AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Narcos Saisons 1 et 2 Coffret Blu-ray
Voir le deal
18.03 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 9
Page 1 sur 1
Bureau de la Directrice du Département des Mystères
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Bureau de la Directrice du Département des Mystères  Empty
Bureau de la Directrice du Département des Mystères
Alhena Peverell, le  Dim 19 Avr - 15:41

PV Azaël (LA vite fait) - Saison 31
Printemps

Elle avait appris qu'il avait grandi. Elle avait appris qu'il avait changé et son cœur avait fait un bon. Elle avait toujours fait en sorte de se tenir au courant, d'essayer de savoir comment il allait mais c'était compliqué. Malgré tous les mots, malgré la colère qui avait dépassé les pensées, elle tenait à lui plus qu'on ne pouvait vraiment le penser. Il restait son frère.
Elle tapotait ses ongles sur le bois. Elle était angoissée, elle l'avait convoquée pour une raison un peu mystérieuse, parce qu'elle voulait lui parler. Parce que cinq années sans se parler, c'était long, parce qu'il fallait réparer cette dispute qui durait depuis trop longtemps. Parce qu'il lui manquait et qu'elle voulait savoir s'il allait bien. Parce qu'elle voulait entendre sa voix. Parce qu'elle l'aimait.

Non mais tu te rends compte de ce que tu as fait ? Tu es un abruti profond ! Tu me fais honte !

Elle aurait cru entendre son propre père. Tel père, telle fille. Parfois elle se détestait pour ça, pour ce qu'elle était, pour ses manières qu'elle avait copiées. La cruauté de ses parents, la droiture de son frère, la folie de l'autre. Elle avait l'impression de gérer des démons qu'elle avait dans le sang depuis le début. Mais elle savait parfaitement que c'était faux. C'était son éducation, ses traumatismes et elle devait guérir, elle devait apprendre à changer pour aller mieux, pour que son entourage soit plus heureux aussi. Et cela devait commencer par Azaël. Parce qu'après tout ce temps, elle savait une chose : qu'aujourd'hui, elle était fière.

Lorsqu'ils se sont disputé, ou plutôt lorsqu'elle lui a dit tout ce qu'elle pensait, elle avait arrêté de lui parler ensuite. Pendant longtemps et personne n'avait osé faire le premier pas. Peut-être par honte, par peur de détruire encore plus leur lien. Mais ça ne pouvait plus durer, parce que les liens qu'ils avaient traversé le temps et les frontières et qu'elle voulait le récupérer. Il était de son sang, il était son frangin découvert des années après. Ils ne devaient plus séparer, qu'importent les colères et les haines. Ils devaient désormais se soutenir. Alors elle l'attendait, de son côté, elle était prête à renouer.

De l'autre, elle ne savait pas. Et c'est ce qui la terrorisait en silence.



Dernière édition par Alhena Peverell le Jeu 18 Juin - 2:18, édité 3 fois
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Bureau de la Directrice du Département des Mystères  Empty
Re: Bureau de la Directrice du Département des Mystères
Azaël Peverell, le  Dim 19 Avr - 17:48

Elle t'a convoqué. Elle t'a convoqué. Elle t'a convoqué. Cette phrase tourne en boucle dans ta tête sans que tu parviennes à l'arrêter. C'est comme si elle avait bloqué toute autre pensée, ne laissant que celle-ci sur place, dans des rouages brisés incapables d'avancer. Tu ne sais pas pourquoi, tu ne sais pas ce qu'elle veut, ce qu'elle peut attendre de toi après cinq ans sans que vous ne vous soyez adressé la parole. L'enfant en toi espère que c'est simplement pour être félicité. Mais l'adulte se méfie, se souvient des mots, durs, méchants, qui blessent encore aujourd'hui et resteront pour toujours, peu importe ce qu'il se passe. Ils étaient sans doute mérités, tu le sais, mais ça ne change rien à ce que tu ressens au fond de toi.

Tu lui as fait honte. Tu lui as toujours fait honte. Tu ne lui as jamais donné la moindre raison d'être fier de toi. Tu n'as fait que salir le nom des Peverell, encore et encore, sans te soucier des répercussions sur le reste de la famille. Mais tu n'as pas fait exprès. Tu ne te rendais pas compte. T'étais bien trop perdu, embourbé dans ta colère, ta haine, ta rage, ta peur. Tu avais totalement oublié le beau et le bon de ce monde. Tu avais oublié que le bien existait réellement. Tes propres ténèbres t'avaient aveuglé, étouffé, kidnappé. Difficile de se sortir d'une prison que l'on construit soi-même. Tu es coupable, autant qu'elle, si ce n'est plus pour toutes ces années dans le silence. Mais tu ne pourras jamais l'avouer.

