AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -29%
Balai laveur avec seau Vileda Spin & Clean
Voir le deal
25 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 1
Boogie down like a unicorn - [Abandonné]
Hugo Mourlevat
Hugo Mourlevat
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Vampire



Boogie down like a unicorn - [Abandonné] Empty
Boogie down like a unicorn - [Abandonné]
Hugo Mourlevat, le  Sam 2 Mai 2020 - 14:02

Saison 31
Printemps

Je secouai la tête pour remettre mes cheveux en place. Le "cling cling" de mes boucles d'oreille était l'indicateur de la petite touche de raffinement dont j'avais besoin. Je remontai mon corset un peu en tirant dessus, m'assurai que mon fond de teint était étalé correctement et pris la pose devant le miroir. Les mains sur les hanches, une jambe en avant, la tête penchée sur le côté... Oui, j'étais parfaite. Chic, mais pas trop, tape-à-l'oeil juste ce qu'il faut... Et j'avais l'air abordable. J'attrapai mon sac à main noir et vérifiai que tout ce dont j'avais besoin était là : maquillage d'urgence, baguette, argent moldu et sorcier, bombe au poivre... Bien, j'étais prête.

Pour sûr que ma tenue tranchait avec le côté rustique de la chaumière qui me servait de maison. Je regardai bébé Hugo, qui n'était plus si bébé que ça vu qu'il avait bientôt atteint sa taille adulte de Loup-Garou. Il roupillait tranquillement au coin de la cheminée. J'aurais bien voulu le caresser, mais je ne voulais pas prendre le risque de casser un de mes faux ongles. Ah ! C'était ça qu'il ne fallait pas oublier ! La lime à ongle ! Sait-on jamais. Bon allez, juste une petite caresse alors. Là, sur le crâne. Mooh, c'est un bon toutou ça... Bon, aussi étrange que cela puisse paraître, c'était aussi mon petit cousin, mais ça c'est une autre longue histoire. J'attrapai mes talons et les mettais dans mon sac. Je n'avais pas l'intention de me trimbaler dans la boue de la ferme avec. Non, je préférai sacrifier mes baskets.

Ni une ni deux, me voilà en train de prendre le chemin de Thiaville jusqu'à un lieu sécuriser pour transplaner. Raison de plus pour porter des baskets. Vous avez essayé de transplaner avec des talons ? Et bien n'essayez pas. Je levai une jambe pour faire une arabesque et la baissai rapidement pour me donner de l'élan et tourner sur moi-même. Je visualisai bien l'endroit de Londres où je voulais me rendre. J'avais la conviction d'y aller. Un crochet m'attrapa au nombril et me tira à travers un tuyau. J'avais beau être excessivement souple, c'était loin d'être une partie de plaisir. Heureusement le sol caillouteux de Thiaville laissa place à celui d'une ruelle de Londres. J'étais sûre qu'il n'y aurait personne, c'était celle où je sortais discrètement après chaque spectacle. Sans plus de cérémonie, j'enfilai mes talons et prenais la direction de la grande rue. Mes pas me guidèrent jusqu'à un bar dansant, dont je poussai la porte.

L'odeur de vieux bois me prit au nez. J'haussai les sourcils, surprise. La musique n'était pas désagréable, un vieux single moldu. Le rythme me prenait aux hanches qui se dandinèrent jusqu'au bar. Un virgin s*x on the beach pour moi, que je sirotai tranquillement. Je m'accoudai, dos au bar, zieutant la salle. Il y avait beaucoup de beaux spécimens dans la salle. Il me fallait en choisir un... Je posai mon verre, lançant un regard au barman pour l'intimé de me le surveiller. Je rejetai mes cheveux et m'approchai d'un groupe de personne. Je dandinai, agitant les épaules, et me rapprochant d'une belle créature. Je laissai un bon mètre de distance entre nous mais je ne la quittai pas du regard.

Dans ces moments-là je me sentais un peu comme un vampire. J'étais belle sous cet attrait ; du moins c'est ce que je pensais et beaucoup de personne partageait mon avis. Certain avait dû mal à résister à mes charmes. Je les laissai s'approcher, toucher la marchandise, parfois un rapide baiser... Mais ça n'allait jamais plus loin. J'avais ma dose de sentiment et je m'en allai. Je n'avais jamais ressenti le besoin de plus. Cela provoquait parfois des situations cocasses, mais jamais rien de mal. Je ne m'étais pas souvent laisser approchée par la gente féminine... Mais ce soir, j'avais cette idée fixe qu'il y avait un début à tout. Alors ma petite, vas-tu te décider à rencontrer Carmilla ?
Malicia Evans
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Boogie down like a unicorn - [Abandonné] Empty
Re: Boogie down like a unicorn - [Abandonné]
Malicia Evans, le  Sam 2 Mai 2020 - 20:26

RP avec Hugo Mourlevat
Saison 31 - Printemps

Provocante. Tu te regardes dans le miroir, nostalgique. Tu avais laissé tomber ce style vestimentaire depuis que t'étais devenue maman. Tu es devenue plus soft, essayant au maximum de moins attirer le regard. Toujours aussi déglinguée, t'allais pas changer entièrement non plus mais ces vêtements qu'à l'époque tu adorais, ils avaient fini par être rangé au fin fond du placard. Terminé les vêtements trop courts, déchirés, transparents.
Non.
Non.
Non. Pas possible, t'es trop nostalgique ce soir.  Allez, c'est décidé, tu vas sortir comme avant et si tu peux t'amuser avec quelqu'un ce serait le top. Un bon moyen d'évacuer toute cette frustration que tu te balades depuis un petit moment. Tu as besoin de souffler, c'est sûr. Bon ton compagnon ne sera pas là de la soirée donc aucune chance qu'il apprenne ce que tu comptes faire. Il suffit que tu déposes ton gosse chez son grand-père et tu aurais ta soirée pour toi. C'est fou comme une fois que tu as fondé ta famille, t'es vraiment plus libre de rien.

