AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
Ventes privées Lacoste : de 30% à 50% de remise
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 1 sur 2
Douce allocution [Terminé]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Douce allocution [Terminé] Empty
Douce allocution [Terminé]
Mangemort 67, le  Sam 11 Avr - 18:27


Saison 31 - Hiver
RP libre avec Mangemort 87


Groupe terroriste à grande renommée, il fallait reconnaître que nos actions avaient fait grand bruit au cours de ces dernières années. Du bruit, mais est-ce que notre message avait réellement été entendu ? La question se posait. La propagande du Ministère s'assurait de nous mettre tout sur le dos et l'Ordre du Phénix s'assurait de toujours traîner dans nos pattes. Mais cette fois-ci, la stratégie était différente. Les baguettes seraient toujours à porter de main mais ne sortiraient pas en premier. En revanche les mots...

Départ de Hollow avec Huit-Sept, concentration obligée. Préparation de même. Fin d'après-midi, ruelles potentiellement plus remplies qu'en journée, l'important était de touché le plus de monde. Masque, robe noire, l'attirail habituel. Le poignard empoisonné à la ceinture, caché dans les plis pour qu'il ne soit pas visible. J'avais une apparence suffisamment effrayante, pas besoin de montrer les armes. J'avais ordonné à mon serpent et mes acromentules de rester pas loin du village magique, dans la Forêt Interdite. Regard à ma cousine avant de cacher mon visage. Toujours autant ironique de se cacher pour dévoiler sa réelle identité.

-Allons-y. Le crac habituel. Brutus en notre compagnie, toute fuite rapide devait être envisagé. Mes créatures ayant profité du transport quelques heures avant, qu'elles puissent profiter de la nature avant leur entrée en scène.

Petite ruelle silencieuse et discrète, rien de mieux pour pouvoir sortir à la lumière au moment souhaité. Quelques personnes arpentent Pré-au-Lard.

Pas silencieux et baguette dans la manche, nous avançâmes aux yeux de tous. Quelques regards furtifs et visages qui laissèrent place à la terreur.

Chères sorcières et sorciers. Ne fuyez pas. En cette époque trouble, nous sommes venus à votre rencontre pour que les mots puissent vous délivrer de la ruse fourbe et vicieux du Gouvernement. Ne fuyez pas. Nous ne sommes pas ici pour détruire quoique ce soit. Nous sommes là pour nous faire entendre. Un but pacifique que le Ministère et ses sbires tenteront de salir et de manipuler pour induire en erreur... Encore. Approchez, approchez. Écoutez ce que nous avons à dire.


HRPG : RP libre, merci de laisser le temps InRp aux gens de pouvoir participer et surtout le post de Mangemort 87. Les autorités, merci d'attendre pour intervenir, tant que vous n'êtes pas averties InRP du moins.






Dernière édition par Mangemort 67 le Mer 1 Juil - 12:09, édité 1 fois
Mangemort 87
Mangemort 87
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Douce allocution [Terminé] Empty
Re: Douce allocution [Terminé]
Mangemort 87, le  Sam 11 Avr - 19:44

Il y a bien longtemps que tu n’es pas partie en mission avec 67. Aujourd’hui, le Seigneur des Ténèbres te demande de l’accompagner pour un projet des plus prometteurs : il veut engager une discussion politique avec les citoyens du monde magique. Pour débuter à l’échelle locale, il prévoit en particulier une opération à Pré-au-Lard.

Vous vous préparez en conséquence. Vous n’êtes pas naïfs : que vous veniez pour parler ou vous battre, on se méfiera toujours de vous. Il est plus prudent d’avoir une baguette de secours, ou deux, ainsi que quelques fioles aux pouvoirs prodigieux… Tu attaches aussi à ton cou une précieuse amulette. Pour ce qui est des apparences, tu es le reflet de ton coeur et de l’oubli éternel qui y sommeille. L’oubli est venu d’un autre temps, porteur de quelque chose de presque mystique. Il semble reposant, simple et évident comme la mort — une force silencieuse et tranquille. Je veux être une entité à peine humaine, l’incarnation d’une idée. Et encore, incarnation…

Aujourd’hui, la tête pensante de l’Ordre Noir en est aussi la chair. Toi en revanche, ta dimension charnelle ne s’esquisse que par pointillés. De quelques illusions tu masques ton visage, adoucissant les contours, ajoutant des taches de rousseur, retirant tout ce qui peut rendre tes yeux reconnaissables, etc. Le reste est assuré par une stratégie des plus basiques, mais si évidente que personne ne l'a identifiée. Le Maléfice de l'objet disparu est la clef de ta liberté.

Tu écoutes ton maître, envoûtée comme lors de chacune de ses allocutions. Norae Graeme fut votre idole un jour : ton cousin le sera pour toujours. Dès que son identité sera révélée, il pourra compter sur toi pour lui écrire la plus chevaleresque des biographies. Discrète, tu restes à ses côtés. Tu fais l’abstraction de tes pulsions et ne gardes qu’une odeur de cèdre, une présence entêtante. Le discours a beau être terriblement familier, porté par la voix du géant c’est une véritable musique pour qui l’écoute. Lorsque 67 marque un temps d’arrêt, tu prends sa suite. De ton oubli jaillit une idée qui parle. Tu te fais la voix de leur conscience, qui s’immisce là où nul ne la soupçonnerait.

— Notre liberté est bafouée. Le Ministère ne cesse de resserrer les vis. Prenons l’exemple des dons magiques ! Vous qui côtoyez Poudlard, vous savez sans doute que le Directeur de Serpentard a été envoyé en prison. Tu n’es pas sirupeuse comme Lizzie peut l’être lors de quelques répliques sarcastiques, non. Tu es à la fois proche et distante des passants. Froide et flottante dans tes habits noirs, mais presque intime à la façon tu circules entre eux, comme si tes mots rauques étaient adressés à l’un plus qu’à l’autre. Le cèdre se répand à chacun de tes pas. Vous en a-t-on révélé le motif ? S'il a fini à Azkaban, c'est pour avoir utilisé un don de Métamorphomagie sans être consigné dans l’un des précieux registres du gouvernement. A nos yeux, l’usage que M. Askin en faisait n’avait rien de criminel. Cela se faisait d'ailleurs depuis des années et n'a jamais causé de problèmes. Une condamnation aussi stricte prouve le recul de nos droits sous le Ministère actuel.

A ton tour, tu veux leur offrir quelque chose qui les oblige à réfléchir, à remettre en question leur rapport au monde, mais sans jamais les priver de leur libre-arbitre. Il faut qu’ils se convainquent que ce soit la voie à suivre, sans y être poussés trop ostensiblement. Tu ne veux pas les manipuler, seulement les laisser se persuader eux-mêmes… Est-ce la même chose ? Qui sait. De l'ennemi, de la peur, tu glisses vers le projet collectif.

