AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-14%
Le deal à ne pas rater :
Climatiseur réversible mobile (chaud et froid) – 3530 W – 12000 ...
299.99 € 349.99 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur
Page 1 sur 1
Un bar presque parfait [En cours]
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Un bar presque parfait [En cours] Empty
Un bar presque parfait [En cours]
Azénor Philaester, le  Mar 28 Avr 2020 - 19:55

saison 31, Automne
rp privé ft. Elias Baxter
LA du bougre accordé


Fin de soirée, Azénor avait troqué la grande cape noire stricte de sorcière à responsabilités pour un tablier -un peu sale, il fallait l'admettre, qu'elle avait noué à sa taille. La propriétaire du Chaudron Baveur était aux commandes du Comptoir, où finalement peu de sorciers s'étaient accoudés, verre à moitié plein, verre à moitié vide. Vous connaissez la chanson. Elle sifflotait un air et chantonnait dans son coin, elle se croyait dans sa tête sur une scène devant des milliers et des milliers de spectateurs qui l'acclamaient et lui jetaient des fleurs; la foule était en délire. Pourtant d'un oeil adversaire, on ne pouvait apercevoir qu'une petite femme qui se dandinait sous un rythme que personne ne pouvait reconnaître. Dieu ce qu'elle aimait s'évader durant quelques heures au Chaudron Baveur. Et y était reine des fûts et des shooters; bien moins gratifiant que lorsqu'elle était reine d'une école vieille de plusieurs siècle et fort connue pour sa renommée internationale; mais au moins au Chaudron, elle ne manquait pas de s'amuser. Ne vous méprenez pas, elle adorait son travail de Directrice de Poudlard, seulement la bienséance l'avait obligée à rester irréprochable; en plus de sa place dans la société, elle était une femme. Elle n'avait d'autre choix que d'en imposer si elle voulait contraindre son autorité. Avec les années, elle y était arrivée. Le monde sorcier la connaissait, et la prenait pour une femme sévère, stricte, mais juste. Il était amusant de comparer ses deux différentes facettes; personnage sérieux et coincé le jour, rêveuse et fanfaronne la nuit. Mais n'allez pas imaginé l'incongru, elle restait tout à fait présentable à n'importe quelle heure de la journée.


Elle essuyait un autre verre au rythme de la musique qui déglinguait ses neurones. Elle avait retrouvé le sourire. Elle aimait la vie, elle aimait son travail, elle aimait son autre travail, elle aimait ses enfants, elle aimait le peu d'amis qu'elle avait. Elle se sentait bien, et sans doute qu'à l'instant t, elle était même heureuse. Cole était à Poudlard, Skyline créchait d'avantage chez sa marraine que chez sa maman -oups- mais elle avait l'air d'apprécier cela. Et puis elle avait double dose de câlins quand elle rentrait à la maison alors de quoi pourrait-elle se plaindre? Azénor avait toute la nuit devant elle et face à cette heure tardive, elle ne ressentit pas l'envie de sommeiller le moins du monde. Non, bien-sûr que non. Elle voulait rester là, à rêver, à servir ses habitués, à apprécier la compagnie d'Harmony qui était l'employée modèle. Bon elle était surtout sa cousine, cela faussait son jugement, mais cette jeune femme était une étoile, que dis-je un joyau extraordinaire. Elle était pure et douce, et Azénor l'adorait.
Au moment fatidique de la chanson, lorsque le rythme s''enflammait pour ne laisser d'autre choix au chanteur de donner corps et âme à son show, Azénor leva les yeux au Ciel, prête à faire péter ses cordes vocales. Mais doucement quand même, la moitié du bar était déjà bourré mais enfin un peu de tenue. Elle approchait du moment de graal, quand la petite clochette de la porte d'entrée du Chaudron retentit. Elle laissa tomber sa tête en avant; il ou elle avait tout gâché. Azénor re-sombra dans la réalité. Des yeux interloqués et un levé de sourcil; c'était Elias! Il était pardonné. Ouh! Ah! Vermine, malotru, que viens-tu faire en terrain ennemi étranger? Puis Azénor salua son ami d'un sourire radieux. Qu'est-ce-que je te sers? Elle l'invita à s'asseoir sur un tabouret libre du Comptoir. Ôtant son tablier de plouc pour paraître un peu plus bonnasse...Euh, jolie, jolie, Azénor remit une mèche de cheveu derrière son oreille. Elle était heureuse de la visite de Baxter. Ce soir-là, tout allait pour le mieux, et Elias ne venait que d'améliorer sa journée.

Elias Baxter
Elias Baxter
Référent·e ModérationSerpentard
Référent·e Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah
Manumagie (niveau 2)


Un bar presque parfait [En cours] Empty
Re: Un bar presque parfait [En cours]
Elias Baxter, le  Jeu 30 Avr 2020 - 15:01

On pouvait dire qu'Elias était fier des résultats qu'apportaient son entrainement hebdomaire. Fier oui ! Rien moins que ça. C'est que y a quelques mois il devait se concentrer toute la sainte journée pour modifier la teinte d'une pauvre couverture de cahier, et l'acte lui-même le laissait littéralement sur les rotules. Maintenant il parvenait à jouer avec le verrou de sa porte de chambre et à faire voltiger les plumes de sa chouette dans tout l'appartement, tout en gardant suffisamment d'énergie pour aller boire des coups en ville. Parce qu'il fallait bien célébrer !

D'autant qu'il allait bientôt passer à l'étape supérieure. C'était bien beau de progresser, mais c'était en vue d'un truc plus grand, d'un vrai destin qu'en jette, pas de quelques effusions magiques entre quatre murs. Et il savait qu'il allait en baver ouais. La prochaine étape il la redoutait l'Elias, comme on redoute la mare de café au fond de la tasse. Ce goût âpre, cette texture farineuse... Il était pas particulièrement motivé. Alors ce soir il célébrait là où il en était arrivé avant de plus en avoir vraiment la force voyez.

Pour une fois, il s'était pas arrêté au bas de sa rue à faire la tournée des bars moldus et à saluer les piliers de comptoir qui commençaient à vaguement le considérer comme de la famille lointaine. Enfin si, il s'y était arrêté, mais il était repartit. Il avait pris sa planche et il s'était laissé emporter jusqu'au Chaudron Baveur. Y avait quelqu'un qu'il connaissait là-bas, mais il l'y avait jamais croisé. Il avait juste ouïe dire comme on dit. Et des fois il passait, juste pour vérifier l'info. Et pour profiter de l'ambiance générale aussi. C'était différent des Trois-Balais, mais ça lui convenait bien. Surtout, c'était pas à lui de gérer le service. Nan tout ce qu'il avait à faire ici c'était de consommer, et ça c'était cool.

