AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-20%
Le deal à ne pas rater :
20% de réduction sur IROBOT Aspirateur ROOMBA 606
199.99 € 249.99 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: La Forêt Interdite
Page 1 sur 1
Rencontre fortuite [Terminé]
Leliana Bones
Leliana Bones
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Rencontre fortuite [Terminé] Empty
Rencontre fortuite [Terminé]
Leliana Bones, le  Ven 17 Avr 2020 - 13:34

Saison 31
Printemps
PV Elida

Leliana avait encore trouvé une pépite à la bibliothèque, le "Guides des premiers soins" de Rikka M. Bennett. Serte, elle était trop jeune pour pouvoir utiliser les sors inscrit dedans, mais le sujet l'intéressait énormément. La fillette quitta les lieux étonnamment remplis pour se rendre au parc, il faisait grand soleil et elle avait découvert le plaisir de la lecture en extérieur depuis qu'elle était arrivée à Poudlard. La rouquine marcha un moment avant de se diriger vers la forêt interdite, elle supposait pouvoir lire tranquillement à l'orée de celle-ci.

La bleue et bronze finit par tomber sur l'endroit parfait. C'était un petit coin d'herbes recouvert de fleur. Il y avait des primevères, des jonquilles, des coquelicots et encore bien d'autres que Leli ne connaissait pas nécessairement. Au milieu de tout ça se trouvait un rocher plein de mousse qui donnait presque l'impression d'une couverture. La petite décida donc de s'installer dessus. La pierre était vraiment confortable et la fillette leva la tête vers l'astre solaire. Celui-ci réchauffait tout son corps et surtout son visage et ses bras qui étaient nus. Elle ouvrit alors son livre et releva inconsciemment les mèches de cheveux qui servaient à cacher la longue cicatrice qui longeait sa joue. Leliana se sentait étonnamment en sécurité dans ce lieu et elle ne soupçonnait pas que quelqu'un puisse venir la déranger aussi près de la forêt.


Dernière édition par Leliana Bones le Mar 21 Avr 2020 - 18:27, édité 1 fois
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Rencontre fortuite [Terminé] Empty
Re: Rencontre fortuite [Terminé]
Elida Cestero, le  Ven 17 Avr 2020 - 19:48

Le printemps ! C’est aujourd’hui, c’était hier, ce sera demain. Mille et unes couleurs colorent le parc et la Forêt Interdite, c’est si beau ! Ça change du blanc hivernal. J’adore le printemps, j’adore toutes les saisons en vrai, mais l’arrivée d’une nouvelle saison rend toujours heureux. Un peu de changement, ça ne fait pas de mal. Surtout que ça veut dire que je peux aller me promener dehors sans finir trempée comme il m’arrive en plein hiver à cause de l’épaisse couche froide au sol et de mes pieds qui s’enfoncent et me font trébucher. Enfin, s’il pleut je serais trempée aussi, mais aujourd’hui il ne pleut pas. Il ne fait pas particulièrement chaud non plus, en tout cas en Espagne en ce moment-même, il doit faire bien plus chaud. Mais que voulez-vous, l’Écosse c’est l’Écosse. De la pluie, du brouillard, de la neige, et quand même un peu de soleil. J’aime bien le soleil, en plus ça veut dire que ce soir, je pourrais voir les étoiles depuis la Tour des Serdaigles. En hiver, le ciel est la plupart du temps couvert de nuages, donc c’est bien plus compliqué de les voir. Je les imagine, mais ce n’est pas pareil. En Astronomie, on ne nous demande pas d’imaginer. En fait si, ça dépend des cours. Une fois il a fallu imaginer une légende. Une autre fois, il a fallu faire un truc sans imagination. Mais un peu quand même, puisqu’il fallait dessiner.

Bref. Restons concentré au lieu de divaguer comme souvent… Aujourd’hui est donc une belle journée pour se promener, et se promener veut dire bouger, par rester ainsi posée devant cette fenêtre qui nous donne une vue magnifique sur le parc et même, en se tournant, sur un morceau de la Forêt Interdite. Mystérieuse, dangereuse, et pourtant agréable parfois. Là-bas, j’ai découvert tout pleins de trucs super géniaux. Mais aujourd’hui je n’irais pas, non non, vu le temps il doit y avoir beaucoup d’élèves dehors, c’est dangereux. J’abandonne tout de même ma fenêtre, attrapant mon sac posé par terre un peu plus tôt, je le mets sur le dos et descends dans le parc. Comme imaginé, il y a pas mal de monde dehors, plus qu’en plein hiver. En même temps, il faudrait être sacrément bête pour ne pas sortir par un temps pareil ! Le soleil, c’est important dans la vie. Et je suis si contente de le voir que pour une fois, je décide de faire le tour sans chercher les coins les plus éloignés des autres. De toute façon la dernière fois que j’ai fait ça, il y a un grand qui est venu m’embêter. Donc autant marcher en profitant du soleil et de l’air printanier sans se préoccuper des autres. Ils font du bruit, mais ça aurait pu être pire. Il y a toujours pire de toute façon, c’est ce qu’il faut se dire.

