AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -24%
Apple AirPods Pro
Voir le deal
212 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 1 sur 2
La Belle Verte.. [TERMINE]
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
La Belle Verte.. [TERMINE]
Gisèle Llobères, le  Mer 22 Avr - 16:49

Bad Romance
Saison 31
É




La Belle Verte..
Avec Matt Deliers




Les vacances d'été étaient terminées et Gisèle avait retrouvé, avec une joie étonnante, l'école. Le calme des vacances dans le duplex de Malicia avait le don de la rendre folle à la longue. L'adolescente avait besoin de boucan, de rire, de vie, pour éviter de sombrer dans une certaine dépression. C'est qu'ça rend barge l'absence de silence lorsque des puces vous rongent la cervelle. Peut-être que si elle se concentrait assez.. Ah, elle percevait "mensonge" et "bras". Aucun sens. Pour changer.

Sa clope magique au bec, la rouge finit par bouger de son coin tranquille pour tenter de rejoindre les Trois Balais. Le weekend, Pré-au-Lard était rempli d'étudiants. L'envie de bousculer la foule.. Peut-être qu'une bourrasque suffisamment puissante pourrait les faire tous s'envoler ? B$tes les.. Brusque coup de tête. Avec un peu de chance, il tomberait dans un coin de la tête de Gisèle et il mettrait du temps à remonter jusqu'à son oreille. M$rde, ça lui avait foutu la migraine.

Nouvelle taff, ça soulage la douleur naissante. L'odeur devait en surprendre quelques uns puisque des têtes se retournaient au passage de Gisèle. C'est vrai qu'elle sent fort cette plante. Au moins elle en transmettait un peu aux autres par voie olfactive ! Respirez, respirez ! Vous serez heureux. Elle était heureuse. Ou était-ce parce qu'elle allait voir Matty ? Elle espérait qu'il ferait sortir une bouteille en douce pour elle, lui avait-elle déjà stipulé qu'elle adorait le rhum ?

Trois Balais en vue capichef', qu'elle heure était-il ? Il devrait déjà avoir finit. Il n'était pas là. Elle allait devoir attendre. L'attendre. Horreur. Poussant un soupir digne d'une gosse capricieuse, Gisèle appuya son dos nue contre le mur du bar. Coup d’œil à la clope verte, ça va. Il en restait assez pour patienter. Elle se voyait déjà pénétrer le lieu et hurler comme un animal traqué. Peut-être devrait-elle faire une banderole "FREE MATTY" ? Nouvelle taff.

D'une main, elle s'assura que sa baguette était toujours bloquée entre son short en jean et le textile de son body noir qui disparaissait sous le short. Bien à sa place. Bien. Très bien. Au moins trois minutes écoulées. Nouvelle taff. Le rouge à lèvre mauve colorait le bout de carton à l'extrémité de la clope. C'était jolie. Elle collerait un baiser sur la joue de Matt pour la colorer aussi.


Dernière édition par Gisèle Llobères le Sam 9 Mai - 17:33, édité 1 fois
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
Re: La Belle Verte.. [TERMINE]
Matt Deliers, le  Jeu 23 Avr - 13:51

« La Belle Verte »
with Gisèle Llobères - Saison XXXI, Été


Gisèle Llobères


Matt Deliers
Pas de repos pour les vrais. Matt le savait. Vacances d'été ou pas, le petit Lion avait décidé de poursuivre son boulot via un job d'été. Au-delà des coups de spatule du boss, il avait eu le feu vert de l'ultraboss pour prêter main forte au bar. Logé gracieusement dans une chambre de l'enseigne pour la charge de travail abattu, le deal était plutôt correct. En réalité le griffon restait uniquement pour taper la discussion avec Hope et Spouik ; ses patrons n'avaient rien à redire sur son travail exemplaire de son point de vue. Mais maintenant que les vacances étaient finies, le rythme allait reprendre voire même s'accélérer méchamment avant de s'imposer logiquement au Rouge.


* * * * * * * * * * * * * *



Aujourd'hui. Weekend plutôt tranquille. Un flot régulier d'étudiants venus célébrer la rentrée. Il faisait chaud ; journée de celles d'un mois de Septembre profitant d'une fin d'été sublime. Matt avait donc opté pour une tenue légère 100% personnelle : ses baskets explosées, un foulard en guise de couvre-chef, son short noir habituel, son débardeur blanc - découpé proprement dans le dos par ses soins pour y floquer son nom « LeDeliers ». Bronzage naturel de sa peau aux endroits à l'absence de tissu sur les lettres imprimées par le Soleil.

Avec sa fière allure, il était néanmoins adossé au comptoir en attendant que quelqu'un ait besoin de quelque chose. Admiratif, comme toujours, devant les grenouilles du comptoir il regardait Kohane et Elias gérer d'une main ferme l'endroit. La fière équipe ! Il se mit à penser à Jude, espérant que son « Binôme » ait passé de délicieuses vacances. L'Esprit enchaîna alors. Daisy. Arthur. Morgana. Quelqu'un le demanda alors il sortit de sa torpeur. Mais... Jennifer. Pas un seul jour sans penser à elle.


Quelques heures plus tard. Fin de son service. Alors il salua Elias d'un signe de main pour dire qu'il allait faire un tour. Prendre l'air. Se changer les idées. Il prit une petite bouteille de lait qu'il glissa dans sa poche. Puis Matt sortit du bar. Il huma l'air extérieur comme s'il ne l'avait pas respiré depuis des jours et s'étira en essayant de faire en sorte de rejoindre ses deux omoplates. Désagréable sensation, cela le brûlait légèrement depuis quelques jours. Pxtain. Il avait du prendre un coup de soleil dans le dos là. Pile là où il avait tailladé le tissu pour y écrire son nom.

Le regard circulaire, Matt balaya les environs avant que ses prunelles ne tombent nez à nez avec une Gisèle adossée contre un mur du bar. « Qu'est-ce qu'elle fouta... » Oh no. Elle devait venir ? La demoiselle fumait une clope douteuse. Les narines alertées. Le petit Lion s'avança rapidement vers Djidji en refrénant à peine un bâillement qui en disait long. Il avait complètement oublié qu'elle passerait aujourd'hui. Il ne laissa cependant rien paraître. Comme si de rien n'était. Elle avait l'air de l'attendre. Fière. Agacée. « Djidji. Il y a pas mal de monde, j'ai débordé sur mon service. » Mensonge. Il s'en foutait : elle n'irait pas vérifier.

Les iris insolentes dévisagèrent de la tête aux pieds la demoiselle. Sourire aux lèvres. Son amie était bien là devant lui. Il émit alors l'hypothèse intérieure qu'elle aussi lui avait presque manqué durant l'été. « Oh, attends. J'ai pris du lait. » Il sortit la bouteille de sa poche de short. « T'en veux ? » Sans attendre, il porta le contenant à sa bouche et descendit deux gorgées du précieux liquide. Il tendit ensuite la bouteille à une Gisèle toujours immobile le fixant du regard. Sourcils froncés. Matt pivota la tête quelques secondes quand même pour voir si elle ne regardait pas stupidement quelque chose ou quelqu'un derrière lui.
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
Re: La Belle Verte.. [TERMINE]
Gisèle Llobères, le  Jeu 23 Avr - 17:29

Elle aurait du prendre ses écouteurs. Bah non. Magie ici, adieu technologie. Soupir lassé. Qu'est ce qu'il foutait ? Les prunelles noisettes observait les passants. Les murmures étaient rendus inaudibles par les rires des groupes de jeunes. C'était agréable. Un groupe en particulier semblait s'éclater avec leurs nouveaux gadgets magique. L'espace d'un instant, Gisèle eu l'envie de les rejoindre. Vibration sur le mur. Quelqu'un avait touché à la porte. « Djidji. Il y a pas mal de monde, j'ai débordé sur mon service. » L'adolescente marmonna quelque chose qui ressemblait à un "Ok" .. Ou était-ce plutôt un "Humhum" ? Bref. Elle était passionnée par les couleurs émanant de l'objet que les jeunes utilisaient. C'était quoi ce truc ? Elle en voulait un.