À peine il entre qu'il se prend la musique en pleine face, et le rythme lui fait bouger la tête inconsciemment. Il entend une voix par-dessus celle du chanteur, une voix de femme qui vient du fond du bar et qui tente de faire passer le message de la chanson avec toutes ses tripes. Vraiment toutes ses tripes. Elias hausse un sourcil et rajuste sa planche sous son bras. Ouh ! Ah ! Vermine, malotru, que viens-tu faire en terrain ennemi étranger ? Là ses lèvres s'étirent d'une joue sur l'autre tandis qu'il capte le visage d'Azénor Philaester dans toute sa splendeur. Il l'applaudit avec enthousiasme pour sa magnifique performance ! tout en approchant, et vient se percher sur le premier tabouret qui lui passe devant. Qu'est-ce-que je te sers?

Sa planche trouve son salut à ses pieds contre le comptoir tandis que son propriétaire balaie l'assemblée de bouteilles d'un regard acéré. Il étouffe la réponse qui lui mord les lèvres. La question c'est pas qu'est-ce que tu m'sers, mais quand ! Quand est-ce que tu me serres Azénor ? Bon il avait peut-être un peuuuuu abusé de la bière de son quartier. Il reporte son attention sur la jeune femme, la déshabille du regard, manque de glisser de son tabouret et finit par sortir un nébuleux vaut mieux être proche de ses amis, mais encore plus de ses ennemis ! Enfin un truc comme ça non ? J'vais te prendre une Bièraubeurre s'te plaît. Il guette ses grands yeux marrons entre deux battements de cils. Terrain ennemi, terrain ennemi, nan il se sentait plutôt bien ici. Il allait enfin pouvoir comparer les techniques d'embrassages. De brassages ! Brassages oui.
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Un bar presque parfait [En cours] Empty
Re: Un bar presque parfait [En cours]
Azénor Philaester, le  Jeu 30 Avr 2020 - 21:09


Azénor souriait. Elle alla claquer sa main contre son coeur, mima un merci modeste et envoya un bisou de sa même main pour remercier au même titre ses fans par milliers. Elle zieuta Elias à mesure qu'il s'avançait, puis il installa son royal séant sur un tabouret peu confortable, probablement bancable même. Elle plissa les yeux. Oui, c'était bien ce tabouret-là qui ne trouvait point de pied à terre un minimum stable. Elle allait probablement passer sa soirée à admirer Baxter se dandiner pour essayer de caler son siège. Elle se promit à elle-même de lui offrir son plus beau sourire à chaque soupir d'énervement. La propriétaire du Chaudron était de bonne humeur. Il fallait dire que cela faisait quelques temps déjà qu'elle se sentait particulièrement bien. Elle se croyait libre et elle avait le temps d'aimer la vie. Bien qu'elle n'eut absolument pas cracher sur ses obligations et ses responsabilités de dame directrice de la plus grande école de magie de Grande Bretagne, elle avait trouvé une parfait harmonie dans sa vie, et elle aimait ça. Pour ainsi dire, elle pétait la forme, et cela se voyait. Elle n'hésitait aucun sourire, aucun regard malicieux, et osait vivre comme elle l'entendait. De toute façon cela faisait dix ans qu'elle gravissait les échelons de Poudlard, elle avait fait ses preuves et elle était globalement appréciée. Pourquoi ne pas profiter de sa posture pour inciter le bonheur?


Préparant une Bierraubeurre avec ses petits doigts de fée, la belle Azénor ricana joliment en réponse à Elias. Les deux anciens collègues se trouvaient être gérant et propriétaire des deux bars les plus connus du monde Magique. Lui gérait les Trois Balais, elle détenait le Chaudron Baveur. Mais ils se connaissaient depuis plus longtemps, et avaient toujours été en très bon terme. Cette fausse compétition les amusait bien plus qu'elle n'était réelle. Pendant quelle faisait couler le mélange mousseux destiné au trentenaire, elle s'étonna: Tien d'ailleurs, une bierraubeurre? Je te prenais plus pour un mec au whisky tu vois. T'es là t'es avec ton verre, sans glaçon; elle mimait un verre épais dans sa main; tu prends des gorgées sans t'étouffer, ça en jette. C'est la classe. Non? Puis elle réfléchit à ses propos. Non en fait, pas vraiment. C'était pas vraiment ça la classe. Elle fit la moue. Fin ça vaut pas un beau smoking tu m'diras. Rien à voir. Et alors? Elle déposa la bierreaubeurre un peu dégoulinante sur le comptoir, poussa le verre sous le nez d'Elias. Voilà pour môsieur. Et quand elle se sortit un verre pour se couler un petit cidre, elle s'adressa à son poto sûr en le regardant d'un air langoureux. Tu es venu pour moi j'espère. Et elle fronça les sourcils. Si ce n'est pas le cas ne me le dit surtout pas, cela briserait mes rêves.
La dame disparut deux ou trois secondes sous le comptoir et réapparut avec un petit bol en bois en main. Elle y jeta quelques cacahuètes -elle se souvenait avec émoi le soir où Matt, petit bonhomme des Trois Balais lui avait fait l'affront, que dis-je l'avait nargué en oubliant les cacahuètes. Depuis ce soir-là Azénor elle, ne les oublia plus jamais. Elle poussa la bolinette vers Elias. Cadeau. Pour toi. Levant son verre de cidre elle trinqua; en l'honneur de nous. Parce qu'on est cool, et que la vie est belle. Qu'est-ce-qu'elle aimait le cidre. Ce doux goût sucré, le jus de pomme pétillant qui fondait sur le palais. Le graal. Bien meilleur qu'un whisky trop serré, bien plus classe.


Azénor s'accouda à son bar, les bras croisés. Tu veux que je te laisse ou ma présence ne te déplaît pas trop? Puis elle s'approcha de l'évier pour essuyer deux trois verres. Elle chercha dans le vide un tablier qu'elle avait enlever plus tôt. Roh. Elle troqua donc l'invisible pour un torchon et commença son labeur. D'ailleurs sais-tu l'autre soir je me suis rendue chez toi. Non, pas chez toi. Dans son bar! Ils se comprenaient. Ton petit stagiaire, Matt. Une vraie perle. Je ne dirai pas qu'il est au niveau d'Harmony, évidemment, mais le p'tiot c'est un pro. De la graine de champion. C'est le Shakespeare du bar. T'aurais pu lui filer sa promotion. Petit rire, soufflement de nez oblige. Ah ce Matt.