Je suis les fleurs, le rouge se mêle au jaune qui s’ajoute au blanc et bleu, par-ci par-là une touche de rose ou de violet, voir même du orange. Oui, même les fleurs sont heureuses de revoir le soleil. Les arbres aussi, ils ont revêtus leurs feuilles les plus éclatantes, leurs bourgeons sont gros et certains se sont déjà ouverts, on pourrait même croire qu’ils chantent avec les oiseaux contents ! J’aurais pu m’arrêter quelque part, me poser et sortir de mon sac mes affaires à dessin. Mais je ne le fais pas, pas de suite. Car là-bas un peu plus loin à l’écart, près de la Forêt Interdite, il y a quelqu’un. Installée sur un rocher, entourée de toutes ces jolies couleurs du printemps, penchée sur un livre, c’est une fille, une Serdaigle, je l’ai déjà vu. Oui oui, je sais regarder les gens et retenir leur visage. Que lit-elle ? J’aime bien les livres. Et les gens qui lisent des livres sont forcément gentil, un minimum calme.

À petits pas je m’approche, curieuse. Il ne faut pas faire de bruit, sinon elle risquerait d’être surprise, surtout qu’elle a l’air concentrée et je déteste que l’on vienne me déranger pendant que je lis. Pourtant, cette fille a quelque chose d’étrange. Une trace sur la joue – une blessure ! Inquiète, je jette un regard à la Forêt Interdite. Est-ce qu’elle y est allée ? Elle s’est peut-être blessée là-bas. Une branche, une créature ? Mais la blessure n’a pas l’air très récente, bien que je ne m’y connaisse pas trop niveau blessure. Maintenant juste à côté, je pose doucement mes mains sur la mousse qui recouvre le fauteuil naturel de la jeune fille. Un «Bonjour» murmuré, je lui fais un sourire sans savoir si elle me voit, le regard posé sur le livre qu’elle tient. Des lettres, des mots, des phrases. Des sorts. Ici venue, il faut bien que je parle. Que je l’interroge ? «Tu t’es fait mal ?» La voix est inquiète, sincère, comme le regard que je relève vers elle. Je sais que la Forêt Interdite peut être dangereuse. Remarquez, elle n’a pas l’air d’en sortir, ici installée avec un livre. Qui a l’air de parler de soins. Alors au lieu d’imaginer, je me prépare à écouter. Ou pas, si elle ne veut pas dire. Il ne faut pas être indiscrète, il ne faut pas trop insister, pour ne pas être malpolie.
Leliana Bones
Leliana Bones
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Rencontre fortuite [Terminé] Empty
Re: Rencontre fortuite [Terminé]
Leliana Bones, le  Sam 18 Avr 2020 - 11:41

La petite Leliana se sentait bien, les rayons du soleil lui caressait la peau depuis plus d'une heure maintenant et sa lecture était plus qu'intéressante. Elle n'avait pas trouvé ce qu'elle cherchait dedans, mais avait découvert pleins de choses qui pourraient lui être utile dans un avenir lointain malheureusement, car il était encore impossible à la rouquine de lancer ne serait-ce qu'un seul de ces sortilèges. Elle avait eu espoir de découvrir un sors ou une potion qui permettrait de faire disparaître ses cicatrices, mais il semblait bien qu'il faudrait qu'elle trouve un livre plus développé sur le sujet. Ou peut être réussirait elle à trouver un Médicomage qualifié dans le dos de sa mère. Sa main passa doucement sur sa mâchoire et elle laissa son regard vagabonder sur la cime des arbres avant de retourner à son livre. Il restait un dernier chapitre peut-être aurait elle une réponse dedans ou du moins, des titres d'autre livre qui pourrait l'aider.

Quelques minutes c'étaient écoulées lorsque la bleue et bronze senti une présence à ses côtés. Un "Bonjour" suivi d'un "Tu t'es fait mal ?" dit d'une toute petite voix la fit sursauter. Son premier réflexe fut de rabattre ses cheveux sur sa cicatrice avant de tourner la tête vers la personne qui venait de lui parler. C'était une autre Serdaigle que Leli avait croisée quelques fois. Elle avait l'air inquiète pour la petite rousse et surtout sincère, avec son petit sourire sur le visage qui semble vouloir mettre la petite fille en confiance. Leliana avait toujours fait en sorte de cacher sa cicatrice et jusque là, à sa connaissance, personne ne l'avait encore découvert. Pour une raison qu'elle ignorait, le regard de sa camarade lui donnait envie de raconter ses déboires. Mais le garderait elle pour elle ? Elle ne voulait surtout pas que ça s'ébruite. Déjà qu'elle sentait une boule d'angoisse lui monter à la gorge, la bleue et bronze ne pourrait plus sortir de son dortoir si tout le monde la regardait avec pitié et faisait remonter ses angoisses.

