AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-40%
Le deal à ne pas rater :
Aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V9
157.24 € 259.99 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Grande Salle
Page 2 sur 2
Un tragique évènement [En cours]
Aller à la page : Précédent  1, 2
Azénor Philaester
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Un tragique évènement [En cours] - Page 2 Empty
Re: Un tragique évènement [En cours]
Azénor Philaester, le  Dim 26 Avr 2020 - 14:49


Azénor ne prêta plus attention à Miss Colt, et regarda Mr. Turner d'un oeil presque interloqué. Sa prise de parole était digne, bien que ses larmes énervèrent profondément la Directrice de Poudlard. Elle méprisait tant la faiblesse. Se donner en publique de la sorte l'avait mise dans un état d'aberration, elle qui ne se permettait presque pas de soupirer devant ses élèves. Mais elle ne pipa mot. Après tout, tout le monde ne réagissait pas comme elle, et les pleurs étaient parfois bénéfiques. C'est ce qu'elle se contenta de se persuader. Le Directeur de la Justice Magique prit la suite de la prise de parole du professeur de Sortilèges. Ravental remit de l'ordre et incita les élèves à dire ce qu'ils avaient à dire, à poser les questions qui les taraudaient. Il ne fallut pas plus de temps à la préfète de Poufsouffle pour rétorquer et s'adresser directement à Azénor. Puisqu'elle ne laissait jamais rien paraître de ses émotions, Philaester tourna doucement la tête pour écouter Castielle qui comme qui dirait, en avait gros sur la patate. Azénor serrait la mâchoire un peu plus à chaque ajout de mot à son interminable discours. Elle leva un sourcil lorsque la préfète se rendit elle-même compte qu'elle était -encore une fois- peut-être aller trop loin dans ses propos. Azénor laissa finir l'élève, de toute évidence la pauvre enfant avait ce besoin irrépressible de s'exprimer. Et pour cela, la directrice de l'école ne pouvait guère lui en vouloir. Quelque part, elle appréciait même son courage et sa force, son aptitude à dire devant tout le monde ce qu'elle déplorait.


Azénor se leva tranquillement de sa chaise, et contourna la table du corps enseignant de Poudlard pour se rapprocher de Mr. Ravental et du pupitre. Son visage était incroyablement fermé, elle avait cette aptitude à rester digne en toutes circonstances, ne montrer aucun signe de faiblesse, et son regard en faisait parfois renoncer plus d'un. Apparemment pas Miss Colt! Et cela avait le don d'en secret, plaire à Philaester, tout du moins quand la situation restait sous contrôle. Délicatement, elle prit la parole et s'adressa à Castielle. Miss Colt, puisque vous insistez à obtenir des réponses plutôt qu'attendre les directives qui vont être prises dans un futur très proche pour les Directeurs de maison et les préfets, voilà quelques réponses qui je l'espère, satisferont votre curiosité. Pendant un temps, l'infirmerie sera aménagée de sorte que les élèves de Poufsouffle désireux de dormir autre part que dans leur dortoir puissent trouver refuge. Nous verrons avec le temps comment cette mise en place exceptionnelle évoluera. Pour ce qui est du suivi psychologique, savez-vous combien de fois plusieurs professeurs et moi-même, avons reçu des élèves dans nos bureaux respectifs? Pour discuter, échanger, remonter le moral? J'irai même vous demander Miss Colt, savez-vous, que j'ai reçu plusieurs fois personnellement miss Wilder? De toute évidence vous l'ignoriez. À Poudlard, il a toujours été clair qu'une quelconque aide est apportée à tout étudiant en ayant le besoin. C'est notre travail de rester attentif et vigilant. Quelque chose nous a échappé pour le cas de Jade, et je le déplore bien plus que vous l'imaginez. Avez-vous remarquer l'absence de certains de vos professeurs? S'il s'agit vraisemblablement d'un suicide, nous sommes tous, à notre échelle, responsable. Responsable d'avoir échoué dans notre rôle d'ami, de camarade, de subordonné. Tous les membres du personnel de Poudlard, sans exception, se doivent d'être à l'écoute de chaque élève et de lui apporter son soutien. L'âge adolescent n'est pas une période facile et beaucoup d'entre vous sont extrêmement tourmentés. Mon bureau ainsi que celui de mes collègues sont, et restereront à jamais ouvert pour chacun d'entre vous. Je ne peux que déplorer le départ de Jade, aussi je vous invite tous à réfléchir sur la question, à vous demander ce que vous auriez pu faire pour empêcher cela. La directrice marqua une courte pause. Elle avait légèrement divagué sur la question. Calmement, elle replanta son regard dans celui de Miss Colt. Je comprends que vous soyez en colère. C'est une réaction tout à fait normale. Si l'envie ou le besoin vous en dit Castielle je serais ravie de m'entretenir avec vous. Pour ce qui est des mesures qui seront mises en place compte tenu du tragique évènement, nous allons tous nous tenir plus à l'écoute de chacun d'entre vous, et vous inciter à extérioriser. Dès cette après-midi, je me renseignerai pour faire venir des spécialistes afin d'aider ceux d'entre vous qui en exprimerait le besoin. Miss Colt, j'espère avoir répondu à vos attentes. Maintenant je vous prie de vous rassoir.


Azénor n'était pas méchante. Bien au contraire. Sa plus grande priorité était ses enfants. Elle en avait non pas seulement deux mais plutôt cent. Chaque petite tête présente à Poudlard était comme une infime partie d'elle. Le départ de Jade l'avait affecté bien plus qu'elle ne le laissait paraître. La sécurité de ses étudiants était ce qui comptait le plus à ses yeux. Pour cela elle avait choisit la sévérité, l'autorité, l'intransigeance. Elle les aimait assez pour leur permettre de la détester.

Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Un tragique évènement [En cours] - Page 2 Empty
Re: Un tragique évènement [En cours]
Lizzie Cojocaru, le  Dim 26 Avr 2020 - 15:30

Rassemblés dans la morbidité, nous écoutons la Directrice. J’ai l’impression que l’air ne passe pas correctement dans mes poumons. Quand je respire, je m'entends vomir. C'est une image vivace que je me retrouve souvent à imaginer. Vous savez, quand vous pliez vos chaussettes, une partie de la tête mange le corps ? C'est à peu près ça. Je peux sentir mon corps - mon cadavre, pour être exact - être aspiré par ma gorge, et ensuite attendre d'en ressortir. Je me retrouve à vomir les vestiges de ce que j'étais.

Et pour quoi, vraiment ? Le plus dégoûtant est peut-être la façon excessive dont je réagis à tout. Je suis hypersensible et je sais qu'il s'agit parfois d'une banale susceptibilité, de honte, de faim, de tristesse, et cela prend alors des proportions épiques. Je suis dégoûtée par le manque de distance que je mets entre les petits incidents et mes émotions. Comment puis-je être aussi irrationnelle alors que je sais rationnellement que c'est mal ? Tout est mal. Je suis né dans le faux et mon état s'est aggravé. Sous quel prétexte ? Qu'est-ce qui m'est arrivé ?