Elias Baxter
Elias Baxter
Référent·e ModérationSerpentard
Référent·e Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah
Manumagie (niveau 2)


Un bar presque parfait [En cours] Empty
Re: Un bar presque parfait [En cours]
Elias Baxter, le  Ven 1 Mai 2020 - 16:17

Mon L.A. est tout à toi évidemment


Sur tous les tabourets de bar présent, il avait fallu qu'il choisisse celui qui tenait pas debout. Chaque fois qu'il gigotait, y avait le pied qui faisait une gigue. Heureusement y avait le sourire de la belle tenancière pour pallier à son agacement. J'aime le whisky. Mais j'en bois moins qu'avant, il avoue. C'était sévère, et ça lui perforait l'estomac. Il pouvait pas nier qu'il avait eu une longue période smoking au whisky et whisky en smoking, mais tout ça c'était sa vie d'avant. Celle où il noyait sa solitude et son manque évident d'accroche avec les gens... Maintenant qu'il avait fait la paix avec son retour au bercail et qu'il avait réalisé qu'il avait non seulement une famille mais aussi des amis auxquels se raccorder, il avait changé, tout simplement. Tout s'était accéléré depuis sa rencontre à l'Oxzifulz d'ailleurs. Il saisissait l'importance du lien, et l'ivresse d'une vie retrouvée. Il s'était découvert une nouvelle passion pour la bière, que l'on pouvait brasser aux milles-et-une saveur, un regain d'enthousiasme pour les instants passés en bonne compagnie - du sushi le plus délicatement roulé avec sa Mokeuse à la fresque la plus extravagante sous les directives de Loupé, en passant par de vastes discussions sans queue ni tête avec son mentor -.

S'il restait une part de l'Elias passé, de l'Elias en noeud pap et en smoking cintré cuvant son whisky au détour d'une arnaque ciselée, il était ensevelit sous la vague de son nouveau lui. Celui qui pouvait admettre haut et fort qu'évidemment j'suis venu pour toi ! car qui était-il pour briser les rêves d'une aussi belle jeune femme ? Sans compter que c'était la juste vérité. Elias accueillit le bol de cacahuètes d'un large sourire et d'une exclamation triomphale avant de trinquer avec madame d'un joyeux à la vie, et à la belle ! Il sirote sa Bièraubeurre en rajustant son derrière sur le tabouret, qui s'agite encore un peu plus histoire de le narguer. Faut avouer qu'elle est bonne. Il a envie de dire qu'elle est pas aussi bonne que celle des Trois-Balais, juste pour alimenter cette rivalité inexistante entre leurs deux établissements mais il pas les arguments. C'est qu'au bout d'un temps on a tellement de liquide qu'à coulé sur la langue qu'on saurait plus différencier un bon brassage d'un mauvais. Il se demande si c'est pareil pour l'embrassage, comme ça, brièvement. Il regarde l'Azénor et son regard tombe au sud sans qu'il fasse exprès. Naaaaaan ta présence est d'or, mieux que le silence tu vois il répond d'un ton léger en remontant les yeux sur le visage de la brune.

La silhouette se redresse, les mains cherchent un truc au niveau de la poitrine - le regard d'Elias repart au sud - et finalement l'Azénor commence à essuyer des verres. Il a presque envie de soupirer, de bougonner. De lui dire que vazy arrête de travailler viens on va danser, mais il se rappelle que c'est encore la fin de soirée et que la demoiselle a pas fini son service. Elias se replace sur son siège, se perd dans le décor tandis que la voix de la jeune femme se perd dans le tumulte musical. Il descend son verre rapidement. Très rapidement. Il entend Matt, la vraie perle, la graine de champion, le Shakespear du bar et il étouffe un rire. Tout est vrai. Matt il enfile des perles comme un champion, et il use des mots comme un Shakespear. Elias il l'aime bien le petit stagiaire, parce qu'il est non seulement efficace, mais il a toujours la bonne réplique, celle qui s'ajuste à la tête du client. Le bémol c'est que le Matt là - ouais comme sur un sommier d'ailleurs -, il faut le border. Parce qu'il dégomme les réserves de produits laitier. Et l'Elias il déteeeeeste manquer de lait pour son chocolat du matin. Sûr que sans ça il l'aurait eu depuis longtemps sa promotion.

Après faut dire j'ai pas dis qu'il aurait pas de promotion tu sais il annonce en haussant un sourcil appuyé j'ai rien dis du tout. Il revoyait la tête du gars qui se décomposait en faisant sa demande, et il avait encore envie d'en rire. Il a fait ses propres conclusions. Il lève les mains innocemment et sent le tabouret qui tente de se faire la mal. D'un coup de fesse agile, il le replante au sol tssss et termine son verre d'une traite pour finalement se pencher sur le comptoir - près très près de madame. Y a les mains qui font la petite vaisselle avec la force de l'habitude, et les ivrognes qui chantent de l'autre côté. Besoin d'aide ? J'te déboîte cette fin de service et on célèbre notre coolitude comme il se doit, deal ? Il se retrousse même les manches parce qu'il est grave chaud, et sans vraiment attendre de réponse il s'appuie sur le bar pour passer de l'autre côté. C'est pas ultra gracieux mais ça reste efficace, en plus il arrive à garder l'équilibre. Enfin presque, y a peut-être une main qui s'est un poil appuyé sur l'épaule d'Azénor pour être sûr de pas piquer du nez sur la pompe à bière. Il cherche un chiffon des yeux et prend le premier qui vient pour le jeter élégamment par-dessus son épaule j'suis l'efficacité incarné il annonce en écartant les bras. Et il commence à s'activer comme il le ferait chez lui.
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Un bar presque parfait [En cours] Empty
Re: Un bar presque parfait [En cours]
Azénor Philaester, le  Ven 1 Mai 2020 - 21:18


Ainsi donc Elias avait troqué la vie de patachon pour limiter sa consommation de whisky, déclaration qui plût à Azénor. S'était-il reprit en mains après avoir déçu, après s'être déçu lui-même, par regret, par envie, par prise de maturité. Une question qu'Azénor chassa de sa tête, elle se contenta d'une moue d'approbation qu'il pourrait prendre comme un sourire de félicitations s'il le souhaitait. Elle préféra bien entendu se concentrer que sa pure présence, parce qu'apparemment, il était bel et bien venu pour elle. Affirmation qu'elle ne prit point pour argent comptant, mais la simple pensée que cela aurait pu être vrai lui convenait. Elle était une femme libre et aimait la compagnie, préférait même lorsqu'un jeu de séduction était subtilement perceptible. C'était le cas avec Elias. Elle aimait le regarder. Elle aimait son imperfection, sa simplicité, ses sourires souvent offerts lorsque d'aventure ils se croisaient. Sans s'en apercevoir, Azénor n'avait pas cessé ses risettes depuis l'arrivée de Baxter. Il fallait dire que c'était un personnage. Ce n'était pas le genre d'homme si beau que l'on se retournerait sur son petit museau dans la rue -bien qu'Azénor elle, l'aurait fait, mais il avait un charme qui ne la laissait point de marbre. Joueur, coquin et tordant, il faisait partie des peu de gens qu'Azénor aimait vraiment voir. Genre vraiment. A peine apercevait-elle le bout de la tignasse de l'intéressé qu'elle savait qu'elle allait passer un bon moment. Dommage que les deux piliers de bar (ils étaient de réels piliers de bar dans le sens plus littéral du terme, bien-sûr) ne se côtoyaient pas tant que cela.