- Je me suis fait ça il y a deux ans. Du coup ça va, mais si tu veux que je t'en dise plus il faudra me jurer que tu ne le diras à personne.

Leli avait dit ça d'une toute petite voix. Presque indistinct. Qu'est-ce qu'il lui avait pris d'en parler. Elle regarda sa camarade dans les yeux. Elle semblait innocente et tellement gentille. Se devait être ça qui l'avait poussé à se confier. La rouquine se décala un peu sur le rocher pour faire de la place et releva à nouveau ses cheveux. Si elle voulait que la petite fille qui s'inquiétait pour elle l'écoute, il fallait qu'elle accepte de se mettre un peu à nu devant elle.

- Tu veux t'asseoir ?
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Rencontre fortuite [Terminé] Empty
Re: Rencontre fortuite [Terminé]
Elida Cestero, le  Sam 18 Avr 2020 - 18:52

La douceur est de mise lorsqu’on s’apprête à déranger quelqu’un plongé dans une lecture certainement des plus intéressantes, c’est ce que j’ai compris à force d’observer les autres et d’être moi-même dérangée. Mais même ainsi, ça n’empêche pas la lectrice de sursauter. Bien sûr, c’est presque certain que j’aurai eu la même réaction. Oui oui, moi aussi je sais comprendre les gens, contrairement à certains… En tout cas, la jeune Serdaigle ramène rapidement ses cheveux devant son visage avant de me regarder, la blessure maintenant cachée. Je l’ai déjà vu, c’est sûr. Mais d’après mes souvenirs, cette blessure n’avait jamais été montrée. Sauf qu’il y avait ses cheveux. Des cheveux roux, d’un joli roux plus prononcé que le mien qui reste blond, des cheveux longs aussi. Ce qui peut laisser penser que la petite Serdaigle avait déjà cette trace avant, c’est peut-être juste qu’elle était cachée ?

Je ne suis pas sûre d’avoir bien fait de l’interroger là-dessus, quelle mauvaise manière de débuter une conversation ! Je ne crois que pas que c’était dans les conseils de Mark. Sauf que c’est inquiétant, une blessure ça fait mal… Bien sûr, je ne vais pas la forcer à parler si elle ne veut pas : je ne suis pas comme ça moi. Pourtant, ma camarade de Maison me répond. D’une toute petite voix, certes, mais je l’entends. Le côté rassurant, c’est que ça date d’il y a deux ans. Donc ça ne lui fait plus mal. Mais elle a dû avoir mal, et surtout… Elle a l’air mal à l’aise. Gênée ? Embêtée ? Je ne suis pas toujours très forte pour mettre un mot sur les ressentit des gens. Un dessin, ça oui, et encore… Mais les mots, pas trop, enfin ça dépend pourquoi. Là, je ne sais pas trop. C’est assez flou, hésitant. Cette blessure doit lui rappeler un mauvais souvenir, car elle n’a pas l’air de vraiment vouloir en parler. En tout cas, elle ne veut pas que ça se sache.

Alors je lui adresse un nouveau sourire qui se veut gentil. Pourquoi parlerais-je de quoi que ce soit à qui que ce soit ? C’est très rare que l’on me pose des questions. Et quand bien même on me poserait des questions, ça ne risquerait pas d’être sur cette blessure si souvent cachée. Et si jamais c’est sur ça… Et bien non, je n’en parlerais pas. Parce que ce n’est pas à moi d’en parler, du moins est-ce ainsi que je vois les choses. «Si tu veux m’en parler, tu peux, je ne suis pas du genre à raconter tout et n’importe quoi… Je trouve ça malpoli.» Et moi, j’y tiens à la politesse. Quoique, ça dépend avec qui, parce qu’avoir la langue pendue n’est pas trop un signe de politesse, si ? Je ne crois pas. Et il y a des grands qui trouvent que je suis comme ça. De toute façon, ils sont trop bizarres les grands, je ne suis pas pressée d’être comme eux. Bref, aujourd’hui ce n’est pas à un grand que je parle, donc tout va bien.