C'est lorsque Matt bougea enfin, pour regarder dans la direction des yeux de Gisèle, qu'elle prit conscience qu'il était bien là. Genre réellement. C'est qu'on peut s'y méprendre, elle avait arrêté de faire confiance à ces sens avec tout ce b$rdel neurologique. Elle le voyait flou jusqu'à présent, étant donné qu'elle avait fait le point sur l'arrière plan. Tel une caméra. Quelle jolie caméra elle ferait. « S'pas trop tôt, j'ai faillis partir. » Rejoindre le groupe. C'était tentant. Mais il était là. C'était quoi ça ? Dans sa main. Du lait ? Sérieusement ? Une grimace écœurée pris place sur le visage de la rouge et or. « Tu t'ai jamais dit que si il y avait un sevrage de ce truc là, au bout de quelques mois d'existence, c'était pas pour une bonne raison ? » Elle mima un haut le cœur pour appuyer ses mots avant de se détourner pour partir à la recherche d'un coin où s'asseoir. T'façon le pauvre bidou de Gisèle ne supportait pas cette mixture. Alors à moins qu'il veuille la voir ch$er partout, mieux valait qu'elle reste loin de cette bouteille.

Trahison. Du lait. Alors qu'elle voulait du rhum. Elle lui enverrai un hibou la prochaine fois. A quoi ça servait d'avoir son pote comme barman s'il pouvait pas la rincer ? Expression étrange. Est-ce que ce serait réellement agréable de se faire asperger de rhum ? Ah ! Sainte barrière de bois où elle allait pouvoir poser son royal derrière. Gisèle grimpa la barrière pour s'asseoir sur cette dernière. « Alors ces vacances ? Tu les a passé à faire le larbin ? » La brune porta de nouveau la roulée à ses lèvres.

Elle n'avait toujours pas vue l'état du tee shirt de son camarade, vous imaginez bien qu'elle aurait déjà hurlé de rire sinon. D'ailleurs s'il pouvait éviter de lui tourner le dos tant qu'elle était sur la barrière.. le coup du lapin serait si vite arrivé. « Ou est-ce que t'en a profité pour délivrer toute cette frustration sexuelle ? » Sourire moqueur, la fumée s'échappant d'entre les lèvres étirées. Depuis le temps qu'il bave devant sa blonde, Gisèle espérait qu'il avait enfin entrepris de casser la croûte. ... Cette expression aussi était dégueulasse.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
Re: La Belle Verte.. [TERMINE]
Matt Deliers, le  Jeu 23 Avr - 22:03

Grimace de Gisèle devant la bouteille de lait tendue. Confirmation vérifiée auprès du Deliers ; la demoiselle n'avait pas de goût. Elle manquait clairement de style. Elle ne savait pas apprécier les bonnes choses. Et de toute évidence, les bienfaits du lactose. Comme seule réponse il haussa les épaules ; rebouchant la bouteille et la remettant dans sa poche.

« Tu t'ai jamais dit que si il y avait un sevrage de ce truc là, au bout de quelques mois d'existence, c'était pas pour une bonne raison ? » Mimique désobligeante accompagnatrice. Matt ouvrit la bouche pour au final la refermer juste après. Touché. Sauf que lui n'avait jamais été sevré. Une mère inconnue qui n'avait pas daigné donné signe de vie ou une moindre indication sur l'âge à partir duquel il fallait arrêter les conneries ou boire du lait. Marmonnement d'une vague réponse. « J'ai pas eu la chance d'avoir une m... Bref on s'en fout non ? J'adore ça. Je vais pas me priver de boire du lait... » Djidji ne l'écoutait déjà plus. Trop occupée à chercher un endroit où poser son cxl. Il soupira levant les yeux au ciel.

Elle avait finalement choisi. Le petit Lion observa sa camarade grimper sur une barrière. Le meilleure endroit duquel se vautrer. Et il n'irait clairement pas la chercher si cela venait à arriver. Elle était toujours en train de fumer une substance douteuse. Et surtout Djidji n'avait pas l'air dans son état normal. Enfin son état « normal » était déjà anormal pour beaucoup. Mais là c'était plus que d'habitude ?
L'odeur dégagée de sa cigarette sentait à des dizaines de mètres à la ronde. On aurait dit de l'Herbedargen ou une connxrie du genre. Pas inquiet le moins du monde, le Deliers s'approcha d'elle tranquillement. Il se mit en face d'elle. Planté debout sur ses mollets finement musclés bronzés par l'été. « Alors ces vacances ? Tu les a passé à faire le larbin ? » Nouveau soupir. Décidément elle n'avait pas changé. Jamais, elle ne changerait. « Ou est-ce que t'en a profité pour délivrer toute cette frustration sexuelle ? » Que.. Quoi ?! Il eut très chaud. Ses rouges devinrent à la couleur de leur Maison. Elle était sérieuse ?! Visiblement oui puisqu'elle souriait comme une débile. Pxtain. Elle venait juste pour l'emmxrder ?! Balancer une punchline aussi tranchante qu'une serre d'hippogriffe et tirer une taff comme si de rien n'était. Frustration sexuelle ?! N'importe quoi.

Il avait pensé à Jennifer chaque jour des « vacances ». Son désir brûlant de la revoir. De la serrer dans ses bras. De l'embrasser. Cela l'avait aidé à tenir le coup durant l'été. Là où tous les Autres étaient rentrés chez eux. Puisqu'ils avaient un chez eux. Lui n'en avait pas. Ou plus. Il avait opté pour se réfugier dans le travail pour oublier sa condition, sa misère et surtout trouver le temps moins long. Et Djidji osait se ramener, comme si de rien n'était, pour faire sa pimprenelle moralisatrice. Evidemment qu'il était frustré. Pas sexuellement. Mais frustré. Clairement. Elle venait encore de faire mouche de manière pas si totalement innocente ; le Deliers connaissait l'animal.

Matt lui lança un regard noir. Il voulait la tuer. Là. Maintenant. Des rires le sortirent du contexte. Le Lion focalisa son attention quelques instants sur les responsables ; des étudiants. Comme les trois quarts du village ce weekend. Reportant ses prunelles meurtrières sur Djidji, il s'adoucit. Il ne voulait définitivement pas lui donner raison. Elle le cherchait. Il devait donc être plus malin. Ne pas tomber dans son piège. Un énième soupir avant d'annoncer la vérité. « Je préférais me rendre utile... » Ce n'était pas le cas de tout le monde visiblement. « ...ici aux Trois Balais. » Mouvement de tête pour désigner l'enseigne. « Plutôt que de rentrer à Londres chez mon oncle. » Ce bon vieux Kito. « Quitte à être seul. Autant bosser. Au moins on voit des gens et on s'oublie l'espace d'un instant ». Pensif. Etait-il vraiment en train de parler sérieusement à Gisèle ? Pxtain. Lui aussi était en train de changer... La fille était complètement déphasée par sa drogue de compétition ; autant avouer qu'elle ne devait rien comprendre à ce qu'il racontait ou se passait. Matt s'adossa à la barrière, juste à côté d'elle. Il sortit sa propre consommation de sa poche, déverrouilla le bouchon d'une main experte et s'enquilla la bouteille de lait sans réfléchir.
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
Re: La Belle Verte.. [TERMINE]
Gisèle Llobères, le  Ven 24 Avr - 15:05

Le visage cramoisie de Matt arracha un rire de hyène à la brune. C'était presque mignon. Elle n'avait jamais couché elle non plus, mais est-ce qu'elle faisait cette tête lorsqu'on en parlait ? Incompréhensible cette pudeur. On était tous fichu pareil et on b$isait tous de la même manière. Aucune raison d'en avoir honte. Même s'il fallait avouer que le comique de la situation valait le détour. Ah, regard d'assassin. Gisèle pinça ses lèvres avec exagération, les faisant totalement disparaître dans sa bouche, pour montrer qu'elle arrêterai d'en parler. Pour l'instant. « Je préférais me rendre utile ici aux Trois Balais. » Mouuuais. La jeune femme délivra ses lèvres pour afficher une moue peu convaincue. Finalement elle haussa les épaules d'un air désintéressé. Où était son briquet ? Elle perdait toujours quelque chose. « Au moins tu t'ai fais du fric. Tu vas pouvoir me faire des cadeaux. » Battement de cil appuyé en direction de son camarade, un sourire radieux sur les lèvres. Même si elle n'espérait pas grand chose.