Rassurée, Azénor se contenta d'être une meilleure compagnie qu'un simple silence. Mais sa présence était d'or, il l'avait dit. Alors elle était flattée. Flattée pour deux raisons d'ailleurs. Au lieu de s'insurger et de lui foutre une claque qu'il aurait peu méritée -y'avait pas mort d'homme, il avait maté ses nichons, bon- Azénor se pinça les lèvres pour contenir un rire amusé. Elle frottait avec engouement, elle frottait fort, elle frottait bien. Une montagne de verres, d'assiettes et de couvert s'était entassée dans l'évier du comptoir du Chaudron et s'était au tour d'Azénor de s'y coller. Harmony était déjà partie, la patronne lui avait fait grâce de sa soirée. Qu'est-ce-qu'elle était cool. Elle préférait la spontanéité et les tâches pas si contraignantes à la facilité ahurissante de la magie. C'est pourquoi la vaisselle, elle la faisait à l'aide de la force de ses biceps, elle souillait ses divins doigts pour l'honneur et la gloire. C'était le petit prix à payer pour être fière et regarder la marée de labeur en train de sécher. Elle en faisait trop, elle en faisait des tonnes, mais c'était ces petites victoires de la vie qu'il lui faisait apprécier tout ce qu'il l'entourait, qui lui faisait voir la beauté.


Elle souffla sur une mèche de cheveux détachée cachant une petite partie de son visage, tenta de la remettre en place en vain dans son chignon décoiffé. Elle avait les mains prises, alors elle tenta deux ou trois soufflements supplémentaires avant de se rendre à l'évidence; elle détacha le tout de sa main gauche mouillée, ébouriffa sa crinière d'un mouvement de tête exagéré. Roh t'es vache. Le pauvre. Elle se ravisa. Bon ok c'était très marrant. Elle le vit galérer sur son tabouret; Navré pour ton p'tit cul, c'est le seul qui tangue. Osé, mais le sourire radieux promit était accompagné. Que pouvait-il en redire?
Le Baxter, prit d'une peine immense pour la pauvre femmelette en détresse, proposa son aide, l'imposa même, et avant de se voir offrir toute réponse de la princesse sauta par dessus le comptoir non sans faire vaciller la belle. Tout le long de son exploit d'artiste, elle l'avait regardé d'un air béat, regard presque tendre, impressionné. Son numéro était parfait, sa prestance encore meilleure. Elle pinça les lèvres, ne pouvait s'empêcher de l'adorer. Puis elle lui donna son plus beau sourire; ses yeux brillaient. Elle resta deux secondes ou peut-être tois à le regarder dans le blanc des yeux puis zieuta rapidement l'ensemble de son auberge. Des regards vifs qui analysent en vitesse. Deux trois habitués; ils comprendraient. Un parfait inconnu; il était pas très charmant et déjà trop bourré. Le jeune couple venait de partir. Et le groupe de potes remettaient leur manteau. C'était ok. Elle claqua les mains vigoureusement, incita son ami à l'imiter d'un coup de coude. Elle cria fort pour que tout le monde entende ce qu'avait à dire la boss. Allez allez vous avez entendu le patron? Sans doute que non d'ailleurs. Allez ça dégage! Le service est terminé, le chaudron ferme ses portes. Désolée revenez demain, Harmony est bien plus cool! Regard scandalisé du bedonnant bourré, rires amusés des habitués qui connaissaient bien Azénor; ils finirent leur verre cul-sec, eux, c'était des potes. Quelques protestations fluettes mais avec l'aide de Baxter, en quelques minutes, le bar était fermé.
Pas peu fière de sa performance musclée, Azénor souffla fort, signe d'épuisement exagéré. Elle servit deux shooters de whisky -offerts par la maison- et leva son verre en l'air; À notre coolitude!

Elias Baxter
Elias Baxter
Référent·e ModérationSerpentard
Référent·e Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah
Manumagie (niveau 2)


Un bar presque parfait [En cours] Empty
Re: Un bar presque parfait [En cours]
Elias Baxter, le  Dim 3 Mai 2020 - 15:17

Évidemment, l'Azé trouve rien à y redire. Notez qu'il aurait trouvé à y redire lui si ça avait été le cas - qu'elle ait à y redire. Alors c'était aussi bien comme ça. Ses mains habiles étaient déjà à l'oeuvre qu'elle avait pas finit de le déshabiller des regard. Il ignora les lèvres entrouvertes d'incrédulité, évita les pupilles de tendresse d'un délicat battement de cil et laissa son énergie se déchainer d'un tourbillon agile sur les diverses occupations qui incombaient au cul de comptoir : le bois léché de bière fut retrouva rapidement sa splendeur ancestral d'un rapide coup de chiffon - fouettements intensifs sur une mouche venue s'hydrater de quelques gouttes pernicieuses -, les verres retrouvèrent leur inhérente place dans les étagères, les bouteilles vides furent éloignées de la zone de guerre tandis que les autres reprenaient leur impassible trône au-dessus des plans de travail.

La propriétaire des lieux ne fut bien évidemment pas en reste, et de quelques claquements présomptueux commença à chasser les zouaves qui beuglaient leur amour envers eux et le reste de l'univers - à moins qu'ils ne soient en train de réclamer une bière, rien n'était sûr quand on entendait que les lettres sortaient ni à l'endroit ni à l'envers -. Elias l'accompagna dans son concert en haussant la voix de quelques vérifiez que vous avez toutes vos affaires sur vous - la maison ne rend rien -, et autres allez allez on se presse, on a pas que ça à faire - j'ai un emploi du temps très chargé avec madame alors le surplus ça dégage - . Ils étaient clairement sur la même longueur d'onde, ça faisait plaisir. Elias coupa court aux protestations de quelques regards appuyés, récupéra les verres prestement vidés et les empila dans l'évier tandis que la collègue du soir se chargeait de raccompagner les clients les plus éméchées.

Nettoyer la petite vaisselle ne lui prit que quelques instants, et il accueillit le retour de la patronne en la saluant pour cette [i]excellente prise en main m'dame la directrice !
Il termina son geste et déposa le dernier verre parmi ses frères et soeurs avant de délaisser le chiffon pour s'assoir à même le bar. Il l'observa servir deux shooters de whisky et étira ses lèvres d'un sourire appréciateur. À notre super équipe ! Il renchérit en faisant claquer l'un dans l'autre et de vider le contenu ambré d'une traite. Un frisson ne manqua pas de le parcourir tandis que le liquide répondait aux lois de la gravité, son cheminement évident le long d'un oesophage partiellement éreinté. Wouuuush, ça faisait longtemps ! Il secoua la tête et battit plusieurs fois des paupières avant de retrouver la brune. T'as l'air d'aussi bonne humeur que moi il réalise soudain.