Au moins, je suis déjà rassurée sur deux choses, la première c’est qu’elle n’a pas mal, et la deuxième c’est qu’elle ne s’est pas fait ça dans la Forêt Interdite, ce qui me permet de confirmer pour le moment l’idée que cet endroit n’est pas non plus le lieu le plus dangereux du monde. En attendant, ma camarade semble décidée à parler, ou à essayer en tout cas. La voilà qui se décale sur son joli rocher couvert de mousse, relevant à nouveau ses cheveux. J’ai ainsi son autorisation pour m’installer sur le rocher, à ses côtés. Alors je hoche la tête «Merci, c’est gentil.» et je m’y installe à mon tour. Entourées de fleurs et de couleurs, de cette nature épanouie dans le printemps, je me sens bien. C’est féerique je trouve d’être plongé comme ça dans la nature. Pourtant, je me doute que la Serdaigle ne va parler d’un événement joyeux. Sinon, elle n’aurait pas cet air mal à l’aise, elle n’aurait pas cette envie de dissimuler la blessure. Peut-être que parler ici peut rendre la chose plus agréable à décrire ? J’en sais rien. Mais je sais écouter, c’est donc ce que je vais faire. En gardant tout d'abord le silence, pour ne pas la pousser, ne pas la brusquer, ne pas la forcer. Être polie, être surtout patiente. Et murmurer doucement «Tu as trouvé un joli encroit.» pour approuver l'emplacement de lecture. C'est vrai, c'est joli ici. Mais ce n'est pas le sujet.
Leliana Bones
Leliana Bones
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Rencontre fortuite [Terminé] Empty
Re: Rencontre fortuite [Terminé]
Leliana Bones, le  Dim 19 Avr 2020 - 16:42

Leli se sentait mal, elle n'avait vraiment pas l'habitude de parler de son accident. Sa camarade venait de lui promettre de ne pas en parler et du coup elle se demandait comment elle allait pouvoir aborder ce sujet si sensible. Son regard se perdit sur l'horizon, une larme coula sur sa joue qu'elle ne remarqua pas tout de suite. "Tu as trouvé un joli endroit." la rouquine reprit ses esprits et regarda autour d'elle, c'est vrai que c'était beau. Elle l'avait justement choisi pour ça. Toutes ces couleurs qui se mélangeaient sous le ciel bleu avec les arbres qui surplombaient tout ça. Un léger sourire lui vient aux lèvres, face au paysage devant elle. Essuyant l'eau sur son visage elle le tourna vers sa, peut-être, future amie.

-Oui, j'aime beaucoup les endroits comme ça. Je me sens bien ici.

Cette jeune fille avait vraiment un don pour apaiser Leli, ce devait être sa capacitée à ne dire que ce qu'il fallait. Si elle avait insisté pour savoir ou c'était mise à parler comme un moulin la rouquine se serait refermée comme une huître, mais là elle se sentait rassuré. Il existait peut-être des personnes de confiance, pas comme sa mère lui avait enseigné. Elle avait envie de connaître mieux la petite blonde rousse qui se tenait à ses côtés sans rien demander. Mais il allait d'abord falloir qu'elle parle.

- Je ne sais pas comment le dire. Je me suis fait cette cicatrice et d'autres dans un accident de voiture. Il y avait une moto devant nous et elle s'est arrêtée et nous on est allé dans un poteau à côté. Je pense que c'était pour ne pas cogner la moto. C'est la magie qui m'a sauvé. Mes pouvoirs se sont déclarés à ce moment. Ils ont cassé la vitre et les morceaux de verre ont percé l'air-bag. Sinon je serais peut-être morte.

Un long frisson parcouru la Serdaigle et les larmes se mirent à couler abondamment. Elle avait survécu, mais pas son papa. Un murmure à travers un sanglot.

- Papa...

La petite rousse senti la crise d'angoisse monter, elle ne voulait pas, pas devant quelqu'un. Ses mains se mirent à serrer du plus fort qu'elles pouvaient le livre qui se trouvaient toujours entre elles. Elle n'arrivait plus à voir à travers l'eau qui coulait de ses yeux. Son corps tremblait tout entier. Il fallait qu'elle se calme, qu'elle reprenne pied. Un long souffle s'écoula de ses poumons. Tout ce que son inconscient réclamait c'était l'amour de son père, ses bras qui la rassuraient tant. Que devait penser sa camarade qui avait juste voulu être gentille avec elle et qui se retrouvait maintenant avec une pleurnicheuse sur les bras. Leliana aurait compris qu'elle fuit face à cette situation que pouvait elle faire d'autre.
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Rencontre fortuite [Terminé] Empty
Re: Rencontre fortuite [Terminé]
Elida Cestero, le  Lun 20 Avr 2020 - 7:04

Parler de soi, c’est pas facile. Je le sais, j’aime pas ça sauf quand c’est pour parler dessin. Parce que j’aime dessiner. J’aime la nature aussi, moldue comme magique, mais c’est pas pareil car il n’y a pas grand monde qui semble du même avis que moi. En tout cas, beaucoup ont peur de la Forêt Interdite. Quoi qu’il en soit, je peux comprendre la Serdaigle à côté de moi qui n’a pas du tout l’air à l’aise. Ça se sent, pas besoin de regarder. Car parfois, regarder les gens n’aide pas – j’aime pas non plus qu’on me regarde trop. C’est stressant. Alors je contemple autour, et tout ce que je trouve à dire pour essayer d’aider semble réussir, la jeune fille approuve, elle aussi aime les endroits comme celui-ci. Je sourie, déduisant qu’elle doit certainement aimer la nature. Ou les fleurs, ou les couleurs. Peut-être tout, peut-être une partie. En tout cas, parler du paysage peut aider pour se détendre… Enfin, c’est mon ressentit. Et j’aimerais bien que ce soit le sien, à elle aussi.

