AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
Borderlands 3 pour PS4
Voir le deal
6.99 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 1
Qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme [Abandonné]
Malicia Evans
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme [Abandonné]  Empty
Qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme [Abandonné]
Malicia Evans, le  Mer 29 Avr 2020 - 11:07

RP avec 52
Saison 31 - Eté


La nuit, déjà bien entamée, et te voilà, en train de fouler les pavés de Londres. Seule. C’est comme ça que tu te sentais bien.
Seule, sans personne.
Juste au coeur de la nuit.
Inconnue.
Ta famille te pesait. Secrètement, t’as envie de t’en débarrasser mais tu ne te l’avoueras jamais. Comment une mère pourrait souhaiter que son enfant disparaisse, hm ? Il restait quelque chose dont tu étais fière mais d’une certaine façon, il t’encombrait. Il te forçait à être ce que tu n’étais pas. Et il t’a fallu combien d’année pour t’en rendre compte ? Six p*tain d’années. En fait, c’était plus simple avec Leo. Tu ne sais pas pourquoi, mais c’était plus léger avec iel. Tu devais t’occuper du petit et si tu replongeais, tu ne t’en voulais pas. Parce qu’iel comprenait. Tu n’étais pas jugée, tu étais soutenue. Et ce n’est pas ce que tu ressens en ce moment avec ta vie actuelle. Mais tu ne pouvais pas faire autrement. C’était une sécurité dans le cas où tu disparaissais. Le petit ne serait plus sans repère. Il ne finirait peut-être pas comme toi.
Tu n’es pas une mère parfaite.
Loin de là,
Avec cette pensée,
Tu montres un amour
-Maladroit.

Tu l’aimes ton fils,
malgré tout.


Tu venais de prendre ce qu’il te fallait pour te tenir. Eh oui. T’as recommencé. On ne peut pas dire que ce soit étonnant. Mais ça restait quelque chose de soft. Tu ne voulais plus retomber aussi bas qu’à l’époque. Il fallait que tu restes un minimum . Bien sûr que c’est possible, tu as connu d’autres personnes qui géraient leurs consommation et leurs vies personnelles parfaitement. Alors pourquoi pas toi ? Puis au pire des cas, tu te dis que si tu dois partir, si les produits décident de t’emmener. C’est comme ça. Les dés sont jetés. T’en as marre de lutter. T’en as marre de ne pas savoir qui tu es après tant d’années. En fait, c’est ça le fond du problème. Tu t’en empressée de te donner une bonne image, parce que tu devenais maman, parce que c’est ce qu’on attendait de toi. Alors tu l’as fais. Sans te poser de questions. Mais maintenant, tout te semble vide. Pas vide au point que tu te jettes d’une falaise, t’en es plus à ce point. Enfin, peut-être, tu sais pas trop. Pour l’instant, tu te sens juste vide.

Alors tu récupères ce ridicule bout de carton dans ta poche, est-ce que tu allais voyager ce soir ? T’es bien tentée. Alors tu transplanes au dessus d’un immeuble. Posée sur le toit, tu peux voir une bonne partie de Londres à l’horizon. Les lumières des appartements qui s’éteignent au fur et à mesure. Le monde dormait et toi, tu étais bien réveillée. Prête à faire un long voyage. Les yeux fixée dans les étoiles.
Mangemort 52
Mangemort 52
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme [Abandonné]  Empty
Re: Qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme [Abandonné]
Mangemort 52, le  Lun 4 Mai 2020 - 11:43


Le Renard sursaute, la main accrochée à sa poitrine. Oui, il lui arrivait d’être surpris. Notamment lorsque le regard était perdu dans les filaments de lumières moldues, quand il n’y avait rien dans les rues que des passants joyeux ou fatigués.
C’est un fameux crac qui lui avait fait lever brusquement les épaules, de l’autre côté du toit, une silhouette qu’il n’avait pas vue, qui ne l’avait pas vu. Lever de menton et le museau interrogateur, une sorcière se trouvait là, happée par la vue londonienne. Ce genre d’apparition était forcément un signe du destin qui lui criait dans les oreilles de s’en soucier. Alors c’est sans hésiter qu’il se jette dans les bras de la rencontre inconnue. Le cœur battant d’un curieux intérêt.

