois de suite. Nouveau rire, tandis que je gigote pour me retrouver sur lui, à le sentir, le toucher du bout du nez. T’es beau, t’es doux et tu sens bon. Nos lèvres se rejoignent pour un long baiser. Toi aussi tu devrais être feu d’artificien. On exploserait tous les deux.

L’esprit fonctionnait à l’envers, je voyais les choses en grand et les sensations étaient tout d’un coup décuplées. Le cœur s’accélérait à mesure que l’effet du Kiwocot se répandait dans mon cerveau, dans mon corps tout entier. C’était une sensation de légèreté qui me faisait voir les choses de façon bien plus positive. J’en veux encore. Fais-moi exploser encore ! Pourtant, voilà un corps qui désirait tout autre chose. Les lèvres partent immédiatement se promener sur le cou d’Arty. Une multitude de baisers et de petites morsures. Les émotions en vrac, impossible de tout remettre en ordre. Je me contente alors de ne rien retenir, laisse la nuit nous amener quelque chose de plus beau, oublier un instant les péripéties de cette pu*ain de vie. Nous enfermer dans cette boîte juste lui & moi. Ne pas en sortir avant le lever du jour, le protéger, sans m’en rendre compte, de tout ça. L’inconscient comme traumatisé par les minutes précédentes devant l'impuissance dont j'avais fait preuve, cette faiblesse.  
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé] - Page 2 Empty
Re: Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Artemis Wildsmith, le  Jeu 23 Avr - 15:07

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Substances illicites





Les lumières pétaradent, illuminent brièvement le ciel nuageux de Pré-Au-Lard, de quoi largement saisir quelques temps les boucles d’Arty, ne plus penser pas l’avant, à la soirée, aux sombres découvertes. Laisser le sourire s’élargir et la main se réfugier contre celle de Loredana. La douceur du présent refusant absolument de se laisser aller aux mauvaises pensées. Il rit aux paroles insensées de l’Amoureuse, bien que la petite graine magique irradiant le cœur du Poufsouffle lui soufflait à quel point c’était une merveilleuse idée, devenir étincelles et fumée, feu d’artificien. D’une légèreté époustouflante. Il s’efforcerait après cette nuit de se vouer à se projet, s’y plonger sérieusement. Cathartique feux d’artifices qui exploseraient à la place de sa colère.
Être sur le point de fermer les paupières tant le réconfort du moment le berçait, c’était avant un énième gloussement alors que sur lui débarquait la Métamorphomage. Je ne sais pas si tu m’aimes plus sous kiwicot, ou alors si le kiwicot révèle à quel point tu m’aimes. Continuer, continuer de l’embrasser afin de savourer son sourire enthousiaste. Elle réclame d’autres explosions alors que le ventre du Fripon s’enflamme sous ses baisers vagabonds - d’autres feux sont éveillés. Un plaisant soupir indocile lâché et il se redresse vivement, obligeant Loredana à s’asseoir sur lui - corps & âmes imbriqués.

Il garde entre ses mains le visage de la jeune femme, parfaite prise pour joindre les lèvres plus intensément, avant qu’il ne caresse chacun de ses traits. Songeurs, les doigts s’attardent sur les pommettes et les lèvres, j’ai l’impression qu’tu vas partir en fumée, et qu’elle disparaîtrait là, juste entre ses doigts. Étrange et sombre pensée qu’il lui faut écrabouiller avec des baisers. Et entre deux, tu sais qu’à l’inverse, imaginons, je meurs, je deviens feu d’artifice, les sourcils froncés parce que c’était absolument très sérieux, je brûle ton prochain mariage, une grandiose certitude, même si au coin des yeux rieurs se logeait l’habituelle malice. Ne permettre à personne d’autre d’être avec Elle, suprême promesse remplie de possessivité. Une déclaration qu’il ne pouvait pas mettre sur le dos du kiwicot - tant pis.
Alors les ongles quittent le visage de Loredana pour aller lui chatouiller le bas du dos, la serrer davantage, facilité pour le museau d’aller déambuler dans le cou et la tombante chevelure, là où la saveur de la nuit printanière vient le chatouiller. L'envie de la croquer le picote, partout, se repaître de l'euphorie déposée dans les pores de sa peau. D'ailleurs, alors que sa langue frôlait l'épiderme de l'Amoureuse, tu peux prendre la couleur de la lumière ? Il rit doucement, sachant pertinemment l'idiotie de sa question, mais il savait aussi à quel point la drogue magique pouvait faire briller Loredana. Si oui, je te ferai scintiller comme un feu d'artifice, mêler encore les sourires, si non, j'ai encore des fusées dans Bélésaire, plein. La langue tarabiscotée par les effets de la graine avait certaines difficultés à transmettre les pensées folâtres du Poufsouffle, mais le fond y était - presque.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé] - Page 2 Empty
Re: Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Loredana Wildsmith, le  Ven 24 Avr - 10:27

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Substances illicites




Il y avait quelque chose d’enfantin, de presque utopique dans l’illusion du Kiwicot. Une légère sensation de bien-être que je ne ressentais qu’entre ses bras, lorsque nous étions seuls, libres de faire ce que l’on voulait. Batifoler à l’extérieur de la Cabane était nouveau et cette activité n’était pas pour me déplaire. Si le feu d’artifice apportait quelque chose en plus, j’avais tout de même bien du mal à me séparer de la peau d’Arty qui m’appelait, tentait de me séduire sans qu’il n’ait à bouger quoique ce soit. Lui-même semblait surpris de voir une telle marque d’affection de ma part. Aucune drogue ne peut modifier mes sentiments pour toi. Je le regarde, les yeux pétillants. Je t’aime comme ça tous les jours. Le Kiwicot me rend simplement plus…démonstrative. Effectivement, la petite graine magique avait cette tendance à enlever toute pudeur, moi qui montrais beaucoup moins mes sentiments que lui. Je n’avais jamais su faire, même si j’étais loin d’être une sans-cœur qui n’aimait personne. Ceux qui recevaient une réelle marque d’affection de ma part faisaient partie des privilégiés. Arty était évidemment en première ligne. J’aurais voulu me perdre encore quelques instants dans ce cou qui me titillait, m’attirait. C’était sans compter sur le Poufsouffle qui avait décidé de s’asseoir, ce qui rendait la position encore plus enivrante. Nous étions collés, scellés et mon corps commençait clairement à réclamer davantage.