Fin d'après-midi, tu venais de déposer Enzo chez les Gold et tu t'es empressée de rentrer à la maison pour te préparer. Un brin de musique en fond, tu danses, tu chantes tout en te préparant. Pour une fois, tu es véritablement heureuse parce que tu sais que ce soir tu ne feras pas semblant. Les masques tombent. On arrête de se brimer, on se lâche, on se montre tel qu'on est. Un regard dans le miroir, souriante, pleine d'anticipation, parfaite. Il y a juste une chose en trop, ton alliance. Alors tu la retires et la laisses sur ta table de chevet. Et avant de quitter ton appartement, tu décides de te prendre un verre, histoire de te mettre déjà dans l'ambiance. Une fois dans les rues de Londres, tu ne mets pas bien longtemps avant de t'intégrer à un groupe de fêtard, qui tout comme toi, passe pas mal de temps à se remaquiller le nez. C'était devenu commun ou juste t'as tendance à attirer ce genre de personne ? Aucune idée mais bon, c'est pas toi qui va t'en plaindre.

Vous avez fini par vous diriger vers un bar dansant parce que certains du groupe voulait à tout prix bouger leurs corps. Bon, c'est pas que t'étais contre mais lorsque tu sors, t'as plutôt tendance à être un piller de bar. Tu danses oui mais t'es surtout du genre à bouger sous l'impulsion. Il peut t'arriver de danser au milieu de ton appartement ou dans la rue, sans même avoir besoin de musique. Mais là, tu suis quand même ce groupe, parce que t'as besoin de t'amuser et aussi, parce que ce sont eux qui ont le maquillage... C'est important d'avoir un bon teint donc t'es un peu obligée d'aller te repoudrer assez régulièrement. D'ailleurs, à peine en revenant des toilettes, tu remarques que la tournée vient d'être payée.
Mais c'est parfait ça ! Quelle générosité.

Tu récupères ton verre et le sirote tout en observant la salle. C'est en retournant la tête vers le bar que tu remarques qu'on avance vers toi en se dandinant. Des prunelles qui ne te lâchent pas une seconde. Parfait, tu as peut-être trouvé de quoi manger pour ce soir. Un sourire carnassier étira ton visage, comme le prédateur qui vient de trouver sa proie. Laissant ton verre auprès de tes amis d'un soir, tu avances à sa hauteur et attrapes sa main pour l'approcher de toi.

Place aux corps qui se mouvent.

Pas besoin de parler pour s'amuser, il suffisait de laisser le physique faire. Se laisser aller au rythme de la musique, jouant avec les courbes et la peau. Les yeux qui s'attrapent et les pupilles qui pétillent par l'anticipation du jeu qui se profile à l'horizon. Ce soir, t'es d'humeur joueuse, prête à assouvir toutes ses pulsions qui ne demandent qu'à s'exprimer.
Hugo Mourlevat
Hugo Mourlevat
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Vampire



Boogie down like a unicorn - [Abandonné] Empty
Re: Boogie down like a unicorn - [Abandonné]
Hugo Mourlevat, le  Sam 2 Mai 2020 - 20:46

L.A. de Malicia, elle a aussi le mien pour le reste du RP


La proie semblait se laisser approcher. Quand je vous disais que je devais faire partie de la famille des vampires. Je me léchai la lèvre supérieure avant de me mordre l'inférieure. La musique change. Hum, bien dans l'ambiance ça. J'avance doucement, donnant des kicks avec mes pieds au rythme de la musique. Ma tête penche sensuellement d'un côté, je me penche en avant avant de me relever et d'agiter les cheveux. J'avais l'impression d'être un oiseau, faisant une danse nuptiale. De mes expériences, se montrer désirable était un bon point pour comprendre ce désir. Ajoutez à ceci un rembourrage qui vous donne des formes gracieuses et vous obtenez une Merlin's qui a faim d'action. Sans cérémonie, je prenais délicatement la main de celle qui avait posé son regard sur moi quelques instants plus tôt et la tirai contre moi. Mes yeux la regardaient. Je reculai alors et, toujours en lui tenant la main, l'attirait au centre de la piste avec moi.

Mes hanches bougeaient sous l'impulsion de la musique, donnant quelques coups d'épaule dont j'avais le secret à des ennemis invisibles. Je jouai avec mes cheveux, tournai sur moi-même, lâchant parfois des petits "oooh" et des "hummm". Je n'avais aucune idée de ce à quoi ça pouvait servir, mais par le passé ça semblait être efficace. Je me mettais dos à celle qui partageait une danse avec moi, agitant mon divin fessier en la regardant par dessus mon épaule. J'avais l'impression d'être un panier de pomme et que n'importe qui pouvait tendre sa main pour en attraper une et croquer dedans. C'était donc ça le désir, vouloir croquer la pomme ? Attention ma coquine, cette pomme-là a des pépins. Ne m'accuse pas si tu y prends goût, tu es prévenue. Je battais des cils, tandis que mes genoux rejoignaient le sol. Je me tournai alors, les jambes écartées en grand écart, et j'avançais alors en direction de ma victime. Je remontai alors, mon visage passant assez près de son corps. Ca aussi c'était une technique qui se révélait efficace. Je passai ma main dans ses cheveux et ma main dans son dos. Il était quelques attraits masculins que j'avais du mal à effacer, même en étant Merlin's.