— Camarades, on nous dépeint comme des terroristes aux idées archaïques. Nous osons seulement rêver à un monde plus libre, un monde où nous pourrions utiliser notre magie sans avoir à nous en cacher.
Instant en suspens ; tu cherches un regard plus captif que les autres, plus réceptif, pour le précipiter dans les bras de ton Seigneur. Est-ce une idée insensée ? Nous sommes conscients des difficultés liées à la chute du Secret magique. Pour éviter une guerre civile, le chemin ne sera pas sans embuches. C’est précisément pourquoi nous voulons échanger avec vous. Quelque soit votre opinion, nous désirons vous écouter et vous comprendre. Nous ne voulons pas nous battre. Seulement écrire ce rêve ensemble. Tu recules à présent, te rapprochant de 67. Un regard glisse en arrière, en quête renouvelée d'approbation.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Douce allocution [Terminé] Empty
Re: Douce allocution [Terminé]
Matt Deliers, le  Dim 12 Avr - 12:08

with shadows and others ?
- Saison XXXI, Hiver
Pause dans le service incessant des clients déferlants aux 3B. Sortir pour faire un tour dans le village. Se changer les idées. L'Esprit vagabond projeté quelques mètres devant lui comme s'il lui indiquait la route à suivre. Alors instinctivement les pas nonchalants du Deliers l'amenèrent au détour d'une petite ruelle qu'il ne reconnaissait que trop bien [*]. D'abord fracassé, battu, laissé pour mort. Mais finalement retrouvé, soigné, ravivé. Infirmière prodigieuse. De celles capables de remettre à flots les plus sombres épaves.

Il repassait souvent dans cette rue. Comme si elle était désormais dotée d'une toute nouvelle symbolique depuis ce jour-là. L'oreille aux aguets, un discours se fit entendre dans la contre-allée adjacente. Les mollets finement musclés tournèrent au coin. Matt s'avança curieux en découvrant la présence de deux Mangemorts ici, à Pré-au-Lard. Deux Ombres. Encapuchonnées. Masquées. Flottantes. Impartiales. Impressionnantes. Terrifiantes. Maîtres de tout mouvement. Le souvenir immédiat d'un matricule bien précis refit surface. Quatre-vingt quatre. Plus jamais entendu parler ensuite.

Un leader. Son acolyte. Les deux prônaient un discours enflammé sur l'abolition du Secret Magique. La vision étriquée du Gouvernement. Le bafouement des libertés individuelles par le Ministère. Le petit Lion dévisagea avec insolence les deux Témoins prêchant la bonne parole. Méfiance oblige ; ceux-là étaient de ceux qui n'en laissaient jamais derrière eux.
Cependant les deux Masqués venaient ici en négociateurs et non en bourreaux. Cela ternirait leur image de toute évidence qu'ils semblaient vouloir redorer. Exprimer néanmoins le fond de sa pensée avec soin, tact et parcimonie.

« Le Gouvernement se fout éperdument des libertés individuelles de tout un chacun. Ce n'est pas nouveau.
Cependant vous conviendrez du fait qu'un Ministère Magique est indispensable pour assurer une certaine stabilité obligatoire aux deux Mondes. Sinon on sombrerait dans l'Anarchie et la Folie. »
Accent volontairement mis sur ces deux mots.
« Remplacer ce Gouvernement délétère et immoral par un Autre - quel qu'il soit - reviendrait à décaler le problème au final.

Abolir le Secret Magique. Votre propagande vise à répéter et inculquer ce même message en boucle. Mais à quel prix ? L'Histoire, celle déjà écrite il y a des Siècles, illustre parfaitement l'incompatibilité de cohabitation entre Sorciers et Moldus si ces derniers venaient à connaître notre existence. Abolir le Secret Magique. Cela reviendrait de nouveau à s'exposer à une situation que peu d'entre nous ont envie de vivre. »


Mouvement de menton, Matt désigna quelques badauds qui le regardaient avec des yeux ronds. Ecrire ce rêve ensemble où seules les Ombres tiendraient la plume ; réarrangeant l'Histoire à leur guise. Aussi hypocrites que les gouvernements qu'ils osaient défier. Ces derniers, et de tout Temps (en place actuelle ou passés) avaient fait de même.
Au final le peuple se nourrissait uniquement de rêves et d'espoirs qu'il ne toucherait jamais. Sur fond de lutte politique entre partisans de l'Ombre et agents du Ministères docilement dressés. Tous pathétiques.
Elias Baxter
Elias Baxter
Référent·e ModérationSerpentard
Référent·e Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah
Manumagie (niveau 2)


Douce allocution [Terminé] Empty
Re: Douce allocution [Terminé]
Elias Baxter, le  Dim 12 Avr - 13:04

Elias pressa le pas. Son service n'allait pas tarder à commencer. Il avait profité de son après-midi pour se balader aux alentours du village, mais ses jambes l'avaient porté trop loin cette fois encore. Il était remonté jusque l'endroit où il avait rencontré sa Mokeuse, des années plus tôt. Un souvenir lui était revenu. Et un morceau de lui par la même occasion. Peut-être pas le meilleur. Arrivé à l'entrée de Pré-Au-Lard, le sorcier glissa un regard vide sur les habitations à présent familières. Il poursuivit son itinéraire d'un pas légèrement plus lent, le pub n'étant plus qu'à quelques mètres. C'est alors qu'une réalité le frappa. Ils étaient où les gens ? Le village n'était certes pas digne d'une capitale, mais de là à être si vide ! Elias s'arrêta pour chercher du regard un passant, n'importe qui. Mais il ne trouva personne, et une sourde inquiétude l'enveloppa. On aurait un dit un de ces rêves étranges, presque cauchemardesques, où on est seul au milieu d'une ville fantôme, et où une menace latente n'attend que de vous frapper de plein fouet.

Délaissant le chemin menant au pub, il se mit à arpenter le dédale de rues adjacent, pressé de tomber sur une réponse à ses questions silencieuses. Il ne s'attendait certainement pas à la réponse qui l'accueillait au terme de son exploration. La plupart des sorciers et sorcières du village étaient rassemblés autour de deux silhouettes intégralement vêtues de noir, le visage masqué. Qu... Chhhht on le fait taire. C'est un sorcier d'environ son âge, qu'à les yeux un peu paniqués. Elias fronce les sourcils et réalise que l'un des Mangemorts est en train de parler. Non. De discourir. [...]amarades, on nous dépeint comme des terroristes aux idées archaïques. Nous osons seulement rêver à un monde plus libre, un monde où nous pourrions utiliser notre magie sans avoir à nous en cacher.

Y a un murmure dans la foule. Elias sait pas s'il s'agit d'approbation. Lui-même est pas certain de savoir quoi en penser. En plus il a raté le début de la manoeuvre, alors peut-être que y avait de bons arguments qui se cachaient encore derrière tout ça. Nous ne voulons pas nous battre. Seulement écrire ce rêve ensemble, achève l'ombre. Y a pas à dire, il a du répéter plusieurs fois devant un miroir pour en arriver là. Y a de beaux mots, un charisme impeccable - le costume aidant sans doute -, Elias il a presque envie d'applaudir la prestation. Ça lui rappelle un peu les grands moldus de l'histoire là, genre Mandela ou Luther King. Un truc du genre I Have A Dreaaaam ! qui fout des frissons. Mais évidemment il applaudit pas. Nan il reste silencieux, et il attend. Il sait pas vraiment quoi. Une suite ? Un mouvement de foule ?

