AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
-29%
Le deal à ne pas rater :
Balai laveur avec seau Vileda Spin & Clean
25 € 35 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 1
Dirty Dancing [En cours]
Gabin Šprajc
Gabin Šprajc
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de transplanage



 Dirty Dancing [En cours] Empty
Dirty Dancing [En cours]
Gabin Šprajc, le  Sam 4 Avr 2020 - 1:27

Saison 30
Hiver
Feat Riley Callaghan
Suite de ce Rp
LA accordée avec plaisir.



Ce n'était pas sa première sortie. Ni sa dernière. Gabin avait ses habitudes dans la capitale londonienne. Ses points de chute. Ce genre d'endroit désert dans lequel il pouvait faire son entrée. Dans un bruit de craquement, il apparu dans une impasse sombre, entre poubelles et odeur d'urine. Le transplanage lui retournait toujours le ventre, au point qu'il était obligé de se plié en deux, mains sur les genoux, pour respirer de grandes bouffées d'air afin de ne pas dégobiller sur les pavés qui formaient le sol à ses pieds. Et encore, ce n'était que le début de la soirée. Le transplanage retour n'allait certainement pas être très jolie, ni même agréable. L'enfer l'attendait. Mais il était prêt à l'embrasser à bras ouvert.

Riley. Le prénom de sa compère de Serpentard venait de surgir dans l'esprit du bleu et bronze. C'est qu'il l'avait complètement oublié. L'invitée surprise. L'incruste de la soirée. Elle avait intercepté Gabin juste avant son départ pour Londres. Et elle avait réussit, facilement il fallait l'avouer, à le convaincre d'accepter sa compagnie pour la soirée. Faut dire que le brun avait toujours autant de mal à dire "non" aux femmes. Est-ce un défaut ? Lui-même ne le savait pas. Le fait est, que Gabin releva sa tête rapidement pour scruter la noirceur de l'impasse. Il poussa un soupir de soulagement voyant que Riley avait survécu au transplanage. Pour tout dire, c'était la première fois qu'il le faisait avec une autre personne. Il n'avait rien dit et il avait préféré faire le garçon confiant. Intérieurement, au moment du saut, la peur était tellement présente qu'ils avaient faillit finir avec quelques membres en moins.

- Tout va bien Riley ? S'exclama Gabin en faisant quelques pas en sa direction. Ce n'était tout de même pas ta première fois hein ? Le transplanage, rajouta-t-il en vitesse, sourire amusé aux lèvres.

Gabin prit quelques instants pour dépoussiérer sa tenue de soirée et resserrer le noeud de sa cravate. Bien. Ce soir, il allait prendre un peu de plaisir pour lui et se vider la tête. Poudlard allait être effacé de son esprit le temps d'une soirée et de nombreux verres. En parlant de plaisir... Gabin s'alluma une nouvelle cigarette. Mauvais défaut. Si ses parents le voyait, il prendre une rouste monumentale. Mais comme de nombreux adolescents de son âge, il trouvait que le fait de fumer faisait plus "mature". Faux. Cela le rapprochait juste plus rapidement de la mort. Insouciance de la jeunesse.

- Je connais une boîte vraiment bien avec de la bonne musique et des jolies filles... Enfin des jolies gars aussi hein, après tout, j'y serai, s'exclama Gabin en rigolant. Les pupilles du garçon se fixèrent de nouveau sur la silhouette agréable de sa camarade. Pas trop froid ? Je peux te prêter ma veste de costume si tu veux Riley.

Gabin ne savait pas comme réellement s'y prendre avec Riley. Il appréciait la jeune femme fille mais ne connaissait pas assez bien son tempérament pour savoir comme l'appréhender. Habituellement, il aurait tendu sa veste de costume sans laisser le choix à la personne de la prendre pour se couvrir, mais Riley ne semblait pas être le genre de personne à avoir besoin d'une mère poule ou d'un trop plein d'intention. En faite, il n'en savait strictement rien.
Riley Callaghan
Riley Callaghan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


 Dirty Dancing [En cours] Empty
Re: Dirty Dancing [En cours]
Riley Callaghan, le  Sam 4 Avr 2020 - 18:40

« Dirty dancing  »

Avec Gabin Sprajc



Saison 30
Hiver



Main dans la main, Gabin et moi avions disparus des radars de Pré-au-Lard pour rejoindre ceux, moins ennuyants, de Londres. La ruelle que le Serdaigle avait choisie pour notre arrivée était dégagée, vide et sombre ; pas une âme qui vive. Un choix qui ne montrait pas moins les habitudes de Gabin, déjà informé des bonnes adresses pour atterrir d’un transplanage. Transplanage qui d’ailleurs ne semblait pas lui réussir puisqu’il se cambre directement en avant, le visage entre les cuisses. Je me retiens de mettre ma main sur son dos, ou de m’enquérir de son état, peu habituée à devoir jouer les amies rassurantes. Mais un sourire compatissant atteint mes lèvres en compensation ; c’est que moi aussi je n’aime pas tant transplaner.

Tu parles d’une première, j’ai connu mieux, clin d’oeil suggestif et sourire innocent. Ça ira mieux la prochaine fois. L’envie de reproduire le même schéma avec lui, quand bien même nous étions toujours dans cette ruelle, me surprend. La facilité, la simplicité, d’agir avec le Serdaigle me déconcerte et je crois bien que je rougis sous mes boucles brunes. Je fixe le lointain tandis que nous réajustons tous deux nos tenues, impatients de nous remettre en route et de nous découvrir sous un autre jour. Les risques encourus seraient-ils récompensés par une nuit agréable en sa compagnie ? Avais-je raison de croire que nous nous entendrions tout autant en dehors de Poudlard ?

À ses réflexions, je lève les yeux au ciel, amusée qu’il se croit déjà le roi de la piste. Une autre réflexion, la mienne cette fois, pointe néanmoins. Ne me laisse pas tomber plus bas alors, je compte sur toi pour me raisonner quand je me mettrai à parler aux murs et aux gros dégueulasses. Venai-je d’admettre à demi-mot qu’il était plutôt beau garçon ? Ça se discute. La beauté était une chose toute relative pour moi. Bien sûr, j’avais quelques notions du bon goût, mais ce n’était en général pas ce qui m’attirait chez les hommes. Ou les femmes. C’était plus... plus une histoire d’attraction. De jeux des corps et des mots.

J’hoche la tête en signe de négation, je n’ai pas froid, c’est même tout le contraire : je ne me suis jamais sentie autant sur des charbons ardents, excitée par les réjouissances de cette nuit, mais c’est gentil. Gabin était débridé, mais sans être vulgaire ou obscène, contrairement à d’autres garçons que j’avais côtoyé. Et il était tout aussi galant... On en reparlera dans quelques heures, quand il sera aussi plein qu’une couche ! Tu permets ? À la place, j’enfile un bras autour de son coude pour me laisser entraîner vers... Qui sait où tout ça nous mènera ?

Nous déambulons ainsi dans des rues de plus en plus peuplées, me laissant volontiers conduire par le Serdaigle. J’ai l’impression, qu’à son bras, nous sommes les maîtres d’un monde où tous nous épient avec envie et jalousie. C’est assez étrange mais tout à fait grisant. Je me permets également de piquer d’entre ses lèvres sa cigarette pour la porter aux miennes, entrouvertes, et de tirer un peu dessus. Mmh, ça faisait longtemps... Mes paupières se ferment, mi-closes, en presque extase. Puis mes doigts reconduisent le petit combustible jusqu’aux lèvres du Serdaigle. Désolée mais ça me rendait dingue aha... ne remets pas ça sous mon nez, je craque très vite.

Je passe paresseusement ma langue sur mes lèvres ; pour confirmer mes dire et pour rattraper aussi les dernières effluves de la cigarette de Gabin sur ma peau. On est arrivé, non ? Je reconnais l’entrée d’une discothèque que je connais bien. The London Reign. Un sourire s’étire sur mes lèvres, joueuses, on s’y est peut-être déjà croisé cette année... L’hypothèse est peu probable toutefois, je l’aurais sans doute repéré au milieu de la foule, à se coller contre les danseurs et à faire tourner les têtes.
Gabin Šprajc
Gabin Šprajc
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de transplanage



 Dirty Dancing [En cours] Empty
Re: Dirty Dancing [En cours]
Gabin Šprajc, le  Mer 8 Avr 2020 - 0:25

La réponse enchainée avec un clin d'oeil suggestif de Riley arracha un doux rire d'entre les lèvres de Gabin qui brisa la monotonie de l'impasse dans laquelle se trouvaient les deux élèves. Cela lui fit du bien, de rigoler un peu. Ça lui faisait oublier qu'il venait de perdre quelque peu la face devant la jolie jeune fille, à se tenir cambré de la sorte prêt à vomir sur les pavés londoniens. Foutu transplanage. Il en avait horreur. Mais c'est tout de même avec bienveillance qu'il accepta le sourire compatissant ainsi que la remarque faite par Riley à son intention. Puis amusée, la Serpentard lui répondit qu'il n'avait pas intérêt à la laisser tomber lorsqu'elle sera ivre. Sourire amusé sur les lèvres, Gabin ne retenu qu'une seule chose. Elle n'avait pas contredit le fait qu'il était beau. C'était déjà un bon point non ?

Par la suite, Riley refusa poliment la veste tendue par Gabin, ce dernier l'en renfilant correctement sur lui. La jeune fille disait avoir chaud, l'inverse du bleu et bronze qui commençait sérieusement à ressentir le vent glacial sur son visage. Heureusement, la chaleur intérieur que lui procura la tueuse de poumons le réchauffa quelque peu. Tout comme le contact physique, bras entrelacés, qu'établis la verte avec lui pour commencer leur marche vers la boîte de nuit. Une indicative qui ne fit qu'agrandir le sourire sur les lèvres de l'adolescent. C'était un bon point ça aussi non ?