-Tu veux te mettre à l'abris ? susurrai-je à son oreille. Oh oui tu devrais, à l'abris loin de moi. Ta frustration n'aura d'égal que l'envie que tu as de moi. Tu étais seulement un pion pour mes expériences, tu ferais mieux de courir. De t'éloigner, rejoindre ton groupe d'ami avec qui tu étais venue. Je crois qu'il n'y a personne aux toilettes. Ce n'était pas le lieu le plus glamour, mais au moins si elle se mettait à pleurer de dégoût il y avait un évier à porté. J'inclinai alors la tête, mes yeux collés sur son visage. Il fallait avouer qu'elle était belle ; elle semblait douce comme les perles d'eau sur les roses, mais avec les piquants de ces dernières. J'espérai ne pas aller trop loin cette fois-ci. Un jour je vais finir par tomber sur plus fort que moi, et je le regretterai. Mais pour l'instant, je vais profiter.
Malicia Evans
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Boogie down like a unicorn - [Abandonné] Empty
Re: Boogie down like a unicorn - [Abandonné]
Malicia Evans, le  Sam 2 Mai 2020 - 21:39

C'est à se demander qui est vraiment en chasse ce soir ? Vos corps finissent par se rapprocher, languissant, appréciant la chaleur de l'autre. Tu te laisses volontiers amener sur la piste de danse. Tu te laisses aller à la musique, la mélodie glissant sur toi, tu ne fais pas ton show, t'es juste emportée par le spectacle que tu vois devant toi. Des coups de hanche, d'épaule et des bruits qui pourraient presque te faire rire. C'est le genre de bruit que tu entends bien plus dans une chambre que sur une piste de danse. Mais tu ne relèves pas, tu te contentes de bouger en rythme en observant la danseuse, un léger sourire aux lèvres. Moqueur ou appréciateur, tu ne peux pas dire, mais tes lèvres sont tirées en un petit sourire en coin. Tu finis par fermer les yeux, les bras se relevant doucement au-dessus de ta tête, remontant tes cheveux par la même occasion. Tes hanches bougeant en rythme, tu rouvres les yeux subitement lorsque tu sens qu'on se colle à toi. Et tu l'observes agiter ses fesses, ne lâchant son regard que pour laisser tes yeux glisser sur son corps.

Lorsqu'elle se rapproche de toi, le visage frôle mon corps le remontant doucement, tu pourrais presque sentir sa respiration contre ta peau. Des frissons apparaissent au fur et à mesure de la remontée de son corps. Sa main monte dans tes cheveux et son autre main se pose dans ton dos. Ta respiration se saccade. L'excitation est en train de monter crescendo. Tu veux te mettre à l'abri ? Oui, tu veux. Parce que tu commences à avoir chaud, tu commences à ressentir des picotements dans le ventre, raah, fallait bouger. Et vite. Tu hoches la tête doucement, te mordillant la lèvre d'anticipation. Je crois qu'il n'y a personne aux toilettes. Pardon ? Autant t'attirer dans une ruelle isolée, c'était la même chose. Tout aussi glauque. Sauf que tu n'as pas envie d'attendre plus, tu ne pourrais pas. T'as faim depuis quelques temps et on venait d'encore plus t'ouvrir l'appétit. Il fallait remédier à ça. Tu attrapes sa main et l'entraînes aux toilettes. La porte ouverte, tu l'pousses à l'intérieur et tu t'y engouffres la dernière. Face à la porte, tu poses ta main sur la poignée et informules un sort pour la verrouiller. Vous pourrez être tranquille comme ça. T'as envie de t'amuser. T'as besoin de tout lâcher. T'as besoin qu'on éteigne ce qui a été allumé.

Tu t'approches doucement, plus prédatrice qu'auparavant. Tellement proche que tu finis par la repousser contre le mur. Ton corps collé au sien. La porte était verrouillée, vous pouvez prendre votre temps, vous amusez, faire monter un peu plus la température histoire de rendre le dîner encore plus appétissant.
Hugo Mourlevat
Hugo Mourlevat
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Vampire



Boogie down like a unicorn - [Abandonné] Empty
Re: Boogie down like a unicorn - [Abandonné]
Hugo Mourlevat, le  Sam 2 Mai 2020 - 22:37

Me voilà donc dans les fameux toilettes. Tandis que la porte se fermait il m'avait semblé entendre un cliquetis. C'était sûrement le mécanisme qui s'était mis en route, enfin, qu'en savais-je, étais-je ingénieur ? Visiblement j'avais très bien réussi mon coup, peut-être un peu trop. Je me retrouvai plaquée contre un mur. Hum, j'allais bientôt avoir deux surprises pour elle. Pour l'instant j'essayai de tempérer. Il fallait que je reprenne rapidement le dessus pour ne pas me retrouver dans une situation cocasse. J'attrapai ses mains et inversai les positions : elle était contre le mur, je plaquai ses mains au dessus de sa tête. J'espérai ne pas avoir l'air de trop réfléchir, mais je crois qu'à cette étape, les tourtereaux se cherchent entre eux et s'offre mille tendresses. J'espérai que mon rouge à lèvre était waterproof.

