AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-50%
Le deal à ne pas rater :
-50% sur Nike Air Max 200 Winter
63 € 125 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 1 sur 4
[Habitation] Pippins Manor
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Sue Glanmor
Sue Glanmor
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Divination

Spécialité(s) : Fourchelang


[Habitation] Pippins Manor Empty
[Habitation] Pippins Manor
Sue Glanmor, le  Mar 5 Mai 2020 - 21:19

_________________________________


Voici l'habitation (Manoir moyen) d'Artemis Wildsmith et Loredana Wildsmith.

Ils peuvent poster dès à présent.

_________________________________
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



[Habitation] Pippins Manor Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Sam 16 Mai 2020 - 22:38

[La description est en cours, mais comme on veut rp je laisse ça comme ça pour l’instant]

Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Pippins Manor Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Artemis Wildsmith, le  Dim 17 Mai 2020 - 16:24

Disputative inauguration

Saison XXXI - En hiver - Avec Loredana Sparks


Tout à fait le genre de longue journée où le Wildsmith rentrait impatient et grincheux. L’ennui ambiant du Ministère en venait parfois à anesthésier toute envie de stratégies de boutades et de ruses, c’était tout simplement de longues heures le nez rivé sur des dossiers et des boulettes de papier qu’il faisait passer dans de véritables parcours du combattant, Odette III étant une merveilleuse arbitre afin de faire avancer les boules chiffonnées dans des tunnels fabriqués de rien, des toboggans de livres et autres trouvailles stupides. Alors forcément, lorsqu’il passe la porte de ce nouveau sublime adorable manoir, Arty n’a qu’une envie, aller s’enfoncer dans une tenue d’intérieur en pilou-pilou pour se consoler et peut-être penser à prendre un bain avec des tonnes de sels colorés et de bulles.
Mais d’abord, il fallait affronter les dernières affaires pas encore déballées dans la marée de cartons qui jonchaient le sol de la chambre. Après s’être vêtu d’un quelconque pantalon en tissu tout doux, s’il entrevoit l’Amoureuse dans la salle de bains attenante, il se préoccupe plutôt de poursuivre son farfouillage afin de trouver le pull qui lui rendrait sa bonne humeur. Lore ?! T’as pas vu mon pull dinosaure ? Quelque part sous les boucles, il avait toujours douze ans et demi, et aucune honte. Ce n’est qu’un quart de seconde plus tard qu’il jubile aaaah trouvé ! Parfait. Confortable tenue pour une soirée canapé. S'en revêtir lui dessinait déjà sur la frimousse un sourire avec lequel il est prêt d’éclairer la salle de bains ; rejoindre la Gryffondor dans une étreinte de retrouvailles.

C’est un soudain arrêt sur le seuil de la pièce qui met fin à cette scène d’une banalité molduesque. Les traces de couleurs dans les ondulations de la jeune femme font blêmir le Poufsouffle qui bafouille. Il y a quelques semaines de ça il aurait ignoré les variations colorées ou s’en serait enthousiasmé ; là, il n’est rien d’autre que figé. Les collerettes de dinosaure, surprises, pendouillent sur ses manches, qu’est-ce que tu ? Mais il n’est pas si stupide : Loredana devait être en train de se préparer s’entraîner tester la métamorphomagie. Cela happe le cerveau du Fripon dans les ténébreux souvenirs. ; se rappeler si brutalement de cette soirée où il avait de nouveau blessé sa femme à cause de son fameux don de métamorphose – il grimace. J’avais dit... on avait dit... non en réalité rien n’avait été dit du tout, justement.
L’index accusateur s’emballe alors, suggère la négation qui afflue des lèvres ébahies du Bouclé, non non non non non non non ! plus de métamorphomagie ! Vivement, il se retourne, tournicote dans la chambre face à l'agitation du cœur. Il allait regretter cette sentence trop vite articulée mais plus tard, à cet instant les jambes tremblent devant l’inquiétude et la dangerosité que représentait cette brillante faculté dont était dotée Loredana. C’est trop risqué ! Non, non, non ! Ce serait le mot de la cataclysmique soirée qui les attendait.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



[Habitation] Pippins Manor Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Dim 17 Mai 2020 - 21:18

Les journées estivales sont censées être synonyme de bonne humeur, de soleil et de vacances. Mais à l’Allée des Embrumes, la vérité était tout autre. Les enseignes et habitations étaient regroupées, collées, empêchant les rayons du soleil de pénétrer, s’incruster dans la petite ruelle. Le contraste parfait avec le Chemin de Traverse qui respirait la gaieté. Je n’avais qu’une hâte depuis l’ouverture : Rentrer chez moi, chez nous, enfin ! Depuis quelques jours, semaines peut-être, Arty et moi avions emménagé dans notre nouvelle maison. L’endroit dont on avait toujours rêvé depuis qu’on avait commencé à parler d’avoir un chez nous. Dans un village qui nous correspondaient, mélangeant moldus et sorciers et un emplacement entouré d’une grande forêt pour les nuits de pleine lune, mais pas que. Nous voulions un grand espace, un lieu où il était facile de respirer et où il était possible de construire une famille. Si je n’y pensais pas vraiment, l’idée n’était pas rejetée, il fallait prévoir et notre manoir était tout à fait apte à accueillir une personne en plus entre ses murs. Pourtant, il me fallait toujours transplaner par deux fois avant de rentrer : l’habitude de Pré-au-Lard, je transplanais toujours en direction de la Cabane.

Mais ce soir, le trajet avait été direct et mes pas m’avaient dirigée directement vers la grande chambre, direction la salle de bain pour retrouver la tête d’une jeune femme qui voulait simplement passer la soirée à ne rien faire. Une douche rapide, une tenue confortable et j’étais prête pour ce soir, il ne manquait plus qu’Arty. Un regard vers le miroir avant de me rendre compte que mes cheveux n’avaient pas leur couleur naturelle. Les sourcils se froncent, la tête se rapproche tandis que je me concentre pour les rendre à nouveau bruns. Un succès. Si je ne comprends pas vraiment ce changement soudain, je continue de dévisager mon reflet, une idée derrière la tête. Le silence dans la pièce, la concentration se lit sur mon visage. C’était peut-être le moment de tester, m’entraîner avec moi-même pour la première fois. Sans me lâcher du regard, je me concentre à raccourcir légèrement mes cheveux, une couleur verte – rare – un sourire satisfait sur les lèvres. La réussite était plus probable lorsque l’atmosphère s’y prêtait. Je n’entends même pas la question de l’Amoureux qui était de retour à la maison, ne fais pas réellement attention à sa présence avant de le voir débarquer dans la salle de bain. Je le regarde dans le miroir, un sourcil levé d’incompréhension. Depuis quand je n’avais plus le droit de m’entraîner à contrôler une chose qui faisait partie de moi ? Je ne rêvais pas, il me demandait indirectement d’éteindre cette partie de moi.

