AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -62%
DODO Oreiller Grand luxe Quallofil Allerban ...
Voir le deal
14.99 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 1
De l'herbe (pas si) médicinale [en cours]
Arthur Digler
Arthur Digler
ModérationGryffondor
Modération
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


De l'herbe (pas si) médicinale [en cours] Empty
De l'herbe (pas si) médicinale [en cours]
Arthur Digler, le  Dim 26 Avr - 19:41

De l'herbe (pas si) médicinale
Saison 31 - Printemps
Privé avec Jude Hopkins
LA mutuel avec Jude, LA de Lio pour la mention

Lundi, 21h50. Le couvre-feu allait commencer dans dix minutes, il fallait dorénavant se faire discret pour sortir de la salle commune et plus précisément : du château. Arthur enfila une veste noire et rouge, récupéra sa casquette et un sac banane noir pour mettre quelques Gallions et Livres, sa baguette et ses papiers dedans. Puis une fois prêt, il embrassa Aliocha et quitta le dortoir sans lui donner plus d’indications sur sa virée nocturne. Non pas pour cacher quelque chose, mais car il ne pensait pas cela réellement important et il était trop excitée à l’idée d’enfreindre de nouveau le règlement pour réfléchir et se dire que c’était peut-être bien de lui avouer qu’il partait en pleine nuit au centre de Londres.  

Le lion y avait pensé toute la journée et il espérait que Jude soit tout autant enthousiaste. Il est vrai qu’il avait gardé le mystère quant à son mot qu’il lui avait envoyé pendant le cours de métamorphose de ce matin... (ici) Mais, est-ce que cela ne devait donc pas encore plus lui donner envie de savoir ce qu’ils allaient faire ? Bien sûr que si. Arthur descendait les escaliers avec grande discrétion pour ne pas se faire attraper par le concierge ou quelconque professeur. Il s’arrêtait à chaque intersection, écoutant le moindre petit bruit suspect et finalement, il réussit à atteindre les extérieurs sans peine. Il inspira l’air frais. D’abord car ça faisait du bien, cela avait l’odeur de la liberté. Mais surtout pour se donner du courage. Car s’il ne l’avait jamais avoué, le bouclé ne se sentait absolument pas à l’aise avec l’obscurité et il ne pouvait malheureusement pas lancer un Lumos sous peine de se faire remarquer.  

Les mains dans les poches, il commença à marcher, s’éloigner du château pour rejoindre le Saule Cogneur. De loin et surtout dans le noir, l’arbre était terrifiant. Les ombres causaient par la lune et les branches venaient l’écraser et il évitait de les regarder pour ne pas se faire des fausses illusions. Cette peur était débile, surtout qu’il était un sorcier, qu’est-ce qu’il craignait après tout ? Décidément, il serait bien plus à l’aise en ville, les arbres avaient un côté intimidant en pleine nuit. Heureusement, il identifia vite la silhouette de Jude. Il espérait ne pas l’avoir fait attendre pendant trop longtemps. Il regarda l’heure sur sa montre. 22h05. Parfait. Arthur se sentit de suite plus détendu et sortit sa main droite de sa poche afin de checker son ami.  

— Yo frérot. Je t’ai pas trop fait attendre ? Avant de lui laisser le temps de répondre, il dit : Ok, J’espère que t’es chaud car ce soir : On sort. Je te propose qu’on aille à Londres. Tu sais transplaner non ? Il aurait tout de même pu vérifier cette information avant. Mec j’ai trop hâte.  

Et cela se voyait. Il sautillait sur place et avait un grand sourire aux lèvres. Quoi de mieux que sortir traîner en ville entre potes pour se réconcilier une bonne fois pour toutes ?


Dernière édition par Arthur Digler le Jeu 30 Avr - 13:01, édité 1 fois
Jude Hopkins
Jude Hopkins
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


De l'herbe (pas si) médicinale [en cours] Empty
Re: De l'herbe (pas si) médicinale [en cours]
Jude Hopkins, le  Mer 29 Avr - 1:12

LA d'Arthur Digler

Installé confortablement sur son lit, l'attention de Jude se porta sur le papier plié. Il parvenait encore à discerner quelques mots, malgré que la lune ne semblait pas être narcissique le soir-là. Puis, en y réfléchissant, cette proposition avait déjà été lue plusieurs fois. Il comptait bien s'y rendre, voir ce qui rendait le lion si impatient et nerveux. Un beau mélange des deux. Malgré cela, il ne comprenait pas les raisons de cette sortie. De toute évidence, encore une idée d'Arthur pour discuter du conflit qui opposait à ce moment-là les deux. Mauvaise idée si c'était réellement ça. Hopkins espérait l'avoir démontré pendant le cours ; ce n'était pas le bon moment. Il manquait cruellement de sommeil et les choses allaient encore plus s'envenimer. Sous l'emprise de la fatigue, il n'était plus le même, beaucoup plus à cran, irritable.

L'heure était venue d'enfreindre délibérément le règlement de Poudlard. Pour l'occasion et, surtout, pour ne pas se faire repérer, puisqu'il avait plus à perdre qu'Arthur, il s'était habillé tout en noir. Il se força à être le plus discret possible à travers les couloirs ou encore lorsqu'il ouvrit et ferma les portes. L'adrénaline monta progressivement. Il était Préfet et pouvait très bien perdre son statut si honorifique pour satisfaire une énième pulsion du lion. Il enchaîna le tout plutôt rapidement. Et faut dire qu'il était efficace. Il se trouva furtivement dehors sans grande peine et s'empressa désormais de marcher vers le Saule Cogneur. Pourquoi ce lieu de rendez-vous, d'ailleurs ? C'était surprenant. Peut-être qu'Arthur voulait tuer Jude ? Surprenant aussi.