Ma bouche se posa délicatement sur le coup de ma partenaire d'une heure. Mes délicates lèvres touchaient doucement le sucré de sa peau, remontant doucement jusqu'à sa joue, puis prirent la direction de son lobe d'oreille. J'avais l'impression d'être une idiote à faire cela, mais du plus loin où j'avais été, c'était ce qui fonctionnait le mieux. Mes mains descendirent en effleurant son corps jusqu'à ses hanches où elles se posèrent d'un coup. Ma bouche effleura ses lèvres. Parait-il que le désir monte dans la tentation, et je n'allais pas lui offrir un baiser si rapidement. Je préférai la faire mourir d'envie avant de la délivrer. Aussi mes lèvres restaient proches, quasiment à se toucher avec les siennes, tandis que mes mains s'affairaient à caresser ses côtes par dessus ses vêtements. Lorsque je sentis la tension à son comble, alors je plaquai ma bouche sur la sienne, en fermant les yeux. C'était une des rares choses où j'arrivais à prendre du plaisir, avec quelqu'un. C'était largement satisfaisant pour moi. J'en profitai un peu. Je mordillai sa lèvre inférieure avant de lui donner de nouveaux baisers.

Je ne sais pas combien de temps cela dura, mais je finis par me laisser. Mes mains quittèrent ses hanches. Je fouillai mon sac à main, espérant faire croire que je cherchais mon rouge à lèvre. Mais il ne me fallut pas longtemps pour trouver ma baguette. J'espérai que les yeux de ma victime était fermée. D'un geste assurée j'informulai un #Petrificus Totalus. Je sentis son corps se raidir. Elle devait sûrement se demander ce qui se passait. J'étais un prédateur qui avait fini de manger, la part du lion était prise, mais hors que de laisser des charognards s'approcher.

-Ca ira mieux d'ici cinq minutes. Je suis désolée de t'infliger ça. Crois-moi, il vaut mieux pour nous deux. Je vais franchir cette porte et le poison paralysant aura fini de faire son effet, je te le promets. Tu n'as rien à craindre, et tu ne me reverras plus jamais. Il y avait peu de chance que je la croise de nouveau. Elle n'avait pas l'air d'être du genre à se rendre à un spectacle de drag queen. Je lui tournai le dos sans ménagement, sachant pertinemment qu'en tant que moldue elle n'allait pas échapper au sort aussi facilement. Ma main agrippa la poignée et tenta de la baisser. Sans succès. Elle était bloquée ou fermée. Je me rappelai alors le cliquetis de tout à l'heure. J'essayai de tourner le verrou mais pas plus de réussite. Ca sentait le roussi. L'arroseur venait-il de se faire arroser ? Ce qui était sûr, c'est qu'il ne se souvenait pas du sort pour déverrouiller une porte.

-Oh oh. Fis-je en faisant volte face pour regarder ma victime. Là, je crois que j'étais mal.
Malicia Evans
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Boogie down like a unicorn - [Abandonné] Empty
Re: Boogie down like a unicorn - [Abandonné]
Malicia Evans, le  Sam 2 Mai 2020 - 23:44

C'est le moment. Le moment où tu chasses ta proie, prête à manger. Tu meurs de faim et elle était là, devant toi. Très rapidement, les situations s'inversent, te retrouvant contre le mur, coincée. Tes mains, au-dessus de ta tête, tu restes à la merci de.. d'ailleurs de qui ? Vous n'avez quasiment pas échangé. Mais là, ce n'est pas l'heure de la discussion. Ses lèvres sur ton cou, des frissons apparaissent, tu soupires cherchant à te défaire de son emprise sur tes mains. Tu sens le souffle au creux de ton oreille, faisant monter un peu plus de chaleur et d'impatience sur ce qui va se passer. Ses mains se posèrent sur tes hanches, t'empêchant de bouger alors que tu commençais à te tortiller. Ses lèvres se trouvent à quelques centimètres des tiennes, mais elles ne viennent pas t'embrasser. Du jeu, ce n'était que du jeu et tu n'allais pas quémander un quelconque baiser. Tu restes, les yeux fermés, le souffle court profitant de ses mains parcourant le reste de ton corps. C'était bien hein mais ça tarde, t'as pas envie de ça dure une éternité non plus.

Et là, on t'embrasse enfin. Mais le problème, encore une fois c'est que ça dure. Non loin d'être dérangeant si vous étiez dans un endroit calme mais là, vous étiez dans les toilettes d'un bar. Vous n'avez clairement pas le temps pour ses c*nneries. Vous restez là à vous embrasser, proche l'une de l'autre mais rien de plus, tu tenterais bien de poser t'approcher un peu plus, mais il y a esquive. M*rde mais vous n'avez plus quinze ans. Qu'est-ce qui ne va pas ? Trop plongée dans tes pensées, tu n'as pas le temps de réagir avant de recevoir le sortilège. Tu as juste ouvert les yeux quelques secondes avant pour comprendre pour ce froid soudain. Mais tu ne peux rien dire, tu ne peux pas bouger, t'es raidie. Super, tu sortais chez les moldus pour être sûre de ne pas faire face à des sorciers mais non, encore une fois c'est raté. Fais ch*er. Ca ira mieux d'ici cinq minutes. Je suis désolée de t'infliger ça. Crois-moi, il vaut mieux pour nous deux. Je vais franchir cette porte et poison paralysant aura fini de faire son effet, je te le promets. Tu n'as rien à craindre et tu ne me reverras plus jamais. Tu prenais assez mal la situation, la colère monte remplaçant toute l'excitation que tu pouvais ressentir quelques minutes auparavant. Sans attendre, tu informules un #FiniteIncantatem te libérant de ta pétrification. Ok, surtout on reste calme. On se contient.

