AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 1 sur 1
Le Savoir au bras de la Loi [Abandonné]
Antonius R. De Lanxorre
Antonius R. De Lanxorre
Maitre de JeuSerdaigle
Maitre de Jeu
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Le Savoir au bras de la Loi [Abandonné] Empty
Le Savoir au bras de la Loi [Abandonné]
Antonius R. De Lanxorre, le  Mer 29 Avr 2020 - 15:37



Saison 30, Hiver
Bureau de la Directrice
Antonius R. De Lanxorre, Azénor Philaester



J’avais pris place sur un fauteuil en face d’Azénor Philaester. Ma jambe droite croisée sur l’autre, mes poignets dépassants à peine des accotoirs, j’égrenais méthodiquement mes constats, mes interrogations et mes premières conclusions. Ma seule préoccupation était de transmettre au plus tôt mes conclusions au Magenmagot et de dresser un tableau synthétique déjà plus complet des protagonistes de l’affaire. Plus je m’attardais entre ces murs, plus il me semblait que l’objectif de mon enquête évoluait. Je ne pouvais pas le permettre. J’entame mon propos, ajustant ma cravate au préalable.

- La partie la plus douloureuse de l’affaire qui secoue votre école est malheureusement la seule à demeurer en dehors de mon champ de compétences. Mais il nous faudra avancer quoi qu’il arrive sur le chemin de la vérité. Aussi, voici mes premières questions. Vous avez déclaré avoir été en relation dans un cadre privé avec Jade Wilder et ce, à plusieurs reprises. Pourriez-vous me dire à quel titre ces rencontres s’effectuaient ? L’entendiez-vous en tant que Directrice de Poudlard ? A un autre titre plus personnel ? Sur le contenu de ces entretiens, je n’aurais que deux questions. A vos yeux, Jade Wilder se trouvait-elle dans un état d’affaiblissement physique ou psychique pouvant laisser à penser qu’elle mettrait fin à ses jours ? A-t-elle également fait mention du ou des objets de ses tourments ?

Je marque un temps. Il était indispensable pour moi d’acquérir ces informations pour constituer mon rapport. La question de la responsabilité allait être au cœur des éventuels débats. Je devais la prévoir et la préparer quoi qu’il arrive. Ajustant ma position, je reprends, sur un ton plus libre.

- J’ai conscience de la confiance qui existait entre Miss Wilder et vous. Que vous souhaitiez garder ces informations secrètes par-devant vos collègues et vos étudiants, cela me semble être la moindre des choses. Mais je pense que la confiance s’arrête où commencent les nécessités de l’enquête.

Intérieurement, je savais ce qui menaçait les personnes liées. De la non-assistance à personne en danger à l’assassinat, le suicide avait cela de merveilleux qu’il pouvait donner lieu à toutes les formes de responsabilité. Connaissant la cour comme je la connaissais, les risques de débordements et de condamnations sévères étaient existants.  

- Mes autres questions concerneront votre personnel. J’ai écouté avec attention leurs déclarations respectives. Miss Cojocaru a fait mention des agissements de Cara de Lanxorre, ce à quoi vous avez rétorqué qu’il était là question de problèmes d’ordre personnel. Pourriez-vous me préciser la nature du lien existant entre ces deux femmes ? Je serais amené à les interroger toutes les deux. La compréhension de leur relation m’est indispensable pour saisir la teneur de leurs propos à se juste valeur. Pensez-vous savoir d’ailleurs à quels propos Miss Cojocaru faisaient référence ? Il y a également cette femme qui a pris soin de souligner je cite qu’elle était « personnellement convaincue » que Jade Wilder n’avait pas agi sur un coup de tête. Cette même femme qui a pris la peine de raccompagner la jeune Poufsouffle à l’extérieur. De qui s’agit-il ? Pensez-vous qu’elle soit au courant d’éléments intéressants l’enquête ? J’accorde peut-être beaucoup d’importance à ces deux mots. Mais d’expérience, ils ne sont jamais prononcés à la légère ou par rhétorique.

A nouveau, je m’interromps dans mon propos. Le temps pour moi de prendre quelques profondes inspirations. Il m’était indispensable d’être parfaitement clair et honnête avec mon interlocutrice. Cette affaire pouvait potentiellement avoir des répercutions judiciaires majeures pour le personnel de Poudlard. Il était dans notre intérêt à tous les deux de préserver l’unité générale et la sécurité des lieux.