La suite de la conversation fit néanmoins perdre son sourire à la gryffonne. « Quitte à être seul. Autant bosser. Au moins on voit des gens et on s'oublie l'espace d'un instant - Wouuuuuuu.. Qu'est ce que tu nous fais Matty. » articula la jeune femme après avoir, enfin, rallumé sa roulée. Manquant de tomber, elle enroula son bras autour de la tête du garçon pour l'attirer vers elle et pouvoir lui coller un baiser sur la tempe. Lui laissant une trace de rouge à lèvre. La jolie trace. Elle le relâcha aussitôt pour descendre de la barrière et faire quelques pas, s'écartant de lui d'un air léger. Le rouge et or avait passé des vacances de m$rde ou quoi ? Il s'était disputé avec sa girlfriend ? « Le temps est bon, le ciel est bleu.. » chantonna la jeune femme tout en observant l'herbe verte sous ses chaussure en tissu noir. Nouvelle taff. Ça y est, la cigarette était terminée.


Prenant un instant pour observer les passants, au loin, Gisèle laissa tomber le mégot presque sans s'en rendre compte. Il glissa lentement d'entre ces doigts, la brise qui caressait son visage faisant office de diversion. Ses yeux se fermèrent un instant, suivit d'un soupir. Tête qui tourne l'espace d'une seconde. Léger vertige. Pas assez puissant pour lui faire perdre pieds. Elle rouvrit lentement les yeux et fit volte face vers Matt. Coup d’œil de haut en bas avant de retrouver ses yeux. Elle aurait aimé lui demander si ça allait, si quelque chose l'attristait, s'il cogitait. Mais non. Ça ne se faisait pas, entre eux. De toute façon ça amènerait à une dispute. C'était à la fois si compliqué et si simple, entre eux. Elle aimerait tant que ça marche, que tout roule comme sur des roulettes. Mais non. Alors elle attendait qu'il parle de lui même, s'il en ressentait le besoin. Qu'il lui hurle dessus s'il fallait.

Dans une tentative de sourire malicieux, l'adolescente s'approcha lentement de son camarade tout en mimant des pas de danse. Avancer son pied droit, ramener son corps vers lui avec un petit déhanché, faire pareil avec le pieds gauche, jusqu'à atteindre son ami. Saisir sa main, s'en servir de partenaire. Gisèle fit un tour sur elle même, passant sous le bras de Matt, pour laisser son dos atterrir contre son torse. Elle enserra d'elle même sa taille avec le bras masculin, ces mains se cramponnant à lui. Sa tête vint s'appuyer contre la sienne pour observer de nouveau la foule. L'euphorie passée, la détente extrême prenait place. Son corps se faisait plus lourd qu'à l'accoutumé. « T'aurai pu v'nir me voir, t'étais pas obligé d'rester seul. Ça rend fou d'être seul. » Elle savait de quoi elle parlait, elle. Le silence était terrifiant. A côté, même le crépitement d'un brasier était plus rassurant.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
Re: La Belle Verte.. [TERMINE]
Matt Deliers, le  Sam 25 Avr - 23:19

De l'argent ? Plus que de raison. Matt en avait désormais. Le Gryffondor s'était fait un paquet de gallions cet été. Le service. Les clients. Les pourboires.
Le Deliers se gratta la tête. Son foulard le démangeait. Le Deliers se gratta le dos. Son corps martyrisé par l'esclavagisme du travail le démangeait également. Les lettres, imprimées à même la peau par l'Astre solaire, le brûlaient. Une évidence. Le Rouge aurait du mettre de la crème hydratante. S'exposer ou prendre le risque d'être un peu beaucoup moins stylé.

Étrange doux weekend. Arrière-saison où trônaient encore des températures non dissipées. Le Rouge appréciait tout particulièrement cette période de l'année. Plus que les toutes les Autres. Il n'y avait plus les grosses chaleurs de l'été. Il n'y avait pas les glaciales froideurs de l'hiver. Ils étaient bien. Ici et maintenant. Profitant du lieu et de l'instant présent. Elle. Adossée contre lui. Lui. Adossé contre la barrière.

Pour une fois plus petite que lui par sa position. Gisèle. Matt avait la tête dans ses cheveux. Il repensait à tous ces moments. Passés ensemble. Les bons comme les moins bons. Et ses cheveux. Ils sentaient bons. Le petit Lion ferma les yeux. Djidji était son amie. Le fait qu'elle soit venue le voir aujourd'hui. Là où aucun Autre ne l'avait fait depuis le début des vacances d'été. Cela l'avait touché. Vraiment. Et le fait de la voir souriante décuplait sa propre joie. Djidji semblait épanouie. Rayonnante. Radieuse. Joyeuse. Elle était là. Elle était vraiment là. Posée contre lui après quelques pas de danse maîtrisés. Elle semblait... heureuse. Alors lui l'était aussi : heureux qu'elle le soit. Tout simplement. Et que cela soit mis sur le compte d'une drogue ? Et que cette drogue soit dure ou douce ? Cela lui importait peu. Voir sa Djidji qui lui avait tant manqué ; là était toute sa drogue à lui.

Il sentait peser contre sa poitrine une amie qui s'abandonnait à lui. Elle se reposait totalement sur lui. Pire encore, elle lui attribuait son entière confiance. D'aussi loin qu'il se souvienne, cela n'était jamais arrivé. Il rouvrit les yeux. Pour mieux observer la foule en perpétuelle mouvement qui les dévisageait, étaient-ils à ce point le triste souvenir d'une photo moldue figée à jamais ? Matt déposa un bisou dans les cheveux de Gisèle. « T'aurai pu v'nir me voir, t'étais pas obligé d'rester seul. Ça rend fou d'être seul. » C'est vrai mais... Qui était partie sans dire adieu ? Qui avait décampé une fois la cloche du dernier cours sonnée ? Il ne dit rien. Elle avait raison. Il aurait pu venir. Il ne l'a pas fait. Il ne savait pas qu'elle l'aurait volontiers hébergé chez elle. Matt se contenta de regarder silencieusement, par-dessus les mèches brunes, les passants.
Elle avait raison. Comme si souvent. Et comme si souvent il s'amusait à la contredire. A la faire chxer. A l'emmxrder autant qu'elle l'emmxrdait. Mais pas là. Pas aujourd'hui. Pas maintenant. Sûrement trop content de l'avoir retrouvé alors qu'il pensait une fois de plus l'avoir perdue à jamais. Elle était encore aujourd'hui revenue à lui - comme cette bouteille qu'on s’évertuait à jeter le plus loin possible à la mer toujours ramenée fatalement par le flot des vagues inlassables. Là était toute leur relation ambiguë. Trop, c'est trop. Pas ou peu, le manque se faisait vite ressentir aussitôt.

Finalement. Il rompit le silence installé. « T'avais sûrement mieux à faire. » La voix ne portait aucun reproche. « Et puis on se supporte déjà toute l'année, j'ai pensé que tu souhaiterais un peu de calme et de tranquillité. » La barrière lui rentrait dans le dos. Lui lacérant la peau, créant des aspérités, pire encore infligeant plus de dégâts que le Soleil lui-même. Il fallait qu'il bouge et pourtant, pour rien au Monde, il ne souhaitait bouger.
Lorsque la douleur ne fut plus tenable, il posa ses mains sur les épaules de Gisèle et la releva en avant. Il s'extirpa de sa position d'infortune entre sa camarade et la barrière ; il en profita pour se gratter le dos. Tant pis, il ne fallait pas. Mais les démangeaisons étaient trop fortes. Un sourire de victoire. Des yeux à la limite de l'orgasme tant se griffer au sang créer en lui un tel sentiment de délivrance. « Et toi, tes vacances ? » Il lui tourna le dos ravagé, se baissa pour ramasser le cadavre de sa bouteille vide qu'il enfouit ensuite dans sa poche de short. « Qu'est-ce que t'as fait de spécial ? » Fatigué par sa journée, il encaissait maintenant le coup.
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
Re: La Belle Verte.. [TERMINE]
Gisèle Llobères, le  Dim 26 Avr - 17:20

Gisèle aurait pu s'endormir debout, là, tout contre lui. C'était agréable. Elle caressait son bras de ses ongles avec délicatesse. Elle était brûlante, sa peau. Il avait bronzé d'ailleurs. Étonnant quand on sait qu'il avait passé l'été à travailler. Faut croire qu'il avait eu des pauses bronzettes tout de même. La banderole "FREE MATTY" n'était peut-être pas nécessaire finalement. Frisson. Les bisous de Matt étaient rares et c'est ce qui les rendaient si bons. Ça changeait des plaquages au sol. Même si ces derniers avaient l'avantage d'amuser la gryffonne.