Ce que je sais, c’est qu’il ne faut pas forcer les autres à parler. Alors je n’ajoute rien, et je laisse ma camarade décider de quand commencer. Et quand elle est décidée, elle commence à raconter. Elle n’a pas que cette cicatrice, elle en a d’autres aussi à cause d’un accident de voiture. Ma petite voisine doit être une née-moldue elle aussi, ou une sang-mêlée au choix, pour avoir pris la voiture. C’est d’ailleurs un problème que les Sorciers n’ont pas, ces accidents de route. Mais ils ont forcément d’autres choses, et ce n’est pas le moment d’y réfléchir. Car la Serdaigle décrit l’accident, et je trouve que s’en souvenir si facilement ne doit pas être agréable. Quand on a la scène en tête, on risque de se la repasser beaucoup de fois, trop de fois, dans la tête. Comme un film qui revient au ralentit et qui empêche de dormir ou de se concentrer. En plus, les détails sont précis, elle décrit la magie qui l’a sauvé à temps, et ce sont des larmes qui se font entendre alors qu’elle se tait un instant. Je lève le regard qui était resté posé sur les fleurs vers elle, observant en silence l’eau qui coule. La jeune fille n’a pas l’air seulement terrifiée par ce qui lui est arrivé, elle a l’air aussi triste. Très triste. Et dans un simple murmure, elle vient donner le nom de celui à qui tout les enfants tiennent normalement. Même moi, même s’il n’était pas beaucoup là.

Son papa, est-il mort lui ? La jeune fille a l’air si triste ! Peut-être plus, mais je n’ai pas le mot. Les larmes, les mains qui se serrent contre son livre, les tremblements – c’est assez explicite. Quand bien même je me tromperais, son papa a dû beaucoup souffrir dans l’accident, assez pour que la Serdaigle souffre ainsi elle aussi. Et dans un réflexe que je n’ai pas beaucoup eu, même enfant, je m’approche un peu plus d’elle pour venir l’entourer mes bras, un câlin est toujours le bienvenue lorsqu’on est triste comme ça. Je me souviens, Mark m’en faisait parfois quand j’étais petite. Pourtant, je déteste qu’on me touche. Mais là, c’est pas pareil, même si j’espère que ma camarade ne m’en voudra pas. Doucement, je murmure à mon tour «C’était un gros accident.» Oui, un très gros. «Il… Il est mort ton papa ?» Sans vouloir en dire trop, il faut pourtant savoir prononcer des mots compliqués, douloureux. Car oui, il y a ce risque que son papa soit mort pour la mettre dans cet état. Et si je ne sais pas comment je réagirais, moi, puisque ça ne m’est jamais arrivé ce genre de choses, il n’est pas bien compliqué de comprendre que ça fait mal. Qu’elle est triste. Et c’est normal d’être triste.
Leliana Bones
Leliana Bones
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Rencontre fortuite [Terminé] Empty
Re: Rencontre fortuite [Terminé]
Leliana Bones, le  Lun 20 Avr 2020 - 17:08

Le noir commençait à entourer la jeune Serdaigle, elle se sentait coulait dans des profondeurs qu'elle n'arrivait plus à contrôler. C'était un vrai cauchemar, comment pouvait-elle se sortir de ses abysses dans lesquelles elle s'enfonçait de plus en plus profondément. Plus rien n'existait autour d'elle, la crise d'angoisse avait totalement pris le dessus sans qu'elle ai le temps de faire quoi que ce soit. La présence de sa camarade avait disparu peut-être l'avait elle laissée là. C'était compréhensible. Qu'est-ce qu'il lui avait pris aussi de vouloir en parler, elle savait très bien pourtant qu'elle craquerait. C'était un sujet beaucoup trop sensible pour Leli. Elle n'y arrivait plus, était elle toujours assise sur le rocher, était elle tombée, elle ne savait pas. C'était-il écoulé une minute, une heure, un mois, elle ne le savait pas non plus seul le noir et le froid occupait son esprit.

Soudain une douce chaleur l'engloba, lui fit voir une lumière. Faible au début, elle s'intensifia commençant doucement à la ramener vers le présent. Petit à petit le noir disparu, Leliana sentit à nouveau le rocher sous ses fesses, le livre dans ses mains, la chaleur du soleil sur sa peau et surtout des bras qui l'entouraient. C'était eux qui venaient de ramener la petite rousse à la vie. Elle mit du temps à comprendre, son esprit reprenait doucement pied, c'était sa camarade qui la tenait contre elle, qui l'avait englobé de ses bras sans rien dire. Comment était-ce possible, comment de si petits bras avaient-ils pus la ramener de ses abysses. Ses yeux encore embués, Leli posa sa tête sur l'épaule de celle qui l'avait aidé. C'était tellement agréable, cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas eu de câlins de qui que ce soit, même pas de sa mère."C'était un gros accident." ce n'était pas une question juste une constatation. En effet ce n'avait pas été un petit accident, pas pour elle du moins. Puis la question fatidique "Il… Il est mort ton papa ?", les sanglots reprirent, la première année serra encore plus fort son amie. Car oui, seule une amie pouvait faire ça pour elle.