Et autant profiter de ce genre de fait. Comme du fait que l'autre type était pas là pour lui pourrir son groove, l'autre Benbow de seconde zone qu'apparaissait toujours au mauvais moment. Y avait des opportunités dans la vie qu'il fallait savoir saisir. Le sourire de l'Azénor dans la solitude de son Chaudron avec sa présence joyeuse à son côté en faisait partie. On fait un jeu ? il demande comme un gosse en sautant de son promontoire pour retrouver la solidité du sol. Solidité à laquelle il s'attendait moyennement, parce que le whisky venait de finir sa descente et de faire un looping dans son estomac. Il plaça brièvement une main contre sa poitrine avant de se diriger aléatoirement vers... t'as pas des fléchettes ici ? Ou un billard, un babyfoot peut-être ? Un flipper à la limite... ? Fallait vraiment qu'il arrête de trainer dans les pubs moldus. Un questionnement dans le fond des yeux, il fixa la sorcière comme si elle allait lui apporter la réponse à l'univers lui-même - tout le monde sait que c'est 42, mais peut-être qu'Azénor elle avait mieux -.
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Un bar presque parfait [En cours] Empty
Re: Un bar presque parfait [En cours]
Azénor Philaester, le  Jeu 25 Juin 2020 - 18:30

je suis trop désolée du retard ouin


Elle aussi elle ressentit, le frisson de l'alcool fort qui vient taper l'oesophage et brûler le tuyau rouillé des trentenaires. Le cliché d'on n'a plus vingt ans prenait son sens de jour en jour, et ça la faisait ch*er. Elle aurait aimé passer sa vie à respirer à plein nez, se moquer du temps qui passait et des rides qui dansaient subtilement sur son visage lorsqu'elle se risquait à sourire trop fort. Enfin souriait-on trop fort? Songe à garder pour plus tard. Elle regardait désormais le Baxter d'un air béat; elle avait comprit "tu as l'air aussi bonne que moi". Serrant les dents forts, elle avait finit par rire aux éclats, plissant les yeux sur un Chaudron Baveur vide. Mais la musique, elle l'avait laissé et baissé. Pas trop fort pour profiter de sa voix, pas trop bas pour accompagner ses sourires. Ressentant très subtilement les effets de l'alcool, et se laissant surtout aller à sa guise, elle avait adopté une voix niaise et pointé un doigt sur sa poitrine, moi j'suis bonne? Allez ça part. Ils étaient peut-être bien sur la même longueur d'ondes finalement. Elle passait du bon temps, n'avait jamais pensé qu'elle aurait envie de le séduire. Et pourtant. Dans sa tête elle chuchota qu'elle le trouvait beau. Première fois depuis un long temps. Le vrai beau. Pas le cliché du mec musclé brun aux yeux bleus belle barbe bien taillée et sans doute un peu italien sur les bords. Non non, le beau qui n'en sait rien, qui s'en fou sans doute un peu, qui offre des sourires plus précieux qu'un biceps dessiné. Bon après si Elias avait les biceps dessinés, Azénor elle allait pas lui dire de dégager pour autant. Mais loin d'elle l'audace de tâter la marchandise. Ajoutons-lui d'abord quelques verres.


Royal fessier sur son bar, Baxter avait osé la pose assurée, confiante. C'était ok. Un jeu? C'était ok aussi. Mais elle, elle voulait danser. Monter la musique si fort que même Poudlard l'entendrait. Elle voulait chanter et se casser la voix sur du casser la voix en profitant de la chance qu'elle avait de vivre et d'aimer ça. Elle plissa les yeux d'étonnement cette fois. Un billard? Mais je suis QUI? Azénor le laissa énumérer ses jeux barbants, pour finalement avouer que Je n'ai rien de tel ici, t'es pas chez mamie. Petit sourire de provocatrice. Mais! On peut chercher. Elle prit son bras, le tira vers elle pour qu'il se lève du bar et l'aide à trouver quelque chose à exploiter. Cherche et fouille vers ici, moi je vais vers le fond. Tiroir, placard, on va bien trouver un truc cool non?
Il devait forcément y avoir des trésors dans cette auberge vieille comme le monde. Elle n'en savait rien de ses prédécesseurs mais en tout cas elle, elle n'avait jamais chercher à dénicher quel que secret ou trésor que ce soit. Elle se dirigea alors vers des placards poussiéreux, au fond du fond du fond du bar. D'ici, la voix d'Elias était à peine perceptible. Rajoutez la musique, elle n'entendrait rien du Baxter. Seule mais indéniablement heureuse, elle chantonnait les chansons qui passaient. Faut dire qu'ils mettaient souvent la même playlist au Chaudron, alors à force elle avait finit par les connaître par coeur.


À tout moment des pas de moove endiablés sur le dancefloor improvisé s'ajoutaient à ses recherches peu sérieuses. Elle soulevait des livres ici et là, soufflait sur des vieilles poêles abandonnées, et était même tombée sur un bracelet couleur or. Bien entendu, elle l'avait mis à son poignet. Poussière dans les cheveux ébouriffés, la pauvre Azénor ne ressemblait point à la dame chic et classe qu'elle s'ordonnait d'être au quotidien. Rares étaient les moments où finalement, elle s'octroyait le droit d'être la meilleure partie d'elle-même.
Une dizaine voire une quinzaine de minutes s'étaient écoulées depuis leur séparation pour trouver le graal. Et alors qu'elle s'apprêtait à aller rejoindre son compagnon d'infortune, sans aucun butin, elle alla vérifier sous une vieille table cassée rangée dans le coin du fond du fond du fond de la pièce. Elle y découvrit ce que Dieu lui-même avait mit sur son chemin: un jeu. Un jeu de tarot. Ce n'était pas un billard, ni un flipper, mais cela ferait l'affaire. Cela devait faire l'affaire. Et si ça faisait pas l'affaire, bah il avait qu'à rentrer chez lui nan mais oh??