Alors je me retourne pour lui faire face. On avait dit ? Ou tu as décidé tout seul de ce que je devrais faire avec mon corps ? J’étais calme, le ton peut-être un petit peu sec. Cruellement vexée, blessée même par ce qu’il venait de dire. Plus de Métamorphomagie, c’était tout bonnement impossible. Tu as pris cette décision avant ou après avoir charmé ta dernière partisane ? Cela n’avait aucun sens, aucun rapport, mais ça sortait ainsi de ma bouche. Dégoûtée à l’idée que même ici, dans cet endroit si parfait, la soirée allait être gâchée par l’impulsivité du Poufsouffle. Secouant la tête, dépitée, je le contourne pour rejoindre la chambre. Belle nuit en perspective...
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Pippins Manor Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Artemis Wildsmith, le  Dim 17 Mai 2020 - 22:17

Les boucles volètent directement en arrière dans un magnifique mouvement d’exaspération suprême, les yeux frôlent le plafond. Non, il ne s’attendait pas à ce que l’Amoureuse remette sur le tapis cette histoire de mains baladeuses – chastes qui plus est ! – il s’en était voulu, s’était excusé, avait promis de mieux se comporter ; bref, véritable mari parfait. Ce chagrinant événement n’avait donc plus lieu de camper dans leurs conversations, et certainement pas au cœur de celle-ci. Mais il n’est pas bête, les disputes, les accrochages s’accumulaient, et il y voyait là une sublime tentative de la part de Loredana de le gratifier d’une pique amère pouvant lui écorcher le cœur – il ne se ferait pas avoir. Parce que la bataille était lancée, et après tout, il n’en avait encore jamais remporté une. Toujours, il finissait à genoux, les regrets empilés dans la gorge serrée. Ha-ha-ha ! Faux rire diablotin exagéré. Tu vas pas m’faire croire que t’es si peu en confiance Loredana ! pas ton genre de t’sentir menacée par des partisanes insignifiantes. Cette mauvaise foi ! Incroyable ce Fripon. Plutôt que de répéter la promesse qu’il lui avait faite, de passer délicatement ses doigts dans ses cheveux ondulés pour la rassurer – non, non, c’était bien trop demander à la contrariété l’agitant de l’intérieur.
Pourtant, il lui fallait faire un pas en arrière, express rembobinage tant la tournure de la soirée lui semblait beaucoup trop scabreuse. Loin de lui l’idée de brimer la liberté de la Gryffondor ; vagues tournants pour éviter les cartons et il se rapproche finalement d’elle, essaie de contrôler un timbre de voix - ne pas s'emporter, ne pas s'emporter.

Se reconcentrer calmement sur cette épineuse question de la métamorphomagie dont il devait absolument poser le point final – avoir le dernier mot. Difficile de manier à la fois sa propre impulsivité et le mauvais caractère de l’Épouse – la chambre finirait tout de même par être ravagée d’étincelles conflictuelles. J’veux pas… non, attends, les mains se lient comme pour une prière aux divinités bienveillantes des épousailles. Il reformule, ce sera beaucoup mieux, un ton beaucoup plus doucereux – mielleux – s’échappe : je pense qu’il serait plus prudent que tu mettes ta métamorphomagie en sourdine. Voilà, c’était bien ça, c’était impeccable, non ? D’où le regard interrogateur qu’il lève en direction de sa femme. C’est dangereux, pour toi, Azkaban tout ça, cela demeurait une inquiétude qui refusait de le quitter, et pour moi, en tant qu’agent au Ministère et Magenmage maintenant, si ça me retombe dessus, j’suis fini, au revoir le boulot de fonctionnaire, la réputation et l’ambition qui aurait du le mener à dominer le monde entier. En plus tu contrôles que dalle ! Qu’il termine en secouant ses manches dinosauresques. Dommage, franchement, jusque-là c’était presque bien, un discours un tantinet égocentrique, certes, mais sans méchanceté – hélas !
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



[Habitation] Pippins Manor Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Lun 18 Mai 2020 - 13:21

Si j’avais espéré que mon départ de la salle de bain était un moyen de mettre un point final à cette discussion, lui ne semblait pas vouloir que cette dernière se termine. Je voulais absolument éviter les mots durs, blessants, ceux qui nous feraient du mal et mettaient en péril une relation que je trouvais bien plus saine et mâture depuis quelques temps. Malheureusement pour moi, les mots piquants d’Arty commençaient à sortir. Je préfère ignorer les attaques au sujet de ma confiance, cette histoire de partisanes, il savait pertinemment qu’il était en tort et essayer de retourner la situation de cette façon me faisait doucement rire. Ce genre de paroles qu’il sortait uniquement lorsqu’il se sentait touché, menacé, mais qui au final ne valaient absolument rien. Je n’allais pas gaspiller ma salive à ce sujet, cela n’en valait absolument pas la peine et je ne tenais pas à ce qu’il assiste à une crise de jalousie de ma part. J’avais horreur de ça. À cet instant, je voulais simplement me glisser dans mon lit, peu importe l’heure, et fermer les yeux jusqu’au lendemain. Quitte à ne pas pouvoir passer une soirée tranquille, autant plonger immédiatement dans les bras de Morphée et laisser la nuit faire son travail.

Malgré tout, la suite de la conversation me fait me retourner pour le regarder avec étonnement. Magenmage ? Jamais je n’avais entendu parler qu’il était Magenmage. Je croise les bras, un air suspicieux sur le visage. En regardant de plus près, on pouvait presque y voir un soupçon de dégoût. Je ne reconnaissais pas l’homme qui se trouvait devant moi. Ah c’est donc ça ton problème, la voix se fait rieuse, sarcastique, tremblante aussi car profondément blessée. La réponse était là : il avait honte tout simplement, tu as peur que ta réputation d’employer du Ministère soit salie parce que la femme que tu as épousée – je te le rappelle – est une Métamorphomage non-déclarée ? Et pas assez propre sur elle, je suppose ? Oui, tant qu’à faire, peut-être que le problème allait au-delà de la Métamorphomagie. Et quand est-ce que tu es devenu Magenmage ? Une autre de tes nouvelles lubies ? Le cœur en miettes et douloureux de constater qu’il ne m’acceptait pas dans ma totalité.
Doucement, je m’approche, faisant volontairement passer mes cheveux bruns au noir puis au rouge, puis au violet, bleu, rose, vert, blanc… Pas évident, juste une volonté de provoquer, faire tout le contraire de ce qu’il me demandait. Si tu t’investissais davantage à l’évolution de ce don, tu saurais les efforts que j’ai fait depuis la dernière fois que tu as… « tenté » de m’entraîner. Tu n'as absolument aucun droit de dire que je ne le contrôle pas du tout. Une après-midi qui s’était terminée de façon tragique. J’avais la gorge nouée, le nœud m’empêchait de respirer correctement. J’étais déçue, extrêmement déçue de lui. Dans ce cas, Wildsmith, à partir de maintenant, j’exige que tu prennes la potion Tue-Loup avant CHAQUE pleine lune. Un sourire forcé avec un levé de sourcil. Retourner la situation, encore, lui faire comprendre ce que cela faisait de ne pas être apprécié à sa juste valeur. Si être Loup-Garou n’était drôle pour personne, il fallait aussi apprendre à vivre avec, à faire de la Bête une partie de soi et Arty parvenait tant bien que mal à trouver cet équilibre. C’était pourtant encore plus dangereux qu’un simple changement capillaire. De nouveau, je m’éclipse, commence à descendre les marches en direction du Hall d’entrée qui me menait vers ma pièce à moi, celle qui m’était réservée, celle où il ne pouvait pénétrer sans mon autorisation. Et aujourd’hui, il en était banni.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Pippins Manor Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Artemis Wildsmith, le  Lun 18 Mai 2020 - 17:31