Et pis d'un coup y a une réaction dans le public. Il reconnait le jeune stagiaire, Deliers. Celui là même qu'a tout le temps l'air blasé, mais qu'il aime bien parce qu'il fait quand même bien son travail. Il parle bien le gosse. Et l'Elias il peut pas s'empêcher d'être d'accord avec ce qu'il dit. C'est bien pensé. C'est logique. Il se prend à approcher du garçon pour lui faire une tape sur l'épaule bien dit mon gars et de lui adresser l'esquisse d'un sourire avant de se tourner vers les masqués. Pis moi je dirais que si vous voulez absolument abolir les secrets, faudrait peut-être commencer par révéler votre identité non ? Vous dites que vous voulez utiliser la magie sans vous cacher des moldus mais vous vous cachez déjà de nous ! Il a déjà une petite idée de la réponse qu'il va se recevoir, mais il s'en fiche un peu. Il en pense pas moins.
Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Douce allocution [Terminé] Empty
Re: Douce allocution [Terminé]
Mangemort 67, le  Lun 13 Avr - 11:08

Nous avions quelques langues bien pendues qui osaient parler. Pas de terreur, pas de panique. Un échange. Plein de reproches et de phrases mille fois entendues encore et encore. La forme les intéresse plus que le fond. Est-ce étonnant ? Non. La société les a éduqué de la sorte, à ne s'intéresser qu'aux apparences. Telle personne semble convenir aux conventions sociales normées, or celle-ci non, pourtant le fond est radicalement différent. Mais cela, ils ne veulent pas le voir ou dirai-je ne peuvent pas. Pas encore du moins.

J'écoute attentivement les commentaires et les remarques. Je lève les yeux au ciel et soupire. Si les gens l'entendent je n'en ai que faire.

- Qu'est-ce que cela vous changerait de connaître notre visage ? Et qui me dit que ce n'est pas vous qui portez un masque actuellement alors que nous sommes les plus authentiques en ce moment-même. Répondis-je au deuxième intervenant. Quant au premier, je tournai ma tête en sa direction. "Cacher notre Magie vous parait acceptable ? Vous n'êtes pas digne d'elle. On vous inculque depuis tout jeune que la Magie doit rester cacher, pour nous protéger des moldus. Mais n'est-il peut-être pas temps d'ôter nos chaînes et de vivre nos vies comme nous le souhaitons ? Des enfants de moldus suivent l'enseignement de Poudlard, le Gouvernement des non-mages connaît trop existence. Nous devons nous unir pour dévoiler notre Monde. Qui reste bien plus fort que celui des moldus.

Je me retenais d'être plus véhément. Sortir ma baguette et leur faire la démonstration de ma puissance me démangeait mais le but de la mission était tout autre. Pas de violence aujourd'hui.

- Personne du Ministère de la Magie n'a réussi à m'être la main sur l'un des nôtres depuis des années. Et c'est à eux que vous confiez votre sécurité ? À tout moment nous pouvons intervenir, qu'importe l'heure, l'endroit. Nous sommes partout. Et pourtant... Avez-vous entendu parler d'une quelconque attaque ? Notre marque s'est-elle élevée dans le ciel ? Rien de tout cela, car notre Ordre se bat pour les valeurs du Monde magique et ses citoyens ! Seuls les opposants à la fin du Secret sont nos ennemis Que comptons-nous vous offrir une fois ce dernier tombé ? Une société ouverte où chacun pourra vivre, la Magie sera présente et chacun aura sa place. Les êtres de l'eau pourront nager dans la Tamise, vous pourrez vous promener dans Londres sans à voir à cacher votre réelle personnalité.

Le mot dominer me vient mais je sais que cela fera tiquer ces beaux parleurs... Car la parole est facile, les actes beaucoup moins.

- Vous dites que l'Histoire a prouvé que nous devions rester cacher. Et si nous changions tout cela ? Ensemble, nous pouvons éviter les erreurs du Passé.

Pour l'instant, pas de baguettes tirées, pas d'autorité. Cela permettrait d'échanger encore et encore mais pour combien de temps ?


Elias Baxter
Elias Baxter
Référent·e ModérationSerpentard
Référent·e Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah
Manumagie (niveau 2)


Douce allocution [Terminé] Empty
Re: Douce allocution [Terminé]
Elias Baxter, le  Lun 13 Avr - 16:17

L'agacement. Évidemment. Masqués et condescendants, fallait un peu s'y attendre. Les propos les plus virulents viennent toujours de ceux qui n'ont pas le visage à découvert, ainsi ils évitent les retours de bâtons. Non seulement ils voyaient pas l'intérêt de connaître l'identité des ombres qu'ils représentaient, mais en plus ils en venaient à insulter la communauté entière, à leur dire qu'ils ne méritaient pas leur magie. A moins que cette ombre là ne s'adresse qu'à lui, pour avoir osé dire ce qu'il pensait. Qu'importe. Il savait bien ce qu'il en était. Il l'avait perdu sa magie. Perdu et retrouvé. Car elle faisait partie de lui, et ça rien ni personne ne pourrait lui enlever. Qu'il désire la cacher au monde moldu ou non d'ailleurs.

Une moue agacée sur le visage, Elias écouta le discours qui s'ensuivit, discours qui démontrait simplement que les Mangemorts étaient au même titre que le ministère campés sur d'archaïques positions dont ils ne démordraient pas. Il est bien beau votre pamphlet sur la liberté. Vraiment magnifique il se permet un léger applaudissement sarcastique avant de s'avancer d'un pas mais cette liberté s'arrête donc là où commence la votre non ? Vous l'avez dis vous-même, ceux qui sont contre la chute du Secret sont vos ennemis, ennemis qui sont voués à tomber. Cette politique du soyez de mon côté ou mourrez vous savez qui d'autre l'a eu ? Oui, vous savez qui je pense. Je ne suis pas contre personnellement, car ce monde dans lequel tous auraient leur place que vous dépeignez avec tant de passion est utopique, et n'importe qui ayant un brin de jugeote voudrait y vivre... mais les méthodes que vous employez pour y arriver... Vous ne valez pas beaucoup mieux que le gouvernement qui nous dirige vous savez. A ceci près que le Ministère enferme à Azkaban ses ennemis, et que les Mangemorts les mettent six pieds sous terre. L'un dans l'autre, ça revenait sensiblement au même.
Riley Callaghan
Riley Callaghan
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Douce allocution [Terminé] Empty
Re: Douce allocution [Terminé]
Riley Callaghan, le  Lun 13 Avr - 18:14

« Douce allocution »



Saison 31
Hiver


Impair. Je reste.
Pair. Je pars.

Une pièce s’envole dans ma conscience, tournoie et tournoie encore en formant des éclats métalliques avant de percuter le sol invisible de ma boîte crânienne, d’y rebondir une fois, et de s’arrêter enfin. C’est sur la tranche, qu’elle tombe, en parfait équilibre. Une métaphore visuelle de ma position sur la scène qui se déroulait sous mes yeux.

À peine quelques mètres plus loin, deux individus, en noir de pied en cape, discourent sur une cause qui ne m’est pas étrangère. La toute puissance sorcière, l’abolition du Secret Magique... Un vaste projet, qui a sans doute le mérite d’être envisagé. Mais, au-delà... Quelle était la prochaine étape ? On instaure l’autorité sur les moldus ? Puis après sur les sorciers, entre eux-mêmes ? Qui des Sang-Purs, Sang-Mêlés, Nés-Moldus sera le nouveau « moldu » ? La soif de pouvoir de ces gens n’a pas de limite, elle ne s’arrêtera pas au Secret Magique.

Les manuels d’Histoire de la Magie m’avait appris une chose, de même qu’Eileen via ses recherches sur les marqueurs sorciers... Il y aurait toujours quelqu’un pour remettre en cause les principes établis. C’est le serpent qui se mord la queue. Un éternel combat, qui n’aura de fin que lorsqu’une race entière prendra fin...

De gauche à droite, je hochai lentement le menton. Leurs idées avaient beau être intéressantes, je savais que sous le masque, rien n’était sain. Ça je l’avais appris d’une autre personne, l’un des leurs en plus. Et même si je trouvais un certain réconfort dans nos rencontres, je ne souhaitais à personne d’autre de faire les frais des caprices malsains des Mangemorts. Ils étaient pervertis, rongés par leur propre perte de s’éteindre.

