AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -53%
Balance connectée Xiaomi Mi Body à ...
Voir le deal
18.99 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Azkaban
Page 1 sur 1
Prison de verre : vie en enfer [Terminé]
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane
- Permis de transplanage


Prison de verre : vie en enfer [Terminé] Empty
Prison de verre : vie en enfer [Terminé]
Lïnwe Felagünd, le  Ven 3 Avr - 15:24


Prison de verre : vie en enfer
ft. L'Enfou Roi / Saison XXXI, Printemps
Autorisation.


7:21 - Londres.
Y'a pas de honte à avoir peur. Y'a pas de regret à être inquiet. Pas pour toi. Pas pour lui. La réalité te terrifie parfois. Elle est authentique et cruelle. Tu préfères équilibrer cette injustice par tes propres visions hallucinogènes. Tu t'es levé hyper tôt aujourd'hui, non pas que ça t'a coupé de ton sommeil mauve. Non, il n'y a que ton insomnie pour te rappeler que tu existes vraiment.

Les aiguilles montrent leur
pâle destinée elles aiguillent
ta pensée / salie par
la bonne nouvelle.

À chaque cliquetis
sa dose de panique.

C'est cette angoisse qui monte à tes côtés dans l'ascenseur du Ministère de la Magie. Elle partage sa compassion depuis une heure et demie. C'est elle qui t'a levé brusquement du lit. C'est elle qui te donne la nausée. Elle qui se colle aux pores de ta peau qui, eux, se referment maladroitement. Clic. Ce bruit métallique. La symphonie des mécanismes t'indiquent que t'es au bon étage. Tu bouges à droite, vers l'Office des Portoloins. T'as rien mangé ce matin, gardant deux trois scones pour le détenu que t'allais voir.


8:34 - Ministère de la Magie.
On t'appelle, c'est l'heure d'aller voir ton prince. Ta baguette est confisquée. Ton identité dévoilée. T'as toujours la boule au ventre, j'crois que ça empire. Plus tu te rapproches de lui et moins tu souhaites le voir. C'est vrai. Et si il avait trop changé pour que tu puisses le supporter ? Les papillons se sont transformés en scarabées névrosés. Ils sont dorés mais te rongent de l'intérieur. Est-ce suffisant ? Est-ce suffisant à tes yeux ? pour n'espérer rien d'autre en retour que son visage heureux.

Deux hauts-le-cœur ne te surprennent pas quand t'atterris au point de rendez-vous. Il fait froid. Il pleut et il fait toujours nuit. C'est comme si la lumière, le jour, le soleil et la joie n'existaient pas ici. Un homme te fait monter dans une barque sale au bois bouffi par les tourmentes de la mer. C'est après de longues minutes qui te paraissent simplement interminables que tu la vois apparaître, haute et provocante. Azkaban est une tour immense qui s'élève dans la mer comme une dent de géant. Elle est impressionnante et noire. T'as jamais rien vu de semblable, clairement. Tu resserres un peu plus ta lyre contre toi. C'est le seul réconfort que t'as pu trouver.

Prison de verre : vie en enfer
barreau de fer : brisent ce calvaire.


Cette prison de verre fait de ta vie un enfer. Élius, t'as perdu de tes paillettes, l'obscurité ne te va pas. Seuls tes cheveux peuvent être noirs. Ces boucles de charbon, tu te souviens ? L'impression que tu donnes court à ta perte. Ces barreaux de fer font de toi un être aigri par la perverse solitude. Y'a que tes loyaux amis qui peuvent briser ce calvaire. Si seulement. Si seulement il était si simple de te faire évader.

Ils lui ont donné un pu*ain de numéro !!?

469
Te colle à la peau
c'est ton nouveau nom
salut / enchanté.


C'est triste de voir à quel point l'humanité n'existe plus quand on arrive sur la côte abrupte. Ces rochers-là mêmes qui te coupent l'appétit. Un cri de détresse retentit quand tu passes devant un compartiment. On t'escorte jusqu'à ce trou minuscule qui lui sert de chambre. Lius ? Tes mains tremblantes touchent les barreaux immondes de sa cellule. Lius ? tu ne vois qu'une vague silhouette effacée entre le mur et la puanteur des rats.