Elle te manque, c'est évident. Tu te souviens de ces années où elle s'est occupée de toi, où elle s'est battue pour que tu t'en sortes alors même que tu n'avais pas la volonté nécessaire pour le faire toi-même. Elle s'est accrochée, même lorsque tu la repoussais, lorsque tu la haïssais de tout ton être. Mais tu l'as toujours respectée. Parce qu'elle est forte, plus forte que tu ne le seras jamais. Et si cette force lui donne la possibilité de te pardonner aujourd'hui, tu seras sans doute très heureux. Mais t'as peur d'en attendre trop. T'es pas sûr de mériter un quelconque pardon. Et t'es pas sûr toi-même de pouvoir la pardonner.

Cette famille a toujours été brisée, complètement éclatée. Importante, peut-être. Mais il faut voir le calvaire que c'est d'en faire partie. Et c'est la boule au ventre que tu frappes à la porte de son bureau, entrant dès qu'elle t'en donne l'autorisation pour t'avancer dans la pièce après avoir refermé la porte derrière toi. Tu te tiens droit, la tête haute. Et pourtant, tu n'oses pas la regarder, tu préfères fixer un point sur le mur derrière elle, tandis que tu la salues d'un simple signe de tête.

- Madame la Directrice.

Tu ne peux pas t'en empêcher. Fallait que tu provoques. Tes premiers mots pour elle depuis cinq ans, faut que tu fasses comme si rien ne vous lie si ce n'est le Ministère pour lequel vous travaillez. Elle avait sans doute raison en disant que t'étais un abruti profond.
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Bureau de la Directrice du Département des Mystères  Empty
Re: Bureau de la Directrice du Département des Mystères
Alhena Peverell, le  Mer 22 Avr - 3:01

Elle plisse les yeux en le regardant. Elle n'est pas certaine, mais elle est presque sûre. Ce chien évite son regard, c'est même évident. Elle se retient de lever la main pour lui faire signe de la regarder, d'affronter son regard. Elle veut qu'après tout ce temps, ils se parlent et parfois, elle le sait mieux que quiconque, les mots ça ne suffit pas.

Il y a tout un monde dans un regard, dans un silence.

Monsieur le Chef des Aurors.

Alors le gosse voulait jouer après tout ce temps ? Il n'avait pas autant changé que ça finalement. Peut-être que ce n'était pas si mal, qu'il prenne ses responsabilités en gardant cette part de... on ne sait quoi d'immature qui le définissait si bien. Il ne serait pas Azaël sinon. Il ne serait pas son frère. Son frère... Doucement, elle ferme son poing très fort. Elle avait perdu une sœur pendant des années et avait arrêté de parler à un autre pendant cinq ans, un autre était mort et l'autre était fou. Il n'y avait que celle qu'elle détestait de tout son cœur qui était toujours à ses côtés. Elle se demandait encore pourquoi, pourquoi rien n'était jamais normal chez elle. J'aime bien comment tu es habillé aujourd'hui. Elle avance ses avant-bras sur son bureau. Azaël regarde-moi dans les yeux, je ne capte pas ton regard, elle ne veut pas tourner autour du pot mille ans, alors elle va dire ce que personne ne pensait pouvoir lui faire dire, je t'aime, je suis fière de toi, son regard est profondément ancré sur son frère, c'est tout.
Elle n'a rien à dire de plus en fait. Tout est entre les mains de son frangin, qu'il la rejette ou pas, elle a dit ce qu'elle n'aurait plus jamais l’occasion de dire. Elle ne voulait plus de regret. Parce que dans le fond, ils devaient se pardonner mutuellement, mais ils devaient se pardonner à eux-mêmes.