Pourquoi ne pouvait-il pas avancer à visage découvert ? Comme n’importe quel politique ? Pourquoi prendre pour emblème la peur s’ils pensent leur cause juste ? Non, vraiment, ça n’a aucun sens. Je ne veux pas être affiliée à ce genre d’individus, ou nourrir l’angoisse qu’ils semaient autour d’eux, surtout qu’ils semblaient déjà contestés. Si cette histoire finissait en eau de boudin, comme c’était souvent le cas - et malgré les assurances du Mangemort -, mieux valait ne plus traîner dans les parages.

J’hésite encore un peu devant la scène cependant, observant certains passants s’arrêter pour boire leur parole et d’autres les réfuter justement. Puis finalement, je resserre ma veste sur mon cou, convaincue - peut-être égoïstement - que ma place était ailleurs. Je me fais alors la plus discrète possible, et traverse la rue pour prendre la direction du château. Voilà qui me donnait matière à écrire à Eileen, qui je le savais, n’appréciait pas plus que moi les idéaux des Mangemorts. L’occasion aussi de la mettre en garde sur ses recherches et de ma peur qu’elles tombent entre des mains mal intentionnées.

Départ de Riley
Hastur Denn
Hastur Denn
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Douce allocution [Terminé] Empty
Re: Douce allocution [Terminé]
Hastur Denn, le  Mar 14 Avr - 3:30



Hastur arpentait, les mains dans les poches de son manteau, les rues de Pré-au-lard. Habitude prise depuis le début de l’hiver, le jeune garçon venait régulièrement s’y promener. Cela changeait un peu du décor de Poudlard, architecture gigantesque et magnifique, mais qui pouvait parfois se révéler étouffante à force d’y rester, surtout lorsqu’on était élève. Le petit village aux abords de l’école dégageait une certaine atmosphère qu'Hastur appréciait énormément. Il avait rarement pu sortir, plus jeune, de la cité de verre et de béton qu’était Londres, ainsi depuis son arrivée à l’école de sorcellerie, il sortait profiter de l’air campagnard lors de ses temps libre. Cette journée-là, il n’avait pas vraiment pour objectif de se rendre dans un établissement. Il lui était arrivé de fréquenter les Trois-Balais, et certains magasins, mais aujourd’hui l’humeur était à la promenade. Au bout de quelques minutes de marche, le jeune sorcier se rendit bien vite compte que l’endroit semblait plus désert qu’à son habitude. Et pourtant l’hiver ne justifiait pas une telle absence. Il y avait toujours quelques élèves comme lui qui vadrouillaient dans les rues, sans compter les habitants.

Sans réellement être inquiet, il fut tout de même intrigué et c'est ainsi qu'il commença à rôder dans les rues - de façon peut-être un peu suspecte - recherchant réponse à ses interrogations. Assez rapidement, sans vraiment faire plus de quelques dizaines de mètres, il tomba sur un rassemblement, qui écoutait attentivement un duo, masque au visage et drapé de noir, dont il n’eut pas vraiment de difficulté à déterminer l’allégeance; bien qu’étant né-moldu, il avait bien assez lu de livres et entendu des personnes en parler pour reconnaître des mangemorts. Ou peut-être des gens qui se faisaient passer pour tels. Mais peu importe la réponse, le jeune homme sentit son échine se glacer et les poils de son dos se dresser à leur vu, alors que même son cerveau enregistrait l’information. On les dépeignait comme de grands terroristes, mais pour l’instant, ils ne semblaient pas lancés dans un massacre de masse. Au contraire, ils semblaient plutôt être partis dans un discours sur le ministère et sa politique. Il eut du mal à garder un air calme devant ces gens, tandis qu’il avançait pour rejoindre la foule, alors que son cerveau lui disait de faire tout autrement. Mais sa curiosité avait remporté sur le reste. Et puis bon, ils étaient plusieurs, et ils n’étaient que deux. Ils n’étaient pas aussi puissant qu'on le disait ... non ?

En plein combat intérieur pour garder une expression maîtrisée et s’empêcher de fuir à toutes jambes, le jeune homme persista du mieux qu'il put pour conserver sa concentration sur la discussion qui avait lieu. Il semblait même surpris de voir des gens intervenir, sans peur apparente. En voyant le courage de certains, Hastur reprit tant bien que mal le calme qui lui était légendaire, en temps normal. Même dans ce genre de situation, il ne pouvait pas se permettre de déraper, surtout s'il comptait travailler au ministère de la justice, plus tard. Il déglutit et croisa les bras, écoutant avec une attention redoublée ce qui se disait. Ce n'était pas tous les jours qu'on avait l'occasion d'assister au discours de terroristes renommés.

- Que comptons-nous vous offrir une fois ce dernier tombé ? Une société ouverte où chacun pourra vivre, la Magie sera présente et chacun aura sa place. Les êtres de l'eau pourront nager dans la Tamise, vous pourrez vous promener dans Londres sans à voir à cacher votre réelle personnalité.

Le serpentard sentit la frustration monté en lui, couplé à une certaine colère, mais encore minime pour l'instant. Qui étaient-ils pour décider à la place des moldus ? Lui-même né-moldu, il ne croyait pas qu'il aurait été heureux de voir son quotidien complètement bousculer par des sorciers sortant de nulle part et réclamant de pouvoir lancer des sorts à tout va dans les rues. Il connaissait bien le mode de pensée des moldus. Ça mènerait inévitablement à des conflits. À beaucoup de morts. La peur peut se révéler dangereuse, surtout face à des choses que l'on a du mal à comprendre. L'humain était très fort pour ça. Quoi qu'il en soit, Hastur était convaincu que les deux mondes étaient incompatibles. Il avait du mal à voir comment il pourrait en être autrement.

- Cacher notre Magie vous parait acceptable ? Vous n'êtes pas digne d'elle. On vous inculque depuis tout jeune que la Magie doit rester cacher, pour nous protéger des moldus. Mais n'est-il peut-être pas temps d'ôter nos chaînes et de vivre nos vies comme nous le souhaitons ? Des enfants de moldus suivent l'enseignement de Poudlard, le Gouvernement des non-mages connaît trop existence. Nous devons nous unir pour dévoiler notre Monde. Qui reste bien plus fort que celui des moldus.

Pas digne d'elle ?! Chacune des personnes présentes était né avec le don. Personne ne l'avait volé. Et aucune petite notice ne venait avec la magie lorsqu'on la recevait. Tout le monde était libre de l'aborder comme il le voulait. Hastur avait énormément de mal à comprendre en quoi vivre ''caché'' avait quelque chose d'insupportable. Les sorciers étaient libres de pratiquer la magie comme il l'entendait tant qu'ils ne révélaient pas leur vraie nature aux sans-magie. En quoi cela pouvait-il s'apparenter à des chaînes ? Ce n'était qu'une question de discrétion. Il y avait des restrictions certes, mais rien d'invivables. Le jeune homme avait de plus en plus l'impression que leur cause était motivé par une mégalomanie débordante et une orgueil à toute épreuve. Il préférait vivre avec des chaines - bien que fictives de son point de vu - plutôt que de choisir une liberté qui risquait de foutre le monde dans un bordel pas possible. Pourquoi au final ? Pouvoir se pavaner dans les rues, sa jolie baguette en main, en se clamant sorcier ? Il passait personnellement son tour. Peut-être avaient-ils raison. Il imaginait qu'ils étaient assez vieux pour déclamer ce genre d'idée. Peut-être que du haut de leur expérience, ils avaient un point de vu sur le monde qu'il n'avait pas. D'ici son arrivée dans le monde des adultes, il aurait certainement eu le temps de prendre une décision. De se choisir un bord politique. Et dieu sait qu'il y en avait dans le monde magique. Plusieurs qui déclamaient plusieurs idées différentes. Les mangemorts en étaient la preuve. Au final, les deux mondes humains qui se côtoyaient n'était pas si différent sur certains points.