Dernière édition par Lïnwe Felagünd le Ven 14 Aoû - 0:04, édité 1 fois
Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Prison de verre : vie en enfer [Terminé] Empty
Re: Prison de verre : vie en enfer [Terminé]
Élius Askin, le  Ven 10 Avr - 1:55

Jour numéro vous-croyez-vraiment-que-je-compte-les-jours-en-fait ? Il n'y a plus de repères ici. Rien à quoi se retenir de sombrer. Claqué par chaque vague, le cachot résonne, inlassablement, sans jamais se taire. L'unique note de ma séquestration ? Un étourdissant Fa. La voilà, mon horloge, maintenant ; c'est le fouet sévère de la Mère, directement sur Azkaban. Il rappelle à chacun son crime, moleste l'âme trop légère qui voudrait s'enfuir. Mon délit ? Avoir été libre devant un homme à l'esprit étroit. Ravental veut me soumettre dans une cellule représentant son minuscule raisonnement. À l'échelle de sa tête étriquée, me voici enfermé. Ne sait-il pas que mes pensées sont éthérées comme la vodka russe, volatiles comme une nuée de paillettes et insaisissables comme le halo des projecteurs ? On n'enclave ni l'alcool, ni les paillettes, et encore moins la lumière qui les révèle Monsieur le Directeur.

Faisant bailler d'ennui les manches du pyjama trop large, j'exerce quotidiennement mon corps amaigri jusqu'à l'épuisement. Des spectacles prennent vie entre l'inconfortable lit et les insupportables latrines creusées à même la pierre. Quatorze mètres cubes de scène entièrement exploitée. Lorsque ma silhouette s'écroule, écrasée par le hurlement imaginaire de la foule en délire, elle peut rester des heures inerte, fixant le plafond moisi. Alors des souvenirs me reviennent, teintés de couleurs qui n'existent plus ici. Mes iris claires sont noyées de sueur salée, ou peut-être que je pleure. Maman m'a abandonné. La roche humide ne ressemble pas à sa paume fraîche et pourtant mon front s'y roule pour essayer d'y croire. Puis c'est au tour d'Enfolie. De grands rires déchirent ma gueule en deux. Les gardiens peuvent bien frapper les barreaux, ça ne fait qu'empirer. Ils ont brisé les rouages à l'intérieur.

Souvent, vos voix hurlent dans le vent. Portées par l'air marin, il me semble distinguer des bribes de conversations. Ou juste, mon prénom. Aujourd'hui, assis en tailleur devant le mur, je gratte ma peau irritée à cause de la métamorphomagie qu'on m'interdit. Des lambeaux en sont déjà partis, et gisent contre les aspérités mais ça ne suffit plus à éteindre les démangeaison. Lius ? La marée m'apporte ton murmure. Toi, le musicien. Élimant mon bras sur Azkaban, ma tête se penche de côté. Lius ? Encore. Ça fait longtemps que j'ai arrêté de regarder vers le couloir en vous entendant. L'évocation de ta mémoire m'inspire. Presque immobile, mes lèvres chantonnent maladivement une onde, celle de notre rencontre. Le son heurte l'austère paroi quand ma bouche s'y colle, finalement habituée à la pourriture. Des boucles jusqu'en bas du nez, j'inspire en attendant que l’hallucination passe.

Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane
- Permis de transplanage


Prison de verre : vie en enfer [Terminé] Empty
Re: Prison de verre : vie en enfer [Terminé]
Lïnwe Felagünd, le  Ven 17 Avr - 16:23

Y'a pas de temps à perdre. C'est ce que tu redoutais le plus. Il a l'air complètement chamboulé - j'veux dire : plus que d'ordinaire. Il a toujours été un peu perché, ton prince, mais pas à ce point de ne plus reconnaître le présent du passé. Il chantonne un air que tu connais, que trop bien, pour l'avoir interprété au piano lors de votre première rencontre : une rencontre que tu n'oublieras pas de sitôt.

T'as les mains qui tremblent en sortant ton biniou. La lyre, menue et discrète, te laisse fébrile aujourd'hui. Quelques cordes vibrent sous tes doigts qui retranscrivent le chant du piano. Après quelques secondes, t'ouvres enfin la bouche (sèche comme un pâté de sable). Lius ? C'est Lïnwe, en chair et en os. Tu préfères préciser, parce qu'au stade où il en est, t'oses même pas imaginer si il était enfermé avec des gros tarés. Tu te sens vraiment pas bien ici. Y'a quelque chose de terriblement malsain. L'air que tu respires est un gruyère puant et fumant le mal-être. T'as jamais été quelqu'un de vraiment altruiste, mais aujourd'hui - là, de tout de suite - si t'avais le pouvoir de libérer tous les détenus, tu le ferais sans hésiter.