Elle ne sourit pas. Elle ne joue pas. Elle ne provoque pas. Alhena sait qu'il n'est plus l'heure de ça car elle aussi, elle avait changé. Elle avait grandi, évolué dans une direction différente. Elle était devenue plus mature, plus calme et il fallait que ce moment insupportable arrive. L’ego était peut-être la chose la plus facile à briser, la plus facile à titiller et elle a décidé que cette faiblesse ne devait plus être un poids à porter pour avancer vers son but primaire. Après tout ce temps, c'était le moment de jouer cartes sur table. De dire cette vérité si dure à porter : celle qu'on tient à l'autre et qu'il pourra toute sa vie, avoir ce pouvoir de nous détruire. Avouer ce lien fraternel impossible à comprendre, à construire. Avouer qu'ils existaient l'un pour l'autre et pas seulement pour combler ce qu'ils avaient perdus.

Et toi alors Azaël, vas-tu aussi faire tomber ton masque ?

Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Bureau de la Directrice du Département des Mystères  Empty
Re: Bureau de la Directrice du Département des Mystères
Azaël Peverell, le  Lun 4 Mai - 17:52

Elle entre dans ton jeu. Tu ne t'y attendais pas vraiment. Mais tu ne sais pas à quoi tu t'attendais en fait. Probablement à rien. Plus rien, depuis cinq ans. Jusqu'à cet instant. Tu prends sur toi pour ne pas esquisser un sourire en l'entendant prononcer ton titre. Peu importe ce qu'il en est de son côté. Toi, t'es fier de toi, et tu sais que tu peux l'être. Voilà, tout ça n'a aucune importance. Elle n'a aucune importance. Tu restes cependant impassible, tout comme lorsqu'elle complimente ta tenue. Si elle t'a convoqué pour quelques banalités du genre, elle aurait tout aussi bien pu s'abstenir. Tu te contentes de rester droit, à regarder toujours le même point. Jusqu'à ce qu'elle te dise de la regarder.

Tu obéis. Exactement comme avant, parce qu'elle a toujours cette étrange autorité sur toi, que tu l'acceptes ou pas. Tu ne parviens pas à aller à l'encontre d'une demande directe émanant d'elle, c'est simplement impossible. Et tes yeux plongent dans les siens. Tu la regardes, tu la vois, pour la première fois depuis cinq ans, tu oses la regarder dans les yeux. Pour entendre des mots que tu ne pensais plus pouvoir t'être destinés. Tu ne réagis pas tout de suite, t'as comme un temps d'analyse de la situation, de ses paroles, de ce qu'elles impliquent réellement. Tes mâchoires se serrent légèrement. Tu lui en veux. Tu lui en veux de laisser tomber ça comme ça, sans que tu sois prêt. Parce que tu ne sais pas quoi répondre. T'as jamais su exprimer tes sentiments. Pas qu'aux autres, aussi à toi-même. C'est quelque chose que t'as toujours évité de faire, et elle aussi.

Alors quoi, elle a décidé de tout changer aujourd'hui ? Comme par hasard, elle se souvient qu'elle t'aime quand tu deviens chef des Aurors et que t'arrêtes d'agresser la moitié de la communauté ? C'est pas un peu facile, par hasard ? Au fond, tu sais bien que non. Elle t'a suffisamment porté avant tout ça. Supporté, même. Elle a été là, plus que n'importe qui d'autre. Et t'as rien fait pour la remercier en retour si ce n'est t'amuser à être un abruti de plus en plus profond. Alors t'as quand même un mot qui te vient à l'esprit.

- Merci.

D'avoir osé le dire, d'avoir fait le premier pas. De tout ce qu'elle a fait avant, et qu'elle continuera sûrement à faire par la suite. Tu baisses un instant la tête, observes le sol quelques secondes, comme à la recherche de ce que tu peux dire d'autre. Tu le sais déjà. C'est évident. Mais t'oses pas, ça reste comme coincé dans ta gorge. Tu l'éclaircis pourtant. Si elle a pu le faire, tu peux bien lui rendre la pareille. Alors tu relèves les yeux pour les plonger dans les siens.

- Tu m'as manquée.