Après quelques longues minutes de marche en suspectant le moindre bruit comme étant un pas d'un professeur ou du concierge, il arriva enfin au lieu de rendez-vous. Il regarda aux alentours et ne découvrit personne. Arthur n'était pas reconnu pour être ponctuel. Il se positionna à quelques mètres de l'arbre, à l'abri de n'importe quel regard. L'attente ne fut pas trop longue puisque quelques secondes après, le bouclé arriva et salua le serpent, à sa manière. Il lui demanda s'il n'avait pas trop attendu, puis enchaîna directement sur son plan prévu de ce soir — qui n'était pas du tout ce à quoi Jude pensait. Digler voulait sortir à Londres. Il demanda au serpent s'il savait transplaner, pour conclure par le fait qu'il avait trop hâte. Le Préfet pouvait affirmer, il n'en pouvait plus de voir son ami sautiller.

Il se demanda si se rendre sur Londres était une bonne idée. Il se sentait encore fatigué même s'il avait eu l'occasion de se reposer en fin d'après-midi. Mais s'il refusait, cela n'allait pas plaire au lion. Il se trouvait dans une impasse avec comme seule réponse l'obligation de s'y rendre. Puis finalement, peut-être qu'il allait bien s'amuser. Il avait très vite compris également qu'il allait devoir transplaner en compagnie du bouclé. Il n'avait pas encore eu l'occasion de pratiquer le transplanage à plusieurs, il espérait donc qu'il n'allait pas se rater. Finalement, peut-être allait-il le faire exprès ? Ça pourrait rendre la soirée plus amusante. Tant que les deux ne se retrouvaient pas dans un autre pays, bien entendu.

« C'est parti, allons à Londres ! »

Malheureusement, il était impossible pour le serpent de transplaner dans l'enceinte de Poudlard. Les deux allaient donc devoir faire un bout de chemin en marchant. Ce trajet fut long. Ni Arthur, ni Jude trouvaient un moyen de discussion ou lorsque c'était le cas, cela durait simplement le temps de quelques dialogues d'un côté et de l'autre. Ils avaient besoin d'un remède miracle pour décompresser et soulager la tension qui s'acharnait entre les deux. Lorsqu'ils sortirent enfin de l'enceinte de Poudlard en prenant bien soin de refermer le portail, Jude regarda Arthur et, d'un coup vif, abaissa le visage pour le rassurer. Il lui attrapa ensuite la main, la serrant fortement. Il fallait créer une véritable cohésion entre les deux amis. Il se remémora ensuite une rue de Londres, fermant les yeux progressivement. Le transplanage, pour Jude, c'était un travail de patience. Puis la magie s'opéra, à en croire les désagréables sensations que Jude vivait. Il avait comme la vive impression que son corps le lâchait. Il se ressaisit rapidement et ouvrant les yeux, il remarqua qu'il avait transplané à la hauteur d'un mètre, tombant ainsi lourdement au sol. Arthur aussi. Le serpent prit malgré tout la peine de lâcher la main du bouclé et se remit debout.

« Oui, bon, c'est la première fois que je n'transplane pas tout seul. La moindre réflexion et j'te fais transplaner en Irlande et j'pars après. »
Arthur Digler
Arthur Digler
ModérationGryffondor
Modération
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


De l'herbe (pas si) médicinale [en cours] Empty
Re: De l'herbe (pas si) médicinale [en cours]
Arthur Digler, le  Mer 29 Avr - 15:28

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Substances illicites,  Substances licites





De l'herbe (pas si) médicinale
Saison 31 - Printemps
LA mutuel avec Jude

Par-fait. Rien, j’ai bien dit absolument rien ne pouvait empêcher Arthur d’être heureux à l’heure actuelle. Non seulement Jude ne lui en voulait pas pour ce retard (qui était ridicule, mais sait-on jamais…) mais en plus de ça, il acceptait de partir à Londres avec lui. Sans plus attendre, le lion reprit la route, accompagné cette fois du préfet. L’obscurité et les ombres n’avaient donc plus aucune raison de le rendre mal à l’aise. Ni même cette forêt aux bruits douteux et inquiétants. En fait, dans cette situation, ce qui mettait réellement mal à l’aise Arthur, c’était sa relation avec Jude. Leurs tentatives de discussion étaient foireuses, voire même honteuses. Pendant combien de temps cette situation ridicule allait-elle encore durer ?

En arrivant au portail, Arthur prit une profonde inspiration et soupira d’aise. Qu’est-ce qu’il aimait ces sentiments : la liberté et le plaisir d’enfreindre les règles de l’école. Il voulut même faire un doigt d’honneur au château, mais son ami lui attrapa la main. Pardon, lui broya la main. Le lion grimaça légèrement, mais ne dit rien pour laisser Jude se concentrer. Lui, ne savait pas ce que ça faisait puisqu’il ne savait pas transplaner. Chaque fois qu’il utilisait ce mode de transport c’était avec sa famille. Et encore maintenant, il ne savait pas s’il détestait ou aimait les sensations. Il avait à chaque fois l’impression que tous ses membres allaient s’arracher, mais à chaque fois, il retombait bien sagement sur ses jambes… Sauf ce soir. Avant même de comprendre qu’il était arrivé à Londres, Arthur se retrouva les fesses au sol, aux côtés du serpent. Ce dernier lui lâcha la main et le menaça de ne pas faire de blague. Le lion ricana et leva les mains en l’air pour se dédouaner de toutes accusations.

— J’ai rien dit, j’ai rien dit ! Il souffla du nez, sourire aux lèvres et baissa les bras. Moi je ne sais même pas transplaner donc tu vois…

Il se leva d’un bond et fit un clin d’oeil à son ami. Le bouclé vérifia que sa casquette était toujours sur sa tête et à son plus grand soulagement, oui. Il épousseta son pantalon et s’étira longuement les bras et les jambes. Quelques craquements plus tard, il tapa dans ses mains puis se tourna vers Jude. Bien. A partir de là, il n’avait plus aucun plan pour la soirée. Mais connaissant un minimum le serpent, il n’était pas patient. Inutile de lui avouer. Il lui fit signe de le suivre et ils quittèrent cette ruelle sombre. C’était très utile pour transplaner en toute discrétion, mais beaucoup moins pour se repérer. Ils marchèrent quelques secondes jusqu’à trouver une intersection. Arthur connaissait assez bien Londres pour s’y déplacer sans se perdre. Il fallait tout de même qu’il s’aide des panneaux, alors il observa les alentours. “Euuuh…”, la bouche semi-ouverte, il réfléchissait. Et comme à chaque fois qu’il était avec Jude, il se devait de réfléchir vite. Où est-ce qu’ils pouvaient les amener ? Soudain, une illumination. Il savait exactement où aller.