J'suis venu te rendre visite... me dis pas que je suis le premier ? Le monde était si cruel, à ce point ? Tu glisses les deux scones que t'as emportés avec toi. Tiens, c'est pour toi. Tu sais pas trop quoi dire. T'approches ton front contre les barreaux (ils sont aussi humides que les murs couleur néant). T'as peur de voir son visage. T'as peur mais il faut que tu le vois. De tes propres yeux. Le cerveau a cette fâcheuse tendance de déformer grossièrement ce que l'on imagine.

Tu grattes quelques cordes à vide
comme pour le faire venir à toi
c'est ce que t'as fait
une fois
quand vos âmes étaient en fusion
vos corps convalescents
et que vos boucles chaudes
digressaient dans le bassin bouillonnant
la pornographie.

Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Prison de verre : vie en enfer [Terminé] Empty
Re: Prison de verre : vie en enfer [Terminé]
Élius Askin, le  Lun 4 Mai - 4:58

La frontière n'a jamais été aussi floue entre chimère et existence. Il y a deux jours, au centre de la vapeur d'une matinée autrement blanche, on a glissé un papier à l'intérieur de ma cellule. Ou peut-être était-ce du vent ? Maman m'a abandonné. Mais dans cet état, impossible de savoir si c'est réel ou le fruit de mon imagination délirante. Pourtant, les mots sont bien là, encrés sur une feuille plus cramée que la voix de Cristal après sa dixième cigarette. Chacun d'eux m'a assassiné davantage pour finir gorgé d'humidité sous le lit en métal d'Azkaban.

Spoiler:
 


Prisonnier d'un cahot n'obéissant qu'à la houle grondante, mon corps est une racine râpée jusqu'à l'os. Il en reste même l'écorce à certains endroits. Vous en prendrez bien un morceau ? Ça colle aux dents. L'entêtante mélodie s'y répand, douce comme une crème réparatrice alors qu'elle sauve bientôt ma carcasse du naufrage. À nouveau, tes paroles résonnent - palpables. Cette fois, je tourne la tête et te vois. Le mien, de visage, est anéanti par l'égarement. Des mèches trop longues y plongent, sans aucune espèce d'allure - la boucle morne et les lèvres sillonnées d’absurdité.

Ton chant ressemble à un torrent, impossible à saisir, tant personne ne me parle ici. J'ai perdu l'habitude d'écouter le ressassement monotone des gardiens annonçant les repas immangeables, puis ces visites, jamais pour moi. Lïn... T'es le premier à traverser l'odieuse Mer du Nord et son sel piquant. D'ailleurs, l'es-tu vraiment ? Dans un sursaut, mes jambes se déplient et parcourent la cage vers toi. Cramponné à l'image qui pourrait seulement être une illusion, il faut toucher ; vérifier. Au moment où ma paume sale rencontre ton visage suave, certitude est faite :

— T'es là, pas juste l'écho d'un fantasme accompli. Mon faible sourire s'étire, aussi branlant qu'une pauvre vieille en fin de vie. Le reste peut aller s'faire voir ; les scones passent inaperçus derrière ta chair vivante. J'en brûlerais mes doigts, à caresser ton existence, parce qu'en vrai, t'es le premier. Laisse-moi encore te sentir, carrément, te renifler. Permets aux souvenirs de renaître sous mon inconvenante main. J'agrippe tes traits de ma vision trouble, un à un, jusqu'à voir l'instrument. Mes phalanges y descendent, envieuses d'entendre les cordes gémir. Joue. Et oublie mon rire déformé par l'euphorie.


Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane
- Permis de transplanage


Prison de verre : vie en enfer [Terminé] Empty
Re: Prison de verre : vie en enfer [Terminé]
Lïnwe Felagünd, le  Ven 15 Mai - 15:14

Visage ravagé par la solitude la tristesse la colère l'injustice et l'insomnie. Des mèches trop longues, sales et poisseuses. Des mains squelettes. La voix tremblotante. Mon pauvre Askin, ils t'ont ruiné. C'était pas dans ses habitudes d'être aussi crasseux et il devait regretter chaque seconde passée dans sa cellule. On y avait enfermé sa liberté, son authenticité et avec lui, toutes ses belles manies qui n'existent plus aujourd'hui.

Il a le regard monstrueusement vide et le sourire franchement horrible. T'arrives pas vraiment à parler, à dire quoi que se soit tant cette vision te perturbe. Tu le laisses te toucher de ses doigts sales. Tu le laisses te renifler. Te chouchouter. Parce qu'il n'a jamais dû avoir d'autres visiteurs que toi. Et qu'ils ne lui ont pas donné de poupée à tripoter en arrivant ici.