Oh oh. Oh oui, "oh oh". Il faut se faire du soucis, tu viens d'être piégée et ce n'était absolument pas le bon moment. Tu voulais t'amuser et on ne s'arrête pas en pleine partie. Tu t'approches, doucement à la manière d'une prédatrice mais plus le même genre qu'avant, un peu plus mauvaise, un peu plus dangereuse. Il faut quand même que tu restes calme, ne pas faire de vague, ça serait c*n que ça se retourne contre toi. Mais il fallait que tu saches, t'en as d'autres des surprises comme ça ?, il y a beaucoup de choses que tu as trouvé un peu bizarre ce soir mais tu n'as pas relevé parce que ça ne te semblait pas important et que tu étais là pour profiter. Seulement profiter. Alors dis moi, tu agresses souvent des moldus comme ça dans les toilettes ? Pause. Tu avances un peu plus, t'es plus qu'à un mètre, ta main se lève #Immobulus, on s'en prend à plus faible que soi, c'est pas fairplay. Mais t'as envie de jouer ce soir, peu importe la façon, tu t'approches, passes tes mains sur le visage de la sorcière, remontant doucement ta main dans ses cheveux. Ses cheveux, vraiment ? Non, non. Et voilà que tu enlèves la perruque d'un coup sec. Ah bah, voilà, une autre surprise, tu n'as pas passé le début de soirée avec une jeune femme mais un homme. Après tout, tu aurais pu t'en douter, non ? Peut-être pas, de toute façon, tu t'en fous un peu. C'est pas ça qui t'agace, c'est surtout le fait qu'on te chauffe, te jette un sort et qu'on se barre ensuite. Tu as joué, ça va être mon tour, t'es d'accord ? Tu n'as rien à craindre, je te le promets, malgré ce que tu dis, ton sourire pourrait clairement prouver l'inverse.

Tu continues de l'observer, ne sachant pas encore comment t'amuser. Tu relèves les yeux vers lui, peut-être qu'il a des choses à te dire ?
Hugo Mourlevat
Hugo Mourlevat
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Vampire



Boogie down like a unicorn - [Abandonné] Empty
Re: Boogie down like a unicorn - [Abandonné]
Hugo Mourlevat, le  Dim 3 Mai 2020 - 17:28

La souris a été mangée par le chat. Le seul soucis c'est que je ne savais pas que j'étais la souris jusqu'à présent. Qui pis est que je n'ai jamais été un brillant lanceur de sortilège ; en général il rendait plus puissant que ce que je voulais. Le chat voulait savoir si j'avais d'autres surprises. Je levais un bras pour lui répondre "Ah vrai dire oui et..." mais je n'eus pas vraiment le loisir de continuer. Non seulement c'était un chat prédateur, mais elle avait les griffes bien aiguisées. On va pas se mentir, c'est un peu idiot que de poser une question et empêcher le destinataire de répondre. Ah oui parce que maintenant j'étais totalement incapable de bouger, et ça valait aussi pour ma bouche. Et là, c'est le drame. Ma perruque se retrouvait par terre. Oups. J'avais beaucoup d'explications à donner mais aucun moyen de le faire.

Ma baguette était toujours dans ma main, mais je ne savais pas quoi faire. Au moment même où ma perruque a été enlevée, Merlin's avait foutu le camp, laissant Hugo seul et comme totalement nu. Je sentais des sueurs froides le long de ma colonne. Je n'aurais clairement pas dû énerver cette personne, pourquoi avais-je été si toxique. Un peu plus tôt je me suis comparée à Carmilla, mais maintenant j'avais plutôt l'impression d'un Dr Jekyll et Mr Hyde. Il ne me restait plus qu'à faire face aux conséquences de l'autre moi. Je ne cache pas que j'aurais préféré que ça soit Merlin's, mais maintenant qu'elle était partie, il serait difficile de la faire revenir. Alors je concentrai mes émotions dans ma baguette. Ma culpabilité d'avoir fait ça, ma colère de m'être laissé contrôlé, mon dégoût face à moi-même. Mesure désespéré pour ne pas me retrouvé en charpie. Mais c'était insuffisant. Puis de toute façon, je n'étais même plus sûr de la formule. Et je ne pouvais pas bouger ma baguette, pas très pratique pour lancer un sort. Peut-être qu'en luttant en mon fort intérieur j'arriverai à quelque chose ?