- Vous dites que l'Histoire a prouvé que nous devions rester cacher. Et si nous changions tout cela ? Ensemble, nous pouvons éviter les erreurs du Passé.

Il lâcha un soupire discret. Au fond, il pouvait ''comprendre'' pourquoi ces gens réclamaient ce genre de chose. Cela pouvait se révéler frustrant de devoir cacher sa vraie nature; mais ça ne justifiait pas tout. Il y aurait certainement de meilleures manières de militer pour ces idées. Meilleur que les leurs. Il avait entendu des choses horribles sur ce groupuscule qu'on appelait les mangemorts. Il ne serait pas triste pour eux si les Aurors les mettaient à Azkaban, avec les racailles et terroristes du monde magique. Il décida d'arrêter de penser à tout cela et d'attendre la suite. La peur, au fond de lui, que la situation dérape était toujours là. Il se tenait prêt à ... à quoi ? À fuir, bien sûr. Il n'allait pas se la jouer héros de film d'action face à des magiciens expérimentés. Il laissait ça aux adultes. Avec les sorts qu'il avait appris en cours, il doutait pouvoir faire plus que les faire rire jusqu'aux larmes. À condition qu'il touche.


Dernière édition par Hastur Denn le Sam 18 Avr - 2:28, édité 2 fois
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Douce allocution [Terminé] Empty
Re: Douce allocution [Terminé]
Azaël Peverell, le  Mer 15 Avr - 14:04

Ton tour de garde s'était bien passé. Du moins jusqu'ici. Enfin, t'as un peu fait en sorte de trimballer ton collègue dans les rues de Pré-au-Lard en faisant bien attention à l'emmener loin du lieu de rencontre de tes amis masqués. Juste pour qu'ils aient le temps de parler un peu, d'exposer les choses. Toi, tu ne dois intervenir que plus tard, et plus tard, c'est maintenant. Alors, l'air de rien, vous continuez votre petite ronde, jusqu'à tomber par hasard sur l'attroupement créé. T'espères que t'es pas arrivé trop tôt, t'as carrément la pression. Dès que le visuel se fait sur les silhouettes sombres, tu sors ta baguette, avec un regard pour ton collègue.

- Faut que tu t'occupes des civils, essaie de les éloigner, et surtout, protège-les.

Tu vois bien qu'il a envie de dire quelque chose, probablement pour appeler le reste des Aurors à la rescousse, mais c'est toi le chef des Aurors. C'est à toi de gérer cette situation comme tu l'entends. Et t'es dans l'action, tu l'as toujours été. C'est comme ça que t'es arrivé jusque là. Tu fends la foule, badge bien en évidence à la poitrine, pour pointer ta baguette sur les deux protagonistes.

- Bureau des Aurors, vous êtes en état d'arrestation !

Ta voix est calme, et ta baguette pointée sur eux. Pendant ce temps, ton collègue éloigne les curieux, même si certains semblent vouloir profiter du spectacle, d'autres sentent qu'il ne fait pas bon de rester ici. La politique du Ministère est simple : on ne discute pas avec le terroristes. C'est ce qu'on t'a toujours dit depuis que tu as rejoint le bureau des Aurors. Et t'as bien l'intention de le prouver aujourd'hui. Ton premier sort fuse, un #Fulgari Multiplicare, mais tu ne prends pas la peine de vérifier s'il a fonctionné, tu enchaînes directement avec un #Ango Nubes que t'envoies droit sur eux. Pas le temps de niaiser, tu dois montrer que t'es pas là pour rigoler. Et t'as confiance en eux pour s'en sortir quoi que tu fasses. Ils sont deux, et toi seul, ton collègue est bien trop occupé avec les civils pour te prêter main forte, et ce sur ton ordre. Tu peux te lâcher, y aller à fond. Tu dois même. Pour garder ton poste si utile à la Cause. Pour donner raison à tes camarades masqués.
Mangemort 87
Mangemort 87
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Douce allocution [Terminé] Empty
Re: Douce allocution [Terminé]
Mangemort 87, le  Ven 17 Avr - 12:58

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Décès, Violence (psychologique), Violence (physique)




Humble pour changer, tu écoutes les critiques émises. Tu remarques vite que si le Gouvernement est décrié, vos voies ne sont pas plus appréciées. Vous, un Ordre délétère et immoral ? Heureusement que vous aviez promis un dialogue, sinon tu leur aurais déjà sauté à la gorge. Le premier à parler est doué de sa langue : tu l’avais repéré, par le passé, à un riff-off où ses vers volaient vite et droit. Son argumentaire te paraît moins pertinent : l’Histoire n’a pas voulu donner sa chance à l’union des communautés depuis longtemps. Est-il naïf d’espérer que cette fois soit différente ? L’être humain n’a-t-il pas le droit de s’améliorer ? Pourquoi ne veut-il pas faire le grand saut avec vous ?

La question de votre identité est également soulevée. En voilà, une grande idée. Bien sûr que vous aimeriez pouvoir faire les mêmes actions sans user de sortilèges, masques et potions pour dissimuler vos vrais visages. Mais dans une société où l’appartenance aux Mangemorts vous offre un aller sans retour pour Azkaban, il faut comprendre que ce ne soit pas une option envisageable à moins de modifier les lois relatives à la liberté d’expression. Tu ne veux pourtant pas prendre l’ascendant sur ton Maître ; tu te rétractes à sa droite, prête à l’assister en cas d’assaut de mots ou de sorts.

Evidemment, 67 n’a besoin de l’aide de personne. Il répond d’un ton mesuré et efficace, obtenant ton acquiescement jusqu’au « Nous devons nous unir pour dévoiler notre Monde. Qui reste bien plus fort que celui des moldus. » Ton visage se fige un instant, et tu retiens un rictus. Vos voix doivent rester unies face à l’adversité : ce n’est pas le moment de manifester ton désaccord sur la question. Son discours s’attire malheureusement la colère sarcastique de Baxter. Tu prends note, en revanche, du fait que votre rêve lui plait. C’est des moyens qu’il veut débattre, et rien n’empêche d’en discuter.

— Je comprends l’appréhension que vous cachez dans votre sarcasme. Monsieur Baxter, que croyez-vous savoir de nos méthodes ? N’avez-vous pas remarqué qu’elles diffèrent de celles de nos prédécesseurs ? Avant aujourd’hui, aviez-vous déjà interagi avec un Mangemort ?

Après cette intervention, tu t’en retournes à ton silence, prenant autant de notes mentales que ta mémoire le permet. Tu repères aussi une silhouette hésitante, qui s’approche, tentée de vous rejoindre, avant de disparaître. Tout est une question d’image. Vous les effrayez. Tu n’es pas idiote. Si tu révélais ton identité, tu serais embarquée et torturée dans l'espoir que tu livres des informations sur l’Ordre Noir. Tu l’as déjà été à plusieurs reprises, généralement par des Phénix, parfois par des civils, sans que tes assaillants aient appris plus que ton nom. Le souvenir n’en est pas fameux, mais tu t’en es remise.