Mes yeux scrutent son visage dans les moindres détails, retenant chacun de ses traits tout en souriant à chaque baiser offert, satisfaite de constater qu’il était prêt à faire capoter mon second mariage – si second mariage il y avait. J’espère bien. Je lui rends ses baisers en lui souriant. Je pourrais posséder ta future nouvelle femme qui serait forcément bien moins intéressante que moi. Je ris, la tête légèrement penchée en arrière. Que serait ta vie sans le caractère de Loredana Wildsmith ? Le serrer ensuite contre moi, ne voulant pas envisager une seconde qu’il devienne un feu d’artifice sans moi. Nos étincelles s’emmêleraient, nous ne ferions qu’un, exactement comme nous l’étions actuellement. Malgré les différences, nous n’en étions pas moins soudés, prêts à tout l’un pour l’autre. Il le savait, même si je me doutais que cela devait l’irriter de l’intérieur : Il savait que si un jour il était menacé de mort, je ferais tout pour devenir la cible. Il n’y avait rien qu’il pouvait faire contre ça, mis à part m’attacher, mais il savait que ce serait la pire erreur de sa vie.

Je profite des baisers qu’il m’offre, la sensation incroyable que cela m’offrait. J’avais l’impression que chacun d’eux était meilleur que le précédent et mon corps tremblait à trop en demander. Non. Je ne pouvais pas prendre des couleurs qui sortaient de l’ordinaire. Est-ce que certains Métamorphomages en étaient seulement capable ? Si oui, il faudrait vraiment que je m’entraîne, Arty avait tendance à vouloir que ma peau prenne des couleurs excentriques que je ne pouvais lui offrir. Mais tu peux me faire scintiller quand même. Nous en arrivons à des sous-entendus que j’étais peut-être la seule à comprendre. Pourtant mes gestes montraient clairement ce que je voulais. Parce que mon corps remue et mes bras le serrent contre moi, l’embrasse avec une passion multipliée par dix avec le Kiwicot. Et si je te lâche pour que tu ailles chercher une fusée et que là c’est toi qui pars en fumée ? J’ouvre grand les yeux devenus roses pour attirer son attention. La Métamorphomagie comme moyen de l’hypnotiser, je savais qu’il adorait ça. Non non non, je secoue la tête comme une petite fille en colère, j’veux pas qu’tu partes en fumée, pas sans moi. Et je colle de nouveau mes lèvres aux siennes pour me sceller à lui. Je sors ma baguette pour lancer un #Accio Bélésaire pour faire venir le sac jusqu’à nous. Puis je reprends mon doux chemin sensuel sur l’épiderme du Loup-Garou. Nous n’avions pas eu l’occasion de tester les rapports sous Kiwicot, la pleine lune avait décidé de gâcher ce merveilleux moment. Aujourd’hui serait peut-être l’occasion de se rattraper. Ici, dans la nature, sous les étincelles colorées d’un feu d’artifice. Je veux scintiller. Un murmure venu chatouiller l’oreille d’Arty avant de la mordiller. Nous n’avions pas encore fini de jouer.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé] - Page 2 Empty
Re: Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Artemis Wildsmith, le  Sam 25 Avr - 15:38

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme,  Substances illicites





Ses éclats de rire viennent dévorer ceux de l’Amoureuse, la vie sans elle, ce serait sacrément triste. L’alcool et la graine le font entrevoir là-bas dans les sous-bois la vision de ce qu’il serait si elle n’était pas entre ses bras.  Désespérément seul, toujours autant guidé par cette nécessité de tout brûler, agresser, violenter – colérique petit Poufsouffle sans aucune progression envisagée. Alors oui, il préférait largement un esprit tourmenté par le caractère téméro-têtu de la Métamorphomage, une relation aussi belle que destructive. Il aimerait la remercier d’être là, d’être toujours là, lorsqu’il s’était montré irritable à cause de la Lune, lorsque ce soir, il avait débordé de furiosité. Mais il était bien plus intéressant de parler de scintillements, parce qu’il n’avait envie que de ça, là maintenant tout de suite, la faire rayonner. Il sourit, s'essouffle, face à l’entrain qu’elle dépose sur sa peau, le désir qu’elle ébauche en l’embrassant ardemment. Il veut la rapprocher davantage – ce n’est pas possible – emmêler leurs étincelles.
Bref mouvement de surprise en voyant Bélésaire débarquer, mais juste de quoi en sortir quelques fusées, et ce malgré la position inadéquate, parce qu’ils refusaient de se lâcher. Pas le temps de les planter dans le sol, les gestes flous du Fripon les envoient à quelques mètres d’eux tandis qu’Odette III se charge de les enflammer avant d’être déposée par terre, derrière, avec Bélésaire. Le sifflement des mèches embrasées marque le préambule du sublime décor.