Les nuances trépassant dans les cheveux de Loredana étaient une provocation à la fois particulièrement agaçante et séduisante. Arty se doit absolument de cacher l’admiration qu’il dépose sur les mèches colorées, ce n’était pas le moment de satisfaire l’Amoureuse. Arrête, il se contente de tordre la bouche de contrariété, face aux nombreuses insinuations de la jeune femme, tant qu’elles viennent lui picorer désagréablement le front : suggérer qu’il avait honte d’elle, qu’il ne se préoccupait que de sa petite carrière, j'sais pas quelques mois, aucune importance, un bafouillement qu’il immisce, en profiter pour préciser ; et finalement, qu’il ne s’intéresse pas suffisamment à elle, à sa métamorphomagie. Souffle coupé par la résonance véridique des paroles qui affluaient de la bouche de la jeune femme – c’était vrai, depuis cette explosive dispute/rupture, il n’avait plus essayé de l’aider à dompter le don. Il déglutit, se demande comment il parvenait toujours à se faire abasourdir par le discernement de la Gryffondor – elle était plus intelligente, voilà tout. Wildsmith, vraiment ?
Les boucles voltigent au départ de Loredana, juste le temps de se passer les mains sur le visage pour se réveiller – se reprendre.

Mouvementée conversation à l’image de l’entièreté de leur relation – Arty finissait toujours par lui courir après. Ce soir confirmait largement le schéma, il se lance à sa poursuite, j’peux pas j’déteste ça ! Compliqué de dévaler précipitamment les marches étroites, de la dépasser sans la bousculer (merci la rampe), tu sais pas c’que c’est toi, d’être enfermée dans un monstre, il avale les marches sept par sept, bonds et acrobaties quelque peu incertains, et de tout tout tout ressentir, les instincts, les envies… malgré tout, avec les années, il finirait par connaître ces marches par cœur. Pour revenir à la lycanthropie, oui, il préférait être assommé quelque part dans les entrailles de la Bête quelques heures par mois. Cela lui évitait notamment de se préoccuper de toute notion de contrôle. Un marché entre le Loup et lui, voilà tout.
Arrêter brusquement la descente de l’Épouse d’une main prévenante, écoute, en équilibre sur les dernières marches – comparable à l’équilibre douteux de la discussion – j’veux juste devenir quelqu’un, anéantir tous ces bourges de sang-pur qui se croient supérieurs et décident de tout ! Il rit doucement, Mademoiselle Sparks peut avoir du mal à comprendre, puisqu’elle vient d’une noble lignée de sorciers ! Terrain dangereux, très dangereux, trop ? Mais moi, j’suis qu’un pu*ain de né-moldu, célèbre pour ses stupides méfaits ! Légendaires et incroyables certes, mais terriblement stupides oui. J’ai juste besoin qu’tu fasses un toouuuut petit petit effort, pour moi, de mettre la métamorphomagie dans ta poche, que j’me fasse pas remarquer pour les mauvaises raisons.

C’était tout l’aveu de son chemin carriériste qu’il venait de dévoiler à l’Amoureuse, son désir de grimper l’échelle branlante du Ministère pour finalement se faire une place renommée, aider au démantèlement de la communauté sorcière comme elle l’était aujourd’hui. Alors évidemment qu’il s’y prend mal, entre maladresse et balourdise, il aurait pu aussi lui parler de sa volonté d’abolir cette fichue loi de recensement ; cette interdiction de se montrer comme on était aux yeux des sorciers – et moldus. Mais non, c’eût été beaucoup trop simple. Pour autant, il ne détache pas ses yeux de ceux de la jeune femme, essaie d’ignorer à quel point l’irritation lui avait rougi les joues qu'il aimerait embrasser, et que, évidemment, ces escaliers étaient bien exigus.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



[Habitation] Pippins Manor Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Lun 18 Mai 2020 - 20:04

C’est sans grande surprise que je l’entends m’emboîter le pas pour évidemment contester mes exigences. Il fallait donc que tout ça n’aille que dans un sens. Je ne pouvais effectivement pas comprendre ce que cela pouvait faire, ce qu’il pouvait ressentir et je n’en avais absolument jamais éprouvé le désir. Mais j’avais toujours accepté cette part de lui, accepté de me lier à la Bête à l’intérieur de lui, pour lui, rien que pour lui. Je n’avais jamais éprouvé de peur et on s’était mis en couple quelques minutes seulement avant qu’il ne se transforme et pourtant, j’étais restée. Parce que c’était lui tout simplement. Il ne semblait pas avoir le même discours. Lui faisait uniquement attention à son image et voulait que je sois la parfaite petite épouse dès que l’on se trouvait en présence de d’autres personnes. Cette partie de lui m’avait toujours blessée. Cette façon qu’il avait de se comporter en public au début de notre relation, une attitude qu’il avait malgré tout fini par supprimer. Tout ça pour quoi ? Pour me demander désormais d’être une personne autre que moi. Et ça non, je ne pouvais pas le supporter, le tolérer. C’était à se demander s’il m’aimait réellement.

Bloquée, je lève la tête vers le haut pour montrer mon agacement, ou pour cacher les larmes qui étaient montées durant la descente des marches. Les ravaler, les garder pour plus tard. Fixer de nouveau le Lycanthrope d’un regard mauvais, encore une fois, une habitude. Jamais il ne retenait les leçons, jamais il ne s’empêchait d’agir de la sorte, de blesser. S’en rendait-il seulement compte ? Je n’en étais même pas sûre. Je n’étais pas dans sa tête, mais il s’avérait que parfois, il mettait longtemps à comprendre que ses mots pouvaient être méchants et pouvaient faire mal. Ma seule défense était de faire de même, de viser là où ça faisait mal, mais je commençais à fatiguer. Nous venions tout juste d’acheter la maison, notre couple avançait dans le temps, mais il semblerait que nous ne suivons pas réellement le rythme. Je l’écoute je l’écoute, mais je n’entends qu’une chose : Mademoiselle Sparks. Voilà qui fait rougir mes yeux, que ça lui plaise ou non, je n’étais pas d’humeur à retenir les couleurs ce soir. Lui qui savait pourtant que j’avais toujours renié mes origines de sang-pur. Lui qui savait que j’avais été martyrisée toutes mon enfance par ces sorciers-là. Ça me dégoûtait réellement qu’il me classe encore dans cette catégorie après tout ça : Mon histoire et le meurtre ! Je ne suis pas une Sparks. Ne m’associe plus jamais à eux. Un ton glacial, dur, très dur et un doigt pointé vers lui. C’était clair, net et précis, je ne reviendrai certainement pas là-dessus. Ce n’était pas une demande, mais bien un ordre. Je ne voulais plus jamais entendre le nom de Sparks.