Franchement Lizzie, tu as besoin d'une liste des batailles que chacun doit mener ? Tu es un insupportable. Ce n'est pas parce que ce monde est injuste, parce que la vie est dure, que tu as le droit d'être aussi mélodramatique tout le temps. Tu n'as aucune idée de l'effet que tu as sur les gens avec tes c*nneries.

Si je m’étais moins laissée aveuglée par mes sentiments pour Cara, si j’étais allée au conflit avec elle dès le début, sans attendre le témoignage de Jade, en aurait-il été autrement ? La Poufsouffle serait-elle encore en vie ? Est-ce sa faute de l’avoir tuée ou la mienne, de ne pas avoir su la protéger ? La première à dire quelque chose de censé et à m’insuffler un peu de vie, c’est Castielle, la meilleure batteuse de l’histoire de Poufsouffle.

Nous exposant à nouveau à l’image terrible du corps ensanglanté, du désespoir le plus brutal, de mon ancien épouvantard, elle rappelle que des informations et mesures plus claires vont devoir être données. Elle a raison. Laisser les élèves dans l’ignorance, c’est manifester une condescendance majeure, même si c’est avec le prétexte de les protéger. La réponse d’Azénor, cinglante, me fait claquer la langue en geste de désapprobation. C’est quoi leur problème avec le respect et les postes, sérieux ? Sa question était importante !

Le discours d’Ethan devrait me laisser la larme à l’oeil. Je l’aimais cette gamine, comme si c’était une petite soeur à protéger… pourtant ce qui domine à présent mon corps est la colère, une rage sourde, que mon regard ne dissimule pas. Braqué sur le visage de Cara, il ne cille pas.

Les piques se succèdent, et à mon tour, je craque. « J'irai même vous demander Miss Colt, savez-vous, que j'ai reçu plusieurs fois personnellement miss Wilder? De toute évidence vous l'ignoriez. À Poudlard, il a toujours été clair qu'une quelconque aide est apportée à tout étudiant en ayant le besoin. C'est notre travail de rester attentif et vigilant. » Tu parles…
— Chère Directrice, si vous avez reçu Jade plusieurs fois, elle vous a nécessairement parlé des actions de Madame De Lanxorre.
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Un tragique évènement [En cours] - Page 2 Empty
Re: Un tragique évènement [En cours]
Azénor Philaester, le  Dim 26 Avr 2020 - 16:36


Azénor n'eut pas le temps de se rassoir que Miss Cojocaru, bien au courant des faits puisqu'elle avait été présente lors de la découverte du corps de Jade la veille-même, rétorqua pour accuser directement Cara. De par son devoir et de par son amitié envers la directrice adjointe du château, Azénor se retourna vers Lizzie pour répondre à son affirmation qui se voulait bien trop mesquine à son goût.
Penseriez-vous que je trahirai la confiance de Jade, Miss Cojoracu? Aussi je vous demanderai de ne pas évoquer vos problèmes personnels lors de cette affaire.C'est d'une lâcheté déplorable.Ca, elle l'avait dit à demi-mots, aucun élève n'avait pu l'entendre. Lizzie, peut-être que si. Azénor ne cachait pas sa déception lorsqu'elle regardait feu Bennet. Il est à la charge du Ministère et uniquement du Ministère de gérer l'enquête et de prononcer -ou non- la cause du décès. Encore une fois, l'heure n'est pas aux règlements de compte.

Azénor regagna sa place sans poser son regard sur Lizzie. Extrêmement déçue que même son personnel agisse puérilement, elle serra les poings sous la table, espérant cette fois-ci que la prochaine prise de parole soit destinée à Antonius. Elle commençait à penser que la visite du Directeur de la Justice Magique ne servirait à rien. Dieu ce que le monde était égoïste.

Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
En ligne
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un tragique évènement [En cours] - Page 2 Empty
Re: Un tragique évènement [En cours]
Matt Deliers, le  Dim 26 Avr 2020 - 17:21

with all the Others
Les coudes sur la table des Rouges. Les mains sur les tempes. Le Deliers n'écoutait plus vraiment ce que les gens disaient. Il s'en foutait. Puisqu'eux s'en foutaient. Elle était partie désormais. Elle aussi. Elle était passée de « est » à « était » en une fraction de secondes. Et eux n'avaient aucun respect pour elle. Pire encore. Ils n'avaient aucun respect pour eux-même. Ils étaient là à en parler comme si c'était un accident malencontreux. Après tout, à les écouter, se donner la Mort était quelque chose qui arrivait. Pas de quoi en faire tout un drame.

Une tragédie. De celle de l'Ombre. Qui concernait bien plus de gens qu'on ne le pensait. Ni Témoin ni Masqué pour la donner. Et pourtant, ponctuelle, elle avait été au rendez-vous que Jade lui avait proposé. Et eux étaient là à s'écouter parler les Uns les Autres. D'une simple préfète - bouleversée à tord ou à raison, criant sa haine envers le système directif carcéral moyenâgeux - en passant par une Directrice abattue démunie pour arriver à un vieillard sénile assurant maintes et maintes fois que Justice serait rendue sur cette sombre... tragédie.
Ce bouffon du Ministère. Patron de la Justice Magique hein... Parait-il. « [...] quelle justice pour Jade Wilder ? [...] » Ou encore. « Ce n’est qu’à la lumière de la vérité la plus stricte que nous pourrons faire le deuil de cette enfant qui nous a quitté. Que nous pourrons sanctionner les coupables et surtout, que nous pourrons faire en sorte de prévenir pareilles tragédies. » Menteur. Des coupables ? Un suicide ou un meurtre ? Le premier était un sous-genre du second. Mots bien choisis mais... Il transpirait le faux dans tout ce qu'il entreprenait là devant eux : ses gestes, sa posture, sa fausse compassion, son discours pompeux. Il devait sans doute être quinze fois moins efficace qu'un Lumos mais assurait pourtant fermement que toute la Lumière serait faite sur ce dossier. Ainsi donc. A peine Jade partie qu'on lui collait déjà un numéro. Quelques arguments récoltés ici et là pour qu'elle ne meurt une seconde fois dans une pile de dossiers bons à archiver.

A quoi bon écouter tous ces abrutis ? Une Castielle qui partait en guerre contre une Directrice. Le mauvais ennemi. Prise de paroles de son prof de sortilèges. Malgré le respect qu'il avait envers M. Turner, le cœur du Deliers n'était plus là. La Directrice. Le Directeur. Castielle. Rictus amer. « Fermez la. Si vous aviez ne serait-ce qu'une once de respect pour Jade : fermez la. » Un mois de silence plutôt que de les entendre raconter des connxries à tour de rôle. Filtre audio activé pour réduire à néant le bruit sonore de ces nuisibles. Le cœur du Deliers n'était plus là. Vraiment.