L'adolescente ferma les yeux pour profiter de l'instant. C'est toujours lorsqu'ils étaient finalement ensemble qu'elle se rendait compte qu'il lui avait manqué. Étonnant.  « T'avais sûrement mieux à faire. » Faux. Les paupières se rouvrent. Les yeux roulent vers le ciel. Gisèle détestait les conclusions hâtives. Puis franchement, il l'a connaissait non ? Qu'est ce qu'elle pouvait bien foutre de ses vacances, à part se défoncer. Suffisant.. Elle avait rencontré Daisy, cela dit. « Et puis on se supporte déjà toute l'année, j'ai pensé que tu souhaiterais un peu de calme et de tranquillité. - J'te trouve pas très perturbant. » C'était même le contraire. S'il pouvait ne jamais s'arrêter de parler, ça l'arrangeait. Elle préférait sa voix, qu'elle soit douce, cassante ou moqueuse, à ces p$tains de murmures.

Le bras se dégage, les mains pressent les épaules féminines pour l'écarter. M$rde. Il fallait recommencer à supporter le poids de son propre corps. L'adolescente se redressa complètement pour libérer son camarade. Elle s'écarta de quelques pas avant de se retourner pour lui faire face. La tronche qu'il faisait durant sa séance de gratouille arracha un rire étouffé à la brune. Il avait la gale. Des puces ? Elle devrait lui trouver un traitement ? Sans intérêt.. Il l'avait peut-être contaminé... « Et toi, tes vacances ? » Retour sur terre. « J'me suis occupé du p'ti de Malicia et j'ai traîné. » Matt connaissait la vie de la brune dans les grandes lignes. Le passé au foyer, son squat chez l'ancienne prof' de potion..  « Qu'est-ce que t'as fait de spécial ? - J'ai.. Mais c'est quoi cette m$rde ! »

C'était sortie tout seul. Rire obligé. Il avait réellement découpé son débardeur pour afficher son nom de famille. C'est dingue. A chaque fois qu'elle pensait avoir tout vue venant de lui, il arrivait à la surprendre. Quelques pas pour se rapprocher et se saisir du débardeur pour l'étirer un peu et afficher proprement les lettres. « T'es un génie p$tain. » Le sourire rayonnant perdit de sa superbe à la vue d'un détail : la peau brûlée. La peau vachement brûlée. Feu.. Gisèle releva complètement le débardeur jusqu'aux épaules de son camarade. « Je suppose que tout génie affronte son lot d'épreuve. » Dé-gueu-lasse. Le sourire c'était évanoui pour laisser place à une grimace.  « Faut soigner ça, ou tu ressemblera bientôt à un lépreux. »

Peut-être pourrait-elle lui acheter une p'tite clochette ? Comme à l'ancienne lorsque les lépreux prévenaient de leur arrivé au sein d'un village. Les gens leur lançaient de la bouffe de loin. Pratique. Ingénieux. Mais elle ne voulait pas que Matty soit exclu de la société ! Saisissant sa main, elle se mit à la recherche d'une boutique où elle pourrait trouver de quoi arranger la situation.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
Re: La Belle Verte.. [TERMINE]
Matt Deliers, le  Lun 27 Avr - 15:18

Démangeaisons. Brûlures. Coup dur. Douce évocation des vacances de la brune. Malicia. Ancienne prof de potions à Poudlard. Son gamin. Comment s'appelait-il déjà ? Djidji lui en avait déjà tellement parlé. Il en avait oublié le nom. Traîner ici et là. Tout à fait le style de Djidji. « J'ai.. Mais c'est quoi cette m$rde ! » « Hein ? » A peine relevé qu'elle était déjà en train de l'ausculter. Les mains de Gisèle prirent son débardeur malgré protestations. Elle étirait le tissu pour admirer le superbe flocage qu'il s'était constitué lui-même. « T'es un génie p$tain ! » Finalement elle avait du goût. Et mieux encore, elle reconnaissait le talent incontestable. Mais pxtain... cette manie qu'elle avait de tirer sur tous les fringues du Deliers. Elle les détendait. Et cela le tendait, lui.

La griffonne releva le débardeur de Matt jusqu'aux épaules. Froncement de sourcils. Qu'est-ce qu'elle foutait encore ? Il se la supportait continuellement à longueur d'année. Et là encore il l'avait littéralement sur le dos. Derrière lui maintenant, à observer sa peau bronzée voire un peu trop. Elle était dans son angle mort. Il ne voyait pas son visage. Il entendait seulement sa voix. Sa voix qui lui avait manqué finalement. Pas là, elle lui avait manqué. Là, elle l'énervait. Cette voix qui pour l'heure trahissait la dure réalité sur l'état de sa peau. Démangeaisons. Brûlures. Coup dur.
Tel un bossu par son haut relevé il se laissait faire. De toute façon que pouvait-il faire d'autre ? Courber le dos. Se contenter de hocher la tête négativement devant l'air stupide des gens qui les croisaient. Réaction immédiate à un mot qu'il ne voulait entendre. « Un lépreux ? » Hors de question. Le Deliers s'imagina un court instant qu'elle pourrait l'aider. Le soulager. Lui gratter le dos de ses ongles si meurtriers. La sensation éprouvée serait telle. Il en frissonna rien qu'à l'idée. Seulement. Jamais elle n'accepterait. Et si... ?

Il n'eut pas la permission de formuler son vœu. Le temps de la réflexion qu'elle l'entraînait déjà dans sa suite le prenant par la main comme un enfant qui aurait fait une connerie. « Hé ho, j'suis pas le môme de Malicia hein. » A peine le temps de rebaisser son débardeur. Djidji virevoltait dans la rue visiblement toute contente de sa dernière découverte. En passant devant une contre-allée Matt tira sur cette main qu'il ne lâchait pas ; il manifesta son refus d'aller plus loin. Devant l'air énigmatique de Gisèle, le petit Lion lui indiqua d'un signe de tête la petite rue adjacente. « Je connais une boutique dans cette rue. Un genre de Drugs Store. »

Sans attendre de réponse il bifurqua. Toujours sans lâcher cette main. Cette bouteille à la mer. Bien décidé à mener lui-même les opérations désormais. Alors des deux, qui était le gamin maintenant ? Le Deliers n'attendit pas la forçant à le suivre dans le magasin. Désert. Vidé de tous clients. Personne au comptoir même. Légèrement contrarié qu'il n'y ait personne pour le servir. Et surtout pas de sonnettes pour manifester sa présence. « Euhmmm hé ho ! Y a quelqu'un ? Il me faudrait de la crème. J'ai attrapé un coup d'soleil ! ♪♫ » Un regard désappointé vers la Rouge. Il hésitait à se servir lui-même mais aucune idée de ce qu'il fallait. Le temps était-il compté avant de devenir irréversible ? « J'veux pas devenir un pxtain de lépreux ! Siouplait ! ». Si avec ça, personne ne venait. Il commettrait un terrible attentat dans la boutique.