- Je vais être transparent, Madame la Directrice. Si à l’issue de mon enquête, je dois faire part au Magenmagot qu’un ou plusieurs membres du personnel de Poudlard était au courant d’un risque réel pour Jade sans agir en conséquence ou pire encore, était le risque en question, la cour ferait immédiatement ouvrir une enquête plus poussée et ferait comparaitre tous les intéressés. On peut imaginer une forte amende pour les cas les moins graves, éventuellement assorties d’un emprisonnement. Au plus fort, la cour pourrait prononcer une équivalence de meurtre. Ce qui signifierait à plus forte raison l’emprisonnement à vie. Encore une fois, cette décision n’est pas entre mes mains. Si vous avez la moindre question à votre tour je vous en prie. Formulez-la.
Azénor Philaester
Azénor Philaester
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 2)


Le Savoir au bras de la Loi [Abandonné] Empty
Re: Le Savoir au bras de la Loi [Abandonné]
Azénor Philaester, le  Jeu 30 Avr 2020 - 19:59


Azénor et Antonius étaient partis de la Grande Salle de façon précipitée, afin de s'entretenir et de faire avancer l'enquête du prétendu suicide de la petite Jade Wilder. Elle n'en s'en cachait pas, Azénor détestait lorsque le Ministère se mêlant dans les affaires de l'école. Elle n'aimait pas les personnalités du Ministère et les préféraient ailleurs que dans son château. Directeur de la Justice Magique ou non, Philaester se porterait mieux lorsque son invité serait partit. Cette fois-là, elle n'avait bien entendu eu d'autres choix que de le convier à Poudlard. L'affaire allait se savoir et ce n'était pas la responsabilité ni le métier d'Azénor que de elle-même réaliser l'enquête qui seule, adviendrait de la véracité de la situation. Quelques peu tendue, elle s'assit sur un fauteuil en face de celui qu'elle avait proposé à Ravental de choisir pour s'installer. D'un mouvement manumage, et sans ni demander ni proposer, Azénor fit virevolter deux tasses à thé qui se remplissaient toutes seules, pour en servir une à son interlocuteur. Elle prit la sienne de sa main gauche, buvant le doux liquide encore fumant. Azénor aimait son thé brûlant. Elle écouta le long monologue de Ravental, et avala des gorgées de son thé lorsqu'il s'octroyait quelques pauses. Elle répondit, très calme, ton neutre avec une once de méchanceté dans sa voix, elle était agacée. Mais elle répondait. Qestion après question.


Je me suis entretenue avec Jade dans ce bureau-même et lorsque je n'étais alors que Directrice Adjointe du château. Ces rencontres s'effectuaient à titre personnel je dirai, Jade en exprimait le besoin. Des heures durant, nous parlions. De tout et de rien. Bien qu'elle ne s'exprimait pas fort sur un plausible "profond mal-être", je le sentais, je le voyais dans ses yeux. Elle était profondément malheureuse. Je l'entendais en tant que Directrice oui, il est dans mon devoir d'être à l'écoute de mes élèves lorsqu'ils ont en besoin. Nous n'avons jamais été plus loin qu'une relation élève-adulte. Je sentais Jade fatiguée, triste et peinée. Pas physiquement, mais moralement. Elle ne progressait pas. C'est pourquoi nous avons deux ou trois entretiens. Pour lui redonner le moral. Cela n'a été que des échecs. Elle m'a plusieurs fois parlé d'une peur de rater sa scolarité. Je lui disais que j'avais confiance en elle et en ses capacités, qu'elle n'avait pas été nommée préfète au hasard et qu'elle méritait tout à fait sa place au château. Ce qui était vrai. Une gorgée de thé, pour souffler, réhydrater la bouche qui devenait pâteuse. Jambes croisées la belle directrice reprend la parole. Pour ce qui concerne la dualité entre Cara de Lanxorre et Lizzie Cojocaru, je vous conseille de directement aller poser la question à Cara, elle saurait vous répondre bien mieux que moi. L'intervention de Miss. Cojocaru était déplacée et n'avait rien à faire dans la situation. Je ne sais pas vraiment ce que Lizzie a voulu dire. Si je ne peux obliger à mes employés de se contenir entre eux, je préfère au moins ne pas rentrer dans leur histoire de chamailleries, je n'ai absolument pas le temps pour ces bêtises. Pour ce qui est de l'autre femme, il s'agit d'Emily Lynch, Directrice de la maison Poufsouffle. Je ne sais pas si elle a des éléments qui pourraient vous aider; Azénor mentait, il y avait les lettres. Elle se mordit la joue, invisible. Elle ne faisait pas confiance au Ministère, elle ne faisait confiance en personne si ce n'était en elle-même. Elle verrait cela avec Cara, et personne d'autre. Elle changerait son témoignage plus tard, si nécessaire, prétextant un oubli stupide que personne ne croirait, pourtant impossible à prouver. Je pense que Miss. Lynch a été très affecté par la mort d'une élève de sa maison, je suis très désolée pour elle.

