AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -15%
Réduction de 15% sur la console Nintendo Switch ...
Voir le deal
196.29 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 1 sur 1
L'art de l'importance du titre [En cours]
Emily Lynch
Emily Lynch
DirectionPoufsouffle
Direction
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


L'art de l'importance du titre [En cours] Empty
L'art de l'importance du titre [En cours]
Emily Lynch, le  Jeu 30 Avr 2020 - 19:49

L'art de l'importance du titre
ft. Elenna Benson - Saison 31 mi-printemps

Plaisir auditif

Balades nocturnes, insomnies, stress post-traumatique et sans doute une autre maladie ou détérioration mentale que j’ignore encore et qui se manifestera au grand jour quand je pense que tout cela sera derrière moi. Pourquoi ? Tout simplement parce que la vie serait bien trop simple si on se contentait d’événements anodins et sans le moindre intérêt. Quelle serait notre raison d’exister, de faire tout ça, si c’était pour raconter des choses comme ce qu’on a mangé cet après-midi ou bien que durant notre dernier passage aux toilettes, ça sentait fort à cause du cassoulet de la veille. Briser les codes et les murs, exploser tout ce qu’il y a autour de nous pour qu’on puisse changer tout cela ? Pourquoi doit-il encore se passer quelque chose d’extraordinaire pour donner du sens à tout cela ? Ne peut-on pas simplement imaginer qu’on avait juste envie de sortir, prendre l’air ou bien simplement que pour qu’il se passe quelque chose d’intéressant, on a décidé que ça serait à cet endroit et durant cet instant précis ? Ça pourrait être plus complexe ou peut-être plus simple, je ne sais pas trop à vrai dire, alors on se tente à l’exercice d’imaginer ce qu’aurait pu être cette journée en imaginant les milliards d’autres univers, ces réalités alternatives ou tout ceci prend du sens, ou tout ceci n’est pas que lettres et mots formant des phrases un peu au hasard écrit en écoutant de la musique et en étant en manque complet de sommeil. Oh mon dieu ! Pardonnez-moi, je crois que je suis en train de briser les murs qui nous séparent mais ne vous inquiétez pas, il suffit de le demander, de l’imaginer et il sera comme neuf en un simple claquement de doigt.

La forêt, lieu des plus insolites quand on sait qu’on ne doit pas s’y rendre et que pourtant tout le monde continue de s’y rendre, de s’y perdre et de vivre quelques aventures ou mésaventure pour leur plus grand plaisir. Les élèves étaient quelque peu idiots, bon après, jamais personne n’avait mis en place réellement quelque chose pour les empêcher de s’y aventurer, mais bon. Nuit de pleine lune ou presque, difficile à dire quand on approchait doucement du cercle complet, à l’œil nu il n’était pas toujours évident d’évaluer s’il manquait un bout ou si le disque lunaire était bel et bien complet. Me perdant sans raison apparente autre que la non envie de dormir, je m’arrêtais un instant pour écouter le vent, les bruits des animaux, magiques ou non qui se baladaient, qui faisaient des choses sans doute plein plus intéressante que se promener ou peut-être que non, qui sait, la vie d’un animal n’est sans doute pas aussi passionnante que la nôtre. Assise sur une vieille souche d’arbre, j’attendais, qu’il se passe quelque chose, je ne sais pas trop, en attendant, je fermais les yeux et laissais mon imagination inventer ce qu’elle voulait avec ce qu’elle entendait.
Elenna Benson
Elenna Benson
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


L'art de l'importance du titre [En cours] Empty
Re: L'art de l'importance du titre [En cours]
Elenna Benson, le  Jeu 14 Mai 2020 - 1:19

Saison 31 - Mi-Printemps, en pleine nuit.


Jour, nuit, jour, nuit…


« Tout ce que le forêt a à offrir ce sont ses grosses bourrasques, ses murmures dans les feuillages, ses racines traîtres, et de temps en temps une sensation de puissance. Il est vrai que, je connaissais pas grand chose à la nature, du moins avant, mais ici en tout cas c’est comme ça. Et je sais aussi que dans la vie, le plus important c’est pas nécessairement d’être fort mais de se sentir fort et de se mettre à l’effort au moins une fois, de se retrouver au moins une fois dans la condition humaine la plus archaïque. Affronter seule la nature aveugle et sourde sans rien pour vous aider ; si ce n’est vos mains et votre tête… »

Le vent frais caressait mon visage et dans le ciel, la lune déjà haute semblait éclairer mon passage. C’était un peu comme une lumière divine qui me guidait chaque nuit, je m’étonnais même de ne pas entendre le chant des anges. Assez ironique comme scène, un monstre sur le chemin de la clarté. A peine entrée dans les bois, quelques branches s’étaient attaquées à mon visage, fouettant mes joues comme pour me chasser, souhaitant que je libère la bête et que j’abandonne la sorcière. Je marchais quelques instants, esquivant les feintes incessantes de la nature, avant de déposer mes affaires dans le creux au coeur d’un tronc d’un arbre. Si le beau temps revenait pas à pas, les nuits étaient encore fraîches et je ne tiendrais pas longtemps nue comme un ver. Un frisson parcourut mon corps avant d’entamer ma transformation.