Tout de suite Madame Wildsmith, parfaitement obéissant, le regard pétillant, il pousse légèrement l’Épouse afin qu’elle s’allonge sur le tapis d’herbe humide. Penser brièvement qu’ils pourraient créer un bingo à compléter de tous les endroits farfelus où ils batifolaient. Mais impossible de réfréner un cœur avide, j’pourrais rester accrocher à tes yeux rose toute la nuit, c’était vrai, rien de tel que des couleurs pour attirer son attention, et puis grâce à tes yeux, j’partirai pas en fumée. Du n’importe quoi articulé, mais c’était amoureux, alors forcément adorable.
Les explosions dans le ciel, centaines de minuscules lampions envolés empressent l'envie du Loup-garou. Ne pas perdre d’autres secondes dans cette longue longue nuit, répondre impatiemment aux exigences de l’Aimée, des scintillements il y aurait. Les baisers se font alors précipités, donnent le rythme aux caresses qui se déroulent sous le teeshirt et le pull relevés. Il ne savoure pas, veut absolument sentir sous ses doigts la luminosité chaleureuse de son Amoureuse pour façonner des étincelles. Alors le sous-vêtement s’abaisse, laisse place aux toucher envoûtants. Lui-même soupire de glisser, s’enrouler au cœur de l’intimité qui paraissait l'appeler. Galopins chatouillements chaperonnés par les baisers avec lesquels il marque la peau brûlante de la jeune femme ; il se dédie entièrement à ce qu’Elle se noie dans la délectation, s’applique - contracter le ventre de Loredana, qu’elle se cambre encore, encore. Pendant que la langue se dandine dans le cou, semble vouloir absorber toute la luminescence du corps de l’Autre, sous ses papilles, il était certain qu'elle luisait. Oui, les gémissements de l’Aimée étoufferaient définitivement les lourdes pensées de la soirée.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé] - Page 2 Empty
Re: Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Loredana Wildsmith, le  Sam 25 Avr - 18:36

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme, Substances illicites




Les fusées s’élançaient dans les airs tandis que je me laissais allonger sur l’herbe. Ignorant le froid et l’humidité largement dominés par la chaleur des deux corps réunis, là où ils étaient à leur place : ensemble. Arty aussi avait sa manière de faire ressortir un côté romantique qu’il avait aussi au quotidien. Pourtant, les mots étaient différents, probablement incompréhensibles s’ils arrivaient aux oreilles de quelqu’un d’autre. Pourtant, je savais parfaitement où il voulait en venir. Tu partiras pas en fumée sans moi. Le suivre dans ces paroles complètement insensées, le comprendre. Une coordination parfaite, je voudrais simplement arrêter le temps, rester là, dehors, couchée sur l’herbe, seule avec lui. Juste lui. Rien que lui. Toujours lui. Je me laisse embarquer dans les embrassades qui se faisaient de plus en plus sensuelles. Les corps ne voulaient pas seulement se toucher, ils voulaient s’unir, brûler, briller, scintiller ensemble. L’explosion colorée n’est que l’image de ce qui était en train de se passer à l’intérieur de mon corps. Les yeux étaient plus flashy, différents. Comme si la petite graine avait un effet sur l’intensité de la couleur de mes yeux au lieu de s’en tenir à dilater mes pupilles.

Les gestes d’Arty ne tergiversent pas. Il sait où il va, s’en tient à emprunter ce chemin. De mon côté, les caresses sont floues, approximatives, brouillons. Lorsque ses doigts frôlent l’endroit du plaisir, c’est une toute nouvelle sensation qui s’empare de moi. La respiration s’accélère davantage, c’est une sensation déjà proche de l’orgasme, quelque chose d’absolument nouveau, intense. Je prends son visage entre mes mains sans pour autant le stopper dans ce magnifique feu d’artifice qu’il était en train de créer. C’est extraordinaire ! Je souffle un rire, complètement dépassée par tout ce qui était en train de se passer. C’est un corps qui se crispe, qui s’élève, qui en redemande, tandis que je dévore ses lèvres avec un appétit qui ne m’avait jamais habité à ce point. Sans attendre davantage, je me retourne brusquement pour me retrouver sur lui. Tenter de lui faire ressentir la même chose. Qu’il comprenne. Je m’allonge presque totalement sur lui en surélevant légèrement le bas pour me laisser la place de défaire son pantalon afin d’y plonger une main envieuse. Je caresse doucement tout en observant ses réactions. Puis, je me rends compte que peu importe qu’il s’agisse de mon propre plaisir ou du sien, c’était la même chose. J’étais absolument euphorique, je voulais griller toutes les étapes, ne parvenant pas à retenir un corps absolument accro au sien. Pourtant, je voulais faire durer le plaisir, attendre que lui aussi en redemande tellement les ressentis étaient décuplés. Je ne peux m’empêcher de pousser quelques gémissements, mêler mon souffle au sien, tandis que la chaleur s’emparait de mon corps tout entier.

Sans attendre davantage, je stoppe quelques instants, le temps d’enlever le pull et le t-shirt pour dévoiler une poitrine déjà libre – ça en moins. Mes doigts reprennent leur petit jeu tandis que je me trémousse sur lui pour accroître son désir encore et encore. Mon corps tremble de plaisir, se languit de retrouver cette union entre nous, entamer une nouvelle chorégraphie, plus intense encore. Est-ce que cela était seulement possible ? Notre relation avait été très physique dès le départ et le temps n’avait pas encore supprimé les papillons dans le ventre. Bien sûr, les sentiments n’y étaient pas pour rien. Je l’aimais d’une façon que je ne pouvais exprimer, mais j’avais besoin de le sortir, là tout de suite, le dire tout simple. Je t’aime, c’est fou, c’est complètement dingue ! Puis descendre, descendre, descendre doucement pour entamer un jeu avec une langue qui chatouille doucement les alentours de sa masculinité. Rester là quelques secondes, minutes peut-être, le rendre fou. Toujours le rendre fou. Puis lorsque l’attente avait assez durée, lui offrir ce qu’il voulait.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé] - Page 2 Empty
Re: Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Artemis Wildsmith, le  Lun 27 Avr - 10:30

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme, Substances illicites





L’allégresse de Loredana le captivait, totalement. Les lèvres les yeux les entrailles envoûtés par l’appétit qu’elle manifestait si euphoriquement. Et ce qui était encore plus dingue encore, qu’elle l’aimait lui. Lui avec ses travers et ses vices ; la drogue comme sérum de vérité, c’était en elle qu’il pouvait placer sa confiance absolue.
Presque à sang, il se mord la lèvre, les doigts broyant les brins d’herbe alentourant plutôt que les cheveux de l’Amoureuse. Elle le saisit, et elle avait entièrement raison, c’était extraordinaire ; une déflagration qu’il peine à retenir, à l’intérieur, il sent la Bête s’ébrouer, ce ne sont plus des gémissements qui viennent remuer les feuilles des arbres mais des râles s’enroulant dans sa gorge – incontrôlables. Des souffles éclatants viennent lui remuer le nombril, lui contracter le ventre et pourtant au summum, alors que le plaisir culmine il retient retient retient. Se redresse brusquement et happe le visage de l’Épouse de fougueux baisers, avant de se lever totalement et de se débarrasser de ses vêtements. La nécessité de dégourdir ses jambes fébriles, de réveiller les boucles enivrées.