C'en était trop. Azénor fut très agacée des derniers mots de Ravental. Qu'insinuait-il au juste? Qu'elle faisait mal son travail? Cet Antonius lui tapait sur les nerfs, assez polie et distinguée elle n'en avait rien fait paraître lors de leur réunion dans la Grande Salle, mais cette fois-ci; elle ne mâcha pas ses mots. Qu'insinuez-vous au juste? Que le personnel de Poudlard n'est pas assez compétent? Que voulez-vous, que je vérifie dans la tête de chacun des élèves pour vérifier si tout va bien? Antonius déblatérait les risques qu'encouraient les possibles présumés responsables et Azénor le prit personnellement. Si il touchait à son corps enseignant, il touchait à elle. En restant tout à fait droite dans son siège, attitude et allure irréprochable de femme de pouvoir, elle reprit: Comment osez-vous m'énumérer les possibilités de sentence alors que vous ne savez encore rien de ce qu'il s'est réellement passé? Vous ne faites que votre travail c'est ça? Que suivre le protocole? Coupez les blablateries dispensables et ouvrez les yeux. Il s'agit d'un suicide. Jade était malheureuse, elle souffrait énormément. Je ne crois pas l'avoir déjà vu sourire. Rien ni personne n'aurait pu empêcher cela. Nous sommes plusieurs à avoir prit de notre temps, beaucoup de notre temps pour la faire se sentir mieux, pour lui apprendre à aimer la vie. Mais c'était une adolescente, sa vie était dure, elle peinait dans sa scolarité et n'a jamais trouvé la force qui nous permet de tout surmonter. Ce qui est arrivé est déplorable, triste, épouvantable. Maintenant si vous n'avez plus de questions, nous devrions chacun retourner à nos occupations.

Elle le regardait droit dans les yeux. Elle ne regrettait point de s'être emportée de la sorte. Au fond d'elle elle en était sûre, elle avait vu la scène, elle avait vu le corps. Sa nuit de sommeil l'avait confortée dans son idée, Jade Wilder s'était suicidée, et personne ne devait être tenu pour responsable; sachant que tout le monde l'était. Azénor avait mal, si mal de savoir qu'elle avait échoué. Mais aussi elle savait, que rien qu'elle aurait pu faire n'aurait changé quoi que ce soit. Jade avait baissé les bras il y avait déjà des années.
Antonius R. De Lanxorre
Antonius R. De Lanxorre
Maitre de JeuSerdaigle
Maitre de Jeu
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Le Savoir au bras de la Loi [Abandonné] Empty
Re: Le Savoir au bras de la Loi [Abandonné]
Antonius R. De Lanxorre, le  Mar 5 Mai 2020 - 11:45


Elle mentait. De manière concluante, je l’avoue. Si je n’avais pas été au courant pour les lettres, je me serais facilement laissé convaincre. Pour ce qui est des premières réponses d’Azénor, celles-ci me laissent passablement de marbre. Rien de bien intéressant. En somme, Jade n’avait pas beaucoup changé depuis sa fugue. Mais la Directrice ne semblait pas vouloir se contenter de quelques banalités et quelques mensonges éhontés. Il est venu, le temps des remontrances et de la protection maternelle. Presque touchant. Presque. Je ne laisse filtrer aucune émotion particulière sur mon visage. Elle était habile, la Philaester. Si elle avait laissé entendre que quelqu’un avait pu prendre une part quelconque dans le suicide de Jade, elle se serait mise à la faute. Tout en me replaçant dans mon fauteuil, je dis d’un ton calme et posé, soutenant le regard de la femme me faisant face.

- Merci pour votre collaboration, Madame la Directrice. Je ne vais pas vous retenir davantage. Vous m’en avez beaucoup appris.

Je prends appui sur les accotoirs pour m’extraire de l’assise. Ajustant mon costume, je reprends le chemin de la sortie. La suite de l’enquête m’apparaissait comme limpide. Qu’il est dommage que Poudlard ne se soit pas bonifié avec le temps. Mais cela ne m’empêchera pas de faire mon travail. Mensonges d’une Directrice maternelle ou pas.
Contenu sponsorisé

Le Savoir au bras de la Loi [Abandonné] Empty
Re: Le Savoir au bras de la Loi [Abandonné]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Le Savoir au bras de la Loi [Abandonné]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.