Les deux élèves de Poudlard commencèrent leur traversée des rues londoniennes. La soirée s'annonçait bonne. Très bonne. Riley était définitivement pleins de surprise pensa Gabin. Pensée renforcée par l'action soudaine faite par sa camarade, attrapant la cigarette d'entre les lèvres du bleu et bronze afin d'en profiter quelques instants, avant de la replacer à son emplacement initial. Gabin laissa échapper un nouveau rire tout en gardant sa précieuse entre ses lèvres. Vraiment, il commençait à apprécier la compagnie de Riley.

- Promis, j'essayerai de faire attention à ce que tu ne te trouves pas dans les parages lorsque je fume, déclara le brun sachant pertinemment qu'il oublierait cette promesse dans quelques secondes.

Leurs pas ne tardèrent pas à les mener vers l'endroit voulu. Vers le Saint-Graal. Devant eux se tenait l'un des boîtes de nuit les plus connues de Londres. The London Reign. Un endroit mélangeant débauche et élégance. L'endroit parfait pour Gabin, qui avait passé de nombreuses soirées entre ses murs. Soirées dont il avait des souvenirs vagues mais toujours aussi époustouflant. Sa joie impossible à cacher, Gabin se tourna vers Riley afin de la fixer avec ses prunelles clair.

- Tu es déjà venue toi aussi ? S'exclama-t-il surpris. Cet endroit est juste trop bien bordel ! Alcool, fume, danse, musique... Que demander de mieux hein ? Puis son sourire se transforma en une moue séductrice. Riley, Riley, Riley... Tu te doutes bien que je t'aurai remarqué et que je t'aurai honoré de ma sublime présence si nous nous étions déjà vu ici non ?

A cette heure-ci, de nombreuses personnes étaient présentes et faisaient déjà la queue pour rentrer dans l'établissement de nuit le long du bâtiment. La réputation du lieu attirait la foule tous les soirs de la semaine ainsi que du samedi, Gabin le savait pertinemment. Et malgré le fait qu'il venait ici régulièrement, il n'avait toujours pas ses entrées et des passes droits. Soupirant, il entraîna par le bras sa camarade afin de se mettre eux aussi dans la queue.

- Hé bien, on dirait qu'on va devoir patienter un peu avant de pouvoir réellement s'amuser. Clin d'oeil amusé. Tu vas avoir la chance de m'avoir encore rien que pour toi quelques minutes ! Car une fois dedans, je te promets rien hein... Sourire énigmatique aux lèvres avant qu'il enchaine. Enfin, tu arrivera peut-être à capter tout mon intention si la concurrence n'est pas trop rude à l'intérieur.

Gabin et Riley avancèrent au mouvement de la foule devant eux. Plus ils s'approchaient de l'entrée, plus la musique qui émanait de la boîte de nuit résonnait dans la rue londonienne. L'adolescent jeta sa cigarette finie à même le sol. L'écologie ? C'était une belle rumeur non ? Les questions de société, il comptait se les poser une prochaine fois. Pas ce soir. Ce soir, il était libre.

- Tu en veux une ? Paquet de cigarette ouvert et tendu vers Riley. C'est pas bon pour nous mais faut bien mourir un jour ou l'autre, dit-il amusé par sa propre insouciance. Au faite, si tu aimes t'amuser tu devrais me rejoindre à LEGIT ! Les gens sont sympas et on se marre bien la bas.

Gabin avait tendance à fumer comme un pompier lors des soirées. Mauvais défaut, encore et toujours. Mais il était quelque peu inquiet de se faire refouler à l'entrée de la boîte de nuit. Après tout, tous les deux n'avaient pas l'âge requis pour rentrer ici. Malgré cela, Gabin savait pertinemment qu'une fois devant le videur, ils allaient devoir se montrer confiant et croiser les doigts pour qu'on ne leur demande pas une pièce d'identité.

Riley Callaghan
Riley Callaghan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


 Dirty Dancing [En cours] Empty
Re: Dirty Dancing [En cours]
Riley Callaghan, le  Ven 10 Avr 2020 - 17:13

« Dirty dancing »

Avec Gabin Sprajc


Saison 30
Hiver



Ce n'était ni la première, ni la dernière fois, que j'entrais en boîte de nuit sans me faire pincer par les vigiles. Une tactique toute trouvée, sur fond de sourires aguicheurs et de regards flamboyants, tous deux supposés endormir les hommes de main. On pourrait croire qu'ils en ont l'habitude, qu'ils se lassent, après tout, les jolies filles défilent chaque soir sous leur rayon X. Un vrai festival de cannes - pas de Cannes, non -, des plus exotiques aux plus modernes, toutes pomponnées jusqu'au bout des ongles. Mais non, que nenni. Ce qui se serre, dans l'entrejambe, ne disparaît pas du jour au lendemain.

Les remarques du Serdaigle me font sourire - à l'intérieur -, et s'il y a un message caché, il a été reçu cinq sur cinq. Tu veux jouer, on va jouer. Mes bras se croisent sur ma poitrine, en position de défi : très bien, les paris étaient lancés. Mes yeux le détaillent de haut en bas, s'arrêtent sur ses épaules puis ses mains... Un peu plus, et je me retrouvais dans la peau d'un videur, à scruter la moindre de ses mimiques. L'inverse est plausible aussi, tu sais Gab' ? Je penche la tête vers l'intérieur de la boîte de nuit. Les femmes sont rarement en reste là-dedans, je lui dis, amusée, tout en acceptant la cigarette de Gabin. T'es faible, Callaghan. J'te revaudrais ça. Clairement pas. J'aurai sûrement oublié cette discussion dès le lendemain.

La conversation dévie ensuite sur la fameuse association de l'école, L.E.G.I.T. Cette organisation me sort par les trous de nez, c'est la nouvelle mode ou quoi ? Si je ne savais pas Gabin dans leurs petits papiers, je ne me gênerais pas pour lui avouer ma haine envers tout ce que cette association représente. Mais il a l'air d'y retrouver ses billes et je ne veux pas faire les rabats-joies, tu es sympa, et je me marre bien avec toi, c'est suffisant, non ?, je me retiens d'ajouter, espiègle. Le débat était clos pour moi. Il n'était pas toujours nécessaire de compter sur les autres pour sustenter à son propre bonheur, et ça, je le savais mieux que personne.

La file d'attente avance soudain. Nous y voilà ! J'adopte une attitude détachée, presque surréaliste, quand on sait qu'au fond de moi le stress est monté d'un cran. Tu passes toujours, te bile pas bon sang. Quelques pas encore... Madamesoielle ! Une minute s'il vous plait ! Fais ch*er. Je me retourne lentement, le sourire s'accrochant tant bien que mal à mes lèvres inquiètes. Votre cigarette... Jetez-là avant d'entrer. Bah oui ! La cigarette ! Je glousse un désolée ! mi-soupiré, mi-crié, et la jette dans le caniveau sans broncher.

Dans le vestibule, j'adresse un regard de connivence à Gabin. Tu peux te détendre maintenant, on y est. Les martèlements de la musique entre en résonance avec mes os, à mesure que nous entrons dans la boîte de nuit. Des néons nous cinglent de toute part, renvoyant des reflets électriques sur nos corps en mouvement. Mmmh, j'aime ça. Je lève la main, pour lui montrer le bar, mimant du pouce le geste de boire pour me faire comprendre par-dessus le bruit soudain assourdissant de la musique. Plus aucune place pour les mots, les pensées, la conscience : un pur cocktail de liberté servi sur un plateau. Tout pile ce qu'il me manquait. Le Serdy en plus !

Je prends les devants - ce qui n'est pas inhabituel, il le comprendra vite - et agrippe ses doigts pour le tirer vers le fond de la salle, près du comptoir. Votre cocktail le plus fort s'il vous plait, je crie presque quand le serveur se tourne dans ma direction, tu veux quoi Gabin ? Prends ce que tu veux, c'est pour moi je lance ensuite au Serdaigle, en me rendant compte qu'il était encore accroché à mes doigts. Je les dégage alors de sa poigne pour battre le rythme sur la surface vitrée du comptoir. Mon taux d'alcool était encore trop bas que j'envisage d'être plus tactile avec lui. Mieux valait attendre que la ferveur de la boisson et de la danse fasse s'effondrer cette résistance. Alors, tu as repéré quelqu'un ? Ou c'est la piste de danse qui te fait de l’œil ?
Gabin Šprajc
Gabin Šprajc
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de transplanage



 Dirty Dancing [En cours] Empty
Re: Dirty Dancing [En cours]
Gabin Šprajc, le  Mar 5 Mai 2020 - 10:10

Sa clope au bec, Gabin attendait patiemment dans la queue pour se rendre à la boîte de nuit. Cette soirée avait un fort potentiel d’amusement, surtout avec Riley. Pour le moment, le garçon ne regrettait pas d’avoir accepter qu’elle l’accompagne ici. Sa première impression avait été juste. La serpentard avait quelques points communs avec lui. Les règles, ils ne les respectaient pas toujours et cela, ça plaisait au brun.