Il allonge les réjouissances, petit intermède pour reprendre le souffle, Arty s’approche de Bélésaire. Qu’est-ce qui est le plus jouissif, Loredana ? attraper aussi brièvement Odette III, le moment entre l’allumage et l’explosion, là où les secondes fusent en suspension, ou l’explosion elle-même ? C’était une véritable question, le plaisir de l’attente, déguster l’Avant pour mieux profiter du Pendant. Mettre feu à la mèche et l’appeler à le rejoindre au même moment, viens. De nouvelles explosions lumineuses. Il n’y avait plus l’humidité fraîche de la nuit qui n’allait pas tarder à se dissiper – simplement eux. Eux alors qu’il étreint l’Amoureuse de nouveau entre ses bras adorateurs, serrer les corps. Il veut la goûter alors que la graine magique tripatouillait l’ensemble de ses sens, vouloir que ses papilles s’imprègnent entièrement de sa saveur. Chemin sinueux qu’empruntent les lèvres gloutonnent, elles n’ont pas encore dépassé la gorge qu’elles en réclament encore. Le bout de sa langue le brûle - chair agréablement sucrée - elle restait toujours aussi délicieuse. Entreprendre une lente descente engagée par un j’suis désolé d’avance. Le kiwicot écrabouillait le garde-fou de la Bête libérée – vorace. Les ongles écorchent le dos de la jeune femme sans retenue, griffures affamées doucement équilibrées par les baisers répandus sur le buste. Arty murmure autant de je t’aime que de t’es à moi. Dévorer chaque parcelle de ce corps qui le séduisait tant. Les genoux s’enfoncent dans la terre, il se retrouve face aux cicatrices avec lesquelles il avait marqué Loredana ; elles miroitaient, semblaient l’absoudre de toute culpabilité – il les embrasse.

Étirer l’entrée de ce repas festif, un avant-goût après lequel il plonge le museau entre les cuisses de la jeune femme, les griffes ancrées dans ses reins. Là, alors qu’il la savoure absolument, la langue s'amuse, se dandine. Les doigts creusent de plus belle la peau, l'empêcher de bouger. Vouloir sentir les jambes de l'Amoureuse défaillir, qu’elle s’accroche tellement à ses boucles qu’elle les arrache ; vouloir vivifier encore davantage l’euphorie qui lui embrasait le ventre.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé] - Page 2 Empty
Re: Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Loredana Wildsmith, le  Lun 27 Avr - 16:14

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme, Substances illicites




Non non non. C’était les premiers mots auxquels j’avais pensé lorsqu’il s’était relevé. Cette folle envie que l’on reste là, soudés, que rien ne sépare ces deux corps absolument affamés. Après s’être débarrassé de ses vêtements, Arty s’était attaqué à faire exploser de nouvelles fusées, une question à laquelle je n’avais même pas répondu, tant mes seules pensées étaient tournées vers ces fougueux instants qu’il avait brusquement interrompus. Je me contente alors de grogner tandis qu’il me demande de le rejoindre. Mes yeux ne le lâchent pas, complètement absorbée par l’effet qu’il provoquait en moi. Il était encore plus beau lorsqu’il était éclairé par les explosions colorées. J’avais envie de tendre la main, le toucher encore, assouvir ce besoin que j’avais de lui. À cet instant, simplement profiter de son étreinte, des baisers qu’il dispose jusqu’à ce que ces gestes se fassent plus sauvages. Ses excuses me font sourire, parce que je sais qu’on en arrivait à un moment que j’attendais. Ce moment où il laissait la Bête s’exprimer, se lâcher. C’est lorsqu’il se met à genoux que l’extase reprend le dessus. Je savais le chemin qu’il empruntait jusqu’au point qui me brûlait. Il s’arrête quelques instants sur les cicatrices blanchies qui étaient toujours là et qu’il avait su rendre belles par de simples baisers qu’il déposait depuis la première fois que nos corps s’étaient rencontrés. Repousser l’instant où il me ferait totalement chavirer.

Arrive enfin le moment que je réclamais. Les mains s’étaient accrochées à ses boucles et s’amusaient à appuyer doucement pour le faire descendre. Si au départ il résistait, il finit tout de même par me donner ce que je voulais. Un sentiment de satisfaction qui déclenche un gémissement alors que mes doigts se resserrent autour de ses mèches. Le bas du ventre s’extasie, s’embrase, tandis que ses jeux de langues provoquent une multitude de frissons dans tout le corps, jusqu’à la pointe de mon crâne. J’étais au bord de l’explosion. J’avais besoin de l’avoir contre moi, de le serrer, de le coller, que nous ne fassions qu’un. D’un geste peut-être un peu vif, je tire sa tête en arrière pour qu’il me regarde. Là, je me défais de son emprise pour le pousser à s’asseoir à nouveau. D’une hargne nouvelle, je n’attends pas, je n’attends plus, je m’assoie sur lui, provoquant ainsi l’union entre son corps et le mien. La position où nous étions proches et où la synchronisation de la chorégraphie était évidente. Je pose mon front contre le sien pour pouvoir le regarder dans les yeux, je mêle mon souffle au sien, lui murmurant encore et encore que je l’aimais, complètement, tout entier. L’impression que mon corps souffrait de ne pas pouvoir s’exprimer davantage, montrer à quel point il ne voulait pas que cela s’arrête.