Son Esprit non plus d'ailleurs. Le petit Lion ferma les yeux. Il était retourné à Cannes. Il était retourné au Jour +2. Un soir d'été. Dix-neuf heures quarante-sept précisément. Sur le toit d'un hôtel. Les pieds surplombant le vide. Les pensées se bousculaient, s'entrechoquaient toutes entre elles pour au final s'éparpiller et qu'aucune ne prenne l'ascendant sur les Autres. Pourquoi vivre alors qu'il était encore plus facile de mourir ? Pourquoi se battre pour un combat que l'on estimait perdu d'avance ? Pourquoi s'emmxrder à essayer de faire partie d'un Tout qui continuerait logiquement sa course sans vous ? Pourquoi chercher sa place dans ce Monde alors qu'au final elle était peut-être tout simplement dans l'Autre ? Celui duquel on ne revenait pas malgré tous les espoirs insensés que le Deliers possédait.

Jade. Elle était là. Assise à ses côtés. Au-dessus de tout le monde. Libres. Ils ne bougeaient pas. Ils ne parlaient pas. Juste ils contemplaient l'horizon. Aucun mot n'aurait été utile. Futile. Un dernier regard vers la baie, somptueuse et indomptable, engloutissant l'Astre solaire lessivé de sa journée. Et puis il avait tourné la tête. Elle n'était plus là. Elle venait de sauter. Il n'avait rien fait. Ne surtout pas l'en empêcher. Elle avait fait son choix. Il avait fait le sien. Et il la respectait pour cela. Il la respecterait toujours pour cela. Elle avait réussi là où lui avait échoué. Alors il ouvrit les yeux. Des larmes silencieuses coulaient tristement le long de ses joues pour finir un travail que lui n'avait pas terminé il y a quelques années ; tomber dans le vide pour mourir sur le sol.

La gorge nouée il leva les yeux vers la table des professeurs. Scène ridicule, d'une tristesse sans nom. Ms Philaester. Ms Cojocaru. Il les voyait parler sans les entendre. Comme si on lui avait coupé le son à son plus grand bonheur. Les prunelles dévastées croisèrent furtivement celles d'une Elhiya muette. Merci. Elle aussi avait échoué. Elle n'avait rien pu faire pour sauver son amie. Alors sans demander une quelconque autorisation de qui que ce soit, Matt se leva discrètement de sa place. Les jambes lourdes. Le cœur gros. Les yeux rouges. Il partit sans aucun regard. Il quitta cette Grande Salle à la fois si remplie et si vide. Il manquait une pièce importante du puzzle. De toute évidence.

Il ne savait pas où aller. Mais il devait quitter cette assemblée illégitime et irrespectueuse. Encore à chercher un coupable plutôt que de pleurer les disparus. Au bénéfice d'une Justice, magique ou non, morte depuis bien plus longtemps que Jade.


- Départ de Matt -
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Un tragique évènement [En cours] - Page 2 Empty
Re: Un tragique évènement [En cours]
Elhiya Ellis, le  Dim 26 Avr 2020 - 19:06




La bouille tracassée de chacun ne suffisait pas à réussir à se rattacher à leur sentiment de colère ou d'incompréhension. La compassion, bien que présente se posait en linceul pale sur les pensées, tissus léger qui partirait rapidement face à l'hypocrisie vomissante. Le discours de l'administration se voulait bienveillant, mais au combien inutile, celui de la dite justice était bien trop protocolaire pour ôter de l'esprit le traumatisme de la perte d'une amie -ou d'une simple camarade-. L'information était abrupte, la seule réponse offerte, ou mise à disposition, se voulait commune. Depuis quand il était question de groupe quand chacun réagissait différemment à une situation précise ? Et Ulysse ? Il était où depuis la nuit passée ? Une chaise vide dans la table du personnel n'offrait aucune espèce d'inquiétude ? Non, apparemment non, ce devait être elle qui ne réagissait pas normalement. C'était surement pour cela qu'elle aurait voulu dire à Castielle qu'elle comprenait sa colère, sûrement pour cette même raison qu'elle avait jeté un regard noir à Ethan qui prenait la parole d'un air larmoyant. Ridicule intervention de la part d'une personne terriblement trop pragmatique qui jouait désormais les hommes faibles. Quoi qu'il avait toujours été faible... La langue claquait sur le palais en le quittant du regard, le soupir se faisait lourd et l'envie de ne pas rester plus longtemps spectatrice de cette mascarade démangeait.

Mais il fallait que les « grands » dont elle n'avait jamais eu l'impression d'appartenir reprenne la parole. Un ton doux, un appel au respect et un appel à la vérité qui faisait ricaner très discrètement. Ho oui, quelle magnifique idée que de proposer à des mômes à qui ont n'offrait aucun temps de deuil individuel de venir s'exprimer sur un besoin de justice. Ne manquait plus que le cher agent du ministère saupoudre l'ambiance émotionnellement instable d'un discourt politique pour orienter les idées des gosses vers quelque chose qui n'aurait rien d'aussi intimiste qu'une enfant qui décide de s'ôter la vie car elle ne voyait -certainement- plus de raison d'avancer. Nouveau souffle du nez méprisant, colère pointant le nez face à ce ramassis de stupidité et insolence de la jeunesse qui reprenait ses droits sous la voix de Castielle.

Les opales glissaient sur la blairelle, non sans une certaine satisfaction à l'entendre balancer du bon sens commun à monsieur le bien pensant du ministère. Même une gamine de 7eme année avait la notion d'une antenne psychologique qui aurait être mise en place et de la possibilité de groupe de discussion pour ceux qui en avait besoin. Petit sourire en coin qui se mourrait rapidement en moue dubitative à l'annonce que son infirmerie allait devenir refuge pour gosses en plein mal-être. Logique bien sur, mais la blonde aurait quand même voulu qu'on lui en touche deux mots. Elle n'était pas baby sitter, et elle avait un peu autre chose a faire que pouponer des poufsouffle. Et surtout, leur proposer de faire du camping sans le moindre soutient psychologique revenait juste à dire « hey regardez on a pensé à vous donner de quoi faire une pyjamas party, soyez reconnaissant bande de mioches capricieux ». Ah non voilà que ça parlait psychologie, car soudainement tous les profs de Poudlard avait leur diplôme moldu la dedans. Nouveau pouffement étouffé, Ethan pas fichu de faire face à la moindre difficulté serait apte à soutenir qui que ce soit ? Risible à souhait.

Mais l'offuscation du déguisement de psychologue offert à tout enseignant s’évanouit rapidement à la supposition offerte qu'un meurtre ait pu être commis dans l'enceinte du château. Vraiment? Les sourcils se fronçaient et le nez se levait un instant sur Azénor, la bouche s'entre-ouvrait pour lui demander ce qu'elle insinuait précisément, mais se refermait sous les propos de Lizzie. Jeu de ping-pong soudain entre la directrice et l'enseignante de vol. Un silence intimé, et ce, sans aucune discrétion, sous le nez des mômes. De plus en plus ridicule. Meilleur moyen d'échauffer les esprits. Nommer la culpabilité possible d'un membre du corps enseignant devant tout le monde... Si l'infirmière comprenait le désir brûlant que Lizzie pouvait avoir à cracher au visage d'Azénor ce qu'elle savait, user d'autant de témoins malléables n'était pas forcément une bonne idée. Néanmoins... cela encouragerait peut être ceux qui était au courant de quelque chose à demander audience. Peut etre....