Si cette fois c’était le Gouvernement qui avait accès à cette information… La torture durerait bien plus longtemps, et moins que la mort, c’était l’incarcération qui te terrifiait. Le trauma laissé par Azkaban n’était pas quelque chose à quoi tu pourrais survivre une nouvelle fois. Un frisson te secoue avant que le masque d’un sourire froid reprenne le contrôle de tes lèvres. A quoi penses-tu ? Si le Ministère t’attrape, tu te suicides à la première occasion. C’est bien à cela que servent les poisons sommeillant dans ton manteau, non ?

Silencieuse, tu toises un jeune élève de Poudlard qui vient de vous rejoindre. Il n’est pas plus bavard que toi. A quoi pense-t-il ? Ah, dans le passé, les Mangemorts recrutaient bien chez les jeunes, mais cela se faisait par un tel lavage de cerveau… Toi, tu aspires à les laisser se convaincre eux-mêmes, se rendre compte sans contrainte aucune du bienfondé de votre mission. Tu claques la langue contre ton palais en voyant apparaître un duo familier au coin de la rue. Quelle jolie paire… et le fait qu’elle soit dirigée par un Peverell n’en est que plus cocasse.

D’un signe du menton, tu en avertis 67, qui ne paraît pas transplaner. Vous laissez donc les Aurors accourir. Pré-au-Lard, tu viens d’être désigné comme nouveau terrain de jeu ! D’un Protego Multiplicare, tu éloignes le premier sortilège ayant fusé vers ton Seigneur. Reconnaissant ensuite les traits caractéristiques d’une fumée étrangleuse, tu lances un Apneocapit pour conserver l’accès à un air respirable. On ne peut sauver personne si on ne respire plus. A présent, examinons comment le Vénitien s'en sort...
Elias Baxter
Elias Baxter
Référent·e ModérationSerpentard
Référent·e Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah
Manumagie (niveau 2)


Douce allocution [Terminé] Empty
Re: Douce allocution [Terminé]
Elias Baxter, le  Ven 17 Avr - 14:32

Son nom ne leur est pas inconnu. Son nom bordel ! Comment ça se fait ? Il cherche dans sa mémoire, il cherche. Mais sa mémoire... sa mémoire lui fait défaut. Comme toujours. Peut-être les a t-il croisé. Sous leur masque, ou sans leur masque. Sûrement même, car s'ils connaissent son nom... il est évident qu'il y a des précédents. Du moins un précédent.

La question de l'Ombre attend une réponse, et malgré lui il secoue la tête. La marque des ténèbres flottant au-dessus de Poudlard lui revient en tête, cette même marque hantant plus tard New York. Des Inferis lâchés dans la capitale aussi quelques années plus tôt. Mais récemment... récemment rien. Ni dans ses souvenirs passablement embrumés, ni dans les multiples documents qu'il a pu lire dans les derniers mois. Peut-être ces Ombres peuvent avoir le bénéfice du doute, ne serait-ce que pour cette discussion entamée au coeur du village sans trace d'hostilité. Mais tout de même... Leur passif ne les met pas en valeur. Il perçoit un

Bureau des Aurors, vous êtes en état d'arrestation ! Elias tourne la tête, brusquement, pour apercevoir un sorcier brandissant sa baguette sur les Mangemorts, le regard déterminé et la posture sûre. Il est pas bien sûr comme ça, mais il croit reconnaitre Azaël. La foule est dispersée presque instantanément, éloignée par un autre auror de l'Obscurité. Une majorité file par les rues, cavalant pour rejoindre foyer, maison, douceur et sécurité. D'autres curieux, comme lui, restent observer. Elias se demande ce qui va arriver. La réponse à ses questions sera bientôt sous ses yeux. La réaction des Mangemorts en dira plus long que de beaux discours.

L'auror est vif. Elias est persuadé maintenant que c'est Azaël. Il enchaine deux sortilèges sans hésitation. Mais les Ombres aussi sont vives, et la première parvient à les protéger toutes deux du premier jet, puis elle-même du second. Elias inspire, se sent poussé par une main ferme - le second auror -, et il abdique. Il est un civil, que fera t-il de plus que ces deux sorciers entrainés ? Qui plus est il a un devoir qui n'attend que lui. Il file rejoindre le pub et à peine à l'intérieur demande à tous les clients de quitter les lieux immédiatement, par le réseau de cheminée ou en transplanant, veillant à ce que les choses soient accomplis dans le calme. Si le combat tourne mal, il n'y aura pas de dommage collatéral. Pas aux Trois-Balais du moins. Reste à savoir ce qu'il est advenu du jeune stagiaire. Le Deliers devait pas être très loin. Une fois la dernière âme disparue, il verrouille le pub, et baguette au poing, attend sur la terrasse un possible retour du garçon pour l'aider à rejoindre le château si besoin.


Dernière édition par Elias Baxter le Dim 19 Avr - 16:07, édité 1 fois
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Douce allocution [Terminé] Empty
Re: Douce allocution [Terminé]
Matt Deliers, le  Ven 17 Avr - 22:27

with shadows, Elias and others ?
- Saison XXXI, Hiver
D'une main amicale sur son épaule à une prise de position fermement divergente de celle des Ombres, le Deliers était admirativement impressionné par le boss. Il appréciait particulièrement Elias qui l'avait rejoint et tenait tête aux idées follement insensées des deux Témoins. « Suivez-nous sur le Chemin menant de l'Ombre à la Lumière. Sinon mourrez. » Là était la vision du débat selon ce clown masqué. Marionnettistes costumés. Deux cagoulés qui pourtant ne se cachaient pas pour tirer les ficelles d'atrocités.

Le Mangemort qu'il avait croisé un jour à Londres, en pleine nuit dans un square désert, avait marqué son Esprit. Très certainement. Mais là qu'avait-il en face de lui ? Deux pâles copies vantant un idéal défraîchi. L'évocation d'un Monde utopique d'abord bâti en réalité sur les tristes fondations d'une dystopie. Que le leader ne cachait nullement d'ailleurs. Pour bâtir un Monde meilleur il allait falloir redistribuer les cartes.

* * * * * * * * * * * *


La donne changea. Deux Aurors se pointèrent pour terminer la séance. Présentation informelle, signe d'une entracte pour les clients de la rue. Mouvement de panique devant l'annonce d'un combat imminent. Emporté par la foule le Deliers suivit bêtement les gens sans trop chercher à remonter le courant. L'idée brillante d'aller au pub scintillait comme une évidence dans son Esprit soudainement illuminé. Se séparant de toute cette proximité non souhaitée les Trois-Balais apparurent fièrement devant lui. Inébranlable. A la cause d'aucun Idéal si ce n'est celui du client assoiffé cherchant confort et réconfort. Le plus légitime au final. Un large sourire se dessina sur le visage du petit Lion tandis qu'il avançait vers Elias. Le Deliers arriva à hauteur du boss. « Sacré spectacle hein ? » Flippantes, ces Ombres. Vraiment.
Hastur Denn
Hastur Denn
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Douce allocution [Terminé] Empty
Re: Douce allocution [Terminé]
Hastur Denn, le  Sam 18 Avr - 2:46



Ce qu'il avait craint était exactement arrivé. Tandis que tous attendaient les prochaines paroles des mangemorts, deux Aurors arrivèrent. L'un d'eux s’occupa de la foule, dont il faisait partie, et le deuxième brandit sa baguette en leur direction, comme un chevalier s’apprêtant à faire face à son destin, épée en main.  Le jeune sorcier voyait mal comment il pouvait y arriver seul, mais il ne put cependant s'empêcher de ressentir une certaine admiration pour celui-ci. Ses projets d'avenir se dessinèrent nettement à la vue de l'agent du Ministère. Mais il n'était guère temps d'y penser. Hastur écarta ces pensées - bien que très intéressantes - et ne résista pas à la poussée qu’exerçait l'un des Aurors pour les faire dégager. Cependant, il ne put s'empêcher de jeter des regards derrière lui, tandis qu'on les évacuait, essayant d'attraper quelques scènes du combat entre les silhouettes distordues et paniqués des gens qui fuyaient les lieux. Oh par Merlin, il n'avait jamais assisté à un tel combat. Il n'en voyait que des fragments, mais cela restait époustouflant. Ainsi c'est à cela que ressemblait un duel entre sorciers expérimentés.