Il le savait. Il le savait que cela avait été une connerie de se taper des siestes en plein soleil lors de ses pauses ou jours de repos. Allongé sur le dos dans l'herbe. Avec pour seule protection son débardeur blanc laissant désormais un bronzage douteux. Considéré comme mort ou en train d'écouter si un troupeau de licornes arriver alors qu'en réalité il se tapait juste un bon petit somme réparateur.  Cela lui avait permis d'être en forme le reste du temps, d'enchaîner les services. Seulement voilà. Jamais il n'aurait imaginé que l'Astre solaire lui jouerait un aussi mauvais tour. Les doigts impatients tapotaient sur le comptoir. De plus en plus rapidement. Signe d'un agacement croissant.
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
Re: La Belle Verte.. [TERMINE]
Gisèle Llobères, le  Lun 27 Avr - 18:26

A la file indienne, indienne, indienne, à la file indienne nous... Outch. Freinage brusque. Matt refusait d'avancer. Elle se sentait comme un chien dont le propriétaire venait de tirer sur la laisse. C'était pas agréable. Jamais elle ne mettrait de laisse à un chien. Nouvelle résolution. Une moue d'incompréhension sur le visage, Gisèle fit volte face pour regarder son camarade. Il allait encore râler ? Elle voulait juste l'aider. « Je connais une boutique dans cette rue. Un genre de Drugs Store. » La moue se métamorphosa en un sourire ravie. Il coopérait. Sortez le champagne. Vive Matty.

Gisèle se laissait volontiers guider. Encore à moitié défoncée, c'était plus simple de suivre. Elle éclata d'ailleurs de rire lorsqu'ils croisèrent un homme avec un Boursouf sur l'épaule. Heureusement que Matt la tenait toujours, sinon elle aurait essayé de s'emparer de la pauvre créature. C'était agréable de le laisser gérer. Il devrait le faire plus souvent, plutôt que de la laisser le martyriser. Ou pas. Peut-être qu'il aimait ça, se faire emm$rder. Ça lui donnait une excuse pour la plaquer au sol. Aeum. Encore une minute et les voilà à l'intérieur de la boutique... déserte. Poussiéreuse aussi.

Délicatement, la main féminine s'extirpa de l'emprise du Deliers. Elle s'aventura dans le magasin à la recherche de... c'était quoi qu'elle voulait déjà ? Rapport avec Matt. Ou devrai-je plutôt dire : ça a un rapport avec Matt. Moins pervers. « Euhmmm hé ho ! Y a quelqu'un ? Il me faudrait de la crème. J'ai attrapé un coup d'soleil ! ♪♫ » L'adolescente sourit, cachée du regard de son camarade par les étagères des rayons. « Un coup d'amour, un coup d'je t'aime.. » Chantonna t-elle tout en laissant ses doigts se promener sur le bois du meubles qui lui faisait face. Elle regardait les articles devant elle sans les voir. Qu'est ce qu'elle était venu chercher déjà... « AaaTCHOUM. » ... Pas de la poussière. Elle en était sûre.

Les mots de Matt, au sujet d'une possible mutation en lépreux, réveilla Gisèle. P$tain elle avait vraiment une mémoire atroce. Ce coup ci elle pouvait mettre la faute sur la fume. C'était pas la faute de son cerveau. Enfin.. c'est elle qui avait choisi de fumer donc peut-être que finalement.. BON LA CRÈME. La crème. Trouver de la crème. Elle rebrousse chemin. Observe autour d'elle. Toujours personne. Qui partait en laissant sa boutique sans surveillance sérieux ? Moue concentrée, sourcils froncés et lèvres pincées. Les doigts masculins jouaient de la musique contre le bois, rompant le silence, plus facile pour se concentrer.
Ça y est, elle l'avait vue. Derrière le comptoir. De l'après soleil.

Sans attendre l'adolescente fit le tour du meuble pour passer derrière. Elle due se mettre sur la pointe des pieds mais elle réussi à l'avoir. « On s'casse. » Nouveau tour du comptoir rapide, direction la sortie. Pas d'arrêt, la main de Matt était de nouveau dans la sienne, elle l'entraîna avec elle hors du magasin. Pas vue pas pris. Le vendeur n'avait qu'à être là. Coup de stress habituel. Aucun prix n'était affiché sous les produits, donc jusqu'à information du contraire : c'était gratuit. Elle marchait quand même vite, juste au cas où, et pouffa de rire une fois suffisamment loin. L'adrénaline. Elle secoua le produit devant les yeux de son ami, tel un trophée, en arborant son plus beau sourire.

Il fallait à présent trouver un coin confortable pour que Matt s'allonge. Tout en réfléchissant au milieu des rues du village, l'adolescente relâcha la main chaude pour attraper une cigarette. Normale cette fois. Promis. « T'as une piaule aux Trois Balais ? » Elle alluma son bâtonnet de nicotine d'une main experte et lança un regard curieux à son compère.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
Re: La Belle Verte.. [TERMINE]
Matt Deliers, le  Mar 28 Avr - 17:04

Sensation désagréable : picotements, brûlures. Son dos le lançait terriblement. Maintenant. Pourquoi maintenant ? Sans raison. A moins que ce soit le fait de s'être gratté comme un débile une dizaine de minutes plus tôt. Le Deliers trépignait d'une impatience qu'il ne se connaissait pas. Les doigts, qui au début tapotaient mélodiquement le vieux comptoir délaissé, se transformèrent rapidement en un poing serré énervé tapant inutilement sur le bois poussiéreux. Pxtain de boutique miteuse ravagée. Il n'y avait personne. Il n'y avait plus personne. Depuis au moins mille ans. Soupir. Frustration. Alors qu'il s'apprêtait...

Djidji le fit avant lui ; contourner le comptoir. Se mettre sur la pointe des pieds pour prendre une crème dans une étagère moyenâgeuse remplie de produits douteux. Elle avait l'air de savoir ce qu'elle faisait. « No waaaaay ! Hors de question que je m'applique ce truc qui doit être périmé depuis au moins trois siècles. » Matt la regarda revenir vers lui. Elle prit à nouveau sa main ordonnant leur fuite non négociable. Pourquoi s'enfuir en urgence d'un endroit abandonné où personne ne viendrait ? Mais bon. Sans réfléchir les pas suivaient logiquement ceux de sa camarade. En dehors de la boutique. En dehors de la rue. Retour dans l'artère principale.

Gisèle lui montra son précieux. Fière d'elle. Sûre d'elle. En train de secouer ce tube qui selon lui pouvait exploser à tout instant. A son sourire éclatant il lui rendit une moue interrogative peu convaincue. Il aurait préféré s'adresser à un vendeur. Quelqu'un qui lui aurait conseillé quoi appliquer sur sa peau. Matt avait confiance en Djidji. Mais cela l'énervait : où était passé ce pxtain de vendeur ? Quel genre de débile laissait sa boutique ouverte sans surveillance à la merci de n'importe qui ?

L’aînée lâcha la main du Deliers pour mieux se fumer une énième cigarette. « T'as une piaule aux Trois Balais ? » « Bien sûr que oui, t'es naze ou quoi ?! » Elle croyait vraiment qu'il allait et venait chaque jour pour travailler ? Principe d'une auberge : pouvoir dormir sur place. Devant le regard insistant de Gisèle il poursuivit simplement. « J'en avais une pour cet été. Puisque je bossais. Plus pratique. » Son oncle Kito avait grassement contribué à payer les frais de logement. Si bien que le Deliers s'en sortait plutôt bien économiquement parlant. « Maintenant que les cours ont repris, je l'ai rendue. Aucun intérêt de payer une chambre quand on mène « la vie de château » à Poudlard. » Autant économiser. Logique.

Avec un puissant self-control il se retenait de se gratter. Insupportables démangeaisons. S'il le faisait il raviverait la douleur des brûlures légèrement enfouies depuis qu'ils étaient sortis de la boutique. Et pourtant les yeux soupçonneux étaient rivés sur ce produit miracle qu'elle tenait en main. Cela pouvait-il vraiment aider ?
Une moue hésitante. La question franchit ses lèvres. « Rassure-moi. T'espère tout de même pas que je me tartine avec ce truc périmé ?! » Il fit non de la tête. Négatif. Jamais, ô grand jamais. Il se gratta machinalement le foulard, signe de nervosité. Pas du tout convaincu . Pas du tout convaincante non plus la Djidji. « Ce tube de crème doit être aussi vieux que nous ! C'est mort, j'fous pas ça. » Il croisa les bras comme un enfant capricieux. Réponse catégorique. Et pourtant il crevait d'envie d'essayer. Là. Tout de suite. Si ça pouvait le soulager.
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
Re: La Belle Verte.. [TERMINE]
Gisèle Llobères, le  Ven 1 Mai - 17:18

La brune écoutait d'un air distrait son camarade en observant autour d'elle. Il en avait pris une cet été. Bien. C'était par où, les trois balais ? Prête à se mettre en marche, l'adolescente fut retenue par les mots de Matt. La vie d'château. Il l'avait rendu alors. Pourquoi avait-il besoin de faire autant de détour juste pour répondre "non" ? Stupide.. Pas plus avancé, le duo restait planté là, au centre des croisements des ruelles de Pré-au-Lard. Nouvelle inspiration toxique, les lèvres pulpeuses coloraient le filtre de la cigarette d'un mauve mat. D'ailleurs.. Petit coup d'oeil vers Matty. Il avait toujours la jolie marque violette sur la tempe.