Pourtant au milieu de ça, des mèches blondes, de la même maison que celui qui manquait, se levaient, croisaient son regard brièvement et disparues, accusatrices d'une comédie risible qu'on les forçaient à observer. Le cœur se serrait un peu, forcément, le désintérêt n'était pas offert pour tous. Pourtant, elle ne pouvait rien faire, pas plus que le ministère ou les bonnes paroles du corps enseignant. Jade n'était plus. Peu importait la façon dont les choses étaient racontées, rien ne la ferait revenir, c'était juste trop tard.. Pour la préfète de poufsouffle comme pour la bienveillance écœurante soudaine proposées aux enfants...
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- 1/8 Vélane


Un tragique évènement [En cours] - Page 2 Empty
Re: Un tragique évènement [En cours]
Cara De Lanxorre, le  Dim 26 Avr 2020 - 19:12


    Elle avait fait ses pronostics, Cara, avait parié à Ravental que ce serait un Serdaigle qui prendrait la parole en premier, pétri de la certitude d’être le réceptacle de remarques pertinentes. Pourtant, ce n’est pas un bleu et argent qui s’exprime ; c’est une Poufsouffle. Les yeux de Cara se lèvent au fur et à mesure du discours, agacée, déjà, par cet étrange choix pédagogique de laisser les élèves ouvrir leurs grandes bouches à tort et à travers. Et ça ne va pas en s’arrangeant, malgré le recadrage d’Azénor. C’est un membre du personnel qui juge utile de se lamenter, cette fois. Et au fil des phrases mélodramatiques d'Ethan, Cara doit contenir le fou-rire qui menace. Elle-même est consciente que ça ferait mauvais genre, de s’esclaffer bruyamment dans pareilles circonstances. Alors elle se mord la lèvre en penchant la tête, ses cheveux cachant la moitié de son visage, masquant les secousses du rire contenu.

    Ravental, ch*ant comme la pluie, met fin au péril. Le visage redevenu impassible, la directrice adjointe relève la tête, observe la salle alors que le Directeur de la justice magique égrène ses phrases bien construites, bien solennelles – rasoir. « Sanctionner les coupables, c’est ça. » Qu’elle murmure pour elle-même, en écho aux propos d’Antonius. Elle trouve l’idée risible ; c’était un suicide, non ? Ça s’appelait la sélection naturelle ; les plus faibles sont éliminés, bon gré mal gré, et si Cara est vaguement consciente du rôle qu’elle a joué là-dedans, ce n’est pas la culpabilité qui l’assaille – elle ne l’effleure même pas, à vrai dire. « Mais qu’elle se taise ! » Légèrement plus fort, pas assez cependant pour être entendue par d’autres que les collègues. Mais le visage a pris un air scandalisé, en voyant Castielle répliquer. Il serait temps de choisir les préfets avec davantage de sérieux ; ne sont-ils pas censés être des lèches-bottes ? En écoutant Azénor répondre, elle s’enfonce dans son fauteuil bras croisés, légèrement affaissée sur son siège.

    Elle pourrait presque débuter une sieste ici, tant l’affaire l’intéresse peu, mais c’était sans compter sur l’inimitable, l’inégalable Lizzie. Quelle chienne de garde, avec ses accusations à la con, à se croire la défenseuse d’une justice depuis bien longtemps corrompue. À deux doigts de lâcher un Tu te prends pour qui toi ? Mais pourquoi se donner en spectacle quand on peut le regarder ? Jouissif, de la voir se faire remettre à sa place par la Directrice en personne. Et Cara de ponctuer la remarque d’Azénor par un petit sourire satisfait à l’endroit de Lizzie, c’est un Et toc qui ne nécessite même pas d’être prononcé. Incapable de se départir de ce rictus de jubilation, Cara attend la suite.
Emily Lynch
Emily Lynch
DirectionPoufsouffle
Direction
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Un tragique évènement [En cours] - Page 2 Empty
Re: Un tragique évènement [En cours]
Emily Lynch, le  Dim 26 Avr 2020 - 19:36

Etre présente ou ne pas être présente, telle était la question que je m’étais posée durant toute la matinée avant d’arriver à cet instant précis, cet ultime moment durant lequel je devais me décider si oui ou non je me rendais au rassemblement orchestré par la direction. Un représentant du ministère avait été annoncé pour mettre au clair les événements et tout un tas d’autres choses. La moitié de ce qui avait été annoncé m’était passée par-dessus la tête et j’étais incapable de me souvenir de tout cela, je n’en avais que faire. Tout ce qui m’importait à cet instant, c’était le recueillement, donner le temps au temps et laisser les choses se faire comme elles devaient se faire. C’était trop tôt pour agir, pour régler nos comptes bien que ça n’était pas l’envie qui manquait, mais il fallait d’abord laisser partir Jade une bonne fois pour toute, lui offrir les hommages qu’elle mérite pour ensuite passer aux choses concrètes. Mais visiblement tout le monde ne semblait pas être du même avis, puisqu’après avoir trouvé le courage d’aller dans la grande salle, les débats étaient lancés, quelle mauvaise idée de donner la parole alors que les événements venaient tout juste de se passer. Les réactions à chaud sont toujours les pires, les plus virulentes et souvent on les regrette, soit d’avoir parlé trop tôt ou bien d’avoir dit quelque chose qu’il ne fallait pas.  Et tandis que le ton montait doucement, que les accusations commençaient à fuser, je me levais doucement de ma place. « S’il-vous plait, nous ne sommes pas ici pour régler nos comptes personnels. Je suis personnellement convaincue que l’acte de Jade n’est pas dénué de sens et que quelque chose ou quelqu’un la poussée à en arriver là. Cependant, s’il-vous-plait, je vous serais plus que reconnaissante de bien vouloir respecter sa mémoire et de consacrer cette instant au recueillement et non aux disputes en tout genre… Il y a un temps pour chercher des réponses, mais il n’est pas encore arrivé, pour le moment respectons ce dernier instant pour Jade, rendons hommage à sa mémoire, je ne pense pas qu’elle aurait voulu que nous nous déchirions durant cet instant. » Ma prise de parole achevée, je me laissais retomber à ma place pour redevenir muette et me souvenir, me replonger dans le passé afin de repenser aux instants heureux.
Lilith A. Strix
Lilith A. Strix
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un tragique évènement [En cours] - Page 2 Empty
Re: Un tragique évènement [En cours]
Lilith A. Strix, le  Dim 26 Avr 2020 - 21:18