Dans un élan sauvage, presque brutal, je le pousse à s’allonger sans rompre le contact, sans nous arrêter. Au contraire, je voulais que l’on explose, que l’on devienne de vrais feux d’artifice, que l’on parte en fumée, s’envolent en mille étincelles dorées. Toujours avec la même délicatesse, je nous retourne sauvagement, échange nos places. Je dévore ses lèvres, son menton sa gorge. Sans m’en rendre réellement compte, mes ongles s’enfoncent, s’enfoncent encore et encore dans la peau de son dos. Je ne serai pas la seule à être tatouée par cet échange fervent, nouveau.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé] - Page 2 Empty
Re: Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Artemis Wildsmith, le  Mar 28 Avr - 17:04

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme, Sexe (violence)





Maintes culbutes et roulades dans la terre, brins d’herbe collés recollés, aussi accrochés que le sourire d’Arty à son minois enchanté. Pas mécontent de déchiffrer sur les traits de Loredana une détermination sauvage à lui faire s’étoiler les entrailles. Il connaît le besoin de l’Amoureuse, qu’ils soient là à s’emmêler se regarder sans se lâcher, les épidermes en feu. Il avait obéi, sous les fascinantes ondulations du corps de la jeune femme, accueillant ses je t’aime dans ses boucles endiablées. La nuque s’était étirée, des tremblements suscités par les indomptables gémissements, tous recroquevillés dans une bouche brûlante, dévorée par l’ardeur des baisers.  
Jusqu’au retournement.
Il était facile de dompter la Bête lorsque la Gryffondor menait la danse, subjuguait le désir du Wildsmith. Mais la cabriole le place dessus, là où l’animalité était alléchée. Le rythme s’exalte, s’affole, annihilant tout à fait les bribes de contrôle encore éparpillées sur le torse suintant. Les corps s’entrechoquent dans un ballet délicieux.

Là, soudainement, quelque chose lui bourdonne lui gratouille la mandibule puis le canal auditif. Il s’accroche aux lèvres mordillées de l’Épouse, un instant suspendu. Les doigts capturent les racines des cheveux, tire la tête vers l’arrière, l’enfoncer dans la terre pour découvrir la peau blanche de la gorge scintillant sous la nuit ; il se redresse. Une autre main, envieuse et libre, parcourt le cou vulnérable, à bout de souffle : j’entends ton cœur, vraiment, aussi perceptiblement que le son de sa propre voix, mieux encore, il le sentait cogner dans les veines de la Métamorphomage. Le regard se perd, sillonne la peau blanche, le cœur comme comète phosphorescente semble même y transparaître. C’est drôle, ça l’arrête tout à fait, des battements tonitruants qui appellent à la fois ses tympans et ses crocs. Hypnotisé par le sang bouillonnant sous la chair, il l’écoute lui chuchoter à l’oreille le désir d’être goûté. Le Loup se demande, si le kiwicot altérerait la saveur sanguine. Du doigt, il marque l’endroit où les canines devraient percer, tenter d’orienter l’appétit pour éviter une trop grave blessure – dérangeante pour les ébats.
C’est lentement qu’il finit par retrouver la peau de la jeune femme, la langue dessine une croix comme on symbolise l’emplacement d’un trésor, et il n’hésite plus. Dans un souffle impatient, les crocs envahissent la chair, la transperce. Une décharge d’une extase incroyable s’écoule sur les pupilles, sur les dents et dans la gorge. La graine magique avait embaumé le sang de Loredana. Une bestialité râleuse qui en veut plus, encore plus – assoiffée. Sous la frénésie, les va-et-viens reprennent, impétueux. La langue se délecte autant du nectar que le bas-ventre des sensations. Se plonger en elle dans le même temps, la savourer.

Un déclenchement de félicité provoqué par sa première morsure, il est incapable de s’arrêter, les neurones aliénés à cette féroce gourmandise ; les dents s’en vont rencontrer d’autres endroits, et laissent sur leur passage la marque satisfaite des incisives. Chemin rougi de la gorge jusqu’à la poitrine, tout cela sous les contractions du ventre, et les expirations enfiévrées. Sentir les vagues de plaisir atteindre l’apogée, le faire frissonner jusqu’au bout des ongles enfoncés dans la cuisse de la Demoiselle.
Tandis que l’autre main quitte finalement les mèches de la Métamorphomage afin d’encercler sa gorge, c’est avec une certaine facilité, et cette fois sans la crainte de la culpabilité qu’il commencer à resserrer la prise. Retrouver la jouissance de la tenir absolument entre ses griffes.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé] - Page 2 Empty
Re: Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Loredana Wildsmith, le  Mer 29 Avr - 10:47

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme, Sexe (violence)




Une phrase prononcée qui donnait presque un côté romantique à cet échange pourtant frénétique. Je souris entre deux souffles, il devait probablement l’entendre parfaitement. Moi-même je pouvais presque en distinguer le son tant il cognait fort contre ma poitrine à un rythme effréné. Il pourrait sortir, s’échapper, se faufiler pour aller rejoindre l’autre, se mêler à lui. J’avais souvent cette impression qu’il souffrait de tant s’emballer. La graine prise aujourd’hui ne devait en rien arranger cet effet-là. En échangeant nos places, j’étais parfaitement consciente des risques, je n’étais plus celle qui tenait les rênes. La bête avait le dessus, elle aimait ça et allait forcément tenter quelque chose de plus fou encore. Pourtant, aucune crainte ne pouvait se lire sur mon visage. Au contraire, je ne prêtais attention qu’à ce qui était en train de se passer. La folle envie que la chorégraphie interrompue reprenne encore et encore. Pour le moment, je me contente d’admirer le spectacle, les ongles plantés dans la peau de son dos, les cuisses resserrées autour de lui. Ce sont quelques instants qui transforment l’euphorie en quelque chose de plus érotique. Chacun de ses gestes provoquaient en moi une sensation différente, certaines que je ne reconnaissais même pas. J’avais vraiment l’impression que mon corps pouvait prendre feu.