Un léger sourire passe sur tes lèvres. Sourire sincère, presque enfantin. Si t'avais pas tant de mal à gérer tes émotions, à accepter le fait que quelqu'un puisse être aussi important pour toi qu'elle l'est, tu lui avouerais probablement que t'aimerais simplement la prendre dans tes bras. Pour se rappeler d'elle, un peu mieux. Et parce que tu t'es toujours demandé ce que ça faisait, de serrer sa famille dans ses bras.
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Bureau de la Directrice du Département des Mystères  Empty
Re: Bureau de la Directrice du Département des Mystères
Alhena Peverell, le  Ven 15 Mai - 2:17

En réalité, que voulez-vous qu'ils se disent de plus ? C'était s'avouer vaincu pour remonter la pente et en même temps, ils ne savaient pas recoller les morceaux. Deux étrangers qui ne se connaissaient que trop bien. Comme si une forme de peur leur manger le cœur. Des enfants adultes dont les excuses leur arrachaient la bouche. Ils griffonnaient sur leur peau de pâles phrases ironiques pour tenter de reconstruire un truc. Ma fille est malade. Elle avait la gorge qui se nouait. Je me suis souvenue que j'avais déjà perdu un frère. Au final, quoi que tu choisisses, quoi que tu deviennes... Que je sois fière de toi ou non. Je me suis rendu compte, que je voulais être près de toi. Mais que ça ne valait pas le coup d'être avec toi...Elle s'était réveillée. Si tu n'étais pas toi-même. Elle s'était rendue compte que le lien qu'ils partageaient, sang en commun ou pas, avait plus de valeur que ce qu'elle croyait. Je suis désolée d'avoir essayé de te changer. Tu aurais dû le faire par toi-même, parce que tu en avais envie. Pas parce que je le veux, pas parce que je veux que tu sois dans les normes de la société. Les chiens ne font pas des chats. Elle avait ressemblé à sa mère et elle se détestait pour ça. Elle voulait que ça soit parfait, elle voulait qu'on les regarde comme il fallait, aucune faille dans laquelle plonger. Ses parents l'avaient marqué et pas que physiquement. Je me réveille chaque jour de ce cauchemar qu'a été l'éducation de nos parents. Et je commets les mêmes erreurs. Je suis fatiguée de me battre contre moi-même, alors je voulais revoir mon frère préféré, au moins une dernière fois. Elle lui avait certes manqué, mais ça ne voulait pas dire qu'il voulait rester. Le reste ne tient qu'à toi.

La brune ne connaissait que trop bien ce sentiment. Le pardon, les mots cruels, la rancune. On avait tous des tords dans l'histoire et il était dur de vouloir regarder la vérité en face. Il était bien plus complaisant de ne pas s'avouer ces choses et continuer à vivre dans le déni. Mais c'était ces choses mêmes qui la bouffaient et elle n'arrivait plus à respirer. Cela lui rappelait son enfance, cette prison, cette cage dorée dans laquelle ils les avaient enfermé. Alhena ne sait pas trop si Rachel et Azaël ont eu la chance de ne pas avoir eu affaire à leurs parents. Probablement de la chance, quoi que. La petite oui, mais la brune se souvenait que le petit dernier n'avait pas forcément eu une enfance enviable.

Ils font de nous ce que nous sommes aujourd'hui, ça explique beaucoup de choses. Mais parfois, il faut savoir tracer son propre chemin.

Souvent, elle avait ces quelques souvenirs indésirables de bonheur qui revenaient. Comme une haine qui la dévorait de l'intérieur. Cette question qui persistait à savoir pourquoi il n'y avait pas eu plus de moment comme ça. Mais le passé devait rester passé et il était temps d'écrire un présent plus attrayant. Vas-tu laisser ta haine intérieure te bouffer vivant ? Où vas-tu essayer de dire les mots qu'on n'arrive jamais à prononcer ? Seras-tu pire ou meilleur qu'elle ? Quel genre de Peverell as-tu choisi d'être désormais, Azaël ?


Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Bureau de la Directrice du Département des Mystères  Empty
Re: Bureau de la Directrice du Département des Mystères
Azaël Peverell, le  Lun 15 Juin - 9:24

Tu fronces légèrement les sourcils lorsqu'elle t'annonce que sa fille est malade. Elle balance ça comme ça, sans en dire plus. Tu ne sais pas laquelle, tu ne sais pas ce qu'elle a. Serait-ce trop demandé que d'avoir de réelles explications ? C'est comme si ça ne comptait pas pour toi, comme si ça ne pouvait pas compter. T'as jamais été proche de ces gosses, mais c'est uniquement par peur de ce que tu pourrais leur faire. T'es loin d'être un oncle parfait, t'es même capable d'oublier les anniversaires. Mais tu veux être là quand ça compte vraiment. Quand c'est important. Parce que la famille, c'est fait pour ça. Même si votre famille est complètement bancale, qu'elle semble rafistolée de tous les côtés à un tel point qu'elle mérite de s'effondrer chaque seconde. L'important, c'est d'essayer, pas vrai ? Et d'y croire.