Silence. Silence. SILENCE. Tu ne réclamais plus que le doux son du morbide, du funéraire, de la mort. Autour de toi, les bruits, les rumeurs, les cris, les pleurs, la grande porte qui claque après le départ de l'un de tes semblables : gosses à tes heures perdues. Tandis que les voix s'élevèrent. Oui, tu penses à plusieurs voix. Non pas parce que c'était des personnes différentes qui les prononçaient mais parce qu'elles résultaient toutes d'un sentiment différent. Pour toi, cet instant aurait pu faire élever qu'une seule et même voix, un même son, une même complainte emprise de douleur... mais ce n'était pas le cas. Il y avait la voix de Castielle, la voix de la colère. Ce sentiment sans sexe qui s'amusait à dévorer la chair, le cœur. Celle qui réchauffe le cœur de ce sang bouillonnant dans l'extase de la souffrance. La colère, si elle s'accroche, ne porte que des remords. Si on la prend pour guide, la faute serait capitale. Et c'est ce qui semblait se dérouler avec la voix de la colère. Celle qui gronde se faisait taire par une plus grondante. Mais qui osait la mettre au tapis ? Qui osait placer la colère légitime d'une enfant à l'implacabilité de la colère sourde d'un adulte qui demandait maturité. Maturité... Demander la maturité à un enfant alors que, sous son autorité, une étudiante avait décidé de s’ôter la vie. La directrice, comme les adultes, ne comprenait décidément rien aux cris du cœur. Trop bornés à rester derrière leurs murs de marbre blanc, et éviter la sincérité de ce qui se passait réellement dans leurs têtes.

Silence. Silence. SILENCE. Tu réclamais encore du silence lorsque d'autres cherchaient à prendre une pousse de sagesse en demandant ce que ladite étudiante aurait voulu. Pourquoi, tu le sais toi ? Toi qui n'avait rien vu de sa plus grande faiblesse ? Toi qui penses que tu n'as pu l'empêcher de laisser couler le sang ? Toi donc la seule consolation de la soirée avait été de mettre les couleurs des Poufsouffles dans la Grande salle. Tu es sérieux ?! Avant d'être une Poufsouffle, Jade Wilder était une personne ! Pas seulement une simple étiquette d'une maison! Donc soit tu lui mettais sa tête sur les banderoles, soit tu choisissais la couleur du néant, parce que tu n'avais absolument aucune raison, aucune foutue légitimité de demander ça à des étudiants alors que toi-même, finalement, ne la connaissait pas ! Tu grinças les dents. Tous. Tous se moquaient de son corps trop jeune pour être six pieds sous terre. Jade Wilder. Elle au moins, elle avait eu le courage de la sincérité. Plus que tous les autres.

Ta tête se tourna vers Lizzie. Ta capitaine, ton pirate. Celle qui t'avait guidé au-delà des sept mers. Mais elle avait oublié de te mentionner quel était le plus important et le plus beaux de tous les étendus d'eau: celui de son unique œil. La huitième merveille des océans tumultueux. Tu ne comprenais pas le doute, les remords, les mots presque inaudibles qui sortaient de ses lèvres comme des poignards lancés à une autre professeure, celle de botanique. Tu ne sais pas pourquoi, mais à la vue de son visage mutilé, de son expression presque indescriptible tant d'émotions venaient s’entrechoquer entre eux feignant la neutralité... mais ton cœur se brisa. Tes dents se resserrèrent. Il ne pouvait pas y avoir autant de souffrance, de douleur, de cris, de colère dans une Grande salle devenue finalement si petite. Comme si tout le monde n'était maintenant réunit dans une même petite poche de pantalon, pantalon qu'aurait pu porter Jade Wilder. Qu'elle aurait pu avoir afin de garder ses souvenirs, et l'espoir d'une perception d'un avenir, d'un futur, si elle ne l'avait pas perdu de vue plus tôt.

Silence. Silence. SILENCE. Tes larmes jaillissent sur tes joues comme les éclaboussures sanguines d'un coup porté dans le dos. Tous, tous se rejetaient la faute. Le souci de la maturité, le souci du futur pour les élèves, le souci des p*tains de banderoles dont les couleurs ne correspondaient pas assez au moment présent. Tu ne la connaissais pas toi Jade Wilder. Mais tu avais envie de crier à sa place, elle qui n'aurait sans doute pas pu, acculée par tant de murs de marbre, tant de faux-semblants. La fuite, la colère... tout ça était un flot que tu ne pouvais pas contrôler. Tous venaient tourner autour de ton petit corps comme une tornade dont tu ne voulais pas avoir conscience.  Tes larmes coulèrent sur la table en bois, assombrissant de quelques points ronds certains coins perdus sous ton visage levé vers le ciel magique et ces maudites banderoles aux couleurs du soleil, ces étiquettes. Le son des complaintes, des colères
tambourinaient tes tempes pour tenter d'y rentrer pour pulser ta respiration, pulser ton rythme cardiaque jusqu'à exploser le muscle et t'arracher un cri de douleur... cris de douleur étouffés par ta propre souffrance. Tu n'avais pas voulu voir tout ça. Tous ces visages, tous ces mots, toute cette fichue comédie... tu aurais voulu rester dans le dortoir, près de ce corps qui avait tant perdu, et qui avait finalement si peu trouvé.

- Ri...Riddik...ulus...

Tu te levas de ta chaise... Tes yeux larmoyants rencontrèrent ceux de Lizzie. Ton pirate, qui t'avait conté monts, merveilles et aventures. Ton capitaine de bord qui t'avait apprise à maîtriser le peu de peur que tu avais en toi. Et tu levas ta baguette vers elle. Ce n'était pas Lizzie. Ce n'était pas possible. Lizzie se serait battue, quitte à perdre un deuxième œil. Elle avait vaincu la guerre, elle continuerait, avec à ses côtés cette fois, ce pauvre perroquet. Le fatiguant perroquet que tu étais. Tu lui dirais, levant tes plumes vers l'horizon "garde le Cap' Capitaine !". Tu tremblais. Tes doigts se resserrèrent sur Furficer. Tout ça était un cauchemar dont tu voulais te réveiller. Et formula le sort. Contre tous tes démons, tout tes épouvantards...

- Riddikulus !

Tu hurlais cette fois, hurlais ta douleur. Tu tournas ensuite vers Castielle. Celle qui t'avais enfermée. celle qui t'avais liée d'amitié avec les araignées du cachots ou de la Sombre-Pièce dans laquelle tu avais été pendant deux petites heures bien trop longues. Ta préfète à qui tu avais offerts les roses du bonheur. Elle fulminait de colère comme la fois ou tu l'avais vu avant qu'elle ne referme d'un grand clac cette lourde porte de bois qui n'a plus jamais voulu se rouvrir avant son retour. Elle avait osé. Osé défendre les Poufsouffles. Prendre soin d'eux sous le cadavre d'une Jade Wilder qui hantait les lieux. Epouvantard. Elle aussi devait être éradiquée.

- Ri..ddikulus !