Elle ne devait plus avoir grand chose sur les lèvres. Ça faisait sûrement un joli dégradé, du clair au centre de ses lèvres jusqu'au foncé aux extrémités... « Rassure-moi. T'espère tout de même pas que je me tartine avec ce truc périmé ?! » De quoi parlait-il ? Crème.. Elle l'avait dans la main. C'était quoi le problème ? « Doit y avoir une date. » La clope au bec, la Llobères se mit à inspecter le tube à la recherche de la fameuse date. Liste des ingrédients. Sans importance. Condition d'utilisation. Sans intérêt. Oh, une date !.. à moitié effacée. Super. Ça n'allait pas aider à convaincre l'autre gryffon craintif. « Ce tube de crème doit être aussi vieux que nous ! C'est mort, j'fous pas ça. - Mais noooon. » Poussant un soupir d'agacement, la jeune femme attrapa son ami par le poignet pour l'attirer hors des regards. Un enfant. Tout les hommes sont des enfants.

Cul de sac, ruelle, ils avaient dérangé un chat qui déguerpie en les voyant. Ne s'intéressant pas aux ombres qui passait à l'entrée de la ruelle, l'adolescente retira le plastique autour du bouchon et ouvrit ce dernier. La clope atterrie sur la pierre froide et fut rapidement écrasée par la chaussure en tissu. Concentrée, Gisèle pressa le tube pour en sortir l'épaisse texture fraîche qui termina sa course sur le dos de la main féminine. Elle était aussi blanche que la neige et ne dégageait aucune odeur particulière si ce n'est celle qu'on retrouve dans les crèmes solaires. Coup de doigt rapide pour l'étaler et s'assurer qu'elle ne cachait rien d'étrange en son sein.. Nickel.

Sûre d'elle, Gisèle releva son regard vers Matt avec un air de vainqueur. « Si faut que j't'assomme pour que tu mettes cette crème j'le ferai. » Elle aurait pu ajouter "Et tu sais que j'en suis capable" mais elle ne doutait pas un instant que l'homme-brûlé en étant conscient. En plus elle voyait très bien le regard qu'il lançait au tube depuis tout à l'heure. Il en rêvait, de cette sensation de fraîcheur et de réconfort. D'un signe de tête elle lui intima de retirer son débardeur. Plus vite c'était fait, plus vite il passerait à autre chose. Le joint lui avait donné soif.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
Re: La Belle Verte.. [TERMINE]
Matt Deliers, le  Dim 3 Mai - 1:51

#LAs mutuels
Djidji le prit par le poignet sans aucune contestation possible. Matt grommelait mais entraîné dans sa suite il la suivit. Dans une ruelle à l'abri des regards si ce n'était celui d'un félin apeuré à leur approche. « Ohww. Un chat. » Le Deliers aimait bien les chats. Ils étaient mignons, calmes et paisibles. Ils faisaient ce qu'ils voulaient... quand ils voulaient... où ils voulaient. Ils vivaient leur vie tranquille pépouze sans que personne ne vienne les emmxrder. Le Deliers aurait aimé être un chat.

Une date sur le tube de crème ? Pas sûr qu'ils aient toujours eu un système calendaire très fiable au Moyen-Age. Gisèle venait d'ouvrir le tube de crème pour s'en foutre sur le dos de la main. Une bonne grosse dose. Épaisse. Blanche. Elle l'étala d'un doigt pour lui montrer qu'il n'y avait aucun risque. Les prunelles de Matt passaient de l'Un à l'Autre rapidement. Djidji. Le tube de crème. Djidji. Quelle insolence. « Si faut que j't'assomme pour que tu mettes cette crème j'le ferai. » « Eho ! Calme toi sinon j'te fracasse. » Il le pensa très fort mais ne dit rien.
N'empêche que c'était « Complètement con. Si tu m'assommes comment tu veux que je foute cette crème... » Jouer sur les mots. Un bien grand mal. Le Deliers vit le regard menaçant de Djidji alors il baissa les yeux préférant se concentrer sur le tube qu'elle tenait encore dans sa main plutôt que sur sa camarade. Primo il ne voulait pas se battre. Deuxio Gisèle l'aurait très certainement fracassé en cas de baston. Tertio il s'en foutait puisqu'il avait besoin de cette crème. Donc le problème n'en était pas un. Puisqu'il voulait en mettre et qu'elle voulait qu'il en mette. Autant de simagrées pour un si petit tube.

D'un signe de tête elle l'incitait à retirer son débardeur. Sans se poser de questions Matt obéit. Il s'exécuta prenant soin de ne pas frotter le tissu aux endroits brûlés pour enlever son haut. Le Deliers se retrouva torse nu. Passant sa main par dessus son épaule, le constat était sans appel. Impossible de le faire lui-même. « Hmmm. Va falloir que tu t'y colles. » Façon de parler. « J'peux pas me la mettre tout seul dans le dos. » Et puis... Ses ongles. Sur sa peau. En train de le gratter. Il en frissonnait rien qu'à l'idée. Cela devait procurer un tel sentiment. Obligé. Elle était obligée. « Je ferai tout ce que tu voudras. » Il l'implorait. Quelle tristesse. Elle devait jubiler devant pareille situation.

Matt lui tourna le dos martyrisé. Il était à sa merci une fois de plus. Il lui offrait cette confiance absolue qu'il n'accordait à quasiment personne d'Autres. Elle pouvait à tout moment lui porter le coup de grâce. Le planter là, dans le dos, de ses ongles meurtriers desquels il n'attendait désormais que la délivrance. Ou le planter là, et s'enfuir le laissant comme un débile attendant quelque chose qui n'arriverait jamais. Mais il avait confiance en elle. Il savait qu'elle n'en ferait rien.
Entendant du mouvement dans son dos, Gisèle venait vers lui. Et avec elle, le bruit de la crème propulsée en dehors du tube pour finir sur sa main. « Au moins les gens savent comment je m'appelle rien qu'en me voyant de dos. » Le Deliers se dandinait de la tête tout en rigolant comme un enfant. Et cette sensation tant attendue de fraîcheur absolue finit par arriver !

Des frissons d'excitation le parcoururent au contact des doigts libérateurs. Son épiderme hérissa tous ses poils en signe d'approbation. Il approuvait fièrement cette aide étrangère venue dans le but de soulager voire d'éradiquer le Mal. Djidji s'appliquait dans son ouvrage. Du bout des doigts elle parcourait le contour logique des brûlures. Un pur bonheur. Une délivrance ardemment désirée devenue réelle. Gisèle avaient des doigts de fée possédant une douceur inégalée. Ou alors était-ce la fine pellicule de crème entre sa peau et les doigts de la griffonne qui biaisait son jugement ? Matt était content au fond de lui. Réticent à foutre cette crème, maintenant il ne regrettait pour rien au Monde ce vol entièrement justifié. Il se laissait faire. « Sans toi je serait ptet devenu un lépreux, qui sait ? » Un soupir de soulagement faussement joué. Pour ensuite finir par un « Merci. » Sincère.
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
Re: La Belle Verte.. [TERMINE]
Gisèle Llobères, le  Dim 3 Mai - 17:49