- Oui... Il est mort... et pas moi.

C'était surtout ça la dure vérité. Elle n'était pas morte alors que lui oui. Leli n'arrivait toujours pas à l'accepter. Mais ça allait mieux, en avoir parlé, avoir vidé son sac ça faisait du bien. Elle se décolla un peu de sa camarade, la pauvre, elle l'avait enserré dans ses bras sans lui laisser vraiment le choix.

- Merci... Merci beaucoup !

Elle ne pouvait pas savoir à qu'elle point elle lui avait enlevé un poids du cœur. Regardant sa camarade elle lui sourit à travers ses larmes.

- Comment tu t'appelles ? Je ne suis pas doué avec les prénoms...

Cette petite fille venait de donner l'amour que la rouquine n'avait pas eu depuis la mort de son père.
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Rencontre fortuite [Terminé] Empty
Re: Rencontre fortuite [Terminé]
Elida Cestero, le  Mar 21 Avr 2020 - 14:53

Ce n’est pas souvent que je fais ce genre de choses, passer mes bras autour d’une personne que je connais à peine, pour ne pas dire quasiment pas, n’est pas du tout dans mes habitudes. L’inverse aurait été étrange, qui pourrait aimer ainsi les contacts ? Mais parfois, ce contact est utile, important, intéressant. Lorsqu’une personne est triste, lorsqu’on voit cette personne souffrir, que ce soit de loin ou de près, on devine sans trop de difficultés qu’elle a besoin d’aide et de réconfort. Petite je me souviens, il m’arrivait de trouver du réconfort dans une étreinte, même brève. Un peu de chaleur, un sentiment de protection et de soutien. Ce geste, un câlin comme on l’appelle, n’est pas le même genre de contact qu’on peut avoir dans un couloir entre deux cours. Et comme ce n’est pas non plus souvent que je me trouve face à une situation comme celle-ci, avec une fille de mon âge en train de pleurer à cause d’une scène qui lui reste en mémoire et la torture, et bien je dois essayer. Je n’aime pas les mots, ils peuvent être maladroits ou mal placés. Tandis qu’un geste doux et gentil ne peut qu’être bénéfique.

Il faut pourtant écouter, observer. Voir si ce câlin l’aide ou pas. Et si au départ elle n’a pas de réaction, elle finit par poser sa tête sur mon épaule. Comme pour approuver mon geste, comme si ça lui faisait du bien. Je l’espère sincèrement, je n’aime pas sentir la souffrance des autres, leur tristesse, c’est pire que le bruit de joie ou d’excitation qui résonne dans les salles ou dans le parc. Je garde un instant le silence, lui laissant le temps de se calmer, ou au moins de se sentir rassurée. Car d’autres auraient ris ou se seraient moqués sans s’interroger sur la raison de ces larmes qui roulent, glissent et tombent le long des joues de la jeune fille. D’autres, même en connaissant la raison, auraient ris eux aussi. Des grands et même des petits n’auraient pas cherchés à comprendre ni à s’imaginer un accident et la mort d’un être aimé. D’autres encore en auraient profité pour s’apitoyer sur leur sort à eux sans même se soucier de la Serdaigle. Sauf que moi, je ne fait rien de tout ça, parce que ce n’est pas gentil. Il faut savoir comprendre les autres, comprendre la souffrance. L’accepter et aider de son mieux à ce qu’elle soit moins forte. Sans pourtant être capable de la perdre entièrement, car son papa ne reviendra pas. Les souvenirs sont importants, mais celui qu’elle vient de me raconter est douloureux. Tous ces détails montrés suffisent à imaginer la scène. La peur. La douleur.

Mais on ne peut garder le silence indéfiniment. La voix s’élève, douce pourtant. Une remarque pour poser les choses dans mon esprit, puis une question. Elle peut paraître simple, mais elle ne l’est pas. Y répondre par l’affirmative, c’est dire à voix haute la vérité qui la fait souffrir. Ce sont d’abord des sanglots plus forts qui répondent, un oui implicite qui me fait moi aussi serrer mes bras un peu plus fort autour d’elle. Comme pour lui montrer que je suis là, que je l’écoute. Qu’elle peut parler sans peur, car je ne partirais pas. Ce serait monstrueux de faire ça ! Mais oui, certains l’auraient fait après s’être moqués. Et finalement vient la réponse orale, un oui, le oui d’une petite fille qui a perdu son papa. Une phrase qui exprime la douleur de le voir mort, et surtout celle d’être sortie vivante de cet accident qui a tué cet homme. Trouve-t-elle cela injuste ? Elle a sûrement raison. Après tout, elle l’aimait forcément. Mais aurait-elle préféré qu’ils meurent tous les deux ? Non, elle aurait certainement préféré qu’ils survivent tous les deux. Bien sûr. Mais la magie ne fait pas tout, et si certains Sorciers trouvent les Moldus extraordinaires, ces personnes peuvent également être dangereuses pour elles-mêmes. Des accidents de voiture, il y en a. Des morts dans ces accidents aussi. Et des survivants également. La Serdaigle et son papa ont fait partis de ces accidents de route, l’un y laissant la vie, l’autre la gardant.