La musique t'a toujours paru plus facile pour communiquer. C'est une source harmonieuse et naturelle de compréhension ou d'incompréhension ? mais elle fait réagir et peu importe comment. Tu poses la lyre sur le petit rebord des barreaux et commences ta mélopée. Une fidèle mélopée - si il en s'en souvient mais vu son état t'en es plus vraiment sûr. T'es plus sûr de rien, sauf de vouloir le faire sortir d'ici. Il existe bien un moyen légal. T'as un avocat ? T'arrêtes un instant la musique. Le temps est suspendu — La propreté des lieux est insane et va clairement à l'encontre des Droits Humains. Ça peut pas continuer. Ça peut pas continuer. / et tu reprends, grattouilles devant ses yeux ébahis. Tu m'manques. C'était pas vraiment à toi de lui dire ça, mais il serait que plus heureux. Ou plus frustré. Qui t'a envoyé au trou ? y'avait tant de questions que tu t'étais posées sur la barque.

Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Prison de verre : vie en enfer [Terminé] Empty
Re: Prison de verre : vie en enfer [Terminé]
Élius Askin, le  Lun 8 Juin - 2:34

Il y a plusieurs semaines déjà que le tour du monde se limite à cette cellule borgne. Mon pays n'est pas plus grand ; trois enjambées en largeur et deux envergures de profondeur. Le ciel gris touche mes cheveux quand je suis debout sur la paillasse qui fait matelas. On a très vite dessiné des territoires imaginaires pour garder un minimum d'esprit, le Fou, le Roi et Moi. Sauf que l'évidence se bouffe à même la pierre ici : les chiottes sont quasiment dans le lit. De quoi oublier toute forme de pudeur, mais en avais-je seulement avant ? Les certitudes de chaque homme éclatent avec les vagues contre la rigide Azkaban. Alors peut-être ma dignité aussi finirait en bouillie, ou bien c'est trop tard, ils l'ont démolie ? Fais-moi croire le contraire, derrière ton visage farine, j't'en supplie. Devenir encore le Prince de quelqu'un, pouvoir disséminer des résolutions d'un simple battement de cils - juste ça.

Il fut un temps où la musique rythmait mon quotidien. Au moins mille vies sont passées depuis. Les cordes heurtent presque mes oreilles qui ont oublié, vierges à nouveau ; si c'est pas beau. Ça résonne fort au centre de ma boîte à la mécanique rouillée. Et le silence revient aussitôt, laissant place à l'étourdissant tambourinement du Fa maritime, tempo lent. Pourquoi t'arrêtes de jouer ? L'interrogation entrouvre mes lèvres arides sans qu'aucun son n'en sorte pourtant ; parce que tu parles en premier. Avoquoi ? J'ai l'air de m'occuper de ça ?! Ma paume glisse, et essaye de remettre en mouvement tes doigts sur l'instrument. Encore, retentit le souffle du camé qui retrouve l'odeur de sa drogue. Ordre, souhait, supplication, tout c'que tu voudras, mais injecte-le moi. Les génies n'existent plus, parqués et vulgairement numérotés s'ils exposent leur talent.

Seulement, l'épaisseur de mon souffle quand la mélodie vibre une deuxième fois ne trompe personne ; t'es un virtuose en liberté, Lïnwe. Moi ? Te manquer ? Le sens échappe à mon humanité détruite. On a déjà été séparés plus longtemps qu’ça, c’est juste qu’il n’y avait pas les barreaux, enfin, il me semble. Alors tu peux détester ma démence et cette inconvenance, là d’aller pisser sous tes yeux rivière, en riant. Trois punaises s’enfuient dans le trou plein d’urine, inconscientes de quitter Charybde pour rejoindre Scylla. Y'a la mer, directement sous ma chambre, vous savez - chasse d'eau naturelle par laquelle il est impossible de sortir, croyez-moi. Ah oui, le lavage des mains aussi, faudra repasser. Ta première pensée, sûrement lorsqu'elles viennent presque t'étrangler sans prévenir. Joue. Pourtant je ris - Joue ! - resserre les phalanges sur ta jugulaire - JOUE ! m'écarte, à l'arrivée du gardien. Ils ont réussi à m'dresser, t'as vu, Lïnwe ? Projeté contre le mur du fond par la magie pénitentiaire, mon corps se tord, de douleur et de folie.

Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane
- Permis de transplanage


Prison de verre : vie en enfer [Terminé] Empty
Re: Prison de verre : vie en enfer [Terminé]
Lïnwe Felagünd, le  Dim 28 Juin - 19:49

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Insultes/Vulgarité




Le souffle aride. T'aspires tout l'amour que Lius peut te donner en cet instant. On pourrait presque dire que t'es un détra-cœur. Tu vois ses yeux pétiller, peut-être, de plaisir. Une vague de culpabilité t'envahit comme la mer qui ricoche sèchement sur la grande tour. Tu ne cesses de recevoir ses gouttelettes et pourtant, t'es presque persuadé que ce sont les larmes du prisonnier qui te touchent à ce point.

Tu t'es arrêté un moment. Il est complètement perdu.
Il a déjà sombré dans les bras pénitenciers.

T'as jamais été aussi triste depuis l'accident de Elhëna. Tu t'en rends compte, vraiment, que tu l'aimes. Visiblement, tu en déduis qu'il n'a aucune défense. Qu'il ne reçoit aucune visite. Et que tout le monde l'a déjà oublié. Il n'a que ses mains pour compter les jours. Il doit se pisser, se ch*er dessus. Rendre tous ses repas - il nourrit les esprits et les rats. Y'a plus que de pâles souvenirs pour le remettre debout et t'as juste envie de vomir, toi aussi. Tu trouves pas ça juste. Et les conditions de vie des prisonniers n'existent tout simplement pas ici. J'promets que si tu rentres au Ministère, tu f'ras tout pour que ça change. Tu promets. Tu promets mais t'arrives pas à finir ta phrase tant le dégoût te happe la bouche.

Encore.
Encore. Encore.

Et comme une pulsion pornographique, il te prend à la gorge. T'es un peu surpris. Voire choqué. Tu sais pas si c'est volontaire, involontaire. Si c'est intentionnel ou pas. Et si c'est bon ou mauvais. T'es juste incapable de décrire son comportement. T'as l'impression que sa tête va exploser. Que ses yeux vont sortir de leur orbite. Que ses doigts vont se briser. Et que ses côtes vont s'ouvrir en deux. Il est si maigre, dans l'ombre que ça te fout la nausée. Il se recroqueville comme un animal contre la paroi de sa cellule. Le gardien, presque sauveur ici (mais tu l'avoueras jamais), te sort inconsciemment des griffes du détenu. C'est même plus un humain. T'es obligé de lui dire au revoir. La visite est terminée.

Tu lui promets une autre visite
et l'éternité qui va avec.

Tu lâches pour la dernière fois les barreaux rouillés
pour finir dans la barque terriblement humide qui te lâchera dans le monde des vivants.


.
.
.
Merci pour le RP :kiss: On se revoit bientôt inRP hein ! T'as mon LA si besoin pour conclure.
Élius Askin
Élius Askin
DirectionSerpentard
Direction
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Métamorphomage


Prison de verre : vie en enfer [Terminé] Empty
Re: Prison de verre : vie en enfer [Terminé]
Élius Askin, le  Jeu 13 Aoû - 23:21

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Insultes/Vulgarité




Toutes les béances ne sont pas bonnes à prendre, en témoigne ce mélange de pisse et d'eau salée - risible bénitier. Cathédrale Azkaban enfonce ses racines dans la mer pour fendre l'orage du Nord sans pitié. Au milieu, ça pue l'ossuaire vivant, un enfer qu'ils appellent pénitencier. Mon âme vague se brise à la lame des rochers, bouffée par des fous blancs telle la falaise de Bassan.

J'en crève de crever.

Elle ricoche, ta promesse écorchée entre les griffes acier d'un triste vitrail en noir et gris - Adieu Petite Sirène. Ma cellule reçoit le soleil à travers une meurtrière deux pauvres heures chaque jour, filet tellement pâle qu'on le confond avec un cierge mortuaire. Après m'avoir connu en Prince, regarde comme je fais bien le Chien. Si Ravental me voulait à quatre pattes, y'avait plein d'autres moyens.

Maintenant la pierre érafle mes genoux devenus trop faibles pour tenir debout. Ouais, m'expulser par terre, c'est leur réponse à chaque insolence, et croyez-moi y'en a. Quoi ?! Mais p*tain, pas - outch, deuxième avertissement. Un à un mes rouages sautent, jusqu'à l'inévitable chute du rideau. Aucune paillette ne clôture ce pitoyable spectacle, seulement les rires de ceux qui entendent, éclats gras. Alors, racolé à même le sol par Madame Démence, moi aussi, je m'esclaffe finalement quand tu disparais.


RP terminé, un plaisir, comme toujours avec toi.
Contenu sponsorisé

Prison de verre : vie en enfer [Terminé] Empty
Re: Prison de verre : vie en enfer [Terminé]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Prison de verre : vie en enfer [Terminé]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Azkaban-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.