Un sourire narquois apparut sur les lèvres du Serdaigle quand Riley déclara que lui aussi ne devait pas s’attendre à ce que la jeune fille ne reste pas vraiment avec lui. Vraiment ? On verra bien, pensa le garçon. Il commençait doucement à bine apprécier la jeune fille. Elle n’hésitait pas à lui répondre, à le narguer aussi. Le défi et la difficulté, il aimait ça. Seulement dans les relations entre homme et femme. La difficulté dans les tracas du quotidien, très peu pour lui.

Riley ne s’attarda pas sur le sujet de l’Association des Élèves de Poudlard. Etrange. Elle ne semblait pas porter dans son cœur L.E.G.I.T. Les raisons ? Il voulait savoir les raisons mais elle ne semblait pas très enclin à la discussion. Gabin préféra donc temporiser, lui donnant son sourire le plus éclatant quand elle lui répondit qu’il était sympa et qu’elle se marrait bien avec lui. Un beau compliment pour l’adolescent qui l’accepta le cœur en avant. Mais dans son esprit, il garda ses questions concernant L.E.G.I.T pour les poser plus tard dans la soirée, lorsqu’ils auront consommé quelques verres. Riley sera prête à lui parler.

La file d’attente avançait plutôt vite et bientôt, les deux sorciers arrivèrent devant l’entrée de la boîte de nuit. Ecrasant sa cigarette au sol avant de la jeter dans une poubelle située à quelques mètres d’eux, d’un magnifique geste de basketteur, Gabin offrit son plus beau et sincère sourire au videur en passant devant lui, suivit de près par Riley. Son cœur rata un battement quand la serpentard se fit apostropher par l’un des agents de sécurité. Le brun pesta intérieurement, se disant qu’il n’aurait jamais du accepter la compagnie de la brune, qui allait lui faire rater sa soirée. Oui. Il changeait rapidement d’avis. Mais par chance, quand il entendit le gars de la sécu demander à la jeune fille de jeter sa clope avant de rentrer, le brun soupira de soulagement. Bon. Il c’était peut-être un peu trop vite importé.

Dans les vestiaires, tandis que Gabin donnait sa veste à l’employée de la boîte, Riley lui déclara qu’il pouvait se détendre. Sourire de requin aux lèvres, l’adolescent lui répondit du tac au tac : « Au tu sais, je serai quand même rentré moi, avec toi ou sans toi ». Propos appuyé par un clin d’œil arrogant, ceux dont il avait le secret. Puis les deux sorcières rentrèrent dans la salle principale. L’apothéose. Cette musique assourdissante, ces corps dansant, l’alcool coulant à flot. Gabin se sentait comme un poisson dans l’eau. C’était son milieu. Son domaine. Et comme tout adolescent poussé par les hormones, son regard s’attarda sur quelques courbes bien misent en valeur de charmantes personnes. Homme et femme. Pas de jaloux.

Un geste de Riley vers lui l’interpella. La serpentard l’invitait à venir au bar afin de se prendre à boire avant de débuter les festivités. Brillante idée. Gabin hocha la tête de bas en haut pour lui signifier son accord. Les paroles étaient inutiles dans un tel endroit. Suivant sa comparse qui venait de se saisir de sa main ; le brun ne tarda pas à se retrouver contre le bar de la boîte de nuit, accoudé. La jeune fille demanda au barman son cocktail le plus fort. « La même pour moi ! » s’écria Gabin. « Et non, ce n’est pas toi qui paye mais moi. Après tout, quel genre d’homme je serai si je ne paye pas la première tournée Riri ? » Riri ? Le nouveau surnom de la jeune fille qui le brun avait décidé de lui donner. C’était mignon non ? Cette dernière, remarquant que leurs doigts étaient toujours entrelacés, rompit le contact entre leur peau. Sourire amusé du brun. Le début de soirée ne faisait que commencer.

Gabin fit semblant de réfléchir quelques instants devant le questionnement de Riley puis, d’un ton arrogant, il lui répondit : « Voyons, je n’ai nul besoin de remarquer quoi que ce soit. Ce sont les autres qui viennent à moi Riri. » Puis en ajoutant d’un clin d’œil amusé : « Ils font comme toi. Ils me voient et après, ils ne peuvent plus se passer de moi et ils me suivent de partout ». Le brun rigola de ses propres paroles avant de continuer « Et toi alors ? Quelqu’un en vu ? Mis à part moi bien sur ! Même si je me doute que ma présence doit être impossible à oublier ». Le barman ne tarda pas à ramener les boissons commander par les deux sorciers. Cocktail que le brun vida d’une traite avant de déposer bruyamment le verre vide le comptoir. « Deux autres mon ami ! » s’exclama-t-il à l’intention du barman, ne vérifiant pas si Riley avait fini son verre aussi vite que lui. Gabin voulait boire, boire et encore boire. Ressentir les effets apaisants de l’alcool sur lui et laisser l’euphorie décider pour son corps entier. « Une deuxième tournée et on va mettre le feu sur le milieu de la scène Riri ! Tu as intérêt à t’accrocher si tu veux suivre le rythme endiablé de mes hanches ». Pour preuve, Gabin se trémoussa langoureusement, jouant avec ses membres pour donner un semblant de danse, sourire éclatant au visage.
Riley Callaghan
Riley Callaghan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


 Dirty Dancing [En cours] Empty
Re: Dirty Dancing [En cours]
Riley Callaghan, le  Lun 11 Mai 2020 - 20:41

« Dirty dancing »

Avec Gabin Sprajc


Saison 30
Hiver


Riri. Riri, c’est bien ce qu’il avait dit, non ? La dernière fois qu’on m’avait appelée de cette façon c’était en maternelle. Quand j’étais haute comme trois pommes et aussi turbulente qu’un petit diable. Riri. Comme dans la Bande à Picsou, mais avant de rejoindre les Castors Juniors. Bref, l’une des trois petites terreurs. Autant dire que Riri m’allait comme un gant, aujourd’hui comme hier.  T’as pas intérêt à m’appeler comme ça au château, j’te préviens... je réponds du tac-au-tac en pointant sur lui un doigt menaçant. Du moins, il l’aurait été un peu plus si je ne m’étais pas aussi en même temps fendue d’un sourire niais. Au fond, ça me faisait drôle, car c’était presque une marque d’affection dans la bouche de Gabin. Où peut-être que je me fais des idées ?

En tous cas, des idées, lui s’en fait plein. Sur lui, sur moi, sur le monde. Pas toujours facile de le suivre dans ses grands discours teintés d’une arrogance enfantine, presque pardonnable quand on connaît le personnage. T’es pire qu’une gonzesse quand tu t’y mets, blablabla... , je me moque doucement avant d’imiter Gabin et d’avaler - presque - d’une traite mon verre. J’ai besoin de respirer, tout de même, et je me demande d’ailleurs comment le Serdaigle va tenir la soirée compte tenu de sa fâcheuse habitude à fumer tout ce qu’il trouve. Mais il n’est pas en reste, et moi non plus. Alors quand il commande un deuxième verre, je ne suis pas surprise de le voir réitérer l’opération. Et je le suis, une nouvelle fois. À la vitesse où l’alcool tombe dans nos gorges, il ne faudra bientôt plus compter sur nous pour retrouver le chemin de la sortie. Ou du bar. Mais est-ce vraiment un problème ? Je crois que j’ai une touche avec le blondinet là-bas, je désigne du pouce, au-dessus de mon épaule, un mec adossé au bar qui n’arrête pas de fixer mes seins. Probablement un gros lourdeau en manque, mais c’était à peu près tout ce qu’on pouvait espérer trouver dans un tel endroit.

Qu’est-ce que... Mes yeux s’arrêtent sur le corps du Bleu qui se met soudain à se trémousser, de manière très suggestive. Il était vraiment bon. Et cette réflexion était d’autant plus dangereuse que les effets de mes deux cocktails n’avaient pas encore agi. Alors avant que je ne puisse réellement m’intéresser à ces élucubrations mentales, je m’éloigne vers le centre de la boîte de nuit. Ou autrement dit : la Fosse. Continue de faire ton lover avec le comptoir, moi j’vais pas t’attendre..., je lui jette en partant. L’envie que ce soit Gabin qui me rejoigne et qui danse contre moi me taraude l’esprit - après tout, je ne l’avais pas suivi pour rien. Mais, à contrario, lui n’était pas parti dans l’optique de passer sa soirée avec moi. Ce qu’il avait d’ailleurs souligné et resouligné depuis notre arrivée à Londres. Donc, peut-être allait-il falloir attendre qu’il se rende compte de son erreur, en lui laissant la possibilité d’aller jouer ailleurs...