Elle allait l'assommer. Juste pour le plaisir. Il avait cette fâcheuse tendance à faire le malin et Gisèle fantasmais secrètement sur un étranglement. Petit con.. La battle de regard n'avait pas duré longtemps, le voilà qui coopérait finalement. Bien. L'adolescente observa son camarade se déshabiller maladroitement, sûrement dans l'espoir de ne pas frotter sa peau cramée. Il lui faisait de la peine. Pauvre Matty. Il aurait du demander à Daisy de lui faire une potion d'anti-brûlure. Ah oui, c'est vrai, la réflexion n'était pas son point fort. « J'peux pas me la mettre tout seul dans le dos. - C'est bête ça. » L'adolescente pris son plus bel air embêté. Comme si elle était contre sa requête, alors qu'elle avait prévu de l'aider dès le départ. Comment pouvait-il encore douter de sa bonne volonté ? Elle devrait le punir pour ça. Pour la prendre pour une mauvaise amie. C'était la meilleure. Serait peut-être temps que cette idée coule de source. « Je ferai tout ce que tu voudras. » Voilà qui devenait intéressant. Un sourire étira finalement les lèvres pulpeuses. Un sourire presque tendre. « C'est pas tombé dans l'oreille d'une sourde. Allez tourne toi va. »

Il n'attendit pas et lui montra son dos abîmé. Nouvelle grimace. C'était vraiment pas beau. Comment avait-il fait pour échapper aux cloques ? C'est comme s'il avait subit une torture au fer rouge avec l'effigie d'un quelconque roi. Roi Deliers. Ça sonnait bien. Pas autant que Reine Llobères. Mais c'était pas mal. Paume droite vers le ciel, Gisèle pressa le tube de sa main gauche pour en sortir l'épaisse crème. « Au moins les gens savent comment je m'appelle rien qu'en me voyant de dos. - Si tu veux mon avis, ils vont surtout s'interroger sur ta possible fuite de Ste Mangouste. T'as l'air cinglé. » Mélange entre sourire d'amusement et grimace inquiète à l'idée de lui faire mal. Il était cinglé. Presque autant qu'elle. Même si aucun diagnostic psychiatrique n'appuierai la théorie de la brune. Elle savait très bien que le gryffon était son alter ego.

Délicatement, ouais elle en était capable, l'adolescente déposa sa main crémeuse juste au dessus des brûlures. Elle n'osait pas y aller directement. Ce simple contact suffit à faire frissonner Matt. L'adolescente pouvait sentir la moindre réaction épidermique et musculaire de son camarade. Légère contracture sous l'effet froid. Sa main glisse, fait le tour des brûlures, pour finalement étaler le produit sur la zone abîmée. Au contact de la peau brûlante Gisèle pris une légère inspiration, se rendant compte par la même occasion qu'elle retenait son souffle jusqu'à présent. Elle avait peur d'entendre un râle de douleur émanant du propriétaire de l'épiderme meurtri. Mais rien. Au contraire, les muscles se détendent, acceptent totalement le traitement.

Alors elle insiste un peu, remet une fine couche, s'assure que chaque lettre est recouverte. Masse un peu la peau du bout des doigts pour faire pénétrer le produit. La brune s'autorise même à laisser traîner ses ongles par ci par là, les frissons trahissant le plaisir du jeune homme. « Sans toi je serait ptet devenu un lépreux, qui sait ? - Prends soin de toi nigaud, j'serai pas toujours là. » Mensonge. Elle serait toujours là. Néanmoins il n'avait pas besoin de le savoir. Elle serait son ombre. La grimace avait totalement disparu du visage féminin, remplacée par un sourire. C'est apaisant comme activité. Elle devrait le masser plus souvent. Ou alors était-ce les effets de l'herbe qui se faisait encore sentir ? Qu'importe. C'était kiffant comme situation et elle allait le devenir encore plus lorsque, contre toute attente, Matt marmonna un léger « Merci. ».

Gisèle cligna plusieurs fois des yeux, le temps de capter l'info. Décidément cette année ne ressemblait à aucune autre pour ces deux là. C'était ça, grandir ? Elle prenait conscience qu'il était bien plus qu'un petit c$n, son p'ti c$n. « C'est normal. » Pour elle ça l'était. L'imaginer souffrir n'était pas supportable, qu'importe la raison. Finalement la Llobères retira sa main pour admirer le dos masculin. C'était moins rouge. La peau semblait apaisée. « J'pense qu'il faudra en remettre. Mais pour l'instant ça va. » Elle posa le tube par terre et frotta lentement ses mains l'une contre l'autre pour tenter de répandre le produit restant. Lorsque Matt se retourne, elle en profite pour glisser ses mains sur ses épaules.

Les doigts armés de griffes descendent le long des bras, sur la peau bronzée mais dieu merci pas brûlée, avant de remonter lentement jusqu'aux épaules pour terminer leur course sur les pectoraux. Plus de crème. « Voilà, une vraie peau de bébé. » Clin d’œil, sourire, elle lui colle un baiser sur la joue. Le fameux baiser qui aurait du lui colorer la joue. Néanmoins, après le joint et la clope, le rouge à lèvre s'était dissipé. Au moins il avait toujours la marque sur la tempe. Là aussi, il ressemblait à un débile. Elle prit la décision de monter sa main jusqu'à son front pour frotter la trace mauve. Le pauvre avait assez souffert de ridicule avec son foutu coup de soleil.

Quelle heure était-il ? Elle voulait boire un verre mais avec toute cette histoire pas sûr qu'il lui reste du temps. Elle était sensé participer à un groupe de travail. C$nnerie. L'adolescente voulait rester avec Matty. Pourquoi c'était toujours plus simple quand il n'était pas là ? « J'vais bouger, j'risque de me prendre une énième heure de colle sinon. » Les yeux de Gisèle roulèrent vers le ciel, l'air agacé mais pas trop. Elle ne s'était même pas rendu compte que le chat était revenu, observant la scène du haut du mur de la ruelle sombre. « Mais n'oublie pas, tu m'en dois une. » Plus bel air satisfait made in Llobères.
Matt Deliers
Matt Deliers
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
Re: La Belle Verte.. [TERMINE]
Matt Deliers, le  Lun 4 Mai - 23:32

#LAs mutuels
Il frissonnait. Il frissonnait de plaisir. Pour un peu il aurait pousser des ronronnements comme le précédent locataire de la ruelle. Quel régal. Elle le tartinait de crème comme toute bonne mère attentive le ferait envers sa progéniture. Eviter absolument que cette dernière ne choppe le trop fatal coup d'soleil. Son dos martyrisé répondait à chaque contact des doigts de Gisèle. Elle le contrôlait. Elle décidait.

Soudain elle s'arrêta. « J'pense qu'il faudra en remettre. Mais pour l'instant ça va. » Petit plaisir court mais intense. Soupir heureux du Gryffondor. Jouant des épaules Matt se rendait bien compte néanmoins de cette sensation désagréable. Cela le tiraillait ; la peau desséchée par le soleil manquait d'élasticité. Cette fine couche de crème était là pour son bien. Il se retourna. Elle s'essuya sur lui. « Bah voyons. »

Les prunelles du Deliers suivirent les ongles féminins traçaient un chemin le long de ses bras dénudés. Il frissonna tout du long jusqu'au moment final où Djidji ramena ses mains contre son torse. Souffle court. Les abdos contractés sans aucune raison si ce n'était celle de cet énième contact rapproché. Elle exposait de la douceur envers lui. Hein ?! C'était très rare. Assez pour que l'Esprit le note pour s'en souvenir. « Voilà, une vraie peau de bébé. » Merci Maman. Il ne dit rien.
Gisèle s'approcha à nouveau pour lui flanquer un bisou sur la joue. Sourcils froncés devant cette réaction inhabituelle. Elle venait de lui claquer deux bisous - l'Un sur la tempe un peu plus tôt dans l'après-midi, l'Autre sur la joue à l'instant, sans parler de tout... ça - dans la même après-midi. Qu'est ce qu'elle avait ? Lui avait-il manqué à ce point ? Réflexion faite : elle aussi lui avait manqué. L'été avait été bien long - encore quinze fois plus minimum sans aucune nouvelle de Jennifer, Arthur, Morgana, Daisy ou... Djidji. Tandis qu'il réfléchissait elle lui frottait la tempe pour enlever la première trace imprimée. Quelle charmante attention.