Autant dire que c'était semblable à cherche du calme sur un champ de bataille. J'étais comme la femme de Lot, une statue de sel face aux horreurs dont j'ai été témoin. Pour et bien, je n'avais qu'à assumer ma sentence. Que faire de plus de toute façon ? J'étais immobilisé, et avec l'impossibilité de me défaire de ce sortilège. Mon moi intérieur avait aussi abandonné la lutte. Bon, j'étais pas non plus sur le point de mourir -enfin j'espère pas-, mais j'allais y laisser des plumes oui. Ca me servirait peut-être de leçon. Et, aussi étrange que cela puisse paraître, j'avais une certaine fascination pour cette femme. Elle avait l'air... Méticuleuse ? Après tout, il n'y a qu'un chat pour jouer avec sa nourriture. Les félins avaient une grâce inégalable. Je pensais m'en rapprocher, mais je découvrais une facette des ces derniers qui ne me plaisaient pas. Et je me rendais compte de tous ceux à qui j'avais infligé ça. Promis que si je m'en sors je leur envoie à chacun une lettre d'excuse avec un lot de consolation.

Le chat a sorti les griffes, emprisonnant la souris entre ses pattes armées. La souris immobile ne sait que faire, elle ne peut couiner. Vas-tu me manger, ou me faire croire que tu vas me libérer pour mieux me rattraper ?
Malicia Evans
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Boogie down like a unicorn - [Abandonné] Empty
Re: Boogie down like a unicorn - [Abandonné]
Malicia Evans, le  Dim 3 Mai 2020 - 18:59

M*rde mais il ne parle plus. Pourquoi est-ce qu'il ne parle plus ? Peut-être qu'il est trop intimidé par toi. Faut avouer que t'as parfois des réactions un peu excessive aussi. T'as bien torturé un de tes proches parce qu'il t'avait insulté après que tu aies cherché à l'aider. Mais il faut bien que tu sortes toutes ces émotions que tu gardes en toi. Il faut s'exprimer sinon ça nous bouffe. Et t'en as marre de te laisser bouffer par tes émotions mais pour l'instant, tu te contiens. Tu veux lui laisser une chance de s'expliquer mais il reste silencieux. Et puis soudainement, ça fait tilt. Tu l'avais immobilisé, normal qu'il ne puisse plus parler. T'es stupide parfois.
Là, tu dois faire un choix. Est-ce que tu t'amuses un peu avec lui et ensuite tu le laisses parler ou est-ce que tu le libères pour comprendre pourquoi il a agit comme ça, au risque d'une fuite et que tu perdes ton jeu ?

Tu le regardes un peu à la manière de Dr H. Lecter qui réfléchirait à la sauce parfaite pour accompagner son plat. Manger c'est important mais il fallait quand même soigner son repas. Mais ce qui reste le plus amusant, ça reste la chasse, un petit plaisir de sauvage. Et tu n'as pas chassé ce soir, pas assez. Tu t'es laissée approcher à la manière d'une biche apeurée et là tu viens de te transformer en un prédateur. Ta proie est déjà enfermée, c'est pas ce qu'on appeler de la chasse. Le résultat est biaisé. Après un moment de réflexion, tu lui souris avant de récupérer sa baguette pour la balancer loin de lui mais tu le préviens quand même, un geste, je la crame, tu voulais discuter avec lui.

Alors, #FiniteIncantatem.

Le voilà libéré. Ton doigt qui glisse le long de sa joue, tu réponds à mes questions s'il te plait ?, la politesse ça restait quelque chose d'important, t'étais bien élevée quand même. Non pas du tout en fait mais t'aimes jouer, alors tu t'amuses. Parce que ça ne rendra le dîner qu'encore plus délicieux. Il devait bien avoir compris que tu n'as pas besoin de baguette pour te protéger ou attaquer. Il est piégé. Toute l'excitation que tu ressentais quelques minutes auparavant se transforme doucement en quelque chose de plus malsain. Tu n'arrêtes pas de sourire, l'étincelle dans tes yeux brille un peu plus aussi. Peut-être que c'est ça dont tu avais besoin, de relâcher de la rage, pas d'aller t'amuser dans les bras d'un inconnu. Depuis combien de temps tu n'avais pas fait ça ? Des frissons d'anticipation parcourent ta colonne vertébrale, c'est bon presque aussi bon que renouer avec tes produits préférés.

Tu lui laisses un peu plus d'espace, peut-être que c'était moins anxiogène pour lui si tu partais un peu plus loin et là, il pourrait t'expliquer pourquoi. Parce que oui, tu es énervée de t'être fait complètement avoir mais tu es surtout curieuse de connaître un peu plus la personne devant toi, ses raisons à son comportement plus que déplacé, son parcours et même pourquoi pas comment il se sent maintenant. Tu donnes une impulsion pour te retrouver assise sur le comptoir entre deux lavabos, un seul faux mouvement et tu te tomberais dans l'un des deux. Mais bon, il te restait toujours la manumagie dans tous les cas. Qu'est-ce que tu vas bien pouvoir faire de lui ? Parce que oui, tu voulais lui laisser l'occasion de parler, de s'expliquer mais ça ne voulait pas dire qu'il n'allait pas prendre quelques petits coups par ci par là.

C'est bientôt à mon tour de jouer.
Hugo Mourlevat
Hugo Mourlevat
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Vampire



Boogie down like a unicorn - [Abandonné] Empty
Re: Boogie down like a unicorn - [Abandonné]
Hugo Mourlevat, le  Lun 4 Mai 2020 - 20:46

C'est dans ces moments-là où il serait bien de sortir avec un loup-garou ado quand j'me promène. Remarquez, la chair humaine est un de leur met préféré. Mouais, valait mieux éviter. Dans tous les cas j'étais sans baguette, sans perruque, et ma dignité devait se balader quelque part entre le robinet et la cabine de toilette. C'est peut-être le moment de tout balancer. Le sortilège est enfin rompu, et je tombe à genoux devant mon ex-compagnonne d'un soir. Que dire, par où commencer ?