Plus j’avance, plus des corps me font barrage ; des mains, des jambes, des poitrines qui se collent à moi, transpirant la sueur et l’alcool. Et si d’ordinaire - sous-entendu, quand je suis sobre -, je suis vite mal à l’aise dans ce genre de milieu, avec les effets de mes cocktails carabinés, je ressens cette oppression comme un foyer. Des gens, à mon image, qui profitent d’une soirée dans leur routine morose pour s’oublier et oublier le monde qui les entoure. Ma tête bascule en arrière, visage levé sur un plafond noir, les yeux fermés. Je me berce dans la musique, sur son tempo qui rythme le va-et-vient des mes hanches désincarnées. Je commence à la sentir, l’ivresse, elle se plonge dans mes doigts qui s’attardent sur des Inconnus, des pressions sur mon corps, partout, partout, partout... Je crois même que le blond m’a rejoint, dans mon dos, mais je n’ose pas me retourner ; je ne veux surtout pas rompre la symphonie de nos corps en sursis. Je glisse alors mes doigts dans ses cheveux, caresse du bout des ongles ses joues. Je sens aussi son buste s’enfoncer contre mes omoplates, en réaction. C’est aussi ça, la danse. Pas besoin de grands discours pour s’exprimer, se défouler ; nos corps en étaient tout autant capables. Un langage plus sensible aux instincts et aux sensations. Et p*tain, ça faisait du bien pour une fois de ne pas parler.
Gabin Šprajc
Gabin Šprajc
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de transplanage



 Dirty Dancing [En cours] Empty
Re: Dirty Dancing [En cours]
Gabin Šprajc, le  Sam 23 Mai 2020 - 0:08

Gabin laissa échapper un rire bruyant lorsque que Riley le mit en garde contre ce nouveau surnom qui lui avait trouvé. Riri c'était joli et mignon non ? Assez enfantin dans tous les cas. Rien d'étonnant venant de l'esprit du brun. Alors lui interdir de le prononcer dans l'école de sorcellerie... Lorsque l'on interdisait à enfant une chose ne faisait-il pas l'inverse ? Evidement que si. Le bleu et bronze n'allait donc n'avoir aucun scrupule à utiliser à outrance ce joli surnom. Un acte bienveillant de la part du sorcier. Des surnoms, il n'en donnait que très rarement. Adams. Fourchette. Riri. Les trois seuls qu'il utilisait en ce moment. Adams. C'était son Adams. Fourchette. C'était pour le Président à l'orifice arrière coincé. Riri. C'était pour elle.

Nouveau rire quand elle osa le comparer à une "gonzesse". Ce n'était pas la première fois qu'on lui faisait remarqué qu'il avait la fâcheuse tendance à devenir un moulin à parole. Que disait sa mère déjà ? Il faire parler à un mur. Ses prunelles clairs suivirent le mouvement de bras de Riley, engloutissant tout comme lui un nouveau verre d'alcool. C'est qu'elle semblait avoir une bonne descente. Autant que lui ? Seul la suite de la soirée allait pouvoir leur apporter une réponse. Amusé, le brun ne cessait de se féliciter intérieurement d'avoir accepté que la Serpentard le suive. Pour le moment, elle ne cessait de le surprendre. Et lorsque Riley lui montra un moldu blond qui ne cessait de la reluquer, Gabin eu une moue désapprobateur. Ce gars n'avait rien d'extraordinaire. Un banal individu qui ne lui arrivait pas à la cheville. Et malheureusement, dans la boite de nuit, il ne semblait avoir aucune concurrence. Dommage, le brun aimait la difficulté. Peut-être qu'un potentiel concurrent se cachait dans la foule ? Aucune idée.

Sans attendre que le bleu et bronze finisse sa danse, Riley parti en direction de la piste afin que, à son tour, elle montre l'étendue de son savoir. Les prunelles clair de Gabin suivirent la silhouette appréciable de la sorcière tandis qu'elle se rendait au centre de la boite de nuit, un sourire carnassier aux lèvres. Sans détacher ses yeux de la ravissante jeune femme, le brun leva un doigt à l'intention du barman afin que ce dernier lui serve de nouveau l'un de ses délicieux cocktails. Boisson alcoolisée qui ne tarda pas à arriver. Toujours en gardant le contact visuelle sur sa compère, il laissa couler doucement le liquide paradisiaque dans sa bouche, essayant de calmer cette furieuse envie de la rejoindre et de l'accompagner dans sa danse, laissant leur corps parler pour eux. Irrésistible envie qui le pousse, le maltraite mais dont il réussit à dompter... Pour le moment. Il n'y avait rien à redire. La serpent dégageait un aura et une charme hypnotisant, en parfait accord avec son physique somptueux.

Long soupire de Gabin, qui ne tarda pas à se retrouver le verre vide sans s'en rendre compte. L'excitation commençait à se faire ressentir de plus en plus au plus profond de lui. L'envie s'intensifiait encore et encore. Alors quand le moldu blond qui n'avait cessé de mater Riley depuis leur arrivé, s'approcha d'elle dans son dos pour se coller et entamer une danse harmonisée entre eux, la contrariété se dessina sur le visage du brun. Il n'aimait pas ça. Oh que non. Ce n'était pas de la jalousie. Non. Riley était un joyau dans cette boite de nuit et que qu'un autre tente de s'en approcher, ne faisait que réveiller l'instinct de compétition de l'aigle. La diffracté. Encore et toujours. C'était à son tour de rentrer dans la compétition. Ajustant sa chemise, il s'élança.

Traverser la foule n'était jamais aisée sauf si on acceptait de se laisser guider par les mouvements de corps qui nous entouraient. Se laissant aller, Gabin navigua, dansa et se détacha des corps en sueurs qui bougeaient à ses côtés. Il ne tarda pas à arriver dans un périmètre raisonnable, à proximité de Riley dansa encore avec le blondinet. Un simple effleurement, une crasse du bras de la jeune femme pour lui monter qu'il était là. Espérant ainsi avoir capté son intention, c'était à son tour de lui montrer que c'était elle. Elle qui allait craquer pour lui et non l'inverse. Se laissant aller, yeux mis clos, hanches bougeantes au rythme de la musique, le brun commença doucement son jeu. Un sourire charmant à Riri, un sourire charmeur à cette fille brune à sa droite. Quelques pas de passage pour effleurer de nouveau la peau de la verte et or, quelques pas en arrière pour passer sa main dans les cheveux d'une jeune femme rousse, attirant son intention et se l'accaparant avant de tournoyer doucement sur lui même, sourire angélique aux lèvres. Montrer à Riley qu'il était là. Et lui montrer qu'il disparaissait quelques secondes après. C'était son jeu. Se faire désirer. Se faire attendre. Bassin coller dans le dos d'une jeune danseuse blonde qui laisse ses bras s'enrouler autour de sa nuque, tandis que ses pupilles clairs ne cessèrent de se perdre dans celle de Riley. Lui montrer qu'elle avait son intention mais pas son corps. Laisser ses lèvres parcourir la joue d'une femme mature, frissonnante dans ses bras, sans jamais rompre le contact visuelle avec la belle sorcière.

Puis soudainement, se créer un espace. Un périmètre blanc. Seul, la lumière tamisée sur lui et son corps se laissant aller à la musique. Montrer à Riley qu'il était disponible. Quelques instants. Quelques secondes. Que en quelques pas, elle pouvait le rejoindre. Car lui ne savourait pas vainqueur si il réduisait la distance entre eux. C'était son jeu. Ses règles ?
Riley Callaghan
Riley Callaghan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


 Dirty Dancing [En cours] Empty
Re: Dirty Dancing [En cours]
Riley Callaghan, le  Ven 29 Mai 2020 - 1:40

« Dirty dancing »

Avec Gabin Sprajc


Saison 30
Hiver


La musique fait battre le sang dans mes oreilles, comme des pulsations sous-marines, de moins en moins limpides à mesure que l’alcool se hisse jusqu’à mon cerveau. Les échos se répercutent sur ma tête qui se balance d’avant en arrière en métronome désorganisé, sur le bas mes reins qui s’appuie dans les renfoncements osseux du blond. Un jeu sournois auquel il se prête délicieusement et qui lui font ravaler des grognements pas vraiment discrets. Mais ce n’est toujours pas ce qu’il me faut, celui qu’il me faut. Pour ce soir en tous cas.

Où es-tu ? Pas le moindre signe de mon Bleu, mon compagnon acidulé aux moeurs légères. Le comptoir, j’y jette un oeil par dessus mon épaule : vide. Je n’y voyais pas grand chose, au milieu de toutes ces peaux, ces spots et cette sueur, juste quelques flashs de granit onyx et vermillon. Chaque visage en cachait un autre et les danseurs ne cessaient de se mouvoir, se croiser, se mélanger. Partout ils affichaient des sourires endormis, des yeux brillants. Je continue de les observer, de le chercher entre deux caresses du blond - dont je me fiche bien en passant - et qui ne se gêne maintenant plus pour jouer avec les limites de mon haut.

Je m’apprête à le repousser quand, pour la cinquième fois en moins d’une minute, il se hasarde à descendre plus bas qu’il ne le devrait, mais me ravise en sentant des doigts fins effleurer la peau de mon bras. Un frisson remonte jusqu’à ma nuque quand je vois Gabin apparaître à mes côtés. Ça ne devrait pas me faire autant d’effets, ni même faire palpiter si fort mon coeur dans ma poitrine... Mais voilà, je suis grisée par l’alcool, soumises à des émotions électrisantes ; et puis c’est Gabin. Votre corps réagit parfois instinctivement à certaines choses, surtout quand la chose en question est dans l’air depuis longtemps, surtout quand vous êtes saoule et qu’il vous semble que la seule personne capable de vous comprendre à ce moment est précisément la personne qui est là, à côté de vous depuis le début. Depuis les cachots, jusqu’ici, dans cette boîte de nuit, Gabin avait été présent.

Je ravale donc un soupir frustré quand il passe son chemin pour aller se lover dans les bras d’une autre. Puis encore une autre. Tu veux jouer, c’est ça Gabin ? J’aurais pu être jalouse de ces femmes qui lui passaient entre les mains aussi vite que nos cocktails au comptoir si ses yeux ne s’étaient pas figés au contact des miens, provocateurs et criants de défi - et de désir, n’ayons pas peur de le dire. C’est au premier qui craquera, qui laissera se rompre la digue pour laisser l’autre l’atteindre. Et même s’il n’en démord pas, même si notre fierté est équivalente à celle de buildings vertigineux, je sais que le spectacle de nos deux corps réunis sera cent fois plus puissant que tous ceux de cette boîte de nuit.