- Je suis désolé. Qu'est-ce qu'elle a ?

Tu poses la question, mais t'as comme l'impression de déjà connaître la réponse. Tu sais qu'un de vos frères est mort d'une maladie. Si la gamine a la même... Non, elle pourra s'en sortir. Elle n'a pas le choix. Tu écoutes alors d'une oreille distraite tout ce qu'Alhena a à te dire. Elle semble avoir pris conscience de choses importantes, mais tout ça t'est bien égal. Parce qu'au final, t'es rentré dans les normes. T'as fait ce qu'il fallait pour que le nom des Peverell ne soit plus sali par tes actes. Pour qu'elle soit fière de toi. Et t'as réussi. Sans doute que ça te rend heureux, même. T'en sais trop rien. Tu te laisses porter par ta vie, tu saisis les opportunités comme tu peux, t'essaies d'agir de façon à respecter tes valeurs bien particulières, et tu t'en sors pas si mal.

Alors peu importe qu'elle ait voulu te changer. Peu importe qu'elle se soit rendue compte que, peu importe tes actions, elle t'aimait. Parce que tu n'as plus l'intention d'être celui que tu étais. Tu as changé. Tu es toujours un abruti fini, prêt à plonger tête la première dans le moindre conflit uniquement pour te défouler et parce que t'en as envie. Mais tu réfléchis un peu plus. Et surtout, tu as les cartes en mains pour que jamais ça ne te retombe dessus. T'as même appris à être patient pour t'en assurer. Et tandis qu'elle te parle de haine intérieure, tu hausses un sourcil pour répondre doucement.

- Ce n'est pas de la haine, c'est de la pudeur. Je ne t'ai jamais haïe. Au contraire, je t'aime, Alhena. Après tout ce qu'il s'est passé, je pensais que c'était évident.

Les tortures ont été violentes, et pourtant, tu l'as toujours pardonnée. Parce que tu savais qu'elle le faisait pour toi. Pour t'aider à avancer, à évoluer. Elle s'y prenait d'une drôle de façon. De la seule façon qu'elle avait connue. Un peu comme toi. Alors oui, c'était dur. Faut pas se demander d'où viennent les conflits, les disputes et les non-dits. Il n'empêche que t'as jamais voulu te venger d'elle. Parce que t'en aurais été bien incapable. Encore aujourd'hui. Elle compte beaucoup trop pour que tu puisses lui faire du mal. Alors tu préfères ne prendre que le bon. Du moins le peu qu'il y a.
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Bureau de la Directrice du Département des Mystères  Empty
Re: Bureau de la Directrice du Département des Mystères
Alhena Peverell, le  Dim 21 Juin - 22:51

Qu'est-ce qu'elle a ? C'est drôle, parce qu'elle ne s'attendait pas ce que ça intéresse son frère. Elle ne le voyait pas comme un sans cœur mais, parfois... Parfois elle avait eu l'impression par le passé qu'il ne les aimait pas. Alors peut-être qu'il posait cette question simplement par politesse ? Elle sait très bien que les liens du sang ne veulent rien dire, parfois on se déchire bien plus que ce qu'ils ont pu faire. Alors ce n'est clairement pas quelqu'un chose d'inné que d'aimer sa famille et tous ceux qui en font partie. Je ne sais pas. Ne pose pas plus de question, je ne veux pas en parler. Elle était en train de se voiler la face, comme la dernière fois avec son frère. C'est ce qu'elle faisait toujours. Moins on en discutait, moins c'était réel n'est-ce pas ?

Sauf que dans le fond, elle savait parfaitement ce qui se tramait. Elle reconnaissait les symptômes, elle ne pouvait juste pas l'accepter, se faire à l'idée. Les médicomages n'étaient en rien optimistes. Jour après jour, elle plongeait dans le néant, dans ce déni absolu de la vérité. Elle n'osait même pas le dire à Luke, pas pour le moment. Elle faisait tout pour que ça reste normal, pour que rien ne change et que les derniers moments joyeux soient ceux qu'on se souviendrait à vie avec sa fille. Non. Elle ne pouvait pas mourir. Un Peverell ça ne meurt jamais vraiment, vous ne croyez pas ? C'était ce qu'elle essayait de se convaincre tous les jours. Elle avait même commencé à faire des recherches. Leurs ancêtres étaient liés à la mort, comme personne ne l'avait jamais été, il y avait bien une solution quelque part. D'une certaine manière, cela l’obsédait profondément.