Ce n’est que lorsque ses crocs pénètrent dans ma peau que l’échange reprend où il s’était arrêté. La morsure et l’amour mélangés, une danse unique qui s’unissait avec le souffle du vent. Mes mains se posent brutalement sur l’herbe que j’arrache par poignée. Le corps entier comme possédé par celui du Loup qui marquait tous les endroits qu’il estimait être sien. Mes yeux se ferment pour faire appel à ces autres sens décuplés par les effets du Kiwicot. Celui que je préférais : le toucher. Mais cette fois-ci, je ne me contentais pas d’explorer son visage de mes mains, sentir et reconnaître chacun de ses traits. Cette fois, je me laisse aller dans l’exploration de toutes ses sensations que ses touchers à lui provoquaient en moi. Je me mordais les lèvres une nouvelle fois pour étouffer les cris qui pourraient se faire entendre dans tout village. C’était sans compter sur la main qui encercle ma gorge, la prend en otage. Je sais parfaitement ce qu’il veut, ce qu’il cherche et il sait, il sait que c’est une chose qu’il peut se permettre. L’emprise se referme, se serre, se serre, jusqu’à ce que la pulsation du sang se ressente dans mes tympans. Les yeux s’ouvrent pour le regarder tandis que ma poitrine se soulève. Le corps en extase, la tête au bord de l’explosion, les pensées divaguent, le corps expulse toutes les restrictions, tous les filtres. Il n’y avait probablement plus aucune limite à cet échange. Parce que l’on se connaissait par cœur désormais. Les envies de l’Autre n’était plus un secret. Ma main vient alors attraper sa gorge à lui, qu’il ressente ce que je ressens aussi. Serait-il autant embrasé par le fait d’entendre son cœur en même temps que le mien ? D’une pression de la main, je commence à serrer tout en le tirant vers moi pour l’embrasser, jouer avec ma langue sur ses lèvres. Mon regard le fixe une nouvelle fois, une communication visuelle lorsque les mots n’étaient pas assez nombreux pour s’exprimer. Un sentiment frustrant mais j’espérais, qu’il comprendrait à quel point mon regard rose pouvait parler à ma place.

Ce n’est qu’après cet échange que je sens le bas-ventre s’agiter, se secouer, l’apogée approche et mes jambes l’encercle, le compresse, le serre, tandis que je ne peux retenir de nouveaux gémissements que je laisse s'échapper, que je ne retiens plus. Tant pis pour les oreilles indiscrètes, il ne verrait là que l’échange violent et fougueux de deux Amoureux insatiables. La respiration saccadée, je relâche mon emprise, la tête tournante, le corps tremblant, dégoulinant d’une trop grande quantité d’émotions. Les yeux se lève vers les étoiles, le cerveau comme retourné, manipulé, peut-être même hypnotisé. Était-ce un rêve ou la réalité ?
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé] - Page 2 Empty
Re: Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Artemis Wildsmith, le  Ven 1 Mai - 0:41

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme,  Substances illicites





Une respiration essoufflée, emportée, brutalement coupée par la main de Loredana lui écrasant la trachée. Et les pommettes s’éclairent, pendouillent aux iris rosés dont elles ne peuvent pas se détacher. Sensation époustouflante – nouvelle. Les sensations s’emmagasinent à l’intérieur, ne peuvent plus s’échapper, être extériorisées. Alors ça brûle, ça implose, tout simplement. Les bassins s’entrechoquent davantage se heurtent, il voudrait même qu’elle resserre encore sa prise, plus fort, plus fort. C’était sans compter sur les cuisses agrippées à lui, le bousculement des entrailles émerveillées, ne rien pouvoir retenir ni contrôler. Cette béatitude d’être tout à fait captif des vagues de délice, puissantes ; des battements de son cœur qui venaient fredonner à ses tempes brûlantes. Alors sans rien maîtriser, il finit par se déverser dans un jouissif acmé ; jouir en elle n’avait jamais été si prodigieux. Répandre mille ricochets d’étincelles au creux de son ventre ; il l’embrasse passionnément – comblé. Fasciné, il cueille les échos des gémissements de l’Amoureuse un peu partout dans l’herbe, avant de s’affaler juste à côté d’elle, attaché à son flanc.

De lèvres rêveuses, il continue tout de même à parsemer sa peau de mots d’amour, de brefs baisers, petits débris des ébats furieux. Réparer les nombreuses morsures ornant l’épiderme de l’Épouse, ne laisser aucune once de goutte de sang s’échapper. La langue rit, de la sulfureuse étreinte qui restera épinglée à la racine des boucles pour encore de longues minutes. Le temps de caresser une dernière fois le ventre de la jeune femme, une poitrine encore haletante. Faudra pas qu’t’oublies de prendre la petite pilule, espiègles dents qui s’en vont susurrer à l’oreille de la Gryffondor, parce que si on est des feux d’artifice, tu peux être sûre qu’en explosant, on a fait plein de bébés étincelles. C’est rigolo, il ne parlait d’éventuelle progéniture que pendant l’amour, ou après ; mais aujourd’hui, il n’était plus vraiment très sûr. Après la crise, après les souvenirs familiaux brisés en morceaux, le Wildsmith n’avait pas la carrure pour engendrer un bambin.
Les boucles s’en vont soupirer contre la terre, il s’accroche aux étoiles, le kiwicot leur donne de drôles de visages affables, on dirait qu’elles font signe à Arty ; de rester là, d’encore profiter avant que le soleil ne se lève et décide que la journée suivante ne serait que ruminations de la vieille. Non, il veut absolument rester près d’Elle, empreindre dans ses narines qui se décident à envahir la nuque de l’Aimée, son odeur, sa saveur. J’te pensais pas étrangleuse tiens, quelle conversation, c’était bien. Et c’était un euphémisme, ça se voit à ses joues rougissantes et à sa lèvre pincée de timidité.