Alors quand il se retrouve seul, sans aucune blonde décolorée pour lui astiquer le corps, j’abandonne mon blond aux mains baladeuses pour m’approcher du Serdaigle, louvoyante. Je ne lui saute pas dessus, ça non, je dépose simplement ma main sur sa nuque avec une douceur ferme, un sourire victorieux sur les lèvres. Je le force presque à me regarder dans les yeux, bien que je sois à peu près sûre d’avoir son attention toute entière, et l’oblige à tourner au même rythme que le mien. Les centimètres se grappillent lentement, mais nos bassins sont toujours éloignés, à distance sécuritaire. Je suis venue jusqu’à lui, à lui maintenant de faire le dernier pas. Lutter contre lui est très difficile ; même transpirant et terriblement arrogant, il dégage une aura rayonnante et hypnotisante. J’ai besoin de tout mon self-control pour retenir mes doigts de s’enfoncer dans ses cheveux et l’attirer plus à moi. Mais je tiens bon. Je tiens bon en me disant que c’est à son tour d’être frustré, de m’avoir au bout des doigts et de me voir lui résister.

Je me penche à son oreille pour me faire entendre et laisse mes lèvres murmurer dans son creux une invitation qu’il ne saurait refuser. Et si on montrait à ces minables comment un Šprajc et une Callaghan allument la piste de danse ?
Gabin Šprajc
Gabin Šprajc
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de transplanage



 Dirty Dancing [En cours] Empty
Re: Dirty Dancing [En cours]
Gabin Šprajc, le  Ven 5 Juin 2020 - 0:26

Le temps défilait, mais Gabin était bien incapable de donner un horaire exacte ou le nombre de minutes qui s'étaient déroulées depuis leur arrivée dans la boîte de nuit londonienne. Il s'était laissé porter par l'alcool qui embaumait son esprit ainsi que la musique, qui l'avait bercé, amusé, caressé. Une rare nuit d'échappatoire. Une nuit qui le tenait à l'écart des murs de l'école de sorcellerie anglaise. Une nuit où il avait le droit de se relâcher. De ne pas penser aux sanctions. Une nuit que le sorcier désirait interminable. Lui qui adorait le voyage, il l'avait découvert, il avait avait découvert une autre forme, moins conventionnelle mais plus appréciable. Une qui allait le guider des heures et des heures. Son endroit. Son lieu. Son moment.

Et que de mieux pour lui que de partager son univers ? Car cette nuit, il lui a permis de l'accompagner. Un choix qu'il ne cessait de trouver génialissime. Riley. Riri. La sorcière ne cessait de le surprendre. Le brun retrouvait en elle des facettes de lui-même. Des facettes qu'il appréciait particulièrement. Sa comparse verte avait tout pour elle. Il ne le savait que trop bien. Il l'avait compris au moment même où il avait dicté son jeu avec ses règles à lui. Son univers. Tel en oiseau, le bleu avait paradé autour d'elle, gravité, sans jamais dépasser les limites. Laisser le désir monter en elle. Seulement en elle ? Non. Gabin la voulait. A lui. Pour lui. Et réfréner son envi de la prendre dans ses bras, de laisser leur corps danser et leur peau s'électriser à leur contact mutuel, n'avait rien d'une tache aisée. Bien au contraire. Plus d'une fois, il faillit briser la distance entre eux. C'était rare. Rare pour lui de ressentir un tel désir. Etait-ce l'alcool ? Le manque ? L'ambiance électrique autour d'eux ? Tant de possibilité sans réponse.

Et puis. Et puis elle s'approcha. Mais Riley n'était définitivement pas comme les autres. Elles et eux qu'il rencontrait habituellement dans des lieux similaires. Dans sa démarche, lente, déroutante, les pupilles clairs du brun étaient incapables de se détacher de la silhouette de la sorcière. Intérieurement, le franco-slovène dégluti, se rendant compte que petit à petit, plus son jeu continuait, plus il se métamorphosait en proie. Déroutante sensation mais tout autant plaisante. Le contact de la main de la brune sur la peau de son cou fit parcourir une pointe électrique dans tous son corps. Gabin n'avait toujours pas détaché son regard de Riley et cette approche avait créée un sourire narquois sur son visage. Le désir était de plus en plus palpable. De plus en plus incontrôlable. Mais le sorcier se força à garder son sang foire, qui ne cessait de se fragiliser plus les centimètres entre leur corps se dissipaient.

Et tout s'arrête. La frustration. Sentiment rarement connu pour lui. Une pointe sombre s'illumine dans les pupilles du Serdaigle, non satisfait que les choses se stoppent ainsi. C'était lui habituellement qui jouait à ce jeu. Recevoir son propre châtiment était déconcertant pour lui. Les prunelles de Gabin continuèrent de fixer celle de Riley mais le contact se brisa quand elle approcha son visage du sien, pour le contourner et déposer quelques mots à ses oreilles. Le sourire du bleu se transforma. Plus carnassier. Une telle invitation ne se refusait pas. Oh que non. Mais Callaghan avait voulu jouer avec le feu. Elle allait se brûler. "Ces minables vont tellement être envieux, qu'ils se sentirons pitoyables lorsqu'ils rentrerons chez eux pour continuer leur minable vie". Une phrase échappée. Un ton arrogant. L'ange n'avait plus rien de bleuté.

Puis lentement, l'une des mains de Gabin s'échappa pour délicatement se poser sur les hanches de sa partenaire. Douce caresse qui se durcit, afin que les bassins des deux sorciers se collent, rompant ainsi les quelques centimètres de distance qui restaient. L'autre main, elle, trouva son chemin dans le dos de Riley, tandis que le brun entama doucement un premier va et vient des hanches avant d'accélérer le rythme, de la donner et de l'imposer. Sa respiration est rauque tandis que le contact entre eux, si proche de la sorcière, lui prodigue une vague de désire frappant ses tempes. Mais il la réfrène. Encore. Il ne veut pas se monter trop insistant. Faire durer le plaisir. Alors, après quelques secondes ainsi, il laissa son corps se détacha de celui de la verte, sa main initialement sur les hanches remontant pour caresser le bras de la brune avant de descendre pour entrelacer ses doigts. Tenant la main de Riley, Gabin se laissa aller, ses jambes bougeant au rythme de la musique tout comme ses épaules.

Sourire charmeur aux prétendantes et prétendants autour d'eux. Il pourrait de nouveau reprendre son petit jeu. Disparaître de nouveau. Mais le désir est trop présent. Son esprit est obnubilé par sa camarade. Alors il leva son bras afin de faire tournoyer la bruine sur elle-même. Une fois. Deux fois. Il éclate de rire. Enivré par le désir et l'alcool. Plus rien n'est présent autour de lui mis à part Riley. Cette dernière se retrouva bientôt dos à lui et le Serdaigle rompit de nouveau la distance pour que leur deux bassins puissent se retrouver encore. Gabin se retrouva à la place du blondinet qui avait cru avoir une infime chance avec une telle beauté. Méprisable. Qui à part lui pouvait espérer une telle place ? Son côté amuseur prit le dessus quelques instants, lui permettant de jeter un clin d'oeil moqueur au moldu blond, lui signifiant que le vainqueur c'était lui.

Une main de bleu parcouru la cuisse de la brune de haut en bas, tandis que la seconde se déposa délicatement sur son ventre, les hanches suivants un va et vient infernal. Approchant doucement sa bouche de visage de Riley, d'un ton moqueur et arrogant, le brun ne pu s'empêcher de flatter son propre égo: "Avoue que ma présence est bien meilleur que celle de blondinet". et susurrant doucement: "Je ne savais pas que tu aimais les jeu dangereux Riri. Attention tout de même à ce que je ne te fasse pas perdre la tête", avant de laisser sa respiration chaude parcourir le cou et la chevelure de la brune.
Riley Callaghan
Riley Callaghan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


 Dirty Dancing [En cours] Empty
Re: Dirty Dancing [En cours]
Riley Callaghan, le  Mer 10 Juin 2020 - 12:33

« Dirty dancing »

Avec Gabin Sprajc


Saison 30
Hiver


Premier contact. Le bruit de nos corps qui s’entrechoquent, des tissus qui se froissent et des respirations qui s’accélèrent. Nous l’étions enfin, l’un contre l’autre, vibrants et étincelants, nos regards s’accrochant avec un désir évident. J’accepte sa main sur mes hanches, celle dans mon dos, les deux scellant mon corps au sien comme un joint. Même l’air ne peut plus se créer un espace entre nous. J’appose alors les miennes sur ses épaules, les faisant s’agripper au tissu de sa chemise comme deux coquillages sur leur rocher. Quand il rétorque d’une voix pleine d’assurance que les autres danseurs auront tout à nous envier, je souris contre son cou. J’ai envie de le croire, de nous savoir meilleurs que les autres et inatteignables, complices sur la piste de danse comme en-dehors. J’aimais ce que nous étions devenus, au fil du temps... Des complices de jeux.

Un rire cristallin s’échappe de mes lèvres quand le Serdaigle attrape mes doigts et que je m’exerce alors aux pirouettes. J’ai le pas incertain, à cause de l’alcool, mais avec l’experte lancée de Gabin, c’est tout juste si je ne m’envole pas comme un oiseau dans le ciel de la boîte de nuit. Je tourbillonne, les bras croisés au-dessus de la tête, le temps que le Bleu et Bronze me laisse avant de me rattraper une seconde fois. Le torse contre mon dos, il était revenu à la charge, et même si je ne peux distinguer son visage parfaitement, je peux constater avec une satisfaction malsaine le regard de mon Blond se faire plus irrité à quelques mètres de là. Je devine l’égo du Brun derrière, qui doit se gonfler comme un ballon et ne peux m’empêcher, moi aussi, de lever la main droite pour venir caresser la joue du Serdaigle. Une marque de possession. Je voulais lui faire comprendre que c’est lui que j’avais choisi. Pour ce soir.