Mais ce sont ses dernières paroles qui me font mal au crâne, me chauffe à l’intérieur, un feu brûlant. J’avais envie d’exploser, de lui hurler dessus le pousser pour qu’il me laisse passer. Les feux d'artifice n'avaient pas toujours un effet positif : Si l'étincelle encore chaude se posait sur la peau, elle brûlait. Cette fois, c’était sûr, il voulait réellement que j’éteigne ma Métamorphomagie pour son propre intérêt à lui. Après un léger soupir rieur – un air abasourdi – c’est la colère qui sort, rendant mes cheveux rouges – un problème avec ça Arty ? – sans vraiment réfléchir, je l’attrape violemment par le col pour le faire descendre les dernières marches et le coller au premier mur qui passait par là. Le regard noir et le visage à un millimètre du sien, il pouvait sentir ma respiration haletante. Mets-toi ça dans le crâne Wildsmith, ni toi ni personne ne me donnera des leçons de conduite. Si tu cherches une petite poupée bête et disciplinée, tu as fait une grosse grosse erreur et il y a des tas d’abruties dans la rue, tu n’as que l’embarras du choix. Il fallait une bonne fois pour toute que ça rentre dans sa petite tête : Je n’étais pas son jouet. Je ne fais pas confiance au Ministère, compte pas sur moi pour leur faire plaisir en restant sagement à ma place.
Puis je le lâche et me hâte vers la sortie, car les larmes de colère ne pouvaient être retenues plus longtemps. C’était plus fort que moi, rien ne pouvait les empêcher de m’irriter les joues. Je m’arrête devant la porte d’entrée pour ajouter j’arrive pas à croire que tu m’demandes ce genre de choses, un ton désespéré et une nouvelle fois remplie d’interrogation sur l’avenir du couple. Je sors du manoir non sans claquer violemment la porte d’un coup de baguette magique. Dehors, un pu*ain hurlé s’échappe malgré moi, tandis que je me dirige rapidement, en courant presque, vers le zone où il était possible de transplaner. Sans aucune idée de là où je pourrais bien aller.

Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Pippins Manor Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Artemis Wildsmith, le  Mar 19 Mai 2020 - 20:52

Il avait déjà commencé à lever les mains, signe de rapide capitulation devant les yeux rageurs de Loredana. Il pressent qu’il était allé largement trop loin, mais il ne peut que regarder la colère colorer la chevelure de son Amoureuse, sans rien pouvoir y faire. Les lèvres tremblent légèrement devant la violence avec laquelle elle lui saisit le col de son merveilleux pull – il ne bronche pas. Et si d’autres auraient perdu leurs doigts à cause d’une telle audace, la Métamorphomage disposait d’un privilège conjugal. Il se mord la joue de ne pas répliquer immédiatement, réfléchir avant de prononcer d’autres bêtises. Parce que jamais il n’avait voulu pour elle le rôle d’une parfaite jolie statuette qu’il pourrait agiter, manipuler quand bon lui semblait – c’eût été d’un ennui incroyable.
Sa bouche devient picotante lorsque celle de la Gryffondor le frôle, même quand elle crachait de rudes paroles, il avait envie de la saisir dans un baiser pour la faire taire. Pourtant, les mains ne bougent pas, comme paralysées par la déception qu’il pouvait lire sur le visage furieux de la jeune femme. Car c’était bien de cela dont il s’agissait, qu’elle confirmait avant de claquer la porte – Loredana comme désenchantée par l’attitude absurde d’Arty. C’était à cause de ce genre de scènes que les gens se demandaient bien souvent qu’est-ce que qu’elle faisait avec lui, qu’est-ce qu’elle pouvait lui trouver, qu’est-ce qui la faisait rester. Ceux-là même qui pensaient qu'il ne la méritait pas. Et à cet instant, il leur donnait entièrement raison -  les comprenait. pu*ain ! En écho avec la vocifération extérieure de la jeune femme, il s’agace d’être aussi stupide.

Combien de fois devrait-il subir ces départs mouvementés ? Avant de comprendre qu’il devait vraiment, vraiment, arrêter. Arrêter sa langue acerbe d’attaquer l’Autre, de la blesser simplement pour satisfaire un égo mal placé. C’était des piques douloureuses constamment balancées tout simplement parce qu’il était mort de trouille que Loredana puisse se faire enfermer à cause de son don.
Alors de nouveau, c’est sans hésiter qu’il court après avoir ouvert la porte à la volée. Hey Wildsmith ! Il comprend vite certaines choses cela dit. Quelques foulées pour la rattraper, lui saisir les hanches pour la faire rappliquer contre son torse – il l’embrasse. Une cascade de baisers amoureux et sincèrement désolés. En profiter pour emmêler les jambes afin de la faire doucement basculer en arrière et l’allonger par terre. Là, elle ne pourrait plus s’enfuir. A califourchon, ce qu’il voit lui esquisse un sourire sur sa mine embarrassée. Le soleil estival se couche doucement, les cheveux de Loredana dessinent de longues flammèches sur l’herbe, t’es belle quand tu m’détestes.

L’importance de saisir de telles secondes venant lui rafraîchir les méninges, lui rappeler ce qui comptait, véritablement, c’est toi que j’veux. Toi, il baisote chaque étincelle de contrariété résidant sur les traits de l’Épouse, le nez, les joues qui ont vu passer quelques larmes, en profiter pour écrabouiller délicatement toute résistance, entièrement toi. C’est bien beau, légèrement contradictoire avec les propos tenus dans l’escalier. Pardon, j’suis c*n, le cerveau trop souvent retourné qui n’arrivait pas à se comporter correctement. Lui qui prônait une Liberté alors qu’il portait le masque, il était absolument extrêmement terriblement débile de poser des limites à l’Aimée. Tu fais c’que tu veux, j’ai rien à dire, le Ministère n’a rien à dire. Ça lui tourbillonne légèrement le coeur, de réaliser qu'à tout moment Loredana pouvait lui échapper.
Mais tant pis, tant pis aussi si sa petite carrière de fonctionnaire ne tenait qu’à un fil fragile susceptible de rompre avec la découverte de la métamorphomagie. Quelque chose lui susurre que si cela devait arriver, il aurait d’autres choses à penser, des têtes à faire tomber. Mais s’ils t’attrapent, on fait quoi ? Histoire d’avoir un plan, une quelconque stratégie si jamais ils venaient à être brutalement confrontés à cette loi immonde.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