Sans oser dire autre chose, sans vouloir prononcer une de ces phrases apprises dans des livres qui disent que les morts restent au moins dans le cœur et dans l’esprit, je préfère garder le silence, lui offrir un réconfort par une simple présence. Il faut éviter de dire des bêtises, et elle en a déjà beaucoup dit, ça se sent qu’elle n’a pas l’habitude de parler de cet événement douloureux. Mais qui en aurait l’habitude ? Personne ne peut raconter une telle chose à n’importe qui. Ça veut dire que la Serdaigle a eu l’impression que je n’étais pas n’importe qui ? Pourquoi m’en parler à moi, une des filles les moins bavardes et sociables de l’école ? Incapable d’y répondre, m’étonnant de cette idée qu’elle a eu d’ainsi accepter de se confier sans que je n’ai besoin de la forcer, je la laisse s’écarter un peu. Et, une nouvelle fois étonnée, je lui fais un sourire timide alors qu’elle me remercie. Je n’ai pas fait grand-chose, pourtant elle a l’air rassurée, soulagée ? Parler, ça peut faire du bien. Alors, hésitante car les mots ne sont pas dans mes habitudes, je murmure doucement «C’est normal… Je suis contente de savoir que ça te fais du bien d’en avoir parlé.» Maladroit ? Je ne sais pas, mais en tout cas c’est sincère. Qu’elle sache que si elle a encore besoin, elle peut parler sans s’inquiéter. Des mots dits doucement, pas criés ni hurlés, des mots sincères pleins d’émotions, ce sont des beaux mots.

Et malgré les larmes, la Serdaigle me sourit, c’est une image étrange qui mélange deux émotions contradictoires. Car je lie le sourire à la joie et les larmes à la tristesse, souffrance et douleur. Ce qui veut dire que même dans la souffrance d’avoir perdu son papa, elle arrive à trouver une part de joie, ou au moins est-elle soulagée. Parler, discuter. Peut-être que si… Le dessin… Est-ce que ça aussi, ça pourrait l’aider. Après avoir utilisé les mots pour décrire la scène, elle pourrait utiliser les formes. Les couleurs, les images. Que ce soit représentatif de la réalité ou non, poser sur le papier les images qu’elle a en tête pour les retirer de son esprit ? Dessiner, c’est pour pleins de choses. Je souris pensivement, car c’est une chose à noter dans un coin de l’esprit, sans en parler de suite car elle en a déjà fait beaucoup. À la place, il semble qu’une présentation s’impose car ma camarade me demande mon prénom, expliquant comme pour s’excuser qu’elle n’est pas forte avec les prénoms. «Moi non plus, je ne suis pas très forte avec les prénoms ! Je m’appelle Elida, et je suis à Serdaigle en première année. Comme toi, non ? Je veux dire, tu es à Serdaigle c’est sûr, et en première année c’est presque sûr. C’est quoi ton prénom ?» Une Serdaigle, de mon année j’en suis presque certaine, gentille et calme, qui a l’air d’aimer la nature. Peut-on être ami avec une personne comme elle ? On se ressemble un peu, non ? Et moi, serais-je capable d’être une amie ? Je crois que ça me plairait bien. Je ne sais juste pas comment faire.
Leliana Bones
Leliana Bones
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Rencontre fortuite [Terminé] Empty
Re: Rencontre fortuite [Terminé]
Leliana Bones, le  Mar 21 Avr 2020 - 17:05

Elida, oui c'était ça. Leliana se rappelait maintenant qu'elle avait déjà entendu son nom. Maintenant c'était sûr qu'elle ne l'oublierait pas. En plus, c'était vraiment joli comme prénom.

- Oui moi aussi je suis en première année chez les aigles. Je m'appelle Leliana.