Mais elle restait là. Car aujourd'hui, tu n'avais pas d'autres souvenirs heureux que ceux que tu partageais avec tes parents. Comment leur dire que tu détestais Poudlard et ce château ? Comment leur dire que tu ne voulais plus devenir cette sorcière qui faisait de toi l'être le plus misérable ? Comment le pouvoir pouvait rendre les gens aussi malheureux ? Tes larmes coulèrent encore, de nouveau. Tu te retournas vers l'Homme qui avait changé les bannières : Riddikulus ! Et puis vers Cara De Lanxorre. Cette mante religieuse qui avait fait souffrir les élèves pendant son cours, avec un rictus cruel, digne de la plus grande déesse de la discorde, Éris. Riddikulus !

Riddikulus, Riddikulus RIDDIKULUS !!!

Tu avançais, d'un pas à demi assuré, vers la table des professeurs, la main sur le cœur, l'autre brandissant ta baguette vers ces vilains épouvantards qui ne semblaient pas changer sous les nombreux efforts de métamorphoses que tu leur concoctais. Tu trébuchas, tomba en avant, sur les genoux. Et t'étala de tout ton poids en face des professeurs, en face d'elle. De la dernière qui t'avait fait du mal. La dernière à qui tu voulais faire une bonne impression en sortant de son cours la tête en avant. Tu ne te relèves pas. Mais tu les regardais tous. Avec ses yeux. Les siens. Lueur d'éclair verts dans la douceur de l'Océan. Tu pensais que tu ferais face à tes peurs... Mais tu n'y arrive pas. Tes yeux verts de défi reprirent la douceur de ton caractère. Face contre terre, tu poses ton front. Pleurant les larmes de ton corps.


Personne ne comprenait.
Personne.
C'était la faute de tous.
Et de personne.
C'était son choix.
Et tous, toi, adultes, enfants,
Ne voulaient pas voir,
Ne voulaient pas croire,
Ne voulaient pas rire.

Parce que... Parce que ce n'était pas un épouvantard,
Parce que ce n'était pas un cauchemar.
Parce que...


Jade Wilder n'était plus.
Antonius R. De Lanxorre
Antonius R. De Lanxorre
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Un tragique évènement [En cours] - Page 2 Empty
Re: Un tragique évènement [En cours]
Antonius R. De Lanxorre, le  Dim 26 Avr 2020 - 23:25


Ca y est. Nous y étions. Nous avions définitivement touché le fond. Que c’était-il passé dans cette école ? Quel évènement, dans l’histoire, avait pu transformer à ce point ces enfants et le corps enseignant en parodie dramatique d’hôpital psychiatrique moldu ? Le chagrin est une chose. La dignité en est une autre. Intérieurement, je remercie le destin d’être le seul observateur externe à cette déconfiture morale. Un élève prit la fuite. Il avait bien raison. La Directrice Philaester temporisait et tentait vaille que vaille de faire la balance entre maternalisme, discipline et respect des valeurs d’excellence. La route s’annonce encore longue. Mais la magie n’est jamais très loin et les miracles finissent par opérer. Les premiers propos intéressants à mes oreilles avaient été prononcés. J’avais maintenant toutes les informations dont j’avais besoin pour débuter mon enquête. Quel beau métier que celui de Directeur de la Justice Magique. Un sourire fugace de satisfaction se dessinait sur mon visage. Deux miracles ne venant jamais seuls, voici qu’un troisième cadeau du destin vient à se présenter à moi. Un peu « Riddikulus » ce cadeau mais passons. Ajustant mon costume j’agite ma tête de gauche à droite, avisant les autres adultes placés derrière moi avant de dire à leur attention.

- Quelqu’un pour aider cette jeune fille ? Une limite a été franchie, tout cela doit cesser.

Mon regard se darde désormais sur la Directrice. Je quitte le pupitre et me dirige sans délais vers sa personne, à grandes enjambées. Me penchant près d’elle, je lui adresse ces quelques mots à mi-voix. Mon regard dur ne traduit aucune émotion autre qu’un agacement mêlé à une certaine forme de peine. Le deuil de la bienséance. Il était maintenant temps de réaffirmer les valeurs qui m’avaient mené à obtenir mon poste. Efficacité, volonté, pragmatisme, discipline. Je savais que j’avais en la matière l’oreille attentive d’une consœur de responsabilités et d’autorité.

- Avec votre permission Madame la Directrice, nous allons nous en tenir à cela. Force est de constater que nous n’irons pas plus loin. J’aimerais vous exposer dès à présent dans votre bureau le fruit de mes observations et la façon dont je vais mettre un terme à ma présence ici. Avec votre collaboration, cette enquête sera réglée dans la journée.

Isolde Momba
Isolde Momba
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un tragique évènement [En cours] - Page 2 Empty
Re: Un tragique évènement [En cours]
Isolde Momba, le  Lun 27 Avr 2020 - 0:48

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Violence (automutilation), sang, violence psychologique (déni)




Pas les maux.

Pas ces mots qui blessent qui percent qui arrachent
Pas ceux qui engloutissent qui dévastent qui déracinent

Pas possible. Pas possible.

Les ongles courts qui mutilent le poignet
Qui le pincent qui le grattent qui le perforent et le creusent
La mâchoire qui se serre et qui ne s’ouvre plus
Et le sang qui coule du museau de la lionne

Une goutte

Deux gouttes

Les perles cuisantes qui lèchent la peau glacée
Et les yeux qui n’ont plus la force de cligner

Pas possible. Pas possible.

Le cœur tape
Il cogne
Il martèle
Il tambourine
Il pourfend la poitrine
Il défonce la cage thoracique
Ce qu’il est douloureux de n’être plus qu’en vie

Pas possible. Pas possible.

Tes mèches qui dansaient quand la brise soufflait
Ton regard caressant et tes paumes d’enfant
Ta voix trop silencieuse et qui luttait si fort
Tes joues désormais sont pâles comme la —

Pas possible. Pas possible.

La peau raclée par les ongles
Qui déchirent qui broient qui tailladent qui mordent
Les dents toujours soudées
Et ce cri dans la tête
Ça hurle ça gueule ça rugit

PAS POSSIBLE.

T’es pas là
T’as disparu tu t’es cachée t’es partie tu t’es effacée tu t’es retirée tu t’es évanouie tu t’es estompée t’es tombée
C’est pas grave
Tu vas réapparaître sortir de ta cachette revenir te matérialiser refaire surface te réveiller t’opacifier te relever

PAS POSSIBLE !