[Habitation] Pippins Manor Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Mar 19 Mai 2020 - 22:33

J’y étais presque, à cette limite, la ligne invisible qui me permettrait de rapidement quitter les lieux, juste pour souffler, réfléchir loin du venin de celui qui était censé me soutenir en toute circonstance et qui pourtant ne cessait de montrer son insatisfaction. C’était un comportement que je ne comprenais plus, que je n’avais jamais réellement compris, car jamais je n’avais eu de tels propos à son égard. Alors, il me fallait faire un break, m’éloigner au moins pour la nuit, éviter tout risque que l’on se blesse encore jusqu’à ce qu’un accident n’arrive. Heureusement, il n’y avait personne aux alentours sur qui passer ses nerfs. Durant le trajet, je réfléchis au lieu où je pourrais aller. Londres ? Pré-au-Lard ? Ou encore plus loin. Je n’étais pas sans savoir que transplaner sous la précipitation n’était pas sans danger. Le risque de se louper était d’autant plus grand et cette pensée me fait légèrement ralentir le pas. Mais pas uniquement. Je n’avais absolument aucune idée de l’endroit où je pourrais aller. Mes rapports avec Theya ne s’étaient pas vraiment arrangés depuis cette fois-là à Londres. Et je n’avais plus d’appartement, juste les hôtels londoniens, mais je n’avais pas d’argent moldu sur moi.

La voix d’Arty retentit derrière moi et me fait accélérer de nouveau le pas. Lui courrait, et même si je n’étais pas du genre très lente, il n’eut pas beaucoup de mal à me rattraper et à m’embrasser par surprise. Je ne le repousse pas, je n’y parviens pas, parce que je sais pertinemment qu’au fond, il est la seule personne qu’il me reste, la seule personne en qui j’ai pleinement confiance. C’était la raison pour laquelle son aversion pour ma Métamorphomagie me blessait tant. Si lui ne me soutenait plus, qui le ferait désormais ? Un léger cri de surprise lorsqu’il nous fait tomber au sol. Ses mots me font rapidement comprendre qu’il regrettait ses paroles. Encore une fois, il essayait de se rattraper en faisant jouer son côté romantique. Des baisers, de douces paroles, des excuses tout ce qui pourrait me faire baisser ma garde et accepter. Pourtant, cette fois, la boule ne quitte ni ma gorge ni mon estomac, la pilule avait du mal à passer et j’aurais aimé qu’il se mette à ma place. Ma confiance en moi diminuait à chaque fois qu’il prononçait ce genre de mots à mon égard. Ça va durer combien de temps ces excuses ? Je secoue la tête pour qu’il s’arrête. Mes cheveux restaient rouges, furieux devant Arty, rancuniers. Tu ne peux pas me balancer tout ça et t’excuser en pensant qu’à chaque fois, je vais passer l’éponge parce que tu me fais les yeux doux. Je le pousse pour qu’il comprenne qu’il fallait qu’il me laisse me relever. Les émotions fortes m’empêchent de reprendre une forme normale, ça arrive à tous les Métamorphomages et à moi peut-être plus que les autres parce que je suis une pu*ain de Bipolaire ! Les derniers mots avaient presque été hurlés. Et tu as toujours dit que tu acceptais tout, que tu me soutenais. Et tu viens à l’instant de prouver le contraire parce que ça te bloque dans ton évolution professionnelle.

Je recule de quelques pas, me voici dans la zone de transplanage. Jamais jamais je n’aurai le culot de te demander de ne plus être violent, de rester en place parce que tu bouges trop, d’être plus mature et de prendre cette potion pour t’éviter d’aller tuer ou mordre quelqu’un durant les pleines lunes. Mais ça n’a pas l’air de fonctionner ainsi dans ta tête. Les mains sur mon visage pour tenter de calmer un cœur bien trop emballé. Quand est-ce que tu m’accepteras comme ça ? Maladroite, impulsive, métamorphomage, indisciplinée… Je me retourne, lui tourne le dos ravalant les larmes qui se faisaient capricieuses. Je n’aimais pas pleurer devant lui. S’ils m’attrapent, je ferais en sorte que ça ne t’impacte pas, tu n’as pas à t’inquiéter de ça. J’assumerais. Comme à chaque fois.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Pippins Manor Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Artemis Wildsmith, le  Mer 20 Mai 2020 - 8:31

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Insultes/Vulgarité





Arty, c’est comme s’il était amputé du petit ange sur l’épaule. La bonne conscience, la raison lui chuchotant les bonnes actions, les bonnes paroles, était muette, complètement. Cela devait faire quelque chose comme deux ans maintenant, qu’il aimait éperdument Loredana, et pourtant, il s’obstinait toujours à faire n’importe quoi. Il n’y arrivait décidément pas, être à la hauteur, à la combler. Les genoux repliés contre un buste douloureux, absolument silencieux. Une minute, peut-être deux, où il n’articule absolument rien. Il réfrène l’envie de s’enfuir loin du dos dépité de la jeune femme, secoué par les larmes qu’elle veut lui cacher. Plus que tout, il veut l’étreindre, mais ne bouge pas. Qu’est-ce que tu veux que j’te dise Lore ? J’suis qu’un c*nnard qui répète toujours les mêmes erreurs : j’fais de la m*rde, je m’excuse et rebelotte. Comme un cycle infernal qu’il devenait urgent de rompre. L’Epouse avait déjà commencé d’ailleurs - elle n’avait pas succombé à ses baisers. J’te mérite pas.

C’est un soupir désespéré qui vient remuer l’herbe. Ce mariage n’a jamais été... il ne devrait pas faire de pause au milieu d’une telle phrase, mais il cherche le mot en ravalant un sanglot, égal. Il souffle, tente d’expliquer, t’as pas besoin de moi. Tu peux rajouter qu’t’es forte, indépendante, têtue - évidemment - et j’te promets que je t’aime comme ça, pour ça. C’est sincère, malgré la voix chavirante. Un faux rire le prend alors soudainement, quel genre d’imbécile est prêt à sauter à la gorge de n’importe quel mec s’approchant trop près de sa meuf, mais n’est même pas foutu de l’aider avec sa metamorphomagie, hein ? Il reste assis, mais les mains s’agitent à frotter les tempes qui s’enflamment doucement, à calmer les boucles commençant sérieusement à paniquer. J’comprends qu’t’aies été voir quelqu’un d’autre ou j’sais pas - j’aurais sûrement tout fait foirer. Comme pratiquement à chaque fois, c’était comme une force cosmique plus forte que lui. Je sais qu’t’assumerais si tu te faisais attraper, elle réussirait sûrement à rester debout, à se dépatouiller, c’est qu’elle restait une Gryffondor malgré tout. Parce que t’as pas besoin de moi, et tu ne m’appartiens pas. Tu fais, tu dis, tu es ce que tu veux. Et il n’était personne pour l’opprimer.