— Ok c’est bon je sais ! Vas-y, viens on va à Soho.  

Avec son téléphone, l’orientation aurait été bien plus simple et surtout beaucoup plus rapide, mais voilà... Poudlard ne s’entendait pas bien avec la technologie moldu. Il ne pouvait donc pas compter sur son mobile puisqu’il restait constamment prendre la poussière dans sa chambre, chez ses parents. Après quelques minutes de marche, ils arrivèrent dans la rue la plus lumineuse et la plus mouvementée du quartier. Le lion se retourna alors vers Jude avec un grand sourire aux lèvres. Il leva les bras en l’air, fier d’être ici. Le quartier était grouillant de monde et surtout d’étudiants loin d’être très sobres. Et étrangement, Arthur avait envie de la même chose. Les deux sorciers marchèrent dans la rue et s’arrêtèrent jusqu’à ce que leur chemin croise celui d’une épicerie de nuit. Ils entrèrent et le bouclé se dirigea directement vers le rayon alcool.

— Mmh... Alors, qu’est-ce qu’on va bien pouvoir prendre... On pouvait aisément le comparer à un enfant dans le rayon jouet. Ok, ça mec, pas le choix.

Le sucre. Il aimait le sucre. Il attrapa une bouteille de vodka chocolat et la donna à Jude. Il était plus âgé que lui, c’était donc à lui de passer à la caisse. Avant qu’il râle, Arthur fouilla dans son sac et sortit un billet de 20£. C’était lui qui offrait ce soir. Mais le contraire l’aurait étonné. Pourquoi Jude aurait pris des livres avec lui alors qu’à Poudlard ils n’en avaient pas besoin ? En sortant du magasin, le lion récupéra la bouteille des mains de son ami tout en le remerciant. Directement, il l’ouvrit et but quelques gorgées. Satisfait, il la redonna au serpent. Ils reprirent alors leur marche et une fois à proximité d’un bar bruyant, Arthur s’assit sur le rebord d’un trottoir.

— Bah parfait, on est grave bien là. Non ?

Sa tête bougeait lentement au rythme de la musique qui provenait du bar. C’était un de ses quartiers préférés à Londres. Réputé pour être un lieu à forte mixité sociale, l’atmosphère était rock et grâce à ses bars, ses boîtes de nuit ou encore ses clubs de strip-tease, le quartier était constamment animé. Face aux deux sorciers, un groupe d’étudiants qui devaient être à peine plus âgés qu’eux fumaient en bande et en riant bruyamment. L’odeur de l’herbe était forte, même les deux amis pouvaient la sentir de là où ils étaient. Arthur jeta un œil à son ami, puis reposa son regard sur ce groupe d’amis. Devait-il proposer ou...? Après tout, il n’avait jamais essayé. Pourquoi pas ce soir ?

— T’as déjà fumé ? Demanda-t-il avec curiosité.
Jude Hopkins
Jude Hopkins
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


De l'herbe (pas si) médicinale [en cours] Empty
Re: De l'herbe (pas si) médicinale [en cours]
Jude Hopkins, le  Mer 6 Mai - 3:00

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Substances illicites,  Substances licites





LA d'Arthur Digler

À la menace de Jude, Arthur ricana et leva ses mains vers le ciel, comme les bandits. Peut-être qu'il voulait interpréter un bandit ce soir. Il lui fit comprendre qu'il n'avait rien dit, puis abaissa les bras pour lui annoncer qu'il ne savait pas transplaner et le serpent avait comme la vive impression que son ami était complexé par cela. À son âge, il ne savait pas non plus. Il s'est entraîné pour cela et a même été dans l'obligation de passer une épreuve au Ministère pour obtenir un foutu permis. Pas qu'il avait envie de coopérer avec eux, simplement, il en était obligé. Le complexe retomba vite lorsque le lion se releva et enleva la poussière qu'il pouvait avoir sur lui. Il se tourna ensuite vers Jude. Les deux marchèrent et tombèrent sur une intersection. Jude le fixa et comprit rapidement que le bouclé n'avait aucune idée pour cette soirée. Il essaya donc de comprendre pourquoi il avait été invité par celui-ci. Il avait beau retourner son cerveau pour trouver une raison, il n'y parvenait pas. Peut-être allait-il comprendre lors de la soirée ?

Le lion proposa d'aller à Soho. Jude ne connaissait absolument pas ce quartier. Il ne venait pas régulièrement à Londres et l'Angleterre n'était pas son pays de naissance. Hormis Poudlard ou le chemin de traverse, il perdait très vite son orientation dans ces grandes villes. Il se laissa donc guider par l'improvisateur de soirée, qui semblait bien enthousiaste à l'idée de se rendre dans ce coin. Qu'avait-il de si extraordinaire ? Le serpent allait très vite le découvrir. Les minutes de marche furent longues, d'autant plus que lorsque le Préfet regarda son ami, il voyait un adolescent pas sûr de lui. Et alors qu'il pensait se perdre parmi les nombreuses rues de Londres, les deux y arrivèrent plutôt rapidement. Il remarqua que le bouclé leva les bras en l'heure. C'était une manie ? En l'espace de moins d'une heure, il l'avait déjà fait deux fois. Ou une tradition lorsqu'on rentrait dans ce quartier ? Machinalement, Jude exécuta également ce mouvement, bien qu'il prenait le tout à l'ironie avec la présence d'un sourire amusé.