Je ne perds jamais seule Gabin, tu dois le savoir. J’ai un sens du sacrifice assez particulier, ceux qui veulent me voir tomber, tombent avec moi. Et s’ils pensent le contraire, c’est qu’ils sont déjà fichus. J’accentue alors les mouvements de mes reins contre lui, me cale lentement entre ses cuisses et passe ainsi de longues minutes à battre le rythme de la musique dans ses bras. J’en ai la respiration presque coupée, les lèvres serrées pour ne pas laisser s’échapper trop vite des marques de satisfaction. Gabin est très doué, sur cela il n’avait pas menti. Sa main sur mon ventre particulièrement, déclenche des frissons délicieux de la pointe de ma colonne jusqu’au bout de mes pieds. Mais ce qui réussit à m’électriser davantage est sa respiration rauque, tout contre mon oreille. Un souffle chaud et irrégulier qui m’arrache un gémissement à peine audible et que je regrette aussitôt. Il allait finir par m’avoir, le Bleu.

Je me retourne alors lentement, le visage espiègle, les yeux levés vers lui avec une latence toute calculée. De l’index, je suis les lignes de son cou laissant, je l’espère, un picotement délicieux sur son sillage, m’attarde sous son oreille avant d’en suivre l’ourlet et de caresser sa joue, ses lèvres, si près des miennes que nos souffles se mêlent. De mes lèvres ensuite, je recommence ce schéma, caresse sa mâchoire, son menton, respirant par à-coups, ondulant au rythme de ses hanches épousant les miennes, faisant renaître des sensations que je m’étais acharnée à refouler. Les autres danseurs ont disparu de ma vue, je ne vois plus que Gabin devant moi, plus brillant que jamais. Sans doute à cause des vapeurs de l’alcool qui altèrent ma perception ou de la moiteur de nos peaux, sublimées par l’énergie que nous dépensions à nous rejeter puis à nous retrouver.

Combien de temps pouvions-nous encore jouer sans nous brûler ? Gabin... nous deux, c’est différent hein ? Je ne veux pas gâcher notre amitié, mais je ne peux pas nier non plus la part de moi qui est ferrée à lui, comme un poisson empêtré dans ses filets. J’ai besoin d’un entre-deux. Chloé me mettrait sûrement en garde, « ce genre de relation ne fonctionne jamais longtemps », elle citerait même quelques expériences personnelles pour appuyer ses propos. Mais comme toujours, j’aurais roulé des yeux, défendu bec et ongle que je savais ce que je faisais, avant de l’ignorer et de partir en claquant la porte de sa maison.

J’ai les yeux qui brillent alors que je le fixe, tentant tant bien que mal de ne pas tomber le regard sur ses lèvres. Je suis beaucoup trop lisible, saoule, et ça m’ennuierait atrocement si je pouvais en avoir conscience. Mais la vérité, c’est que je veux juste m’amuser, flirter avec le Serdaigle sans m’inquiéter de le transformer en amoureux transi... Parce que je sais que ce ne sera pas le cas. On parle de Gabin. Pas d’attache..., j’enroule un bras autour de sa nuque, pas de prise de tête, le deuxième rejoint le premier, de l’autre côté. Paradoxalement, mes gestes montrent tout le contraire, mais c’est pourtant bien mes mots qu’il faut croire... Juste du plaisir, je susurre doucement. J’espère être sur la même longueur d’onde que lui. Et si ce n’est pas le cas... Oh bah de toute manière, j’aurais probablement oublié cette partie de la soirée dès le lendemain. Alors, qu’est-ce que je risque ?
Gabin Šprajc
Gabin Šprajc
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de transplanage



 Dirty Dancing [En cours] Empty
Re: Dirty Dancing [En cours]
Gabin Šprajc, le  Mer 17 Juin 2020 - 16:02

Le contact de leur peau était enivrant. Une sensation de Gabin ne voulait laisser partir sans aucune raison. Contre Riley, il se sentait apaisé, calme. Elle était différente de ces autres filles qu'il rencontrait dans des lieux similaires à celui de cette soirée. Elle avait quelque chose de spéciale. Pas au point de lui faire renoncer à sa liberté. Non. Mais il ne pouvait nier que passer du temps avec la jeune femme était des plus agréables. Laissant son souffle chaud poursuivre sa route dans le cou de sa camarade verte et or, Gabin ferma les yeux, appréciant chaque seconde de ce moment à eux. Les autre savaient disparut. Le blondinet n'était plus qu'un lointain souvenir.

Le brun entendit la voix de Riley lui susurrer qu'elle ne perdait jamais seul. Quelques mots qui firent s'échapper un léger rire de la gorge du Serdaigle. Riley avait-elle vraiment perdue ? Face à lui, cela ne faisait aucun doute. Face aux autres personnes présentes ce soir là dans la boite de nuit, il ne faisait aucun doute qu'elle avait gagné le lot le plus prisé de la nuit. Lui. Existait-il plus belle récompense que lui, ici et avec elle ? Gabin était persuadé que non. Son arrogance en était tout autant persuadée. Cette qualité, défaut pour certains, qui faisait de lui une personne à part. Il le savait et il en jouait. Vilain garçon. Et le gémissement discret que laisse échapper la sorcière n'est qu'une satisfaction de plus pour lui. L'instant présent. Le moment. Gabin souhaitait que cela dure encore et encore.

Le corps de Riley lui échappe des mains quelques secondes. Une infinie de seconde pour lui, qui réouvre doucement ses paupières tandis que ses prunelles claires se fixant dans celle de la verte et or. Le contact de son index contre sa peau lui électrise les poils de ses bras, tandis que ses lèvres dessinent un sourire agréable sur son visage. La distance entre les deux sorcières est infime. Tellement. Gabin se retient, encore et encore, pour ne pas céder le premier et briser les dernières distances restantes entre eux. Ses doigts continuent leur exploration de son visage, tendrement, délicieusement. Cela devient de plus en plus dur. Résister. Se contenir. Elle avait avoué sa défaite, mais son arrogance à lui voulait faire continuer encore un peu ce plaisir malsain d'être supérieur aux autres qu'il ressentait. Il était un enfant, gâté et pourri. Il l'avait voulu elle et elle seule ce soir. Aucune autre. Aucun autre. Juste elle pour lui. Que pour lui.

La voix de Riley était lointaine pourtant, les quelques mots qui arrivèrent à ses oreilles eurent pour conséquence de lui ramener les deux pieds sur terre très vite. Différent...? Le brun commençait à avoir quelques sueurs. C'était-elle fait de lui une image d'ange merveilleux, du preux chevalier sur son cheval blanc venue à sa rescousse ? Certes, on ne pouvait lui en vouloir de percevoir le bleu et or comme son idéal mais il n'avait rien de parfait garçon, gentil et aimant. Sa tête commença à tourner et le brun cligna des yeux pour essayer de se concentrer sur sa camarade, la peur lui nouant le ventre. Il voyait son regard. Ce regard qui l'effrayait tant. Les effets de l'alcool commence déjà à se dissiper, tant tous ses sens sont en éveil. Sa bouche était sèche alors même qu'il souhaitait exprimer le fond de sa pensée avant que Riley ne le fasse.

Alors. Alors les quelques mots que lui déroba la verte et or mirent fin à tous ses doutes. Fin à cette peur naissante qui lui broyait quelques secondes avant ses entrailles. Pas d'attaches. L'un des bras de la jeune femme vient s'enrouler autour de sa nuque. Pas de prise de tête. Des mots qui valaient bien plus que n'importe lesquels pour le bleu et or, dont le sourire ne cessait de s'agrandir après chaque syllabes lancées par Riley. Juste du plaisir. Elle savait définitivement parler à Gabin. Rien aux yeux de ce dernier n'était plus parfait que la jeune femme qui lui faisait face.

Un léger sourire devenu charmeur à ses lèvres, Gabin fixa de ses prunelles claires celles de la verte et or avant de s'exprimer, sur un ton faussement outré: "Je... Je ne comprends pas Riley... Je pensais que tous les deux c'était plus que ça". Si il avait pu pleurer sur demande, le brun ne s'en serait pas gêné. " Je nous voyais déjà marié, sautant mains dans la mains avec des enfants à nos trousses... Quelle déception". Les deux derniers mots prononcés par le Serdaigle furent dis sur un ton à la fois amusé et arrogant, tandis que son sourire était devenu une grimace carnassière. "T'as cru que t'allais me faire tomber Riri ?" Le brun rigola en levant les yeux au ciel avant de rajouter: "Essayes seulement de ne pas tomber amoureuse, ça me rendrait triste de devoir t'oublier si vite".