Son regard embué erre finalement sur la silhouette imposante du manoir qu’ils venaient d’acheter. Le coeur se tord devant l’illusion d’avoir pensé que cela pouvait bien se passer, qu’il pourrait la rendre heureuse. Le Ministère, le Magenmagot, j’vais arrêter, ça n’a plus de sens. Brutale résolution alors que le cerveau se voit complètement immergé de mélancolie. Si j’ai fait ça, c’est parce que j’ai cru que je pouvais aider à créer un monde où tu n’aurais pas eu besoin de te cacher, où les autres se seraient rendus compte, en te regardant, à quel point la métamorphomagie est magnifique. Et j’ai fini par te demander exactement ce que veulent ces enfoirés. Stupide idiot bête. Il renifle, les rétines toujours suspendues à la demeure qui aurait été un merveilleux toit familial. Si on avait eu des enfants et que par chance, ils avaient hérité de ton don, j’aurais aimé qu’ils soient libres, entièrement. Oui, il y avait pensé, évidemment, à ce que leur progéniture grandisse sans que le Ministère ne surveille la coloration de leurs jolis cheveux dansants de l’enfance.

Les mains s’emmêlent, les ongles s’enfoncent dans la paume pour éviter qu’il ne s’effondre complètement. Là, il veut garder dans le crâne l’image du manoir baigné dans la lumière du soir, c’est crépusculaire, comme leur conversation. Tu devrais rester là. J’vais aller à la Cabane. Dans quelques minutes, quand il serait certain que ses jambes ne dégringoleront pas, qu’il pourrait transplaner sans que son cœur soit désartibulé.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



[Habitation] Pippins Manor Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Mer 20 Mai 2020 - 11:44

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Autodestruction





La situation était une nouvelle fois dramatique. C’était un funambule et il était parfois difficile de ne pas perdre l’équilibre ou de voir le fil de briser doucement, mais très dangereusement. Le silence est pesant, me serre le cœur, la gorge, l’estomac, m’empêchant de respirer correctement, la tête chaude et les yeux brûlants. Les bruits alentours ne sont que les arbres qui remuent au rythme du vent, une irrégularité qui berce, les animaux qui se réveillent, sortent de leur cachette. Quelques chauves-souris qui virevoltent au-dessus de nos têtes. Dans d’autres circonstances, j’aurais dit que le crépuscule était magnifique, une agréable soirée d’été où l’on aurait pu aussi se poser sur la grande terrasse ou simplement s’allonger sur l’herbe à contempler le ciel qui s’assombrissait. Pourtant, malgré ce beau décor, il y avait nous, pièces principales du tableau qui transformaient la joie en une ambiance bien plus maussade. Parce que lorsqu’Arty reprit la parole, ce n’était pas pour me rassurer, mais bien pour confirmer mes doutes. Je ne supportais pas qu’il me donne ainsi raison si facilement. Jamais il ne se battait bien longtemps, il abandonnait à la moindre difficulté alors qu’à chaque fois il me disait les mêmes mots c’est la dernière fois que je te laisse partir. Encore des paroles en l’air.

Il regrette le mariage, c’est tout ce que j’entends réellement. Si j’avais toujours aimé le fait que sa demande avait été spontanée et belle, jamais je ne m’étais dit que cette décision hâtive pouvait être regrettée plus tard. Il m’aimait mais regrettait le mariage. Voilà qui remplit ma tête de pensées négatives. Je ne supportais pas cette faiblesse, cette envie de capituler, de se flageller…ce n’était pas réellement prouver qu’il était vraiment amoureux. Peut-être avait-il simplement peur d’être seul. Mais je reste silencieuse, les yeux fermés pour ne pas exploser, pour ne pas dire de paroles qui dépasseraient ma pensée, qui envenimeraient cette nouvelle crise. Était-elle surmontable ? Le Ministère semblait lui avoir retourné le cerveau. Il avait rejoint pour des raisons admirables mais sans qu’il s’en rendre compte, les objectifs avaient changé et c’était ce qui me tuait : il devenait tout ce que je détestais. En conclusion, c’était finalement lui qui décidait de fuir. Je me mords les lèvres jusqu’au sang, puis c’est la main qui trinque. Dans l’obscurité, il ne remarquerait peut-être rien. Ça fait mal, ça fait mal, mais les dents serrent encore plus fort pendant que la respiration se fait de plus en plus bruyante. Lorsque j’estime que cela est assez, je m’arrête, ne dis rien, les yeux clos.

Ce calme n’était pas toujours bon, parce que je pouvais exploser à tout instant. J’aurais voulu me voiler la face, le prendre dans mes bras et me contenter d’oublier, parce que moi je ne regrettais pas. Moi je l’aimais réellement même si je l’avouais moins. Je l’ai épousé malgré le sectumsempra, malgré le fait qu’il ait tué Aidan, malgré le fait qu’il ait essayé de me faire souffrir en me privant de ma liberté et j’ai pardonné à chaque fois. Et lui ? Jamais il n’avait essayé de me retenir. Il m’avait toujours laissé partir, ne se battait simplement pas. Comme si au fond de lui cela n’avait pas une réelle importance. Ça me déchirait de l’intérieur, mais s’il n’était pas heureux, il valait parfois mieux se rendre à l’évidence.
Alors, je m’approche de lui, m’accroupis et pose mes mains sur ses genoux. Je le fixe un instant en cherchant un regard difficile à trouver. Tu veux vraiment partir ? La voix tremblait, était brisée par des sanglots. Si tu pars, ne reviens pas. Tu ne peux pas me demander en mariage et regretter à la première dispute, c’est pas une réaction normale pour un homme censé être amoureux. Je pose ma tête sur ses genoux, à bout de force, comme si mon corps, lui, lui demandait de rester. Pourquoi tu te bats jamais ? Une question étrange posée à quelqu’un qui justement, adorait la bagarre. Je regrette pas, moi sinon jamais j’aurais accepté de construire tout ça ! Je laisse un léger silence s’installer, n’étant pas certaines de mes prochaines paroles. Pourtant, elles sortent, sans que je ne le veuille, sans que je ne le décide. Ma tête décidait simplement qu’il était temps de mettre tous les problèmes sur la table. Tu veux réellement être avec moi ? Ou est-ce que tu as juste besoin d’être absolument avec quelqu’un ? Je connaissais ce besoin de se sentir important pour quelqu’un, d’être indispensable, de se sentir utile. J’ai pas besoin de toi pour m’empêcher l’arrestation si jamais ça arrive, je voulais me débrouiller seule, mais j’ai besoin de toi pour tellement d’autres choses. Persuadée que sans lui, je serais déjà morte.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Pippins Manor Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Artemis Wildsmith, le  Mer 20 Mai 2020 - 15:12