Il lança un long coup d'œil et remarqua qu'il y avait de la vie dans ce quartier. Il n'était pas si tard que ça, pourtant il y avait déjà des groupes de gens complètement saouls. Une véritable ville nocturne. Les deux s'élancèrent à la conquête de Soho. Ou plutôt d'une bouteille d'alcool pour le moment. Ils remarquèrent rapidement une épicerie ouverte et entrèrent dedans. Le rayon alcool était rempli. Cela ne faisait que confirmer à Hopkins que c'était une ville qui vivait surtout la nuit. Sinon, quel intérêt d'avoir autant de stock de bouteilles alcoolisées dans son magasin ? Arthur prit rapidement les devants puis attrapa rapidement une bouteille. Vodka chocolat ? Jude n'avait aucune idée du goût que les deux saveurs mélangées pouvaient procurer mais finalement, si c'était proposé à la vente et que ça semblait tellement plaire à Arthur, c'est que ça ne devait pas être mauvais ? Il lui faisait confiance. Le bouclé avait probablement l'idée de bien boire ce soir, Jude ne pouvait que le suivre. Il n'était jamais contre l'idée d'avaler quelques verres. Cela lui procurait un sentiment d'indépendance.

Arthur donna de l'argent à Jude, qui n'avait eu aucune idée de ce qui l'attendait ce soir et n'avait pas pensé de prendre de l'argent Moldu sur lui. Le serpent remercia son ami d'un simple mouvement de tête vers le bas et paya la bouteille. Il n'était pas bête, il savait très bien que si le bouclé lui avait donné l'argent également au lieu de payer physiquement, c'était parce qu'il avait peur que le gérant de l'épicerie s'aperçoive qu'il était encore mineur. Le serpent était majeur et bien plus âgé que Digler. Il avait donc plus de chance de ne pas attirer l'œil du vendeur et finalement c'était une bonne chose puisqu'il était passé aisément, sans même sortir une preuve de son âge. Néanmoins, il ressentit un petit sentiment de culpabilité en sortant de ce magasin. Il était réellement en train de fournir une bonne dose d'alcool à un mineur ? Ou pire, la bouteille entière, lorsque le bouclé l'attrapa et en profita pour boire quelques gorgées ? Mais le Préfet se remit rapidement de ses émotions, l'évidence était que si Arthur désirait boire à en être complètement saoul, il pouvait très bien le faire seul et n'avait pas besoin du serpent. Ce n'était sûrement pas sa première fois. Et puis, même si ça l'était, il fallait un début à tout.

Arthur fila la bouteille à Jude qui en profita pour avaler goulées également. Il la garda en main, le temps que l'un des deux se décide de boire à nouveau. Les deux avancèrent vers un bar et se posèrent sur le rebord d'un trottoir. Le serpent en profita pour contempler à ses alentours et le moins qu'il pouvait dire, c'était que cette ville était illuminée. Des couleurs de partout. Une ambiance très festive. Et un drapeau arc-en-ciel à chaque coin de rue. Ce quartier lui plaisait bien finalement et il semblait se fondre dans le décor. Il ne lui fallait pas beaucoup de temps avant qu'il se rende compte que tout ça, c'était très gay. Trop gay ? Non. C'est jamais trop gay. C'est seulement bien présent. Finalement, il ne savait pas trop quoi en penser. Il se laissa distraire par le son de la musique qui émanait du bar. Il voulait vraiment profiter de cette soirée. Encore plus lorsque Digler lui demandait s'il était bien, auquel il lâcha un grand « Ouiiii » heureux. Heureux d'être ici. Heureux d'être avec Arthur. Heureux le temps d'une soirée. Il fut perturbé par Arthur qui posa une question remplie d'arrière-pensées. Il lui demanda s'il avait déjà eu l'occasion de fumer.

« Non. Et toi ? ...T'as envie de tester ? »

Un sourire au coin apparut sur le visage d'Arthur. Jude comprit que son ami n'était pas réticent à l'idée et finalement, lui non plus. Celle-ci ne lui était pas forcément parvenue, malgré l'odeur bien forte, mais il tenait à profiter de cette soirée. Qu'elle soit inoubliable. Malheureusement, les deux n'avaient aucune connaissance et ne savait pas comment se fournir. Posant la bouteille d'alcool près d'Arthur, Jude se lança donc d'un pas déterminé vers le groupe d'étudiants d'où semblait provenir l'odeur. Il dénicha sa baguette discrètement et lança #Confundo vers celui qui semblait le plus à-même à les aider. Bonne pioche. Lorsqu'il lui demanda de lui en faire un, le monsieur un peu trop jeune s'exécuta. Ses amis le regardaient étrangement mais n'étaient pas dans l'état de se poser les réelles questions. Ils n'y faisaient plus attention au bout de quelques secondes, au plus grand bonheur du serpent qui voulait éviter que cette soirée se termine mal. L'alcool commença à se ressentir, le sang devenait chaud et l'impatience à l'idée de fumer se faisait ressentir. Cette soirée allait vraiment être mémorable.

Lorsque l'étudiant avait réalisé ce qu'il devait faire et lui avait même donné un briquet au passage, Jude s'empressa de se rendre vers Arthur, lui faisant comprendre au passage qu'il ne fallait pas trop tarder ici, au cas où les choses dégénéraient. Il récupéra la bouteille sur le trajet. Les deux se rendirent donc à une allure folle vers une ruelle sombre, à l'abri de tous pour s'installer tranquillement sur le rebord de ce qui pouvait être une école. Ou un bâtiment inhabité. Il avait hâte de tester de nouvelles solutions, il n'était pas réellement sûr de ce qu'il était en train de faire mais cela lui plaisait. Il regarda Arthur, lui lançant « T'es prêt ? » mais l'alluma avant même que celui-ci ait eu le temps de répondre. Il tira deux fois dessus. D'affilées. Puis s'empressa de le donner à Arthur. C'était la première fois qu'il fumait, il ne voulait pas presser les choses et ne connaissait pas ce que cela allait lui procurer alors autant y aller doucement au début. Il attrapa la bouteille et avala quelques gorgées. Un mélange pas si raisonnable.