Toujours plus arrogant. Toujours plus lui. Seulement fidèle à sa propre personne. Et dans un soudain élan des hanches, Gabin brisa définitivement la distance entre eux deux. A quoi bon continuer ce petit jeu ridicule maintenant ? Une main posée délicatement dernière la nuque de Riley et ses lèvres se collèrent contre celles de la jeune femme. Avec rage et force. Il lui donna un baiser féroce, bestial, poussé par l'alcool et l'attirance indéniable qu'il ressentait pour sa camarade verte et or. Le contact entre eux, pour rien au monde il aurait voulu l'arrêter. Se sentait-il plus apaisé ? Non. Il en voulait encore et encore. Toujours plus. C'était sa récompense. La sienne. Ce soir, il voulait Riley pour lui. Rien que pour lui.
Riley Callaghan
Riley Callaghan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


 Dirty Dancing [En cours] Empty
Re: Dirty Dancing [En cours]
Riley Callaghan, le  Jeu 25 Juin 2020 - 16:43

« Dirty dancing »

Avec Gabin Sprajc


Saison 30
Hiver


T'en fais pas, je ferai en sorte que jamais tu ne m'oublies. La peur viscérale de l'abandon, toujours la même ; c'est toujours elle qui s'exprime dans ces cas-là. Parce que l'attention est une aussi belle addiction que l'alcool ; elle est grisante en plus d'être gratuite quand on sait s'y prendre. Et il me faut bien ça pour tenir. Je plongeai soudain mes iris dans celles du Serdaigle, mes pupilles se dilatant comme un cœur noir qui palpite, quelques secondes avant qu'il ne m'attire contre lui à nouveau. Il avait saisi mes hanches et quelque chose trembla en moi, quelque part entre cellules sanguines et neurones, un espace transitoire dans lequel je n'étais plus tout à fait ni esprit, ni corps. Oh. Il allait m'embrasser là, au milieu de la Fosse.

Ses mains lâchèrent mes hanches que, soumises, je laissai collées aux siennes en me cambrant comme un tournesol accompagnant la trajectoire du soleil. Ses doigts forts et attentionnés glissèrent sous la cascade de mes cheveux et, d'une pulsion qui contrastait avec la lente séduction qui avait précédé, firent se joindre nos bouches brutalement. A son souffle chaud entre mes lèvres, je sens mon propre désir monter. J'étais dure moi aussi à l'intérieur, tout mon corps était ramassé et contracté et les premiers moments furent si intenses qu'ils en étaient douloureux. Puis je finis par prendre son rythme et le monde s'évanouit peu à peu.

La plus belle des ivresses. Mon corps était empli de soleil. Pas de sang, juste du ciel bleu dans les veines. Impossible de dire combien de temps s'écoule tandis que nos lèvres et nos corps entament des danses tantôt lascives, tantôt avec plus de force. Mais quand nos regards brûlants s'accrochèrent à nouveau, je le regardai avec un vague sentiment de gratitude. Et bien, et bien... on peut dire que c'était intense. C'est clair, je prenais mon pied avec lui. Mais je commençais à connaître le brun et je savais qu'il n'allait pas manquer de le souligner, à sa façon à lui. Alors d'une main, je plaque immédiatement un index sur ses lèvres. Tais-toi, je te vois venir. Un grand sourire se plaque sur ma bouche, il fait la taille du Grand Canyon. Viens... J'attrape ses doigts et je sautille entre les danseurs tout en le ramenant vers le comptoir, ragaillardie par les explosions solaires créées par l'alcool - et Gabin surtout - partout dans mon corps.

C'est reparti pour un tour. Cette fois je lâche la main de Gabin, non pas parce que je suis gênée, mais parce que j'ai besoin de mes doigts pour attraper les verres à shooter multicolores sur le comptoir. Il y a en a douze, six chacun, aux couleurs de l'arc-en-ciel. J'appelle ça la furie du dragon. Un verre, un alcool différent. Aie, je sens déjà mon ventre faire des pirouettes, mais je chasse bien vite cette sensation. Et il parait..., mes doigts remontent, pas à pas, sur la chemise du Serdaigle, mes iris saphirs suivant le même chemin, séducteurs, que si tu arrives au bout, le dragon te donnera son trésor. C'est bien connu, ces créatures sont mercantiles. Bon, il est aussi plus que probable que la récompense soit une belle cuite... mais eh ! C'est comme ça quand on joue avec le feu ! Ou peut-être, que c'est moi aussi le trésor. Parce que c'est vrai qu'entre les mains de l'Aigle, j'ai la sensation d'être une pierre précieuse. Alors, Gabin, dis-moi... tu veux jouer ou tu veux gagner ?

J'attrape entre mes doigts fins le premier verre, violet. La couleur me rappelle les fleurs - des violettes, forcément - que Chloé entretenait dans son minuscule jardin de Londres. Les pièces s'embaumaient toujours d'une merveilleuse odeur, partout où elle en laissait quelques bouquets. Je commence. Je penche la tête en arrière, déploie ma gorge, le verre entre mes lèvres, et avale goulument le premier shooter. Vodka violette. Puis je claque le récipient sur le comptoir, à l'envers. Et de un. J'ai les joues en feu, le cerveau qui picote bizarrement, mais pour l'instant, ça va. J'adresse un signe de tête à mon irrésistible acolyte, pour l'inviter à me suivre. Je me mords l'intérieur des lèvres, encore sous le joug des souvenirs de notre danse. A vrai dire, je suis tout autant excitée par sa présence que par l'alcool dans mon sang. Même si nous ne sommes plus serrés l'un contre l'autre, je sens encore ce courant électrique entre nous, comme un fil d'argent invisible nous reliant en permanence. Et j'ai beau savoir que je n'éprouve aucun sentiments amoureux, je n'aime pas rester trop loin de lui. Un peu comme une drogue.
Gabin Šprajc
Gabin Šprajc
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de transplanage



 Dirty Dancing [En cours] Empty
Re: Dirty Dancing [En cours]
Gabin Šprajc, le  Jeu 9 Juil 2020 - 22:13

Féroce. Animal. Sauvage. Ce baiser était sa marque de fabrique. Son lui. Son tout. Sous ses airs parfaits, Gabin avait une noirceur, une bête qui hurlait en lui. Ce soir encore, elle avait prit le dessus sur lui, sur ses sentiments et sur ses mouvements. Et perdre ainsi le contrôle en cédant à ses pulsions lui procurait un plaisir intense. Ses lèvres contre celles de la belle brune était une sensation électrifiante. Il se laissa bercer par ses désirs, par son excitation et son envie bestiale. Assouvi, jamais il ne le serait. Riley dégageait une telle prestance, un tel rayonnement, qu'il ne pouvait se décider à rompre le contact avec elle. L'infinie. Voilà le temps qu'il voulait passer ainsi, elle contre lui, lui contre elle.

Mais ces quelques secondes d'intense puissance s'arrêtèrent aussi soudainement que le baiser avait été lancé. Les prunelles claires du Serdaigle s'accrochèrent à celle de la sorcière, ne laissant que peu de questionnement concernant le désir qu'il ressentait en lui à ce moment précis. Il en voulait plus. Il en voulait toujours plus. Quelques baisers encore échangés entre sauvagerie et douceur. Une danse aussi brulante que apaisante. Le regard de Riley planté dans le sien, Gabin ressent encore ce sentiment. Celui d'être un roi. Le roi de ce monde. Le roi de cet univers. Il est lui. Parfait et enjôleur. Et Riley. Que dire ? Elle est parfaite. Parfaite pour comprendre que de leur entente mutuelle, ne pouvait naître que ce désir. Parfaite pour le comprendre lui. On ne le mettait pas en cage. On profitait de lui. On s'amusait de lui. Il n'avait rien de sérieux, ni même de fidèle. Sa liberté était ce qui le définissait le mieux.

Un sourire arrogant se dessinant sur le visage, il s'apprêtait une nouvelle fois à se vanter, à se couvrir de louange concernant l'irrigation attirante qui se dégageait de son corps. Surtout que les quelques mots que lui lancèrent la verte et or ne firent que accroître sa confiance en lui. Mais Riley avait compris son fonctionnement, l'anticipant un index sur ses lèvres. Contact durant lequel Gabin en profita pour lui déposer un nouveau baiser sur le doigt, une grimace fière sur le visage. Et la belle brune ne semblait pas être à court de surprise pour cette soirée. Le bleu et bronze ne pouvait être que ravi d'avoir accepté sa compagnie pour la soirée.

Une main prise. Une poursuite attachée entre danseurs et amoureux d'un soir pour se rendre au bar. Arguant ses sourcils, surpris de se retrouver de nouveau là, il attendit quelques instants afin que la belle brune prenant le temps de lui expliquer son idée. Relachant sa main, elle s'empara d'une douzaine de verres à shooter pour les placer face à eux. Le liquide contenu dans les porteurs de bonheur est de toutes les couleurs. Savoureux mélange visuel qui poussa Gabin à murmurer quelques mots pour lui-même: "J'aime déjà cette idée".

Laissant ses doigts remonter le long de son torse, la belle sorcière prenant maintenant une attitude séductrice, commença à expliquer à Gabin le petit jeu auquel ils allaient s'amuser. Un jeu particulièrement délicieux et dont, le brun dévorerait du regard ce soi-disant "trésor que pouvait cache le dragon. Car oui. Pour lui, il ne faisait aucun doute que cette récompense n'était d'autre que Riley. Une pierre précieuse valant bien plus que des millier de gallions. Elle était sa récompense. La sienne. Pour lui. Pour ce soir. Et il ferait tout ce qu'il pourrait pour l'obtenir à nouveau. Il était impossible, impensable, que cRiley lui échappe. Une mêlée à une sauvagerie bestiale peint sur son visage, le franco-slovène n'hésita pas une seconde avant de répondre: " A gagner ? Tu devrais déjà me donner la récompense Riri car il ne fait aucun doute que je vais encore être le gagnant."