Elle ne savait pas quoi ajouter, elle avait déjà remercié sa camarade. Même si la rouquine se sentait mieux, elle n'avait vraiment plus envie de discuter. Elle savait qu'elle voudrait revoir Elida, elle voulait sincèrement devenir amie avec cette petite fille qui avait su rester quand elle en avait besoin. Elle voulait être capable de lui rendre la pareille un jour. La Serdaigle sentait à nouveau la vie qui l'entourait, le vent qui soufflait sur son visage, le soleil qui réchauffait son corps et les fleurs qui dégageaient un doux parfum. Leli se rendit compte que son livre était tombé par terre lorsqu'elle avait rendu son câlin à son amie. Elle le ramassa et le posa sur ses genoux en caressant doucement la couverture. Serte la crise d'angoisse était passée, mais la tristesse était toujours présente dans son coeur. La bleue et bronze avait envie de se retrouver un peu seule. Avoir parlé, lui avait vraiment fait du bien, bien plus qu'elle ne le pensait, et elle en était reconnaissante, mais là il fallait qu'elle réussisse à finir de se calmer par elle-même et avec Elida à ses côtés ce serait difficile. Elle ne savait pas comment lui dire de la laisser sans la vexer alors qu'elle avait été si gentille avec elle.

- Merci d'avoir été si gentille...

Son regard se perdit dans le vide vers l'horizon. Une sensation d'apaisement commençait doucement à atteindre l'âme de Leliana. Elle ferma les yeux et commença ses exercices de respiration. Ils lui avaient sauvé la mise plus d'une fois. Ce qui l'entourait disparaissait autour d'elle, mais pas de la même façon que lors de ses crises. Là c'était contrôlé, le but était de se séparer de toute chose qui pouvait lui provoquer ses crises. La petite Serdaigle ne savait pas si Elida était restée ou l'avait laissé à sa méditation. Elle ne voulait pas que sa nouvelle amie perde du temps avec elle. Elle irait la voir plus tard quand elle irait mieux pour la remercier en meilleur et due forme.

HRPG : Départ spirituel de Leliana. Merci beaucoup pour ce super RP.
Elida Cestero
Elida Cestero
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Rencontre fortuite [Terminé] Empty
Re: Rencontre fortuite [Terminé]
Elida Cestero, le  Mar 21 Avr 2020 - 18:24

Elle acquiesce, elle approuve, ma camarade est bien une Serdaigle, qui plus est en première année. Leliana est son prénom, tout doux et agréable à prononcer. Il me rappelle un peu l’Espagne, le soleil, la chaleur, l’accent, le a à la fin de la plupart des mots féminins. Je souris doucement en promettant «Je m’en souviendrais.». Car oui, je sais retenir des prénoms si je trouve cette idée intéressante, importante. Pour certains personnes, je juge ça inutile, entre celui qui change tout le temps de prénoms et tous ceux à qui je ne parlerais certainement jamais… Mon cerveau a d’autres choses à enfermer dans ses boîtes. Mais pas pour cette élève-là. Elle, je lui reparlerais. Même maison même année, il sera impossible de ne pas nous croiser, de ne pas nous parler. Et qui sait, peut-être que je trouverais ça agréable ? J’ai aimé cette sensation d’avoir été utile pour une personne, de ne pas m’être forcée, de ne pas avoir cherché les conseils du grand frère. J’ai presque tout fait de moi-même. Et ça n’arrive pas si souvent.

Leliana me sort de mes pensées en me remerciant une nouvelle fois. Je souris simplement, plongée dans un silence pensif, sans savoir quoi dire d’autres. Je n’ai pas envie d’engager une conversation, sachant qu’il y a des risques que je doive me forcer et peut-être elle aussi, car pleurer est fatigant, exprimer la souffrance également. Tout sort, tout se place devant les yeux face aux autres. Et même si je suis seule, je sais que parler de soi n’est pas facile, comment blâmer une personne montre une difficulté que je connais moi aussi ? Tout peut se comprendre lorsqu’on cherche à comprendre. Me penchant un peu, j’attrape une fleur blanche dressée dans l’herbe, l’enlevant du sol pour la placer devant mes yeux. Une fois j’ai lu que cueillir des fleurs les tuait. Pourtant, je l’ai fait plusieurs fois, ramenant dans la maison un petit bouquet de fleurs colorées poussant dans le jardin.

La tige entre les mains, je tourne la tête vers la Serdaigle qui a fermé les yeux. M’en voudra-t-elle si je m’en vais ? Elle est occupée, concentrée, je ne peux pas la déranger. Alors silencieusement, je descends de la pierre et traverse le parc à petits pas contents. J’ai fait quelque chose d’inhabituel aujourd’hui. C’est étrange non, d’être satisfaite de la fin de ce moment ? C’est sur une bonne note que je suis partie, entre des remerciements et surtout une rapide présentation. J’ai son prénom, elle le mien. Je crois que je vais envoyer une lettre à Mark pour lui demander de me décrire l’amitié. J’ai envie de savoir ce que c’est. De comprendre. D’essayer. Alors je vais dans le volière, gardant la jolie fleur pour mon grand frère. Je me souviens, il les aimait bien mes petits bouquets.

Départ d'Elida - je te laisse éditer ton premier post pour dire qu'on a terminé
Merci beaucoup pour ce super rp, j'ai beaucoup aimé !
Contenu sponsorisé

Rencontre fortuite [Terminé] Empty
Re: Rencontre fortuite [Terminé]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Rencontre fortuite [Terminé]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc :: La Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.