Puisque le cœur commença à s'enchaîner rapidement. Puisque la température augmenta de plusieurs degrés d'un coup. Puisqu'il se retrouva limite à se coucher au sol, regardant les étoiles. Elles étaient nombreuses, les étoiles. Certaines plus brillantes que d'autres mais toutes fascinantes. Et l'air était légèrement frais mais cela permettait que la chaleur n'imprègne pas tout le corps du serpent. La musique était toujours présente mais relaxante. Il y avait une fourmi, à côté de Jude. Une fourmi à six pattes et deux antennes. Inimaginable. Elle lui grimpait dessus, ce qui ne le dérangeait absolument pas. Au contraire, cela l'amusa le comportement d'une fourmi. Il plaça ensuite son attention sur Arthur, qui semblait aussi dans ses rêves. Au plus profond de son âme et tellement à l'extérieur en même temps.

« Il faut qu'on aille danser Arthur ! J'ai envie de danser ! MAINTENANT ! »

Jude se releva rapidement. Trop rapidement. Des légers vertiges l'envahissaient. Il attrapa Arthur et l'attira vers lui pour ensuite placer son bras autour de son cou, l'obligeant à subir un caprice de sa part. Il devait avoir l'habitude le bouclé d'en subir. C'était le premier du serpent pourtant. Il laissa apparaître son impatience « Allez ! Vite ! » de manière très délicate, comme à son habitude. Il avala une bonne gorgée en chemin puis passa la bouteille à Arthur pour l'encourager à faire de même. Une fois proche d'un bar qui faisait sortir de par sa porte un bon nombre de décibels d'une musique qui convenait à Jude, il s'arrêta net.

« Par contre on peut pas rentrer, nonononon ! On a pas fini la bouteille pis on pourrait même pas fumer ! Vas-y, viens on danse dehors ! Danse mec ! J'veux te voir danser ! »

Il entraîna donc le bouclé vers un coin tranquille et se mit à danser, sans faire attention aux alentours. Enchaînant l'alcool et ce sur quoi il pouvait fumer. Ses mouvements étaient très brusques et il valait mieux pour Digler qu'il s'éloigne un peu s'il ne voulait pas se prendre un coup involontaire. Il sauta, il bougea la tête, il plaça ses index au niveau de ses tempes, il se déhancha au rythme de la musique. Finalement, il ne prenait pas la peine de regarder le lion mais il espérait qu'il dansait également et qu'il profitait autant de cette soirée que lui-même.
Arthur Digler
Arthur Digler
ModérationGryffondor
Modération
Gryffondor
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


De l'herbe (pas si) médicinale [en cours] Empty
Re: De l'herbe (pas si) médicinale [en cours]
Arthur Digler, le  Mer 6 Mai - 19:56

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme,  Insultes/Vulgarité,  Substances illicites,  Substances licites





De l'herbe (pas si) médicinale
Saison 31 - Printemps
LA mutuel avec Jude

Non. La réponse était non. Arthur hocha simplement la tête de droit à gauche. Lui non plus n’avait jamais essayé. Jude avait compris où le lion voulait en venir. Oui. Oui ce soir il voulait tester. Sans même regarder son ami, il sourit. Un simple sourire en coin pour lui confirmer qu’il voulait essayer. Peut-être que c’était déjà les effets de l’alcool qui le faisait parler, mais qu’est-ce qu’il y avait de mal à cela ? L’odeur était omniprésente dans la rue, elle était agréable et attisait sa curiosité. Cependant… Comme c’était la première fois et qu’il n’avait jamais touché à une cigarette non plus, il ne savait pas ce qu’ils devaient faire pour qu’ils puissent s’en procurer. Alors, le lion réfléchissait et ne cessait de fixer le groupe face à eux. Il leva alors un sourcil en voyant le serpent se lever. Il l’observait et en profita pour prendre encore quelques gorgées dans la bouteille qu’il avait laissée là. Nouveau sourire en coin. Forcément. Tout était plus simple quand on était un sorcier. Et tout était encore plus simple quand on était un sorcier majeur. La baguette n’était plus surveillée par le Ministère, on pouvait faire ce qu’on voulait… Le bouclé n’avait aucune idée de ce qui se disait là-bas, ni même de ce qu’il s'y passait. Malgré l’alcool qui commençait à prendre une place vraiment importante dans son corps, Arthur avait remarqué que le groupe était méfiant envers le préfet. Ils n’avaient pas l’air bien agressif, mais le lion était prêt à se lever s’il remarquait le moindre problème.

Mais finalement, Jude revint vers lui. Arthur compris. Il se leva et fila avec son ami, loin de ce groupe d’étudiants. Il se laissa guider et ils entrèrent dans une ruelle sombre. Trop sombre ? Inquiétante ? Heureusement, l’alcool lui faisait oublier sa crainte de l’obscurité. Il s’assit par terre, aux côtés du serpent. Il était prêt oui et il avait hâte. Il n’eut de toute façon pas le temps de lui confirmer puisque Jude alluma le joint et tira deux fois de suite. Le bouclé ne le lâchait pas du regard. Il observait chaque faits et gestes de son ami, observait ses réactions.... Tout. Il le récupéra alors. Il l’avait entre ses doigts. Le serpent se coucha ce qui fit sourire Arthur. Il porta alors le joint à ses lèvres. Il avait bien regardé Jude, il devait simplement faire la même chose que lui. Alors doucement, il tira dessus, une seule fois d’abord. La fumée pénétra son corps et il toussa instantanément, ses poumons se demandant quelle connerie il était en train de faire. Et comme le préfet, il tira une deuxième fois, plus longuement. Il jura. Les yeux rivés sur ses doigts, il laissait l’herbe s’imprégner en lui. Doucement, mais sûrement. C’était incroyablement agréable. Un sourire idiot sur le visage, il se sentait aussi léger qu’un nuage. Les battements de son coeur s’accéléraient, le rendaient sourd et l’enfermaient dans sa bulle. Soif. Il avait soif. Il récupéra la bouteille qu’il avait acheté et bu une gorgée. Une seule puisqu’il se fit surprendre par Jude. Il la referma et se leva d’un bond. Geste qu’il regretta à la seconde même puisqu’il manqua de tomber et de se prendre le mur d’en face. Sa tête tournait et se laissa traîner dans les rues par un Jude enthousiaste à l’idée de danser. La bouteille dans une main, le joint dans l’autre, cela en était presque cliché. Le serpent récupéra l’alcool pour finalement le redonner au lion qui se sentit obligé de boire de nouveau. Douce torture.