Victorieuse, regard conquérant, le poing droit serré, la main gauche agrippée sur une boite en plastique poussiéreuse (parce que ouais tout était poussiéreux au Chaudron du coup), elle se planta en plein milieu du bar, jambes un peu écartées, position de badass de ouf. De toute évidence, Elias ne l'avait pas entendu arriver. Pour ne pas détruire son mood ni son moove, elle attendit qu'il se retourne pour voir la déesse du style. Sauf qu'elle attendit quelques longues secondes qui ne terminaient pas, vraiment pas. Elle en profita pour tenter d'autres regards, plus ou moins poussés, arrogants, charmeurs, indifférents, pour finir par ne pas savoir quelle tête faire; Elias s'était retourné. Tout de suite Azénor reprit une position normale, en fait son moove était pas ouf. Bref, J'ai trouvé un jeu de tarot sinon. Un peu blasée. La pauvre ne s'était rendue compte ni de la poussière dans ses cheveux, ni des deux trois saletés sur sa frimousse. T'as trouvé quelque chose? Un petit souffle en direction de la mèche rebelle pour n'avoir d'yeux que pour lui.

Elias Baxter
Elias Baxter
Référent·e ModérationSerpentard
Référent·e Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah
Manumagie (niveau 2)


Un bar presque parfait [En cours] Empty
Re: Un bar presque parfait [En cours]
Elias Baxter, le  Ven 26 Juin 2020 - 23:46

Ce regard innocent du coupable. Elle demande si elle est bonne et l'Elias peut que la fixer du bout de ses pupilles dilatées en battant des cils, impuissant - enfin pas vraiment, faudrait voir à pas tout confondre. Il voit bien qu'elle fait la moue, comme si qu'il lui avait poser une colle comme on lui en posait rarement. Étranglement faussement courroucé quand elle associe le billard à la mamie, qui se détend dans l'instant à l'annonce de la fouille aux trésors. Aaah, ça m'va ça. J'suis excellent pour fourrer mon nez partout. Il s'active sans plus attendre dans d'énergiques déplacements agiles.

Entre deux sifflotements sur la musique battante, il commente jouassement des oh ben ça a pas été ouvert depuis loooooongtemps ici et autres pxtain mais qu'est-ce que ça fout là ça ? ou encore quelques sommaires mmmhf je vois... Les talons se perdent parfois à claquer contre le parquet, et de vifs coups d'oeil esquissés vers la zen du nord découvrent que madame aime à se trémousser derrière le secret de son comptoir. Un haussement de sourcil appréciateur le perd une poignée de secondes sur un postérieur aguicheur avant qu'il ne se rabatte sur les vieilles portes de placards qui lui font du pied. Han mais quoi ? Bah super. Une vieille oreille à rallonge toute plaine de muqueuse. Gross. La langue vient tiquer contre le palais tandis qu'Elias referme vivement la boîte de Pandore.

Bon. C'était pas foufou comme trouvailles tout ça. Il se tourne alors pour enquêter sur les investigations de la camarade, qui se tient en fait juuuuste à côté de lui wooooh ! S'attendait pas à la voir si près d'un coup. Pourquoi qu'elle grimaçait comme ça avec ses yeux ? Elle essayait de lui parler en morse ? Il capte les mots avec un quart de secondes de latence, perçoit le jeu de tarot dans la main de la demoiselle, étire ses lèvres dans un sourire. Yeeees, c'est cool ça ! Ça valait ni un billard, ni un flipper, ni même un pxtain de jeu de fléchettes, mais c'était mieux que rien. Le tarot à deux cela dit c'était vraiment pas funky. Moi j'ai trouvé pleins de trucs chelous. Ton bar c'est la caverne d'Ali Baba hein... Un pincement de la joue quand il se remémore le miel coulant d'une affreuse oreille datée de la guerre.

T'as tout plein de dessous de verre badass là-bas il désigne un des tiroirs fouillé plus tôt en lui passant à côté, volant au passage le paquet de carte d'entre ses doigts. Et j'ai vu des magasines vaaaaachement intéressant dans ton bordel... mmmh par là-bas p't-être des magasines vraiment très intéressants. Très imagés. Il se hisse sur le comptoir avec souplesse et s'assied en tailleurs avant de frapper son verre vide du bout de l'ongle. Pas ouf comme sonorité. Tu nous remets quelques lampées qu'on évite de se déshydrater s'te plait ? Et de souffler sur les cartes pour les dépoussiérer avant d'entamer une distribution aléatoire. Han avec un jeu de tarot on peut lire l'avenir et tout, t'sais pas lire l'avenir toi ?
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Un bar presque parfait [En cours] Empty
Re: Un bar presque parfait [En cours]
Azénor Philaester, le  Dim 5 Juil 2020 - 15:02


Un gros soufflement du nez et Azénor reprit ses esprits; elle écoutait à moitié le Baxter qui lui ventait les trésors de son bar. Ou peut-être qu'il n'en restait pas moins dégoûté d'un tel foutoir. Pour le coup, Azénor s'en fichait. C'était ça aussi qu'on voulait comme ambiance, lorsque l'on se rendait au Chaudron Baveur. Une belle auberge vieille comme le monde, regorgeant de secrets tantôt précieux tantôt crado. Cf le miel et l'oreille à rallonge. Elle se promit de revenir seule, tard le soir ou tôt le matin, pour découvrir tout ce qu'il y avait à découvrir, et laisser son intuition -ou sa flemme- décider de s'il fallait ranger et nettoyer, ou garder les joyaux tel quels. Qui sait, les livres, les magazines, les bibelots et on en passait dataient peut-être de cent ans, mille ans, deux mille ans. Qui était-elle pour déranger des âmes qui dormaient. Rien d'autre qu'une énième propriétaire du bar. Un nom qui serait oublié dans la grande Histoire du Chaudron Baveur.


Azénor suivit le Baxter de quelques pas, regarda avec outrance sans se faire prier la petite gymnastique de monsieur, qui venait de s'installer sur son bar, criant à la déshydratation. Elle resta debout, devant lui, elle tête levée lui tête baissée. Avait-il délibérément souffler la poussière sur elle? Elle ne manqua pas un éternuement sonore, à tes souhaits, suivit d'un deuxième, à tes souhaits, suivit d'un dernier, à tes amours. Bah je te remercie pas. Elle fila se laver les mains, puis revint avec une bouteille de rhum dans la main droite. De ses doigts manumages, elle fit virevolter la bouteille pour servir deux shots, non sans faire dégouliner le verre d'Elias. Tout était bien entendu contrôlé. Du rhum cette fois, mon préféré. Elle leva son verre en direction de son compagnon de galère, avala son entièreté non sans un rictus désagréable. Elle tira la langue de désarroi, la belle avait eu du mal à tout ingurgiter. Ça pique quand même. La bouteille avait trouvé chemin sur le comptoir, aux côtés du royal séant de Monsieur Baxter. De quoi lui faire comprendre qu'il était le bienvenu pour se resservir lorsqu'il en avait envie.