Plus les pas s’avançaient en dansotant vers la Silhouette, plus quelque chose d’étincelant pétillait au creux du ventre, les retrouvailles faisaient souvent cet effet-là, indescriptible. C’était comme replonger dans des souvenirs fragiles que l’on avait enfouis si profondément, et qui pourtant, apparaissaient si clairement ne serait-ce qu’avec seulement une mèche de cheveux volant au gré du vent nocturne. Cinquante-Deux sourit alors que ses yeux continuent de se plisser pour mieux distinguer les traits de la jeune femme, se placer juste à ses côtés. Il lui avait fallu une demi seconde pour se mettre à tapoter vigoureusement des mains – ravi. Ooooh ! Une claire apparition du passé, un fantôme qu’il n’avait pas forcément apprécié, mais pas détesté non plus. Comment s’appelait-elle déjà ? MISS EVANS ! Voilà, c’est ça, la voix s’était fait tonitruante sous l’enthousiasme.
Il n’en revenait pas. C’était elle, vraiment elle, avec les années dessinées sur les traits, mélangées avec un peu de mélancolie et… le Rusé n’avait jamais été parfait empathique, il n’avait aucune idée de ce que la jeune femme pouvait ressentir à cet instant présent, mais il y voyait une toute petite petite note de désespoir. Comment allez-vous ? Poli, toujours.

C’était une rencontre bien inégale, alors qu’il se trémoussait là, absolument masqué par la renardise. Le regard plongé sur le visage de l’ancienne professeure, les méninges batifolent sous les souvenirs revenant en masse, il s’était fortement bien amusé lors de ses cours de potions.
Il se mettrait à interroger le destin après, savoir exactement ce qu’elle faisait là, sur ce toit anodin, mais c’était sans compter sa boulimique curiosité qui avise quelque chose qu’elle tenait entre ses doigts, c’est quoi ?


Malicia Evans
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme [Abandonné]  Empty
Re: Qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme [Abandonné]
Malicia Evans, le  Mer 3 Juin 2020 - 20:18

Sursaut. Tu tournes la tête rapidement vers l'origine du bruit en fronçant les sourcils. Qui est-ce ? Comment est-ce qu'il peut savoir comment tu t'appelles ? Et m*rde, encore un masqué. T'as eu à faire plusieurs fois à eux, surtout un en particulier, qui t'a laissé des marques et pas forcément un bon souvenir. Léger soupir. Il te connaît mais tu ne peux pas voir qui c'est. Frustrant, non ? T'observes, t'analyses puis tu laisses tomber. Comment allez-vous ? Les yeux se posent à nouveau sur lui, il y a un sentiment de déjà-vu, quelque chose qui tilt mais impossible de mettre le doigt dessus. La tête se penche à droite puis à gauche à la manière d'un chiot curieux. Cet enthousiasme, cette légèreté, tu connais c'est certain. Je vais bien, merci. Un sourire qui s'estompe assez rapidement après lui avoir répondu. J'imagine que tu me connais. C'était une certitude, la question ne se pose même pas en soit mais tu t'attends à ce qu'il te dise d'où parce que c'est ça qui te prend la tête sur le moment. Mais tu te doutes bien qu'il ne dévoilera pas son identité, logique. C'est ça que tu n'aimais pas à l'époque et il faut se rendre à l'évidence, tu détestes toujours ça. Ne pas savoir à qui on a à faire.

Haussement d'épaule, ton attention se reporte sur le bout de carton entre tes doigts. A la base, t'étais venue ici pour voyager. Immobile et pourtant loin. Ca allait te faire du bien. Le moment où t'apprêtes à le gober, c'est quoi ? Mmh, qu'est-ce qu'il dit le renard ? Tu relèves les yeux vers lui, un léger sourire aux lèvres. Tes doigts se lèvent dans sa direction pour lui montrer. Un minuscule bout de carton, dessus, une montagne verte et un monsieur sur un vélo. La création Hoffman, le petit trésor des voyageurs, des curieux de l'introspection, des amoureux des visions hallucinantes. Un bout de carton. Léger rire avant de poursuivre, qui te fait voyager et voir coloré. C'est plutôt cool, c'est léger, c'est amusant, sans réelle incidence. T'observes la réaction du jeune masqué, un peu amusée, t'en veux ? Allez ce soir, t'es généreuse, c'est pas souvent. Quoiqu'en ce moment, si. T'as envie de partager des moments, peu importe lesquels, t'as juste besoin de t'amuser, de profiter de légèreté, d'oublier ce qui te pèse. Ces p*utains de responsabilités d'adultes dont tu ne voulais pas à la base.

Contenu sponsorisé

Qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme [Abandonné]  Empty
Re: Qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme [Abandonné]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Qui se transforme en bête se délivre de la douleur d'être un homme [Abandonné]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.