Le vermeil sur les lèvres
Serpente vers la bouche
Libère un goût de fer
Dans la prison de chair

Une enveloppe immobile

Et tout autour
Il n’y a plus
Rien

Ni les uns
Ni les autres
Ni le calme
Ni les cris
Ni l’endroit
Ni l’envers
Ni le sol
Ni le ciel

PAS POSSIBLE !!!
Emily Lynch
Emily Lynch
DirectionPoufsouffle
Direction
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Un tragique évènement [En cours] - Page 2 Empty
Re: Un tragique évènement [En cours]
Emily Lynch, le  Lun 27 Avr 2020 - 1:53

Accord de Lilith pour usage de son L.A

Se souvenir du bon vieux temps, des moments agréables passés ensemble pour effacer cette peine, se souvenir de ce qu’elle a été au meilleur moment de sa vie. Oui c’était ce que je recherchais au plus loin de ma mémoire, mais j’avais beau chercher, les moments de plénitude se comptaient sur les doigts de la main pour Jade. Comment une jeune fille au tel potentiel a-t-elle pu connaitre autant d’épreuves, autant de souffrances ? La vie d’entre nous est loin d’être évidente, mais qui peut se targuer d’avoir connu autant de difficultés que Jade ? Personne ne pouvait revendiquer savoir ce qu’elle avait enduré durant sa courte, trop courte, vie. J’en savais beaucoup sur Jade, mais y avait toujours eu cette part d’elle qui refusait de s’attacher à quiconque, qui refusait de s’ouvrir aux gens, c’est cette partie d’elle que je n’ai jamais réussi à toucher, à atteindre, c’est cette part de Jade qui m’a fait défaut, que je n’ai pas pu comprendre et qui nous a mené à tout cela. Si seulement je n’avais pas été absente si longtemps, si seulement j’étais restée auprès d’elle au moment le plus critique, peut-être que tout cela aurait pu être différent, qui sait, personne n’a cette réponse et à moins d’obtenir par je ne sais quel moyen la possibilité de remonter le temps, il était à présent impossible d’envisager cette réalité. Perdue dans mes pensées, dans mes souvenirs, je fus rappelée à la réalité par la peur, non pas la mienne mais par celle d’une élève prise par la panique, la tristesse. Comment était-ce… Sans trop comprendre pourquoi, peut-être était-ce la part de mère en moi, je me levais pour voir la jeune Poufsouffle tenter en vain de faire partir ce qu’elle imaginait au plus profond d’elle être des épouvantards. Dans sa réalité, nous étions les créatures polymorphes inspirées de ses peurs, que devions nous interpréter à tout cela ? Que la direction et le  corps professoral représentaient ce qui l’effrayait le plus ou bien que nous énoncions une réalité qu’elle ne pouvait admettre ? Et tandis que la jeune fille tombait au sol, le représentant du Ministère montrait qu’il était bien digne de son nom, pas la moindre empathie, par la moindre âme ne laissait paraitre au travers de son regard. Contrairement au mien qui laissait transparaitre toute ma fureur fasse à un tel comportement, je pouvais l’ajouter à la liste des personnes à qui je mettrais bien mon poing sur leur figure.

Me retenant de tout commentaire, je quittais la table, lançant un regard à ma demi sœur, je ne sais pas pourquoi, à croire que je voulais revenir aux temps anciens durant lesquels je pouvais compter sur elle. M’approchant délicatement de l’enfant je l’aidais alors à se redresser délicatement, m’assurant qu’elle ne s’était pas blessée durant sa chute. Sans dire le moindre mot, je la serre doucement contre moi afin de lui apporter un peu de réconfort. Devant Lilith, j’ai l’impression de voir ma fille et même si elles n’ont pas le même âge, elles sont encore bien trop jeunes pour affronter de tels événements. D’une voix douce je tente alors de la rassurer. « Ca va aller, ne t’inquiète pas, je suis avec toi, tout va bien se passer. » Je regarde autour de moi, personne ne semble vouloir s’inquiéter du destin de Lilith et bien qu’il en soit ainsi, nous partirons alors. « Ça te dit qu’on sorte d’ici ? Viens, on va faire un tour. » Tout ce me rappelle ces moments difficiles avec Jude lorsque j’étais en fuite, lorsque chaque instant nous paraissait insurmontable, lorsque je devais calmer ses pleurs, ses peurs… Toujours délicatement, j’accompagnais Lilith hors de la grande salle, hors du château pour aller prendre l’air, d’ailleurs tout le monde ferait mieux de quitter cette pièce.

Départ de Lilith et Emily
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Un tragique évènement [En cours] - Page 2 Empty
Re: Un tragique évènement [En cours]
Azénor Philaester, le  Lun 27 Avr 2020 - 12:03


Azénor regardait en silence chaque détail qui se déroulait dans la Grande Salle. D'abord elle zieuta un préfet rouge et or disparaître, sage décision qu'elle aurait bien aimé copier. Ensuite, elle remarqua les regards de défi et la tension entre Lizzie et Cara. Typical. Ensuite elle écouta attentivement le discours d'Emily qu'elle apprécia. Faîtes honneur à la mémoire de Jade, m*rde. Et pour finir, elle fut témoin d'une scène qui la scotcha littéralement sur place. Bouche bée elle regarda la petite Lilith faire son numéro. On apprenait le sortilège Riddikulus en deuxième année? C'était donc ça Poudlard. Azénor avait honte. Si honte qu'elle ne tinta mot, laissant la Poufsouffle se ridiculiser devant l'école entière. La directrice tourna sa tête légèrement pour croiser le regard de Cara. Sur ses lèvres, la De Lanxorre pouvair lire c'est quoi ce délire? De toute sa consternation Azénor n'avait su cacher que son mépris à l'égard de l'élève. Voilà que désormais, elle se laissait tomber droit devant tout le corps enseignant de Poudlard.

N'avait-on plus un semblant de dignité? De retenue? Azénor restait sans voix en contemplant le désastre qui continuait devant elle. Philaester restait choquée, ne comprenait absolument pas un tel comportement. Que cherchait-elle à se donner en public de la sorte? Que voulait-elle prouver? Pour Azénor, ce n'était pas du courage qu'avait fait preuve Miss Strix à l'instar de sa subordonnée Colt, mais de la bêtise. La vraie souffrance n'était-elle pas intérieure? N'était-elle pas strictement personnelle? Azénor comprenait la colère, elle comprenait le mépris, elle comprenait le désir de vengeance, elle comprenait la tristesse. Mais elle ne comprenait pas et s'indignait même d'un tel acte de théâtre mis en scène pour exprimer sa peine et supplier l'aide.
Antonius avait raison. Une limite avait été franchie. Et pendant que la directrice de Poufsouffle alla porter secours à l'élève qui s'était donné en spectacle, le directeur de la justice magique tinta quelques mots discrets à l'encontre d'Azénor. Elle acquiesça ses mots d'un signe de tête. Ca ne sert à rien de continuer en effet. C'était probablement une erreur. Tendez-leur votre main ils vous attraperons le bras... Je vous en prie, mettez fin à cette mascarade.


Castielle Colt
Castielle Colt
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un tragique évènement [En cours] - Page 2 Empty
Re: Un tragique évènement [En cours]
Castielle Colt, le  Mar 28 Avr 2020 - 20:51

Castielle s'était rassise. La directrice avait enfin consentie à lui donner des réponses mais quelque part, avoir du autant insister, le ton employé et l'impression qu'au final rien de très concret n'avait été mis en place lui restait en travers de la gorge. Elle rajoutait même une couche en disant qu'elle, petite préfète ignorante, ne savait pas tout. Qu'elle avait parlé à Jade, elle, l'adulte toute puissante. Sauf que si elle lui avait parlé comme elle s'adressait à eux, ses élèves, à chaque situation de crise, c'était pas étonnant que ça ne l'ai pas aidé, Jade. Castielle était épuisée. Le manque de sommeil, la culpabilité, la peur, le sentiment de responsabilité de tous ces autres qui ont le nez baissés sur leurs mains ou levés vers leurs professeurs. Tous dans l'attende de quelque chose, que ce soit une réponse, une permission de sortir, un mot réconfortant ou rien du tout. De cette réunion, personne n'en sortira satisfait ou apaisé.