Debout droit devant lui, elle eu un rictus. Bien-sûr que je sais lire l'avenir, ça va peut-être te paraître étrange, mais je suis... une sorcière. Elle avait chuchoté le sorcière, voix suave et mystérieuse, il fallait qu'il soit émerveillé, qu'il rentre dans le jeu. Elle leva les sourcils plusieurs fois en mouvements frénétiques. Était-il impressionné? Elle reprit le jeu de ses mains, lui demanda de tirer quatre cartes. Bien entendu elle improvisait. Mais elle jouait la pro. À la voir on pouvait penser qu'elle savait ce qu'elle faisait, mieux même, qu'elle avait fait ça toute sa vie. Ou alors était-ce ce dont elle était persuadée? Elias tirait les cartes, Azénor les plaçait sur le comptoir de sorte à former une sorte de losange -ça rendait bien- juste à côté de lui. De l'autre côté de la bouteille de rhum du coup, elle avait le droit à sa place, comme tout le monde. Haaaan, c'est pas vrai!!! De son plus beau jeu d'acteur, Azénor avait crié à l'impossible, à l'inconcevable. Elias les cartes ne mentent jamais, ne se trompent jamais. Elle baissa la tête, prit un air désolé, feinta même un début de larmes dans ses yeux brillants. Tu vas mourir, avait-elle dit doucement. Ça sera très douloureux. Délicatement elle leva la frimousse pour le regarder, oeil pour oeil. Elle sentait l'esclaffement arriver, alors elle se mordit la joue, si fort que cela lui faisait un mal de chien. Sa bouche commençait à se recroqueviller sur elle-même, ses joues à se gonfler. Elle ne voulait pas flancher. Bien-sûr, l'alcool et l'ambiance avaient eu raison d'elle, elle pouffa d'un rire tonitruant non sans éclabousser Baxter de quelques postillons. C'était peut-être trop cliché le 'tu vas mourir'. Bon à ton tour. Tu sais lire l'avenir pour de vrai j'espère?

Elias Baxter
Elias Baxter
Référent·e ModérationSerpentard
Référent·e Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah
Manumagie (niveau 2)


Un bar presque parfait [En cours] Empty
Re: Un bar presque parfait [En cours]
Elias Baxter, le  Lun 6 Juil 2020 - 16:19

Les éternuements de l'Azénor le font rouler des yeux. Pincement des lèvres amusés. C'est qu'fallait qu'ça sorte il balaye d'un haussement d'épaules. Du rhum vient remplir son verre, de même que celui de la comparse de bonne fortune. Aaaaah, en v'là une bonne idée du rhum, la vraie boisson des pirates. Il trinque avec madame et fait descendre le p'tit galon dans la gorge avec joie. Une grimace fait miroir à celle d'Azénor, qui s'estompe aussi vite qu'elle est apparut. Y a un fond épicé. L'est bon lui !

Et paf paf paf, les cartes distribuées, et la belle qui susurre sa nature sorcière à son oreille délinquante. Il a en tête pas mal de clichés qu'il met sur le compte du rhum tout juste ingurgité. Les yeux se plissent, les pupilles se dilatent. Mmmh intéressant. La magie m'a toujours fascinée. Le dernier mot est glissé entre les lèvres, le corps se rapproche sans le vouloir de plusieurs centimètres de madame. Entre eux, les cartes. Et c'est tout. Avait-il vraiment envie de jouer avant de jouer ? Un cerf titube. Incertitude. Haaaan, c'est pas vrai ! Quoi quoi quoi, dis moi pas qu'cest pas vrai !? L'exclamation l'a fait sursauter, remettre des distances nécessaires entre lui et la silhouette Philaesterienne. Elias les cartes ne mentent jamais, ne se trompent jamais. Le ton est solennel. Il la fixe intensément, se prenant au jeu. Tu vas mourir Éclat de rire soudain, impossible à retenir.

Ben oui.
La vie... c'est une maladie plutôt mortelle.
Parait qu'on en sortirait pas vivant.
Merci Sherlock.

Ça sera très douloureux. Le rire s'éteint brusquement tandis qu'il visualise un milliard de fins plus abominables les uns que les autres. Mais bientôt, c'est au tour de l'Azénor de s'esclaffer, et il repart en toute hilarité. Une langue impétueuse est tiré à la voyante-qui-voit-que-dalle. Il lui fait un pouce en l'air. Super, super. J'applaudis ce sens du spectacle. Claquements ironiques des mains avant qu'il ne vole le paquet pour faire son mélange. Laisse la place aux professionnels chérie. Clin d'oeil insolent, et il quitte le comptoir pour pointer la bouteille de rhum d'un index impérieux Ressers nous Philaester, j'suis pas encore paré à ouvrir le troisième oeil ! Et d'agiter le paquet comme des castagnettes autour de l'Azénor en laissant échapper des sons d'un autre monde - quelque part entre la belette cendrée et le babouin marsupien.

Bientôt, les cartes retrouvent le bois du comptoir et sont modestement éparpillées sur une ligne. Il s'empare de la main de madame, révoque un frisson - il est possédé par les esprits, si si si -, et vient la faire léviter au-dessus de la ligne formée par le jeu de tarot. De temps à autre il mime un soubresaut et sort une carte du paquet - aléatoirement, évidemment. Bientôt, trois élues ont pris place devant l'Azénor, et il les retourne abruptement. Une à une.

La Dame de Coeur ! Frémissement enjoué des lèvres, comme ça voulait tout dire.

Le cinq de trèfle ! Haussement de sourcil coquin, pupilles malicieuses à l'appui.

Et... un joker !?

Il l'observe silencieusement, laisse passer plusieurs secondes. Azénor, c'est évident. Ton avenir... est plein de surprises plus surprenantes les unes que les autres ! Et sans prévenir il agrippe une hanche, s'approche d'une oreille. Beaucoup de bonnes surprises en fait... Il se dégage aussitôt pour se repercher sur son comptoir. Non. Se hisser. Tout là haut, la perspective est meilleure. Et de se mettre à gueuler par-dessus la chanson des paroles inventées qui reprennent fièvreusement la mélodie principale sans une seule fois sonner juste, remplaçant les noms par à peu près tout ce qu'il avait en face de lui.


Dernière édition par Elias Baxter le Jeu 30 Juil 2020 - 0:01, édité 1 fois
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Un bar presque parfait [En cours] Empty
Re: Un bar presque parfait [En cours]
Azénor Philaester, le  Mer 15 Juil 2020 - 9:49


Le premier éclat de rire fut bref, Azénor pouvait voir dans les yeux du Baxter mille et une idée de comment mourir dans d'atroces souffrances, chapitre 1. Très vite, la supercherie fut découverte. Satané rire incontrôlable; fallait dire qu'en sa présence, valait mieux se préparer aux crampes de la mâchoire. A force de sourire. De sourire hein. Pourquoi se sentir obliger de préciser...? Azénor fit péter le clin d'oeil parce qu'effectivement, elle avait eu le sens du spectacle. Numéro improvisé, un peu raté, mais au moins, elle avait bien rit. Qu'est-ce-qui pouvait importer d'autre si ce n'était son petit rire cristallin, mélangé à celui d'un homme qui, de toute évidence, usait de son charme naturel pour faire voyager l'intéressée.
Prise au jeu, la Philaester s'exécuta, haussement du sourcil gauche pour le chérie, elle feint un sourire amusé. Elle voyait dans ses yeux que leur longueurs d'ondes vacillaient entre les mêmes nanomètres. La patronne resservit les verres. Du rhum, encore du rhum, et l'Azénor commençait déjà à s'habituer à l'alcool qui lui brûlait l'oesophage -mauvais présage- elle souffla un bon coup comme pour accuser le coup de la coulure dans sa gorge, liquide qui couvrait tout sur son passage, laissant un léger goût de vanille dans sa bouche.