Arthur ne pouvait pas s’empêcher d’éclater de rire et répéta le “Nonononon” en haussant la voix, bougeant aussi son doigt de droite à gauche. Non loin d’un autre bar, le serpent se mit à danser. Le lion ne fit pas de même tout de suite. D’abord, il prit le temps d’observer son pote. Il souriait. Jude était heureux. En tout cas, il en donnait l’impression. Et c’est ce qui comptait pour le bouclé. Que son pote soit heureux et souriant, qu’il quitte son air maussade et dépressif qu’il traînait derrière lui constamment. Même si cela ne durait que quelques instants… Il appréciait cette vision et il espérait la revoir encore de nombreuses fois. Il appréciait cette vision autant qu’il appréciait le serpent. C’était indéniable. Il voulait qu’il reste dans son cercle d’amis et cela, malgré leurs différences. Leur soirée était déjà une réussite alors qu’ils étaient là depuis quoi… Une heure et demi peut-être ? Plus jamais il désirait se retrouver en froid avec Jude. Ce serait comme être en froid avec Matt ou Morgana. Jude pourrait toujours compter sur Arthur, quoi qu’il se passait, quoi qu’il arrivait. Mais il devait lui dire, lui faire savoir, lui faire comprendre pour qu’il le sache et qu’il en soit certain.

— MEC ! Tu pourras toujours compter sur moi. J’te jure. TOU-JOURS ! Dit-il en le pointant du doigt.

L’amitié était quelque chose d’important pour Arthur. Tous ses amis comptaient pour lui. Ils pouvaient tous compter sur lui, ils pouvaient tous lui accorder une confiance aveugle… Le bouclé ralluma le joint et tira une troisième fois dessus avant d’éclata de rire. Il le donna au serpent et se mit lui aussi à danser. Si habituellement il ressemblait à quelque chose, là… Tout paraissait confus dans ces gestes. Il avait l’impression d’être le roi de la piste, mais d’un point de vue extérieur… C’était extrêmement ridicule. Est-ce qu’il tentait de reproduire un flamant rose ? Il valait mieux ne pas se poser de questions sur ses chorégraphies… Même lui ne saurait quoi répondre. Il avait l’impression qu’autour de lui, absolument tout tournait et que lui, tournait dans le sens inverse. C’était une sensation étrangement agréable, mais qui pouvait le faire vomir s’il ne fermait pas de suite les yeux.

Alors, c’est ce qu’il fit. Il les ferma, mais continuait de danser. Jude disparut de son champ de vision, pour laisser place à... Aliocha. Ses pensées se tournaient vers lui sans qu’ils ne sachent réellement pourquoi. Mais ce qui était sûr, c’était qu’il avait irrésistiblement de voir son copain et de lui sauter dessus. Il voulait le toucher, le sentir, l’avoir contre lui, l’embrasser et bien d’autres choses qu'il ne fallait pas citer… Ou encore et surtout pour rester dans le romantisme, il voulait lui avouer qu’il l’aimait, qu’il était fou amoureux de lui. Oui. Sauf que quand il ouvrit les yeux, c’était Jude qui était face à lui. Il les referma et cette fois, s’efforça de faire taire ses hormones en soudaines ébullitions. Cependant, il ne pensait pas les faire disparaître aussi rapidement et surtout violemment. Il se prit un coup de coude dans le nez et recula sur quelques mètres avant de réussir à se rattraper à un potelet. Il porta la main à son nez, du sang coulait. Il pissait le sang et pourtant, il était mort de rire, ne sentant absolument pas la douleur. Il pencha sa tête en arrière et de sa main libre, il tenta d’ouvrir son sac pour en sortir un paquet de mouchoirs. Depuis petit, sa mère avait la fâcheuse manie d’en mettre partout pour qu’Arthur n’en manque jamais. La plupart du temps, ça l’exaspérait, mais ce soir-là, il en était plutôt content. Il ouvrit le paquet et tamponna sa narine ensanglantée avec le papier.

— Tu m’as pas loupé p*tain…

Cela l’apprendrait à avoir de telles pensées. Jude l’avait ramené sur le droit chemin en seulement une seconde. Est-ce qu’il avait lu dans sa tête ? Le bouclé se mit à paniquer à l’idée que le serpent ait pu pénétrer son cerveau. Ses joues déjà rosées par l’alcool prirent une teinte encore plus rouge puis… Il se calma tout seul. C’était impossible. Si depuis le début l’herbe donnait ce genre de pouvoir il aurait été au courant. Et puis, lui n’arrivait pas à connaître les pensées de son ami. A moins qu’il ait des pouvoirs en plus ? Il réfléchit. Enfin, il essayait car il n'était pas en état d’avoir une quelconque réflexion. Le lion éloigna le mouchoir et toucha sa narine avec son doigt. Le sang avait arrêté de couler. Il essuya avec le dos de sa main les quelques gouttes qui trainaient sur sa lèvre supérieure et soupira. Son regard croisa alors celui de Jude. Il avait l’air de s’en vouloir ? Peu importe, il éclata de rire encore une fois. Puis comme s’il n’était pas déjà assez entamé, il récupéra la bouteille et bu plusieurs gorgées. Lio lui avait donné soif, la danse lui avait donné soif. Et tout cela, avait donné chaud à Arthur. Il enleva sa veste et l’accrocha au niveau de son ventre.