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Insultes/Vulgarité





La voix brisée de Loredana lui mutilait l’échine, la voir dans un tel état, par sa faute, encore & toujours. Évidemment, il fuit son regard lorsqu’elle se rapproche, ne pas observer sur son visage les dégâts de son comportement, mais les paroles qu’elle prononce lui harponne violemment le cœur. Il n’avait pas été un amoureux parfait, loin de là, mais il ne pensait pas qu’elle puisse un jour douter de lui. Des interrogations qui lui emmêlent les boucles maussades, il n’est pas sûr d’avoir les réponses. Elle avait raison, il avait toujours fui lorsque la rupture pointait le bout de son nez crochu et laid ; parce qu’il ne voulait pas la blesser davantage. Parce qu’il pensait que c’était le comportement adéquat, de la laisser partir afin de la protéger de son caractère exécrable.
Il ne sait pas quoi faire de ses mains, saisir celles de la Gryffondor, arracher l’herbe, l’hésitation reflète l’incertitude battant sous son front. Bien conscient pourtant qu’il ne doit pas tarder, que le temps était contre lui, plus les mots traînassent et plus il risque de la voir s’envoler – définitivement. Il devait saisir ce moment à la perfection, après tout, si Loredana s’était échouée contre ses genoux, c’est qu’elle n’était pas si pressée de partir. Puis, il était pratiquement certain d’avoir entendu quelques paroles amoureuses : elle ne regrettait rien, avait besoin de lui. Il s’éclaircit alors la gorge, aller cueillir un peu de courage quelque part dans les tréfonds des entrailles.

Ma première petite amie s’appelait Mary. D’accord, on remonte très loin, des années des années en arrière, c’est risqué. Je l’ai complètement détruite. D’autant plus dangereux avec de tels aveux. J’étais un ado stupide, je voulais vivre des trucs, essayer des trucs, maintenant il était un adulte stupide, ça n’a pas tellement changé. La première fois que j’ai couché avec elle, c’était après lui avoir avoué que j’l’avais trompée. Il se mord la langue devant l’horreur des souvenirs, comme quoi, sa monstruosité comportementale remontait à fort longtemps. Elle voulait c’que j’avais offert à d’autres, il hausse les épaules, comme s’il n’était pas coupable d’avoir un peu profité d’elle. Ses doigts s’entortillent dans les brins d’herbe, la gêne rend la voix pantelante. On a rompu, évidemment, une histoire d’amour adolescente de Poudlard, rien de bien intéressant en réalité, à chaque fois qu’on s’est revus, je l’aimais. Mais elle m’a jamais vraiment pardonné j’crois. Bref, après ça, j’me suis dit, pas de couple, pas de relation, j’ai accumulé les aventures, les coucheries, jamais plus d’une heure, une soirée, j’allais même dans des lieux morbides pour m’faire .. enfin, tu vois. Ce n’est pas tant qu’il a honte, mais de trop parler lui rend la gorge sèche, irritée par la douleur du récit, aussi.
Puis t’as débarqué, j’arrivais pas à t’sortir de ma tête, c’était comme ça. J’ai du essayer de t’oublier dans la compagnie d’autres, mais t’étais toujours là. Ça le fait glousser doucement, de voir à quel point il avait toujours été épris d’elle. J’pense que si on s’était pas mis ensemble, j’passerais toujours à Barjow & Beurk, chaque semaine, pour t’acheter des trucs qui me serviraient à rien, juste pour te voir, un peu malsain comme comportement, mais bon, admettons. Le plus dingue dans cette histoire, c’est qu’t’es tombée amoureuse de moi.

Finalement, les doigts du Poufsouffle batifolent dans les mèches rougies de l’Épouse qu’il caresse doucement, alors non j’ai pas besoin d’être avec quelqu’un, j’ai besoin d’être avec toi. J’regrette pas, j’veux juste que tu sois heureuse, que tu t’épanouisses, et si c’est pas possible avec moi – j’finirais par en crever – mais tant pis. L’important était qu’à la fin d’une journée, elle s’enfonce dans les draps avec le sourire. C’est peut-être à ce moment qu’il réalise que c’était à lui de rendre ça possible, justement. Que s’il était le déclencheur qui pouvait la faire partir, il pouvait très bien être aussi celui qui la fait rester. Il dépose un baiser tendre sur son front, presque un geste dévot que ses lèvres offrent à la peau brûlante de Loredana – un nouveau serment. On a jamais échangé nos vœux de mariage. Magnifique moment approprié.
Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



[Habitation] Pippins Manor Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Loredana Wildsmith, le  Mer 20 Mai 2020 - 16:30

C’était l’heure des aveux, de la vérité, le besoin de savoir si vraiment notre couple n’était pas qu’un leurre. Malgré le mariage qui s’était déroulé sans la moindre hésitation, il y avait encore des murs qui se dressaient entre nous et qui me faisaient douter de la véritable nature de tout cela. J’avais peur que mes paroles le blessent, le touchent trop profondément et le fassent partir. Parce que si ma voix regorgeait de désespoir, mes mots n’en étaient pas moins violents, peut-être autant que les siens. Je voulais simplement qu’il se pose les bonnes questions, sache réellement si j’étais la bonne personne pour lui. Il ouvre la bouche, c’est un coup de chaud qui m’envahit, appréhendant la réponse, regrettant même les questions que je venais de lui poser. Mais il n’y avait pas de retour en arrière possible. Alors je me contente d’écouter, faire l’autruche n’était pas dans mes habitudes.
L’histoire remontait à des années, une ex, la seule véritable relation qu’il semblait avoir eu avant moi et dont il n'avait jamais parlé. Une histoire d’adolescent qui voulait découvrir des choses, tester, apprendre et qui, pour cela, en était venu à blesser une pauvre fille qu’il n’avait encore jamais goûtée. Je l’écoute avec attention, parce que je voulais surtout connaître la conclusion de cette histoire, le rapport que cela avait avec moi. Je ne jugerai pas ce qu’il a fait avant de me rencontrer, je n’avais pas été une meilleure personne.

Je savais qu’il était rapidement tombé amoureux de moi, bien avant que moi-même me rende compte que j’étais attirée. Je n’avais pas su qu’il avait essayé de résister, de me faire sortir de sa tête. Je conclus rapidement que le jour où il avait été à Barjow & Beurk pour m’inviter le soir avait été le jour où il avait décidé d’abandonner et de simplement suivre ses envies. Du moins, c’est ce que je pensais. Cette fois, je ne cherche pas à le repousser, je n’avais pas broncher lorsque ses doigts avaient frôlés mes cheveux, lorsque ses lèvres avaient touché mon front. Léger, très léger rictus lorsqu’il parle d’échanger nos vœux de mariage. Effectivemment, cela n’avait jamais été fait, mais n’étant pas une grande professionnelle, cela ne m’avait absolument pas dérangée. Je sais pas si je sais faire ça, j’ai rien écrit. Je me souvenais de la sœur de Daemon lors de son mariage et de son magnifique discours. J’avais beau être éperdument amoureuse d’Arty, il m’était compliqué de mettre des mots sur ça.
Il avait l’impression que je n’étais pas heureuse, que je serais peut-être mieux loin de lui, mais lui non plus ne pouvait malheureusement pas avoir accès à mes pensées. Quand on s’est revue à la boutique, je venais de revenir. J’ai fait croire à tout le monde que j’étais partie en voyage, mais en réalité, j’étais dans un hôpital moldu, l’endroit-même où on s’est rendu compte que j’étais atteinte de Bipolarité de type I. Theya m’y a amenée après m’avoir surprise sur le rebord de ma fenêtre. Je tremble en me souvenant de ma réaction violente. À l’hôpital, j’ai tenté à deux reprises de me foutre en l’air. Je grimace, cela n’était pas très séduisant. Mais à partir du moment où on a commencé à sortir ensemble, ça allait mieux, les crises sont moins courantes et surtout, j’ai pu te parler de ces problèmes. Je ne voulais pas faire de grands discours alors il fallait rapidement en venir au fait. J’ai des réactions violentes, excessives, exagérées peut-être qui te laissent penser que je suis malheureuse. Mais t’es le seul qui me fait ressentir toutes ces choses positives. Je ris légèrement tant il était compliqué de mettre des mots là-dessus. J’suis pas heureuse quand t’es pas là. C’était la conclusion à toute cette histoire, j’ai juste besoin que tu m’fasses confiance, notamment en ce qui concernait la Métamorphomagie.