Une fois que l'Auror ne l'eut plus en ligne de mire, occupé à gérer d'autres civiles, Hastur se mit à bonne distance du combat, environ une centaine de mètres, collé contre le mur d'un bâtiment comme s'il espérait s'y fondre, tel un caméléon. Hastur était, certes, de nature prudente, mais une telle occasion ne se voyait pas tous les jours. Et puis ce n'était pas comme s'il était en plein milieu du terrain de combat, entre plusieurs tirs croisés. Il y avait peu de chances que le combat s'éternise. Les mangemorts transplaneraient certainement, craignant de voir des renforts arriver. Enfin, il l’espérait. Il avait toujours un peu de mal à comprendre leur tentative du jour; pourquoi sortir au grand jour et commencer à déblatérer de tel propos ? N'étaient-ils pas au courant de l'avis que les gens avaient d'eux ? Il n'aurait certainement pas vu la foule les acclamer. Certes, beaucoup n'aimaient pas le Ministère, mais de là à adhérer à l'idéologie de terroriste, ça allait peut-être un peu trop loin. Mais bon, peut-être que la réponse se trouvait dans le diction ''vaut mieux qu'on parle de nous en mal, que pas du tout''. Ça expliquerait beaucoup de chose.
Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Douce allocution [Terminé] Empty
Re: Douce allocution [Terminé]
Mangemort 67, le  Ven 24 Avr - 11:58

Comme prévu.

Toujours si prévisible. Chacun se croit libre de discuter de mes méthodes, de mes décisions. Pourtant je n'ai pas d’Alzheimer précoce il me semble, je ne me souviens pas avoir demandé leur avis sur la question.

Utiliser la force est le seul moyen face à la violence psychologique et perverse utilisée par le Ministère et ses sbires. Pour que la population magique se construise comme puissante nation et non comme une vulgaire victime qui se cache, nous devons l'ébranler. Mais ce point semble échapper à beaucoup de monde.

Mais le temps de la répartie s'arrête. Les Aurors sont là. Et ne veulent pas discuter, eux. Les attaques fusent directement. Sans attendre, je vois mon acolyte masquée organiser la défense contre les sortilèges de mon autre acolyte... non masqué.

Je transplane, mais pas loin.

Crac, sur un toit proche qui surplombe les ruelles. Sonorus.

- Que disiez-vous ? Que les Mangemorts n'utilisaient pas la bonne manière mais regardez comment nous traitent les agents du Ministère. Ils nous attaquent alors que nous ne faisions que discuter, nous échangions dans le calme. Aucun scrupule pour d'éventuelles victimes collatérales ! Leur violence et manière d'agir dévoilent bien qu'ils veulent nous faire taire à tout prix ! Qu'importe que la population magique qu'ils doivent protéger soit atteinte par leurs interventions irréfléchies ! Nous agissons dans les Ombres pour être libres et nous vous invitons à nous rejoindre ! Nous ne nous en prenons pas aux êtres magiques contrairement à votre Gouvernement avide de pouvoir et de censure !

Derrière mon masque, un sourire démoniaque se dessine. Ma voix portait. En espérant que tous entendent.

- Monsieur l'Auror, est-ce une façon de traiter vos citoyens ? Tant d'agressivité. Voyons...

Me retenir d'attaquer. J'aimais les duels, me battre, me faire sentir vivant. Mais le message à faire passer était tout autre.

- Quoique cela semble logique, vous suivez les valeurs de vos supérieurs. Réduire au silence ceux qui dérangent. Comme si cela devait encore me surprendre...

Attaque-moi... Encore. Je veux que tu détruises plus que cela. Vas-y petit Auror, obéis-moi.


Lullaby Queen
Lullaby Queen
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Douce allocution [Terminé] Empty
Re: Douce allocution [Terminé]
Lullaby Queen, le  Dim 26 Avr - 18:10

Douce allocution
feat. plein de gens - Hiver - Saison 31


Je me blottis dans l'embrasure d'une porte cochère tandis que deux personnes masquées s'extirpent de la ruelle que je m'apprêtais à traverser. Retenant mon souffle, et priant pour qu'ils ne remarquent pas ma présence, je me plaque contre le battant et les regarde passer devant moi. Sans se retourner. Ouf. Je me détends à peine mais reste tétanisée lorsque je constate qu'ils s'immobilisent à quelques mètres. Le plus grand prend la parole, alors que tous les badauds accusent le coup. Je suis comme eux : je me demande si les Mangemorts sont venus pour tous nous tuer. Soudain, la peur dévore mes entrailles. Je n'ai pas envie de mourir aujourd'hui.

Mes craintes s'apaisent peu à peu, dans un état d'esprit ébahi, tandis que j'écoute le discours du mage noir. "Chères sorcières et sorciers. Ne fuyez pas. En cette époque trouble, nous sommes venus à votre rencontre pour que les mots puissent vous délivrer de la ruse fourbe et vicieux du Gouvernement. Ne fuyez pas. Nous ne sommes pas ici pour détruire quoique ce soit. Nous sommes là pour nous faire entendre. Un but pacifique que le Ministère et ses sbires tenteront de salir et de manipuler pour induire en erreur... Encore. Approchez, approchez. Écoutez ce que nous avons à dire." La surprise me fait ouvrir la bouche et écarquiller les yeux. Depuis quand les Mangemorts sont pacifiques ? Contrairement à un certain nombre de badauds, je ne m'approche pas. Bien cachée dans mon embrasure ombreuse, j'écoute la suite avec le plus grand intérêt. Je n'ai pas de préjugé. Je suis suffisamment instable moi-même, et ai été tant de fois mal jugée par le passé, qu'il serait incroyablement hypocrite de ma part de n'accorder aucun "bénéfice du doute" à ces sorciers masqués.

Lorsque le premier a terminé son entrée en matière, c'est sa collègue qui prend le relais. Une voix douce qui s'élève et enchaîne sur le même thème : "Notre liberté est bafouée. Le Ministère ne cesse de resserrer les vis. Prenons l’exemple des dons magiques ! Vous qui côtoyez Poudlard, vous savez sans doute que le Directeur de Serpentard a été envoyé en prison. Vous en a-t-on révélé le motif ? S'il a fini à Azkaban, c'est pour avoir utilisé un don de Métamorphomagie sans être consigné dans l’un des précieux registres du gouvernement. A nos yeux, l’usage que M. Askin en faisait n’avait rien de criminel. Cela se faisait d'ailleurs depuis des années et n'a jamais causé de problèmes. Une condamnation aussi stricte prouve le recul de nos droits sous le Ministère actuel." Tout en discourant, la Mangemort s'approche des badauds, cherchant à capter leur regard. Je suis heureuse de ne pas être dans sa ligne de mire. Ça m'évite de réfléchir pour moi-même, et de garder les oreilles bien ouvertes à ses paroles. Ses révélations me font l'effet d'une douche froide : incarcéré dans la pire prison du monde pour avoir utilisé son don inné ? Quelle injustice ! Je suis peut-être naïve, mais curieusement je ne suis pas surprise. Juste choquée. Parce que je sais que le gouvernement est despotique, et capable de tout. La seule différence avec leurs ennemis masqués, c'est qu'on connaît leur identité. La Mangemort poursuit : "Camarades, on nous dépeint comme des terroristes aux idées archaïques. Nous osons seulement rêver à un monde plus libre, un monde où nous pourrions utiliser notre magie sans avoir à nous en cacher. Est-ce une idée insensée ? Nous sommes conscients des difficultés liées à la chute du Secret magique. Pour éviter une guerre civile, le chemin ne sera pas sans embuches. C’est précisément pourquoi nous voulons échanger avec vous. Quelque soit votre opinion, nous désirons vous écouter et vous comprendre. Nous ne voulons pas nous battre. Seulement écrire ce rêve ensemble."