— Waaaaah.... P*tain…

Qu’est-ce qu’il regardait ? Pas grand chose en vérité. La rue, les lumières. Toujours contre le potelet, son regard dériva et tomba sur quelqu’un qui envoyait des messages sur son téléphone. Un sourire idiot plus tard et le voilà près de la jeune femme. Il avait des étoiles dans les yeux. Pas parce qu’il la trouvait belle ou quoi que ce soit, il en avait rien à faire d’elle. Il était simplement intéressé par ce téléphone dernier cri. Est-ce qu’il voulait le voler ? Bien sûr que non, il avait une tout autre idée.

— Faut que j’appelle ma soeur. Dit-il en arrachant le portable des mains de la fille. Elle frappa le bras d’Arthur et ce dernier l’empêcha de continuer avec sa main de libre. Mais arrête de me taper enfin... Dit-il désespéré par la femme. J’suis là regarde…

Et c’était vrai. Il ne bougeait pas alors que cela faisait longtemps qu’il aurait pu partir en courant avec le téléphone en main. Au lieu de ça, il restait à côté de la jeune femme qui avait arrêté de lui crier dessus. Le lion la lâcha alors et commença à composer le numéro de sa soeur. Il fit un clin d’oeil à Jude qui s’était approché de lui et il patientait. Pendant que ça sonnait, il chantonnait gaiement. Soudain, il se tut. Elle avait répondu un simple “Allô”. Il venait de la réveiller.

Va te faire f*utre Jade, toi et ton p*tain de mec.

Simple et efficace. Le tout, bien évidemment en français. Même si Jude ne pouvait pas comprendre ce qu'il disait, on pouvait quand même se douter qu'Arthur n'avait pas balancé des mots doux à sa sœur. Il raccrocha, éclata de rire et redonna son téléphone à la jeune femme, sans oublier de la remercier. N’oublions pas les bonnes manières… Il marcha alors à reculons pour retourner sur leur piste de danse improvisée, soit un bout de rue, et continua de danser de façon ridicule. Il n’entendait pas les gens parler, rire, s’amuser, il n’y avait rien ni personne à part son pote, le joint, la bouteille d’alcool et lui. Il tendit d’ailleurs sa main vers Jude dans l’espoir qu’il lui donne l’herbe. Sourire aux lèvres.
Jude Hopkins
Jude Hopkins
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


De l'herbe (pas si) médicinale [en cours] Empty
Re: De l'herbe (pas si) médicinale [en cours]
Jude Hopkins, le  Mer 5 Aoû - 21:44

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Substances illicites,  Substances licites





LA d'Arthur

Ils riaient. Ils riaient à la vie, au goût âcre qu'elle pouvait laisser sur son passage, aux folles aventures qu'ils parcouraient actuellement, à l'illégalité, au risque. Deux adolescents bouleversés par le destin qu'ils allaient obtenir. Être heureux, le temps d'un instant, un instant cher aux yeux du serpent. Un instant mémorable, gravé à vie. La drogue commençait à bien faire son effet, notamment lorsque les deux n'y allaient pas à la légère. Ils enchainaient les aspirations. À tel point que Jude ne remarquait pas que son ami se moquait de lui, sur ce qu'il avait pu dire précédemment. Il était trop occupé à danser, tourner et laisser ses mauvaises émotions s'éclipser. Qu'est-ce qu'elle pouvait être belle la vie lorsqu'on prenait la temps de la regarder sous cet angle. Ce que Hopkins ne faisait que très occasionnellement. Il était entouré d'une cape invisible, noire, qui ne lui apportait que des mauvaises émotions. Cette cape était accrochée à son âme. Beaucoup trop pour ne pas la sentir. Il se sentait condamné de vivre avec mais ce soir, c'était différent. C'était grandiose.

Arthur semblait également partager cette joie lorsqu'il fit comprendre au serpent qu'il serait toujours présent pour l'accompagner. Cela faisait du bien à Jude, d'entendre des mots comme ceux-ci. De se sentir valorisé, apprécié. C'est ce qu'il lui manquait depuis quelques temps. Se sentir vivant. Puis, lorsque le lion fila l'objet illégal à Hopkins, il se mit à danser, ce qui stoppa brusquement le brun qui en profita pour le regarder. Il se sentait tellement bien, c'était un sentiment indescriptible tellement il était fort. Il se rendait déjà nostalgique de ce moment. Il était donc déterminé à en profiter et se remit à danser, tout en conservant ses gestes violents. Ce qui ne manqua pas lorsqu'il heurta une surface. Il comprit très vite, sans même ouvrir les yeux, qu'il venait de frapper son ami bouclé.

Du sang coulait, sortant du si beau nez amoché d'Arthur. Ce n'était pas de simples gouttes, à tel point que Digler devait trouver un mouchoir rapidement pour ne pas se tâcher ses vêtements, même si à cette heure-ci c'était sûrement loin d'être un problème. Ce qui réconforta Jude, c'est que son ami ne semblait pas lui en vouloir à en écouter les sons qui sortaient de sa bouche. Des éclats de rire. Si des gens passaient à ce moment-là, ils pouvait facilement comparer les deux à des malades. Des psychopathes. Ou plus simplement des gens qui se tapaient un bon fou-rire à la vue du sang. Telle une scène d'un film sanglant.