Sans vraiment que je m’en rende compte, durant le discours, ma tête s’était penchée pour un front contre front. Comme si nos corps ne pouvaient rester éloignés trop longtemps. Sans réfléchir et comme si c’était une évidence, mes lèvres cherchent les siennes, les trouvent et les frôlent, les embrassent, les séduisent. Comme une envie d’enlever ce mur créé par les genoux du Poufsouffle, envoyer tout en l’air, encore une fois. Ma Métamorphomagie n’est pas un fardeau, ne doit pas l’être. Tu savais qui j’étais avant que l’on ne pénètre dans cette chambre dans le Dirigeable, je sais que je peux le contrôler. J’veux juste qu’tu arrêtes de m’faire mal en pensant que ça me fera réagir. Je hausse les épaules, ça ne fonctionne pas comme ça là-dedans. Toujours mon front contre le sien, je secoue légèrement la tête à laissant le silence bercer un cœur amoché. J’aimerais qu’on soit juste tous les deux, tout le temps, on n’aurait plus de problèmes. Parce que c’est toujours à cause des autres qu’on se dispute. Et voilà que je remettais la faute sur les Êtres qui nous entouraient au quotidien.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
Référent·e ModérationPoufsouffle
Référent·e Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


[Habitation] Pippins Manor Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Artemis Wildsmith, le  Jeu 21 Mai 2020 - 16:46

Un récit davantage dramatique, qui lui crispe les traits silencieux. Ce n’est pas tant qu’il est surpris de certains événements, mais un mauvais frisson, tout simplement. C’est le complexe du héros qui se manifeste et lui égratigne l’échine de ne pas avoir été là pour elle à ce moment terrifiant - comment aurait-il pu ? Alors oui, le visage se tord légèrement d’inquiétude, si une telle crise venait à faire vrombir les murs de leur nouvelle maison ; serait-il seulement capable de la ramener jusqu’à lui. C’est un tracas qui s’était installé depuis quelques temps déjà, à chaque fois qu’il avait senti son Amoureuse lui échapper pour rejoindre les bras funestes du danger – ce souvenir d’elle sautant du haut d’un toit achève de faire trembler le cœur.
Mais il avait dit oui, à tout ça, à cette bipolarité qui grignotait le cerveau et les émotions de la Gryffondor, qui surgissait pour la rendre parfois beaucoup trop heureuse, parfois beaucoup trop triste. Il avait dit oui. Il faudrait aussi qu’il pense à remercier Theya d’avoir été présente pour Loredana, quand il trouverait le temps entre deux méchancetés. Et dans toute cette tourmente, Arty finit par sourire légèrement, il retrouve dans les paroles de l’Aimée le pourquoi elle avait besoin de lui – il s’en satisfait largement. Il hoche la tête, ravale momentanément les mots rassurants qu’il aurait voulu prononcer, il lui faisait confiance, entièrement, lorsque cette confiance n’était pas malmenée par l’envahissante jalousie.

Mais comment parler alors que la jeune femme s’était faufilée jusque devant son nez, totalement charmé par les lèvres rapprochées. Les retrouver fait basculer l’ensemble de la conversation dans un nuage beaucoup plus douillet. Il l’écoute encore, bien sûr, mais les dernières paroles de la jeune femme sont noyées dans les baisers qu’il vient à glisser sur ses joues, dans son cou. Il murmure des oui d’approbation, comme soudainement étourdi par le parfum de l’Épouse qu’il discerne de nouveau. Des résolutions abreuvent ses méninges, avec toujours et toujours cette envie de faire mieux, d’arrêter de lui mettre des bâtons dans les roues, en profiter pour l’encourager absolument. Il rebondit seulement, s’il n’y avait pas ces autres agaçants, s’ils étaient seuls au monde. On parviendrait quand même à se déchirer, tu sais, mais aussi à se réconcilier, surtout se réconcilier. Pourtant, il pourrait largement se contenter d’elle, tous les jours, se nourrir de sa présence, continuellement.
Il se redresse alors vivement, cessant sa chevauchée baisotée, les genoux s’affaissent et il mène l’Amoureuse jusque sur lui. Est-ce que tu as sous-entendu que j’étais le traitement à ta bipolarité ? Dans un sourire taquin, ça lui allait bien, d’être le médicament qui permettait à la Métamorphomage de marcher presque droit. Pour illuminer délicatement cette découverte, les bras dinosaure du Fripon viennent enserrer Loredana, dans cette douce union, simplement savourer la proximité des mèches rougies lui chatouillant le visage. Il aimerait une autre couleur, mais ne dit rien.

Juste un dernier baiser plutôt sérieux accroché sur la bouche de Loredana avant de s’éclaircir la gorge, moi j’sais faire. A propos des jolies paroles romantiques, j’te fais confiance, la Métamorphomagie, c’est ton truc, tu gères, et j’adore ça. Oui, rappeler que cette ribambelle de couleurs, tout de même, était absolument séduisante. J’suis désolé si j’t’ai fait sentir l’inverse, c’était presque pas voulu. Et puis, si jamais t’as besoin d’une nouvelle leçon de contrôle, ou de cobaye, ou j’sais pas quoi, j’suis là, j’t’assure, j’suis là. Ses mains entourent les joues de l’Amoureuse, comme pour souligner à quel point il était déterminé, avant qu’elles ne roulent, évidemment, sous le teeshirt de la jeune femme pour y frôler le ventre. C’était ainsi, il ne pouvait s’en empêcher, sa peau constamment en manque de celle de l’Autre. On rentre ? Un chuchotement versé dans l’oreille de Loredana, si on pouvait y voir une polissonne proposition, la raison en était toute autre : j’ai faim.
Contenu sponsorisé

[Habitation] Pippins Manor Empty
Re: [Habitation] Pippins Manor
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 4

 [Habitation] Pippins Manor

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.