Se détacher complètement d’elle serait laisser place à l’introspection, ce qu’il refusait pour le moment. Tu m'caches dans tes cheveux pendant quelques jours ? Il adorerait être un petit bonhomme minuscule glissant sur les ondulations de la Métamorphomage. Le cerveau demeurait encore légèrement embrumé par la graine magique, par la montée exquise des hormones. Déguster les répliques des spasmes de l’orgasme, de toute façon, il était encore incapable de se mettre debout.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé] - Page 2 Empty
Re: Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Loredana Wildsmith, le  Sam 2 Mai - 21:50

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Substances illicites




Un contact que l’on se refusait de rompre, comme si la présence de l’autre donnait l’impression que l’on était à notre place, chez nous, l’endroit en lui-même importait peu. Malgré des ébats violents, de moins en moins romantiques, l’après était toujours douceur, caresses et baisers déposés un peu partout. Ceux d’Arty avaient un effet curatif après de nombreuses plaies créées par la simple force de ses dents. De nombreuses traces de morsures qui me piquaient, mais qui avaient le don de pimenter nos échanges, les rendre plus intenses encore, car ce sentiment d’appartenance réciproque était ce qui rendait chaque chorégraphie aussi unique les unes que les autres. Des feux d’artifices qui changeaient de couleur, prenaient une forme nouvelle à chaque lancer. Je ne m’en lassais pas, jamais et l’effet était encore plus grand lorsque les sens étaient amplifiés par l’effet d’une simple graine. Je la prends la petite pilule, je crois, peut-être pas tout le temps, mais je me souvenais l’avoir pris il n’y a pas si longtemps que ça. Malgré les mises en garde au Ministère sur l’importance de la prendre tous les jours, je n’avais absolument rien pour me prévenir, me dire Hey Lore, c’est le moment vite tu vas oublier encore petite idiote inconsciente, alors oui, ce n’était pas régulier, mais pour le moment, aucun bébé en vue, même si ce serait drôle d’avoir un bébé feu d’artifice multicolore. Tout le monde serait jaloux tellement il serait beau ! Jamais je ne parlais ainsi habituellement. L’effet du Kiwicot ? Le sentiment de bien-être de l’après ? Ou un gain de confiance en voyant notre relation se stabiliser ?

Néanmoins, ce n’était pas vraiment le moment de parler de notre progéniture tout de suite. Pas après le début de soirée mouvementé à cause d’un problème de famille, de parents, d’enfant caché. La vie était pleine de surprises, de déceptions, d’événements tristes et heureux. Je ne voulais pas avancer trop vite. Lorsque le moment sera venu, on le saura et l’on sera tous les deux heureux de cette nouvelle-là. En attendant, se concentrer sur le présent, rire des paroles de l’Amoureux qui avait semblé apprécier ce geste inattendu. Ça t’étonne ? C’était une réelle question. Pourtant, tu n’es pas sans savoir que si je pouvais tuer quelqu’un juste avec une pression de main, ce serait pour moi la meilleure façon. Mais pas très prudent selon les paroles du Poufsouffle qui préférait la protection de la baguette. Je me rappelais de ce sort utilisé sur ma tante pour l’étouffer. Je l’avais regardée du début jusqu’à la fin, la lumière de ses yeux s’éteignait tandis que le sang coulait de l’arrière de sa tête. Pourquoi avoir peur de tuer lorsque la personne le méritait ? Le souvenir de cet événement accélère de nouveau mon rythme cardiaque. Je me souvenais très bien de chaque sensation ressentie à ce moment-là.

Les souvenirs disparaissent dans un nuage de fumée en sentant Arty revenir près de moi. Mes cheveux sont tout à toi, pour tooout le temps que tu souhaites, petite pause avant de reprendre, même s’ils ne deviendront jamais de la barbe à papa. D’ailleurs, ne m’avait-il pas dit qu’il m’en ferait un jour ? J’attends toujours de connaître le goût d’ailleurs, Monsieur Wildsmith. Là, tourner la tête pour l’embrasser, emmêler mes jambes aux siennes. Marquer ma présence à chaque moment, les bons comme les pires. Lui faire comprendre par de simples gestes que plus rien ne pourrait me faire fuir, désormais. L’alliance à mon doigt en était la preuve. La petite graine comme frontière entre le monde réel et le nôtre créé de toute pièce. Si on s’enfermait dans cette boîte pour toujours ? Tu n’aurais plus besoin de mes cheveux pour te cacher. Le romantisme toujours à son apogée. La pudeur dont je faisais preuve habituellement n’était plus. Pas de filtres, pas de mensonges. Peut-être plus efficace qu’une goutte de Veritaserum.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé] - Page 2 Empty
Re: Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Artemis Wildsmith, le  Mar 5 Mai - 16:40

Hocher la tête silencieusement, quelque part dans les entrailles du Poufsouffle, il y avait toujours ce doute, entre l’envie capricieuse d’un petit bébé et la raisonnabilité de se dire que ce serait une sacrément mauvaise idée. Et puis, Loredana ne le souhaitait pas, elle l’avait dit, répété, affirmé. Mais elle avait entièrement raison sur une chose, ils feraient le plus beau bébé du monde, un bambin parfait. Et si le kiwicot avait cette belle vertu d’agiter le romantisme sur la langue de l’Amoureuse, pour Arty, cela le plongeait dans des rêveries nébuleuses. C’est qu’il voyait distinctement la petite silhouette d’un chérubin courir sur les ondulations brunes de la Métamorphomage, il l’entendrait même rigoler. Aussi nettement que le rire de Loredana à l’évocation de l’étranglement.
Ça ne l’étonne pas tellement en vérité, il savait qu’elle préférait l’asphyxie à la pyromanie – personne n’est vraiment parfait – ce qui avait été flamboyant c’était la façon dont cette strangulation avait été jouissive. La frustration à son apogée de ne même plus pouvoir respirer. Il y avait dans l’amour, le plaisir de la brutalité intense, tout à fait évaporée lorsqu’ils étaient tous deux allongés, après.