Les mots de sa camarade le firent revenir à l'instant présent. « J'vais bouger, j'risque de me prendre une énième heure de colle sinon. » Le Deliers ouvrit des yeux ronds d'incompréhension. Gisèle tourna la tête. Il suivit son mouvement. Le chat était revenu. Et si les griffes du félin sur sa peau brûlée ? Rrrrrrrrr. Bon ok. Non. Visiblement c'était son territoire. La façon dont il les dévisageait avec attention était... flippante ? On aurait dit qu'il était prêt à leur bondir dessus. « Mais n'oublie pas, tu m'en dois une. »
Matt reporta son attention sur Djidji. Prenant son débardeur le petit Lion le jeta sur son épaule. Hors de question qu'il le remette tout de suite. Il fallait laisser le temps à la crème de s'imprégner dans sa chair. Ses tissus ne pourraient que l'en remercier. Se grattant le foulard, ses cheveux le grattaient maintenant... « Pourquoi tu restes pas ? On vient à peine de s'retrouver et tu veux déjà t'barrer ? » « Sympa... » Il prit un air faussement navré made in Deliers. En vrai il ne lui en voulait pas. « Une heure de colle ?! » Il répéta songeur. L'info venait de remonter pour intégrer l'antre de son cerveau.

Le petit Lion examina ses propres doigts leur trouvant subitement un réel intérêt. « S'tu veux je te fais un mot d'absence. » C'était la classe. L'alibi ultime. Il releva les yeux vers elle. Les siens cherchaient ceux de la brune. « Comme ça tu seras toute excusée. » Le deal était correct. De son point de vue à lui. Il ignorait auprès de qui elle devait pointer mais clairement Matt s'en foutait : il voulait qu'elle reste. Encore un peu. « Non ? Vu que je t'en dois une, même si je sais que tu ne manqueras pas de me le rappeler, c'est le moins que je puisse faire. » Oui. Obviously. Ses baskets explosées le conduisirent jusqu'au tube de crème laissé par terre. Il se baissa pour le ramasser. Chaud. Il avait chaud. Et surtout. Il avait soif, il n'avait plus de lait et il bossait aux Trois Balais. Quelle délicate coïncidence. Se relevant il remarqua une Gisèle toujours immobile. Assez étonnant pour quelqu'un qui devait bouger ?

Son visage dessinait maintenant un joli sourire. Alors il se rapprocha d'elle la mettant dans la confidence de son plan. Simple. Efficace. Bref, à son image. « J'repasse au bar pour chercher une bouteille et ensuite on va s'poser dans un coin tranquille ? » No prise de tête. Ils pourraient discuter. De tout. De rien. Elle lui parlerait. Il ferait semblant de l'écouter. Mieux encore, il en profiterait pour taper une sieste.
Gisèle Llobères
Gisèle Llobères
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
Re: La Belle Verte.. [TERMINE]
Gisèle Llobères, le  Mar 5 Mai - 15:52

L.A Mutuels





Gisèle ressentait l'envie d'arracher le foulard de la tête de Matt. A en croire son comportement, il contenait des puces. Il lui suffisait de tendre la main et... « Pourquoi tu restes pas ? On vient à peine de s'retrouver et tu veux déjà t'barrer ? » Les prunelles noisettes abandonnèrent le foulard pour renouer un contact visuel. Il avait pas compris ? Elle allait se reprendre une heure de colle si elle ratait son groupe de travail. P'tète n'avait-elle pas été assez clair. Elle n'avait pas précisé l'info du groupe. P'tète s'en fichait-il. Pas cool. Pour une fois qu'elle voulait être sérieuse.. « S'tu veux je te fais un mot d'absence. » What ? En quoi un mot d'excuse de sa part excuserait quoi que ce soit ? Une moue peu convaincue sur le visage, l'adolescente observa son ami récupérer le tube de crème. « Mais.. -  Non ? Vu que je t'en dois une, même si je sais que tu ne manqueras pas de me le rappeler, c'est le moins que je puisse faire. - Bon d'accord. » Elle était faible. Faible créature. Pas bien Gisèle. Vilaine fille. Bon fallait se rendre à l'évidence, la flagellation mentale ne servait pas à grand chose. Elle ne ressentait aucune culpabilité. Au contraire. Elle était contente que Matt lui demande de rester. La voilà qui ressentait l'envie de sautiller tel un lapin heureux. Sa moue s'était métamorphosée en un ravissant sourire de satisfaction. « J'repasse au bar pour chercher une bouteille et ensuite on va s'poser dans un coin tranquille ? - Alleeeeeez ! » C'est limite s'il lui avait proposé d'aller à la fête foraine là. Elle allait pouvoir rouler un autre pet'.

L'adolescente se mit en route vers la sortie de la ruelle. C'était quoi ce bruit ? Le chat venait-il réellement de leur "cracher" dessus ? Sale bête. Gisèle lui tira la langue tel une gamine capricieuse. « Y a pas écrit ton nom à l'entré d'la rue hein ! » Il n'y avait qu'elle pour se prendre la tête avec un animal.. Si elle était seule elle aurait pu rester là pendant de longues minutes jusqu'à ce que l'animal déguerpisse. Ce dernier ne semblait pas vouloir rendre les armes non plus. Il avait de la chance, Matty était là. Elle n'aurait fait qu'une bouchée de lui. Façon de parler. Elle ne l'aurait pas bouffé.. Bien sûr que non.. Aeum..

Une fois en dehors de la ruelle sombre, Gisèle se mit à suivre son ami. Elle n'avait pas un sens de l'orientation hyper développé. Encore moins après un joint et en présence de quelqu'un pour la guider. Attention.. Quoi ? Outch. Un ballon venait de percuter son ventre, salissant son body noir d'une trace de poussière. Elle le rattrapa de justesse avant qu'il ne tombe. On pourrait l'appeler Matt, ce ballon. Bien qu'il n'est pas réussi la prouesse de faire tomber la jeune sorcière. Quelqu'un allait mourir. C'est ce que laissait sous entendre son regard. A qui appartenait cet objet ? « Padon madame. » Marmonna un enfant honteux. Il avait de la chance, il semblait avoir l'âge d'Enzo. Information qui attendrissait la gonz'. « Recules. Encore. » L'enfant, persuadé d'avoir perdu son ballon à tout jamais, s'exécuta avec une moue boudeuse. L'adolescente posa le ballon sur le sol et pris le temps de dépoussiérer son body. Elle lança ensuite un regard vers le p'ti gars, il était pas assez loin pour qu'elle se fasse plaisir. Tant pis. Elle modérait sa force. « Arrêtes de faire la tronche et concentres toi ! » Une vraie coach. BAM. Coup de pied dans la balle qui décolla de quelques centimètres du sol. On passe du coq à l'âne, Gisèle reprend son chemin sans se soucier de si l'enfant à réussi à attraper la balle ou non. C'était plus son problème. L'espace d'un instant elle a cru qu'elle allait percer le ballon avec ses ongles. Puis elle s'est rappelée qu'elle vivait en société.

Trois Balais en vue. « J't'attends là, j'vais en fumer une. » Prends du rhum, pensa t-elle très fort. Peu d'espoir. Elle attendit qu'il ai un pied dans l'auberge pour attraper un bout de son foulard et libérer sa tignasse. Sourire de gamine. Il pouvait râler, Gisèle était persuadée qu'elle était entrain de lui sauver la vie. Imaginez toutes les bestioles qui devaient grouiller là d'dans. Une fois que son compagnon avait refermé la porte derrière lui, la brune entrepris de déplier le linge du démon pour le secouer un peu. Rien ne tombe. Elles s'accrochent bien ces sales bêtes. T'es parano.. C'est ce qu'elles essaient de faire croire. Mais Gigi n'est pas dupe. Les puces ont gagné une bataille, pas la guerre. Pause clope. L'adolescente glisse le foulard derrière sa nuque le temps de sortir une cigarette et de l'allumer. Voilà. Elle pouvait reprendre son ouvrage. Où se cachaient-elles...
Contenu sponsorisé

La Belle Verte.. [TERMINE] Empty
Re: La Belle Verte.. [TERMINE]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 2

 La Belle Verte.. [TERMINE]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.