-Bon euh, pour la perruque... Je suis une drag queen en fait. Je me produis dans les bars moldus. Mais pas pour ça hein, vraiment pour la performance. Et concernant cette situation. Bah tu es belle, on va pas se mentir et euh... J'voulais savoir ce que ça fait. J'ai jamais ressenti de vrai désir pour une personne. Alors j'voulais essayer... Mais quand je suis pas en drag j'y arrive pas. Je suis pas normal, c'est ça ?

Oui bon, il serait peut-être temps d'aller voir un psychomage. Ou un médecin ou j'en sais rien. Je savais plus quoi faire de moi. Je lançai un regard plein de détresse à la personne qui me faisait face. Je bougeai doucement pour m'asseoir, dos au mur, les jambes écartées.

-Je dois avoir des dés dans mon sac, si tu veux faire un Yatzee ? J'allais mettre la main à mon sac, puis je me suis rappelé qu'il y avait de fortes chances qu'elle croit que j'allais sortir autre chose. Pour sûr que ma bombe au poivre aurait été efficace, mais je tenais quand même à ma baguette.

-Ouais nan les dés pas ouf... Tu veux jouer aux cartes plutôt ? Je peux t'apprendre la bataille corse. Je prononçai les deux derniers mots à la française, vu que j'étais quand même français de base. Les années au cirque et mes longues déambulations m'avait permis de perfectionner mon anglais british, et peu de gens arrivaient à deviner que je n'étais pas d'ici. J'espérai au fond de moi que quand elle parlait de jouer, elle parlait vraiment de jeu de société. J'avais pas envie de voir le loup ce soir, j'en avais déjà un à la maison. Au pire des cas je pourrai faire appel à Perceval, en espérant qu'il me réponde. Après tout je suis pas son maître alors il pourrait très bien me foutre un vent. Je n'étais pas manumage alors difficile d'attirer ma baguette à moi. J'espérai juste un truc :

-Pitié, me ligote pas. J'ai été très vilain mais pas à ce point. J'avais parfois du mal à contrôler mes émotions, comme maintenant. J'essayai tant bien que mal de retenir les larmes qui montaient et je reniflai grossièrement comme pour réprimer mon envie de pleurer. Là y'avait pas de doute : j'avais l'air pitoyable. Le côté positif ? Mon mascara était waterproof.
Malicia Evans
Malicia Evans
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Boogie down like a unicorn - [Abandonné] Empty
Re: Boogie down like a unicorn - [Abandonné]
Malicia Evans, le  Jeu 7 Mai 2020 - 22:32

Il fallait que tu entendes ses explications, avant de pouvoir te lâcher vraiment, tu devais l'écouter. D'habitude, tu aurais foncé dans le tas, histoire de relâcher toute cette tension que tu accumules depuis des semaines mais là, tu prenais le temps de l'écouter. Peut-être que d'une certaine manière, tu sentais qu'il avait de la légitimité à faire ce qu'il a fait ? Mmh non, pas possible. Tu étais peut-être d'humeur à écouter avant de t'amuser. Oui, c'est ça, c'est ta manière de chasser. Tu lui donnes l'espoir de s'en sortir avant de porter le coup fatal. C'est encore plus cruel, non ? Alors, toujours posée sur le lavabo, tu l'écoutes attentivement, la tête penchée un peu sur le côté, la moue un peu boudeuse. Au fur et à mesure qu'il parle, tu prends conscience que tu t'es laissée bernée comme une débutante. Tu te sens si stupide, avant ça ne te serait jamais arrivée, ce que tu peux être naïve parfois. Tu sens la colère monter en flèche, jusqu'à ce que Je suis pas normal, c'est ça ?, oh le c*n. Tu te calmes aussitôt. T'en viens même à avoir de la peine de voir quelqu'un d'aussi perdu, enfin... perdu non, juste ayant du mal à comprendre ce qui se passe. Tu comprends sa démarche. Bon, tu ne l'approuves pas, parce que t'en as été la victime mais d'une certaine manière tu l'as comprends.

Non, tu ne sais pas ce que c'est de vivre sans ressentir le moindre désir mais tu connais cette sensation de ne pas sentir normal. Oui, t'as trente ans, tu vois tout tes proches se mettre en couple, se marier, s'aimer d'un amour très fort mais toi, tu ressens rien. Alors ouais, t'es mariée, tu vis un semblant de vie de famille mais ça te semble tellement vide, t'es largement mieux seule en fait. T'as besoin de papillonner à droite à gauche parce que t'as des besoins quand même mais l'idée d'être en couple avec quelqu'un, ça t'ennuie. T'aimerais pouvoir faire comme tout le monde, tomber amoureux mais non. T'as essayé. Vraiment t'as voulu mais la seule chose que tu ressens c'est de l'attachement, comme une amitié très forte. En fait, l'idée de passer le reste de tes jours auprès de la même personne, bouuuuh quelle horreur. Au fond de toi, tu te dis que ça va changer, qu'un jour tu vas murir et tu vas te décider à agir comme une adulte et non plus une adolescente mais pour l'instant c'est pas ça. Alors non, tu ne sais pas si c'est normal ou pas mais ce dont tu es sûre c'est que être normal, c'est ennuyant. Ton visage s'est adoucie, t'as l'air moins mauvaise que tout à l'heure, il avait réussi à t'attendrir, m*rde quoooooi, t'as envie de t'amuser quand même.