La main du Baxter vint s'emparer de celle de la dame, chaude et délicate, elle ne put restreindre un sourire. Azénor observait le spectacle avec admiration. Elle avait décider d'y croire, de se prêter au jeu. Peut-être savait-il vraiment lire l'avenir après tout. Elle ne le regarda point dans les yeux, histoire de ne pas savoir. Être legilimens avait ses qualités. Tant de défauts également. Naïvement elle avait pensé, étudié, rabâché l'art de lire en l'autre en oubliant l'intimité. Plus jeune elle n'avait pas imaginé que parfois elle n'aurait même plus besoin de demander; il lui suffisait simplement de regarder pour discerner l'état d'esprit, le mensonge, la vérité. Pratique, certes. Mais n'est-ce-pas la meilleure partie du jeu que de ne pas savoir la réciprocité, l'espérer, la découvrir. Alors elle avait fermé les yeux sur Elias, ne zieutant qu'uniquement son tour de pass-pass. L'écoutant attentivement, elle le regardait retourner les cartes.
Elle manqua un sursaut à l'annonce du "Joker!", était-ce si mauvais? Quelques secondes appréciées ils se regardèrent enfin dans le blanc des yeux, elle feinta un pincement des lèvres. Elle sourit à l'écoute de sa prédiction; pleines de surprises hein? Il paraissait oui. Sans s'y attendre, Azénor se retrouva quasi plaquée contre un Baxter qui lui avait agrippé la hanche sans la prévenir; il lui intima un secret qu'elle espérait véridique. Si les surprises étaient bonnes, tout irait bien. Ok ça me va. Je te prends aux mots! Elle haussa les épaules. Tout était vrai, c'était sur et certain.


Point le temps pour un moment suave, Elias se re-percha sur le comptoir du Chaudron Baveur pout faire don à Azénor de son talent d'artiste, de chanteur hors pair. Que c'était moche à voir, à entendre. Mais drôle, toujours drôle. La belle hésitait fort entre le rire et la mine de dégoût. Le rire l'emporta, encore une fois. Elle déclara: Tu ferais mieux de boire encore un p'tit coup. Elle resservit leurs verres. Du rhum, toujours du rhum. Elias ne broncha pas d'une manette, absorbé par sa chanson. Elle gueula: TU FERAIS MIEUX DE BOIRE ENCORE UN P'TIT COUP! Elle lui mit le petit verre dans la main, trinqua avec lui en oubliant point de lui offrir le plus beau de ses sourires. Cul sec, le rhum faisait effet, elle oubliait tout, ne pensait qu'à l'instant t. Elle aida Baxter à terminer son verre en tapotant le fond; l'alcool dégoulinait maintenant sur ses commissures my bad. Moins assoiffée, Philaester prit son comparse par les deux poignets, lui tinta de la suivre sur le dancefloor (faut le dire avec l'accent sinon y'a pas l'effet cool) aménagé. Innocente, elle agrippa ses bras autour de son cou; il était grand, elle petite. Parce que tout le monde était de toute façon grand pour elle. Ne suivant absolument pas le rythme, elle se dandinait sur une musique dont elle essayait de discerner les paroles; chantant à son tour à tue-tête. Elle entraînait Elias dans ses pas de danse (pas trop) endiablés, et là, juste à cet instant, Dieu ce qu'elle était heureuse.
Elias Baxter
Elias Baxter
Référent·e ModérationSerpentard
Référent·e Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah
Manumagie (niveau 2)


Un bar presque parfait [En cours] Empty
Re: Un bar presque parfait [En cours]
Elias Baxter, le  Jeu 30 Juil 2020 - 0:33

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Erotisme




Bien heureusement, l'Azénor était là pour veiller à la bonne hydratation du Baxter. Qui plus est, c'était carrément de mise. Il était intolérable de laisser un verre si vide aaaaah, j'retiens qu'on est bien reçu ici ! PAF le rhum est sitôt coulé que le contenant est claqué contre le comptoir pour un retour de regard malicieux avec la damoiselle. Pas une seconde qui passe que l'homme est ferré et traîné sur la piste à l'insu de son plein gré. Évidemment, ce n'est pas une aventure qui fait fuir notre fier et fringuant pirate, qui a tôt fait de suivre la comparse dans ses mouvements désordonnés.

De loin, ce sont deux zouaves qui s'ébètent - version stupide de l'ébatement. De près, ce sont deux potes qui s'enjaillent bien profondément. Attentioooooooon faire tourner la madame, une fois, deux fois, trois fois et oooh la reprendre entre les bras maladroits pour reprendre avec enthousiasme un genre de pas improvisé qui consiste à fortement remuer le popotin en cercles pernicieux - c'est qu'il faillite de se déboitasse une hanche le bougre d'animal ! Et à mesure de la danse évidemment esquisser un rapprochement délicat et fondamentalement bien pensé pour acquérir une place de choix tout contre une Azénor pompette et fort guillerette. Un bout de nez vient effleurer le cou, une main descendre au creux d'une hanche.

Marrant, on s'entend comme chien et chat tous les deux.

Le regard nébuleux est planté dans celui de la brune. Il a envie, et y a pas grand chose qu'il puisse faire pour pas y penser. Le rhum est monté à la tête, et les neurones n'enregistrent plus beaucoup d'informations. Les lèvres sont roses et humides, le parfum entêtant, l'urgence présente dans le fond du pantalon. Un grognement sourd lui échappe alors qu'il se laisse aller vers l'avant pour capturer la brune dans un baiser enflammé, presque bestial. Le message est clair. Envie. de. toi. Son corps est collé contre celui d'Azénor, un gonflement dans l'entrejambe qui ne laisse aucune place au doute quant à ses intentions. Une main a très rapidement fait de se glisser sous la chemise pour caresser la peau avec emphase. Mxrde. Il pourrait la prendre que ça le gênerait pas le moins du monde.
Contenu sponsorisé

Un bar presque parfait [En cours] Empty
Re: Un bar presque parfait [En cours]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Un bar presque parfait [En cours]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Chaudron Baveur-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.