Dans l’après, il n’y avait que la douceur et le sucré, quelque chose de la barbe-à-papa. Il pense à la joie des fêtes foraines moldues, aux friandises que l’on pouvait y goûter, ce serait bientôt l’été, j’t’emmènerai, et on se goinfrera de barbe-à-papa. Le tournoiement des manèges et des lumières, ce serait un merveilleux rendez-vous amoureux. Oui, il fallait qu’il note ces idées quelque part dans la partie romantiques projets de son cerveau. Pour plus tard, pour occuper une douce après-midi ensoleillée.
Pour le moment, simplement profiter de prolonger l’étreinte de baisers qui n’en finissaient pas. Chasser les premiers frissons de fraîcheur qui revenaient à la charge en même temps que la lumière affichait ses tout premiers rayons. Continuer de l’embrasser pour dans une dernière culbute la ramener sur lui, contre lui. l’Amoureuse était la précieuse barrière entre lui et les contrariétés de la vie. Alors avec de délicates caresses et des lèvres reconnaissantes, le lui montrer, le lui prouver, à quelle point elle était importante pour lui.

Malheureusement, la réalité était ce monstre qui vous sautait dessus, dans le dos, alors que vous cherchiez à vous enfuir. Pas moyen d’y échapper, même s’ils parvenaient à créer une bulle opaque épaisse, le quotidien avait cette fâcheuse tendance de tout piquer sur son passage. Alors il soupire, il faudrait réfléchir réfléchir tergiverser à propos de Riley, ses parents, entrevoir des solutions et prendre une décision, retourner voir sa sœur, essuyer toute la haine qu’elle allait sûrement lui cracher à la figure.
Mais demain.
Demain, dès l’aube, le cerveau se mettrait à lui nouer le ventre d’angoisse à propos de ce qui l’attendait. Des moments d’une incroyable gênance, voilà ce qui le menaçait vraiment, un retournement de vie et de passé. Il faudra qu’tu sois là, quand on sortira de la boîte, pour lui accrocher les pieds un petit peu dans le bonheur, l’empêcher d’exploser de mélancolie, d’animosité. Une présence et des papouilles qui lui rappelleraient qu’elle était là.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé] - Page 2 Empty
Re: Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Loredana Wildsmith, le  Mer 6 Mai - 19:54

J’aimerais que tout s’arrête, maintenant. Qu’il fasse exploser une dernière fusée qui s’arrêterait en plein vol, laissant des milliers d’étincelles colorées stoppées, les reflets sur notre peau à tous deux. Il n’y aurait plus de couleur nuit qui commençait d’ailleurs à laisser sa place à un ciel plus clair qui laisserait sa place à son tour à un léger voile rosé caché derrière les nuages. C’est drôle cette façon dont on pouvait passer d’une extrême à l’autre. Son arrivée à la Cabane n’avait pas été sans casses, sans cris, sans craintes, sans colère. Au contraire, j’avais eu peur durant un instant qu’il dépasse les bornes, me blesse comme il avait failli le faire. Il avait cette habitude de toujours essayer de faire ressentir à l’Autre ce que lui ressentait. Mais ce soir, il savait que ce n’était pas à moi qu’il en voulait, il avait fini par le comprendre et avait accepté que les choses se passent autrement que dans les cris et les mots déplacés. Et finalement, la soirée s’était poursuivie dans la douceur de l’amour et la violence des échanges corporels. Le tout se terminant dans un romantisme qu’Arty connaissait bien et que je découvrais sous Kiwicot. J’en venais presque à regretter que les effets ne soient pas permanents. Que l’on reste ainsi, nus, allongés sur l’herbe refusant de penser à une réalité meurtrière. Mais j’accueillais cette proposition et ses baisers les bras ouverts, le sourire collé sur mon visage.

La sensation électrisante de ne jamais être rassasiée, me rendre compte que j’avais toujours besoin de le sentir contre moi et la graine magique accentuait ce sentiment de dépendance totale. Je plonge ma tête contre lui, le nez dans les boucles, les mains caressent son visage, sa nuque, ses bras, ses mains… Lui montrer par de simples gestes qu’il pouvait évidemment compter sur moi. Je serai là à la sortie de la boîte ! Un baiser, deux baisers, trois baisers. Tu n’peux plus te débarrasser de moi.
Et ça continue ainsi encore quelques minutes, quelques heures peut-être. Entre câlins, mots doux et baisers romantiques. Parce que l’on savait que les minutes étaient comptées. Parce qu’un feu d’artifice, aussi magnifique soit-il, restait éphémère. Ça explose, c’est joli, puis ça se termine. C’était probablement la raison pour laquelle nous n’étions pas parvenus à nous séparer, à nous lever après l’amour. Parce qu’on savait ce que cela engendrerait. Le ciel s’éclaircissait en même temps que les effets du Kiwicot se dissipaient sans nous laisser la chance de l’en empêcher. Cette saleté de graine malicieuse qui avait un goût de reviens-y. Juste parce que j’avais envie de conserver cette illusion, fermer les yeux. Le soleil matinal se réveille, le rythme cardiaque ralentit, le vent refroidit ma peau. Je tremble. L’illusion disparaît. Les visages perdent de leur lumière à chaque tic-tac inaudible, mais bien présent quelque part.

Retour brutal à la réalité.

Fin du RP ♥
Contenu sponsorisé

Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé] - Page 2 Empty
Re: Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]
Contenu sponsorisé, le  

Page 2 sur 2

 Nuit aux mille et une éprouvantes [Terminé]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.