Se pourrait-il qu'elle soit sincère ? Que leur projet ne soit pas motivé par la haine et le désir de destruction ? Je n'en sais fichtrement rien. Je ne peux le deviner. Mais j'ai envie de les croire. C'est fou, je sais, mais je m'accroche à l'espoir. L'espoir d'un monde meilleur. Beaucoup me diraient que l'espoir n'est pas synonyme d'Ordre Noir, et ils auraient sans doute raison. Mais je ne peux m'empêcher de vouloir y croire. C'est alors que Matt, un type de ma classe prend la parole et invective les Mangemorts avec beaucoup de courage (ou de témérité...). Je suis d'accord avec une partie de son discours, exceptée la fin : "Abolir le Secret Magique. Votre propagande vise à répéter et inculquer ce même message en boucle. Mais à quel prix ? L'Histoire, celle déjà écrite il y a des Siècles, illustre parfaitement l'incompatibilité de cohabitation entre Sorciers et Moldus si ces derniers venaient à connaître notre existence." Je ne dis rien mais n'en pense pas moins : l'Histoire, c'est le passé. Rien ne nous oblige à le prendre pour argent comptant ni à s'en contenter pour toutes les années à venir ! De plus, nous ne savons de l'Histoire que ce que les historiens ont bien voulu nous transmettre. Ça implique sans doute beaucoup de manquements...

Juste après Matt, c'est son patron qui prend la parole. Du moins, il me semble que c'est le gérant des 3B pour l'avoir déjà vu là-bas à maintes reprises. Il est sarcastique : "Pis moi je dirais que si vous voulez absolument abolir les secrets, faudrait peut-être commencer par révéler votre identité non ? Vous dites que vous voulez utiliser la magie sans vous cacher des moldus mais vous vous cachez déjà de nous !" Je suis à la fois secouée et admirative face à l'aplomb de ceux qui tiennent si facilement tête aux dangereux Mangemorts. Cela dit, je me demande comment celui-ci peut poser une question aussi bête. On sait bien - et eux aussi - que les mages noirs sont voués à Azkaban dès lors que leur identité est révélée, quels que soient les crimes qu'on leur impute personnellement (et non au nom de l'Ordre tout entier). Je sais que ce ne sont pas des enfants de chœur, mais il arrive souvent que des Démasqués soient enfermés ad vitam aeternam... Non ?

Le premier Mangemort reprend la parole, et je constate une vague de réactions quand il affirme que ceux qui se cachent ne sont pas dignes de leur magie. Pour ma part, je ne me sens pas visée, tout simplement parce que je ne me suis jamais posé la question. Y en a plein qui me jugent stupide, écervelée ou crédule. En réalité, je suis simplement différente, avec un mode de pensée bien à moi. "Personne du Ministère de la Magie n'a réussi à m'être la main sur l'un des nôtres depuis des années. Et c'est à eux que vous confiez votre sécurité ? À tout moment nous pouvons intervenir, qu'importe l'heure, l'endroit. Nous sommes partout. Et pourtant... Avez-vous entendu parler d'une quelconque attaque ? Notre marque s'est-elle élevée dans le ciel ? Rien de tout cela, car notre Ordre se bat pour les valeurs du Monde magique et ses citoyens ! Seuls les opposants à la fin du Secret sont nos ennemis Que comptons-nous vous offrir une fois ce dernier tombé ? Une société ouverte où chacun pourra vivre, la Magie sera présente et chacun aura sa place. Les êtres de l'eau pourront nager dans la Tamise, vous pourrez vous promener dans Londres sans à voir à cacher votre réelle personnalité." Il a raison. Je n'ai aucune confiance dans les Aurors. Ils sont presque tout-puissants et pourtant n'hésitent pas à multiplier les abus de pouvoir. Pas tous, évidemment, mais ça arrive trop souvent... En revanche, je me fais la réflexion, quant à la dernière phrase du discours, que la Tamise est si dégueulasse que les êtres de l'eau n'auront probablement jamais envie d'y nager, peu importe les circonstances...

Les réactions s'enchaînent, toujours férocement en opposition avec la position des Mangemorts, et j'écoute et observe sans me révéler. Cachée dans l'embrasure de la porte, j'aperçois soudain du coin de l’œil deux silhouettes armées qui se précipitent vers la troupe de badauds. Des Aurors. L'un d'eux ne prend pas le temps de discuter et attaque illico les Mangemorts avec deux sorts que je ne connais pas. J'ouvre grand la bouche, extrêmement choquée par la scène qui se déroule sous mes yeux. Savoir qu'il y a des abus de pouvoir est une chose, le constater dans la réalité en est une autre : l'Auror n'a pas laissé la moindre possibilité aux Mangemorts de s'expliquer. Et les sorts qu'il leur a lancé n'étaient visiblement pas ceux d'un négociateur.

Les Masqués ont néanmoins eu le temps de contrer l'attaque, et aucun n'est touché. Je suis étonnée de voir qu'aucun d'entre eux n'a utilisé la contre-offensive. Le premier a avoir pris la parole transplane et se retrouve au sommet d'un bâtiment, invectivant d'une voix forte les Aurors du haut de son perchoir. Il demande aux quelques curieux restant de prendre conscience de ce qui se passe : les Aurors ont effectivement apporté une preuve irréfutable à tout ce que lui et sa collègue ont dit depuis le début, à savoir leur autorité abusive.

Sans réfléchir - comme d'habitude - je sors de ma cachette et me précipite au milieu de la rue, face aux Aurors. D'une voix venimeuse, je leur crache : "Comment voulez-vous qu'on vous fasse confiance ?! Ils n'ont attaqué personne depuis leur arrivée, ni même proféré de menace ! Vous arrivez et vous les agressez sans même essayer de discuter ! Comment voulez-vous que les sorciers aient confiance en vous plus qu'en eux ? Vous ne valez sans doute pas mieux les uns que les autres ! Y en a marre de cette oligarchie ! Y en a marre de toutes ces doctrines à la c*n qui nous expliquent comment exister, comment être de bons sorciers dociles et obéissants. J'en peux plus de ces manifestations de pouvoir pour savoir qui a la plus grosse !" Je termine ma tirade en haletant, la colère et la haine envahissant chaque partie de mon être. Je n'ai aucune idée de ce que je viens de faire, ni de ce qui va m'arriver, mais présentement je m'en fiche éperdument.
Contenu sponsorisé

Douce allocution [Terminé] Empty
Re: Douce allocution [Terminé]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 2

 Douce allocution [Terminé]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.