La préfète ne releva pas. Elle pris les mots de la directrice comme il sont : pas grand chose mais déjà mieux que le rien précédent. L'idée d'aller encombrer l'infirmerie d'Elhiya aurait pu la faire sourire dans d'autres circonstances. Ça n'aurait pas été la première fois que les deux femmes passaient une soirée en pyjama ensemble. Castielle réfléchissait déjà à la logistique à mettre en place par rapport à ça. Elle ne pouvait pas laisser une partie des Poufsouffles à l'infirmerie sans une présence préfectorale et une autre à la salle commune de même. Avec Emily, elles devraient se répartir les tâches. C'est dans ces moments-là que Castielle regrette de ne plus avoir de collègue pour mieux s'organiser, ça aussi elle devrait en toucher un mot à la directrice. Plus tard. Peut-être. La sorcière se dit qu'elle prendrait bien la première nuit à l'infirmerie pour elle. La pensée de retourner dans son lit, voisin du dernier berceau de Jade, lui donnait envie de vomir. Oui, il faudrait qu'elle en parle à Emily, elle comprendra même si Castielle n'avoue son mal-être à demi-mots. Mais est-ce que ce ne serait pas aussi cruel de faire passer ses cauchemars avant ceux de sa directrice de maison ? Après tout, c'est elle qui avait vu les draps ensanglantés en première... Tout ça soulevait plus de difficulté qu'autre chose. On aurait pas pu acccueillir tous les Poufsouffles dans la Grande Salle aménagée ? Comme ça c'était déjà fait par le passé ? Plutôt que de faire, une fois de plus, une demi-mesure qui ne rendaient même pas les choses plus faciles.

Mais la sorcière n'eut pas le temps de cogiter plus là-dessus. Une petite voix s'était levée, répétant encore et encore une formule que Castielle ne comprit même pas. Complètement prise au dépourvu, ses réflexes endormis sous une couche d'apathie aiguë, soudaine, Castielle assista à la scène, aussi bouche-bée que les autres. Lilith. La petite Lilith a qui elle avait fait tant de mal, perdait les pédales. Elle s'écroula à terre et elle ne pu rien faire. Ses lunettes avaient pâli à l'extrême. Du rouge de rage, les voilà qui étaient devenues plus blanches que blanches. Transparentes même. Libérant sa vue aussi brutalement que le retour du soleil après une éclipse, la préfète ne pu qu'observer sa propre incompétence. Elle ne put se lever à temps. Elle ne put bouger à temps. Elle ne put rattraper la petite à temps. Ses yeux noisettes virent arriver Emily, au ralenti, comme dans un film. Sa directrice de maison vint au secours de cette Poufsouffle que Castielle était incapable de sauver. Les voyant sortir de la salle, elle se fit violence pour se réveiller. Se donnant des claques mentales pour se défaire de cet engourdissement honteux. Oui, c'était honteux. Et elle se sentait d'autant plus responsable de part ce qu'elle avait fait... et maintenant de ce qu'elle n'avait pas fait...

Dégoûtée. Voilà ce qu'elle était. De tout mais surtout d'elle-même.
Tout ce qu'elle put faire, c'est de rassurer les murmures et les questions inquiètes qui fusaient de tous les côté de la table de Poufsouffle. Emily allait s'occuper de Lilith, ils ne devaient pas s'inquiéter. Tout allait bien se passer. On devait garder son calme. Rester assis. Elle avait besoin d'air. Emily savait bien faire. Lilith allait s'en remettre.

Elle dut néanmoins le dire et le répéter très vite, pour ne pas avoir la sensation de mentir trop longtemps.
Antonius R. De Lanxorre
Antonius R. De Lanxorre
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Un tragique évènement [En cours] - Page 2 Empty
Re: Un tragique évènement [En cours]
Antonius R. De Lanxorre, le  Mer 29 Avr 2020 - 0:53



LA d'Azénor pour tout



Avec l’autorisation de la Directrice, les choses allaient pouvoir se dérouler plus efficacement. Et ce n’était pas pour me déplaire, d’ailleurs. Ajustant mon costume, je reprends place derrière le pupitre. Je suis des yeux la procession de Lilith, accompagnée par sa directrice de maison. Quelques secondes d’atermoiement traversent l’assemblée lorsque l’imposante porte se referme sur leur passage. A nouveau, je darde mon regard sur l’ensemble des élèves encore assis. Il fallait absolument mettre un temps à cette comédie dantesque avant qu’un autre incident déshonorant ne survienne.

- Nous allons en rester là pour le moment. Que chacun prenne le temps qu’il lui faut pour réfléchir et rendre l’hommage qu’il juge le plus adapté à Jade Wilder. Merci pour votre attention.

Je n’ajoute pas un mot. Vraisemblablement, tout ce que j’aurais pu dire d’autre aurait été superflu et déplacé. Seul l’air libre et le silence pouvaient désormais nous tirer de ce cauchemar éveillé. Je retourne d’un pas plus détendu vers la table du personnel et plus particulièrement vers la chaise précédemment quittée de la Directrice de Poudlard.

- Madame la Directrice, si vous le voulez bien.

Azénor et moi-même nous trouvions désormais sur l’estrade. Avant de quitter la proximité de la table, je jette un dernier regard vers Cara de Lanxorre. Une absence totalement d’expression teintant ma voix et mon visage, j’ajoute à son attention, en aparté.

- Madame la Directrice adjointe, je vous serais très reconnaissant de vous tenir à la disposition de la Justice Magique dans les heures à venir. J’aurais quelque recherches à effectuer avec votre aide, dans le cadre de l’enquête, au sein de ce château.

Ce fut sur ces mots que je finis par gagner le grand hall puis les escaliers en compagnie de Miss Philaester. Dans un long soupire mêlant soulagement et exaspération, je décroche quelques phrases trahissant un certain déficit de compassion proprement ministériel.

- Tâchons de ne plus penser à tout cela et recentrons-nous sur l’essentiel. Vous avez fait votre part en permettant cette intervention. Le doute ne plane plus. Poursuivons notre travail à présent. C’est notre rôle. A tous les deux.


Départ d'Antonius & d'Azénor, fin de la partie "officielle" de la réunion. Merci à tous !


Contenu sponsorisé

Un tragique évènement [En cours] - Page 2 Empty
Re: Un tragique évènement [En cours]
Contenu sponsorisé, le  

Page 2 sur 2

 Un tragique évènement [En cours]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Grande Salle-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.