Au contraire, je t'aime, Alhena. Elle laissa sa phrase se suspendre à ses lèvres. C'était la première fois qu'il le disait non ? C'était comme si, pendant toutes ces années, elle n'y avait jamais vraiment cru. Une substitution, c'est qu'elle avait toujours pensé être. Qu'elle était là pour remplacer ce qu'il avait perdu, ce qu'il n'avait jamais eu. Et elle avait accepté ce rôle pour réparer les erreurs de son père, parce que c'était son devoir. Protéger sa fratrie, prendre les retombées et subir les conséquences qu'impose son nom. La brune était lâche, mais elle restait fière. Alors elle faisait toujours face, tout en trouvant une solution qui puisse sauver les apparences. Elle passait son temps à faire ça, à se fondre dans l’hypocrisie pour cacher ses propres faiblesses.

Rien n'est jamais évident avec toi. Silence. J'ai toujours l'impression qu'un seul soupire peut te faire disparaître. Après tout, ça ne fait pas cinq ans, qu'on ne s'est pas parlé ? Un léger rire, elle se redresse, pose ses coudes sur le bureau. Elle observe ses yeux, comme si c'était la dernière fois qu'elle pouvait le voir. Parle-moi de toi. Qu'est-ce que tu as fait depuis tout ce temps ? C'était quelque chose qu'elle avait compris depuis longtemps, que la mort pouvait frapper sans prévenir. Sauf qu'elle n'arriverait jamais à l'accepter. Alors elle faisait tout pour oublier... Pour faire comme si les cinq dernières années sans Azaël avait été normales, comme si sa fille n'était pas malade.

Elle fermait les yeux, encore et encore. Parce que c'est tout ce dont elle était capable pour l'instant.

Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Bureau de la Directrice du Département des Mystères  Empty
Re: Bureau de la Directrice du Département des Mystères
Azaël Peverell, le  Lun 22 Juin - 13:17

Comment ça, elle ne sait pas ? Elle ne dit pas un mot de plus à ce propos, comme si ça n'avait aucune importance, comme si ça ne valait pas la peine d'en parler. C'est sa fille, quand même. Tu sais que ça compte pour elle, que ça doit la détruire de l'intérieur plus sûrement que n'importe quoi d'autre. Et pourtant, elle n'a pas assez confiance en toi pour t'en parler. Tu serres légèrement la mâchoire en secouant doucement la tête de gauche à droite sans la quitter des yeux. Pour qu'elle comprenne que tu ne peux pas croire que c'est la seule et unique explication qu'elle puisse t'apporter sur le sujet. Elle demande à ce que vous parliez, à ce que vous disiez les choses, et pourtant elle est la première à garder des secrets, encore et toujours, comme si elle était la seule à pouvoir les supporter alors même qu'elle risque de s'écrouler à tout moment. T'es pas dupe. T'as beau ne pas l'avoir vue depuis cinq ans, tu la connais quand même un peu. Un tout petit peu.

Elle reprend la conversation sur toi comme si de rien n'était. Comme si elle n'avait pas juste lâcher une bombe concernant sa môme auparavant. Elle veut faire tomber les masques, hein... Elle s'y prend d'une drôle de façon. Tu pousses un soupir en enfonçant tes mains dans les poches de ton pantalon. Tu l'écoutes balancer ses banalités affligeantes sans ciller, te renvoyer la balle pour parler de toi alors même que ce n'est pas ce qui compte à l'instant présent. Pourtant, tu réponds. De la même façon qu'elle demande : avec banalité. Et de la façon la plus courte possible, parce que tu n'as pas l'intention de la laisser s'en tirer si facilement.

- J'ai remis ma vie dans le bon chemin.

Voilà ce que t'as fait. Ton boulot au Heurtoir, puis au Ministère. Ta promotion en tant que chef des Aurors. Tes sorties la nuit en masqué pour l'Ordre Noir, les entraînements quotidiens. T'as surveillé Arty aussi. Comme d'hab'. T'as trouvé quelqu'un aussi, quelqu'un qu'elle connaît, même. Mais tu n'as pas l'intention de lui dire. Pas maintenant. Parce que, pour une fois, c'est à elle de parler, pas à toi. Elle va devoir suivre ses propres conseils et commencer à s'ouvrir. A s'ouvrir réellement. N'est-ce pas là le but d'être frère et soeur ? De pouvoir se dire les choses, compter l'un sur l'autre ? T'en as fini de voir en elle ta mère. Tu veux qu'elle soit ta soeur. Réellement. Une discussion d'égal à égal.