Honneur aux dames. Gabin n'eut pas le temps de prononcer ces quelques mots, que Riley lui déclara prendre le premier tour. Les prunelles claires du brun continuèrent de la dévorer des yeux, suivant ses mouvements et s'attardant sur ses lèvres qui laissaient couler le liquide violet dans sa bouche. Son souffle rauque, son désir intense encore présent dans son corps, il suivi lentement la main de la brune relâchant le shooter sur le bar. Arrogant, le brun attrapa à son tour un premier shooter au contenant bleu. Puis adressant un clin d'œil à sa partenaire, il en attrapa un second tout vert, avec sa main libre. " Je vais directement m'envoler vers la récompense très chère". Ni une, ni deux, et les deux liquides se mélangèrent dans sa bouche, roulant sur sa langue pour finir par descendre directement dans son foie.

Gabin était bien incapable de deviner le goût des deux shooter qu'il venait de prendre. Pour dire vrai, il serait même incapable de reconnaitre du whisky à de la vodka, tant son état ne lui laissait que peu de temps à la réflexion. Son désir ne faisait que s'intensifier et l'alcool ne faisait qu'accroire encore et encore cette sensation surnaturelle de toute puissance qui coulait dans ses veines. Tenait-il l'alcool pour autant ? Absolument pas. Trop de fois, il avait joué et perdu face à ce liquide. Pourtant ce soir, malgré les cris d'agonies internes que son estomac lui lançait, le bleu et bronze arrivait à garder une stature impeccable.

" Parti pour un seconde tour ma belle ? " Gabin laissa quelques secondes défiler avant de reprendre d'une voix confiante et arrogante: " Tu devrai peut-être déclarer forfait Riri... Tes délicieuses lèvres seraient gâché par un vomit précoce." Son rire fut bref mais sincère, tandis que sa main se portait déjà sur un troisième shooter à la couleur sanguine. Ses yeux s'attardant sur le liquide contenu dans le verre, il ajouta: " J'ai bien ma petite idée pour notre dernier verre... ". Clin d'oeil appuyé et nouveau levé de coude pour le brun qui laissa l'alcool se déverser dans son gorge avant de jeter le verre vide dans la foule derrière lui tandis que son regard enflammé accrocha de nouveau celui de la jolie brune.
Riley Callaghan
Riley Callaghan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


 Dirty Dancing [En cours] Empty
Re: Dirty Dancing [En cours]
Riley Callaghan, le  Ven 14 Aoû 2020 - 17:27

« Dirty dancing  »

Avec Gabin Sprajc


Saison 30
Hiver


Des frissons de la piste à ceux de l’alcool, je préfère encore mieux ceux nés des contacts de la chair. Une onde électrique, vive et palpitante qui traverse mes cellules comme un voleur en fuite traverserait les États ; de mes doigts à mes épaules, longeant le dessous de mes clavicules en passant par la légère courbe de mes seins, descendant encore plus bas, plus au Sud, à la frontière de la décence. Une course folle, avec au bout, la liberté, l’effusion sanguine toute proche. L’excitation monte rapidement d’un cran, facilement - peut-être trop - alors que les verres se présentent vides, au garde-à-vous sur le comptoir. Belle descente, je siffle, sincèrement étonnée par l’endurance du Bleu. L’inquiétude que j’aurais du tirer d’un tel constat, en toute sobriété, m’effleure à peine tant le goût de la victoire et mon envie excessive d’être au-dessus de tous prend le pas sur ma raison.

Ne lâchant pas d’une semelle le regard de Gabin, car son admiration est un petit plaisir que je déguste fidèlement, j’attrape alors les shooters numéro deux et trois. L’appat du gain avale ces verres, comme deux billes, qui filent droit vers mes cavités internes. La fierté embrasse le quatrième et le cinquième verre, bien qu’une légère grimace de mes commissures labiales vienne en appuyer la descente. Whoaa. Je suis en flamme maintenant. Je sautille nerveusement sur mes pieds, priant les dieux de ne pas faire venir trop tôt le déluge, secoue et secoue encore la tête  pour me débarrasser d’images indésirées, avant de me stopper brusquement et de sourire aux lueurs de défis du Serdaigle. Déclarer forfait ne fait pas partie de mon vocabulaire. Je suis... Mon ton se fait plus dur, plus chaud aussi, et je détache chaque syllabe alors que j’approche lentement un doigt de la poitrine de Gabin. Très. L’ongle s’enfonce une première fois sur sa chemise. Dé- Un deuxième appui plus puissant. Ter- Un troisième, parce que vous connaissez la musique... Mi-Née. S’en suit deux coups plus brefs.

Le contact, je vous le disais, c’est important. Par saccade, les vagues de désir glissent dans ma tanière, l’écume se dépose sur mes lèvres alors que mon corps subit l’assaut de cinq décharges électriques. De plus en plus remonté sur ressort, à un cheveu de la rupture, il se tord, frustré d’attendre sa délivrance. C’est parce que je veux gagner d’abord que mes mains et mes lèvres ne viennent pas couvrir de caresses le corps du bleu. Une tentation démesurée qui surpasse de loin tout ce que j’ai pu éprouver envers quelqu’un mais qui se doit d’être contenue. La douleur de la retenue m’est plutôt étrangère pour être honnête ; elle ne fait pas partie de mes habitudes, quand je veux, je prends. Et pourtant... et pourtant, voilà que je l’apprécie presque.

Et maintenant... Dis-moi Gabin, que dois-je faire de celui-là ? D’impatients mots qui s’échappent, la demande est posée sur le ton du jeu, mais mes hanches s’embrasent, toutes proches des siennes. J’ai l’impression que les mots qui vont suivre vont m’achever, et si ce n’est pas le cas, les cinq doses d’alcool que je me suis enfilée le feront pour moi. Ma résistance aux effets de l’alcool s’étiole lentement, je ne perçois clairement plus que le visage en face du mien, Gabin - et tant mieux, puisqu’il n’y a que lui qui compte ici. Le Blond n’est plus qu’un mauvais souvenir, presque tombé dans l’oubli. Il n’avait aucune chance de rivaliser avec le sien, parfaitement imparfait et que je meurs d’envie d’embrasser maintenant. C’est donc plus qu’impatiente que je ramène le Serdaigle à la conversation.  Alors ? Choisis bien, c’est le dernier. Le dernier avant la récompense.
Gabin Šprajc
Gabin Šprajc
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de transplanage



 Dirty Dancing [En cours] Empty
Re: Dirty Dancing [En cours]
Gabin Šprajc, le  Jeu 3 Sep 2020 - 14:52

Les prunelles claires de Gabin s'oublièrent quelques instants dans celle de sa partenaire. Quelle chance d'avoir accepté sa compagnie pour cette soirée. Il n'était clairement pas dessus par la belle brune. Loin de là. Amusante. Enivrante. Avec elle, il se sentait plus libre que jamais. Sentiment apaisant. Et maintenant que les bases, les règles avaient été dictées concernant leur relation, le brun était sur un nuage. Certes, les nombreux verres d'alcool aidaient beaucoup. Mais ce n'était pas tout. Non. Gabin n'avait qu'une envie maintenant. Passer à la suite avec Riri. Assouvir cette tension sexuelle entre eux, cette excitation perpétuelle. Eteindre ce feu qui brulait intensément en lui.

La douce voix de la verte et or ne tarda pas à lui demander les deux pieds sur terre. Ou plutôt, dans cette boite de nuit londonienne. Elle ne voulait pas déclarer forfait ? Mais savait-elle qu'elle n'avait aucune chance de gagner à ce petit jeu avec lui ? L'animal était réveillé. Ses instincts bestiales se répercutaient dans tout son corps sous forme de pulsion énergétique lorsqu'elle déposait son regard sur lui ou qu'un contact physique se produisait. Et lorsqu'elle le frappa à plusieurs reprises de la pointe de son doigt, l'aiglon n'eu qu'une envie. Lui décrocher un nouveau baiser sauvage et bestial. Mais il du se retenir. Encore un peu. Ne pas bruler les étapes.

Ses prunelles se déposèrent sur ce fameux verre. Ce dernier. Celui qui devait lui apporter la récompense. Récompense qu'il désirait avoir toute de suite. Il la désirait plus que tout autre personne à ce moment même. Il la voulait. Il l'aurait. Sourire carnassier aux lèvres, Gabin fixa ardemment la belle brune qui lui faisait face, avant de se rapprocher de son visage pour lui chuchoter à l'oreille: Ce dernier verre est très spécial Riri.. Ce dernier verre va nous suivre. Le brun laissa l'une de ses mains remonter sur les hanches de la jeune femme tandis qu'il rapprochait doucement leur deux corps. Le contact était électrisant. Les pulsions devenaient de plus en plus instables et bestiales.

Pour ce dernier verre, nous allons avoir besoin de trouver un endroit plus... Calme et discret. Clin d'oeil aguicheur. Les lèvres du brun happèrent celle de sa partenaire. Leur langue ne tardèrent pas à se trouver mutuellement pour se mettre à danser ensemble. Nouveau baiser langoureux et sauvage. Intense. Electrifiant. Gabin n'avait aucun doute sur ses intentions envers le belle verte et or, mais cela était-il réciproque ? Etait-elle prête à s'abandonner pour lui, ce soir ?

Rompant de nouveau le contact, le brun récupéra l'Unique verre présent sur le bar dans une main, tandis qu'il tendis l'autre vers sa partenaire de la soirée, sourire mystérieux au visage. Pour une nuit magique, il nous faut seulement ce dernier verre. Une Chambre. Et nos deux corps. Prête pour l'aventure ? La proposition pour la suite de la soirée ne faisait aucun doute. Il était temps de passer à l'étape supérieure. Riley allait-elle oser le suivre dans la noirceur londonienne ?
Contenu sponsorisé

 Dirty Dancing [En cours] Empty
Re: Dirty Dancing [En cours]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

  Dirty Dancing [En cours]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.