La Norvège me manquait. Pas le pays, ni les gens qui y vivaient bien que forts sympathiques. Le manque ? C’était de ne pouvoir être un loup-garou pleinement. Ce n’était pas qu’une question de physique, mais plus un état d’esprit. Là-bas, les loups-garous n’étaient pas des parias, au contraire, c’était presque étrange de n’y être qu’un simple sorcier. Si avec les années j’avais totalement acceptée ma nature lupine, j’avais connu des regards apeurés, voire dégoûtés, lorsque je dévoilais qui j’étais réellement. Heureusement, il y avait eu ceux qui ne voyaient en moi qu’une femme comme les autres, qui avait du mal à gérer ses émotions certes, mais juste une sorcière avec un don particulier. J’avais fini par ignorer les rageux, me complaisant dans mon statut original et rare. J’étais heureuse, mais les dernières années à l’étranger m’avaient permises d’évacuer ce surplus de sentiments plus contradictoires les uns que les autres. Et depuis mon retour, je n’avais eu recours à ma transformation qu’une seule fois, une unique fois où j’avais eu besoin de faire exploser ma douleur. Aujourd’hui, j’avais besoin de m’oublier et de ne faire qu’un avec la Forêt Interdite.

20 ans… Cela faisait bientôt une vingtaine d’années qu’un loup-garou m’avait attaqué à cet endroit précis. J’avais appris avec le temps à me dominer, puis beaucoup plus tard, à avoir un contrôle total sur mes transformations les soirs de pleine lune, pour finir par pouvoir muter quand cela m’arrangeait. Il y avait toujours ces excès de colère, ce besoin d’exploser, ces tremblements qui secouaient mon corps face à la rage ou la tristesse mais je n’avais plus mordu personne depuis longtemps. Je n’avais plus peur des autres, et surtout de moi, de leur faire du mal. Si je venais ici, c’était pour la tranquillité, bien que je connaissais la fâcheuse tendance des élèves de Poudlard à franchir les limites du parc. Avec un peu de chance, je pourrais foutre la frousse à deux-trois gamins, les incitant à ne plus mettre les pieds dans ces bois où je n’étais certainement pas la créature la plus dangereuse.

Mon corps s’arqua, craqua à de nombreuses reprises, je serrai les dents pour endurer la mutation. Ce n’était jamais une partie de plaisir, mais c’était devenu plus facile à force d’entraînements. Une fois le calvaire terminé, je levais le museau vers la lune, humant les parfums des bois que j’affectionnais tout particulièrement. Une bourrasque vint caresser mon pelage blanc qui semblait refléter le clair de lune, me trahissant sur la couleur de cheveux que j’avais eu durant des années. La pleine lune n’était pas pour ce soir, mais je n’en avais plus besoin pour profiter. La bête que j’étais devenue balaya les environs de son regard azur avant de s’élancer sans réfléchir une seconde de plus. Tel un phénix j’avais l’impression de renaître de mes cendres, à chaque bond je sentais les muscles puissants et monstrueux qui me projetaient toujours plus loin, à chaque respiration j’entendais un bruit sourd dans ma cage thoracique. Pendant plusieurs minutes je fonçais, oubliant tout le temps d’une nuit jusqu’à ce qu’une ...odeur me ramène à la réalité.

Plantant mes griffes dans la terre et dans la mousse qui jonchait le plancher des bois, je stoppais net ma course, attirée par ce parfum que je connaissais. Encore une ancienne amie que je n’avais pas eu le temps de revoir depuis mon retour. J’essayais de repousser mes instincts de chasseur au plus profond de moi mais ne pus m’empêcher d’hurler à la lune ma joie. Le chant lupin résonna dans le silence apaisant de la Forêt Interdite, brisant le calme qui y régnait depuis que le soleil s’était couché. Quelques notes s’échappèrent encore de ma gueule avant que je fonce de nouveau, suivant cette fois-ci une piste fraîche. Je m’approchais de plus en plus, faisant vibrer le sol sous la puissance de mes pattes. Les feuilles vrombissaient à mon passage et les arbustes s’inclinaient comme pour saluer mon retour en Angleterre. La centaine de mètres qui me séparait de la sorcière alliée fut parcouru plus rapidement que je l’aurais pensé et une fois la silhouette en vue, je me mis à tourner autour d’elle sans être trop près, restant malgré moi, cachée dans la végétation dense. Seuls quelques flashs blancs de mon pelage apparaissaient de temps en temps entre les fourrés...
Page 1 sur 1

 L'art de l'importance du titre [En cours]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.