Le sang ne semblait pas vouloir arrêter de se manifester, lorsque le bouclé intervint enfin en exprimant qu'il n'avait pas été loupé. Jude lui lança un regard désolé, il se sentait fautif de la situation mais ne semblait plus contrôler aucun de ses mouvements, ni aucune de ses pensées. Ce qui l'inquiétait. Est-ce que ce sentiment allait rester ou était-ce juste un instant ? Il n'était pas expérimenté dans l'illégal alors il ne trouvait aucune réponse à ses questions. Arthur n'en avait aucune également, il était tout aussi innocent à ce sujet. Lorsque le lion reprit conscience, il lança un regard au Préfet puis accrocha sa veste autour de son ventre. Jude en profita pour faire de même, c'est vrai que la chaleur était insoutenable maintenant qu'il y pensait. Et il remarqua que Digler semblait fixer un point précis. Jude essaya de se concentrer sur ce qu'était la cause mais n'arrivait pas à se concentrer.

Il fut vite déconcentré aussi, lorsque le lion fit comprendre son envie d'appeler sa soeur. Et pour cela, quoi de plus illégal que d'arracher le portable des mains d'une femme qui n'avait rien souhaité ? Il se fit forcément frapper par cette même personne, jusqu'à ce qu'il lui fasse comprendre qu'il n'allait pas bouger, qu'il désirait simplement passer un coup de téléphone. Pour ? Et bien, probablement pas pour lui exprimer son amour. Jude ne comprenait pas la langue, simplement Arthur semblait en colère.. Peut-être pour exprimer son mécontentement, sa colère avec une maladresse quelconque ? Quoiqu'il en soit, les deux retournèrent sur la piste, ou du moins le petit coin isolé de la population. Jude lui fila la chose illégale et attrapa la bouteille pour en boire quelques gorgées.

Puis une idée parvint dans la tête du serpent. L'idée du siècle. Sentez-vous la once d'ironie ? Jude lui ne la ressentait absolument pas. Il voulait se faire tatouer. C'était quelque chose qui lui avait toujours donné envie simplement il avait une peur bleue des aiguilles. Mais les effets indésirables, ou désirables chez Hopkins de l'illégalité était que ça donnait des super-pouvoirs. Notamment un, celui de ne plus avoir peur de rien. Il était un peu le Spiderman de Soho. Une tragique comparaison.

« Arthur.... ARTHUR !, puisque monsieur n'entendait rien, J'ai envie de me faire tatouer. T'as pas envie de te faire tatouer toi ? Allez vas-y viens, on va rigooooooler. »

Il entraîna donc son ami dans la rue, pour trouver un endroit où il allait pouvoir exaucer son vœu de la soirée. Si le lion n'était pas partant, Jude l'était et il désirait un accompagnateur au cas où les choses se passeraient mal. Néanmoins Arthur ne semblait pas être contre l'idée. Jude espérait qu'il n'allait pas changer d'avis. Celui-ci déambula dans les rues, comme-ci il était chez lui alors qu'en réalité il n'avait aucune idée d'où il se trouvait. Il voulait juste trouver un tatoueur ouvert. Son but allait être exaucé à moitié, lorsqu'il vit par une fenêtre des amis qui semblaient se tatouer entre eux, comme un coup du destin. Ce n'était peut-être pas des professionnels, mais Jude n'allait pas demander un modèle compliqué, uniquement pour y trouver de la sensation, du plaisir. De l'enchantement.

« Hého vous ! Allô ! Est-ce que vous voulez bien nous tatouer ? On est beaux gosses, fin surtout moi l'autre bouclé est pas trop beau mais bon, puis il éclata de rire le temps d'un instant, Mais nous sommes gentils. Et nous avons de l'argent. Nous pouvons vous rémunérer. »

Il s'approcha de la fenêtre, espérant entendre une réponse qui ne se fit pas attendre. Après avoir discuté entre eux, ils les laissèrent monter à l'appartement en leur ouvrant la porte de l'entrée principale. Ils semblaient être légèrement plus âgés que les deux adolescents et étaient plus nombreux. Peut-être une dizaine dans un petit appartement, mais cela faisait l'affaire. Ils donnaient l'air de bien s'amuser. Jude commença en premier et exprima sa demande. Une lune sur le bassin, du côté droit. Il leva son t-shirt et se laissa tatouer, faisant totalement confiance à la tatoueuse qui pourtant ne semblait pas sûre d'elle. Mais lorsque l'aiguille commença à transpercer sa peau, la douleur fut inimaginable. Il ne savait pas si c'était à cause de son état qu'il se sentait aussi mal, mais il devint très rapidement pale. Pourtant, la fille continua, et le moment qui s'apparentait à des heures de douleur pour Jude n'était que le reflet d'une dizaine de minutes. Il regardait partout, par peur de faire un malaise, se pinça régulièrement la peau, avait même eu le courage de demander un sucre à un des hommes présents dans la pièce, qui lui fut rapporté dans la minute qui suivait. Il essaya de ne pas se concentrer sur la douleur, en exprimant une certaine curiosité vis-à-vis de l'appartement. Il semblait vérifier tous les recoins alors que ce n'était qu'une simulation pour oublier la douleur.

Il jeta un bref coup d'œil et remarqua qu'elle avait fait un travail remarquable. La lune était parfaite. Cela lui convenait amplement. C'était désormais au tour d'Arthur qui voulait également passer sous les mains de l'artiste. Il demanda un rond sur les côtes. Il en profita d'ailleurs pour enlever son haut d'une manière exagérée, comme-ci il voulait plaire à quelqu'un dans la pièce, ou amuser la galerie. Mais lorsque le tatouage démarra, Jude le regarda et le lion semblait avoir mal également. Peut-être moins que le serpent, mais quand même. Il n'osait pas continuer à le regarder, cela lui rappelait ce moment douloureux qu'il venait de traverser - triste vie. Exagérer les choses ? Une passion chez Hopkins. Cela prenait un peu moins de temps pour Digler puisque son tatouage ne semblait pas si minutieux, mais tout aussi bien fait. Ils avaient eu de la chance.
Contenu sponsorisé

De l'herbe (pas si) médicinale [en cours] Empty
Re: De l'herbe (pas si) médicinale [en cours]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 De l'herbe (pas si) médicinale [en cours]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.