- Lyra ou Vesper ?

Si tu dois poser les questions une à une pour obtenir de simples bribes de réponse tu le feras. Tu préférerais qu'elle te parle d'elle-même, mais après tout, si rien n'est jamais évident avec toi, tu peux en dire de même d'elle. Si elle ne veut pas te donner l'image d'ensemble, tu assembleras les pièces du puzzle une à une, jusqu'à l'obtenir. Elle va parler. Pour une fois, elle dira les choses, parce qu'elle n'aura pas d'autre choix.
Alhena Peverell
Alhena Peverell
Responsable MDJ-GHarryPotter2005
Responsable MDJ-G
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Bureau de la Directrice du Département des Mystères  Empty
Re: Bureau de la Directrice du Département des Mystères
Alhena Peverell, le  Mar 30 Juin - 19:35

C'était comme une tornade qui balayait sa vie. Ses pensées étaient soumises à ses pulsions, ses sentiments et elle faisait tout pour les retenir, les cacher quand elle parlait. Elle se contentait de dire des choses simples concernant sa fille, sinon... Sinon, elle ne savait pas quoi répondre. Elle ne savait pas quoi faire. Elle redevenait cet être perdu qu'elle avait été face à la mort de son frère. Elle n'arrivait pas à gérer les décès, les deuils, la maladie. C'était une phobie ancrée dans sa peau qui l'étranglait chaque jour.

Elle se redressa en écoutant ses paroles. Il ne voulait pas parler de lui. Enfin, c'est qu'elle comprenait ou ce qu'elle avait cru comprendre jusqu'à la question suivante. Qui esquivait quoi au final ? Quel terrain était le plus glissant ? Qu'est-ce qui faisait le plus mal ? Devait-elle répondre pour qu'il se confie à son tour ? Sauf qu'elle n'avait pas envie de céder, c'était crever un abcès trop douloureux. Et comment tu as fait ça ?  Elle repoussait la réponse, la discussion comme si c'était possible à faire. Peut-être qu'elle arriverait à lui faire changer d'avis et ne pas se confronter à sa réalité.

Elle faisait ça certes, pour ne pas parler de Lyra, mais dans le fond, elle voulait vraiment savoir. Elle avait regardé de loin, sans réellement savoir quoi que ce soit. Elle savait certaines choses évidentes, mais elle avait perdu le chemin qu'il suivait. Les fils étaient en désordre et elle voulait entendre de sa propre bouche qui l'avait aidé, parce qu'il avait forcément eu de l'aide le gamin non ? Qui avait pu réussir là où elle avait échoué. Ou alors, elle se trompait et il avait fait cela de lui-même. Peut-être que son jugement était trop obnubilé par les erreurs du passé ? Celles de son frère et les siennes. Alhena savait pertinemment qu'elle était incapable de veiller sur toute sa famille. Elle laissait toujours un détail se frayer sur le chemin et exploser au milieu du salon. La maladie de sa fille n'en était-elle pas la preuve ?

Lyra... Elle a les mêmes symptômes qu'Adrian, notre frère aîné, celui que tu n'as jamais connu. Celui qui l'avait sauvé, mais qui avait aussi détruit une partie de sa vie. Ils étaient comme ça les Peverell. Ils tentaient de se protéger les uns et les autres, mais ça finissait toujours par blesser quelqu'un. Comme s'il était impossible que ça finisse bien. Un happy ending était une vieille illusion. Ils se relevaient mais c'était écrit quelque part probablement, qu'ils finiraient toujours par retomber. Comme une malédiction qui coulait dans leurs veines. Peut-être qu'en vérité c'était ça ? Ils étaient maudits par la vie et que la brune luttait contre un Univers qui ne voulait pas d'eux.

C'était en train de la rendre folle.

Contenu sponsorisé

Bureau de la Directrice du Département des Mystères  Empty
Re: Bureau de la Directrice du Département des Mystères
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Bureau de la Directrice du Département des Mystères


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Ministère de la Magie :: Niveau 9-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.