Rah la soirée de m*rde, t'allais frustrer toute la soirée. Su-per. En plus de ça, il te propose une soirée de jeux de société, non mais... t'as tout gagné. Tu restes silencieuse, bloquant difficilement les soupirs exaspérés. On est loin du moment espéré. On passe d'un moment de plaisir à une bataille corse. D'ailleurs c'est quoi la bataille corse, ça te dit vaguement quelque chose mais t'as pas du y jouer souvent ou alors t'as sûrement pas gagné à ce jeu donc difficile pour toi de t'en souvenir. T'oublies vachement vite les domaines où tu n'excelles pas. Lorsqu'après réflexion, tu te décides à quitter ton perchoir, Pitié, me ligote pas. J'ai été très vilain mais pas à ce point. Oh mais non, voilà qu'il allait se mettre à pleurer. Là par contre, ça n'a rien d'attendrissant, ça a plutôt tendance à t'agacer. Tu lèves les yeux au ciel, en secouant la tête de droite à gauche. Non, je vais rien faire c'est bon, détends toi. Tu attires sa baguette dans ta main et la perruque par la même occasion, allez, tu risques peut-être de te prendre un revers de la médaille mais tu ne vas pas le blesser, il a eu une bonne frayeur, c'est déjà suffisant non. Mais n'attaque plus les gens comme ça dans les toilettes, ça peut être traumatisant pour un moldu qua... T'as pas le temps de continuer ta phrase que des coups se font entendre à la porte des toilettes. Ah le personnel de l'établissement s'est rendu compte que les toilettes étaient bloquées depuis un petit moment.

Grillés. Bon, un regard pour le jeune drag queen, tu lui rends ses affaires, attends quelques secondes avant de déverrouiller la porte, tu fais face au barman qui ne semble bien remonté, tu lui lances un regard désolé et ton plus beau sourire avant d'enchaîner derrière toi, un dernier verre ? Promis rien d'empoisonné, c'est juste histoire de sauver la soirée et de m'excuser de ma réaction, bah quoi ? Tu pouvais bien proposer, y a plus rien à perdre.
Hugo Mourlevat
Hugo Mourlevat
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Vampire



Boogie down like a unicorn - [Abandonné] Empty
Re: Boogie down like a unicorn - [Abandonné]
Hugo Mourlevat, le  Jeu 14 Mai 2020 - 17:03

(J'te pique ton LA, dis-moi si ça ne va pas !)

Je lâchai un soupir de soulagement. Finalement je n'allais pas être puni si sévèrement et pour sûr que j'allais quand même retenir la leçon. J'avais pas le temps de répliquer que ça toque. Ah oui c'est vrai qu'on était dans un bar. Je récupérai mes affaires, la baguette en main, je passai derrière ma collègue d'un soir, la poussant légèrement.

-Voyez pas qu'on est occupé, savez pas lire les panneaux ? Si même les plombiers ne peuvent plus travailler en paix. Dis-je d'une voix grave et suave. J'informulai alors un #Confundo sur le moldu, attirait la femme à l'intérieur et fermai la porte à clé. C'est qu'on peut plus être tranquille ici. Bon, si tu pouvais te retourner deux secondes, le temps que je me rende de nouveau présentable s'il te plaît... J'attendais qu'elle s'exécute pour remettre ma wig en place. Je regardais dans le miroir, tout était de nouveau parfait. Tout ? Pas tout à fait. La pauvre victime qui était avec moi croyait pouvoir attirer ses proies habillée comme ceci. Heureusement que j'étais sa marraine la bonne fée pour lui venir en aide.

Et pouf, un, tout petit coup d'baguette. Sans réellement lui demander son avis, je transformais ses habits en une magnifique robe noire dos nu. Ses cheveux se bouclèrent tandis que ses chaussures se transformaient en talons. J'aurais bien voulu reprendre le maquillage mais pour ça il aurait fallu qu'elle me fasse face, et qu'elle se laisse faire. Fort à parier qu'elle allait m'en vouloir ; au début en tout cas, le temps de se rendre compte que mama les gens allaient tomber à ses pieds. Sans plus de cérémonie je lui passai devant en lâchant un : "Ca y est je suis prête" avant de sortir des toilettes, devant le barman toujours aussi perdu.

J'espérai que l'autre était sur mes talons, ne serait-ce que pour m'engueuler. Au moins elle attirerait l'attention de tout le monde, et les yeux seraient rivés sur elle. J'étais prête à parier que tout le monde tomberait sous le charme. Je faisais un travail magnifique quoi qu'il arrive. Allez ma grande, et n'oublie pas que ces hanches ne mentent jamais. Je commençais à dandiner sur la piste, faisant claquer mes talons. J'étais dans un bar dansant et j'vais bien l'intention de danser, quitte à abandonner ma partenaire dans les bras d'un.e autre. Une nouvelle musique se lance. Hum, y'a de quoi se frotter aux gens.

-WOOOOOOUUUH J'ADORE CETTE CHANSON ! criai-je plus fort que la musique.
Contenu sponsorisé

Boogie down like a unicorn - [Abandonné] Empty
Re: Boogie down like a unicorn - [Abandonné]
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 1

 Boogie down like a unicorn - [Abandonné]


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.